Navigation – Plan du site
Dossier. Le Nordeste de Lula

Le crédit, outil d’inclusion sociale : le cas de Valente (Bahia)

Pauline Bensoussan
p. 99-114

Résumés

Longtemps négligés des politiques publiques et exclus des institutions financières, les petits producteurs ruraux du Sertão baiano sont très vulnérables face aux conditions climatiques rudes (semi-aride) et aux aléas de la vie sociale et économique. Depuis les années 1980, les acteurs de la société civile (associations, coopératives) coordonnent des alternatives socioéconomiques innovantes en quête de valorisation des richesses naturelles et humaines. Cet article fondé sur une enquête de terrain met en lumière les ressorts du dynamisme émergent du territoire du sisal. Le processus de mobilisation sociale et la définition d’un projet de développement rural qui cherche avant tout à élargir les choix des producteurs et à leur permettre de devenir plus indépendants, s’appuient sur des politiques publiques de soutien à l’agriculture familiale fortement renforcées sous le gouvernement de Lula. L’intégration financière des petits producteurs s’est traduite par la création, en 1993, de la coopérative de crédit rural de Valente qui démocratise l’accès au crédit en proposant des services financiers et d’accompagnement adaptés. En ce sens, elle renvoie aux enjeux de la microfinance et de la lutte contre la pauvreté.

Haut de page

Texte intégral

1Longtemps négligés des politiques publiques et exclus des institutions financières traditionnelles, les producteurs ruraux du Sertão baiano sont vulnérables aux conditions climatiques (région semi-aride), longtemps évoquées pour expliquer les faibles résultats agricoles et la persistance du sous-développement régional. Or, ne sont-ce pas plutôt les structures sociopolitiques et la sclérose foncière qui expliquent la persistance de la pauvreté sertaneja ? Les stratégies de développement axées sur la lutte contre la sécheresse ont eu un coût social inestimable accentuant les inégalités existantes, à tel point que l’unification brésilienne pourrait être considérée comme miraculeuse [Droulers, 2001 ; Bret, 2005]. De fait, le modèle de développement agricole brésilien fait apparaître des degrés d’intégration aux marchés très différenciés : malgré le processus de modernisation, les producteurs de l’agriculture familiale restent très peu capitalisés et leurs revenus instables.

2Ainsi, un des défis principaux de la modernisation de l’agriculture familiale réside dans la définition de politiques publiques adaptées et en partenariat avec les organisations paysannes, telle que la Politique de Renforcement de l’Agriculture Familiale (Pronaf) au Brésil. En s’inscrivant dans une logique productive, le Pronaf vise notamment, par le biais d’une offre massive de crédit rural, à augmenter les revenus des petits producteurs afin qu’ils deviennent compétitifs mais surtout plus autonomes par rapport aux fazendeiros et aux aides de l’État. Cette nouvelle stratégie d’intégration des producteurs s’avère être un complément indispensable aux politiques sociales phares du gouvernement du président Lula en matière d’éducation («Bolsa familia») et de santé qui jouent un rôle essentiel, mais pas suffisant, puisqu’elles nourrissent essentiellement une « économie sans production », expression reprise par Tonneau [2007].

3Depuis les années 1980, les acteurs de la société civile de Valente coordonnent des alternatives économiques et sociales dans cette région productrice de sisal. Cet article vise à comprendre les ressorts du dynamisme d’une région marquée par des obstacles climatiques et par une structure sociopolitique longtemps bloquée, mais plus encore à analyser le processus d’un dispositif d’inclusion bancaire. En effet, parmi les priorités pour dynamiser le développement local de cette région, la démocratisation de l’accès au crédit rural semble permettre de renforcer l’autonomie socio-économique des petits producteurs et d’améliorer leurs conditions de vie. À Valente, la démocratisation des services financiers n’a cessé de s’intensifier depuis la création de la coopérative de crédit rural Sicoob-Coopere (1993).

  • 1 Ensemble des services financiers et non financiers de proximité offerts aux populations exclues du (...)

4S’interroger sur le crédit rural en tant qu’outil de développement revient à analyser la pertinence et l’efficacité d’une technique financière pour réaliser un objectif complexe et multidimensionnel. Notre intérêt prioritaire ici est d’analyser dans quelle mesure le crédit peut avoir des incidences positives sur l’amélioration des conditions de vie des producteurs et leur permettre in fine d’être plus libres dans leur choix. S’il est communément admis – voire même prouvé – que le manque d’accès au crédit constitue un frein à la modernisation des exploitations familiales et à l’intégration socio-économique des producteurs, on ne saurait affirmer aussi facilement la réciproque, à savoir que l’accès au crédit rural est un outil de développement. De toute évidence, de nombreux producteurs sertanejos, exclus du système bancaire formel, rencontrent des difficultés pour financer leurs besoins d’investissement [Abramovay, Piketty, 2005]. Notre réponse sera nuancée pour ne pas tomber sous le charme d’une illusion trompeuse et réductrice laissant croire à l’existence d’une recette miracle via l’accès au crédit, susceptible de résoudre tous les problèmes du développement rural. Dans cette perspective, nous essayerons de nous détacher à la fois du caractère passionné qui anime certains praticiens, fervents défenseurs du secteur de la microfinance1, et des discours opportunistes de certains politiciens et dirigeants d’organismes internationaux, afin d’enrichir la réflexion sur un sujet encore en phase de maturité. Cet article comporte deux sections : la première contextualise la forte mobilisation sociale dans la région du sisal ; la seconde analyse la perception de l’impact de crédit rural par les producteurs bénéficiaires.

