Navigation – Plan du site
Dossier. Le clientélisme en situation : échanges politiques, politisation et conflits moraux

La démocratie participative entre subordination et autonomisation politique. Les Conseils communaux à Maracaibo (Venezuela)

The participative democracy between political subordination and empowerment. The community councils in Maracaibo
La democracia participativa entre subordinación y autonomización política. Los Consejos comunales en Maracaibo (Venezuela)
Mathieu Uhel
p. 57-80

Résumés

La « révolution bolivarienne » du président Hugo Chávez a placé le concept de « démocratie participative et protagonique » au cœur de la transition vers le « socialisme du xxie siècle ». Créés en 2006, les Conseils communaux matérialisent cette volonté du pouvoir central « de permettre au peuple organisé d’exercer directement la gestion des politiques publiques et des projets orientés à répondre aux nécessités et aspirations des communautés vers la construction d’une société d’équité et de justice sociale » (Loi des Conseils communaux, 2006).À partir des années 1970, les partis politiques dominants avaient intégré les associations de voisinage à la structure de domination puntofijiste. L’objectif de la constitution du Pouvoir populaire est de rompre avec les pratiques clientélistes héritées de la période antérieure et de poser les bases d’une nouvelle relation entre la société et l’État. Comment s’organisent les relations de pouvoir dans l’espace politique local résultant de la transition des associations de voisinage aux Conseils communaux ? Comment se distribuent socialement les projets communautaires décidés par les Conseils communaux et financés par l’Etat à l’intérieur de l’espace politique local ? Plus généralement, les Conseils communaux participent-ils d’un processus d’autonomisation politique des communautés locales ? Les observations et les entretiens réalisés dans deux barrios de la périphérie de Maracaibo et à la Fondation pour le développement de la communauté et la promotion municipale, tendent à montrer que si la démocratie participative et protagonique ouvre un processus d’autonomisation politique dans l’élaboration et l’exécution des projets communautaires, cette nouvelle architecture politique est construite sur une subordination à la reproduction de l’hégémonie chaviste et à la réélection d’Hugo Chávez à la présidence de la République.

Haut de page

Texte intégral

1Pendant la période d’hégémonie nationale et populaire au Venezuela, l’appareil d’État, qui se développe avec la progressive réappropriation de l’industrie pétrolière, intègre les dispositifs participatifs locaux, les associations de voisinage, à la structure de domination politique.

2Mobilisant un discours anti-néolibéral qui critique la corruption et l’incompétence des élites et promet de radicaliser la démocratie et redistribuer les revenus de la rente pétrolière, Hugo Chávez est élu président de la République en 1998. La « démocratie participative et protagonique » s’impose dès le début comme un concept central de la révolution bolivarienne. Avec la radicalisation du processus de changement vers le « Socialisme du xxie siècle » à partir de 2006, les Conseils communaux matérialisent la volonté du gouvernement de permettre « au peuple organisé d’exercer directement la gestion des politiques publiques et des projets orientés à répondre aux nécessités et aspirations des communautés dans la construction d’une société d’équité et de justice » (Loi des Conseils communaux, 2006). L’objectif de la constitution du Pouvoir populaire est donc de rompre avec la structure de domination héritée de la période antérieure et de poser les bases d’une nouvelle relation entre la société et l’État.

3Critiquée dans sa version contemporaine pour être un mécanisme de stabilisation de la « bonne gouvernance » néolibérale, la participation citoyenne, avec l’élection des représentants des quartiers précaires, ouvre la voie à l’approfondissement des pratiques clientélistes et donc à la reproduction de la structure de domination politique. Cependant, la mise en place des dispositifs participatifs au sein d’un projet politique révolutionnaire qui questionne l’organisation des relations de pouvoir dans une perspective de radicalisation de la démocratie, peut limiter ou empêcher le clientélisme et favoriser l’autonomie politique des communautés locales permettant ainsi leur intervention sur les processus de production socio-environnementaux.

4L’objectif de ce texte est d’analyser l’impact de la « démocratie participative et protagonique » dans l’exercice du pouvoir politique pour l’amélioration des conditions de vie dans les quartiers précaires de Maracaibo, deuxième ville du pays. Comment s’organisent les relations de pouvoir dans l’espace politique résultant de la transition des associations de voisinage aux Conseils communaux ? Comment se distribuent socialement les projets communautaires décidés par les Conseils communaux et financés par l’État à l’intérieur de l’espace politique local ? Plus généralement, les Conseils communaux participent-ils d’un processus d’autonomisation politique des communautés locales ?

5Afin d’apporter des éléments de réponse à cette problématique, des recherches ont été menées dans deux quartiers précaires de la périphérie de Maracaibo et à la Fondation pour le développement de la communauté et la promotion municipale (observations directes, entretiens formels et informels).

La démocratie participative entre subordination et autonomisation politique

6Dans les pays d’Amérique latine, la relation entre l’appareil d’État et les communautés locales pour la distribution des ressources publiques et l’amélioration des conditions de vie des habitants des quartiers précaires a été fréquemment caractérisée par le clientélisme politique. Jean-Louis Briquet définit le clientélisme comme des relations interpersonnelles entre individus qui appartiennent à des groupes sociaux aux ressources inégales et qui s’appuient sur des échanges de biens et services avec des obligations morales entre le patron et le client [Briquet, 1998].

7Dans le débat contemporain sur le clientélisme, Hélène Combes critique à la fois les perspectives instrumentaliste et culturaliste et cherche à rétablir le point de vue des acteurs afin de restituer la complexité de la relation clientéliste [Combes, 2011]. Selon l’auteur, la relation de dépendance politique ne signifie pas que le client soit captif de la relation hiérarchique avec le patron, propriétaire du quasi-monopole de l’accès aux ressources dans un espace social déterminé. Pour comprendre le clientélisme, il est nécessaire de prendre en compte les dimensions morales et affectives des relations interpersonnelles ainsi que la capacité réflexive des acteurs. À la fois volontaire et contraint, intéressé et désintéressé, l’échange politique n’est pas exempt de tensions et de conflits. Gabriel Vommaro et Julieta Quiros parlent de calcul moral pour désigner les évaluations et les négociations effectuées par les entrepreneurs politiques territoriaux et par les habitants des quartiers populaires [Vommaro et Quiros, 2011].

  • 1 Rejetant le pouvoir réduit à l’État, Michel Foucault propose une définition relationnelle du pouvoi (...)
  • 2 Selon le philosophe Mauricio Lazzarato, les pratiques de liberté doivent permettre de « jouer les r (...)
  • 3 Les techniques de pouvoir recouvrent l’ensemble des pratiques par lesquelles les institutions peuve (...)

8Sans minorer cette perspective micro-sociologique, on cherchera à insister dans ce texte sur le fait que ces relations interpersonnelles (de pouvoir) s’insèrent dans une structure de domination politique qui influe sur les pratiques des acteurs et donc sur la répartition des ressources publiques dans l’espace local. La définition foucaldienne du pouvoir1 permet de reconnaître la liberté des sujets et leur capacité à subvertir et à transformer l’ordre social2 parce qu’il n’existe pas de relation de pouvoir sans résistance [Foucault, 1994 a]. Mais, dans le même temps, elle permet de comprendre que cette liberté est contrainte par l’inégale distribution des ressources (économiques, politiques, sociales et culturelles) et instrumentalisée par les techniques de pouvoir3 en faveur des états de domination [Foucault, 1994 b].

9Les référents des quartiers populaires répartissent les ressources publiques de manière discrétionnaire et inégale dans l’espace local cherchant à renforcer le réseau de subordination politique, condition de la permanence de leur position ainsi que de la réélection du parti auquel ils sont affiliés. Étant donné la capacité de résistance des habitants, ces objectifs ne sont jamais atteints mécaniquement et peuvent être l’objet de conflits. Cependant, la relation clientéliste limite et encadre la capacité de décider et d’agir des habitants sur le processus de production socio-environnementale.

