Navigation – Plan du site
Lectures

Forrest Hylton et Sinclair Thomson, Horizons révolutionnaires. Histoire et actualité politiques de la Bolivie

Paris, Éditions IMHO, 2010, 212 p.
Cécile Casen
p. 262-265
Référence(s) :
Forrest Hylton et Sinclair Thomson, Horizons révolutionnaires. Histoire et actualité politiques de la Bolivie, Paris, Éditions IMHO, 2010, 212 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Bolivie
Haut de page

Texte intégral

1Les auteurs de ce livre, deux historiens américains spécialistes de la région andine, se sont particulièrement intéressés à l’histoire des insurrections indiennes. Si le terme d’« horizon » figurant dans le titre renvoie à l’avenir, il est en réalité surtout entendu dans son sens archéologique qui désigne les strates successives du passé visibles lors des fouilles. Le livre raconte en effet « les racines, les avertissements et les signes avant-coureurs dans les longues périodes de l’histoire » (introduction de l’ouvrage par Adolfo Gilly, p. 12) du « moment révolutionnaire » qui a marqué le début du xxie siècle bolivien. Au travers d’une chronique des relations entre élites créoles et indigènes depuis 1781, le livre retrace les « cycles du passé révolutionnaire de la Bolivie » (p. 50) qui permettent d’expliquer la vague de mouvements sociaux des années 2000. L’objectif poursuivi est donc de retracer la filiation historique de ces événements récents, qui, de la guerre de l’eau en avril 2000 à la guerre du gaz en octobre 2003, ont permis l’accès au pouvoir du premier président indigène bolivien.

2L’objectif est donc de proposer « une explication historique fondée sur la théorie » (p. 61). Les auteurs situent en effet leur travail dans ce que l’on pourrait appeler une veine historiographique déterminée par un double héritage théorique : d’un côté, l’inspiration d’un René Zavaleta Mercado, penseur marxiste connu pour sa théorisation de la notion de « national-populaire » ; de l’autre, l’approche de Silvia Rivera Cusicanqui, théoricienne aymara auteure d’Oprimidos pero no vencidos et fondatrice du Taller de Historia Oral Andina – groupe d’historiens créé à l’Université Mayor de San Andrés en 1983, par lequel sont passées des personnes influentes dans le nouveau régime du MAS comme David Choquehuanca ou Esteban Ticona. Le choix de croiser ces grilles de lecture n’est évidemment pas anodin puisque les mouvements sociaux des années 2000 peuvent être interprétés comme l’illustration de l’efficacité de leur combinaison ou encore comme « la convergence entre les horizons indiens et nationaux-populaires » (p. 49). Lors des manifestations et marches de ces dernières années, il n’était en effet pas rare de voir le drapeau bolivien flotter au côté de la Wiphala indigène. Il apparaît dès lors urgent de repenser la trajectoire historique bolivienne en croisant ces deux traditions et c’est bien l’objet de cet ouvrage.

3Le livre est construit à rebours et offre au lecteur néophyte une présentation synthétique des principaux épisodes de l’histoire bolivienne. La première partie concerne les événements les plus récents ; la deuxième retrace les deux siècles qui séparent les luttes anticoloniales du xviiie siècle du retour de la démocratie dans les années 1980, scandés par l’insurrection de Zarate Willka à la fin du xixe siècle, la rébellion de Chayanta en 1927, la guerre du Chaco ou encore la Révolution de 1952 ; la troisième partie, enfin, est consacrée aux années de stabilité démocratique puis au « nouveau cycle révolutionnaire » (1985-2006). Cet ouvrage présente donc un intérêt certain sous l’angle de la chronique des événements, mais mérite discussion quant à l’inspiration historiographique sur laquelle il s’appuie. Au-delà de leur divergence, on peut en effet considérer que les textes de Zavaleta Mercado – qui est d’ailleurs une des références centrales, avec Pierre Bourdieu, des travaux d’Alvaro Garcia Linera, actuel vice-président d’Evo Morales – et de Silvia Rivera Cusicanqui relèvent de la littérature engagée. Il nous semble dès lors intéressant de replacer l’analyse d’Horizons révolutionnaires dans un questionnement plus large sur la place de la théorie politique en histoire et/ou en science politique.