Une mobilisation structurante dans la région de Valente

5Notre réflexion empirique s’appuie sur une série de travaux entrepris par des chercheurs brésiliens, sous forme d’articles et/ou d’ouvrages qui explorent les spécificités du modèle de développement de Valente à partir d’angles de recherche différents. La thèse de Humberto Miranda de Nascimento [2003] met en exergue, à partir d’une analyse empirique très riche sur Valente, les interactions entre la formation d’un capital social et le développement local. L’analyse du processus participatif par Elenaldo Teixeira [2002] aide à situer le rôle de la société civile dans le processus de développement brésilien. Enfin, les travaux de Ricardo Abramovay [2003 ; 2007] sur le rôle du crédit rural soulèvent, à partir de l’analyse de la politique de soutien à l’agriculture familiale, les enjeux de la démocratisation de l’accès aux services financiers pour les petits producteurs, observations qui rejoignent les analyses réalisées par des experts sociologues et/ou agronomes sur la paysannerie nordestine tels Sabourin [2002 ; 2007], Cohen et Duqué [2001]. Ces études ont eu le mérite de donner à la mobilisation paysanne une profondeur historique. Elles s’accordent sur le fait qu’au fil du temps les conditions de travail et de vie des petits producteurs se sont améliorées, même si certains indices socio-économiques restent encore bien en deçà de la moyenne régionale (Nordeste).

  • 2 « La théologie de la Libération était le fondement politico-religieux de l’action des Communautés E (...)

6Dans le Sertão baiano, le long processus des transformations sociales est le fruit d’une redéfinition du système de croyances traditionnelles. Dans les années 1970, se distingue un mouvement de pensée politique et religieux né en Amérique latine, inspiré par le courant communiste, les textes prophétiques de la Bible et la révélation évangélique. Appelé Théologie de la Libération2, ce courant prône la libération des peuples et entend ainsi renouer avec la tradition chrétienne de solidarité. Dans le Sertão baiano, ce sont des missionnaires qui ont diffusé ce nouveau courant, entraînant l’apparition de nouvelles formes de rationalité économique.

7Dès 1967 est créé le Movimento de Organização Comunitária (MOC) à Feira de Santana ; il s’agit de l’une des entités brésiliennes qui a expérimenté l’intégration et la coordination des acteurs sociaux dans les projets de développement, en s’appuyant sur la tradition d’entraide sertaneja et sa capacité à s’accommoder du milieu sec. L’originalité du travail du MOC réside dans une combinaison alliant, sans contradiction, tradition et modernité [Abramovay, Magalhães, 2007]. Une décennie plus tard, le MOC intervient dans 12 municipalités dans lesquelles il dispose d’offices et entreprend des actions socio-économiques locales, qui se traduisent par des conquêtes pour les petits producteurs de types variés. Une série de priorités ayant pour objectif l’amélioration des conditions de vie du sertanejo a été définie et reste encore en vigueur : l’amélioration de la commercialisation des produits ; l’augmentation de l’assistance technique ; l’accessibilité au crédit rural ; la promotion d’événements.

  • 3 «  La CEB était un espace de discussion, de réflexion, de connaissance de la réalité, de formation (...)

8Cette première forme d’action collective est d’autant plus importante dans la région du sisal que le processus d’émancipation des populations se heurte à de nombreux obstacles, et n’a donc pas le même sens que « dans d’autres régions du pays [sud du Brésil] où les traditions culturelles et politiques sont plus à même d’accepter que les citoyens se prennent en charge et aient une voix dans la construction politique » [Milani, 2003]. Cette émancipation de la population s’est renforcée, à la fin des années 1970, dans la région du sisal sous l’impulsion de trois prêtres italiens, qui étaient en mission dans la région de Valente. La population locale, prenant conscience de la nécessité de réagir collectivement contre le système d’asservissement des travailleurs, organise une Communauté Ecclésiale de Base (CEB)3 pour défendre un travail plus digne dans les zones rurales.

9Face à la dure réalité des rapports de domination, les prêtres ont insisté auprès des petits producteurs pour qu’ils trouvent collectivement des alternatives afin de se faire entendre auprès des autorités politiques. En 1979, un premier rassemblement des agriculteurs de diverses municipalités, essentiellement de la région du sisal (Feira de Santana, Serrinha, Araci, Idru, Anguera, Valente), exige la suppression de l’impôt sur la circulation des marchandises (ICM) qu’ils étaient tenus d’acquitter en vendant leur surplus de production sur les marchés locaux. Ce mouvement a constitué à l’époque un symbole fort, puisque le groupe des protestataires a organisé une manifestation à Salvador, où il a occupé le Centre Administratif en guise de contestation. Devant une telle mobilisation, le gouverneur de l’État de la Bahia de l’époque, Antonio Carlos Magalhães, accepta de réduire l’impôt [Nascimento, 2003]. Cette première victoire déclencha une vaste série d’initiatives sociales, soutenues par des organisations locales et régionales, qui perdurent encore aujourd’hui.

