Navigation – Plan du site
Dossier. Le clientélisme en situation : échanges politiques, politisation et conflits moraux

L’usage du quartier dans les politiques de « participation citoyenne ». Vers un « ancrage mobile » aux marges de Rosario et de Montevideo ?

The use of the neighborhood in "citizen participation" policies. Towards a "mobile rooting" in the margins of Rosario and Montevideo?
El uso del barrio en las políticas de “participación ciudadana”: ¿Hacia un “arraigo móvil” en las márgenes de Rosario y de Montevideo?
Charlotte Pujol
p. 103-121

Résumés

Cet article fait le point sur la place et le rôle du quartier dans les politiques publiques mises en œuvre aux marges de Rosario (Argentine) et de Montevideo (Uruguay). Il se propose d’étudier comment ces municipalités se « saisissent » du quartier et en quoi leurs politiques dites de « participation citoyenne » favorisent des formes d’ancrage ouvertes sur l’extérieur. Les politiques publiques montevideanas promeuvent non seulement l’ancrage et la mobilité mais les lient intrinsèquement. À Rosario, l’ancrage est circulatoire : les mouvements de chômeurs sont contraints à un va-et-vient permanent entre le quartier et l’extérieur. Dans les deux villes toutefois, les organisations d’habitants ne se conforment qu’en partie aux relations institutionnalisées et légitimées entre ancrage et mobilité. Elles les renégocient, les contournent, voire s’y opposent, et investissent de manière différenciée les dispositifs promus au sein des quartiers.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article s’inscrit dans le cadre d’une thèse de doctorat réalisée entre 2006 et 2010 au LISST-CIEU (université Toulouse-2) [Pujol, 2010].

Texte intégral

1En Argentine comme en Uruguay, les couches populaires se structurent désormais davantage par le biais de leur ancrage territorial que celui de l’emploi et des diverses formes de protection sociale de l’État ou des syndicats [Merklen, 2009]. Cet ancrage ne traduit pas pour autant un phénomène de repli sur le quartier. Au contraire, il peut être lié à d’autres pratiques, plus mobiles, de la ville. L’engagement dans une organisation d’habitants engendre, en effet, d’incessants va-et-vient entre le quartier et la ville. Dans le contexte des manifestations de rue et des coupures de route, les mouvements de chômeurs de Rosario dépassent largement les limites du quartier, alors qu’à Montevideo, les organisations d’habitants restent plus centrées sur celui-ci. Néanmoins, ces organisations bénéficient de divers canaux institutionnels qui favorisent le maintien d’étroites relations avec les pouvoirs publics. Cela nous amène à interroger le degré d’ouverture et de réactivité des systèmes politiques locaux à la protestation. Les gouvernants sont ici pensés comme des protagonistes à part entière et non comme de simples cibles des revendications [Neveu, 2005]. Cela demande d’étudier en quoi ils favorisent le développement des mobilisations et en quoi ils sont « perméables » à la protestation. Situées au cœur du bassin du Plata, de taille démographique similaire (environ un million d’habitants), Montevideo comme Rosario ont mis en place des modes de gestion urbaine innovants en matière de décentralisation administrative et de participation citoyenne. Ce texte porte sur l’usage du quartier dans les politiques publiques rosarinas et montevideanas. Il se propose d’étudier comment ces municipalités se « saisissent » du quartier et, plus particulièrement, en quoi leurs politiques favorisent, volontairement ou non, des formes d’« ancrage mobile », des formes d’ancrage ouvertes sur l’extérieur.

Des organisations d’habitants au-delà des attaches territoriales ?

2Nombre d’études sur les quartiers populaires tendent à les assimiler à des ghettos, renfermés sur eux-mêmes. Leurs habitants auraient un rapport à l’espace urbain limité, voire circonscrit au quartier. De nombreux travaux attestent de l’inégalité des rapports à la mobilité entre les groupes sociaux. Selon Bourdieu, « le défaut de capital […] enchaîne à un lieu » [1993, p. 258]. Le constat semble unanime : une position sociale modeste condamnerait à l’immobilité et à la captivité. Alors que certains individus sont dotés de capacités « d’exportation », d’autres, ne disposant que de repères concrets et difficilement transposables, se voient limités à des espaces beaucoup plus restreints [Rémy et Voyé, 1992]. Alors que les uns ne sont plus à leur place dès lors qu’ils franchissent les limites du proche, les autres sont chez eux dans tous les lieux de pouvoir [ibid.]. Non seulement une position sociale modeste entrave la mobilité des individus, mais surtout, dans une société qui valorise fortement la mobilité, les différentiels de capacité à se mouvoir se convertissent en facteurs inédits d’inégalités [Rémy, 1996].

3Selon certaines études, la mobilité généralisée rendrait caduque l’échelle du quartier, qui ne serait plus le lieu privilégié de structuration des réseaux de sociabilité, si ce n’est pour les exclus de la mobilité [Ascher, 1995 ; Chalas, Dubois-Taine, 1997]. L’essor des mobilités quotidiennes permettant la constitution de réseaux sociaux sur un mode électif, les rapports sociaux s’effectueraient en se dissociant des lieux [ibid.]. Nombre d’études s’accordent sur le fait que l’augmentation des mobilités va à l’encontre de toute forme d’ancrage. L’essor des mobilités, qui renvoie à un certain détachement, à la faculté de substituer un lieu par un autre, irait à l’encontre de toute forme d’ancrage, qui rend compte d’une identification, d’un attachement au lieu.

4D’autres auteurs montrent, au contraire, que la généralisation de la mobilité ne supprime pas la proximité mais engendre des réarticulations complexes entre le proche et le lointain [Rémy, 1996]. Aussi, si l’échelle du quartier reste pertinente (en matière de structuration des réseaux de sociabilité), la complexité du rapport au quartier ne peut-elle être appréhendée que dans l’articulation des échelles urbaines [Authier, et al., 2007]. Autrement dit, on ne peut comprendre le quartier en restant focalisé à son échelle. Non seulement le quartier peut constituer une ressource pour ses habitants [Fol, 2009] mais, de plus, cet ancrage peut être cumulatif d’autres usages, plus mobiles, de la ville [Authier, et al., 2007]. Si la mobilité a aujourd’hui acquis un rôle crucial en matière d’insertion sociale, c’est qu’elle témoigne d’un affranchissement (relatif) des frontières urbaines, qui offre la possibilité d’une ouverture sur les autres et l’ailleurs. L’essor des mobilités témoigne d’une complexification des modes d’articulation entre des groupes sociaux et leurs espaces, de même qu’il interroge le principe territorial historiquement construit autour du cloisonnement à l’intérieur d’espaces continus [Piolle, 1990].

  • 1 Cet article repose sur trois périodes d’enquête réalisées à Rosario et à Montevideo entre 2006 et 2 (...)
  • 2 Les organisations de chômeurs dites « indépendantes » ne sont affiliées ni au péronisme ni au radic (...)

