Navigation – Plan du site
Dossier. Le Nordeste de Lula

Lula, homme de la cohésion nationale

Martine Droulers
p. 19-24

Texte intégral

  • 1 Le Parti des Travailleurs présente, dès sa fondation en 1982, une nouveauté dans le paysage politiq (...)
  • 2 En 2006, la moitié des Bourses familles du pays était attribuée aux ménages du Nordeste. Cette poli (...)

1La popularité du président Luiz Inácio da Silva, plus connu sous le nom de Lula, atteint des sommets : 92 % d’approbation de sa politique dans le Nordeste et 83 % dans l’ensemble du Brésil. Dans le contexte d’une économie émergente, le bilan de huit années du gouvernement de Lula, est largement positif. Il a pourtant été critiqué, dès le début de son mandat, par l’aile gauche de son Parti des Travailleurs, le PT1, surprise par des mesures qualifiées de « néolibérales » et par la réforme des retraites qui touchait directement les fonctionnaires. Le président a habilement manœuvré pour préserver les grands équilibres économiques, à la fois en réduisant la dette externe du Brésil et en octroyant des ressources aux 45 millions de Brésiliens démunis. Lula mène, de fait, une politique « social-libérale » avec sur le plan économique, le maintien de taux d’intérêt élevés et d’importantes incitations aux exportations (celles-ci passent de 30 milliards de dollars en 2002 à 98 milliards de dollars en 2005) et, au plan social, un élargissement de l’octroi de la Bourse famille à plus de 11 millions d’entre elles2, ainsi que l’augmentation du salaire minimum, passé de 200 reais/mois en 2002 à 500 en 2009. Le projet économique et social mis progressivement en place durant le premier mandat du président Lula, a permis, avec un jeu d’alliances complexes une réélection facile en 2006, même si son application a provoqué une grave crise au sein du PT. Dans un pays où l’ampleur des écarts sociaux et spatiaux accentue les risques de déséquilibres, Lula apparaît bien comme le président de la cohésion nationale. Tout en s’accommodant du modèle de développement mis en place par ses prédécesseurs, il a forgé une réponse politique au niveau fédéral, non pas dans la lutte des classes, mais par le rassemblement, puisant dans les valeurs culturelles du Nordeste bon nombre de mécanismes de la cohésion sociopolitique.

Source : CREDAL, 2005

  • 3 Dilma Roussef, avec un passé de militante contre la dictature des militaires dont elle a connu les (...)

2Tandis que l’indice de satisfaction ne cesse de progresser, le président Lula espère parvenir à faire élire son successeur en octobre 2010. À la suite de l’implosion du PT, en 2005, sur des affaires de corruption, Lula a, en effet, choisi sa dauphine parmi les femmes ministres du gouvernement. Il a désigné Dilma Roussef, économiste, originaire du Minas Gerais, ayant fait sa carrière au Rio Grande do Sul, qu’il a distinguée pour ses qualités de gestionnaire, notamment dans le traitement des dossiers de relance d’une politique industrielle nationale3. Cette désignation, assez imprévue, s’appuie sur une conviction du président qu’il faut encourager et favoriser l’engagement des femmes dans la vie politique ; un Secrétariat des femmes avait été créé dès 2003 et les slogans de campagne affirment que c’est leur tour de faire entendre leur voix «a vez e a voz das mulhere». Le président s’implique, se montre en toute occasion avec Dilma et annonce que par les femmes une nouvelle politique verra le jour «a mulher vai parir uma nova politica» (8 mars 2010). Néanmoins, Dilma n’est ni nordestine, ni issue du monde ouvrier et ne peut incarner, comme Lula l’a fait, la cohésion nationale ; cependant cette candidature féminine inscrit résolument le Brésil dans la démocratie moderne avec une innovation sociétale qui pourrait rallier un large électorat.

3Depuis le printemps 2010, la candidate Dilma progresse dans les intentions de vote dépassant même, dans les neuf États du Nordeste, son principal adversaire José Serra, l’ancien gouverneur de São Paulo qui, jusqu’alors, se tenait en tête des sondages. Une troisième candidate, Marina Silva, ministre de l’environnement de Lula durant cinq années, est également créditée d’un bon pourcentage d’intentions de votes. D’origine amazonienne, elle a quitté le PT et reçu l’investiture du parti Vert, ralliant sous son programme les défenseurs de la préservation de l’environnement.