10À la suite de cette première conquête, les producteurs ayant obtenu satisfaction ont décidé de s’associer pour défendre leurs intérêts. Ainsi est créée, en 1980, l’Association des Petits Agriculteurs de l’État de la Bahia (APAEB) avec le soutien organisationnel du MOC et l’appui financier d’une entité allemande Misereor (100000 US$) [Silveira, Wanderley, Cunha, 2006]. Il est important de rappeler que l’APAEB n’a pas surgi des problèmes directement liés à la production de sisal, mais de ceux liés à la condition des producteurs de l’agriculture familiale de subsistance. Largement reconnue comme un parfait exemple pour illustrer les nouvelles formes d’organisations collectives, l’APAEB est une association à but non lucratif qui cherche « à promouvoir le développement socio-économique durable et solidaire, en visant à améliorer la qualité de vie des producteurs ruraux » [APAEB, 2000]. Elle souhaite intervenir directement dans l’économie de la région, notamment en augmentant la valeur ajoutée et la qualité des produits régionaux. Elle annonce une rupture multidimensionnelle (politique, sociale, économique et culturelle) et déstructure les nombreux préjugés régionaux en affichant comme slogan phare : « Le Sertão possède tout ce qui est nécessaire. En cas de besoin, nous inventons ».

  • 4 Ce magasin de comestibles et de mercerie offrant moins de 100 articles à la vente a constitué une g (...)

11Le premier combat a été de lutter pour obtenir de meilleurs prix pour la vente de la production de sisal des petits producteurs en créant un magasin de comestibles4 (1981), puis de créer de la valeur ajoutée localement avec l’ouverture d’une unité de traitement du sisal (batedeira comunitária) (1981), et d’une usine de tapis de sisal (fábrica de tapetes e carpetes de sisal) (1996). Ce climat plus concurrentiel a bénéficié aux producteurs : en effet, depuis l’intervention de l’APAEB, les producteurs vendent le kilo de sisal à 1.28 R$ (en 2005), soit au moins quatre fois plus qu’auparavant.

  • 5 Au Brésil, l’apparition des coopératives de crédit émane de l’inadaptation de l’offre bancaire et d (...)

12Le deuxième combat de l’APAEB concerne la recherche de capital financier pour la population locale, long processus qui se décline en trois temps. La première étape a consisté à faire une démarche auprès des institutions financières traditionnelles (banques locales) pour les convaincre de l’existence d’un marché potentiel chez les petits producteurs. Face au refus général de ces institutions, l’APAEB s’engage dans la deuxième étape transitoire en ouvrant, sans statut légal, en 1990, la « poupança de APAEB » (collecte d’épargne), et en créant, en 1991, un fonds de crédit de roulement pour ses membres. Entre 1990 et 1993, le nombre de comptes épargne est passé de 70 à 2260, soit une hausse spectaculaire, et la valeur de dépôt de 8 600 U$ à 133 900 U$ [Nascimento, 2003]. La dernière étape, qui n’était en fait que la suite logique de la précédente, a été l’ouverture, en 1993, d’une coopérative de crédit par les créateurs et dirigeants de l’APAEB, appelée initialement Coopere (Coopérative de Crédit Rural de Valente, SA) ; il s’agit de la première coopérative de crédit rural dans le Sertão baiano5. En 1997, la Coopere a rallié le réseau national Sicoob parce qu’il présente, comme les autres réseaux, de nombreux avantages, tant en terme institutionnel et organisationnel que financier.

13La Sicoob-Coopere propose à ses membres – plus de 12000 en 2006 – à la fois une gamme de services financiers et non financiers qui ne cesse de s’élargir et une orientation adaptée à leurs besoins. C’est la hausse des ressources internes de la coopérative qui permet à la coopérative de diversifier les services ; en effet, le capital social est passé de près de 5000 R$ en 1994 à plus de 800000 R$ en 2003. Les ressources externes s’élèvent en 2006 à plus de 3,7 millions de R$ et proviennent de BNB (Pronaf), BNDES (Pronaf), BID, APAEB, MOC et Bancoop, De même les dépôts à termes et à vues ont presque doublé entre 2000 et 2003, atteignant respectivement 5.4 millions R$ et 2.2 millions R$. Les adhérents, dont près de 85 % n’avaient jamais eu de compte en banque, ont un accès aux services suivants : crédit personnel, crédit rural, assurance (vie, voiture, crédit), retrait d’argent dans les réseaux banco 24 horas et Rede Shop, émission de DOC/DEC/TED, facturation d’électricité et de téléphone. Si tous ces services permettent d’inclure les producteurs à des degrés différents, nous allons nous focaliser sur le crédit rural, car il intervient dans la sphère productive.

14Au Brésil, la démocratisation de l’accès aux services financiers, principalement le crédit, a commencé au début des années 1990 (BCB, 2007), mais elle s’est accélérée depuis le premier mandat du président Lula (2003) devenant une priorité encore secondaire mais intégrée aux stratégies de plusieurs ministères et secrétariats, tels que ceux de l’Économie Solidaire, du Développement Territorial, du Développement Agraire, du Travail. Cet élan a été donné grâce notamment aux coopératives de crédit et d’épargne, telle que la Sicoob-Coopere, qui assurent un rôle décisif dans les nouvelles stratégies de bancarisation des populations et de lutte contre la pauvreté, particulièrement en milieu rural [BCB, 2007]. En règle générale, le coopératisme de crédit, au même titre que les institutions de microfinance, véhicule une véritable opportunité de promotion des produits et des services financiers de proximité, répondant aux besoins de la population de manière efficace et très transparente. C’est l’expression directe d’une association de personnes voulant entreprendre une action collective sans ressources élevées dans une perspective plus juste de la société, pas uniquement basée sur la valeur monétaire. Une coopérative de crédit peut être définie comme une société de personnes avec une forme et une nature juridique propres, constituée pour offrir des services financiers à ses membres. Pour Paul Singer [2000], secrétaire d’État à l’Économie Solidaire du gouvernement du Président Lula, les coopératives sont des acteurs de la diffusion de l’économie solidaire au Brésil. En effet, elles placent l’individu au cœur du développement économique et social, ses membres participant pleinement à l’organisation et à l’élaboration du projet de la coopérative dans un contexte local.

