Navigation – Plan du site
Études

Le catholicisme et la conquête de l’opinion publique (Colombie, 1845-1886)

Gilberto Loaiza
p. 151-171

Résumés

Pendant la seconde moitié du xixe siècle, en Colombie, l’Église catholique et le laïcat conservateur surent s’adapter aux exigences d’un espace public hostile et aux initiatives du journalisme libéral. Les idéologues du catholicisme déployèrent une offensive à travers la publication de journaux qui devinrent beaucoup plus populaires que ceux promus par l’élite du libéralisme. La hiérarchie ecclésiastique et les dirigeants conservateurs établirent une alliance organique qui favorisa l’éclosion et la durabilité de leurs hebdomadaires. En outre, les écrivains conservateurs se consolidèrent comme un groupe d’idéologues très doués pour le débat public.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Colombie
Haut de page

Texte intégral

1La révolution de l’Indépendance en Amérique espagnole inaugura la mise en place de mécanismes destinés à créer des citoyens capables de détenir la nouvelle légitimité. Les instruments de cette pédagogie républicaine furent, principalement, les clubs politiques, les loges franc-maçonnes, la presse et l’école. Ces dispositifs étaient chargés de diffuser et de pratiquer la politique moderne, de créer des rapports organiques entre le langage républicain des élites et le monde rural ; ils devaient assurer au moins l’élargissement du monde des lecteurs et des électeurs ; la création et la consolidation des principales institutions du système républicain ; la formation d’un corps quasi-professionnel de politiciens chargés de la direction du nouvel État ; l’articulation politique et culturelle entre un État central et les anciennes souverainetés régionales ; la communication entre les aspirations sociales et économiques des couches populaires et celles d’une élite qui adopta les principes du libéralisme aussi bien politique qu’économique. Les effets les plus évidents de l’adoption de cette pédagogie civique et républicaine furent l’élargissement de l’espace public ou, plutôt, la multiplication des espaces publics, mais également la coexistence et les affrontements de modèles d’appropriation de ces espaces, afin de garantir la suprématie idéologique de telle ou telle forme d’organisation de la vie républicaine.

2En Colombie, tout au long du xixe siècle, les élites du libéralisme et de l’Église catholique se disputèrent âprement le contrôle du processus de construction de l’État national. Cet affrontement ne fut pas seulement une question morale ou religieuse mais plutôt un conflit politique et culturel, afin de définir la place, dans le nouvel ordre républicain, de l’Église catholique. L’avènement du régime républicain entraîna le début d’une longue querelle entre l’Église et les élites libérales autour de la subordination ou de la souveraineté de la première, face aux nouvelles autorités. Même si, une vision à long terme peut montrer la primauté, en Amérique latine, du régalisme républicain fondé sur l’acceptation du pouvoir politique et social de l’Église catholique [Meyer, 1995, p. 945], il est néanmoins évident que le xixe siècle connut un conflit permanent concernant la définition du rôle de l’État, accompagné ou séparé de l’influence de l’institution catholique : un État libre et une Église libre ou un État confessionnel chargé de gérer une république catholique.

3Il s’agissait d’un conflit centré sur l’acceptation ou le rejet d’un ordre traditionnel dans lequel l’institution catholique était le facteur le plus décisif. Pour les libéraux colombiens, il fallait « civiliser » au nom de la démocratie moderne et des libertés de l’individu. Alors que pour les porte-parole idéologiques du catholicisme, il s’agissait simplement de construire une société de « bons chrétiens », et de gouverner au nom de Dieu. Ce conflit fut accompagné de quelques affrontements liés à la mise en place d’un ensemble de réformes économiques et politiques, par les élites libérales, et dont l’objectif était d’affaiblir la puissance de l’Armée et d’ériger, par la suite, une nouvelle génération de politiciens civils. Par ailleurs, il apparaissait nécessaire d’insérer le pays dans le marché mondial, processus dont la conséquence la plus immédiate fut la ruine de la production artisanale. Autrement dit, le réformisme libéral consistait à la fois en libre-échangisme, adoption de principes républicains et laïcisation.

  • 1 Les «  journalistes catholiques » de l’hebdomadaire La Civilización définissaient ainsi fort bien l (...)

4Dans la lutte pour l’hégémonie soutenue par les élites du libéralisme et du catholicisme furent déployés certains dispositifs politiques et culturels, principalement l’instauration de pratiques associatives, l’élargissement de l’univers de production et de diffusion d’imprimés, de l’univers des lecteurs et des publicistes, et l’implantation d’un système national d’enseignement primaire. Comme quelques politiciens colombiens du xixe siècle l’avaient défini, « sociétés, presse et éducation1 » étaient devenues les mécanismes les plus répandus – et apparemment les plus efficaces – pour la création d’une société moderne, de la part des élites libérales, et pour la diffusion des valeurs d’une société traditionnelle et hiérarchisée, de la part des élites du catholicisme.

5Les élites du catholicisme furent particulièrement actives ; l’Église catholique et les dirigeants conservateurs développèrent leur propre projet associatif dans le domaine des activités charitables et répandirent l’idéal d’un État subordonné aux principes de la religiosité catholique. Au-delà de son adaptation à l’offensive réformiste libérale, l’Église catholique colombienne s’orienta vers un processus de romanisation et de rééducation du clergé afin d’affirmer la suprématie du curé dans la vie publique des villages. L’un des plus éminents dirigeants du libéralisme radical du xixe siècle constatait avec ironie que l’Église catholique et ses idéologues conservateurs avaient choisi « d’opposer la société à la société, la tribune à la tribune, et le journal au journal » [Samper, 1881, p. 167]. Il était évident, pour ce jeune notable du libéralisme colombien, que « le parti conservateur avait adopté les mêmes méthodes que celles utilisées par ses ennemis libéraux » [Ibidem]. Le point de vue de José María Samper (1828-1888), malgré l’ironie, était exact. De plus, les conservateurs et les catholiques avaient également opté pour les associations, les débats d’idées et le recrutement des gens dans le but de créer des associations très proches, dans leur fonctionnement, des clubs politiques libéraux. Autrement dit, les catholiques et les conservateurs, d’après Samper, « s’étaient libéralisés ».

6En effet, l’Église catholique colombienne sut adapter sa structure et son fonctionnement aux exigences d’un espace public et d’agents politiques qui relativisaient son ancienne influence. Cet article examine la volonté hégémonique de l’Église catholique et de ses alliés organiques, les idéologues conservateurs, à travers l’utilisation systématique de la presse périodique, l’outil probablement le plus influent – et moderne – pour la formation d’un front idéologique et pour l’expansion de l’opinion pendant le xixe siècle. Les écrivains catholiques constituèrent un groupe très consolidé et talentueux de diffuseurs de l’idéal d’une nation régie par l’alliance de l’État et de l’Église. L’historiographie colombienne a peu étudié le rôle de ces écrivains en faveur du projet catholique ; nous avons pu constater l’efficacité de ceux qui entamèrent la rédaction de journaux dont la popularité fut un des facteurs incontestables du triomphe du projet politique des idéologues conservateurs colombiens.

L’adaptation à la modernité politique ?

7Tout d’abord, il apparaît indispensable de préciser la volonté hégémonique de l’Église catholique pendant le processus de définition de l’État-nation en Colombie, au xixe siècle. En principe, il s’agit d’un phénomène lié à ce que le sociologue Émile Poulat [1977, p. 68] appelle « la problématique de l’adaptation » et qui n’était que l’ajustement d’une institution de l’ancien régime à une situation historique nouvelle. Cependant, il nous semble qu’il ne faut pas ignorer que l’Église catholique était depuis longtemps une institution familiarisée avec le contrôle sur la société hispano-américaine. L’émancipation de la domination espagnole ne constitua pas la remise en question immédiate de sa primauté culturelle et politique ; au contraire, l’Église catholique, dès l’intérim de la première république, entre 1810 et 1815, à travers certains penseurs – notamment théologiens et juristes – et par le biais de son personnel ecclésiastique, contribua largement à l’instauration d’un système représentatif, à la rédaction des premières chartes constitutionnelles, et même à la rédaction de quelques hebdomadaires pionniers dans la formation d’une opinion publique.