10L’impératif participatif contemporain est présenté comme une mesure qui permet d’approfondir la démocratie par l’« empowerment » des communautés locales. L’élection de la représentation locale afin de promouvoir les intérêts collectifs des habitants devient un champ de bataille politique parce qu’il permet aux partis de se constituer un ancrage local. Cette institutionnalisation de la participation ouvre la voie à l’approfondissement des pratiques clientélistes et donc à la reproduction de la structure de domination politique. Partagée par des acteurs politiques aux principes idéologiques opposés [Mohan et Stokke, 2000], la participation n’a ni les mêmes contenus ni les mêmes implications politiques et socio-environnementales selon le contexte dans lequel elle se développe. Il existe une ample littérature scientifique sur laquelle nous ne reviendrons pas qui a analysée les effets des dispositifs participatifs pour les communautés locales en contexte néolibéral [Jaglin, 2005] ou dans d’autres contextes comme dans le cas du socialisme municipal de Porto Alegre [Gret et Sintomer, 2002].

11Sans préjuger de ses effets, nous soutenons que la promotion par l’État de dispositifs participatifs ouvre la possibilité d’agir collectivement en faveur de la transformation des relations asymétriques de pouvoir politique, mais, dans le même temps, permet la captation de la mobilisation des individus au bénéfice de la structure de domination politique. La subordination ou l’autonomisation des communautés locales face à la structure de domination dépend du contexte dans lequel se développent les dispositifs participatifs. La portée subversive et émancipatrice de la participation nécessite que celle-ci soit intégrée à un projet politique radical qui questionne l’organisation des relations de pouvoir [Hickey et Mohan, 2005]. De la définition des relations de pouvoir à travers les échelles dépend la capacité des communautés locales à s’extraire des pratiques clientélistes et à intervenir collectivement sur leurs conditions matérielles de vie et, plus globalement, sur les processus de production socio-environnementale. C’est en ce sens que Nik Heynen, Maria Kaika et Erik Swyngedouw prolongent le droit à la ville d’Henri Lefebvre pour l’appliquer à la production socio-environnementale soulignant la nécessité de développer des stratégies qui permettent une distribution du pouvoir social plus équitable et une production de la nature plus inclusive [Heynen y al., 2006].

La démocratie participative et protagonique au Venezuela : rompre avec la structure de domination « puntofijiste » et avancer vers le « socialisme du xxie siècle »

  • 4 Il s’agit d’Action démocratique (AD), du Comité d’organisation politique électorale indépendant (CO (...)
  • 5 Luis Salamanca souligne que le monopole de représentation de la Confédération des travailleurs du V (...)

12La mise en place de la démocratie au Venezuela s’est effectuée par le biais de la signature du Pacte de Punto Fijo entre les partis politiques dominants en 19584. Avec ce consensus « la bourgeoisie réorganise le système de domination à travers la médiation des partis politiques s’appuyant sur une vaste base populaire et sous la direction de la démocratie représentative, en assurant simultanément le contrôle de la population et les conditions pour étendre l’accumulation [capitaliste] » [Lacabana, 2006]. Réprimant les projets révolutionnaires et leurs promoteurs (comme le Parti communiste du Venezuela et la Centrale unitaire de travailleurs du Venezuela), les partis dominants promeuvent l’incorporation des secteurs dominés (marginaux et intermédiaires) dans l’appareil d’État à travers le « syndicalisme de conciliation »5 et l’instrumentalisation des dispositifs participatifs, comme mesures de légitimation de l’hégémonie nationale-populaire.

13Étant des mécanismes de défense des classes moyennes face au développement urbain chaotique, les associations de voisinage (AV), à l’origine apolitiques, deviennent plus critiques du système puntofijiste au fur et à mesure qu’elles se développent [Salamanca, 1998]. S’organisant à l’échelle nationale, les AV revendiquent une plus grande participation des citoyens dans les affaires publiques, la dépolitisation partisane du régime et l’autonomie face aux partis politiques et à l’État [Salamanca, 2003].

  • 6 Les communes sont divisées en parroquias. La Loi organique du régime municipal de 1989 crée les jun (...)
  • 7 Lois organiques de régime municipal de 1978 et 1989 ainsi que le Règlement partiel n° 1 de la Loi o (...)

14La crise économique associée au processus de décentralisation politico-administrative contribue à changer la relation des AV à la structure de domination politique. Outre le transfert de compétences et de ressources financières aux niveaux municipaux et régionaux, ainsi que l’élection directe des autorités correspondantes, le processus cherche à développer la participation des citoyens à l’échelle locale par la reconnaissance et la promotion des associations de voisinage intégrées aux juntas parroquiales comme nouvelles instances municipales consultatives6. Selon la législation, les AV ont pour mission de faire des propositions et de collaborer avec les organismes compétents pour l’amélioration des conditions de vie dans les quartiers, en développant leurs activités sur fonds propres7. Les AV se développent fortement dans toutes les couches de la structure sociale, mais cette diffusion s’accompagne d’une pénétration des partis politiques. En effet, les compétences et ressources limitées des AV les obligent à faire pression sur les niveaux décentralisés de l’appareil d’État qui disposent des ressources financières publiques [Ochoa Henriquez et al., 2007]. Les AV s’institutionnalisent alors comme des groupes de pression territoriale renforçant les pratiques clientélistes. Luis Salamanca souligne, à propos de cette expérience organisationnelle, que : « Pour la première fois au Venezuela un mouvement apparu en marge des partis accumule une expérience et un bilan organisationnel modeste mais croissant, innovant dans beaucoup d’aspects, qui offre une certaine résistance au système de partis. Mais l’expérience montre que […] la logique partisane a envahi les fronts de voisinage » [Salamanca, 1998]. Intégrées à la structure de domination politique, les AV servent à la reproduction de la machine électorale, ce qui met fin à leur autonomie relative face à l’appareil d’État.

  • 8 Le « Caracazo » fait référence à la révolte populaire des 27 et 28 février 1989 à Caracas. Les mani (...)

15Les politiques d’ajustement structurel (ouverture de l’économie au marché mondial, poursuite de la réforme de l’administration publique vers la privatisation des entreprises publiques comme PDVSA, libéralisation des prix et des tarifs, notamment) entreprises à partir de 1989 pour résoudre la crise économique avaient notamment pour objectif d’expulser de l’appareil d’État les secteurs sociaux dominés [Lacabana, 2006]. Ces mesures néolibérales ont entraîné une augmentation des inégalités sociales et de la pauvreté et débouché sur des rebellions populaires spontanées et violentes (comme le « Caracazo »8) étant donné l’absence d’organisations sociales autonomes capables de canaliser et de transformer le mécontentement social en revendication et en mobilisation populaire [Lacabana, 2006]. Le rejet du système puntofijiste ouvre un cycle d’opportunités pour de nouveaux partis sur la scène politique nationale et la constitution du mouvement chaviste.

16Mobilisant un discours anti-néolibéral qui critique la corruption et l’incompétence des élites et promet de radicaliser la démocratie et de redistribuer les revenus de la rente pétrolière [Lopez Maya, 2008], le mouvement chaviste gagne l’élection présidentielle de 1998. Si Hugo Chávez a reçu l’appui de différents secteurs sociaux, depuis le prolétariat jusqu’à certaines fractions de la bourgeoisie nationale en passant par la « classe moyenne », c’est surtout sur les secteurs marginalisés que le nouveau président a pu compter. Si l’on se réfère à Steve Ellner, il est possible de distinguer deux séquences dans le processus révolutionnaire [Ellner, 2009]. Durant la première séquence (1998-2002), la révolution bolivarienne développe un processus de réappropriation de l’entreprise pétrolière et augmente le budget des programmes sociaux. Inscrite dans la nouvelle constitution de la République, la démocratie participative et protagonique débute timidement avec l’institutionnalisation de dispositifs participatifs sectoriels, comme les Tables techniques de l’eau (pour l’amélioration des services d’eau potable et d’assainissement) ou les Comités de terres urbaines (pour la régularisation des terrains dans les quartiers précaires), et transversaux comme le Conseil local de planification publique (pour la participation des communautés locales à la planification municipale).