Analyse de la perception des bénéficiaires

15La reconnaissance d’une pluralité de critères pour évaluer un programme de crédit rural, nous a amené à situer notre analyse au croisement de trois sources d’informations : celles provenant des acteurs du développement local, tels que les organisations paysannes et les pouvoirs publics, (entretiens semi-directifs, rapports annuels, etc.), celles collectées auprès des membres (120) de la coopérative Sicoob-Coopere, bénéficiaires d’un crédit rural en décembre 2005 (questionnaire que nous avons appelé Credival), et enfin celles venant d’instituts statistiques (IBGE, SEI). À partir de ces données quantitatives et qualitatives, nous essaierons de démontrer d’une part l’originalité des initiatives de financement rural mises en place par la société civile de la municipalité de Valente, d’autre part les fragilités du projet ambitieux qu’est l’amélioration des conditions de vie des petits producteurs de sisal [Bensoussan, 2008].

16Depuis les travaux de Sen, la pauvreté est généralement replacée dans un contexte plus large afin d’être analysée, qui prend en compte des variables non monétaires, notamment l’accès aux soins et à l’éducation, la participation à la vie sociale et politique, etc. Comme le souligne Cristina Moura, éducatrice de l’APAEB, ces variables apparaissent comme des vecteurs d’intégration et de bien-être pour l’individu : « Il est nécessaire de s’interroger sur les impacts socio-économiques classiques du crédit mais les répercussions du crédit se mesurent également en questionnant les producteurs sur leurs habitudes alimentaires, sur leur hygiène de vie » [Cristina Moura, présentation débat des résultats en novembre 2006].

Le rôle clé de l’assistance technique

17Les entretiens réalisés laissent apparaître une forte volonté de la Sicoob-Coopere à défendre la conception du développement durable et solidaire. Ainsi, elle propose des services non financiers qui ont pour rôle la valorisation des ressources humaines, condition nécessaire pour améliorer la qualité des techniques de production et permettre de maîtriser les enjeux du territoire. Souvent proposés par groupe, ces services entendent rendre les personnes plus autonomes économiquement et plus intégrées socialement. Pour enrichir sa prestation de service, la Sicoob-Coopere travaille en collaboration avec d’autres organisations paysannes afin d’offrir à ses membres un ensemble de services complémentaires au crédit rural. La qualité des services d’accompagnement est l’une des garanties limitant les risques de non-remboursement, aussi bien pour l’institution que pour les producteurs. Tout projet de crédit rural est accompagné d’une assistance technique, l’enquête de terrain s’est essentiellement intéressée au travail des techniciens de l’APAEB. Au sein du DDC de l’association, le profil du personnel est interdisciplinaire : éducateur, technicien ingénieur agronome, professeur, vétérinaire, etc. Le travail de ce département s’articule autour des spécificités de l’agriculture familiale et des concepts de développement durable et d’économie solidaire : « Trop souvent le petit producteur essaye de reconstruire le modèle du grand producteur, le travail du technicien est de proposer une alternative en faisant un travail de captation pour dynamiser l’activité agricole » [Domingos Magalhães Neto, responsable du DDC, 16 mars 2005, Valente].

18Il est clairement reconnu que le soutien du technicien est nécessaire pour la majeure partie des bénéficiaires de crédit rural. En effet, après avoir bénéficié de l’assistance technique au moins une fois lors d’un projet de crédit rural, encore près de 60 % des personnes interrogées reconnaissent qu’elles auraient besoin d’une assistance technique pour un nouveau projet. La perception des producteurs quant au rôle du technicien permet de détecter les besoins des producteurs. Aux vues des réponses recueillies, les producteurs attribuent au technicien un rôle à caractère multidimensionnel, symbole d’un réel manque de relations sociales, économiques (échanges) et de soutien affectif.

19Ainsi, pour plus d’un tiers (32 %) de l’échantillon Credival, la fonction principale du technicien est de transmettre des informations. Cette réponse est le signe d’un manque d’accès aux informations au sens large, le technicien devient donc un relais favorisant les échanges entre l’individu et la société dans son ensemble (vie locale, santé, technologies, loisirs, etc.). Ainsi, les techniciens maintiennent – voire établissent – un lien social, limité dans les territoires isolés du voisinage et de l’environnement familial. De fait, combattre ce manque d’accès à l’information, c’est contribuer à l’intégration sociale et parfois économique des producteurs. On peut ici citer l’exemple des démarches administratives ; en effet si le technicien est souvent en charge d’expliquer aux producteurs pourquoi la Sicoob-Coopere exige des titres de propriétés des terres cultivées pour accorder un crédit rural, il leur transmet aussi des informations sur les démarches à suivre. Par la même occasion, il entreprend une sensibilisation quant à l’importance de l’obtention de papiers de propriété (ou d’identité) qui servent de garantie pour la Sicoob-Coopere, mais avant tout de justificatif important pour les producteurs.

