Navigation – Plan du site
Dossier. Le Nordeste de Lula

Femmes et eau dans le Sertão. Le programme « Un million de citernes »

Daniela Nogueira
p. 63-79

Résumés

Cet article est le résultat de la réflexion concernant l’incorporation de la perspective du genre dans la formulation et la mise en œuvre des politiques de l’eau et a comme objectif d’analyser l’impact de ces politiques dans la vie des femmes du climat « semi-aride » brésilien. Des problèmes liés à la qualité et à la quantité de l’eau touchent différents secteurs de la société. Devant la complexité des défis qui résultent de telles questions, une transformation profonde est nécessaire dans les approches adoptées pour qu’on puisse envisager une politique publique d’urgence ayant comme objectif les spécificités inhérentes à la nature de la démocratisation de l’eau. L’incorporation de la perspective de genre dans la gestion des eaux nationales va dans ce sens et vise un développement plus démocratique. La région semi-aride brésilienne, dont la rareté hydrique est fréquemment désignée comme étant responsable du sous-développement, traditionnellement marquée par ses caractéristiques d’exodes, a servi de cadre pour une réflexion de la création du programme Un million de citernes agricoles (P1MC). Dans ces régions, l’inégalité de genre se trouve renforcée, la lourde charge quotidienne pour l’obtention de l’eau retombe sur les femmes et les filles. Aussi la question de l’eau pour ces populations nous pousse-t-elle à mener une discussion plus complexe, articulant les relations de pouvoir, la division sexuelle du travail, l’organisation sociale et le développement.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Ces dernières décennies ont été marquées par de profondes transformations dans le domaine des politiques gouvernementales aussi bien dans les pays appelés « pays du Nord » que dans les « pays du Sud ». Dans les sociétés démocratiques contemporaines, la garantie de conditions minimum de bien-être pour toute la population relève de plus en plus de l’articulation entre les politiques capables d’assurer la croissance économique, les politiques sociales universelles destinées à promouvoir l’égalité des chances et des modèles de base de qualité de vie et les politiques spécifiques destinées aux populations en situation de plus grand risque et de vulnérabilité sociale.

2En ce qui concerne le Brésil, ce réseau de protection sociale se renforce dans les années 1990 avec le gouvernement de l’ex-président Fernando Henrique Cardoso lorsqu’ont été créés les programmes de Bourse école, Éradication du travail infantile, Bourse alimentation, Aide gaz, Agent jeune, programme de Santé de la famille, programme d’Appui à l’agriculture familiale, outre le projet Alvorada, pour les 2 361 municipalités brésiliennes ayant le plus grand nombre d’habitants situés au-dessous du seuil de pauvreté. La prise de conscience de la nécessité d’initier des réformes structurelles et de rendre prioritaires des politiques sociales spécifiques comme moyen de lutter contre la pauvreté et les inégalités sociales, grands défis de la société brésilienne en ce début de millénaire, et de doter ainsi le pays d’un système effectif et démocratique de protection sociale, a orienté la construction de l’agenda présenté par Luís Inácio Lula da Silva, alors candidat.

3Après la victoire du Parti des Travailleurs (PT) aux élections présidentielles de 2001, la force de l’agenda social a été institutionnalisée avec la création de plusieurs ministères et secrétariats spéciaux. Cependant, « au-delà de la rhétorique gouvernementale autour du caractère fondateur de la politique sociale du gouvernement du PT, ses propositions ont réussi à se concrétiser, constituant un mélange de continuité et de changement d’évidences et de modes de gestion ». La priorité pour les politiques de transfert de revenus aux plus pauvres semble être, jusqu’à ce jour, le trait marquant de la « nouvelle » politique sociale du gouvernement Lula. « Cependant, elles démontrent une conception de protection sociale et un style de faire de la politique sociale qui s’éloignent des expectatives divulguées sur l’action réformatrice du PT » [Almeida, 2004, p. 8].