8Certainement, le catholicisme en Amérique latine au milieu du xixe siècle était une structure soutenue par son « épaisseur historique », par le prolongement de pratiques associatives traditionnelles – où l’adhésion catholique majoritaire de la population garantissait la pérennité de certaines formes de manifestations collectives. Ainsi, les pèlerinages, les processions, les confraternités, les dévotions aux saints, les fêtes religieuses constituaient un ensemble de pratiques associatives contrôlées exclusivement par l’institution ecclésiastique. Cependant, l’offensive associative libérale impliqua pour l’Église catholique une perte de son ancienne influence, ou du moins le début d’une période d’adaptation.

  • 2 Voir, par exemple, l’analyse du cas de «  l’utopie cléricale » installée à Quito entre 1809 et 1812 (...)
  • 3 Nous avons adopté cette définition de sécularisation  : «  Nous entendons par sécularisation le pro (...)

9Par ailleurs, il ne faut pas oublier qu’il s’agissait d’une institution publiquement très active, habituée à participer au débat politique. Lors de l’émancipation de l’Espagne, durant les premières décennies de vie républicaine, les élites de quelques pays de l’Amérique espagnole furent notoirement autant laïques que religieuses2 ; quelques membres du clergé furent même à de nombreuses reprises magistrats, sénateurs, voire militaires. Les précédents de participation politique de l’Église catholique, en Colombie, montrent d’ailleurs que la frontière entre l’ecclésiastique et le laïc était parfois difficile à établir. Autrement dit, le champ de l’action religieuse restait trop étendu. Ainsi, l’offensive réformiste libérale devint de plus en plus menaçante pour le catholicisme, au fur et à mesure que des secteurs de la société et de la culture essayaient de se soustraire à l’influence des institutions et des symboles religieux3. Même s’il y eut une tentative pour restreindre le rôle public de l’Église catholique, il faut admettre que sa supériorité institutionnelle et culturelle demeurait encore indiscutable face à une élite libérale civile encore balbutiante et à un État qui se construisait lentement.

  • 4 À ce propos, Poulat parle du «  paradoxe encombrant » de l’Église catholique, [1977, p. 88].

10Ainsi, à nos yeux, l’Église catholique colombienne ne fit qu’adapter sa structure et son fonctionnement aux exigences d’un nouvel ordre. Une des premières adaptations, et une des plus évidentes, consista, sans aucun doute, à s’installer dans le marché de l’opinion, ce qui impliquait la participation au processus de concurrences associatives. Il fallut que l’Église se situât presque au même niveau que les pratiques associatives libérales, et donc paradoxalement qu’elle se modernisât. Au début de l’offensive libérale, les élites catholiques fondèrent un réseau de clubs politiques et, plus systématiquement, recoururent à la presse périodique, un des instruments principaux dans la conquête de l’opinion. Justement, autour de la constitution d’un réseau de presse catholique, de librairies, d’ateliers d’imprimerie, voire de « journalistes catholiques », elle déploya largement une rationalité fondée sur la division du travail, l’innovation technologique, la logique du profit économique et de l’expansion nationale. Nous pourrions donc dire, qu’au cours de cette période, l’Église catholique utilisa souvent les instruments de la vie laïque, afin de garantir la suprématie du religieux4.

11En effet, l’élargissement des initiatives du laïcat conservateur constitue un des traits les plus ostensibles de l’adaptation catholique au conflit de la deuxième moitié du xixe siècle. La structure verticale de l’Église catholique resta intacte, mais son contrôle sur les fidèles se perfectionna grâce à la formation de cadres laïcs permanents, voués à la pratique religieuse. Il s’agit, notamment, de ce que quelques auteurs ont appelé la « féminisation du catholicisme » [Langlois, 1996, p. 146] c’est-à-dire l’élargissement de l’univers de participation de la femme à l’action sociale, au nom de la diffusion des vertus théologales et, particulièrement, de la charité. L’associationnisme féminin fut une forme de pédagogie chrétienne, mais aussi civique, par laquelle ces fidèles firent l’apprentissage de la chose publique, même si elles n’étaient pas encore des citoyennes. Autrement dit, par la voie de l’activisme religieux catholique, l’Église leur donnait l’occasion de participer à la vie publique, en organisant ou en participant à des œuvres de bienfaisance [Fayet-Scribe, 1990, p. 16]. Certes, l’émancipation féminine ne figurait pas dans l’organigramme de l’Église catholique, mais les circonstances favorisaient la présence publique des femmes comme cadres permanents de la propagation de la foi chrétienne.

  • 5 Sur l’essor du culte marial et sur la «  féminisation du catholicisme » au xixesiècle, voir aussi (...)

12D’après Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire [1985, p. 171-176], la forte présence féminine catholique pendant le xixe siècle peut s’expliquer par les traits fondamentaux de la religiosité ultramontaine. En 1800, par exemple, naissent des congrégations féminines centrées sur le culte du Sacré-Cœur et en 1817 les Réparatrices du cœur de Jésus méconnu et méprisé. Par ailleurs, le xixe connut le renouveau de la dévotion mariale : les apparitions de 1846, 1858 et 1871 ; la notoriété de l’image de la Vierge ; la création, vers 1836, de l’association du Sacré-Cœur de Marie et, finalement, la proclamation, par Pie IX, en 1854, du dogme de l’Immaculée Conception5. En définitive, et toujours selon Cholvy, l’époque fut très sensible à « une véritable sacralisation de la femme », qui pouvait se manifester par la place qu’elle occupa dans l’ensemble des activités publiques de l’Église catholique.

13La consolidation d’un réseau associatif de charité impliqua, dans le cas colombien, la redéfinition générale du laïcat, car il s’agissait surtout de construire un ordre catholique national, opposé à celui issu des tentatives réformistes libérales. Le conflit, parfois virulent, entre l’Église catholique et l’État s’exprima à travers l’exil ou l’emprisonnement de plusieurs prêtres et de membres du haut clergé. Mais auparavant, le laïcat conservateur fut beaucoup plus que le satellite de l’institution ecclésiastique. Nous sommes ainsi face à un ensemble de femmes et d’hommes qui assurèrent la direction laïque d’une grande partie du processus d’expansion de nouvelles congrégations. En effet, nous constatons la présence d’un groupe très assidu d’hommes et de femmes notables, dirigeant la construction d’un réseau national de sociétés, de titres de presse de périodiques, de livres de dévotion catholique, et d’œuvres de propagation de la foi. À cet égard, les années 1860 et 1870 furent très intenses, en raison de l’expansion des associations du Sacré-Cœur de Jésus, de la société Saint-Vincent de Paul et des Sociedades católicas.

14En définitive, l’Église catholique colombienne sut s’adapter à l’espace hostile créé par le réformisme libéral. Elle parvint même à s’imposer dans l’enjeu hégémonique. Ses innovations associatives furent beaucoup plus efficaces que celles du libéralisme, et assurèrent l’implantation d’un ordre national catholique. Le réseau d’agents culturels intermédiaires du catholicisme, beaucoup plus actif et beaucoup plus proche de la vie villageoise, fut décisif pour le succès de l’Église, qui devint le dénominateur culturel commun dans un pays où les élites libérales se révélèrent incapables d’éliminer son influence.

L’importance du journalisme catholique

15Dès le début du processus de formation républicaine, les membres de l’Église catholique jugèrent indispensable la rédaction de journaux afin de persuader un auditoire plus vaste que celui qui fréquentait les temples. El Aviso al Publico, publié entre le 29 septembre 1810 et le 2 février 1811, et rédigé par Fray Diego Padilla (1754-1829), un des prêtres catholiques dont la participation à la formation d’un nouvel ordre politique fut assez notoire, est un des exemples les plus ostensibles de l’importance de la liberté de presse promulguée par les premières chartes constitutionnelles. Certes, la liberté de presse, d’après les constitutions politiques rédigées entre 1811 et 1815 se caractérisa par les restrictions et les punitions aux opinions contraires au dogme catholique ; toutefois, la diffusion d’imprimés, parmi eux les hebdomadaires, ne fut pas une activité ignorée par les membres du clergé catholique. Au contraire, malgré les préventions, l’Église catholique colombienne s’affirma au cours du xixe siècle comme un agent très systématique au moment de la diffusion d’imprimés.

