Navigation – Plan du site
Lectures

Salvador Bernabéu Albert (coord.), El Gran Norte Mexicano. Indios, misioneros y pobladores entre el mito y la historia

Séville, CSIC, 2009, 398 p.
Pierre Ragon
p. 253-256
Référence(s) :
Salvador Bernabéu Albert (coord.), El Gran Norte Mexicano. Indios, misioneros y pobladores entre el mito y la historia, Séville, CSIC, 2009, 398 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Mexique
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Salvador Bernabéu Albert (coord.), Historia, grafía e imágenes de Tierra Adentro. Nueve ensayos sob (...)

1Ce livre collectif consacré aux territoires du grand Nord mexicain s’inscrit dans une enquête que Salvador Bernabéu mène depuis plus de 20 ans et qui a déjà débouché sur plusieurs publications1. Ce volume-ci présente les premiers résultats d’un projet de recherche collectif développé sur trois années (2008-2010) à travers une série de réunions organisées à la Escuela de Estudios Hispano-Americanos de Séville où des chercheurs espagnols, mexicains, nord-américains, français et allemands ont échangé leurs points de vue. Comme son titre l’indique, cet ouvrage réunit des contributions qui, toutes, tentent de montrer comment les discours produits sur le grand Nord mexicain et ses représentations historiques occultent, déforment ou travestissent des réalités sociales qui ne sont pourtant pas hors de la portée des historiens – pour peu que ceux-ci développent les outils nécessaires à la critique de ce type de document. À cet égard, il suggère une rupture possible dans cet itinéraire de recherche collective qui, sans s’affranchir des « grands textes » (les chroniques, les rapports, les enquêtes administratives, la correspondance officielle des administrateurs, les archives de la Congrégation de Jésus et les publications des Jésuites notamment), passe outre l’histoire des représentations pour s’approcher au plus près de l’histoire sociale.

2L’ouvrage ne comporte pas de subdivisions et regroupe dix textes présentés les uns à la suite des autres. Leur juxtaposition obéit cependant à une certaine logique thématique, du moins au début. Les quatre premières contributions abordent la question des relations entre les Espagnols et les peuples indigènes, les situations de guerre et les moments de paix. Un second bloc de quatre autres contributions revisite l’histoire des missions. Puis viennent deux textes : d’une part une biographie d’Escandón, l’un des principaux artisans de la colonisation du Nuevo Santander ; d’autre part une étude des usages que les hommes du xviiie siècle font du mot « barbare», que Salvador Bernabéu a plus de mal à classer.

3Nous arrêtant à la démarche plus qu’aux apports factuels de ces contributions, nous choisirons un autre angle d’approche. Trois textes, ceux de Christophe Giudicelli, de Sara Ortelli et d’Alfredo Jiménez, prennent pour objet l’analyse des catégories utilisées par les contemporains lorsqu’ils parlent des terres et des hommes du Nord. Leurs auteurs en font une critique serrée et démontrent leurs ambiguïtés : si les mots ne renvoient pas à des contenus concrets, leur usage en revanche reflète clairement les relations conjoncturelles qu’entretiennent les colons et les peuples indigènes à un moment donné. Délaissant la critique des catégories, deux autres auteurs préfèrent esquisser celle des analyses historiques elles-mêmes à partir de bilans historiographiques (Salvador Bernabéu sur les missions jésuites du Nord, Irma Leticia Magallanes Castañeda sur celles de la Tepehuana et de la Tarahumara). Les cinq démonstrations restantes ne reposent ni sur la déconstruction ni sur la relativisation des notions et des lectures, mais leurs auteurs choisissent de sortir des sentiers battus en contournant les évidences trop rapidement admises. Au plus près des réalités sociales, les articles de Matthew Babcock, d’Amy Turner Bushnell et de José Refugio de la Torre Curiel illustrent des formes peu souvent évoquées de la colonisation du Nord mexicain, beaucoup plus souple et hétérogène qu’on ne l’imagine généralement. Procédant à la relecture de faits connus, en l’occurrence deux biographies, les auteurs s’efforcent de démontrer comment leur analyse serrée permet de les relier aux approches historiographiques très contemporaines de la mondialisation (Bernd Hausberger sur Eusebio Francisco Kino) et de l’histoire sociale des réseaux (Patricia Osante sur José de Escandón).