4En ce qui concerne la réforme ministérielle entreprise pour ajuster les politiques sociales à mettre en œuvre, il convient de citer le Ministère Extraordinaire de Sécurité Alimentaire et le Combat contre la Faim (MESA), qui a fusionné ensuite avec l’actuel ministère de Développement Social et Combat contre la Faim (MDS). Le MDS a été créé en janvier 2004 afin de combattre la pauvreté et l’exclusion sociale au moyen de la promotion du développement et du combat contre la faim : il s’agissait d’inclure et de valoriser la citoyenneté au travers de l’assurance de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et d’un revenu minimum.

Le programme Faim zéro et les politiques d’activation

5Le programme Faim zéro (PFZ), l’un des principaux objectifs du gouvernement du président Lula, s’est appuyé sur les travaux de Josué de Castro, auteur du classique Géographie de la Faim [2006], et est basé sur la reconnaissance du problème à partir de son caractère multidimensionnel et intersectoriel, et donc de la nécessité d’engager des actions simultanées dans les différents champs d’intervention de l’État.

  • 1 Pour une critique du diagnostic de Faim zéro voir Carlos Augusto Monteiro « A Dimensão da Pobreza, (...)

6Le lancement du programme Faim zéro a eu un fort impact symbolique tant au niveau national qu’international, devenant une référence mondiale du combat contre la faim par une politique intégrée de sécurité alimentaire et nutritionnelle ayant pour fondement l’alimentation en tant que droit humain que l’État doit assumer et qui doit en finir avec le problème de la faim, comme objectif du gouvernement présenté dans un programme intégrant des mesures structurelles, spécifiques et locales. Cependant, pour certains auteurs, le programme part d’un diagnostic discutable, la dénutrition et la faim chronique atteignant actuellement une minorité de Brésiliens pauvres, l’accès aux services de base étant la priorité à observer.1

7Le programme est conçu à partir de l’articulation entre les politiques structurelles tournées vers les causes de la pauvreté – génération d’emplois, réforme agraire, accès à la santé et à l’éducation –, les politiques spécifiques pour permettre aux familles l’accès direct à l’alimentation – extension du goûter scolaire, carte d’alimentation, amplification du programme d’Alimentation du Travailleur (PAT), éducation alimentaire – et les politiques locales, devant être implantées par les gouvernements d’État, les préfectures et par la société organisée en accord avec les besoins de chaque région – achat d’aliments de l’agriculture locale pour les programmes publics, banques d’aliments, restaurants populaires et potagers urbains.

8Parmi les différentes actions menées par le programme Faim zéro, il convient de souligner ici l’existence de deux programmes de nature distincte, mais complémentaire, concernant la réalité du Semi-aride brésilien, dont la Carte Alimentation, remplacée postérieurement par la Bourse famille et le programme Un million de citernes rurales, qui fera l’objet d’une analyse plus détaillée dans cet article.

  • 2 Le programme Bourse famille fait un dépôt à ses bénéficiaires d’une valeur fixe de 50,00 R$ aux fam (...)

9Le programme Carte alimentation a été créé comme politique spécifique. En 2003, il a été remplacé et amplifié par la Bourse famille2, alors qu’initialement il était lié à la Présidence de la République et intégré au MDS en 2004. Le programme est le résultat de l’unification de plusieurs programmes de transfert de revenus qui existaient déjà, comme la Bourse alimentation (ministère de la Santé), Aide gaz (ministère des Mines et Énergie), Bourse école (ministère de l’Éducation) et la Carte alimentation (MESA), cités antérieurement. La Bourse famille prévoit une certaine portion de revenu transférée sans contrepartie et la possibilité d’une deuxième portion conditionnée à la fréquentation de l’école par les enfants. Dans la pratique, le contrôle de cette contrepartie est aussi difficile que celui des programmes du gouvernement antérieur.

10Les programmes de transfert de revenus sont au centre de l’agenda de l’État brésilien à partir des années 1990, avec l’introduction du projet néolibéral qui a réorienté le système de protection sociale en modifiant son caractère universaliste et en le plaçant dans l’optique de la décentralisation et de la focalisation selon les directives des organismes multilatéraux.