  • 9 L’opposition regroupe essentiellement les bourgeoisies transnationale et nationale, rassemblées aut (...)

17Ayant perdu la bataille électorale, l’opposition9 entre dans un processus insurrectionnel, initiant un coup d’État et une grève pétrolière en 2002 qui mettent en danger la nouvelle hégémonie politique et le processus révolutionnaire. Avec l’appui du peuple, Hugo Chávez revient à la tête de l’État et le triomphe lors du référendum révocatoire de 2004 ouvre une nouvelle séquence dans la révolution.

  • 10 Les missions sociales s’attachent à développer des programmes dans des domaines prioritaires, comme (...)

18À partir de ce moment, on note une radicalisation du discours et des mesures politiques qui se cristallise dans la proposition d’un nouveau modèle de développement appelé « Socialisme du xxie siècle », appuyé par la constitution du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV). Le gouvernement impulse un processus de redistribution des terres (urbaines et rurales) et d’étatisation d’entreprises privées (comme CAN TV et Electricité de Caracas). En parallèle au développement d’une nouvelle génération de politiques sociales, les missions10, le gouvernement accentue le transfert de l’exercice du pouvoir politique à l’échelle des communautés locales. Les Tables techniques de l’eau, par exemple, voient leurs compétences accrues, les projets communautaires en matière d’eau potable et d’assainissement sont financés par un fond national créé par le président en 2005. La démocratie participative et protagonique entre dans une nouvelle étape avec la création des Conseils communaux en 2006. Le président précise le projet socialiste de « nouvelle géométrie du pouvoir » l’année suivante avec sa proposition de réforme de la Constitution. Se basant sur l’organisation des communautés dans les CC, il s’agit de parvenir à la création d’un État communal [Chávez, 2007].

Les Conseils communaux, pierre angulaire de la « démocratie participative et protagonique »

19En 2006, le président de la République affirme que « les Conseils communaux constituent le projet qui donnera le pas historique pour convertir la vieille démocratie représentative, sans peuple, en une démocratie véritable, à travers laquelle nous marcherons vers le socialisme » [MPPCI, 2008]. Cette « véritable démocratie » passera par la refondation de la relation entre l’État et la société : « Dans le socialisme du xxie siècle, l’État ne doit pas reproduire l’attitude paternaliste. L’État qui résout tout, qui fournit toutes les ressources, stimule la passivité et atrophie les capacités créatrices de la population. C’est pourquoi le nouveau socialisme, à la différence de l’ancien, transfert tout le pouvoir à la population au moment de prendre les décisions et invoque ses capacités créatrices et associatives » [MPPCI, 2007].

  • 11 La loi organique des Conseils communaux de décembre 2009 remplace la précédente loi d’avril 2006. C (...)

20La loi des Conseils communaux d’avril 200611 définit ces dispositifs comme « des instances de participation, d’articulation et d’intégration des diverses organisations communautaires, groupes sociaux et citoyens et citoyennes qui permettent au peuple organisé d’exercer directement la gestion des politiques publiques et des projets orientés à répondre aux nécessités et aspirations des communautés dans la construction d’un société d’équité et de justice » (article 2).

21Le Conseil communal est composé d’un organe exécutif, d’une unité de gestion financière et d’une unité de contrôle social. L’organe exécutif est chargé de promouvoir et d’articuler la participation organisée des membres de la communauté et de planifier l’exécution des décisions de l’assemblée de citoyens (article 8). Il a également comme responsabilité d’élaborer le Plan de développement de la communauté, de promouvoir la demande de transfert des services et de participation dans les processus économiques à travers des mécanismes autogestionnaires et cogestionnaires, ainsi que de promouvoir l’exercice de l’initiative législative et participer aux processus de consultation dans le cadre du parlementarisme social (article 21). L’unité de gestion financière ou banque communale est responsable de l’administration des ressources financières et non financières des CC (article 10). Elle doit promouvoir l’économie populaire et solidaire et rendre des comptes aux citoyens et au Fonds national des conseils communaux. L’unité de contrôle social est l’organe chargé de réaliser le contrôle et la supervision de l’utilisation des ressources assignées, reçues ou générées par le Conseil communal, ainsi que sur les programmes et projets d’investissement public budgétisés et exécutés par le gouvernement national, régional ou municipal (article 11).

22Les Conseils communaux se constituent dans les communautés qui regroupent entre 200 et 400 familles dans les espaces urbains, à partir de 20 familles dans les espaces ruraux et à partir de 10 familles dans les communautés indigènes (article 4). Les porte-parole sont élus par vote direct et secret en Assemblée de citoyens, instance primaire pour l’exercice du pouvoir, la participation et le protagonisme populaire dont les décisions sont inaliénables (article 4). Le mandat est de deux ans, les porte-parole pouvant être réélus et révoqués. L’organe exécutif est constitué des porte-parole de tous les comités de travail de la communauté (Table technique de l’eau, Comité de terres urbaines, Comités de santé, etc.). L’assemblée élit cinq habitants de la communauté pour l’unité de gestion financière et de contrôle social. Le schéma 1 représente l’organisation interne d’un Conseil communal.

Schéma 1. L’organisation du Conseil communal.

Schéma 1. L’organisation du Conseil communal.

Source. Mathieu Uhel, ESO Caen.

23La constitution des Conseils communaux et la formation des porte-parole sont impulsées et supervisées par la Commission local présidentielle du Pouvoir populaire, organe dépendant des Commissions régionale et nationale présidentielles du Pouvoir populaire dont les membres sont nommés par le président (chapitre VII). Les commissions présidentielles du Pouvoir Populaire sont chargées de recevoir et d’évaluer les projets communautaires ainsi que de transmettre les ressources techniques, financières et non financières nécessaires à leur exécution, suivant les ressources disponibles dans le Fonds national des conseils communaux, inscrit au ministère des Finances et dont les membres sont nommés par le président (chapitre VI). Le schéma 2 représente l’articulation entre le CC et l’État central pour le financement des projets communautaires.

24La loi des Conseils communaux de 2006 promeut la création d’instances démocratiques locales ayant de larges compétences économiques et politiques comparées aux dispositifs participatifs traditionnels, les Associations de voisinage. La relation directe entre les CC et la présidence de la République pour le financement des projets communautaires correspond à l’organisation des missions sociales et des dispositifs participatifs sectoriels. Le Pouvoir populaire est en effet confronté à l’inertie de l’organisation et du fonctionnement de l’appareil d’État qui cherche à maintenir l’ancien modèle de gestion publique reproduisant les vieilles pratiques clientélistes et technocratiques [Ochoa Henríquez, 2008]. Les projets communautaires, élaborés par les Conseils communaux à l’échelle locale, sont évalués par les Commissions présidentielles du Pouvoir populaire et financés par le Fonds national des conseils communaux à l’échelle nationale. Cette architecture politico-administrative spécifique doit ainsi permettre d’éviter le détournement des ressources publiques par l’appareil d’État traditionnel.

Schéma 2. Architecture politique du financement des projets communautaires.

Schéma 2. Architecture politique du financement des projets communautaires.
Source

Transition : problématique, espace de l’investigation et méthodologie

  • 12 Voir notamment les travaux de Garcia-Guadilla [2008] et Commet [2009].
  • 13 Voir cependant le mémoire de maîtrise réalisé par Marion Champion en 2007 sur les Conseils communau (...)