  • 6 La Civilización, Bogotá, n°  69, 19 décembre 1849, p. 282.

16Cependant, la mobilisation de l’élite du conservatisme autour du journalisme n’eut lieu qu’à partir de l’année 1849 et comme réaction contre l’initiative libérale concrétisée par la fondation, en 1848, de l’influent hebdomadaire El Neogranadino. Trois nouveaux titres de presse périodique parurent à Bogotá, résultant de l’acquisition d’une imprimerie destinée exclusivement aux publications en faveur du catholicisme. Les idéologues conservateurs Mariano Ospina Rodríguez (1805-1885), José María Torres Caicedo (1830-1889) et José Eusebio Caro (1817-1853) achetèrent l’atelier de El Día, un ancien journal libéral qui devint, à partir de la seconde moitié de 1849, un journal conservateur ; en août de 1849 parurent aussi La Civilización, dirigé par Ospina et Caro, et le 1er novembre El Catolicismo, sous la direction de l’archevêque de Bogotá. Ailleurs, il y eut une mobilisation semblable des dirigeants conservateurs ; ainsi à Popayán, les dirigeants pro-catholiques acquirent l’imprimerie de l’Université du Cauca et en réaction, les membres de la Sociedad democrática achetèrent à Bogotá et à Cali quelques locaux indispensables pour établir leur propre atelier typographique [Arboleda, 1905, p. 57]. À Santa Marta également, vers la fin de 1849, fut annoncée l’arrivée « d’une imprimerie commandée par les conservateurs6 ».

  • 7 «Periodismo católico», El Catolicismo, Bogotá, n°  1, 1er novembre 1849, p. 2.
  • 8 «La cuestión moral», La Civilización, Bogotá, n° 2, 16 août 1849, p. 9.
  • 9 La Civilización, Bogotá, n°  13, 15 novembre 1849, p. 61.
  • 10 «El nombre y los propósitos de este periódic », La Sociedad, Medellín, n°  1, 15 juin 1872, p. 3.
  • 11 «Instrucción del clero», La Sociedad, Medellín, n°  3, 28 juin 1872, p. 17.

17Ainsi peut-on parler d’une réponse très active de la part des conservateurs face à l’offensive idéologique libérale. Ceux qui constituaient alors le parti conservateur étaient convaincus de l’importance du journalisme. Par exemple, dans le premier numéro de El Catolicismo, on admet que « le journalisme est une force sociale car il popularise les idées et les idées popularisées forment l’opinion » ; c’était, aux yeux des idéologues catholiques colombiens, « la principale autorité dans un régime républicain7 ». Le régime républicain et le journalisme pouvaient donc s’adapter à la nécessité de diffuser la vérité catholique. Par ailleurs, Ospina et Caro, à travers La Civilización, parlaient plutôt d’un combat moral fondé sur « la presse périodique, le seul outil capable d’attirer un auditoire encore plus vaste et d’empêcher la prépondérance des hérauts du vice et de l’immoralité8 ». Le journalisme, disaient encore les directeurs de La Civilización, était « la forme de prédication la plus active et la plus efficace de l’époque contemporaine »9. Pour les idéologues conservateurs en Colombie, la presse devint rapidement un outil indispensable, pour les membres du clergé comme pour les militants laïcs. En 1872, au moment de la naissance de l’hebdomadaire La Sociedad à Medellín, Mariano Ospina déclarait que la presse était « la simplicité du langage » et « permettait de s’informer rapidement ». Toujours suivant Ospina, « le journalisme était très important pour porter la semence de la bonne doctrine jusqu’à l’humble foyer de l’artisan et jusqu’au plus pauvre des bidonvilles10 ». Les laïcs conservateurs percevaient les difficultés de l’Église catholique à attirer ses fidèles et encourageaient donc les prêtres à s’engager comme écrivains afin de garantir la propagation des doctrines chrétiennes. S’appuyant sur les exhortations du pape Pie IX, qui avait préconisé de répandre le journalisme religieux, les conservateurs colombiens affirmaient que « si l’homme fuit le temple, il est nécessaire que la prédication en sorte afin de le rencontrer11 ».

  • 12 Sur les débats autour des limites du journalisme ultramontain en France, soutenues entre Monseigneu (...)
  • 13 Le fondateur de El Catolicismo fut l’archevêque Manuel José Mosquera, frère du général Mosquera  ; (...)

18Il est très probable que cette justification de l’existence du journalisme catholique était fondée sur certains modèles européens : d’une part, la fondation à Rome, en 1850, de la revue Civiltà cattolica, un événement encouragé par le pape Pie IX afin d’assurer un agent de propagande doctrinale ; d’autre part, le modèle de journalisme catholique ultramontain proposé par l’écrivain français Louis Veuillot (1813-1883), directeur de L’Univers qui constitua pour les écrivains catholiques colombiens le modèle du polémiste intransigeant. Le langage populaire de Veuillot fut assez répandu parmi le bas‑clergé français, même si cet auteur fut souvent le protagoniste de polémiques avec les évêques, à cause de son ultramontanisme exacerbé12. La publication de El Catolicismo, entre 1849 et 1861, reposa sur l’union de l’élite conservatrice et de l’épiscopat de Bogotá ; son existence, relativement longue, résulta de l’harmonie de cette alliance. Même s’il s’agissait du « journal officiel de l’Archidiocèse de Bogotá », il se proclamait « l’écho du peuple catholique de la Nouvelle-Grenade13 ». Bien que l’archevêque de Bogotá restât toujours son directeur général, la rédaction fut majoritairement laïque. Ainsi en définitive, ce journal témoigne d’une alliance très solide entre les membres du laïcat conservateur et l’Église catholique.

  • 14 Les Anales de la Universidad Nacional furent publiées à partir de 1867 jusqu’en 1892.
  • 15 Manuel Ancízar, «Informe de 187 », Anales de la Universidad Nacional, Bogotá, 1870, p. 10.

19Malgré les avantages accordés aux publications officielles du réformisme éducatif radical, elles se signalèrent par leur impopularité. La popularité constitue à nos yeux la clé pour expliquer la suprématie du journalisme catholique et, par conséquent les faiblesses du discours laïcisant libéral. Une des publications les plus onéreuses mais, en même temps, une des moins lues était les Anales de la Universidad Nacional de los Estados Unidos de Colombia, dont le sous-titre indiquait qu’il s’agissait d’un « répertoire d’instruction publique, littérature, philosophie, et sciences mathématiques, physiques, médicales et légales, destiné à la diffusion et promotion des sciences, de la littérature et de l’instruction publique14 ». Ce périodique fut certainement une des meilleures publications concernant la vulgarisation des nouveautés scientifiques à l’époque, l’exaltation et même l’analyse des systèmes d’enseignement étrangers ; mais ces sujets étaient précisément destinés à un public éclairé et minoritaire. Le franc-maçon Ancízar, recteur de l’Université Nationale, dans un de ses Comptes rendus, reconnaissait en 1870 que les Anales, fondées en 1867, « ne peuvent pas encore atteindre un nombre souhaitable d’abonnés car il ne s’agit pas d’un journal banal », il demandait donc que la trésorerie universitaire « compense le déficit provoqué par leur publication15 ».

  • 16 Par exemple, l’hebdomadaire officiel de l’instruction publique de l’État de Santander, Escuela prim (...)
  • 17 Les cinq principaux journaux catholiques furent  : El Catolicismo, Bogotá, 1849-1861  ; La Caridad, (...)