  • 4 Le gouvernement de Lula n’a pourtant pas fait le saut de transformer le Nordeste en grand pôle du t (...)

4En 2006, le président Lula a obtenu dans le Nordeste son meilleur score électoral, 78 % des voix, contre seulement 50 % en 2002. Il y est toujours extrêmement populaire et il semble bien que cela tienne à ce qu’il a repris à son compte certaines pratiques paternalistes traditionnelles du Nordeste, à travers les politiques publiques fédérales. En retour de mesures telles que la Bourse famille, les familles rurales nordestines lui ont volontiers accordé leurs suffrages comme elles le font habituellement avec les politiques locaux lorsque ceux-ci leur permettent d’obtenir des équipements, un front de travail ou l’asphaltage d’une route. La traditionnelle relation d’échange continue ainsi à fonctionner, à peine modernisée, à la plus grande satisfaction de tous. Au cours de ses visites, le président Lula souligne ce qui change dans la région, s’assurant de la bonne marche des programmes et de l’avancement des mesures d’aménagement visant à sortir la région de la pauvreté et à l’intégrer davantage à l’économie mondialisée4.

5Le Nordeste, qui représente une base électorale solide et assez homogène, a, en effet, toujours fait l’objet d’importants programmes de redistribution pour éviter que la région, périphérique depuis les premières phases de développement industriel, ne se marginalise de l’ensemble national. Il est à noter que chaque fois que des hommes politiques issus du Nordeste occupent des postes très élevés dans la hiérarchie nationale, voire le suprême, des grands aménagements y sont entrepris, principalement dans la zone semi-aride, mais aussi dans les grandes villes du littoral. Ainsi Epitacio Pessoa, président de 1919 à 1922, né dans la Paraiba, a laissé une trace durable avec les 200 barrages-réservoirs (açudes) construits dans le Sertão sous son mandat. José Américo de Almeida, également paraibano, ministre sous Getúlio Vargas, canalise des ressources et poursuit la politique des grands travaux d’hydraulique. Malgré tout, le Nordeste devient une périphérie et son sous-développement s’accentue avec l’urbanisation et l’industrialisation du centre sud du pays. Même si l’initiative planificatrice de la SUDENE, Superintendance de Développement du Nordeste (1959), sous la houlette de l’économiste Celso Furtado (encore un paraibano) vise à rééquilibrer les activités sur le territoire, les Nordestins quittent leur région, continuent à migrer vers le sud, à l’exemple du père (milieu des années 1940), puis de la mère de Lula qui abandonnent l’Agreste pour la métropole pauliste où le jeune Lula fera sa carrière.

6Dans les années 1970, l’option de São Paulo s’avère irrésistible. 50 000 à 60 000 Nordestins viennent y tenter leur chance chaque année, à tel point que São Paulo devient la principale ville nordestine du pays. L’exemple de la trajectoire sociale et politique de Luiza Erundina de Sousa, femme militante issue du Sertão de la Paraiba, fille d’un petit artisan d’une région rurale pauvre, devenue, sous l’étiquette du PT, la première femme maire de São Paulo en 1988 (une des principales charges politiques du pays), est emblématique de ces itinéraires d’ascension sociale de migrants du Nordeste partis vers la grande ville pour accomplir leur destin, comme Lula [Droulers, 2010]. Au Brésil, la trajectoire des personnes compte plus que l’appartenance à des partis dont les contours changent énormément.

7Lorsque Lula devient président avec le slogan « Un Brésil pour tous », il sait qu’un certain nombre de grandes options sociales devront être infléchies. Cependant, l’ancien ouvrier métallurgiste, issu du monde des pauvres, est attentif à leurs besoins ; mais il est aussi le président d’un pays qui aspire à devenir une puissance sur la scène internationale, à siéger au Conseil de sécurité des Nations Unies. Les investissements fédéraux sont renforcés et de nouveaux partenariats public/privé lancés, à la fois dans le cadre du programme d’Accélération de la Croissance (PAC), de la réactivation des mécanismes de la régionalisation à travers des mesures de décentralisation visant à donner plus d’autonomie aux gouvernements des États ou aux municipes ou à des ensembles de municipios, pour trouver le bon niveau de négociation et de solidarité territoriale.