25Les Conseils communaux sont conçus comme des instances d’organisation du peuple pour l’exercice direct du pouvoir politique dans le cadre d’un processus révolutionnaire socialiste qui cherche à construire une société équitable et juste. Comment s’organisent les relations de pouvoir dans l’espace politique résultant de la transition des Associations de voisinage aux Conseils communaux ? Comment se distribuent socialement les projets communautaires décidés par les Conseils communaux et financés par l’État à l’intérieur de l’espace politique local ? Plus généralement, les CC participent-ils d’un processus d’autonomisation politique des communautés locales ? La question de la subordination ou de l’autonomisation politiques des CC a fait l’objet de nombreuses recherches ces dernières années, mais qui portaient principalement sur la ville de Caracas12. Maracaibo, capitale de l’État du Zulia et deuxième ville du pays, compte en revanche peu de travaux sur cette problématique13.

  • 14 « Le mot barrio au Venezuela est utilisé pour dénommer les installations urbaines non contrôlées, c (...)

26On dénombre aujourd’hui environ 2 millions d’habitants à Maracaibo. Le processus d’urbanisation a été caractérisé par la constitution d’une « ville précaire » qui correspond à 60 % de la superficie totale, c’est pourquoi les professeurs Gustavo Chourio et Andres Echeverria définissent Maracaibo comme une « métropole-barriale » [Echeverria y Chourio, 2001]. Passant par un long processus d’appropriation de l’espace, les migrants envahissent les terrains vacants et consolident progressivement leur logement, entraînant la constitution de quartiers auto-construits ou « informels », appelés barrios14. Durant la période puntofijiste, le clientélisme politique a constitué l’élément central du processus de construction de la « ville précaire » : « la spéculation politique (prosélytisme) […] est le premier facteur promoteur et organisateur des mouvements d’invasion qui émergèrent dans la ville sous la protection de députés, de conseillers et de fonctionnaires » [Echeverria y Chourio, 2001]. À partir de l’application du modèle néolibéral, qui se caractérise par le retrait de l’État au profit des mécanismes du marché, et de la profonde crise du système politique, l’économie informelle domine le processus urbain et les pratiques clientélistes s’appuyant sur les Associations de voisinage se trouvent en difficulté. Avec l’introduction des Conseils communaux, la physionomie politique de la ville commence à changer. En 2007, il est possible de mettre en évidence une concentration des dispositifs participatifs à la périphérie de la ville, exprimant et renforçant la géographie sociopolitique polarisée de Maracaibo [Uhel, 2012]. Les habitants des barrios sous la bannière chaviste s’approprient les CC alors que les catégories sociales intermédiaires ou supérieures maintiennent les AV. La diffusion des CC est cependant hétérogène : on note une tendance à la dispersion et à l’isolement des dispositifs dans l’espace urbain.

27L’analyse des Conseils communaux à Maracaibo s’appuie sur une mission de recherche qui s’est déroulée en juillet et août 2007. Deux quartiers de la « ville précaire », aux niveaux de consolidation différents, ont été choisis : Santa Rosa de Agua dans la parroquia Coquivacoa qui compte plus de 5 000 habitants et Brisas del Norte dans la parroquia Idelfonso Vasquez avec plus de 6 000 habitants. Des entretiens formels avec les porte-parole des CC, des discussions informelles avec les habitants, l’observation des assemblées et des réunions publiques ainsi que l’observation des réalisations matérielles de la révolution dans l’environnement urbain construit ont été réalisés dans ces deux barrios. Afin de saisir la relation de pouvoir entre les CC et l’appareil d’État, des recherches (observations et entretiens) ont été également entreprises à la Fondation pour le développement de la communauté et la promotion municipale (Fundacomun), l’organisme responsable du développement de ces dispositifs participatifs dans l’État du Zulia.

La réorganisation des relations de pouvoir politique dans l’espace local : la transition révolutionnaire des associations de voisinage aux Conseils communaux

28Plus de soixante ans après sa fondation, Santa Rosa de Agua présente un niveau de consolidation très avancé. La majorité des maisons sont terminées, bien qu’il puisse exister des logements dans une étape intermédiaire du processus. Le quartier dispose de tous les services publics à domicile (électricité et gaz, eau potable et assainissement, ramassage des déchets, etc.). Le problème réside dans le vieillissement et le manque d’entretien des infrastructures publiques. Il est à noter qu’en l’absence de raccordement du réseau d’assainissement à une usine de traitement des eaux usées, celles-ci se jettent directement dans le lac de Maracaibo. Ces rejets provoquent une grave pollution côtière et impliquent des risques sanitaires élevés et des difficultés pour l’économie locale (Santa Rosa de Agua est un site touristique réputé pour la présence de palafitos, ces maisons traditionnelles construites sur le lac).

29Fondé en 1994-1995, Brisas del Norte montre une situation très différente et hétérogène concernant l’environnement urbain construit. La grande majorité des maisons se trouve dans les premières étapes du processus de consolidation, avec ponctuellement des maisons consolidées. Mise à part l’électricité, les infrastructures publiques sont absentes. Comme exemple de la précarité de la réalisation des projets, le quartier a dû attendre cinq ans avant que se termine la construction d’un collège par le gouvernement régional.

30Durant la période prérévolutionnaire, ces quartiers disposaient d’une Association de voisinage rassemblant l’ensemble de la communauté. La président de l’AV de Brisas del Norte était affilié au parti politique Un Nuevo Tiempo. Si ce dirigeant ne cachait pas son appartenance partisane, il n’a pas été possible de connaître l’affiliation politique (ou non) de l’ancien président de l’AV de Santa Rosa de Agua.

31À partir de la promulgation de la loi sur les Conseils communaux en 2006, les espaces politiques locaux commencent à se réorganiser. Les habitants du quartier Santa Rosa de Agua suppriment l’AV et divisent l’espace communautaire en quatre secteurs afin de se mettre en conformité avec la nouvelle législation (les CC doivent regrouper entre 200 et 400 familles). L’élection des porte-parole se réalise avec une large participation et sans conflit majeur. Les membres de la direction de l’AV (un couple et leurs amis) se réapproprient le secteur 1, Ecos del Zulia, sous la bannière chaviste, entraînant une reproduction de l’organisation antérieure à une échelle plus réduite. Les trois autres secteurs élisent également des porte-parole partisans du processus révolutionnaire. Les observations et entretiens montrent que s’il existe des liens (tenus) entre les Conseils communaux du même quartier, les porte-parole tendent à se focaliser sur cette nouvelle délimitation, envisageant l’action collective à l’échelle de cet espace politique réduit.

32Dans le cas du quartier Brisas del Norte, la transition révolutionnaire s’est avérée beaucoup plus difficile. La création du premier Conseil communal (secteur 2) et la suppression corrélative de l’association de voisinage nécessitent l’intervention de la garde nationale sur la demande des militants chavistes. Les dirigeants locaux affiliés au parti d’opposition Un Nuevo Tiempo refusaient d’abandonner leur responsabilité. Divisé ensuite en quatre secteurs, le quartier élit deux nouveaux Conseils communaux la même année. Le travail de terrain effectué a permis de mettre en évidence le fait que le Conseil communal du secteur 2 est le plus actif, subordonnant celui du secteur 1 (le Conseil communal du secteur 4 ne fonctionnait déjà plus un an après l’élection). Les habitants du secteur 3 forment leur Conseil communal en août 2007 et l’ancien président de l’AV devient l’un des porte-parole de la nouvelle instance. Cette nouvelle organisation de l’espace politique local court le risque de créer des tensions entre les Conseils communaux du quartier (secteurs 2 et 3). Cette éventualité a été très rapidement confirmée par l’un des porte-parole du secteur 2 qui, évoquant l’élection dans le secteur 3, assure qu’« à partir de maintenant les Conseils communaux qui se constituent sont de l’opposition ». Affirmation à laquelle répond (indirectement) l’un des nouveaux dirigeants du secteur 3, « bien sûr [qu’il est nécessaire de travailler avec les autres Conseils communaux], mais c’est difficile en ce moment avec ces fanatiques chavistes ».