5Cet article est issu du travail effectué dans le cadre d’une thèse de doctorat sur les trajectoires citadines et citoyennes des membres d’organisations d’habitants aux marges de Rosario et de Montevideo. Le croisement de ces trajectoires est privilégié afin d’interroger le rôle des mobilisations collectives dans la construction de territoires, d’où émergent d’autres centralités, des espaces de proximité et de partage. Plusieurs organisations d’habitants ont été étudiées1. À Rosario, mon étude a porté plus particulièrement sur des mouvements de chômeurs, également appelés « piqueteros ». Ces derniers sont avant tout des organisations d’habitants de quartiers irréguliers, qui se reconnaissent aujourd’hui comme des « mouvements de chômeurs ». Ils s’organisent ainsi par quartier et non par secteur d’activités. Depuis 2003, un front de chômeurs regroupe la plupart des organisations dites « indépendantes » de la ville2. J’ai étudié trois de ces organisations, qui se sont développées dans trois quartiers distincts : deux organisations locales, le Centro de trabajadores desocupados (ctd), Flamarión Sur (créé en 1999) et l’organisation Centros comunitarios Las Flores (créée en 2002), ainsi qu’une organisation locale rattachée à un mouvement national, la Coordinadora de trabajadores desocupados (ctd) Aníbal Verón (créée en 1999). Chacune de ces organisations regroupe entre cinquante et cent membres actifs.

6À Montevideo, j’ai étudié quatre organisations qui maintenaient des liens plus ou moins forts avec les gouvernants locaux. La Coordinadora de asentamientos regroupe, depuis 2002, des habitants des quartiers irréguliers du secteur de Colón et maintient des échanges réguliers avec les autorités locales (Centre communal de zone) et municipales. La commission d’habitants du quartier irrégulier Tobogán (créée en 1999) entretient également de fréquents échanges avec les autorités locales, sans que ceux-ci aient acquis un caractère régulier pour autant. La radio communautaire Resistencia FM, elle, s’est davantage développée dans une perspective autogestionnaire, à l’écart des autorités publiques. Depuis 2004, elle regroupe des habitants du quartier irrégulier Juventud 14 et des alentours. La Comparsa d’Isla de Flores, enfin, n’est pas située dans un quartier irrégulier mais dans un quartier populaire régulier proche du centre-ville (Palermo). C’est une troupe de joueurs de candombe, musique traditionnelle de la culture afro-uruguayenne. La plupart des quartiers populaires de la ville ont leur(s) groupe(s) de percussionnistes, qui se retrouvent chaque semaine pour jouer du tambour dans la rue et s’entraînent pour le défilé officiel du carnaval. Ce dernier choix a été guidé par la volonté de ne pas se focaliser sur les quartiers irréguliers pour s’attacher aux pratiques citadines. De plus, comme je m’en suis rendu compte au fur et à mesure de l’avancée de mes recherches, toutes les organisations étudiées dépassent largement le micro-local.

  • 3 Plusieurs entretiens ont été réalisés auprès des pouvoirs publics, notamment auprès des membres des (...)

7L’engagement dans une organisation d’habitants engendre de constants va-et-vient entre le quartier et la ville. Consolider les territoires qui émergent dans ces allées et venues demande une certaine reconnaissance des autorités publiques, qui se trouvent interpellées dans leur devoir d’appréhension de ces quêtes de territorialité3.

L’usage du quartier : entre assignation, insertion urbaine et participation citoyenne

8Depuis les années 1990, le micro-local est devenu le cadre privilégié de l’assistance aux populations défavorisées en Amérique latine [Prévôt-Schapira, 1996]. Le recours à des « cartes de la pauvreté » s’est développé afin de circonscrire les « territoires de la pauvreté » [ibid.]. Diverses structures de contention sociale ont été implantées dans les quartiers populaires, en instrumentalisant les solidarités communautaires existantes ou supposées [ibid.]. Ces politiques tendent à engendrer un repli des couches populaires sur le quartier, en réduisant leurs attentes sociales à la satisfaction des besoins fondamentaux et en les limitant à l’espace proche [Delamata, 2004]. Au cours des années 1990, les militants péronistes ont développé des unités de base du parti à la périphérie des grandes agglomérations argentines, à partir desquelles ont été mises en œuvre différentes formes d’assistanat, comme la distribution de nourriture et de médicaments, afin de répondre aux problèmes ponctuels de leurs membres [ibid.]. D’un parti lié à la classe ouvrière par ses organisations syndicales, le péronisme s’est converti en un parti lié aux pauvres au travers de réseaux territoriaux et clientélaires [ibid.]. Par une extrême personnalisation des bénéfices matériels et symboliques, les leaders péronistes se lient implicitement à la continuité de la distribution de faveurs ou de programmes d’assistanat [Auyero, 2001]. Le péronisme offre de la nourriture sans que personne ne soit rendu responsable de son manque, occultant par là les rapports de pouvoir et de domination sous-jacents [ibid.]. Par ces réseaux de distribution de ressources matérielles, des manières de penser le quotidien sont promues, qui donnent sens à l’expérience de la pauvreté dans un lieu et un temps déterminés [ibid.].

9À Rosario comme à Montevideo, les gouvernements locaux tentent de dépasser ces rapports clientélaires, basés sur la contention sociale, pour s’attacher davantage à des politiques d’insertion et de participation citoyenne. Le Budget participatif (dans les deux villes), les Conseils d’habitants (à Montevideo) et le Conseil mobile (à Rosario) sont les principaux outils de participation dans les quartiers. La ville de Rosario, gouvernée depuis 1989 par le Parti socialiste, se démarque fortement au sein du paysage politique argentin dominé par le péronisme et le radicalisme. La municipalité promeut la déconcentration administrative et la participation citoyenne depuis 1995, année du premier mandat du socialiste Hermes Binner. La ville est organisée en six districts. Chaque Centre municipal de district a pour fonctions l’organisation des tâches liées à la déconcentration fonctionnelle des services municipaux ainsi que la coordination des politiques publiques et des instances de participation citoyenne. Depuis 1995, l’un des principaux objectifs annoncés est le développement de nouveaux espaces citoyens. Le document de base de 1995 prévoyait la création d’espaces de participation dans chaque Centre municipal de district, espaces qui ont réellement pris forme à partir de 2002 avec la mise en place du Budget participatif. Ce dispositif coïncidait avec la crise argentine de 2001-2002, période à laquelle le système représentatif et la légitimité des représentants politiques ont fortement été remis en cause. Le Budget participatif est alors apparu comme un outil de légitimation d’une action publique décriée et comme un moyen de récupérer l’essor des assemblées de quartier, en s’appuyant sur la déconcentration existante [Robin, Velut, 2005]. Le dispositif s’organise en deux temps d’assemblées de quartier. Les premières permettent aux participants de définir les pré-projets, dans le cadre d’ateliers de travail, puis d’élire les conseillers (choisis parmi les habitants du secteur). Ces derniers se réunissent ensuite au sein du Conseil participatif du district et, aux côtés des équipes techniques municipales, tentent de traduire en projets les propositions formulées par les habitants lors des assemblées de quartier. La liste des projets est soumise au vote de l’ensemble des habitants du district dans un deuxième temps. Depuis 2003, le dispositif du Conseil mobile vient renforcer le Budget participatif. Il repose sur le déplacement du conseil municipal dans les six districts de la ville. Les habitants ont alors la possibilité de présenter divers projets pour leur quartier au Centre de district. Les projets sont répartis en commissions techniques (travaux publics, santé et action sociale, etc.), où les habitants sont amenés à débattre avec les élus.