20Dans la région, le manque d’information a été identifié comme un obstacle au développement ; 45 % de l’échantillon affirment ne jamais avoir entendu parler des lignes de crédit spécifiques pour les petits producteurs avant d’être devenus membres de la coopérative. Or, depuis les années 1990 le PRONAF, principal programme en faveur du crédit rural, n’a cessé d’être renforcé et médiatisé. De même, près de la moitié des personnes interrogées dit ne pas avoir accès aux informations sur l’activité de la coopérative (lancement de lignes de crédit, comptes rendus de comités, activités, etc.). Pourtant pour pallier ce manque, la Sicoob-Coopere utilise de nombreux moyens de communication et organise des formations pour tenir informés ses membres. Les principales transmissions d’informations se font par les modes suivants : une émission quotidienne d’une heure sur TV Valente, des émissions de radio régulières sur Radio Valente, un bulletin informatif mensuel, des pré-assemblées dans les différentes agences, une Assemblée générale annuelle à Valente, un Rapport d’activité annuel et enfin un site Internet.

21Le deuxième rôle attribué au technicien, avec quasiment la même importance (31 %), est celui de transmettre des techniques de production. Cette donnée nous informe sur le besoin de renforcer les compétences techniques des producteurs. Comme nous l’avons vu dans la définition de leur profil, peu de producteurs ont suivi une scolarité au-delà du collège et beaucoup rencontrent des difficultés liées à la gestion, aux techniques de production et à la commercialisation. Les techniciens sont généralement tous des agronomes, ils ont donc des connaissances permettant d’augmenter la production, d’améliorer la productivité agricole, et de trouver des solutions et des adaptations pour résoudre les problèmes sanitaires et climatiques. En dehors du suivi individuel, ils organisent des formations pour les producteurs avec des intervenants extérieurs. Parmi les personnes interrogées, 44 % reconnaissent avoir été invitées à une formation durant l’année 2005 et près des trois quart d’entre elles ont participé au moins une fois aux formations proposées. Ce fort taux de participation traduit un bon ciblage des formations qui répondent aux nécessités des producteurs et donc une mobilisation forte des producteurs, alors que les stages sont généralement organisés le week-end. Au cours de ces réunions, le technicien articule l’échange d’informations avec, le plus souvent, un intervenant extérieur. La transmission de savoirs par le biais des discussions, des récits d’expériences, des conseils, augmente le capital humain et la multiplication des échanges accroît considérablement le capital social cette fois-ci au sens sociologique. S’inscrivant dans un projet de développement durable, le technicien a une mission d’autant plus importante qu’il doit transmettre des techniques de production prenant en considération les aspects environnementaux (projets d’énergie solaire, utilisation des déchets de la défibration des feuilles de sisal pour l’alimentation animale, etc.).

22Un troisième rôle significatif, qui représente un quart des réponses obtenues, consiste à attribuer au technicien une mission de soutien moral aux producteurs. Dans un contexte de vulnérabilité économique élevée des producteurs, notamment lié au risque de sécheresse, il est facile de comprendre qu’une partie des producteurs soit découragée et donc peu optimiste quant aux possibilités d’amélioration de leurs conditions de vie. Là encore, le technicien va jouer un rôle indispensable car ses visites régulières chez les producteurs et surtout sa disponibilité vont apporter indirectement un soutien moral aux personnes découragées. Il s’agit d’un travail de long terme, car souvent les habitudes et les mentalités sont à changer par rapport à la perception des potentialités territoriales et humaines de la région, afin que la sécheresse ne soit plus perçue comme une fatalité et la pauvreté comme une maladie incurable. La foi dans le projet entrepris stimule sans aucun doute les motivations du producteur, et par conséquent influence fortement la réussite des projets de crédit rural.

23Enfin, une minorité des personnes interrogées (11 %) considère que le rôle principal du technicien est de donner des techniques de gestion du crédit. Notre étude montre que le suivi, de la conception du projet au remboursement du crédit, réalisé par les techniciens de l’APAEB, permet de suivre les producteurs aussi bien pour la gestion des achats que pour celle des remboursements (épargne). De nombreux techniciens, au-delà des conseils donnés aux producteurs, les guident, notamment lors des achats d’animaux, afin de privilégier des investissements qualitatifs et de gérer au mieux la négociation.

24Mais, lorsqu’ils sont sollicités par les producteurs pour faire face à des situations d’incapacité de remboursement, les techniciens devraient pouvoir évaluer précisément les origines des difficultés puis, en fonction des raisons expertisées, apporter des alternatives à moindre coût aux producteurs. L’analyse du travail du technicien est essentielle pour comprendre les incidences visibles ou non à long terme et pour identifier les besoins des producteurs. Une corrélation est évidente entre le degré de vulnérabilité du producteur et le rôle du technicien. L’objectif de cet article ne consiste pas à faire l’éloge du travail du technicien, mais à souligner que pour être efficaces, ces services d’accompagnement doivent être réalisés de manière cohérente avec d’autres programmes/projets de développement et être accompagnés de politiques publiques pour réduire au maximum les inégalités spatiales, économiques et sociales.