33La transition révolutionnaire a donc impliqué une rupture (parfois conflictuelle) avec la structure de domination antérieure. La multiplication des institutions et les divisions (et tensions dans le cas de Brisas del Norte) internes aux quartiers entraînent une fragmentation de l’espace politique local rompant ainsi l’unité territoriale souvent difficilement construite. Selon les discours officiels, les Conseils communaux sont censés permettre une radicalisation de la démocratie se traduisant par une plus grande implication des citoyens dans les processus politiques. Les paragraphes suivants tentent d’apporter quelques éléments de compréhension de la réorganisation des rapports de pouvoir internes à la communauté.

  • 15 Il m’a d’ailleurs été possible de constater une affluence notable d’habitants lors de l’élection du (...)

34Dans les deux secteurs étudiés, les porte-parole rencontrés font état d’une participation communautaire élevée lors de l’Assemblée constitutive chargée d’élire les porte-parole du Conseil communal15. Mais, avec le temps, la présence des habitants se fait progressivement irrégulière et déclinante. Ce constat est partagé par tous les porte-parole qui déplorent cette démobilisation durant les réunions publiques ou les assemblées périodiques convoquées dans le but de définir et de rendre des comptes sur les projets communautaires. Cependant, un regain de participation est ponctuellement constaté suivant les sujets traités (sélection des habitants bénéficiaires de programme d’amélioration de l’habitat ou résolution d’un conflit intra ou inter-quartier par exemple).

35La participation faible et irrégulière peut d’abord s’expliquer par la reproduction des pratiques politiques de délégation héritées de la période prérévolutionnaire qui inséraient les citoyens dans une structure politique verticale. L’élaboration et la diffusion depuis l’État central de nouveaux dispositifs participatifs ne changent pas les pratiques établies depuis de nombreuses années, s’il n’existe pas de procédures de formation à l’exercice du pouvoir politique permettant aux citoyens de se les approprier. Cette démobilisation peut également être la conséquence des conditions matérielles dans lesquelles vivent les habitants. Les relations de domination et d’exploitation particulièrement violentes dans l’économie informelle perdurent et rendent la mobilisation politique difficile et précaire. Les individus et les familles tendent à donner la priorité aux stratégies de survie pour satisfaire les besoins du foyer, laissant progressivement les affaires politiques du quartier aux porte-parole réactualisant ainsi la séparation entre mandants et mandataires.

36Dans ce contexte, de nouveaux rapports de pouvoir se mettent en place au sein de l’espace politique local entre citoyens et porte-parole. Dans les deux secteurs étudiés, l’organisation politique montre la forme d’un noyau d’individus, regroupés au sein du Conseil communal par des liens familiaux ou d’amitié, tissant un réseau complexe de subordination et d’exclusion avec les habitants du secteur ou du quartier. Cette asymétrie de la relation de pouvoir politique, conférée par la légitimité de l’élection et la progressive démobilisation des habitants, est renforcée économiquement par l’utilisation des ressources financières transférées par l’État sans formation ni contrôle réel. De plus, la majorité des porte-parole se revendiquent du PSUV ce qui renforce encore leur position dominante dans l’espace local. Avec la progressive structuration des rapports de pouvoir politique à l’échelle locale, il est possible d’assister à des formes de professionnalisation des porte-parole. C’est le cas de l’un des membres du Conseil communal du secteur 2 de Brisas del Norte inscrit au PSUV qui est devenu la figure forte du quartier autour de laquelle gravitent les autres porte-parole et citoyens. Ce nouveau leader a ainsi été recruté par la Fondation pour le développement de la communauté et la promotion municipale (Fundacomun) comme volontaire afin de développer les Conseils communaux dans les quartiers à proximité montrant ainsi la capacité de l’État à incorporer dans ses appareils de nouveaux dirigeants locaux.

Les réalisations matérielles de la révolution bolivarienne par les Conseils communaux

37Les nouvelles relations locales de pouvoir politique résultant de la transition révolutionnaire constituent le cadre dans lequel se réalisent les projets communautaires définis par la communauté et financés par le Fonds national des conseils communaux (FNCC). Ces projets diffèrent nécessairement selon le niveau de consolidation des barrios étudiés.

38Dans le cas de Brisas del Norte, la majorité des projets communautaires s’est développée dans le secteur 2, où s’est constitué le premier Conseil communal. La première concrétisation de la révolution correspond à la construction de la « maison communale » qui sert de lieu où se réalisent les activités du Conseil communal. Elle se situe à côté de la maison du nouveau leader du secteur. Le module barrio adentro, sorte de maison de la santé, se trouve également au début de la rue menant à la résidence de ce porte-parole. Devant dispenser les premiers soins et héberger un médecin cubain, le module était fermé au moment de la mission en raison de l’absence du praticien. Ce secteur a également bénéficié du programme d’amélioration de l’habitat qui a profité dans une première étape à 10 foyers (avec les fonds assignés par l’État, seulement sept maisons furent construites). L’Assemblée a eu recours au tirage au sort pour la sélection des bénéficiaires ce qui a attiré plus de 300 habitants du secteur. Contrevenant au principe de tirage au sort, une maison a cependant été attribuée à une porte-parole du Conseil communal « pour son travail communautaire ». Une forte participation a également été constatée lors de la distribution des excédents financiers d’un projet antérieur. Les porte-parole avaient décidé d’acheter des biens domestiques (ventilateur, mixeur, etc.) et de les répartir entre les habitants du secteur, toujours par tirage au sort.

39Dans le secteur Ecos del Zulia du quartier Santa Rosa de Agua, il n’existe pas de « maison communale ». Les porte-parole effectuent les réunions du Conseil communal dans leur maison par rotation. Cependant, il a été possible d’observer que la maison de l’un des porte-parole sert fréquemment de lieu de rencontre pour les activités politico-administratives du secteur : restructuration de la Table technique de l’eau ou réunion de formation du PSUV (ce qui démontre l’absence de frontière entre représentants élus du CC et membres du parti présidentiel). Le module «barrio adentro» se situe sur le terrain du couple qui était auparavant à la tête de l’association de voisinage et actuellement porte-parole du Conseil communal. La cantine populaire, approvisionnée par la mission mercal, se trouve également à l’arrière de leur maison où sont entreposées les denrées alimentaires. Un projet de construction d’un restaurant et d’une aire de jeu, porté par le CC, doit voir le jour sur ce même terrain.

Photo 1. Maison communale dans le secteur 2 de Brisas del Norte

Photo 1. Maison communale dans le secteur 2 de Brisas del Norte

Source. Mathieu Uhel.

  • 16 Plusieurs fois lors d’entretiens informels avec des habitants des quartiers étudiés, des rumeurs de (...)

40La matérialisation de la révolution montre les risques liés à la gestion directe des projets communautaires. Bien qu’on ne puisse parler de malversation ou d’enrichissement personnel, la question du contrôle privatif des projets semble en revanche réelle. La localisation de certains projets communautaires sur ou à côté du terrain des porte-parole peut être interprétée comme une stratégie d’accumulation de ressources dans le but de renforcer la relation asymétrique de pouvoir avec le reste de la communauté. Le travail communautaire nécessite un investissement important en temps, en énergie et souvent en argent de la part d’individus disposant de revenus faibles et irréguliers, ce qui peut attiser les tentations de détournement des fonds publics ou d’attribution sélective des projets16. Le contrôle social est rendu difficile par la faible participation citoyenne lors des réunions périodiques de reddition de compte ainsi que par le fonctionnement même du CC. Le rôle de l’unité de contrôle social est sujet à caution en raison à la fois de la réduction du nombre et de l’investissement des porte-parole du CC au cours du temps et de la composition de cette instance qui peut entraîner l’élection de parents ou d’amis.

Photo 2. Maison de la santé dans le secteur «Ecos del Zulia» de Santa Rosa del Agua

Photo 2. Maison de la santé dans le secteur «Ecos del Zulia» de Santa Rosa del Agua

Source. Mathieu Uhel.