  • 4 Ce système a évolué en 2010 : le territoire de Montevideo se divise désormais en huit « municipes » (...)

10Depuis 1990, la ville de Montevideo est divisée en dix-huit circonscriptions territoriales, où fonctionnent un Centre communal de zone, un Comité local composé de cinq membres désignés par le maire et un Conseil d’habitants, composé de 25 à 40 habitants élus par leurs concitoyens4. Le Centre communal est l’instance de déconcentration du gouvernement municipal. Le Comité local est l’organe politique de décision. Les Conseils d’habitants constituent une force d’initiatives, ce qui implique l’élaboration de projets d’intérêt local. Ils ont de plus pour objectif de conseiller l’action publique locale, notamment en ce qui concerne la définition des priorités budgétaires. Chaque année, le maire et son cabinet se réunissent avec les conseillers d’habitants et les membres du Comité local de chaque Centre communal afin de dessiner le budget annuel et quinquennal. Enfin, les Conseils d’habitants collaborent à la gestion publique, en contrôlant l’action publique locale et en organisant des activités culturelles, sociales, sportives ou touristiques. Depuis 2005, la participation des habitants à la définition des priorités budgétaires s’appuie également sur le Budget participatif qui s’adresse à tous les habitants du secteur.

11À Rosario, la déconcentration est liée avant tout à la planification stratégique lancée en 1995 [Robin, Velut, 2005]. Elle a premièrement pour objectifun changement de caractère urbain, par le rééquilibrage territorial, ainsi qu’une profonde transformation de l’administration publique. Le Budget participatif n’est mis en place que sept ans plus tard. Le projet de décentralisation de Montevideo, en revanche, est lancé dès la fin des années 1980, en même temps que celui de Porto Alegre, et a un caractère éminemment politique [ibid.]. La gestion municipale est appelée à évoluer d’une conception administrative à une autre de caractère politique où l’habitant n’est pas qu’un contribuable mais avant tout un citoyen. La décentralisation vise avant tout à renforcer la participation des habitants dans la gestion publique : les processus de décentralisation et de participation sont intrinsèquement liés. Le système ne se limite pas à la mise en place de commissions ad hoc, d’instances de consultation ponctuelles, ni d’un seul dispositif spécifique, comme le Budget participatif, mais il repose sur la transformation de tout un appareil de gouvernement [Veneziano, 2003]. La « décentralisation participative » consiste en la décentralisation de l’appareil institutionnel du gouvernement municipal au travers de laquelle est promue la participation des habitants dans le dessin et la mise en œuvre de diverses politiques, ainsi que dans le dessin même du processus de décentralisation [ibid.].

12À Rosario, les projets débattus et votés dans le cadre du Budget participatif portent sur des actions d’intérêt local : entretien de la voirie, aménagement d’une aire de jeux, création d’un centre médical de quartier, etc. Les habitants sont amenés à s’exprimer sur l’action municipale qu’ils souhaitent voir mise en œuvre au sein de leur quartier, et non pas sur des thèmes généraux ni sur des politiques publiques relevant de la ville de Rosario dans son ensemble. Une commission interdistrict a pourtant été mise en place afin que les conseillers participatifs puissent échanger leurs expériences. Cependant, elle n’a aucun caractère public : les fonctionnaires y invitent seulement certains conseillers et aucune publicité n’est faite à son sujet [Ford, 2007]. À Montevideo, par contre, plusieurs forums d’évaluation de la décentralisation ont rassemblé des conseillers d’habitants, des représentants des organisations sociales et des habitants. Tous ont également pu participer à diverses assemblées thématiques sur la culture, la santé, la jeunesse, etc., organisées à l’échelle de la ville.

  • 5 L’élection des conseillers (par les habitants) a été envisagée mais n’a pu être effective du fait d (...)

13Le Budget participatif, comme les Conseils d’habitants et le Conseil mobile, favorisent la participation des habitants au niveau du quartier. Ces espaces de participation apparaissent plus ou moins ouverts vers l’extérieur. À Rosario, le système mis en place relève de la déconcentration administrative : les Centres municipaux de district ne constituent pas des lieux de décision, ils n’ont aucune autonomie ni compétence propre. Les seules personnes élues sont les conseillers participatifs mais ces derniers ne peuvent se mobiliser que dans le cadre restreint du Budget participatif. À Montevideo, en revanche, les Comités locaux sont des organes politiques de décision5. Par ailleurs, les Montevideanos sont amenés à rencontrer fréquemment les autorités locales (Comité local), municipales et nationales (les différents ministères) au sein des Centres communaux de zone. Les membres du Comité local et les conseillers d’habitants maintiennent des échanges réguliers avec les autorités municipales (bien que dans une moindre ampleur pour les seconds). Les va-et-vient entre les quartiers et la ville sont beaucoup plus fluides dans la capitale uruguayenne. Le prisme des habitants ou de la communauté ne permet pas nécessairement l’expression de revendications concernant des problèmes transversaux, comme l’emploi, dont les réponses se situent bien souvent à une autre échelle que celle du cadre spatial imposé [Vidal, 1999]. La promotion exclusive du micro-local, même parée des meilleures vertus participatives, tend à assigner les populations à leur territoire.

  • 6 Les citations sont extraites de plusieurs entretiens menés de 2006 à 2008.