La perception d’accroissement des revenus liée à l’investissement

25Au premier abord, notre questionnaire montre qu’une large majorité des producteurs reconnaît avoir bénéficié au moins d’une petite amélioration de leurs conditions de vie à la suite de la souscription d’un emprunt. En effet, près de 70 % des personnes interrogées estiment que le crédit a accru la quantité de production, 65 % considèrent que les revenus ont augmenté, et enfin plus de la moitié (53 %) admettent que leur qualité de production a aussi connu une hausse.

26Ces résultats sont plutôt un signe de bonne réussite des projets ; toutefois il est difficile de les mesurer réellement puisqu’ils reposent exclusivement sur la perception et non sur des données quantifiées, nous modérerons donc nos propos face à ces informations. D’après les discussions avec les producteurs et les techniciens qui connaissent bien leurs situations, on peut dire que les bénéfices engendrés par le crédit servent avant tout à diminuer les dépendances vis-à-vis de la finance informelle et à améliorer les conditions de vie (alimentation, habitat, augmentation des frais d’éducation et de santé, achat de biens de consommation durable, etc.). La majorité des producteurs considère que les incidences du crédit ont permis une amélioration de leur patrimoine familial. Parmi les propriétés rurales visitées lors de l’enquête, on observe que la plupart sont équipées de réfrigérateurs, sanitaires à l’intérieur de la maison, filtre pour l’eau, et de poste de radio et/ou de téléviseur.

27Ces observations se vérifient dans les travaux de Nascimento [2003] qui analyse l’évolution du patrimoine familial des membres de l’APAEB avant et après 1997. Les données montrent une nette amélioration de l’équipement des propriétés rurales en faveur de l’hygiène sanitaire, de la mobilité, de l’accès à l’information, de l’activité économique. La légitimité de ces changements peut être pensée en terme d’intérêt individuel et collectif, ce processus dépend essentiellement de la cohérence des projets et/ou politiques de développement.

28Généralement, les techniciens constatent que certains impacts économiques peuvent être obtenus en dehors de l’application du crédit. En effet, de simples conseils portant sur les techniques et pratiques de production, la création de valeur ajoutée, l’organisation du temps de travail, la vente des produits agricoles et la gestion des revenus agricoles permettent déjà une amélioration d’ordre économique [Givaldo, technicien APAEB, 2004]. Les producteurs, en déclarant qu’ils accordent une réelle importance aux visites régulières des techniciens de l’APAEB, confirment les retombées économiques liées au travail d’accompagnement.

29Ainsi, s’ils avaient à choisir de manière exclusive entre avoir accès à l’assistance technique ou au crédit, 40 % des personnes interrogées préféreraient pouvoir être suivies par un technicien. Ce taux élevé paraît presque paradoxal mais traduit avant tout une prise de conscience des producteurs quant aux possibilités d’amélioration de la production et de la productivité du travail en amont d’investissement productif. Les ressources humaines semblent bien être au cœur du processus de développement et dans ce sens l’acquisition de connaissances détrône le monopole du capital financier en s’affirmant comme un complément indispensable.

30Mais ces alternatives doivent faire face à un certain nombre d’obstacles rencontrés comme le souligne Domingos Magalhães Neto : « Deux problèmes majeurs interfèrent dans le processus de développement et de renforcement de la valeur des produits. Le premier est lié aux problèmes de documentation, généralement le technicien informe et accompagne le producteur pour résoudre ses problèmes administratifs. Le second fait référence à la réticence culturelle ; en effet, trop souvent le petit producteur essaie de reconstruire le modèle du grand producteur, et le travail du technicien est de proposer une alternative en faisant un travail de captation pour dynamiser l’activité agricole », [Domingos Magalhães Neto, responsable du DDC, 16 mars 2005, Valente].

31L’utilisation des crédits est à moduler selon les lignes de crédit rural puisqu’elle est orientée vers le financement de diverses sortes de dépenses (investissement, production, infrastructure). Définis lors de l’élaboration du projet avec le technicien, les investissements dépendent d’un ensemble de paramètres tels que les besoins identifiés, l’état du marché de la production, l’évolution de la technologie et de l’innovation productive, les choix stratégiques et la volonté du producteur à investir dans tel ou tel domaine [Givaldo, technicien APAEB, 2004]. Cette phase de préparation nécessite un laps de temps relativement court, à l’exception du premier recueil des données qui incorpore un état de lieu relatif à l’activité du producteur (superficie, nombre d’animaux, moyens de production, cycle de production, commercialisation, revenus, etc.).

32Dans la majeure partie des cas (89 %), on constate qu’au moins une partie du crédit est destiné à l’achat d’animaux. Il est nécessaire de distinguer la nature de ces choix stratégiques pour analyser les répercutions éventuelles et définir la place de l’innovation dans les projets d’investissement. D’une part, on observe que la quantité de production liée à l’élevage a fortement augmenté dans la région depuis 2000, avec notamment le développement de l’activité laitière. Actuellement, les producteurs ayant bénéficié directement de répercussions économiques de cette nouvelle activité régionale, souhaitent renforcer et élargir le marché en privilégiant l’aspect qualitatif du lait. Ils orientent donc leurs achats vers une gamme d’animaux de qualité supérieure, limitant les risques sanitaires et augmentant leur valeur ajoutée. Domingos Magalhães Neto explique les impacts de la production de lait : « Dans la région, la production de lait de chèvres est un parfait exemple de réussite. Beaucoup de producteurs n’y croyaient pas au début du projet et aujourd’hui ils voient la qualité de vie de leurs voisins augmentée. Des réunions sont organisées tous les deux mois pour discuter du rapport qualité/prix […]. L’objectif actuel est d’obtenir l’habilitation pour vendre du lait à l’extérieur de l’État de la Bahia pour développer le marché. La majorité des producteurs de lait réussissent à vivre seulement de cette activité » [Domingos Magalhães Neto, responsable du DDC, 16 mars 2005, Valente].