  • 1 Clifford Geertz, « L’idéologie comme système culturel », in Daniel Cefaï (dir.), Cultures politique (...)
  • 2 P. Bourdieu, J-C Chamboredon, J-C Passeron, Le Métier de sociologue, Paris-La Haye, Mouton, 1983.
  • 3 Sociologie des mouvements sociaux, La Découverte, Paris, 2002, p. 4 et 35.
  • 4 De la politique contestataire à la fabrique partisane. Le cas du Parti de la révolution démocratiqu (...)
  • 5 La cause des sans-papiers, Paris, Presses de Sciences Po, 1998, p. 49-50.

4Clifford Geertz1distingue la science de l’idéologie à partir de leur « stratégie stylistique » respective : la science a un style « retenu, économe, résolument analytique » et évite « les procédés sémantiques qui expriment de la façon la plus frappante le sentiment moral », tandis que « l’idéologie décrit la structure des situations avec une attitude engagée, […] cherche, en présentifiant le sentiment moral par les procédés mêmes que la science s’interdit, à motiver l’action. » Dans notre cas, les auteurs ne cachent pas leur positionnement en faveur des mouvements sociaux, partagent leur diagnostic concernant les effets délétères du néolibéralisme et considèrent comme un a priori la justesse de leurs revendications. Ainsi ce passage à titre d’exemple : « nous pensons que le renversement et le soulèvement actuel en Bolivie devraient effectivement être considérés comme une « belle révolution » (p. 45). Doit-on dès lors considérer que l’objectif de ce livre est avant tout « idéologique » et qu’il met l’histoire au service de la légitimation d’un processus politique en cours ? Cette interrogation renvoie certainement au fondement même du projet des sciences sociales. Que ce soit dans les termes wébériens de neutralité axiologique ou dans la rupture épistémologique chère à Althusser, la scientificité est en effet à la base de la légitimation d’une interprétation du monde. Cette question se pose avec une acuité particulière dans un contexte comme celui de la Bolivie où les acteurs en présence sont fortement politisés. On retrouve alors le risque envisagé par Pierre Bourdieu « de substituer purement et simplement à ses propres prénotions les prénotions de ceux [étudiés par le sociologue], ou un mixte faussement savant et faussement objectif de la sociologie spontanée du « savant » et de la sociologie spontanée de son objet2 ». Dans des termes proches, Erik Neveu constate à propos de la sociologie des mouvements sociaux que « l’analyse fonctionne tantôt – lorsqu’elle est favorable – comme écho du discours des groupes mobilisés, tantôt – lorsqu’elle condamne – comme redoublement d’un travail de maintien de l’ordre. » Dès lors, « comment faire pour ne pas être prisonnier des enjeux directement politiques ? »3. Car le choix résolu d’adopter un point de vue favorable aux mouvements analysés limite certainement la portée de la recherche et les critiques d’une telle approche ne sont pas nouvelles. Pour Hélène Combes, une « vision providentielle des mouvements sociaux » implique bien souvent de nier leur dimension stratégique4. Johanna Siméant constate également le gain qui peut être retiré de l’abandon par les chercheurs d’une vision eschatologique du mouvement des sans-papiers sur lequel elle travaille, pouvant contribuer à leur redonner une complexité empirique et stratégique5. Dans le cas bolivien, on peut penser à la mise en évidence des conflits internes et des luttes de pouvoir qui ne manquent pas de traverser tout mouvement social, aussi révolutionnaire soit-il. L’attention de nos auteurs, focalisée sur la mise en cohérence d’une « histoire souterraine longtemps reniée et qui commence tout juste à être écrite », ne s’est pas arrêtée sur ces dimensions.