14À Rosario comme à Montevideo, diverses politiques publiques tentent de favoriser l’insertion des habitants à la ville à partir du quartier. Leur implantation au sein des quartiers populaires ne va pas pour autant de soi, elle reste à construire. À Rosario, la base électorale du Parti socialiste est historiquement formée par la classe moyenne. Depuis quelques années seulement, le parti commence à gagner des voix au sein des couches populaires. La municipalité tente de renforcer sa présence dans les quartiers populaires en implantant divers dispositifs d’insertion (comme les centres socio-éducatifs « Grandir »). L’élection de Juan Rivero comme conseiller municipal peut également être vue comme un moyen de récupérer le mouvement « spontané » des assemblées de quartier et de s’implanter davantage dans les quartiers populaires. Juan Rivero est élu conseiller municipal « par accident » comme il dit souvent6. Militant social de longue date, il s’est engagé dans diverses actions, notamment au sein du centre communautaire « Tou.te.s pour tou.te.s » (Todos/as x Todos/as) de son quartier. En 2005, dans le cadre du renouvellement d’une partie des conseillers municipaux, le Parti Socialiste souhaitait intégrer sur ses listes un candidat issu de la militance socio-territoriale. Il s’est alors tourné vers les organisations qui, sans être socialistes, s’investissaient au sein du Budget participatif. Cette place a finalement été proposée à Juan Rivero qui, sous l’insistance de ses amis du centre communautaire, l’a acceptée.

15Juan Rivero se présente comme un « militant organique » : « J’essaye d’être le plus organique possible et le moins représentatif possible », se plaît-il à répéter. Par là, il entend qu’il est « un militant de base », comme tous les autres, qui propose des projets « d’en bas », avec et à partir des habitants, et non du haut d’un quelconque statut de représentant. L’équipe qui l’entoure est composée de militants socio-territoriaux de différents quartiers de la ville, de personnes qui se sont investies dans diverses démarches participatives. Juan Rivero évoque des débuts difficiles au sein du conseil municipal, de par sa méconnaissance de « cette forme institutionnelle de participation ». Les logiques de l’action collective qui reposent sur un registre socio-territorial, sur l’habitant, le quartier, se heurtent ici au registre de la militance politique.

16« Le premier choc que j’ai eu, c’est qu’ici on travaille peu avec les quartiers, on parle beaucoup depuis le conseil municipal, on élabore des projets d’ici, mais ceux-ci finissent par se heurter contre quelque chose qui est très important : puisqu’ils ne sont pas ancrés dans la réalité, ils n’ont pas de vie, ils meurent aussitôt après être nés […] De toute façon, le seul moyen de construire la démocratie, c’est d’être avec les gens, travailler aux côtés des gens et avec eux, avec les habitants. La plus grande participation du point de vue de cette institution c’est le Conseil mobile, où là on met clairement en avant les problèmes de la démocratie de notre temps, une démocratie institutionnelle, de représentants, verticale où le conseiller municipal s’exprime avec peu de participation des gens […] Je pense que c’est le meilleur niveau de la démocratie qui existe, aller et venir entre là-bas [les quartiers] et ici [le conseil municipal]. […] Si l’habitant a la possibilité de s’exprimer, de proposer un projet et qu’il soit approuvé, s’ils osent nous répondre […] alors se rompt cette verticalité du conseiller municipal en haut et de l’habitant tout en bas », Juan Rivero, conseiller municipal de Rosario.

17Ces heurts entre participation socio-territoriale et participation politique sont également manifestes à Montevideo. La décentralisation a contribué au démantèlement des réseaux clientélaires traditionnels, en modifiant les rapports entre citoyens, partis politiques et gouvernement, défiant ainsi les structures partisanes [Veneziano, 2003]. Les partis ont été amenés à se structurer territorialement en fonction des Centres communaux de zone et à recruter des dirigeants sociaux locaux [ibid.]. Des habitants mènent une carrière politique ascendante (conseiller d’habitants, membre du Comité local puis conseiller municipal) alors que d’autres passent d’une militance partisane à une militance socio-territoriale [ibid.]. Ces entrecroisements entre registres socio-territorial et politique témoignent de l’ouverture du système de décentralisation participative de Montevideo qui est constamment amené à évoluer au fur et à mesure de l’intégration des divers acteurs. Ces entrecroisements dévoilent également une certaine fluidité des allées et venues entre les quartiers et les lieux de décision. À Rosario, en revanche, le système instauré apparaît plus fermé. Les politiques publiques restent bien souvent mises en place du centre vers les quartiers. Certaines mesures montrent toutefois une certaine ouverture, telles que l’instauration du Conseil mobile et l’intégration d’un militant social au Conseil municipal.

18Les politiques publiques rosarinas et montevideanas permettent des va-et-vient entre les quartiers et les lieux de décision, qui sont généralement d’ordre ponctuel, lors d’une assemblée, d’une réunion, etc. Certaines politiques tentent en revanche de généraliser ces allées et venues. C’est notamment le cas du programme Esquinas [coin de rue] à Montevideo. Ce dernier se donne pour objectif la décentralisation de l’activité culturelle, en générant des espaces et des outils de participation variés dans toute la ville, à tous les coins de rue. Il s’inscrit dans la volonté de l’équipe municipale dirigée par Ricardo Ehrlich, maire de Montevideo de 2005 à 2010, de décentraliser le département de la culture, en s’appuyant sur la créativité culturelle des habitants et en promouvant les activités culturelles dans les quartiers (et en priorité les plus défavorisés). La participation des habitants est encouragée au travers de trois outils principaux : les groupes esquineros, les esquinas de la culture et, enfin, les centres culturels. Tous trois représentent différents degrés d’intervention de la municipalité. Pour les premiers, les groupes esquineros, cette intervention est faible : la Ville offre certaines ressources à des groupes déjà constitués, telles que le prêt de matériel et la promotion artistique. Aucun lien formel n’est établi entre les groupes esquineros et la Ville. Pour les seconds, les esquinas de la culture, le lien avec la municipalité est à demi-formel. Lorsque des habitants veulent développer des projets culturels dans un bâtiment non utilisé de leur quartier, ils peuvent former une esquina. Le lieu n’est pas municipal mais la Ville apporte un soutien régulier à l’organisation de diverses activités culturelles, telles que des cours de chant et de théâtre. Enfin, les centres culturels sont directement gérés par la Ville, ils forment le niveau le plus intégré du programme. Chaque fin de semaine, une foire de la culture est organisée dans l’une des quelques cinquante esquinas de la ville, avec des spectacles mis en scène par des membres de l’esquina organisatrice et des autres esquinas, ainsi que divers ateliers artistiques et récréatifs. Un des objectifs du programme est le développement des échanges culturels entre les groupes des différents coins de rue. L’organisation d’événements culturels de plus grande ampleur est également promue à travers la Tente de la culture, qui consiste en la programmation d’artistes reconnus professionnellement et la mise en place d’ateliers culturels dans plusieurs quartiers. Une école esquinera fonctionne également comme espace de développement artistique et d’éducation à la gestion culturelle.