33D’autre part, au-delà de l’activité d’élevage, beaucoup de producteurs considèrent que l’achat d’animaux est un investissement utile et nécessaire puisqu’en cas de problème les animaux peuvent être revendus facilement dans un laps de temps court. La majorité des producteurs reconnaît vendre des animaux juste avant les échéances de remboursement. Dans ce cas, l’achat d’animaux peut être assimilé à une sorte d’épargne informelle. Notre étude relève donc une faible utilisation des services d’épargne, sans doute due à la fois au manque d’offre de services d’épargne adaptés et à la méfiance des producteurs. Or, compte tenu de la forte exposition des animaux face aux risques sanitaires et climatiques, il semble urgent de sensibiliser les producteurs sur ce choix qui leur semble stratégique mais qui, en fait, accentue leur vulnérabilité.

34Près d’un quart des producteurs investis dans la plantation de sisal et/ou de palme et 10 % environ achètent de la terre. Ces deux utilisations augmentent à terme le volume de production et peuvent même parfois être accompagnées d’une hausse de la qualité. Facteur déterminant de l’activité agricole, la qualité influence le pouvoir de négociation des producteurs, la marge des ventes des récoltes, mais également l’hygiène alimentaire de la population. Enfin, certains producteurs utilisent leur crédit pour compléter leur activité principale par d’autres productions et/ou par des activités complémentaires (petit commerce, artisanat). Diversifier les revenus a pour avantage de les rendre moins tributaires d’une seule activité agricole, qui les rend très fragiles. Parmi les nouvelles productions implantées dans la région, l’apiculture est un exemple d’activité viable qui s’est renforcée en 2000 avec la création par l’APAEB d’une Maison du miel (transformation sous forme de pots de miel et bonbons). Actuellement, cette nouvelle activité ne constitue qu’un complément de revenus mais à long terme, si le marché se développe, elle pourrait devenir une activité principale : « Le producteur n’est pas petit, il faut juste que le technicien l’aide à chercher un marché pour ses produits » [Domingos Magalhães Neto, responsable du DDC, 16 mars 2005, Valente].

35Autre indicateur, la capacité des producteurs à épargner permet d’analyser de façon indirecte les impacts économiques du crédit. Si l’épargne est avant tout un choix qui dépend des revenus, ce n’est pas le seul paramètre. En effet, la régularité et la stabilité des revenus influencent le niveau et la forme de l’épargne. Parmi les personnes interrogées, 38 % affirment avoir connu une hausse de leur épargne depuis qu’ils sont devenus membres de la Sicoob-Coopere. Parmi eux, 10 % affirment que leur épargne a augmenté grâce à une hausse de leurs revenus. Ce résultat modère donc le chiffre précédent qui annonçait que près de 70 % des producteurs avaient connu une amélioration de leur revenu à la suite du crédit. Pour les producteurs, épargner signifie être moins vulnérable en cas de problème (santé, sécheresse, etc.) ; en effet, plus de 72 % définissent l’épargne comme une réserve face aux risques. Mais tous ne sont pas encore dans la possibilité d’alimenter cette réserve : faute de revenus, de priorités, de services adaptés et de contenu des habitudes culturelles.

36Si la réussite d’un projet de crédit ne se traduit pas systématiquement par une augmentation significative des revenus, néanmoins elle motive généralement les producteurs à poursuivre le processus de modernisation de leur exploitation en recourant à d’autres crédits. Ainsi, 53 % des producteurs interrogés ont octroyé au moins deux crédits à la Sicoob-Coopere ; on observe qu’ils ont connu un accroissement de leurs revenus, de la quantité de production et de la qualité de production supérieure à la moyenne de l’échantillon. Il existe donc une corrélation entre le nombre de crédits et les impacts économiques, puisque plus le nombre de crédits est élevé, plus les bénéfices du crédit se font ressentir. Si les impacts ont été observés principalement à l’échelle individuelle, ils stimulent sans aucun doute une dynamique territoriale. En effet, l’articulation des échelles joue ici, à condition que les intérêts particuliers s’inscrivent dans le cadre d’un projet de développement plus élargi.

Considérations finales

37Fondamentalement, il ressort de cette étude des résultats encourageants tant pour l’analyse empirique qui révèlent que l’offre de crédit rural permet de consolider l’intégration socio-économique des populations à faibles revenus que pour la réflexion théorique qui souligne la complexité des dispositifs d’inclusion bancaire. En effet, le crédit rural peut être considéré comme un outil de développement permettant, d’une part, de défendre un véritable projet de développement en agissant sur plusieurs dimensions complémentaires qui produisent un effet d’entraînement et, d’autre part, de réaliser des économies d’échelles non conventionnelles car la proximité socio-spatiale et l’accompagnement technique apportent une garantie (non matérielle) limitant les risques de non remboursement et les coûts (gestion et suivi des impayés pour l’institution ; taux d’intérêt pour les emprunteurs). Les nouvelles perspectives créées par la démocratisation de l’offre de services financiers ouvrent des horizons prometteurs pour lutter contre la pauvreté et devraient permettre aux exclus de mieux se positionner dans l’économie de marché.