  • 17 Cette tendance a été constatée également, bien que de manière contradictoire, dans le cas d’Hidrola (...)
  • 18 Créée par Hugo Chávez en 2003, l’université bolivarienne du Venezuela est pensée comme une communau (...)
  • 19 Ces informations proviennent d’un entretien collectif et semi-directif avec les agents publics de l (...)

41De plus, le noyau réduit de porte-parole utilise les fonds assignés aux projets communautaires sans formation ni contrôle effectifs de l’appareil d’État. L’État central distribue les ressources nécessaires à l’exécution des projets sans établir les mécanismes appropriés permettant de s’assurer de l’utilisation adéquate des fonds publics. À Maracaibo, la Fondation pour le développement de la communauté et la promotion municipale (Fundacomun) sert d’interface locale dans la relation entre les CC et la présidence de la République pour la réalisation des projets communautaires. Elle a pour mission d’aider à l’organisation, l’expansion et la consolidation des CC et de traiter, connaître et approuver les projets communautaires avant de les transférer ensuite au Fonds national des conseils communaux (FNCC), exerçant ainsi, dans les faits, les compétences dévolues, dans la loi, aux commissions présidentielles du Pouvoir populaire. Cette institution créée pendant la période puntofijiste a été réappropriée par l’intermédiaire d’un processus de « bolivarianisation »17 avec la nomination d’étudiants de l’université bolivarienne du Venezuela (UBV)18 à la coordination des CC de l’État du Zulia. Engagés dans le processus révolutionnaire et conscients de leur responsabilité, les jeunes agents publics critiquent cependant le manque de ressources financières et humaines assignées par l’État pour mener à bien leur mission, l’inertie et l’extension de la bureaucratie ainsi que la permanence de position de pouvoir de la part de fonctionnaires incompétents et autoritaires19. Les recherches effectuées à la Fundacomun ont pu mettre en évidence une tendance à privilégier la formation politico-idéologique des porte-parole au détriment de la formation à l’exercice d’un mandat politique, à la gestion administrative et financière des projets et à l’évaluation et au contrôle social. Le suivi dans l’élaboration et l’exécution des projets est rendu difficile étant donné le nombre réduit d’agents publics de la Fundacomun.

42Malgré les soupçons de malversation ou de ce que l’on a appelé contrôle privatif des projets, les bénéfices de la révolution sont visibles dans ces quartiers rarement pris en compte par le gouvernement national lors des dernières décennies. Les immenses ressources de l’État, fruits de la réappropriation de la rente pétrolière, peuvent être directement transférées et en un temps réduit dans les lieux les plus éloignés du territoire et satisfaire les besoins collectifs des citoyens grâce à l’architecture spécifique du Pouvoir populaire. Cette matérialisation de la révolution dans l’environnement urbain construit semble un facteur explicatif de l’adhésion inconditionnelle des habitants, ou au moins des porte-parole rencontrés, à Hugo Chávez en période électorale ou de forte conflictualité. Les responsables des deux secteurs étudiés en 2007 affirmaient en effet leur intention de conduire la campagne pour le « oui » lors du référendum sur la réforme de la Constitution proposée par le président. Cette absence de frontière entre porte-parole du CC et membre du PSUV est assumée par les militants (et les agents de la Fundacomun). L’action collective locale dans les CC pour l’amélioration des conditions de vie du quartier est conçue comme faisant partie du projet révolutionnaire socialiste et pas comme une proposition organisationnelle dépassant les divisions partisanes. La formation d’un CC par des individus identifiés comme appartenant à l’opposition (cas de Brisas del Norte) est difficilement acceptée par les militants chavistes et perçues comme une stratégie opportuniste permettant de bénéficier de la révolution sans l’appuyer. Les recherches à Maracaibo n’ont cependant pas permis de confirmer l’hypothèse d’une exclusion des CC de l’« opposition » au financement des projets communautaires.

Conclusion partielle et provisoire

43La démocratie participative et protagonique au Venezuela initie un processus devant rompre avec la structure de domination héritée de la période puntofijiste et poser les bases d’une nouvelle organisation politique de la société. La création des Conseils communaux permet aux communautés locales d’exercer directement le pouvoir politique en faveur de l’amélioration des conditions de vie de la population, à travers l’élaboration et l’exécution des projets communautaires financés par l’État central.

44Les recherches dans deux barrios de la périphérie de Maracaibo montrent que dans ce processus d’autonomisation des communautés locales s’établissent des relations asymétriques de pouvoir entre les citoyens et les porte-parole des CC. Les nouveaux dirigeants des secteurs, partisans du processus révolutionnaire, utilisent directement et sans contrôle effectif les ressources financières assignées par le Fonds national des conseils communaux. Cette relation économique renforce la position politique des porte-parole à l’échelle locale ouvrant des opportunités de malversation dans la gestion des fonds publics ou de contrôle privatif des projets communautaires. Cependant, l’utilisation du tirage au sort dans certains cas limite l’établissement de relations clientélistes et permet l’assignation égalitaire et transparente des projets communautaires.

45Le détournement du projet de démocratie participative et protagonique est notamment rendu possible par la formation limitée des porte-parole à la gestion administrative et financière des projets. En ce sens, nous partageons les résultats des recherches développées par María Pilar García-Guadilla sur les CC de Caracas qui soulignent l’absence d’expérience et de transparence dans la distribution des ressources aux communautés, s’éloignant ainsi de la possibilité de construire le pouvoir communal [García-Guadilla, 2008]. En tant qu’organisme d’assistance technico-politique, la Fundacomun « bolivarianisée » participe à la formation politico-idéologique des porte-parole des CC en conformité avec le processus révolutionnaire. Bien que nous partageions la majorité des résultats de Mathieu Commet, nos recherches à Maracaibo diffèrent de sa conclusion sur la dépendance davantage technico-financière que politique des CC vis à vis de la puissance publique. La Fundacomun à Maracaibo, qui compte sur des ressources humaines et financières limitées pour mener à bien sa mission, tend en effet à privilégier la formation politico-idéologique des porte-parole.

46Face à une opposition hétéroclite et discréditée mais maintenue comme sujet politique dangereux (la grève pétrolière et surtout le coup d’État de 2002 sont présents dans la mémoire des vénézuéliens), les CC deviennent, pour les responsables communautaires et les agents publics de la Fundacomun, les organes de défense de la révolution et les cellules politiques de base du projet de l’État socialiste vénézuélien. Etant donné que ce projet émane d’un leader charismatique, symbolisant à lui seul la révolution, la poursuite et l’approfondissement du processus de transfert de la rente pétrolière à l’échelle locale dépend de la reproduction de l’hégémonie chaviste à l’échelle nationale et surtout de la réélection d’Hugo Chávez à la présidence de la République. Si la démocratie participative et protagonique ouvre un processus d’autonomisation politique dans l’élaboration et l’exécution des projets communautaires, cette nouvelle architecture politique est construite sur une subordination à la réélection d’Hugo Chávez. Cette relation verticale n’était pas compensée au moment de la recherche par une structuration horizontale des CC, ce qui pourrait permettre la constitution d’un pouvoir collectif, démocratique et autonome.

47Ces recherches à Maracaibo ont eues lieu un peu plus d’un an après la promulgation de la loi des CC dans seulement deux barrios, ce qui confère aux résultats un caractère partiel et provisoire. Les CC ont continué à se diffuser sur tout le territoire national et le projet de « nouvelle géométrie du pouvoir » s’est réajusté et approfondi depuis 2007. Les incertitudes et les soupçons concernant le comportement des CC peuvent expliquer l’adoption d’une nouvelle loi organique des CC en décembre 2009. La nouvelle norme est beaucoup plus détaillée que la première version en ce qui concerne les procédures et les fonctions du CC (prise de décisions, travail collectif, compétences de chaque entité formant le CC). La loi insiste surtout sur la reddition de compte des porte-parole à la communauté et à l’État (responsabilité civile, pénale et administrative des porte-parole de l’unité administrative et financière), et la révocation des porte-parole (un chapitre entier, absent de la première loi).