8Le président réunit autant que faire se peut les gouverneurs des États du Nordeste avec les ministres de l’Intégration nationale, de la planification, du tourisme et transport, le Président de la Banque du Nordeste du Brésil (BNB), les maires de la région, les représentants des entreprises et les représentants de la classe des travailleurs pour prendre les décisions d’aménagement et promouvoir des politiques sociales et plusieurs programmes régionalisés.

  • 5 Les travaux d’équipement du territoire vont de la Transnordestine, voie de chemin de fer de 1 836 k (...)

9L’accent est nettement mis sur les grands travaux d’infrastructures5, mais aussi sur la gestion participative, la formation de la population, la qualification des jeunes, l’équipement des territoires qu’il s’agit de rendre plus attractifs… Ces dispositions sont-elles réellement novatrices ? auront-elles plus de succès que celles des précédents gouvernements ? En effet, les initiatives de lutte contre la sécheresse, l’urbanisation des quartiers périphériques dans les métropoles les plus pauvres du pays, l’appui à la petite agriculture familiale, la revalorisation des salaires, ont été kyrielles dans le Nordeste. Cependant, les indices socioéconomiques caractérisant les 50 millions de Nordestins, même s’ils s’améliorent, restent bas, les plus bas du pays !

10Ce dossier a pour objectif de dresser un bilan portant sur la mise en œuvre de projets de développement au terme de deux mandats du président Lula. Il a été construit à partir de travaux de jeunes chercheurs, la plupart d’entre eux originaires du Nordeste, qui étudient l’application des politiques publiques en essayant de prendre la mesure de l’impact des programmes fédéraux et de la réaction/adaptation des réseaux d’aménagement locaux. Aux grands chantiers du Nordeste, comme celui de la transposition des eaux du São Francisco qui vise à pérenniser le système d’approvisionnement en eau du Sertão septentrional et nécessite de gigantesques et onéreux travaux d’ingénierie (présenté par Danielle de Melo Rocha dans le dossier qui suit), s’oppose le petit programme décentralisé, faiblement doté – Un million de citernes – présenté ici par Daniela Nogueira, qui est à faible coût et à responsabilité familiale et locale. Les grands défis de la gestion urbaine sont présentés à travers le cas de la métropole de Recife, d’un côté par Fabiano Rocha Diniz qui traite de la question du drainage dans la ville sise sur le delta du Capibaribe, programme d’actualité en ces temps de pluies diluviennes (printemps 2010), d’un autre côté par Ana Maria Melo qui expose les mécanismes mis en place pour urbaniser les quartiers pauvres. D’autres initiatives témoignent de certaines avancées développementistes comme le crédit rural dans le cas d’une coopérative de sisal à l’orée du Sertão (texte de Pauline Bensoussan). Enfin à travers le thème du développement régional, abordé ici par trois auteurs brésiliens du Centre de Développement durable de l’université de Brasília, Gil Célio de Castro Cardoso, Maione Rocha de Castro Cardoso et Marcel Bursztyn, la question de l’impact de la participation démocratique est posée. D’abord, en analysant la réorganisation du système de planification régionale durant le premier gouvernement de Lula avec un ministère de l’Intégration confié à un Nordestin (candidat à l’élection présidentielle), Ciro Gomes, qui met en chantier une nouvelle proposition de développement territorial sur les bases de la durabilité et de la participation sociale avec un rôle renforcé de la Banque du Nordeste, BNB, et une coopération plus étroite public/privé. Ensuite, en traitant le cas de la meso-région de la Chapada do Araripe, en plein cœur du Semi-aride nordestin, à la fois Aire de Protection environnementale (APA) et Forêt nationale et où se met en place un type de gouvernance participatif avec tous les acteurs de la zone autour de la valorisation des produits locaux et des potentialités (fruits, plâtre, tourisme…). Enfin, une analyse des emplois verts montre que s’ils constituent une option prometteuse, ils ne sont pas encore au rendez-vous de l’histoire du Nordeste.