20Alors que la presse officielle et libérale de 1867 à 1876 était généralement distribuée gratuitement aux fonctionnaires publics et aux enseignants, voire aux membres de la hiérarchie ecclésiastique, la presse catholique était le résultat de l’initiative privée et restait strictement subordonnée aux contingences du marché de lecteurs16. Dans le journalisme catholique nous notons une préoccupation plus nette pour ce que nous pourrions appeler un rationalisme économique. Par ailleurs, les journalistes catholiques étaient régulièrement éloignés de la situation confortable des postes publics et c’est pourquoi leur activité devenait parfois leur unique source de revenus. Cela pourrait fort bien expliquer le souci, presque obsessionnel, des écrivains conservateurs d’atteindre un certain niveau de professionnalisation de leur métier. Cela pourrait aussi expliquer pourquoi, finalement, la presse catholique fut beaucoup plus active que la presse libérale, dans le processus de conquête de nouveaux lecteurs. Sans aucune protection officielle, les imprimeurs et les journalistes de la presse catholique construisirent un front idéologique, fondé sur un ensemble d’hebdomadaires qui connurent une existence relativement longue malgré les difficultés économiques et politiques17. Ainsi, à Bogotá, nous comptons El Catolicismo, parut entre 1849 et 1861 ; El Mosaico, entre 1858 et 1872 ; La Caridad, entre 1864 et 1890, et El Tradicionista, 1871-1876 ; à Medellín, l’initiative privée et l’Eglise catholique garantirent la permanence de El Heraldo, 1868-1874 ; La Sociedad, 1872-1876 ; El Repertorio eclesiástico, 1873-1898. Il faut ajouter encore la présence, à Popayán, de Los Principios político-religiosos, entre 1872 et 1876.

Les facteurs de la popularité de la presse catholique

  • 18 Le 17 mars 1865, La Caridad annonçait une liste de 1277 abonnés, n°  26, p. 414.
  • 19 La Caridad, Bogotá, n°  16, 5 janvier 1865, p. 241 ; n°  26, 17 mars 1865, p. 414.

21Les journaux catholiques tels que La Caridad (1864-1890) et El Mosaico (1858-1872) constituent deux exemples dans lesquels la popularisation des idées et l’augmentation des ventes se faisaient d’un même mouvement. Avec La Caridad, on se trouve face à un cas évident de popularité et d’efficacité économique, intimement lié aussi au renforcement du domaine de la sociabilité charitable. En 1865, ce journal qui paraissait deux jours par semaine pouvait produire des listes dépassant le chiffre de mille abonnés, un nombre jamais atteint par d’autres publications à l’époque18. En outre, La Caridad pouvait se permettre de publier des comptes rendus minutieux indiquant ce que la direction du journal avait reçu pour la publication des petites annonces ; le journal faisait de même pour les frais de courrier, de distribution, d’achat de papier pour l’impression. Il fut le seul titre qui pouvait se targuer de tirages de mille cinq cents (1500) exemplaires et de réimpressions exceptionnelles de cinq cents (500) exemplaires pour les éditions antérieures et plus encore, le seul qui pouvait donner régulièrement des subsides à une association, la Société de Saint-Vincent-de-Paul19.

  • 20 Le terme exact en espagnol, utilisé souvent à l’époque, était «la anunciabilida », El Mosaico, Bogo (...)
  • 21 Ibidem.
  • 22 Ibidem.

22El Mosaico est bien connu dans l’historiographie comme un des journaux pionniers de la littérature nationale ; cependant, on évoque moins souvent ses stratégies publicitaires et les disputes qui entourèrent son fonctionnement. Il s’agissait, en principe, d’une publication exclusivement littéraire mais plus exactement qui fondait sa critique littéraire sur les valeurs esthétiques et morales du catholicisme. Sa vocation catholique se conjugua avec son obstination à conquérir une place privilégiée dans l’univers des lecteurs. El Mosaico fut un des journaux qui utilisèrent de la manière la plus systématique, toutes les stratégies alors connues pour la popularisation des idées et l’élargissement d’un marché de lecteurs : les feuilletons, les cuadros de costumbres, le choix des jours les plus adéquats pour la parution, la définition du meilleur type de lecteur, la collection de portraits et de biographies, le renforcement de la section des petites annonces. Au début, El Mosaico dépendait dans une large mesure du patronage des femmes écrivains de Bogotá, mais après l’acquisition d’un atelier d’imprimerie, les directeurs tentèrent de s’appuyer sur les nouvelles méthodes de ce qu’ils nommaient « la publicité20 ». C’est pourquoi ils priaient ainsi : « Que Dieu nous octroie l’esprit de la publicité comme aux Yankees21 ». Ils savaient qu’ils vivaient dans une époque où « tout s’annonce » et par conséquent qu’il leur fallait étudier minutieusement quel pourcentage du journal devait contenir les sections pour la publicité. Par ailleurs, ce qu’on appelle les études de marché était aux yeux de ces écrivains à l’ordre de jour. En effet, la visite à Bogotá de l’agent commercial de la compagnie d’imprimeurs Appleton des États-Unis – distributeur exclusif des ouvrages de Andrés Bello – fut le sujet d’un large commentaire sur les tactiques mercantiles appliquées au monde de la production de l’opinion22.

  • 23 El Mosaico, Bogotá, n°  2, 1er janvier 1859, p. 11.
  • 24 «Historia de la semana», El Mosaico, Bogotá, n°  18, 23 avril 1859, p. 139.
  • 25 «El Mosaico», El Mosaico, Bogotá, n°  25, 18 juin 1859, p. 194.

23Pour José María Vergara (1831-1872) et José Joaquín Borda (1835-1878), les deux responsables de ce journal littéraire, il était forcément indispensable, dans « le siècle de l’égoïsme et de l’or », d’acquérir une machine à imprimer qui « sorte des milliers d’exemplaires par minute23 ». Une machine qui, par conséquent, devait garantir la professionnalisation des écrivains. La préoccupation centrale, particulièrement pour les écrivains conservateurs, éloignés de la situation confortable des postes publics, était l’efficacité dans la production d’imprimés. El Mosaico décrivit souvent les rythmes de fonctionnement des ateliers d’impression, le rôle central des cajistas, le temps moyen investi par chaque auteur dans la rédaction d’un article24. Pour Vergara et Borda, la vente des produits issus de leur atelier était une priorité vitale résumée dans la formule : « On lit : ce mot vaut pour un écrivain beaucoup plus que pour un commerçant cet autre : « On achète25 ».

  • 26 Felipe Pérez, «El Mosaico en su nuevo carácter», El Mosaico, Bogotá, n°  24, 22 juillet 1865, p. 18 (...)

24Alors qu’El Mosaico paraissait avoir définitivement consolidé sa position de journal littéraire destiné principalement aux femmes lettrées, une réduction subite du papier pour l’impression, au milieu de l’année 1865 à Bogotá, obligea les propriétaires conservateurs à vendre leur atelier. Cela signifia une modification du caractère original du journal ; dès ce moment, le journal devint une publication « sous le patronage d’une association progressiste ». En effet, quelques hommes politiques radicaux dirigés par l’avocat Félipe Pérez s’approprièrent le journal et profitèrent de sa popularité pour le vouer à la diffusion des nouveautés de la science, de l’industrie et même du spiritisme. Dans cette nouvelle étape, sous la direction de l’élite radicale, El Mosaico tenta de se diffuser parmi « les artisans, les hacendados, les marchands et les étudiants26 ». Sans aucun doute, cette parenthèse radicale d’une publication déjà reconnue comme un des piliers de la diffusion de la conception culturelle catholique fit partie des joutes pour le contrôle des imprimés, après le triomphe libéral dans la guerre civile de 1860. Cependant en 1871, à cause de l’échec de la tentative éditoriale des écrivains adeptes du projet radical, El Mosaico retourna aux anciens directeurs et reprit son caractère littéraire et catholique.

25De notre point de vue, deux facteurs furent décisifs dans le triomphe du journalisme catholique. En admettant comme point de départ la popularité de la presse catholique, la permanence d’un ensemble de titres de presse et la consolidation d’un groupe d’écrivains furent en même temps les symptômes et les facteurs les plus évidents de sa supériorité. La stabilité permit la répétition d’un discours persuasif et dissuasif en faveur de la doctrine chrétienne et contre les vices et erreurs de la modernité libérale. Depuis El Catolicismo, en 1849, jusqu’aux journaux déjà mentionnés des années 1870, le clergé et les dirigeants laïcs du catholicisme assurèrent la continuité de leur discours intransigeant. Et celle-ci permit aux écrivains catholiques de se consacrer à la polémique politique et religieuse et, en outre, d’atteindre une certaine virtuosité didactique qui favorisa leur lutte pour la conquête du public.