19Le programme s’appuie sur les commissions de culture des Centres communaux de zone, dont certaines ont préexisté au processus de décentralisation municipale. L’époque du carnaval est un moment d’intenses activités culturelles dans toute la ville. À cette occasion, les habitants se réunissent pour organiser les festivités au sein de leur quartier. Ces pratiques sont bien antérieures aux années 1990. Le territoire de Montevideo a été divisé en trois régions et un coordinateur a été nommé au sein de chacune d’entre elles afin de faire le lien avec les équipes des six Centres communaux de sa région. Des réunions de coordination générale ont lieu chaque semaine entre le directeur du programme, les directeurs adjoints, les trois coordinateurs régionaux et les directeurs des départements administratifs liés au programme. Des assemblées plénières réunissant la plupart des commissions de culture ont également lieu chaque année pour préparer le carnaval.

20À travers l’exemple du programme Esquinas, on peut voir comment la promotion de l’ancrage au quartier ne se traduit pas nécessairement par l’enclavement mais peut permettre, au contraire, de dépasser cette échelle. L’ancrage repose en effet ici sur l’ouverture vers l’extérieur, sur les échanges avec l’autre et l’ailleurs, avec les différentes esquinas et groupes esquineros. Le principal critère de création d’une esquina est que le projet culturel soit porté par et pour les habitants. Ceux-ci en gardent par ailleurs l’entière responsabilité. Une fois l’esquina constituée, elle ne devient pas pour autant municipale, la Ville n’intervenant que pour apporter des aides ponctuelles à la demande des habitants. Le programme tente de promouvoir les initiatives des Montevideanos. Il a avant tout un rôle d’animation et de coordination. La Ville ne se désengage pas pour autant. Certains outils, tels que les Centres culturels et la Tente de la culture, relèvent, eux, d’un plus grand investissement municipal. Le programme intervient aussi pour favoriser les échanges entre esquinas, notamment lors des foires hebdomadaires de la culture. Il amène les habitants à dépasser son cadre institutionnel : il promeut la constitution de réseaux territoriaux au-delà du programme, au sein du quartier et en dehors. Les esquinas sont amenées à coordonner leurs activités avec différentes organisations sociales du quartier et d’ailleurs. Le programme Esquina généralise les allées et venues entre les quartiers et les lieux de décision. Il promeut un ancrage mobile, ouvert vers l’extérieur : il favorise les échanges des lieux de décision vers les quartiers et vice versa, de même qu’entre les quartiers.

21Les systèmes politiques locaux favorisent des formes plurielles d’ancrage, plus ou moins ouvertes vers l’extérieur. Les organisations d’habitants des marges urbaines ne se conforment pas pour autant aux relations institutionnalisées et légitimées entre ancrage et mobilité. Elles investissent de manière différenciée les dispositifs promus au sein des quartiers.

Le débordement des quartiers

22En Argentine, l’essor des mouvements de chômeurs témoigne d’un « débordement » des quartiers populaires qui déstabilise les routines politiques établies autour du micro-local [Delamata, 2004]. Il atteste du développement de mobilisations populaires en dehors des structures péronistes, voire opposées à celles-ci. Il rend compte d’une crise du parti, ou du moins de la fin de son hégémonisme au sein des couches populaires [Svampa, Pereyra, 2004]. La mise en place des allocations sociales « Chef de foyer » a permis de contourner les réseaux péronistes en offrant la possibilité aux organisations de chômeurs de gérer directement la distribution de ces subsides. On assiste alors non pas tant à la fin des réseaux clientélaires péronistes mais à la fin de leur monopole [Svampa, Pereyra, 2004 ; Delamata, 2004]. Ces changements témoignent d’un débordement des quartiers, qui avaient été politiquement construits sur la base du repli des attentes sociales des couches populaires sur le voisinage et l’institutionnalisation de pratiques limitées à répondre aux besoins les plus élémentaires [Delamata, 2004]. Se constituent des « contre-espaces », des espaces de résistance matérielle et symbolique à l’ordre dominant, construits dans un nouveau rapport au territoire quotidien [ibid.].

  • 7 Selon la typologie proposée dans Agier [1999, p. 63-90].

23Le fait d’exiger une prestation aux bénéficiaires des allocations sociales a favorisé le développement d’activités communautaires au sein des quartiers. Les organisations ont dû créer elles-mêmes les cadres nécessaires à la mise en place des projets communautaires. Face aux tentatives d’enfermement de la protestation sociale, les piqueteros mettent en place des pratiques basées sur la réciprocité et la confrontation7. La réciprocité se réfère à l’ancrage au quartier : l’engagement dans un mouvement de chômeurs renforce cet ancrage. Afin de développer le travail communautaire au sein des quartiers, les mouvements de chômeurs tirent partie de politiques destinées à les « assigner à résidence ». Cependant, cet ancrage ne se traduit pas par un repli sur le quartier. Au contraire, il favorise l’ouverture sur l’espace urbain dans la mesure où il est intrinsèquement lié au va-et-vient entre la route et le quartier. Cette réciprocité devient confrontation lors des manifestations et des coupures de route. Les mouvements de chômeurs doivent constamment sortir du quartier pour renforcer leur ancrage, pour obtenir les ressources nécessaires aux pratiques ordinaires au sein du quartier, comme les tickets alimentaires pour la cantine populaire. Les mobilisations piqueteras constituent un effet non voulu des politiques d’assistanat, bien que constamment réengendrées par celles-ci. La distribution arbitraire des subsides contraint les organisations de chômeurs à de fréquentes mobilisations afin de maintenir une pression continue sur les pouvoirs publics.

« Et on ne sait pas faire autre chose qu’aller couper une route, parce qu’on sait que c’est la seule manière qu’ils nous écoutent. Si, nous, on y va avec une petite lettre ou une audience et on leur dit “ Nous avons besoin de ça ”, on sait qu’ils ne nous donnent rien. Donc, bon, s’ils ne comprennent pas par le dialogue, la voie pacifique, la seule forme qu’on ait, nous, pour leur démontrer qu’on n’est pas d’accord avec la qualité de vie qu’on a, c’est de sortir pour lutter. » Mari, CTD Aníbal Verón, Rosario.

  • 8 Depuis 2007, le Parti socialiste et ses alliés du Front progressiste sont également à la tête de la (...)

24Les principales cibles des revendications piqueteras sont les échelons provincial et fédéral, notamment en ce qui concerne les allocations sociales, les bourses scolaires et les tickets alimentaires. La moindre sollicitation de l’échelon municipal s’explique premièrement par un contexte de faible autonomie municipale, puisque Province et État fédéral disposent des principales ressources et compétences. Mais elle rend également compte de relations davantage marquées par la coopération que la confrontation à l’échelle municipale, à la différence des échelles provinciale (jusqu’aux élections de 20078) et fédérale. Au sein de la ville de Rosario, peu de protestations ont pour cible le district, ce dernier n’étant pas reconnu comme un interlocuteur légitime. Il ne représente pas un lieu de décision. Les principaux lieux de décision et donc de protestation sont ainsi nationaux (comme le siège de la Gestion de l’emploi) et provinciaux (comme le siège du gouvernement et le secrétariat de promotion communautaire). Les lieux de pouvoir sont, en effet, connus et identifiés par les acteurs sociaux.