11Ces programmes peuvent être perçus selon différents angles, d’un côté, avec des stratégies institutionnelles que les sociétés développent pour lutter contre les vicissitudes d’ordre social qui mettent une partie de leurs citoyens en situation de vulnérabilité et, de l’autre, comme forme compensatoire de l’attribution d’un transfert monétaire afin de rompre le « cercle vicieux qui emprisonne une grande partie de la population brésilienne dans les cordes de la reproduction de la pauvreté » [Silva et al., 2004, p. 15]. Bien qu’à première vue ces programmes renforcent d’anciennes pratiques clientélistes, pour les familles sans revenu ou ayant un revenu insuffisant, le transfert direct d’argent représente la condition nécessaire pour vaincre la pauvreté et sa reproduction.

12Bien que les politiques sociales soient par définition compensatoires, puisqu’elles sont faites pour compenser les distorsions découlant du processus de développement qui finit par accentuer les inégalités sociales existantes, il devient nécessaire de concevoir les programmes de transfert de revenu, au-delà des transferts monétaires, comme des politiques publiques capables de fortifier les droits sociaux, de renforcer la citoyenneté et de dépasser les aspects paternalistes du système de protection sociale brésilien.

13Une réorientation du modèle de formulation de politiques publiques, qui conditionne à l’action de l’État une contrepartie du citoyen, se trouve associée à ces conceptions. Cette « nouvelle contractualisation » entre l’État et le citoyen a été nommée « politique d’activation », car elle mobilise l’ensemble des bénéficiaires et implique un travail en réseau et en partenariats entre les différents acteurs sociaux comme support au processus d’autonomisation des individus au sein de la société. Ces politiques touchent les différents domaines des politiques publiques et c’est pourquoi l’organisation de la société civile dans son articulation avec l’État gagne une importance centrale.

  • 3 Cette recherche n’aurait pas été possible sans l’aide du CNPq et de la CAPES’s. L’auteur souhaite a (...)

14Une autre action exécutée dans le cadre de Faim zéro fait l’objet de notre recherche, il s’agit de notre programme Un million de citernes rurales (P1MC3). Ce programme ne doit pas être confondu avec une politique gouvernementale au sens strict du terme, car il s’agit d’une initiative de la société civile antérieure au Gouvernement Lula. Cependant, c’est à partir de 2003 qu’elle gagne le statut de « politique gouvernementale » en commençant à dépendre progressivement du financement du Gouvernement fédéral. C’est dans cette nature ambiguë du P1MC que réside sa force mais aussi sa fragilité, puisque le gouvernement finance aussi des programmes d’État et des programmes municipaux de construction de citernes fonctionnant selon une logique qui n’est pas celle de la gestion décentralisée, participative et active des bénéficiaires du P1MC.

  • 4 La définition du public-cible du programme s’appuie sur l’intersection de quatre variables : 1) êtr (...)

Tableau 1. Estimation4 du besoin en citernes et population rurale du Semi-aride par Unité de la Fédération

Tableau 1. Estimation4 du besoin en citernes et population rurale du Semi-aride par Unité de la Fédération

Source : « Programa Cisternas : Estudo sobre a Demanda, Cobertura e Focalização » [Brésil, 2007a]

15L’accès à l’eau en quantité, qualité et régularité pour la population rurale a toujours été considéré comme un facteur limitant du développement économique de la zone semi-aride. Le programme Un million de citernes qui s’insère comme une des actions du programme Faim zéro vise à assurer l’approvisionnement en eau nécessaire au maintien, dans de meilleures conditions, des familles rurales du Sertão. La construction de citernes d’une capacité de 16000 litres qui permettent d’emmagasiner l’eau pour la consommation humaine, assure ainsi l’articulation entre les objectifs du programme et une politique intégrée de sécurité alimentaire et nutritionnelle.

  • 5 Sont appelées « technologies sociales » les techniques ou méthodologies développées en interaction (...)
  • 6 Voir l’article de Danielle Rocha dans cette même revue.