26La presse catholique colombienne, depuis 1849, fut, dans une large mesure, la conséquence des alliances entre dirigeants conservateurs et autorités ecclésiastiques. La continuité de certains périodiques, notamment El Catolicismo et La Caridad, à Bogotá, garantit la constance du discours antilibéral et prouva la fermeté de l’alliance idéologique et politique des dirigeants laïcs conservateurs et du clergé. Or, il faut toutefois remarquer quelques étapes.

  • 27 À partir du 16 juin 1850, El Catolicismo commença la publication systématique d’extraits de l’ouvra (...)

27Tout d’abord, le journalisme catholique du milieu du siècle fut notamment influencé par les deux principaux penseurs catholiques espagnols, Jaime Balmes (1810-1848) et Juan Donoso Cortés (1809-1853) ; il est évident que le journal La Civilización s’était inspiré de la revue du même nom fondée par le curé catalan à Barcelone, vers 1840. Par ailleurs, El Catolicismo entreprit la critique systématique du protestantisme, du libéralisme et du socialisme en reproduisant, presque simultanément, El protestantismo comparado con el catolicismo en sus relaciones con la civilización europea [1844], et quelques extraits des Escritos políticos [1847] publiés par Balmes, un peu avant sa mort en 1848. Quant à Donoso Cortés, son Ensayo sobre el catolicismo, el liberalismo y el socialismo [1851] fut souvent cité27. La seconde étape peut se situer après 1855, quand El Catolicismo s’opposa à la propagation de l’utilitarisme, du spiritisme, de la libre-pensée et à l’abolition de la peine de mort. Dans cette étape, La Caridad s’érigea en principal diffuseur de la sociabilité charitable et revendiqua, avec la contribution de El Mosaico, la littérature comme facteur de cohésion du patrimoine culturel hispanique et catholique. La troisième étape du journalisme catholique fut menée par trois journaux centrés sur l’attaque du système d’enseignement libéral : La Sociedad, à Medellín ; El Tradicionista, à Bogotá ; Los principios politico-religiosos, à Popayán. Ils furent soutenus par les idéologues de la pensée catholique intransigeante colombienne : Mariano Ospina Rodriguez, Miguel Antonio Caro (1843-1909) et Sergio Arboleda (1822-1888).

28Or à partir de El Mosaico en 1858 et de La Caridad, fondé en 1864, nous voyons se dégager un discours différent de celui tenu par le catholicisme, un refus de tout ce qui constituait la manifestation des vices et des erreurs de la modernité libérale. Certes, les condamnations et les censures ne disparurent jamais de la presse catholique, les catalogues des « mauvais » et des « bons » livres furent largement diffusés tout au long de la seconde moitié du xixe siècle ; cependant, ces deux journaux se distinguèrent par la formation et la consolidation d’une élite d’idéologues laïcs du catholicisme et par l’élargissement des stratégies de persuasion envers les lecteurs et envers les libéraux.

  • 28 À ce propos, Rama [1982, p. 103-104].
  • 29 Vergara y Vergara, Cuestión española, Bogotá, 1859, Imprimerie de la Nación, p. 7-10. Vergara repro (...)
  • 30 Martinez [1997, p. 201-202]. Cet auteur a déjà remarqué «  que les conservateurs vont tirer un meil (...)

29La naissance de El Mosaico, en 1858, marqua le début de la volonté d’identifier la création littéraire avec la défense de la tradition catholique et hispanique. À partir de cet événement, la lutte des libéraux contre l’Église catholique fut considérée comme une attaque à la matrice culturelle espagnole. Ainsi, la défense de l’Église catholique fut organiquement associée à l’hispanophilie par les idéologues conservateurs et, de la même manière, le libéralisme anticlérical restait inévitablement inclus dans l’anti-hispanisme28. En 1859, cet affrontement idéologique commençait alors que le Congrès de la République discutait sur le nouveau caractère des rapports politiques et commerciaux avec l’Espagne ; à ce moment, Vergara y Vergara avait décidé de présenter au radical Manuel Murillo Toro (1816-1888) un éloge de ce qui devait être considéré comme « le berceau de notre civilisation29 ». En définitive, l’élite du catholicisme colombien s’érigea en pilier des traditions et plus précisément, de ce que les écrivains conservateurs nommèrent souvent le raizalismo. Ce raizalismo, un terme signifiant l’exaltation des traditions culturelles catholiques et hispaniques, fut largement propagé par un genre littéraire bref et très didactique connu comme le cuadro de costumbres. Même si la littérature costumbrista concerna autant les écrivains conservateurs que les libéraux, il y eut cependant une tendance majoritaire à la nostalgie espagnole, à la revendication des mœurs anciennes, des métiers, des lieux et des rapports sociaux fondés sur un ancien régime où la menace modernisatrice du libéralisme était encore absente30.

  • 31 La Caridad, Bogotá, n°  1, 24 septembre 1864, p. 1.
  • 32 «Escritores católico», La Caridad, Bogotá, n°  30, 20 janvier 1870, p. 465-467.
  • 33 «Los escritore», La Caridad, n°  31, 27 janvier 1870, p. 481-482.

30La Caridad, depuis sa parution, mit en place des concours de littérature religieuse. Sa mise en page révèle à elle seule l’acceptation des mutations du monde contemporain, auxquelles le catholicisme devait donner une réponse. Ainsi, les principales sections du journal étaient consacrées à la religion, à la morale et aux mœurs, aux activités de la charité, aux biographies, à l’instruction publique et privée, aux sciences et aux beaux-arts. On trouvait aussi « une page pour les enfants » dédiée à la diffusion « des vertus chrétiennes » et une autre sur les nouveautés de la mode parisienne, dont le public attitré était les femmes de l’élite31. Sans aucun doute, la longue existence de journaux tels que El Mosaico et La Caridad, à laquelle s’ajoute la variété du contenu de leurs pages, permirent la formation d’un groupe autodéfini comme de « simples écrivains laïcs » engagés dans la défense de l’Église catholique. Précisément, le fondateur, directeur et imprimeur de La Caridad, José Joaquín Ortiz (1814-1892), affirmait en janvier 1870 qu’il était nécessaire de former un groupe d’écrivains laïcs défenseurs du catholicisme car les membres du clergé n’avaient pas le temps de se consacrer assidûment au journalisme32. Et il reconnaissait l’importance de la parole et de la plume à une époque où « le prêtre auquel Dieu avait confié la sauvegarde de la foi n’était plus le détenteur exclusif de la science33 ».

  • 34 El Tradicionista, Bogotá, n°  2, 14 novembre 1871, p. 9.

31La publication de El Tradicionista de Bogotá, La Sociedad de Medellín et Los Principios político-religiosos de Popayán de 1871 à 1876, apparaît comme la concrétisation d’un programme politique ultramontain soutenu par une sociabilité catholique très active. Ainsi, le journalisme s’affirmait comme l’intermédiaire, pour les idéologues conservateurs, entre l’institution ecclésiastique et la constitution du parti catholique. Ces journaux rendaient publiques les activités des autorités de l’Église catholique colombienne et l’engagement quotidien du personnel laïc ; en outre, ils encourageaient une politique intransigeante contre le radicalisme et diffusaient une littérature religieuse. Les rédacteurs de El Tradicionista par exemple, se présentèrent comme une « compagnie anonyme » dont le projet était « d’imprimer, d’importer et de diffuser des ouvrages de la littérature catholique34 ». En principe, ce journal comme nous l’avons déjà vu réunissait les laïcs catholiques pour consolider un front nettement intellectuel autour de la diffusion de la littérature religieuse mais, finalement, il fut le précédent politique le plus immédiat de l’alliance entre le catholicisme et le libéralisme modéré.

32Il nous semble maintenant indispensable de nous arrêter sur un facteur particulièrement décisif en faveur de la primauté journalistique du discours catholique, à savoir l’existence d’un groupe bien défini d’écrivains catholiques.