25Le contexte politique de Rosario se révèle relativement favorable à la protestation. À la différence d’autres villes argentines, du nord-ouest du pays notamment, la plupart des mobilisations n’ont pas été sanctionnées par la répression. La création du Front progressiste, dans le contexte de la campagne électorale provinciale de 2007, et sa victoire peuvent être vues comme une opportunité politique de se faire entendre. De fait, diverses rencontres sociales ont eu lieu pour permettre des échanges plus fluides entre les militants sociaux et la Province, voire pour en intégrer quelques-uns au sein du Front progressiste. De plus, la ville de Rosario bénéficie désormais d’un contexte beaucoup plus favorable pour mener à bien ses réformes. Malgré une volonté manifeste d’ouverture, les divers dispositifs restent toutefois mis en place du centre vers les quartiers et sont encore loin d’une décentralisation impulsée « par le bas ». La plupart des mouvements de chômeurs se montrent réticents à l’idée de s’investir dans des processus préformatés « d’en haut ». Conscients de leur force, ils tentent de peser davantage sur les décisions des élus. Ils ont toutefois des difficultés à rompre avec l’échange clientélaire. La stabilisation des alliances politiques à l’échelle provinciale amoindrit les opportunités de tirer profit des besoins électoraux des partis pour se faire entendre.

26« Province et municipalité c’est la même chose, il n’y a pas comme l’an dernier deux partis politiques, aujourd’hui il n’y en a qu’un seul. C’est pourquoi ils essayent de centraliser tout ce qu’ils peuvent. Le croisement des données nous a compliqué les choses parce qu’au lieu de nous les augmenter, ça nous les a diminué. Ce qu’ils veulent faire, sur le dos de mettre de l’ordre, en fait, ça n’arrange rien ; ça complique tout. À nous, ça ne nous sert pas. Ça ne va pas leur servir non plus à eux parce que nous, à tout moment, on va sortir dans la rue et ça va être un problème pour eux. Et il faut dire que si la Municipalité et la Province ont gagné les élections l’an dernier, ça a été avec un grand pourcentage de vote des quartiers, les gens des quartiers les ont beaucoup votées. Ce ne sont pas des votes captifs, ce ne sont pas des votes du socialisme. Nous, on est en train de dialoguer, on veut attendre jusqu’à un certain point, qu’ils prennent leurs marques… […] On va dialoguer jusqu’où on pourra… quand ils ne nous aideront pas à résoudre notre problème… on va voir… […] On ne peut pas continuer comme ça. Tout va mal. On va attendre jusqu’où on pourra… quand on ne pourra plus… on ne pourra plus… Mais ça ne va pas être par manque de volonté de notre part. S’ils ne veulent pas résoudre les problèmes… on va voir… », Chiche, CTD Flamarión Sur, Rosario.

27Les mouvements de chômeurs ne s’investissent pas massivement dans les dispositifs participatifs municipaux. La participation au Budget participatif reste généralement ponctuelle et individuelle. Dans le cas du ctd Flamarión Sur par exemple, certains membres ont été élus plusieurs fois conseillers participatifs et de nombreux autres participent aux débats et aux votes. Les membres de l’organisation de chômeurs s’y investissent sur certains projets précis, comme cela a été le cas pour la création d’un centre médical. La participation au dispositif apparaît toutefois secondaire par rapport aux besoins des piqueteros – en termes d’emplois, d’allocations sociales, de bourses scolaires, etc. Les réponses à leurs problèmes ne se trouvent pas dans le cadre étroit de leur quartier ni de leur district. C’est pourquoi ils tentent de maintenir la pression exercée sur les autorités provinciales et nationales par de fréquentes manifestations et coupures de route. La ville de Rosario met en œuvre différentes politiques qui constituent autant de « filets de sécurité » pour les populations précarisées. Elle n’a toutefois ni les compétences ni les ressources financières pour s’attaquer seule au principal problème des organisations de chômeurs : l’emploi.

28En Argentine, la plupart des organisations de chômeurs, à l’instar de nombreux mouvements populaires contemporains, se sont développées en marge des partis politiques et des syndicats traditionnels. En Uruguay, en revanche, nombre d’organisations de quartiers irréguliers maintiennent d’étroites relations avec les partis politiques et les syndicats. À Montevideo plus particulièrement, le gouvernement municipal a mis en place de nombreux dispositifs qui favorisent les échanges avec les organisations d’habitants. Ainsi au travers du Centre communal, la Coordinadora de asentamientos maintient de fréquentes relations avec diverses institutions, notamment avec l’équipe du programme d’intégration des quartiers irréguliers (piai). Les membres de la Coordinadora se réunissent au sein du Centre communal et nombre d’entre eux ont été élus au sein du Conseil d’habitants. De plus, une dizaine de réunions de coordination ont pu avoir lieu entre la Coordinadora, plusieurs ministères (comme le ministère du Logement, de l’aménagement du territoire et de l’environnement ou celui du développement social), la Municipalité, le Centre communal, le Comité local et le Conseil d’habitants. Ces multiples échanges ont engendré des résultats concrets – la régularisation de certains quartiers ainsi que l’amélioration de divers services et infrastructures. Ils ont également permis aux membres de la Coordinadora de participer à des débats plus généraux, aux côtés des pouvoirs publics, sur la situation des quartiers irréguliers à Montevideo et sur les mesures à prendre. Ces réunions n’ont pas abouti pour autant à la mise en place d’un comité de coordination pérenne.

29La décentralisation participative de Montevideo promeut tout de même l’organisation et la participation des habitants, qui sont amenés à débattre du dessin même du processus de décentralisation et à le faire évoluer. Les Conseils d’habitants et le Budget participatif mobilisent un nombre non négligeable d’habitants des marges urbaines. L’exigence du programme piai d’avoir une organisation préalable pour être régularisé à amener à la constitution d’un grand nombre d’entre elles. Cela a été le cas du quartier Lecocq : alors que de nombreux quartiers voisins étaient régularisés dans le cadre du programme, le quartier Lecocq a été exclu des premières vagues de régularisation du fait de l’absence de commission représentant les habitants. Ces derniers se sont alors organisés après coup et ont commencé les démarches auprès du piai dans l’espoir de bénéficier des prochains projets de régularisation. C’est suite à la constitution de la commission d’habitants (de laquelle elle est membre) que Fabiana a intégré la Coordinadora de asentamientos puis s’est présentée aux élections du Conseil d’habitants du Centre communal (et a été élue).