48Cette nouvelle version apparaît comme un exemple de la réorientation du processus révolutionnaire, ce que le président a appelé “les trois R” : révision, rectification et réimpulsion. Durant son allocution de janvier 2008, Hugo Chávez a ainsi pointé « les terribles phénomènes que continuent d’être la bureaucratisation, l’inefficacité et la corruption, qui font tant de mal, comme un cancer dans un corps humain, et qui sont une véritable menace pour notre peuple, pour notre futur » [Chávez, 2008]. Ce discours intervient quelques semaines après le rejet de la réforme de la Constitution qui contenait la proposition d’un État socialiste. Les raisons du rejet sont multiples mais il est possible de souligner : la volonté du peuple de sanctionner la mauvaise gestion des maires et gouverneurs chavistes et la corruption au sein du processus révolutionnaire ainsi que sanctionner une proposition compliquée, imposée par l’exécutif sans une réelle concertation et avec une tendance centralisatrice [López Maya, 2008]. Cet épisode illustre la capacité du peuple à signifier son appui critique au processus et celle du président à reconnaître la défaite et ses erreurs.

  • 20 Dans cette perspective, il est possible de distinguer : la promulgation de la loi de l’Administrati (...)

49Bien que la proposition d’un État communal ait été freinée par le résultat du référendum, le projet de socialisme du xxie siècle est maintenu et développé à travers de nouvelles dispositions législatives20. Le gouvernement accentue le transfert de l’exercice du pouvoir politique à l’échelle locale par l’intermédiaire de la création des communes, les autogouvernements communaux qui se basent sur un modèle économique de propriété sociale et de développement endogène et durable (Loi organique des communes, 2010). Ce processus, impulsé par l’État central et plus précisément par le président de la République, approfondit l’autonomie politique locale dans l’organisation de la société. Si le projet d’État communal se consolide, quel sera le futur de l’appareil d’État traditionnel et y compris de la présidence de la République dans cette nouvelle architecture politique ? Paraphrasant Mathieu Commet, le gouvernement prépare-t-il les conditions d’une révolution dans la Révolution ?

Haut de page

Bibliographie

Briquet Jean-Louis, « La politique clientélaire. Clientélisme et processus politique », Briquet Jean-Louis, Sawicki Frédéric (dir.), Le clientélisme politique dans les sociétés contemporaines, Paris, Puf, 1998, p. 7-38.

Champion Marion, Les Conseils communaux au Venezuela : un nouvel instrument de la démocratie participative. De la loi à la pratique, mémoire de maîtrise en sciences et techniques : intervention sociale et développement, Fournier Jean-Marc et Chourio Gonzales Gustavo (dir.), 2007, Caen, 250 p.

Chávez Frias Hugo, Discurso del Presidente de la Republica en ocasión de entregar la propuesta de Reforma Constitucional en la Asamblea Nacional, 17 de agosto de 2007, Caracas, República Bolivariana de Venezuela.

Chávez Frias Hugo, Mensaje Anual del Presidente Hugo Chávez Frías ante la Asamblea Nacional, 11 de enero 2008, Caracas, República Bolivariana de Venezuela.

Chourio Gonzales Gustavo, Echeverria Villalobos Andres, “Hacia una interpretación de la dinámica barrial en Maracaibo”, Revista Mexicana de sociología, 2001, vol. 63, n° 1, p. 177-200.

Combes Hélène, “¿Donde estamos con el debate sobre el clientelismo?”, Desacatos, 2011, vol. 36, p. 13-32.

Commet Mathieu, « Une révolution dans la révolution ? Mobilisations collectives et démocratie participative dans les barrios de Caracas », dans Compagnon Olivier, Rebotier Julien et Revet Sandrine, Le Venezuela au-delà du mythe. Chávez, la démocratie, le changement social, Paris, L’Atelier/Éditions Ouvrières, 2009, p. 105-128.

Echeverria Villalobos Andrés, Los asentamientos irregulares en el proceso de urbanización de la ciudad de Maracaibo. La formación de una ciudad precaria, Maracaibo, Universidad del Zulia, Facultad de Arquitectura, 1995.

Ellner Steve, « Une révolution sans objectifs, Le processus révolutionnaire au Venezuela », dans Compagnon Olivier, Rebotier Julien et Revet Sandrine, Le Venezuela au-delà du mythe. Chávez, la démocratie, le changement social, Paris, L’Atelier/Éditions Ouvrières, 2009, p. 29-44.

Fournier Jean-Marc, L’autre Venezuela de Hugo Chávez. Boom pétrolier et révolution bolivarienne à Maracaibo, Paris, Karthala, Collection Hommes et sociétés, 2010, 300 p.

Foucault Michel, a) « Le sujet et le pouvoir », dans Dits et écrits, tome IV, Paris, Gallimard, 1994.

Foucault Michel, b) « L’éthique du souci de soi comme pratique de liberté », dans Dits et écrits, tome IV, Paris, Gallimard, 1994.

Garcia-Guadilla María Pilar, “Poder Popular limites de la democracia participativa en Venezuela: la experiencia de los consejos comunales”, Caracas, II Conferencia de la sección venezolana de la Latín American Studies Asociación (LASA), 2008.

Gret Marion et Sintomer Yves, Porto Alegre. L’espoir d’une autre démocratie, Paris, La Découverte et Syros, 2002, 135 p.

Heynen Nik, Swyngedouw Erik and Kaika Maria, In the Nature of Cities: Urban Political Ecology and the Politics of Urban Metabolism, Questioning Cities, Routledge, 2005, 288 p.

Hickey Sam, Mohan Giles, "Relocating participation within a radical politics of development", Development and Change, 2005, vol. 36, n° 2, p. 237-262.

Jaglin Sylvy, « La participation au service du néolibéralisme ? Les usagers dans les services d’eau en Afrique sub-saharienne », dans Bacque MH, Syntomer Y (eds), Gestion de proximité et démocratie participative : les « nouveaux » paradigmes de l’action publique, Paris, La Découverte, 2005, p. 271-291.

Lacabana Miguel, “Petróleo y hegemonía en Venezuela. La construcción de un proyecto nacional democrático-popular en el siglo xxi”, en Basualdo E. y Arceo E. (coord), 2006, Neoliberalismo y sectores dominantes. Tendencias globales y experiencias nacionales, Argentina, Buenos Aires, Clasco, 2006, p. 317-360.

Lazzarato Mauricio, « Du biopouvoir à la biopolitique », Multitudes, n° 1, 2000.

Lopez Maya Margarita, “Venezuela: Hugo Chávez y el bolivarianismo”, Revista de Economía y Ciencias Sociales, 2008, vol. 14, n° 3, p. 55-82.

Mohan Giles, Stokke Kristian, "Participatory development and empowerment: the dangers of localism", Third World Quarterly, 2000, vol. 21, n° 2, p 247-268.

Ministerio del Poder Popular para la Comunicación y la Información, Socialismo del Siglo xxi: La fuerza de los pequeños, 2007, 36 p.

Ministerio del Poder Popular para la Comunicación y la Información, El Poder Popular. Extractos tomados del discurso presidencial, 2008, 81 p.

Ochoa Henriquez Haydée, Fuenmayor Jennifer, Henriquez Deyanira, “De la descentralización territorial a la descentralización participativa en Venezuela”, Utopía y Praxis Latinoamericana, 2007, vol. 1, n° 36, marzo, p. 91-105.

Ochoa Henriquez Haydée, “Innovación de la gestión publica en Venezuela”, Enl@ce : Revista Venezolana de Información, Tecnología y Conocimiento, 2008, vol. 5, n° 1, enero-abril, p. 65-78.

Republica bolivariana de Venezuela, Ley de los Consejos comunales, Caracas, 2006.

Republica bolivariana de Venezuela, Ley de los Consejos comunales, Caracas, 2009.