Les écrivains catholiques

33En Colombie, tout au long de la seconde moitié du xixe siècle un cercle très actif d’écrivains catholiques dont la plupart étaient d’origine laïque se mit en place. Parmi les membres du clergé, nous pouvons noter la présence du curé Federico Aguilar (1834-1887), à Bogotá et de l’évêque de Santa Marta, Rafael Celedón (1833-1902). Parmi les écrivains laïcs, nous remarquons : José María Vergara y Vergara (1831-1872), José Joaquín Borda (1835-1878), José Manuel Groot (1800-1878), Ignacio Gutiérrez Vergara (1806-1877), Ricardo Carrasquilla (1827-1886), José Joaquín Ortiz, José Manuel Marroquín (1827-1908), José Caicedo Rojas, Miguel Antonio Caro et Sergio Arboleda. Tous eurent en commun leur participation directe à la fondation de journaux, à l’administration d’un atelier d’impression, à la publication d’articles et de livres, à la traduction d’ouvrages des penseurs catholiques, principalement français. Par ailleurs, la majorité de ces écrivains laïcs fit une carrière publique à Bogotá. Tous furent également enseignants assidus, fondateurs de collèges privés et auteurs de manuels scolaires. La plupart d’entre eux n’occupèrent de postes d’administration publique que pendant la parenthèse conservatrice du régime de Ospina Rodríguez, 1857-1860.

  • 35 La Caridad, Bogotá, n°  29, 14 décembre 1871, p. 450.
  • 36 Par exemple, La Sociedad, Medellín, n°  57, 12 juillet 1873, p. 70.

34Tout d’abord, il semble indispensable de s’arrêter sur les carrières des deux prêtres. Alors que la majorité des membres du clergé se limita à la diffusion de lettres pastorales adressées à leurs fidèles, mettant en garde contre les périls du protestantisme, de la franc‑maçonnerie ou du spiritisme, Aguilar et Celedón participèrent à la rédaction de journaux et aux concours de littérature catholique. Aguilar fut considéré comme un des meilleurs orateurs religieux de son époque ; en outre, il fut l’auteur d’un Curso elemental de elocuencia, en 1870, et plus tard, en 1873, il fut un des rédacteurs du journal catholique El Obrero, à Bogotá. En ce qui concerne l’évêque Celedón, chargé du diocèse de Santa Marta entre 1873 et 1900, il fit partie du cercle d’écrivains réunis, en 1856, au Liceo literario de Bogotá, un des principaux antécédents de El Mosaico, et du groupe fondateur de l’Academia colombiana de la lengua. Même si sa principale mission fut l’évangélisation des communautés indigènes de la péninsule de la Guajira, au nord du pays, cette responsabilité ne l’empêcha pas de se livrer à la rédaction d’articles et de poèmes où il mettait en question la présence de la franc-maçonnerie. En 1871 à ce propos la Juventud católica de Bogotá lui octroya la médaille de la meilleure composition poétique en hommage à la vierge Marie35. Plus tard, en 1873, son Diálogo entre un masón y un católico fut reproduit intégralement par la presse catholique afin de revendiquer la supériorité des pratiques de la charité chrétienne sur la philanthropie des libéraux et des francs-maçons36.

35La longue existence de El Catolicismo ne fut pas seulement due à l’initiative des archevêques Manuel José Mosquera (1800-1853) et Antonio Herrán (1797-1868). Il faut aussi tenir compte de l’engagement laïc d’écrivains tels que Ignacio Gutiérrez Vergara, José Joaquín Borda, José María Vergara et José Manuel Groot. Gutiérrez Vergara, par exemple, dirigea le journal entre 1852 et 1857 ; José Joaquín Borda, entre 1857 et 1858. L’année suivante, El Catolicismo fut sous la direction de José Manuel Groot. Gutiérrez Vergara était un avocat né à Bogotá dont la trajectoire publique avait commencé en 1839, comme directeur de l’Instruction Publique de Cundinamarca ; en 1849, il fut le président du Sénat durant la journée controversée du triomphe libéral du 7 mars ; entre 1857 et 1859, il fut le secrétaire des Finances du président Ospina et le président par intérim du pays pendant la guerre civile de 1860. En 1850, il fit partie de la Sociedad popular de Bogotá et en 1867 du conseil de direction de la Société de Saint-Vincent-de-Paul. Alors qu’il dirigeait El Catolicismo, il fonda le collège de La Familia, en 1854, et participa à la direction du collège de La Infancia. Ces deux institutions dispensaient un enseignement catholique aux fils des familles de l’élite de Bogotá. En 1869, il fonda le journal La Unidad católica et, en 1871, fut un des membres fondateurs de l’Academia de la lengua. Par ailleurs, les frères Ortiz Malo nous offrent un bon exemple de l’engagement intellectuel en faveur de la cause catholique. José Joaquin Ortiz apparaît comme le précurseur, en 1855, de la presse catholique destinée à un public féminin, grâce à la fondation de La Esperanza. En 1864, possédant une imprimerie, il fut le responsable de la publication de La Caridad. En outre, en 1856, il participa à la fondation du Liceo literario. Il se caractérisa aussi par son activisme pédagogique. Ainsi, en 1855, il fonda le collège Cristo à Bogotá, et il rédigea le Libro del estudiante (1861), un manuel scolaire très populaire pendant les années 1860, qui fut largement conseillé par la presse libérale. Avec son frère, Juan Francisco Ortiz (1808-1875), il participa à la diffusion des cuadros de costumbres. José Joaquín Ortiz fut le père du curé Juan Buenaventura Ortiz (1840-1894), l’auteur d’une histoire succincte de la Société de Saint-Vincent-de-Paul de Bogotá, et qui devint plus tard évêque de Pasto.

  • 37 Lire le témoignage de Jose Maria Samper, un de ses disciples [1936, p. 11].
  • 38 Sur la critique des idéologues conservateurs colombiens au libéralisme, voir Jaramillo Uribe [1963, (...)

36Certains écrivains catholiques se consacrèrent de façon quasi-professionnelle à la polémique religieuse. Ce fut le cas de José Manuel Groot, considéré par ses contemporains comme « le premier polémiste religieux du pays37 ». C’était un intellectuel autodidacte qui partagea son temps entre la politique, la peinture, l’enseignement, le journalisme et l’histoire. À vingt ans, en 1820, il milita à la loge franc‑maçonne Fraternidad bogotana ; en 1839, après son retour au catholicisme, il commença sa carrière de polémiste catholique en publiant l’article Los impíos con la cabeza cortada, véritable diatribe contre ceux qui s’opposaient au retour de la Compagnie de Jésus. Le plus intéressant est que Groot, qui venait d’être nommé sénateur, décida, en 1856, de se retirer de la politique pour se consacrer définitivement à la rédaction de son chef-d’œuvre, l’Historia eclesiástica de la Nueva Granada, qui fut finalement publié en 1869. Dans cet ouvrage en trois tomes, il soutenait que tout ce qui pouvait être considéré comme la civilisation dans le pays était l’œuvre exclusive du clergé catholique. Avant la publication de cet ouvrage, Groot fut le principal – ou plutôt le seul – personnage qui maintint une polémique autour de l’ouvrage controversé de Ernest Renan (1823-1892), La vie de Jésus (1863) ; à ce propos, Groot publia en 1865 sa Refutación analítica del libro de Mr. Renan. En 1876, peu avant son décès, il mena sa dernière polémique avec le missionnaire presbytérien Henry Pratt (1832-1912). Groot, Vergara y Vergara, Borda, voire Sergio Arboleda, constituèrent le groupe d’écrivains catholiques qui recoururent de la manière la plus systématique au récit historique pour forger, grâce à une documentation abondante, la thèse selon laquelle tout ce qu’avait été la société colombienne jusqu’alors était le résultat de l’action civilisatrice de l’Église catholique, malgré les obstacles historiques issus de la Réforme protestante, de l’encyclopédisme et des Lumières. Ainsi, la séparation d’avec l’Espagne était considérée comme une des conséquences directes de la propagation de la pensée française et comme une rupture avec le fondement catholique qui caractérisait les sociétés hispano-américaines. Pour eux, la construction d’une nation ne pouvait pas s’entreprendre sans tenir compte de la religion catholique. C’est pourquoi ces idéologues conservateurs tinrent toujours comme leurs plus grands ennemis le libéralisme, le protestantisme et le socialisme38.

