Navigation – Plan du site
Lectures

Federica Morelli, Clément Thibaud et Geneviève Verdo (éd.), Les empires atlantiques : des Lumières au libéralisme, 1763-1865

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, 286 p.
Véronique Hébrard
p. 256-258
Référence(s) :
Federica Morelli, Clément Thibaud et Geneviève Verdo (éd.), Les empires atlantiques : des Lumières au libéralisme, 1763-1865, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, 286 p.

Texte intégral

1Réunissant des travaux sur l’ensemble de l’Amérique, ce recueil de textes permet de renouveler de façon stimulante l’appréhension de ce qui constitue, d’une certaine façon, le socle commun à ces « empires atlantiques » – que ce soit en termes de langages, de circulation des idées et des hommes (Vanessa Mongey) ou encore d’organisation juridico-administrative – tel que celui-ci affleure dans un contexte de temps long où ces territoires affrontent tout à la fois un renouvellement des paradigmes philosophiques et politiques et une remise en cause de leur lien avec les Mères Patries.

2Organisés en trois parties, les articles qui forment cet ouvrage embrassent une large chronologie qui permet d’aborder l’ensemble des « révolutions» à l’œuvre dans ces empires atlantiques et de les mettre en relation les unes avec les autres. Le cas de l’Amérique du Nord est ici principalement questionné au travers du prisme problématique de l’esclavage et de son abolition, mais aussi de la question de l’individu(alisme) ; il offre ainsi une perspective très neuve quant aux enjeux posés par cette question de fond, mais permet également de repenser sa supposée différence avec les révolutions d’Amérique du Sud (Erika Pani). Par ailleurs, l’espace caraïbe trouve ici une place centrale qui ne lui est que rarement conférée (Jeanne-Marie Rossignol, Alejandro Gómez) et donne l’occasion de mesurer de façon inédite l’onde de choc que représentent la révolution de 1791 et la proclamation de la première République Noire en 1804 dans les sociétés esclavagistes du Nord (comme repoussoir ou comme fol espoir jusqu’à la fin de la guerre civile en 1865), dans une dynamique similaire à celle observée dans l’Amérique esclavagiste du Sud.

3Dans une autre perspective, les questionnements sur la recomposition des territoires et leur nouvel agencement dans le cadre de la nécessaire institutionnalisation consécutive à la rupture du lien colonial mettent en évidence toute la complexité du processus. On le voit tout particulièrement bien au travers de l’exemple extrêmement révélateur de l’Amérique centrale et de la problématique des confins explorée par Jordana Dym, au moment de la définition des territoires souverains destinés à fonder la Fédération de l’Amérique centrale – qu’il s’agisse des juridictions locales visant à former les États de la République ou de la négociation des limites de la République avec le Mexique. Cette problématique territoriale est également abordée à partir des multiples questions et enjeux sémantiques que recèlent les concepts de fédération et de confédération, objets de débats de fond tant en Nouvelle Grenade (Clément Thibaud, Daniel Gutiérrez) que dans le cadre monarchique et impérial brésilien (Iara Lis Shiavinatto et Andréa Slemian) qui, in fine, mettent tous en évidence la difficulté que représente pour les acteurs la délégation de leur souveraineté. En toile de fond de cette quête d’un nouvel ordre constitutionnel se trouve la question de la République et de sa définition. Le concept étant éminemment polysémique et par là même objet de débats, les différentes études montrent bien que, du Nord au Sud, le choix d’une forme républicaine de gouvernement n’a jamais caractère d’évidence et que l’affirmation républicaine, dans ce « tiers moment où les sociétés sont déjà émancipées des formes anciennes mais pas encore identifiées au libéralisme classique» – pour reprendre les propos des organisateurs de ce volume –, n’est pas immédiatement et nécessairement univoque (Gabriel Entin, Samuel Poyard, Andréa Slemian).

4Cet ouvrage est donc riche de cette volonté de transcender les frontières pour observer les logiques à l’œuvre dans ce siècle de mutation que connaît l’Amérique. Un regret toutefois, mettant en jeu la performativité heuristique de l’échelle atlantique dès lors qu’elle n’embrasse pas ici l’ensemble des mondes – américains et européens, voire africains – concernés par la mutation, mais qui n’enlève rien cependant à l’apport historiographique incontestable de cette publication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Hébrard, « Federica Morelli, Clément Thibaud et Geneviève Verdo (éd.), Les empires atlantiques : des Lumières au libéralisme, 1763-1865 », Cahiers des Amériques latines, 63-64 | 2010, 256-258.

Référence électronique

Véronique Hébrard, « Federica Morelli, Clément Thibaud et Geneviève Verdo (éd.), Les empires atlantiques : des Lumières au libéralisme, 1763-1865 », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 63-64 | 2010, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/916

Haut de page

Auteur

Véronique Hébrard

Université Paris I – Cralmi/ MASCIPO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org