4Le volume s’ouvre sur le texte de Christophe Giudicelli qui, d’emblée, pose les termes du débat. L’auteur, en effet, démontre comment le vocabulaire utilisé pour identifier les groupes indigènes du Nord est peu fiable : les Espagnols emploient des catégories ethniques qui ne renvoient pas à des réalités objectives, mais qui, au fil des années, qualifient différemment les mêmes groupes d’hommes et de femmes en fonction de leurs relations changeantes avec la puissance dominante. Adversaires à combattre, dans un premier temps, ils sont tous « Chichimèques » en dépit de leur diversité. Puis, quand le grand Nord est partiellement colonisé, les Espagnols distinguent des « nations » – nations amies, nations ennemies – qui sont davantage des groupes d’alliances que des peuples. Et lorsque les alliances se renversent, il n’est pas rare que la dénomination des groupes change en fonction de leur nouvelle position sur l’échiquier politique, certains de ces faux ethnonymes désignant immédiatement un groupe comme ennemi, d’autres le qualifiant comme ami (p. 51). On ne peut pas non plus avoir une confiance absolue dans les rapports qui donnent la frontière comme une zone de guerre ou comme un territoire pacifié. En fait, dans certains cas, les acteurs locaux utilisent leur connaissance du terrain pour obtenir l’appui du pouvoir central ou celui de leurs propres alliés ; alors, ils demandent leur aide en invoquant les nécessités de la guerre. À l’inverse, lorsqu’ils veulent les tenir éloignés de leurs affaires, ils évoquent l’absence de difficultés avec les groupes autochtones. Sara Ortelli relativise ainsi l’importance de la « guerre apache» des années 1748-1790, dont l’existence même est problématique. Les changements culturels intervenus en Occident modifient aussi les regards portés sur les peuples indigènes du Nord. C’est ainsi que les hommes du xviiie siècle sont porteurs d’une nouvelle définition de la barbarie. Le développement des Lumières et leur inégale pénétration dans les différents milieux sociaux aboutissent à la multiplication de discours parfois contradictoires sur la barbarie, entre idéaux abstraits (tirés de l’état de nature, de la valeur de l’éducation, etc.) et réalités du terrain.

5Salvador Bernabéu et Irma Leticia Magallanes Castañeda, pour leur part, s’intéressent moins à l’ambiguïté des mots qu’à celle des textes. Leurs savantes analyses historiographiques les amènent en effet à décrire la progressive prise de distance des historiens à l’égard de sources jésuites qui, pour paraître informées, n’en sont pas moins organisées en fonction de topoï savants. Les procédés d’écriture cachent et trompent autant qu’ils informent (p. 192). Des générations d’historiens s’y sont laissé prendre avant que ne commence à émerger, peu à peu, une vision de la frontière plus nuancée et plus complexe où les concepts de compromis et de diversité deviennent des éléments clés de l’intelligence des processus de colonisation.

