Navigation – Plan du site
Lectures

Lise Andries et Laura Suárez de la Torre (dir.), Impressions du Mexique et de France – Impresiones de México y de Francia

Paris/México, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme/Instituto de Investigaciones Dr José María Luis Mora, 2009, 494 p.
Olivier Compagnon
p. 258-260
Référence(s) :
Lise Andries et Laura Suárez de la Torre (dir.), Impressions du Mexique et de France – Impresiones de México y de Francia, Paris/México, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme/Instituto de Investigaciones Dr José María Luis Mora, 2009, 494 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Mexique, France
Haut de page

Texte intégral

1Issu d’un projet de coopération scientifique franco-mexicain (ECOS-Nord/CONACYT-ANUIES), cet ouvrage imposant – comprenant 16 contributions en français et en espagnol, ainsi qu’une introduction substantielle signée par les deux coordinatrices – prolonge une perspective historiographique désormais bien ancrée, celle de l’analyse des transferts culturels entre Europe et Amérique latine, en même temps qu’il contribue à la renouveler en faisant émerger des objets souvent encore délaissés. Le cœur du propos réside dans l’étude de la circulation des imprimés entre la France et le Mexique tout au long du xixe siècle et met notamment l’accent sur la presse, à laquelle toute la seconde partie du volume est exclusivement consacrée et dont l’émergence dans sa forme moderne sur le Vieux Continent trouve un écho suggestif de l’autre côté de l’Atlantique. De ce point de vue, plusieurs articles apparaissent particulièrement stimulants et constituent autant d’invitations à la poursuite de recherches sur les quotidiens latino-américains du xixe siècle : ainsi le texte de Marie-Ève Thérenty comparant les feuilletons parus dans les principaux quotidiens français et mexicains entre le début des années 1840 et le milieu des années 1860 (p. 147-164) ; celui de Sylvain Venayre, qui décrypte les enjeux de la page 4 – consacrée aux annonces publicitaires, « espace d’innovation typographique » (p. 173) et de « mise en scène […] des flux qui animent le monde » (p. 187) – des journaux publiés en langue française au Mexique ; celui de Laurence Coudart sur les usages de la caricature à partir des canons du genre établis en France par Honoré Daumier (p. 255-274) ; ou encore celui d’Alain Vaillant dont l’étude de titrologie comparée, à partir de journaux mexicains, français, britanniques et espagnols entre 1821 et 1861, témoigne d’un processus de mondialisation médiatique précoce à l’heure même où se cristallisent les identités nationales de part et d’autre de l’Atlantique (p. 115-144). L’imprimé ne se réduit toutefois pas à la presse et apparaît au contraire dans toute sa diversité, comme en témoigne par exemple le travail de Miguel Rodríguez sur les almanachs mexicains (calendarios) qui font à la fois figure de produits d’importation mal émancipés de leurs référents initiaux et de matrices de l’imaginaire national mexicain (p. 65-86).

2L’un des intérêts notables de ce volume collectif est de ne pas se contenter d’une simple histoire comparée des contenus et de la forme de ces imprimés. Au contraire, plusieurs contributions placent également la focale sur les conditions matérielles de circulation des pratiques et des savoirs entre la France et le Mexique, identifient des passeurs transatlantiques et mettent en lumière différents lieux où se jouent les dynamiques de transfert. C’est le cas de l’étude de Cristina Gómez Álvarez sur la diffusion du livre français au Mexique entre le milieu du xviiie et la fin des années 1810 au travers du prisme des bibliothèques particulières, dont les catalogues – certes nourris de livres français, mais non exclusivement consacrés aux Lumières et relevant aussi de la tradition d’Ancien Régime – en disent long sur la culture politique des élites de l’époque (p. 45-63). De son côté, Laura Suárez de la Torre livre une réflexion sur la Librería Internacional Rosa de Mexico, dont l’histoire tout au long du premier xixe siècle atteste une présence culturelle française en plein essor depuis la rupture du lien colonial avec l’Espagne et préfigure, en dépit de l’intervention des années 1861-1867, l’intense afrancesamiento des élites mexicaines sous le Porfiriat (p. 87-114).

3Moins directement consacrée à la circulation matérielle des imprimés, la troisième partie de l’ouvrage s’inscrit dans une perspective plus classique, d’une part en s’attachant au problème des représentations mutuelles entre les deux pays, d’autre part en analysant la diffusion de certains courants de pensée français au Mexique. Joëlle Chassin étudie ainsi la manière dont les Nouvelles Annales des Voyages ont contribué à transformer l’image du Mexique en France entre 1820 et 1870 (p. 303-325), tandis que José Ortiz Monasterio évalue la diffusion furtive et la réception tardive de l’œuvre de Renan au Mexique – à partir des années 1880 seulement, soit près de 20 ans après la parution de La Vie de Jésus (1863) – et explique ces données par l’opposition féroce qu’y manifesta l’Église catholique (p. 393-414). Il faut aussi accorder une mention particulière à la contribution de Claire Fredj sur les périodiques médicaux mexicains, qui démontre dans un premier temps – et sans grande surprise – l’influence qu’y exerce la science française, mais qui dépasse ensuite la logique dualiste entre centre européen et périphérie latino-américaine pour montrer comment se constitue, dans le même temps, une véritable science nationale mexicaine susceptible de rayonner à l’échelle internationale – par exemple à l’occasion de l’Exposition universelle de 1889 (p. 369-392).

  • 1 Voir, par exemple, le colloque organisé en septembre 2010 à l’université de Versailles – Saint-Quen (...)

4Un regret, toutefois, au terme de la lecture. Bien que l’introduction de l’ouvrage évoque des « échanges culturels […] non pas unilatéraux, mais mutuels » (p. 8) et précise que l’enjeu de ce projet était aussi d’étudier cette dynamique de transferts du Mexique vers la France, force est de constater que peu de contributeurs se sont posé la question de la réversibilité de l’échange et ont porté une réelle attention aux flux d’imprimés et à la circulation des hommes du Nouveau Monde vers l’Ancien. Ainsi semble se perpétuer, de manière plus ou moins explicitée, l’image d’une Amérique latine simple réceptacle des innovations matérielles, techniques ou idéologiques de l’Europe, alors même que les échanges euro-américains depuis la Conquête ont de toute évidence procédé de dynamiques moins unilatérales que l’historiographie a bien voulu le dire. C’est ce défi que les travaux en cours et à venir sur la circulation des imprimés entre Europe et Amérique latine1 doivent encore relever si l’on veut prendre la réelle mesure de la mondialisation culturelle déjà à l’œuvre au xixe siècle.

Haut de page

Notes

1 Voir, par exemple, le colloque organisé en septembre 2010 à l’université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines, par le Centre d’Histoire culturelle des sociétés contemporaines, sur « Le commerce transatlantique de librairie, un des fondements de la mondialisation culturelle (France – Portugal – Brésil, xviiie-xixe siècles) ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Compagnon, « Lise Andries et Laura Suárez de la Torre (dir.), Impressions du Mexique et de France – Impresiones de México y de Francia », Cahiers des Amériques latines, 63-64 | 2010, 258-260.

Référence électronique

Olivier Compagnon, « Lise Andries et Laura Suárez de la Torre (dir.), Impressions du Mexique et de France – Impresiones de México y de Francia », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 63-64 | 2010, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://cal.revues.org/921

Haut de page

Auteur

Olivier Compagnon

Université Paris 3 - IHEAL/CREDA/IUF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org