16L’utilisation de la citerne pour la captation d’eau de pluie n’est pas une nouveauté dans la région. Cependant, la spécificité de Un million de citernes réside dans l’importance accordée à la mobilisation sociale, à l’acquisition de savoir-faire, au renforcement institutionnel de la société civile, à l’implication des bénéficiaires des citernes ; elle va au-delà de la construction de la petite infrastructure en incorporant des technologies sociales5. Un tel programme se veut une alternative aux grands travaux d’infrastructures hydrauliques à fort impact social et environnemental, (cf. le projet polémique de transposition des eaux du fleuve São Francisco)6.

17Le potentiel transformateur de Un million de citernes peut être analysé à partir de plusieurs dimensions. Trois d’entre elles sont ici mises en évidence : la démocratisation de l’accès à l’eau, son enracinement dans la société civile et la focalisation sur des familles monoparentales féminines.

  • 7 La région est marquée par un indice de pluies élevé (900 mm/an), cependant l’évapotranspiration est (...)

18Ce débat acquiert une grande importance dans les régions souffrant de manque d’eau7 comme c’est le cas du Sertão du Nordeste brésilien, devenant alors un instrument central de négociation dans le débat politique. Cette question recoupe aussi celle du genre dans la mesure où les politiques d’eau qui pensent aux « solutions contre la sécheresse » à partir de grandes infrastructures hydrauliques s’établissent sur un modèle socio-économique patrimonialiste qui ne prend en compte ni l’écologie ni la population du Semi-aride et elles finissent par favoriser les oligarchies régionales au détriment des populations déjà fragilisées, aggravant davantage encore les inégalités de genre, car le dur travail d’approvisionner les foyers en eau est une tâche dévolue aux femmes de tous âges, y compris aux fillettes.

19Des problèmes concernant la qualité et la quantité d’eau affectent les secteurs les plus variés de la société. Face à la complexité de ce défi, le besoin de reconnaissance du conflit et des rapports sociaux de pouvoir et de sexe dans la gestion, ainsi que les transformations d’une politique ayant pour objectif la démocratisation de l’eau, deviennent urgents. L’incorporation de la perspective de genre dans la gestion des eaux nationales vise à valoriser la participation des femmes en consolidant « leur condition sociale, laquelle, par orientation culturelle et subjectivité individuelle », se trouve placée de façon plus stratégique pour veiller sur les nouvelles générations [Brésil, 2007].

20La Conférence internationale sur l’Eau et l’Environnement, qui a eu lieu à Dublin en 1992, a marqué la nécessité d’une nouvelle façon d’aborder la gestion des ressources hydriques, indiquant que celle-ci doit être à l’ordre du jour pour l’adoption d’une perspective plus holistique qui lie développement socio-économique et protection des écosystèmes naturels, et implique l’adoption d’institutions participatives entre les usagers et les planificateurs à différents niveaux avec la mise en exergue du rôle de la femme dans l’approvisionnement et la gestion de l’eau, en termes domestiques.

21D’autres événements internationaux de grande importance dans l’agenda international ont ratifié l’importance sociale et économique des femmes dans la gestion des ressources hydriques ; Agenda 21 (Rio, 1992), IIe Forum mondial de l’Eau à La Haye (2000), IIIe Forum mondial de l’Eau à Kyoto (2003), Conférence de Bonn sur l’Eau Douce (2001) et Sommet Mondial du Développement Soutenable à Johannesburg (2002). Afin de faire le point sur l’impact de ces changements au quotidien pour les femmes le présent article tente une analyse portant sur le rapport entre genre et politiques de l’eau.

22Considérant les facteurs ci-dessus et ayant comme toile de fond le problème du développement, trois axes ont été choisis : démocratie, genre et eau. Tous sont marqués par leur transversalité ; cependant, ce qui caractérise la présente étude est la manière dont ceux-ci sont liés. Il s’agit donc d’analyser comment ces axes apparaissent liés dans la formulation et la mise en œuvre du programme Un million de citernes rurales.

