Navigation – Plan du site
Lectures

Alain Labrousse, Les Tupamaros. Des armes aux urnes

Paris, Éditions du Rocher, 2009, 446 p.
Richard Marin
p. 265-268
Référence(s) :
Alain Labrousse, Les Tupamaros. Des armes aux urnes, Paris, Éditions du Rocher, 2009, 446 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Uruguay
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est paru quelques mois avant l’élection de José « Pépé » Mujica, figure historique du groupe guérillero des années 1960-1970, à la présidence de l’Uruguay le 29 novembre 2009. L’auteur, spécialiste de la géopolitique des drogues mais aussi grand connaisseur de l’Amérique latine à laquelle il a consacré de nombreux ouvrages, revient sur l’histoire d’une organisation déjà objet de son premier livre, publié en 1971 au terme d’un séjour de six ans comme professeur de lettres au lycée français de Montevideo. Son objectif d’aujourd’hui est toutefois bien différent : retracer, depuis sa fondation, près d’un demi-siècle d’histoire du mouvement, tenter d’en dégager l’originalité et, surtout, de comprendre sa survie et ses mues qui en font un exemple unique dans le cône Sud de guérilla urbaine à s’être relevée de la défaite des armes au point de se transformer en une des principales forces politiques actuelles de l’Uruguay démocratique.

2Sans dissimuler sa sympathie pour la saga du Mouvement de Libération Nationale-Tupamaros (MLN-T), Alain Labrousse est parvenu à construire un propos distancié et problématisé par la confrontation constante de très nombreux témoignages et en instruisant scrupuleusement le dossier avec un souci d’érudition difficile à prendre en défaut. De même, jamais il n’élude les questions épineuses : aussi bien celle de la responsabilité des guérilleros dans l’avènement de la dictature (1973-1985) que celle de leur fascination pour les armes et l’illusion militariste que certains entretinrent même au-delà des années 1980.

3La richesse, mais peut-être aussi l’une des limites de l’entreprise, réside toutefois dans le corpus dont le cœur est composé d’une soixantaine d’entretiens avec d’anciens guérilleros, réalisés entre 2007 et 2009 et abondamment cités. De ce fait, c’est d’abord « une histoire des Tupamaros par eux-mêmes » qui nous est livrée, ce que l’auteur assume volontiers. Elle donne à voir, de l’intérieur, des logiques politiques et stratégiques, mais elle le fait à l’aune de témoignages actuels, en partie biaisés car souvent livrés quarante ans après par des acteurs soucieux de relire leurs engagements d’hier à la lumière de ceux d’aujourd’hui. Or, l’utilisation de sources plus variées – notamment celles de l’autre bord, à commencer par celles émanant des militaires trop peu utilisées – aurait donné plus de diversité aux éclairages et permis d’accéder à plus de complexité. On rappellera ici, à titre d’exemple, que de substantielles avancées ont été réalisées dans la compréhension du régime prétorien brésilien (1964-1985) à partir du moment où les chercheurs en sciences sociales, laissant de côté leurs préjugés, acceptèrent de recueillir en nombre les témoignages militaires.

4Le nom de Tupamaro – qui tire son origine de Túpac Amaru, cacique indien écartelé à Cuzco en 1781 pour avoir pris la tête de la plus importante des révoltes coloniales – apparaît pour la première fois en 1962 dans un tract étudiant de soutien aux luttes paysannes des travailleurs de la canne du Nord de l’Uruguay. Sur bien des plans, rappelle Labrousse, l’aventure tupamara ne diffère guère de celle de la plupart des guérillas qui essaimèrent dans l’Amérique latine des années 1960. Ici comme ailleurs, la séduction romantique de la révolution cubaine, d’ailleurs largement mythifiée, a joué à plein, dans un contexte local où, de surcroît, la gauche classique, électoralement insignifiante, s’avérait bien incapable de mettre fin au quasi-monopole politique des deux partis traditionnels : le Parti national (blanco) et le Parti colorado. Peut-être aussi, s’interroge l’ouvrage, le choix de la voie armée a-t-il, au moins au début, relevé davantage d’une volonté d’autodéfense face à la perception du danger de l’extrême droite que d’une volonté affirmée d’adopter la voie révolutionnaire.