  • 6 Les études postcoloniales, un carnaval académique, Paris, Karthala, 2010.

5Plus généralement, ce débat semble traverser l’ensemble de la discipline historique en Bolivie. Au-delà des circulations et des perméabilités, nous croyons en effet pouvoir repérer une veine historiographique distincte de celle dont se réclame Horizons révolutionnaires. Les travaux d’historiennes comme Rossana Barragan ou Marta Irurozqui, sans nier la discrimination dont ont été historiquement victimes les populations indigènes, insistent plutôt sur des formes moins visibles de participation politique des secteurs populaires, mais qui se déploient dans le cours routinier de la vie politique. En forçant un peu le trait, on pourrait dire que ce changement de perspective permet de montrer que les Indiens ne participent pas seulement à la politique lorsqu’ils se font tuer ou se rebellent. D’autre part et de façon cohérente, là où les subaltern studies ont tendance à opposer la communauté indienne à l’hacendado, il s’agirait plutôt de rendre compte de l’existence des relations de compadrazgo, de l’importance des intermédiaires métisses, en un mot du caractère labile des identités. On retrouve ainsi un certain nombre de critiques formulées récemment par Jean-François Bayart à l’encontre des post-colonial studies, comme celle concernant la sous-estimation de l’autonomie du social vis-à-vis du politique6. Cela dit, entre ces deux « veines » existent certainement davantage de tensions que d’opposition stricte. Notons ainsi qu’au-delà de la revendication par nos auteurs des références centrales de Zavaleta et Cusicanqui, Barragan et Irurozqui sont également mises à contribution. De plus, Hylton et Thomson font explicitement référence aux alliances de circonstance entre créoles et indigènes dans le chapitre consacré aux années 1826-1926.

  • 7 Comprendre le monde pour le changer, Épistémologie du politique, Presses de Science Po, 2005.

6Dans un livre au titre évocateur, le politologue Pierre Favre contestait en 2005 la pertinence de la neutralité axiologique sur le plan épistémologique comme sur le plan pratique, dénonçant ainsi l’apolitisme de la science politique et le prétendu silence des politologues par rapport aux questions politiques que pose l’actualité7. Si le débat est donc toujours ouvert autour de la fonction des sciences sociales, ce n’est pas le moindre des mérites de ce livre que de revendiquer un parti clair. Faisant leur la « tâche émancipatoire » attribuée à l’histoire par Walter Benjamin, les auteurs donnent en conclusion la parole aux habitants de El Alto ayant vécu les tragiques journées d’octobre 2003.

Haut de page

Notes

1 Clifford Geertz, « L’idéologie comme système culturel », in Daniel Cefaï (dir.), Cultures politiques, Paris, PUF, Paris, 2001, p. 35-91.

2 P. Bourdieu, J-C Chamboredon, J-C Passeron, Le Métier de sociologue, Paris-La Haye, Mouton, 1983.

3 Sociologie des mouvements sociaux, La Découverte, Paris, 2002, p. 4 et 35.

4 De la politique contestataire à la fabrique partisane. Le cas du Parti de la révolution démocratique au Mexique. 1989-2000, doctorat en science politique, Paris 3 – IHEAL, 2004, p. 36.

5 La cause des sans-papiers, Paris, Presses de Sciences Po, 1998, p. 49-50.

6 Les études postcoloniales, un carnaval académique, Paris, Karthala, 2010.

7 Comprendre le monde pour le changer, Épistémologie du politique, Presses de Science Po, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Casen, « Forrest Hylton et Sinclair Thomson, Horizons révolutionnaires. Histoire et actualité politiques de la Bolivie », Cahiers des Amériques latines, 63-64 | 2010, 262-265.

Référence électronique

Cécile Casen, « Forrest Hylton et Sinclair Thomson, Horizons révolutionnaires. Histoire et actualité politiques de la Bolivie », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 63-64 | 2010, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://cal.revues.org/927

Haut de page

Auteur

Cécile Casen

Paris 3 – IHEAL/CREDA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org