Genre et développement dans le Semi-aride brésilien

23L’intérieur du Nordeste brésilien est traditionnellement marqué par la pénurie d’eau, et caractérisé par la pauvreté, la rareté hydrique étant fréquemment désignée comme cause du sous-développement de la région. L’aridité qui marque la vie dans le Sertão influence le dessin de l’occupation du territoire dans sa dispersion socio-spatiale, dans les traits identifiables dans le mode de vie, dans l’organisation de la famille et du pouvoir [Ribeiro, 1995].

24Cette configuration renforce l’isolement et l’invisibilité des femmes qui en résulte, leurs vies étant, à la base, confinées à la reproduction du travail domestique [Arendt, 2004]. Dans ces régions, l’inégalité de genre est encore plus visible puisque la lourde charge quotidienne pour l’obtention d’eau retombe généralement sur les femmes et les fillettes, ce qui implique une plus grande asymétrie dans la division sexuelle du travail domestique affectant quotidiennement le bien-être et faisant que beaucoup d’entre elles ne peuvent aller à l’école. Le problème de l’eau pour ces populations relève donc d’une discussion plus large et plus complexe articulant rapports de pouvoir, division sexuelle du travail, organisation sociale et développement.

25Les sécheresses dans le Semi-aride brésilien, historiques, sont un phénomène naturel et récurrent avec lequel il faut vivre. Les questions relatives aux processus productifs exotiques de la région – propriété de la terre, prédominance de propriétés rurales, faible offre d’aliments, réseau insuffisant de services d’infrastructure, faible offre de travail et faibles revenus – sont les aspects qui occupent une place limitée dans le processus de la formulation et de mise en œuvre des politiques publiques pour contribuer au bien-être dans la région semi-aride.

26C’est en fonction de cette réalité que le gouvernement brésilien est en train de modifier ses stratégies d’action, en focalisant le « combat contre les sécheresses » vers une perspective d’appui aux initiatives de « convivialité avec le Semi-aride ». Cette nouvelle perspective d’action est facilitée par les progrès technologiques et aussi par une politique dont l’un des piliers est l’implication de la société dans la construction d’un apprentissage qui permet un quotidien plus adapté à la fréquence de ce que l’on appelle les événements critiques.

27Des données recueillies dans 211 villes de neuf États atteints par la dernière grande sécheresse, qui s’est produite entre janvier et novembre 1998, indiquent que dans ces endroits il y a eu une augmentation considérable du nombre d’enfants et de femmes enceintes sous-alimentés en fonction de la diminution de la production alimentaire et du processus de fermeture d’écoles à cause de la pénurie d’eau [Unicef, 2006].

28Ce fait démontre que les facteurs responsables des indicateurs de développement dans la région sont liés aux conditions climatiques et également au type d’investissement dans les infrastructures – politiques de santé, éducation et assistance sociale – ainsi qu’à la faible effectivité de programmes de création de travail et de revenus.

29Outre la sous-alimentation, le manque d’accessibilité des femmes enceintes aux soins médicaux durant la grossesse est un autre problème qui met en danger la vie de femmes et d’enfants dans le Semi-aride. En ce qui concerne le Brésil, le Rapport Annuel 2007 du Fonds des Nations unies pour l’Enfance [Unicef] demande davantage d’investissement en prénatal, dans l’instruction et dans la participation des femmes à la vie politique. L’étude montre la violation des droits des femmes et alerte sur l’égalité de genre comme condition nécessaire pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD).

30Santé, éducation, sécurité et égalité sont des droits de toute femme. Assurer les droits des femmes c’est aussi fortifier les droits des enfants et des adolescents ; il s’agit donc de luttes nécessaires et complémentaires. Le rapport démontre que l’égalité de genre n’est pas seulement un engagement moral qui aide à promouvoir l’autonomie des femmes, mais également un facteur essentiel au développement soutenable [Sachs, 2004]. Les politiques qui donnent priorité à la perspective de genre n’ont pas pour seul but de sauver les femmes de la pauvreté. L’impact de politiques orientées sur l’égalité de genre touche aussi leurs familles, les communautés et, par conséquent, leurs pays. Ainsi, la participation des femmes s’amplifie dans les différents locus de la vie sociale, dans le domaine privé comme dans le public [Unifem, 2007].