5Mais, en même temps, l’épisode guérillero présente un certain nombre de caractéristiques qui le distinguent des autres luttes armées continentales. Dotés d’une faible culture marxiste, les Tupamaros ont puisé plus que d’autres dans différentes strates de la culture politique nationale. Le panaméricanisme et le nationalisme des luttes d’indépendance, une certaine tradition libertaire dont on sait la vigueur à Montevideo, l’influence du mouvement intellectuel « tercériste » des années 1950 qui renvoyait dos à dos les superpuissances, voire certains emprunts aux cultures blanca et colorada, constituent le fonds de leur idéologie, assez souple pour laisser place à un certain pragmatisme. Stratégiquement alignés sur le bloc de l’Est, ils n’en ont pas moins critiqué son « socialisme réel » et dit leur préférence pour une démocratie populaire pluripartite fondée sur l’autogestion ouvrière. Toujours d’après les témoignages d’aujourd’hui, les rapports du MLN-T avec Cuba, loin de l’inféodation, ne furent jamais très étroits, au moins pendant la période de la lutte armée (1970-1973). Ayant opté pour la guérilla urbaine – comment faire autrement dans un pays citadin et sans accident géographique notable ? –, les Tupamaros ne se seraient jamais reconnus dans la théorie guévariste du foco rural, contraire au travail de masse auquel ils restaient attachés. De plus, pour La Havane, c’est le Parti communiste d’Uruguay (PCU), également doté d’une structure clandestine armée concurrente, qui resta longtemps l’interlocuteur privilégié.

6Le contexte uruguayen, les formes de la guérilla et son issue sont fort bien analysés et livrent des clés pour la compréhension de la situation actuelle. Tout au long de la lutte armée au sein de laquelle les femmes furent plus actives qu’ailleurs, les Tupamaros organisèrent l’enlèvement d’une quinzaine de personnalités et firent un total de 20 victimes entre civils, militaires et policiers. Dans une société marquée par l’une des plus vigoureuses traditions démocratiques d’Amérique latine, ils perçurent assez vite les limites politiques de la violence révolutionnaire et apprirent à en graduer l’usage pour ne pas se couper de l’opinion. Au point de ne jamais fermer entièrement la porte à la voie démocratique en lançant aussi, dès 1971, une organisation légale, le Mouvement du 26 mars, qui apporta son « appui critique », lors des élections, à la coalition du Frente amplio (Front large), qui rassemblait des démocrates chrétiens aux communistes.

7Paradoxalement, le prix élevé de leur défaite – des milliers d’exils, 35 morts au combat ou sous la torture, 1 300 prisonniers et la plupart des dirigeants détenus comme otages dans les pires conditions entre 1972 et 1985 – vaut aux Tupamaros un large courant de sympathie concrétisé avec le retour à l’État de droit. Dès 1985, à la suite des initiatives de Raúl Sendic, l’un de ses principaux dirigeants, le MLN-T accepte de devenir un des acteurs du jeu démocratique. En 1989, admis dans la coalition du Frente amplio, il crée, avec d’autres organisations d’extrême gauche, le Mouvement de Participation Populaire (MPP) et obtient ses deux premiers députés, à Montevideo. En 1994, il élit un sénateur et deux députés – dont « Pépé » Mujica dans la capitale. Ce dernier, auquel Labrousse consacre une cinquantaine de pages pleines d’empathie, commence alors une ascension politique servie par son passé de lutte et d’épreuves, sa simplicité, son sens politique doublé d’un extraordinaire talent de communicateur. Aux élections de 2004, le MPP, devenu la première force politique du Frente Amplio, joue un rôle déterminant dans la victoire présidentielle du socialiste Tabaré Vázquez (2005-2010) qui fait de Mujica son ministre de l’Agriculture alors que de nombreux Tupamaros accèdent à des postes de premier plan dans l’appareil d’État. La suite est connue : en dépit des préventions d’une partie de l’élite à l’égard de ce « paysan mal dégrossi », Mujica est choisi comme candidat du Frente amplio et devient, à 74 ans, le quarantième président de son pays, le « Lula uruguayen » comme a pu l’écrire une presse en mal de comparaison.

8À la lecture de ce qui précède, on aura compris toute la richesse et la solidité de l’étude d’Alain Labrousse. À partir de la trajectoire politique des Tupamaros, des armes des années 1960 aux urnes victorieuses de 2009, c’est toute l’histoire récente de l’Uruguay qu’il met en perspective. Ce qui transforme ces presque 450 pages, denses et de lecture toujours agréable, en un ouvrage désormais indispensable pour quiconque s’intéresse aux destinées de la République orientale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Marin, « Alain Labrousse, Les Tupamaros. Des armes aux urnes », Cahiers des Amériques latines, 63-64 | 2010, 265-268.

Référence électronique

Richard Marin, « Alain Labrousse, Les Tupamaros. Des armes aux urnes », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 63-64 | 2010, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/930

Haut de page

Auteur

Richard Marin

Université de Toulouse – Le Mirail/FRAMESPA

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org