Navigation – Plan du site
Lectures

Gabriel Vommaro, La « carte rouge » de l’Amérique latine

Broissieux, Éditions du Croquant, 2008, 197 p.
Adeline Joffres et Daniel Iglesias
p. 260-262
Référence(s) :
Gabriel Vommaro, La « carte rouge » de l’Amérique latine, Broissieux, Éditions du Croquant, 2008, 197 p.

Texte intégral

Publié dans la collection « Savoir et Agir » de l’association « Raisons d’Agir », La « carte rouge » de l’Amérique latine s’inscrit dans le panorama des analyses dudit « virage à gauche » qu’aurait entamé l’Amérique latine au début des années 2000. Souvent analysé dans une optique continentale (parfois systémique), ce « tournant » a souvent donné lieu à des explications holistiques de processus politiques essentiellement expliqués de manière dichotomique : arrivée « des gauches » au pouvoir/néolibéralisme, crise des partis traditionnels/émergence de nouveaux leaderships, malaise national/revival identitaire. Ici, Gabriel Vommaro clarifie d’entrée l’objectif qui réunit les contributions en affirmant qu’elles « adoptent tout[e]s une perspective sociopolitique qui tente d’élucider [l]es chances [qu’a le tournant à gauche] d’aboutir » (p. 8).

Dans un style académique, l’ouvrage présente des contributions inégales qui ont néanmoins le mérite d’afficher un objectif de diversité, tant par les études réalisées que par la formation et le statut de leur(s) auteur(s). Il est divisé en six chapitres qui correspondent à six cas d’école (PT brésilien, PRD mexicain, MAS bolivien, Patchakutik équatorien, péronisme kichnérien et « chavisme ») encadrés par les apports de G. Vommaro. Plus précisément, on distingue trois « parties » dédiées : tout d’abord aux « gauches les plus “classiques” » (p. 18.), puis aux « cas où la question indienne est centrale » et enfin aux « partis inscrits dans la tradition nationale-populaire » (p. 19). Cet ouvrage synthétique – Vommaro justifie ce choix en se détachant de l’option d’un atlas des gauches latino-américaines qui aurait certainement donné lieu au traitement de plus d’études de cas – propose ainsi une interprétation du « tournant à gauche » qui semble s’insérer dans une périodisation linéaire du temps long latino-américain (les chronologies mises à la disposition du lecteur remontent pour la plupart au xixe siècle) : « en Amérique latine, les années 1960 ont été celles des mouvements de lutte armée inspirés par la révolution cubaine, les années 1970 celles des dictatures restauratrices et/ou réformatrices, les années 1980 celles des ‘transitions démocratiques’et les années 1990 celles des réformes néolibérales en régime démocratique. Le début du xxie siècle est celui du “tournant à gauche” » (p. 7).

Tentant d’articuler leurs propos en spécifiant les disparités par pays, tant locales (pouvoir municipal et régional) que nationales, les auteurs livrent finalement des indices pour comprendre et mesurer certaines des principales transformations sociopolitiques du sous-continent survenues ces dernières années. En ce sens, la volonté d’historiciser et de contextualiser est bien présente. Cependant, cette application particulière à ne pas enfermer les cas dans des catégories rigides inadaptées aux réalités et aux dynamiques nationales n’évite pas l’écueil inverse consistant à « réunir » ces singularités en un tout plutôt homogène. Ce livre tombe ainsi dans ce que Russel Fitzgibbon dénonçait déjà en 1965 : les dérives substantialistes engendrées par les tentatives de regroupement catégoriel sur l’Amérique latine. Cela conduit notamment G. Vommaro à affirmer que « la lecture unifiée des processus politiques dans les pays latino-américains gouvernés par la gauche procède aussi des actions gouvernementales [… qui] contribuent à l’objectivation des rhétoriques d’unification des processus différents et/ou divergents dans un seul projet latino-américain » (p. 13).

Néanmoins, l’auteur conclut fort volontiers sur les « lacunes et points aveugles » (p. 189) persistants rattachés à l’analyse qu’il a dirigée. Entre autres choses, il mentionne à fort juste titre l’évacuation de la question des traditions, de l’histoire et de la structure actuelle des institutions étatiques des pays traités ; ainsi que de celle de l’« international ». En cela, il se livre à un exercice constructif d’exploration des champs du possible, en particulier pour la recherche latino-américaniste centrée sur l’étude des gauches et des processus sociopolitiques. Quoi qu’il en soit, cette publication a le mérite d’être dirigée par un doctorant et de réunir diverses contributions de doctorants aux côtés de celles de professeurs et chercheurs confirmés. Qui plus est, il faut reconnaître à cet ouvrage sa forme agréable, les auteurs ayant presque systématiquement fait l’effort d’illustrer leur contribution par des données graphiques, chronologiques, parfois biographiques et cartographiques (chaque contribution est précédée d’une carte accompagnée des indicateurs de base pouvant servir à appréhender le pays en question). En cela, ce livre offre aussi bien aux curieux qu’aux chercheurs la possibilité d’aborder dans ses grands traits les principales caractéristiques d’un phénomène complexe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adeline Joffres et Daniel Iglesias, « Gabriel Vommaro, La « carte rouge » de l’Amérique latine », Cahiers des Amériques latines, 63-64 | 2010, 260-262.

Référence électronique

Adeline Joffres et Daniel Iglesias, « Gabriel Vommaro, La « carte rouge » de l’Amérique latine », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 63-64 | 2010, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 24 août 2017. URL : http://cal.revues.org/924

Haut de page

Auteurs

Adeline Joffres

Paris 3 – IHEAL/CREDA

Daniel Iglesias

Paris 7/SEDET

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org