Haut de page

Bibliographie

Abramovay Ricardo, « Crédit rural et politiques publiques dans le sertão brésilien », Revue Tiers-Monde, Paris, vol. XLIII, 2003, p. 41-62.

BCB, Microfinanças, O papel do Banco Central do Brasil e da importância do cooperativismo de credito, Brasília, Ed. BCB, 2007.

Bret Bernard, « Justice et territoire, une réflexion à partir du cas brésilien », Strates n° hors-série, « Parcours dans la recherche urbaine Michel Rochefort », 2002.

Cohen Marianne, Duque Ghislaine, Les deux visages du Sertão. Stratégies paysannes face aux sécheresses (Nordeste, Brésil), Paris, IRD, 2001.

Droulers Martine, Brésil, une géohistoire, Paris, PUF, 2001.

Milani Carlos R.S., « Participação social e ação pública local, na Bahia », Belo Horizonte, Ed.UFMG, 2006, p. 215-236.

Nascimento Humberto Miranda do, Conviver o sertao : origem e evoluçao do capital social em Valente/ba, São Paulo, Ed. Annablume, Fapesp, APAEB, Valente, 2003.

Sabourin Eric, Paysans du Brésil, entre échanges marchands et réciprocité, Paris, Ed. Quae, Cirad, 2007

Sen Amartya, Repenser l’inégalité, Paris, Seuil, 1992.

Silveira Diomar, Wanderley Glauco, Cunha Ranusio, Uma surpresa no Sertão: A experiência da APAEB e da COOPERE, Valente, APAEB, 2006.

Teixeira Elenaldo Celso, O local e o global : limites e desafios da participação cidadã, Recife, 3e ed. Cortez, Equip, Salvador UFBA, 2002.

Haut de page

Notes

1 Ensemble des services financiers et non financiers de proximité offerts aux populations exclues du système financier traditionnel.

2 « La théologie de la Libération était le fondement politico-religieux de l’action des Communautés Ecclésiales de Base. La stratégie pédagogique de conscientisation sociale consistait en une méthode éducative reposant sur la foi, et qui est normalement caractérisée par le trépied « voir, juger, agir », dont le sens comprend une analyse suivie d’une discussion en petit groupe avec la population sur les problèmes graves auxquels elle doit fait face » [Abramovay, Magalhães, 2007, p. 112].

3 «  La CEB était un espace de discussion, de réflexion, de connaissance de la réalité, de formation de la conscience critique. […] On découvrit que le manque de terre, la spoliation à laquelle ils étaient soumis, l’expropriation quasi totale de leurs produits, la négation de leur droit à étudier etc., rien de cela ne relevait de la volonté de Dieu, mais que c’était le fruit de l’exploitation de certains, qui trouvaient toujours les moyens (licites ou illicites) de s’approprier la richesse générée par des milliards de personnes » [Silveira, Wanderley, Cunha, 2006].

4 Ce magasin de comestibles et de mercerie offrant moins de 100 articles à la vente a constitué une grande avancée pour la population. À l’époque, la surface était seulement de 18 m2 ; aujourd’hui, la superficie du magasin est de 900 mètres carrés, et contient plus de 3 800 articles dont plus de 1 % correspondent à des produits régionaux.

5 Au Brésil, l’apparition des coopératives de crédit émane de l’inadaptation de l’offre bancaire et de son caractère très sélectif. Apparue dans le sud du pays, la première coopérative de crédit créée, en 1902, à Linha Imperiale, municipalité de Nova Petrópolis (RS) existe toujours sous le nom de Caixa Rural de Nova Petrópolis. Pour faciliter leur croissance, la Banque Centrale et le gouvernement fédéral ont adopté une stratégie de développement des coopératives de crédit dans le pays avec notamment un changement de législation (loi 5  764/71 du 16 décembre 1971) qui définit un nouveau statut juridique plus complexe. À cette époque, on comptait 377 coopératives de crédit à l’échelle nationale ; ce nombre n’a cessé d’augmenter, totalisant 806 en 1980, 1 235 en 2000, 1 399 en 2003 et représentant 1,9 million d’associés. Aujourd’hui, les coopératives de crédit occupent un rôle majeur dans le processus de développement rural qui ne se limite pas à l’activité agricole ; dans les municipalités de Valente et Araci, le volume des opérations de crédits des coopératives dépassent ceux des banques locales [Banco Central, 2001].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Bensoussan, « Le crédit, outil d’inclusion sociale : le cas de Valente (Bahia) », Cahiers des Amériques latines, 63-64 | 2010, 99-114.

Référence électronique

Pauline Bensoussan, « Le crédit, outil d’inclusion sociale : le cas de Valente (Bahia) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 63-64 | 2010, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/814 ; DOI : 10.4000/cal.814

Haut de page

Auteur

Pauline Bensoussan

Pauline Bensoussan est économiste, actuellement responsable du département PlaNet University et expert en Microfinance au sein du groupe PlaNet Finance, ONG de Solidarité Internationale spécialisée en microfinance (Paris) et chargée de cours à l’IHEAL. Elle a soutenu en 2008, une thèse intitulée « Le crédit rural : outil de développement dans le sertão de la Bahia ?» (doctorat en co-tutelle entre l’Université de Paris 3 - IHEAL/CREDAL et l’Université fédérale de la Bahia/NEPOL).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org