L’effectivité du Droit à l’Eau comme garantie d’autres conquêtes

31Le programme Un million de citernes (P1MC) est un exemple de politique formulée à partir de cette stratégie. Il inclut la formation, l’éducation et la mobilisation de personnes et d’institutions qui déclenchent un mouvement d’articulation et de « convivialité » soutenable avec le Semi-aride basé sur la consolidation de certains segments de la société civile autour de la construction d’un système de collecte des eaux de pluie.

32Il s’agit de l’une des actions de l’Articulation du Semi-aride brésilien (ASA), forum d’organisations de la société civile, qui réunit près de 750 entités – syndicats de travailleurs ruraux, associations d’agriculteurs, coopératives de production, églises, entre autres organisations qui travaillent pour le développement local et régional.

33Le P1MC a pour but de mettre en œuvre un processus de formation, calqué sur l’éducation pour le « vivre avec » le Semi-aride, et la participation de la société dans l’application de politiques publiques en mobilisant et formant un million de personnes pour la construction d’un million de citernes, afin de capter et d’emmagasiner de l’eau de pluie, rendant ainsi possible l’accès décentralisé à l’eau potable pour un million de familles, soit près de cinq millions de personnes.

Figure 1. Nombre de citernes construites par État en 2006

Figure 1. Nombre de citernes construites par État en 2006

34Selon les informations du programme Un million de citernes, jusqu’en juillet 2009, 288 080 familles avaient été mobilisées ; 261 147 citernes avaient été construites et 5 460 maçons avaient été formés pour le programme. Ce système de collecte d’eau de pluie est une espèce de réservoir semi-enterré ayant la capacité de collecter 16 000 litres d’eau, ce qui permet de stocker de l’eau potable pendant huit mois, période moyenne de sécheresse dans le Semi-aride. Il est construit avec la participation de la famille qui, en plus de creuser le trou, doit pourvoir à l’alimentation et au logement des maçons pendant la construction qui dure environ cinq jours.

Photo 1. Résidence bénéficiaire d’une citerne

Photo 1. Résidence bénéficiaire d’une citerne

Source : programme « Un million de citernes, 2009 ».

35Le programme cible les familles résidentes dans la zone rurale des municipalités de la région semi-aride brésilienne, sans source d’eau potable près de leurs domiciles, ou précarité aux sources existantes, sélectionnées à partir des critères suivants : 1) ménages dirigées par les femmes seules ; 2) familles ayant des enfants de 0 à 6 ans ; 3) familles ayant des enfants et/ou des adolescents en âge scolaire ; 3) familles avec des adultes âgés de 65 ans ou plus ; 4) familles avec handicapés physiques et/ou mentaux.

36La sélection des familles bénéficiaires est faite au cours d’une réunion communautaire durant laquelle sont analysées les demandes des familles en fonction des critères cités. L’obtention de la citerne implique la signature du terme de réception par le responsable du ménage qui reçoit une formation pour apprendre à s’occuper du système de collecte d’eau de pluie et à administrer l’eau pour un usage domestique en période de sécheresse. Il est important de souligner que la perspective de genre est présente dans le programme à sa conception même, puisque les ménages dirigés par des femmes seules ont priorité dans l’attribution de la citerne. Au Brésil, le pourcentage de familles ayant une femme comme personne de référence est passé de 22,3 % en 1993 à 28,8 % en 2003. Des études sur les politiques d’aide aux ménages ratifient ainsi les résultats positifs de politiques centrées sur la figure de la femme comme chef de famille [Brésil, 2007].