37Il s’agissait donc d’historiens, d’amateurs d’antiquités et de documents anciens, de polémistes religieux, d’enseignants, de journalistes et, selon la dénomination la plus fréquente à l’époque, de literatos. Pour ceux qui avaient décidé d’entreprendre l’écriture de l’histoire de l’Église catholique ou plutôt son apologie, la période de 1855 à 1857 constitua le moment propice pour commencer leurs ouvrages, grâce à la protection du régime conservateur de Ospina Rodríguez. En effet, Borda, Vergara y Vergara et Groot, commencèrent leurs ouvrages apologétiques pendant cette brève période, durant laquelle le catholicisme colombien passa à l’offensive idéologique.

  • 39 La Caridad, Bogotá, n°  1, 1er juillet 1869, p. 11. 
  • 40 L’atelier de l’imprimeur conservateur Nicolás Pontón fut particulièrement généreux dans la diffusio (...)

38La défense de l’Église catholique reposa aussi sur la virtuosité didactique de quelques écrivains. En plus de leur contribution nostalgique à la littérature costumbrista, qui exaltait systématiquement les mœurs de l’ancien régime quelques écrivains appuyèrent fort habilement leur critique ultramontaine sur une écriture satirique et concise qui leur garantit probablement une large audience. Cela permit donc la vulgarisation des débats politiques et religieux. Ainsi le Diálogo entre un masón y un católico, de l’évêque Celedón, illustre ce procédé. Mais, l’auteur le plus doué pour ce style caractéristique fut probablement Ricardo Carrasquilla. Il était issu d’une famille dont beaucoup de membres s’étaient consacrés à l’enseignement catholique dans les collèges privés de Bogotá et de Nemocón, dans l’État de Cundinamarca. Il se forma de façon autodidacte, aux côtés de Miguel Antonio Caro et Carlos Martínez Silva (1847-1903). Carrasquilla se rendit assez populaire grâce à la publication de manuels de grammaire et d’arithmétique rimés qui facilitaient l’enseignement. Ainsi, il fut l’auteur d’un livre intitulé Problemas de aritmética para los niños, publié en 1859. Mais sa principale contribution à l’ultramontanisme fut la publication, dans les pages de La Caridad, à partir du 1er juillet 1869, d’un opuscule dont le titre était Errores y sofismas anticatólicos vistos con microscopio39. Dans cet ouvrage, il parodiait le langage scientifique pour mettre en évidence les erreurs du libéralisme. Ce type d’écriture fut utilisé dans une pléiade de titres de presse, considérés comme satiriques, où cohabitaient une stratégie publicitaire novatrice pour captiver les lecteurs et la louange nostalgique des coutumes de l’ancien régime40.

  • 41 José María Vergara y Vergara, «Prólogo» au roman Manuela, dans El Mosaico, Bogotá, n°  2, 1er janvi (...)

39Tous ces intellectuels constituèrent un groupe très soudé d’enseignants et d’écrivains qui exercèrent une sorte de tutelle sur les nouvelles générations de politiciens et d’intellectuels à Bogotá. Autour d’eux se formèrent des associations littéraires et des institutions d’éducation destinées aux fils de l’élite conservatrice et libérale de Bogotá. Ils furent également les détenteurs des règles de l’écriture correcte de la langue espagnole. Ce qui impliqua leur acceptation des normes provenant de la Real Academia de la Lengua, établie à Madrid et, par la suite, la consolidation de l’hispanisme catholique. Ils furent aussi les défenseurs d’une sociabilité d’ancien régime, la tertulia, qui réunissait l’élite des écrivains respectueux de ce que Vergara y Vergara nomma « la Forme, la déesse de ce siècle littéraire41 ».

Conclusions

40Même si certains idéologues du catholicisme au xixe siècle, notamment les Espagnols Jaime Balmes et José Donoso Cortes avaient lancé des diatribes contre l’élargissement de l’opinion publique, « ce monstre de l’opinion », et contre l’essor du journalisme [Fernández Sebastián, 2002, p. 428 et 528], il est toutefois certain que les conservateurs colombiens optèrent pour tirer profit des avantages des journaux au moment d’élargir leurs opinions et leur projet de société. Plus encore, l’alliance organique des écrivains conservateurs et de la hiérarchie de l’Église catholique contribua à l’apparition d’hebdomadaires dont la popularité fut incontestable par rapport à la presse libérale. Les conservateurs colombiens trouvèrent dans le journalisme un outil indispensable dans la lutte pour l’hégémonie, dans la conquête d’un espace public en faveur de la primauté politique et morale du catholicisme.

41Or il faut bien préciser que l’essor du journalisme catholique, devenu triomphant, eut lieu alors que la législation libérale, confirmée par les Constitutions de 1853 et de 1860, octroyait la liberté absolue pour la production et la circulation des imprimés. C’est grâce à cette liberté que les idéologues du catholicisme colombien purent se consacrer à l’installation et à la consolidation de périodiques. Cependant, certains historiens ont mis en question l’étape « libertine » initiée en Colombie au milieu du siècle et interrompue par la Constitution de 1886 qui annonça le retour à la censure a priori sous la tutelle culturelle et morale de l’Église catholique [Cacua Prada, 1987, p. 95]. Cet article pourrait donc contribuer à préciser l’analyse autour de ce qui fut au xixe siècle, l’influence de l’Église catholique dans le processus, assez complexe, de construction de l’État-nation en Colombie. Un journalisme catholique triomphant fut sans aucun doute, un des facteurs en faveur de la montée d’une république confessionnelle scellée par la Charte constitutionnelle de 1886.

Haut de page

Bibliographie

Aubert Roger (dir.), Nouvelle histoire de l’Église, tome 5, Paris, Éditions du Seuil, 1975.

Berger Peter, La religion dans la conscience moderne, Paris, Centurion, 1971.

Cacua Prada Antonio, Libertad y responsabilidad de la prensa. Aspectos filosóficos históricos, jurídicos y periodísticos, Bogotá, Fundación Los Libertadores, 1987.

Cholvy Gérard, Hillaire Yves-Marie, Histoire religieuse de la France contemporaine (1800-1880), Toulouse, Éditions Privat, 1985.

Demelas Marie-Danielle, Saint-Geours Yves, Jerusalén y Babilonia: religión y política en el Ecuador, Quito, Corporación Editora Nacional, 1988.

Fayet-Scribe Sylvie, Associations féminines et catholicisme, xixe et xxe siècle, Paris, Les Éditions ouvrières, 1990.

Fernández Sebastián Javier, Diccionario político y social del siglo xix español, 2002.

Encreve André, Gadille Jacques, « Le christianisme en Europe à l’âge libéral, (1830-1860) », in Mayeur Jean-Marie (dir.), Histoire du christianisme des origines à nos jours, Paris, Desclée, 1997, p. 171-188.

Jaramillo Uribe Jaime, El pensamiento colombiano del siglo xix, Temis, Bogotá, 1963. 

Langlois Claude, « Le catholicisme au féminin revisité », in Corbin Alain, Lalouette Jacqueline, Femmes dans la cité, 1815-1871, Paris, Créaphis, 1996, p. 140-146.

Martinez Frédéric, « Le nationalisme cosmopolite. La référence à l’Europe dans la construction nationale en Colombie, 1845-1900 », Guerra François-Xavier (thèse sous la dir.), Université de Paris I, Paris, 1997, 824 p.

Mayeur Jean-Marie (dir.), L’histoire religieuse de la France, xixe-xxe siècle, Paris, Beauchesne, 1975.

Meyer Jean-André, « l’Amérique latine », in Mayeur Jean-Marie et al. (dir.), Histoire du christianisme des origines à nos jours, tome XII, Paris, Desclée, 1995, p. 941-1022.

Moulinet Daniel, Les classiques païens dans les collèges catholiques ? Le combat de Monseigneur Gaume (1802-1879), Paris, Éditions du Cerf, 1995.

Pelletier Anne-Marie, Le christianisme et les femmes (vingt siècles d’histoire), Paris, Les Éditions du Cerf, 2001.

Poulat Émile, Église contre bourgeoisie (introduction au devenir du catholicisme actuel), Bruxelles, Casterman, 1977.

Rama Carlos, Historia de las relaciones culturales entre España y la América latina, siglo xix, México, Fondo de Cultura Económica, 1982.

Samper José María, « Don José Manuel Groot », in Cuadros de Costumbres, Bogotá, Minerva, 1936.