Republica bolivariana de Venezuela, Ley Orgánica de las Comunas, Caracas, 2010.

Salamanca Luis, Obreros, movimiento social y democracia en Venezuela, Universidad Central de Venezuela, Caracas, 1998, 424 p.

“La sociedad civil venezolana en dos tiempos: 1972-2002”, Politeia, 2003, 30 (30).

Uhel Mathieu, “La difusión, apropiación y materialización de la democracia participativa y protagónica en Venezuela. Los Consejos comunales en Maracaibo”, Revista venezolana de economia y ciencias sociales, 2012, Universidad Central de Venezuela (UCV), à paraître.

“La revolución del Agua en Maracaibo (Venezuela): ¿Radicalización democrática o instrumentalización política?”, Revista Cuadernos del Cendes, Universidad Central de Venezuela (UCV), vol. 27, n° 75, 2010, septiembre – diciembre, p. 51-71.

Vommaro Gabriel et Quiros Julieta, “"Usted vino por su propia decisión": repensar el clientelismo en clave etnográfica”, Desacatos, 2011, 36, p. 65-84.

Haut de page

Notes

1 Rejetant le pouvoir réduit à l’État, Michel Foucault propose une définition relationnelle du pouvoir : il s’agit de « la manière pour les uns de structurer le champ d’action des autres » [Foucault, 1994 a].

2 Selon le philosophe Mauricio Lazzarato, les pratiques de liberté doivent permettre de « jouer les relations stratégiques de pouvoir avec le minimum possible de domination et d’augmenter la liberté, la réversibilité des jeux de pouvoir, parce qu’elles sont les conditions de la résistance et de la création » [Lazzarato, 2000].

3 Les techniques de pouvoir recouvrent l’ensemble des pratiques par lesquelles les institutions peuvent « constituer, définir, organiser, instrumentaliser les stratégies que les individus, dans leur liberté, peuvent avoir les uns par rapport aux autres » [Foucault, 1994 b].

4 Il s’agit d’Action démocratique (AD), du Comité d’organisation politique électorale indépendant (COPEI) et de l’Union républicaine démocratique (URD).

5 Luis Salamanca souligne que le monopole de représentation de la Confédération des travailleurs du Venezuela (CTV) et l’incorporation de la direction ceteviste à l’appareil d’État sont autant de formes de contrôle de l’État sur le syndicalisme dans le pays (Salamanca, 1998).

6 Les communes sont divisées en parroquias. La Loi organique du régime municipal de 1989 crée les juntas parroquiales dans le but de décentraliser l’administration municipale, promouvoir la participation des citoyens et la meilleure prestation des services publics locaux. Depuis les élections de 1992, les citoyens élisent directement les représentants des juntas parroquiales. À partir de 2005, les élections pour les juntas parroquiales ont été séparées des élections municipales et régionales.

7 Lois organiques de régime municipal de 1978 et 1989 ainsi que le Règlement partiel n° 1 de la Loi organique du régime municipal sur la participation de la communauté de 1990.

8 Le « Caracazo » fait référence à la révolte populaire des 27 et 28 février 1989 à Caracas. Les manifestations et les pillages en réponse aux politiques néo-libérales (notamment la brusque augmentation du prix des transports en commun) ont été durement réprimés faisant des centaines de morts et blessés.

9 L’opposition regroupe essentiellement les bourgeoisies transnationale et nationale, rassemblées autour de l’organisation patronale (fedecamaras), les anciens partis politiques et la centrale syndicale (CTV), la technobureaucratie liée à la période néolibérale et les grands groupes privés de communications qui parviennent à donner une cohésion à cet assemblage hétéroclite [Lacabana, 2006].

10 Les missions sociales s’attachent à développer des programmes dans des domaines prioritaires, comme l’éducation (misiones Robinson, Ribas et Sucre), la santé (misión Barrio Adentro), l’alimentation (misión Mercal), le logement (misión Tierras y Hábitat) et le travail (misiones Vuelven Caras).

11 La loi organique des Conseils communaux de décembre 2009 remplace la précédente loi d’avril 2006. Cependant, il sera fait référence au texte initial dans les prochaines lignes, étant donné que les recherches à Maracaibo se sont déroulées en juillet et août 2007.

12 Voir notamment les travaux de Garcia-Guadilla [2008] et Commet [2009].

13 Voir cependant le mémoire de maîtrise réalisé par Marion Champion en 2007 sur les Conseils communaux à Maracaibo [Champion, 2007]. Pour une présentation de Maracaibo dans le contexte révolutionnaire voir également le récent ouvrage de Jean-Marc Fournier [Fournier, 2010].

14 « Le mot barrio au Venezuela est utilisé pour dénommer les installations urbaines non contrôlées, ces agglomérations humaines qui se constituent de façon irrégulière » [Echeverria y Chourio, 2001]. Selon Andres Echeverria, le processus de consolidation de l’habitat passe par quatre étapes : « formatif », « en développement ou mixte », « consolidé » et « terminé » [Echeverria, 1995].

15 Il m’a d’ailleurs été possible de constater une affluence notable d’habitants lors de l’élection du CC du secteur 3 de Brisas del Norte. Selon l’ancien président de l’AV, 201 personnes sur 530 sont venues votées lors du scrutin.

16 Plusieurs fois lors d’entretiens informels avec des habitants des quartiers étudiés, des rumeurs de malversation m’ont été rapportées, sans que ces accusations puissent être prouvées ou n’aboutissent à la révocation des porte-parole incriminés.

17 Cette tendance a été constatée également, bien que de manière contradictoire, dans le cas d’Hidrolago, l’entreprise publique de l’eau et de l’assainissement du Zulia [Uhel, 2010].

18 Créée par Hugo Chávez en 2003, l’université bolivarienne du Venezuela est pensée comme une communauté universitaire « organiquement liée aux communautés locales, aux Conseils communaux, aux régions (États) et au pays. Une communauté universitaire sous-tendue par les principes éthiques et politiques de la démocratie participative et protagonique, insérée dans la pensée robinsonienne et bolivarienne et dans la construction du socialisme du xxie siècle » (site internet de la UBV).

19 Ces informations proviennent d’un entretien collectif et semi-directif avec les agents publics de la Fundacomun en août 2007.

20 Dans cette perspective, il est possible de distinguer : la promulgation de la loi de l’Administration Publique en 2008, la nouvelle loi des Conseils communaux en 2009, la loi du Pouvoir populaire, la loi des Communes y la création de la commission présidentielle pour l’impulsion des Communes en 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma 1. L’organisation du Conseil communal.
Crédits Source. Mathieu Uhel, ESO Caen.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/970/img-1.png
Fichier image/png, 30k
Titre Schéma 2. Architecture politique du financement des projets communautaires.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/970/img-2.png
Fichier image/png, 41k
Titre Photo 1. Maison communale dans le secteur 2 de Brisas del Norte
Crédits Source. Mathieu Uhel.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/970/img-3.png
Fichier image/png, 212k
Titre Photo 2. Maison de la santé dans le secteur «Ecos del Zulia» de Santa Rosa del Agua
Crédits Source. Mathieu Uhel.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/970/img-4.png
Fichier image/png, 297k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Uhel, « La démocratie participative entre subordination et autonomisation politique. Les Conseils communaux à Maracaibo (Venezuela) », Cahiers des Amériques latines, 69 | 2012, 57-80.

Référence électronique

Mathieu Uhel, « La démocratie participative entre subordination et autonomisation politique. Les Conseils communaux à Maracaibo (Venezuela) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 26 décembre 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://cal.revues.org/970 ; DOI : 10.4000/cal.970

Haut de page

Auteur

Mathieu Uhel

Matheu Uhel est actuellement doctorant en géographie à l’université de Caen Basse-Normandie, rattaché au laboratoire ESO Caen (UMR CNRS 6590). Ses recherches portent sur la dimension scalaire des résistances et alternatives à la privatisation des services de l’eau à partir des exemples bolivien et vénézuélien.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org