30Les politiques publiques montevideanas promeuvent la mobilisation des habitants sur une base territoriale, tout en la dépassant par l’organisation de forums à l’échelle de la ville tout entière par exemple. Les habitants sont invités à débattre sur des problématiques spécifiques à leur quartier et à leur secteur, ainsi qu’à élargir leurs réflexions à l’échelle de la ville. À Rosario, en revanche, les débats menés dans le cadre du Budget participatif, de par la limitation au niveau du quartier ou du district, favorisent davantage les coalitions d’intérêt ad hoc : les habitants se regroupent et se mobilisent sur un projet précis (comme l’ouverture d’un centre médical) puis se séparent après avoir obtenu gain de cause.

31La faiblesse des canaux institutionnels de participation contraint les mouvements de chômeurs à une constante épreuve de force face aux pouvoirs publics, au travers des manifestations de rue et des coupures de route. L’espace fonctionne comme un moyen privilégié de lutte pour les mouvements les moins institutionnalisés [Hmed, 2008]. Les représentations, les routines et les usages sociaux de l’espace constituent des ressources fondamentales pour l’action des groupes précaires [ibid.]. En occupant le centre-ville, en s’affichant en dehors de leur quartier, dans des espaces où ils ne sont pas reconnus comme légitimes, les piqueteros donnent à voir leur mobilité qui devient confrontation. Les organisations de chômeurs dérangent la société argentine. Leurs mobilisations perturbent les valeurs et les normes des usages de l’espace, le « bon usage » de l’espace public, et mettent en visibilité les habitants des marges urbaines. Le caractère familial et l’importance des femmes lors des mobilisations n’amoindrissent en rien leur caractère politique ni leur impact sur l’opinion publique. Une politisation et publicisation de l’expérience ordinaire sont à l’œuvre. Une citadinité illégitime s’expose sur l’espace public. Les piqueteros exhibent leur quotidien sur les places publiques du centre-ville : ils y mangent, y jouent au football et y dorment même parfois. Cette mise en visibilité dérange.

32La subversion spatiale ne provient pas tant de l’occupation prolongée et régulière de l’espace public par un groupe et des détournements de ses usages légitimés qui en découlent, que de la mise en visibilité d’une citadinité illégitime. L’occupation prolongée et régulière de l’espace public de la comparsa Isla de Flores ne perturbe pas l’ordre spatial, puisqu’elle se réalise dans un quartier, Palermo, où les membres sont reconnus comme légitimes, ou encore dans le cadre ritualisé et éphémère du carnaval. La reconnaissance acquise au sein du quartier favorise toutefois les échanges, par la venue des spectateurs extérieurs lors du carnaval et des sorties hebdomadaires de tambours voire dans le cadre de divers événements culturels en dehors de Palermo. Le débordement du quartier se fait plus discret à Montevideo. Il est cependant canalisé et favorisé par diverses politiques publiques. La protestation se fait plus discrète, par des outils de communication, par l’organisation de forums et de réunions de concertation par exemple. La mise en visibilité est moindre, bien que toujours recherchée. Elle est en effet ressentie par nombre de citadins ordinaires comme essentielle, dans une démarche collective pour promouvoir un autre regard sur les quartiers irréguliers et dans une démarche plus individuelle pour prouver à soi-même et aux autres qu’on existe, pour ne pas se cantonner aux marges. Cela nous amène à l’étymologie du verbe « exister » : ex-sistere renvoie à l’acte ou à la faculté de se placer et de se déplacer [Lussault, 2009].

« Quand tu arrives à l’asentamiento et que tu vois la solitude, on dirait que tu es en dehors de la tête de tout le monde, de tous ceux qui ont la possibilité de définir des choses. […] Moi je crois que c’est un peu… qu’on se refuse à ne pas exister… Parce que c’est un peu le sujet […] cette invisibilité à laquelle on relègue les gens qui n’ont pas de pouvoir économique, ni de pouvoir d’un statut, ni de pouvoir d’un diplôme, non ? Donc moi je crois que bien au fond de moi c’est comme une lutte désespérée pour rompre cette invisibilité à laquelle on veut te soumettre. » Cristina, Coordinadora de asentamientos, Montevideo.

« Au moins, il y a des quartiers qui sont apparus sur la carte. Torre 8 par exemple, il y a dix ans, personne ne savait qu’il existait. Le travail de la Coordinadora a permis que tout le monde sache où est Torre 8 […] je crois que cet espace a aidé un peu à ça, […] à nous mettre sur la carte. » Isabel, Coordinadora de asentamientos, Montevideo.

33Les va-et-vient entre le quartier et l’ailleurs témoignent de l’importance de la « lutte des places » soulignée par Lussault [2009]. Les mouvements centripètes et centrifuges autour du quartier tendent à remettre en cause les normes relatives à l’allocation et à l’usage des espaces, en contestant plus ou moins ouvertement les codes qui définissent ce qui est légitime en matière de proximité, de placement et de franchissement. Le brouillage de l’ordre spatial naît de la mise en visibilité d’une citadinité illégitime. C’est bien la sortie d’un espace qu’on leur attribue qui dérange. Les parcours de ces habitants, faits de constantes négociations avec la ville légitime, dessinent ainsi des territoires à la marge, qui se recomposent sans cesse et qui permettent des formes d’ancrage ouvertes sur l’extérieur.

Conclusion

34Les politiques publiques promues à Montevideo favorisent un ancrage mobile. Elles ne favorisent pas seulement l’ancrage et la mobilité mais les lient intrinsèquement. L’ancrage permet la mobilité. La mobilité repose sur l’ancrage. En s’engageant pour leur quartier, les habitants ont la possibilité d’être en contact régulier avec les institutions qui agissent au sein et en dehors de celui-ci. Hormis les organisations qui, comme Resistencia FM, manifestent une volonté autogestionnaire, la plupart maintiennent d’étroites relations avec les pouvoirs publics. La participation et l’organisation des habitants sont favorisées et canalisées dans le cadre de diverses politiques. Cette relative institutionnalisation ne réduit pour autant pas la portée protestataire des organisations, qui conservent de grandes marges de manœuvre. À Rosario, l’ancrage est cette fois circulatoire : non seulement ancrage et mobilité sont intrinsèquement liés mais ils sont interdépendants. L’un ne va pas sans l’autre. Les organisations de chômeurs sont contraintes à ce va-et-vient entre le quartier et l’ailleurs. Les mobilisations des piqueteros se réalisent sur un mode transgressif mais aussi précaire : les organisations doivent constamment négocier leur présence au sein de l’espace public. Les mouvements de chômeurs tentent de préserver une certaine autonomie vis-à-vis des institutions, bien qu’ils soient contraints à composer avec et même de fait avec l’État. À Rosario comme à Montevideo, l’institutionnalisation de la protestation n’est jamais complète. Les organisations de quartier se conforment en partie aux rapports institués entre mobilité et ancrage, tout en les renégociant, les contournant, voire en s’y opposant.