11Finalement, c’est le grand programme de transposition des eaux du São Francisco qui montre la continuité de la politique d’infrastructure du président Lula par rapport à ses prédécesseurs. Ce projet a, de plus, une valeur symbolique à plus d’un titre. Le fleuve São Francisco est connu comme celui de l’unité nationale, reliant le Sudeste et le Nordeste. Quant à la transposition n’exprime-t-elle pas de façon figurée que celui qui peut changer le cours des eaux a aussi le pouvoir de changer le cours des choses ?

Source : CREDAL, 2005

Haut de page

Bibliographie

Broggio Céline, Droulers Martine, Le Brésil, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2e éd., 2008.

Droulers Martine, Velut Sébastien, « Votes urbains, vote rural, analyse des élections présidentielles de 1989 et 1994 au Brésil », Cahiers des Amériques latines, n° 24, 1997, p. 107-130.

Droulers Martine (2010), « Femmes, vote et politique au Brésil », Hérodote, n° 136, 2010, p. 203-212.

Louault Frédéric (coord.), Brésil : municipales 2008, Paris, Sciences Po/OPALC, 2009 (http://opalc.org/web/images/stories/Brsil_municipales_2008/Project_Collectif_AL_Master.pdf)

Haut de page

Notes

1 Le Parti des Travailleurs présente, dès sa fondation en 1982, une nouveauté dans le paysage politique brésilien. Formé de syndicalistes, chrétiens et communistes, il défend les droits des travailleurs, l’accès à la terre pour les petits producteurs ruraux, l’accès à l’école et à l’université pour le plus grand nombre, le budget participatif dans toutes les dimensions de la vie publique. Parti de São Paulo, il gagne rapidement un statut national au Congrès et dans le gouvernement des grandes villes.

2 En 2006, la moitié des Bourses familles du pays était attribuée aux ménages du Nordeste. Cette politique de transferts sociaux a vocation à se pérenniser en revenu minimum.

3 Dilma Roussef, avec un passé de militante contre la dictature des militaires dont elle a connu les geôles durant trois années (1970-1973), a fait sa carrière dans la haute administration du Rio Grande do Sul, avant de révéler ses qualités au niveau fédéral, au poste de ministre des Mines et de l’Énergie où elle a été nommée lors du premier gouvernement du président Lula. Elle s’est alors engagée à développer la politique d’exploitation pétrolière off-shore sur technologie nationale et elle a aussi mis en œuvre efficacement le «  programme Lumière pour tous », électrification des zones rurales. Elle est ensuite devenue chef de la maison civile, sorte de premier ministre, depuis 2006.

4 Le gouvernement de Lula n’a pourtant pas fait le saut de transformer le Nordeste en grand pôle du tourisme mondial, privilégiant de façon assez traditionnelle les zones rurales intérieures au lieu de mettre l’accent sur l’attraction que représente le littoral [Broggio et Droulers, 2008].

5 Les travaux d’équipement du territoire vont de la Transnordestine, voie de chemin de fer de 1 836 km qui lie les sertões du Piaui, Ceara, Pernambouc aux nouveaux ports de Pecem et Suape, (investissements cinq milliards de reais) mais qui a pris du retard ; au Gasene, gazoduc qui relie les champs pétroliers de Rio de Janeiro à Bahia pour un coût de 7,2 milliards de reais, inauguré en mars 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source : CREDAL, 2005
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/912/img-1.png
Fichier image/png, 96k
Crédits Source : CREDAL, 2005
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/912/img-2.png
Fichier image/png, 114k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Droulers, « Lula, homme de la cohésion nationale », Cahiers des Amériques latines, 63-64 | 2010, 19-24.

Référence électronique

Martine Droulers, « Lula, homme de la cohésion nationale », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 63-64 | 2010, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/912 ; DOI : 10.4000/cal.912

Haut de page

Auteur

Martine Droulers

Martine Droulers est directrice de recherche au CNRS. Géographe, responsable de l’équipe Brésil du CREDAL - Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine – UMR 7227 -, elle développe des recherches en Amazonie et au Nordeste où elle a été professeur invitée à l’Université fédérale de la Paraiba, João Pessoa (Brésil), département de géosciences dans le cadre d’un programme intitulé « Géographie et écologie de la Paraiba ». Elle garde de nombreux liens avec des universités et des centres de recherche au Brésil, oriente des thèses de doctorat et a publié de nombreux articles concernant des questions de géographie régionale ainsi que trois ouvrages sur le Brésil.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org