6La diversité des processus de colonisation, c’est précisément ce qu’illustrent les trois contributions de Matthew Babcock, d’Amy Turner Bushnell et de José Refugio de la Torre Curiel. Ces trois textes, particulièrement intéressants, placent sous le feu des projecteurs des situations auxquelles on ne pense pas toujours lorsqu’on évoque la colonisation espagnole. Le cas particulier de la Floride, par exemple, est tout à fait étonnant : une « Floride [qui] a plus en commun avec les provinces maritimes du Chili et les Philippines qu’avec le Nouveau Mexique (p. 137)». Amy Turner Bushnell montre tout à la fois le poids financier exorbitant pour l’appareil impérial de cette grosse colonie totalement isolée et maintenue à bout de bras par l’autorité monarchique : à la fin du xvie siècle, St Augustin reçoit annuellement neuf fois plus d’argent que La Havane et absorbe à elle seule 70 % du budget de la défense de toute la Caraïbe ; sa garnison de plus de trois cents hommes est alors d’une taille tout à fait exceptionnelle, tant dans l’espace caraïbe que dans celui des provinces du Nord. Amy Turner montre surtout que la colonie n’a quelque emprise sur son environnement qu’au moyen d’un système d’alliances avec les peuples indigènes locaux comparable à ce que mirent en place les Français un demi-siècle ou un siècle plus tard au Canada. Matthew Babcock livre de son côté une analyse assez fine d’un processus pas toujours connu : l’établissement des premières réserves apaches qui, à partir de 1786, est le fait des Espagnols. Cette diversité des formes de la colonisation n’est d’ailleurs pas le propre des établissements civils : on la retrouve lorsqu’on examine le cas des missions (José Refugio de la Torre Curiel). Ainsi, chaque poussée missionnaire des Jésuites a-t-elle ses caractères spécifiques, imprimés tant par la nature, le mode de vie et les réactions des populations locales que par les circonstances du développement missionnaire.

7Au terme de cette exploration, deux articles, enfin, font le lien entre l’histoire locale des provinces du Nord et l’histoire impériale de la Monarchie espagnole. Ce projet ambitieux dans le cadre de si courtes contributions est mené adroitement puisque les auteurs choisissent de se laisser guider par deux hommes qui furent les artisans locaux de l’expansion impériale de l’Espagne : le jésuite Juan Eusebio Kino, évangélisateur de la Californie, et le colonel José de Escandón, tous deux venus de très loin avant de s’établir au Nouveau Monde et d’ajouter deux nouveaux territoires à la Nouvelle Espagne. À travers eux, on voit combien les intérêts locaux restent tributaires d’enjeux qui les dépassent. Le parallèle entre les deux hommes est étonnant malgré la différence de leur statut et de leur projet : tous deux agissent localement en fonction d’une culture, de projets et d’objectifs importés depuis l’Europe. Leur formation et leur appartenance à des corporations bien identifiées expliquent largement les décisions qu’ils prennent en dehors et en dépit des contraintes rencontrées sur place. Ce dernier constat nuance ou précise quelque peu l’importance accordée à une autre notion, celle de compromis, qui revient dans la plupart de ces contributions. Si, forçant souvent les Espagnols à transiger, les Indiens sont aussi des acteurs de la construction du grand Nord mexicain, les espaces de négociations réellement ouverts sont en réalité limités et les termes des négociations soigneusement encadrés car, faut-il le rappeler, le rapport de force est déséquilibré et les Espagnols disposent de bases arrière que les Indiens n’ont pas.

8L’ensemble de ce volume est de bonne qualité. De fait, on y retrouve la plume de quelques-uns des meilleurs spécialistes de cette région de l’empire espagnol, à l’exception de celles de Chantal Cramaussel et de David Weber auxquels Savador Bernabéu ne manque pas, du reste, de rendre hommage.

Haut de page

Notes

1 Salvador Bernabéu Albert (coord.), Historia, grafía e imágenes de Tierra Adentro. Nueve ensayos sobre el norte colonial, Saltillo, Archivo Municipal de Saltillo, 1999 ; El Septentrión Novohispano : ecohistoria, sociedades e imágenes de frontera, Madrid, CSIC, 2000 ; avec Francisco de Solano (coord.), Estudios (nuevos y viejos) sobre la frontera, Madrid, CSIC, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Ragon, « Salvador Bernabéu Albert (coord.), El Gran Norte Mexicano. Indios, misioneros y pobladores entre el mito y la historia », Cahiers des Amériques latines, 63-64 | 2010, 253-256.

Référence électronique

Pierre Ragon, « Salvador Bernabéu Albert (coord.), El Gran Norte Mexicano. Indios, misioneros y pobladores entre el mito y la historia », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 63-64 | 2010, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 22 juin 2017. URL : http://cal.revues.org/914

Haut de page

Auteur

Pierre Ragon

Université de Paris Ouest Nanterre La Défense/MASCIPO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org