Haut de page

Bibliographie

Agier Michel, L’invention de la ville : banlieues, townships, invasions et favelas, Paris, Éd. des archives contemporaines, 1999.

Ascher François, Métapolis ou l’avenir des villes, Paris, Odile Jacob, 1995.

Authier Jean-Yves, Bacque Marie-Hélène, Guerin-Pace France (dir.), Le quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte, 2007.

Auyero Javier, La política de los pobres: las prácticas clientelistas del peronismo, Buenos Aires, Manantial, 2001.

Bourdieu Pierre, « Effets de lieu », in Pierre Bourdieu (dir.), La misère du monde, Paris, Seuil, 1993, p. 249-262.

Chalas Yves, Dubois-Taine Geneviève, La ville émergente, Paris, Éd. de l’Aube, 1997.

Delamata Gabriela, Los barrios desbordados: las organizaciones de desocupados del Gran Buenos Aires, Buenos Aires, Libros del Rojas, 2004.

Fol Sylvie, La mobilité des pauvres, Paris, Belin, 2009.

Ford Alberto, Experimentos democráticos. Asambleas barriales y Presupuesto Participativo en Rosario, thèse de doctorat en sciences sociales, flacso, 2007.

Hmed Choukri, « Des mouvements sociaux “sur une tête d’épingle” ? Le rôle de l’espace physique dans le processus contestataire à partir de l’exemple des mobilisations dans les foyers de travailleurs migrants », Politix, vol. 21, n° 84, 2008, p. 145-166.

Lussault Michel, De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset, 2009.

Merklen Denis, Quartiers populaires, quartiers politiques, Paris, La Dispute, 2009.

Neveu Erik, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2005.

Remy Jean, « Mobilités et ancrages : vers une autre définition de la ville », in Monique Hirschhorn, Jean-Michel Berthelot (dir.), Mobilités et ancrages : vers un nouveau mode de spatialisation, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 135-153.

Remy Jean, Voye Liliane, La ville : vers une nouvelle définition ?, Paris, L’Harmattan, 1992.

Robin Silvia, Velut Sébastien, « Entre Barcelone et Porto Alegre : la gestion municipale à Montevideo et Rosario », Géocarrefour, vol 80, n° 3, 2005, p. 207-214.

Piolle Xavier, « Mobilités, identités, territoires », Revue de Géographie de Lyon, vol. 65, n° 3, 1990, p. 149-154.

Prevot-Schapira Marie-France, « Territoires urbains et politiques sociales en Amérique latine. Réflexions à partir des cas argentin et mexicain », in Émile Le Bris (dir.), Villes du Sud : sur la route d’Istanbul, Paris, orstom Éd., 1996, p. 107-126.

Pujol Charlotte, De l’ancrage mobile à l’inscription circulatoire : regards croisés sur les trajectoires citadines et citoyennes aux marges de Rosario (Argentine) et de Montevideo (Uruguay), thèse de doctorat en géographie, université Toulouse-2, 2010.

Svampa Maristella, Pereyra Sebastián, Entre la ruta y el barrio: la experiencia de las organizaciones piqueteras, Buenos Aires, Biblos, 2004.

Veneziano Esperon Alicia, “La participación en la descentralización del Gobierno Municipal de Montevideo. Evaluación de 10 años de Gobierno de Izquierda”, Revista Política y Gestión, vol. 4, 2003.

Vidal Dominique, La politique au quartier. Rapports sociaux et citoyenneté à Recife, Paris, La maison des sciences de l’homme, 1999.

Haut de page

Notes

1 Cet article repose sur trois périodes d’enquête réalisées à Rosario et à Montevideo entre 2006 et 2008. 64 entretiens semi-directifs approfondis ont été effectués auprès de membres des organisations à l’étude, dont la plupart ont pu être interrogés sur deux périodes d’enquête. Ces sources sont renforcées par une centaine d’entretiens informels et un travail d’observation directe de seize mois au total, lors des activités collectives au sein des quartiers et en dehors. Le corpus élargi représente entre 300 et 500 habitants, selon le degré d’implication considéré (membres actifs ou participants occasionnels).

2 Les organisations de chômeurs dites « indépendantes » ne sont affiliées ni au péronisme ni au radicalisme, les deux grands partis politiques argentins. Elles entretiennent toutefois des liens plus ou moins directs avec des mouvements de gauche.

3 Plusieurs entretiens ont été réalisés auprès des pouvoirs publics, notamment auprès des membres des programmes de régularisation des quartiers irréguliers des deux villes, du Budget participatif (en Argentine et en Uruguay), du programme de décentralisation culturelle Esquinas à Montevideo et de l’équipe d’un conseiller municipal de Rosario, militant social élu en 2005 (Juan Rivero).

4 Ce système a évolué en 2010 : le territoire de Montevideo se divise désormais en huit « municipes ». Les gouvernements infra-municipaux sont à charge d’un « Conseil municipal », formé de cinq membres élus par les habitants. Le conseiller ayant reçu le plus grand nombre de voix est élu maire du municipe.

5 L’élection des conseillers (par les habitants) a été envisagée mais n’a pu être effective du fait de limites constitutionnelles, jusqu’au nouveau projet de décentralisation. Les cinq membres formant les gouvernements infra-municipaux de Montevideo sont désormais élus par les habitants.

6 Les citations sont extraites de plusieurs entretiens menés de 2006 à 2008.

7 Selon la typologie proposée dans Agier [1999, p. 63-90].

8 Depuis 2007, le Parti socialiste et ses alliés du Front progressiste sont également à la tête de la province de Santa Fe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Pujol, « L’usage du quartier dans les politiques de « participation citoyenne ». Vers un « ancrage mobile » aux marges de Rosario et de Montevideo ? », Cahiers des Amériques latines, 69 | 2012, 103-121.

Référence électronique

Charlotte Pujol, « L’usage du quartier dans les politiques de « participation citoyenne ». Vers un « ancrage mobile » aux marges de Rosario et de Montevideo ? », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 26 décembre 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://cal.revues.org/998 ; DOI : 10.4000/cal.998

Haut de page

Auteur

Charlotte Pujol

Après une thèse de doctorat en géographie - aménagement, réalisée de 2006 à 2010 au LISST-CIEU (université Toulouse-2), qui portait sur les pratiques citadines et citoyennes aux marges de deux villes d’Amérique latine, Charlotte Pujol réalise actuellement un post-doctorat au sein de l’UMR ESO à l’université d’Angers dans le cadre d’un projet de recherche européen Urban Net sur les temporalités urbaines. Elle a publié des articles dans les revues Espaces et sociétés (n° 143 sur « les territoires de l’informel ») et Politique et sociétés (vol. 28 n° 1 sur « les frontières des mouvements sociaux »). Elle est l’un des membres fondateurs de l’Association toulousaine pour la recherche interdisciplinaire sur les Amériques (Atria).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org