Vergara y Vergara José María, Cuestión española, Bogotá, Imprimerie de la Nación, 1859.

Haut de page

Notes

1 Les «  journalistes catholiques » de l’hebdomadaire La Civilización définissaient ainsi fort bien l’enjeu au moment d’expliquer l’apparition de El Catolicismo, en 1849, le journal officiel de l’épiscopat colombien. Voir  : «  La Cuestión moral », La Civilización, Bogotá, n°  2, 16 août 1849, p. 2.

2 Voir, par exemple, l’analyse du cas de «  l’utopie cléricale » installée à Quito entre 1809 et 1812, Demélas et Saint-Geours [1988].

3 Nous avons adopté cette définition de sécularisation  : «  Nous entendons par sécularisation le processus par lequel des secteurs de la société et de la culture sont soustraits à l’autorité des institutions et des symboles religieux » [Berger, 1971, p. 174].

4 À ce propos, Poulat parle du «  paradoxe encombrant » de l’Église catholique, [1977, p. 88].

5 Sur l’essor du culte marial et sur la «  féminisation du catholicisme » au xixesiècle, voir aussi Mayeur [1975, p. 59], Gadille et Encrevé [1997, p. 193] et Pelletier [2001, p. 142-144].

6 La Civilización, Bogotá, n°  69, 19 décembre 1849, p. 282.

7 «Periodismo católico», El Catolicismo, Bogotá, n°  1, 1er novembre 1849, p. 2.

8 «La cuestión moral», La Civilización, Bogotá, n° 2, 16 août 1849, p. 9.

9 La Civilización, Bogotá, n°  13, 15 novembre 1849, p. 61.

10 «El nombre y los propósitos de este periódic », La Sociedad, Medellín, n°  1, 15 juin 1872, p. 3.

11 «Instrucción del clero», La Sociedad, Medellín, n°  3, 28 juin 1872, p. 17.

12 Sur les débats autour des limites du journalisme ultramontain en France, soutenues entre Monseigneur Félix Dupanloup, évêque d’Orléans et l’ultramontain Veuillot, chez Moulinet, [1995, p. 204, 205]. Sur l’influence populaire de Veuillot, chez Aubert [1975, p. 48].

13 Le fondateur de El Catolicismo fut l’archevêque Manuel José Mosquera, frère du général Mosquera  ; à partir de 1854 il fut dirigé par l’archevêque Herrán.

14 Les Anales de la Universidad Nacional furent publiées à partir de 1867 jusqu’en 1892.

15 Manuel Ancízar, «Informe de 187 », Anales de la Universidad Nacional, Bogotá, 1870, p. 10.

16 Par exemple, l’hebdomadaire officiel de l’instruction publique de l’État de Santander, Escuela primaria, avait un tirage de 530 exemplaires qui, tous, devaient être distribués gratuitement aux membres du gouvernement national, aux conseils locaux d’instruction, aux directeurs des écoles et aux enseignants, La Escuela primaria, Socorro, n°  1, 1er novembre 1871, p. 1.

17 Les cinq principaux journaux catholiques furent  : El Catolicismo, Bogotá, 1849-1861  ; La Caridad, 1864-1890  ; El Mosaico, Bogotá, 1858-1872  ; El Tradicionista, Bogotá, 1871-1876  ; La Sociedad, Medellín, 1872-1876. Les trois journaux radicaux  : El Neogranadino, Bogotá, 1848-1857  ; El Tiempo, Bogotá, 1855-1860, 1864-1866  ; El Diario de Cundinamarca, Bogotá, 1869-1884.

18 Le 17 mars 1865, La Caridad annonçait une liste de 1277 abonnés, n°  26, p. 414.

19 La Caridad, Bogotá, n°  16, 5 janvier 1865, p. 241 ; n°  26, 17 mars 1865, p. 414.

20 Le terme exact en espagnol, utilisé souvent à l’époque, était «la anunciabilida », El Mosaico, Bogotá, n°  26, 4 juillet 1860, p. 201

21 Ibidem.

22 Ibidem.

23 El Mosaico, Bogotá, n°  2, 1er janvier 1859, p. 11.

24 «Historia de la semana», El Mosaico, Bogotá, n°  18, 23 avril 1859, p. 139.

25 «El Mosaico», El Mosaico, Bogotá, n°  25, 18 juin 1859, p. 194.

26 Felipe Pérez, «El Mosaico en su nuevo carácter», El Mosaico, Bogotá, n°  24, 22 juillet 1865, p. 186. Pérez venait de publier, en 1862, comme membre de la Comisión Corográfica, la Jeografía física i política de los Estados Unidos de Colombia.

27 À partir du 16 juin 1850, El Catolicismo commença la publication systématique d’extraits de l’ouvrage de Balmes  ; même si la première édition en espagnol du livre de Donoso Cortés est en 1851, la presse catholique colombienne inaugura sa diffusion périodique en 1850. Par ailleurs, depuis 1855, les écrivains catholiques colombiens comptaient sur l’édition posthume des Obras de don Juan Donoso Cortés, réunies en cinq volumes et éditées par Gabino Tejado, Madrid, 1855. La BNC conserve trois volumes.

28 À ce propos, Rama [1982, p. 103-104].

29 Vergara y Vergara, Cuestión española, Bogotá, 1859, Imprimerie de la Nación, p. 7-10. Vergara reprochait à Murillo Toro le fait d’avoir dit au Sénat que «  tout ce qui est mauvais parmi nous vient de notre origine espagnole ». Voir aussi, El Tiempo, Bogotá, n°  257, 29 novembre 1859, p. 121.

30 Martinez [1997, p. 201-202]. Cet auteur a déjà remarqué «  que les conservateurs vont tirer un meilleur profit du genre pour diffuser leurs messages politiques, pour se poser en défenseurs de la tradition ». Par ailleurs, une analyse des cuadros de costumbres réunis dans les trois tomes du Museo de cuadros de costumbres, 1866, nous montre nettement la primauté du message traditionaliste.

31 La Caridad, Bogotá, n°  1, 24 septembre 1864, p. 1.

32 «Escritores católico», La Caridad, Bogotá, n°  30, 20 janvier 1870, p. 465-467.

33 «Los escritore», La Caridad, n°  31, 27 janvier 1870, p. 481-482.

34 El Tradicionista, Bogotá, n°  2, 14 novembre 1871, p. 9.

35 La Caridad, Bogotá, n°  29, 14 décembre 1871, p. 450.

36 Par exemple, La Sociedad, Medellín, n°  57, 12 juillet 1873, p. 70.

37 Lire le témoignage de Jose Maria Samper, un de ses disciples [1936, p. 11].

38 Sur la critique des idéologues conservateurs colombiens au libéralisme, voir Jaramillo Uribe [1963, p. 261‑271].

39 La Caridad, Bogotá, n°  1, 1er juillet 1869, p. 11. 

40 L’atelier de l’imprimeur conservateur Nicolás Pontón fut particulièrement généreux dans la diffusion de périodiques satiriques et dédiés à la revendication de certains types humains durant les années 1860 : Los Locos, El Bogotano, La Bruja, El Chino de Bogotá, El Amolador.

41 José María Vergara y Vergara, «Prólogo» au roman Manuela, dans El Mosaico, Bogotá, n°  2, 1er janvier 1859, p. 16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilberto Loaiza, « Le catholicisme et la conquête de l’opinion publique (Colombie, 1845-1886) », Cahiers des Amériques latines, 63-64 | 2010, 151-171.

Référence électronique

Gilberto Loaiza, « Le catholicisme et la conquête de l’opinion publique (Colombie, 1845-1886) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 63-64 | 2010, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cal.revues.org/861 ; DOI : 10.4000/cal.861

Haut de page

Auteur

Gilberto Loaiza

Gilberto Loaiza, docteur en sociologie de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, est professeur au département d’histoire de l’Universidad del Valle de Cali. Soutenue en 2006 sous la direction de Jean-Pierre Bastian, sa thèse s’intitule Sociabilité et définition de l’État-nation en Colombie, 1845-1886. De la révolution libérale à la république catholique. Auteur de nombreux articles sur l’histoire de la Colombie au xixe siècle, il a été professeur invité à l’IHEAL en 2009-2010.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org