37En ce qui concerne Un million de citernes, cette stratégie est le résultat de la reconnaissance de la vulnérabilité de ces familles : pendant les périodes de sécheresse, un grand nombre de femmes dont les maris émigrent restent à la campagne ; assumant la responsabilité de la survie de la famille, elles sont appelées les « veuves de la sécheresse ». D’autre part, comme elles occupent un endroit central dans la gestion domestique de l’eau, les femmes ont tendance à valoriser davantage la citerne, ce qui diminue la probabilité de la vente de la terre en fonction de la valeur ajoutée à celle-ci à partir de l’accès à l’eau.

38Ainsi, la participation des femmes n’est pas spécifiquement exigée dans le projet du programme. Cependant, le fait d’avoir à effectuer la sélection de familles monoparentales féminines et l’exigence de la participation du responsable dans les réunions communautaires ainsi que dans les cours de perfectionnement, entraîne la nécessaire participation des femmes dans les affaires de la communauté.

Transformations provenant de l’accès à l’eau

39La citerne provoque un grand changement dans la vie des familles, même si elle ne représente pas une condition suffisante pour avoir de l’eau chez soi, car il n’y a pas toujours assez de pluie pour la remplir. Il s’agit d’une infrastructure qui diminue considérablement le travail quotidien des femmes, car même pendant ces périodes plus sèches, elles peuvent être remplies par des camions citernes.

40Les transformations d’ordre pratique au quotidien sont visibles (voir graphique 1) : davantage de santé (49,70 %), davantage d’argent (18,60 %), davantage de temps (53,10 %). Le bilan est positif mais notons que, bien que toutes les femmes soulignent les bénéfices apportés, quelques-unes se plaignent du gain de poids provenant de la diminution des longues marches à la recherche de l’eau et, plusieurs, de l’espace de sociabilité perdu.

Graphique 1. Perception du bienfait des citernes

Graphique 1. Perception du bienfait des citernes

Source : « Avaliação da Ação Construção de Cisternas para Armazenamento de Água/Tribunal de Contas da União » [Brésil, 2006].

41Une deuxième dimension qu’il faut distinguer dans l’impact de la mise en œuvre du programme est liée aux transformations de la condition sociale des femmes. En privilégiant des ménages dirigés par des femmes seules, le programme réaffirme la reconnaissance de l’importance de leur travail et de leurs connaissances à propos de la gestion de l’eau, et les rend visibles.

42Il convient de souligner ici deux aspects qui résultent de l’impact du programme. L’un d’eux est de permettre, grâce à l’accessibilité à l’eau, que ces femmes puissent faire un petit élevage d’animaux, ou une production de légumes et de fruits. L’autre est l’apparition d’un ensemble de nouvelles professions résultant de la dynamique apportée par le développement de la région, comme c’est le cas des femmes formées pour la construction des systèmes de collecte d’eau de pluies, celles que l’on appelle les « cisterneiras » (constructrices de citernes) ou « maçonnes ».

43Ces activités, en plus de les insérer dans un nouveau cycle d’intégration à l’économie formelle et à la vie sociale, diminuant les indices de pauvreté et, par conséquent, les inégalités, leur permettent de participer au revenu familial, modifiant ainsi les rapports de pouvoir dans l’espace domestique puisque ces femmes commencent à être perçues par leurs compagnons et leurs familles selon une autre logique matérielle et symbolique, comme étant productives et capables.

Démocratie, genre et eau

44La formulation et la mise en œuvre du programme Un million de citernes articule démocratie, genre et eau en faisant de l’eau un fil conducteur pour l’inclusion sociale. L’axe de la démocratie est ainsi favorisé comme une double reconnaissance. Au sens large, comme inclusion sociale dans la mesure où, grâce à l’accessibilité à l’eau, d’autres droits sont assurés – droit à la santé, à l’éducation, à la citoyenneté – puisque la conquête de la citerne exige un ensemble de papiers permettant de conduire ces personnes à la vie civile sachant que la majeure partie d’entre elles, surtout les femmes, passent une grande partie de leur vie sans exister formellement pour l’État. Au sens restreint, comme inclusion politique, puisque les femmes sont amenées à participer aux décisions de la communauté [Fraser, 2001 ; Santos, 2002].

45L’incorporation de la perspective de genre, ajoutée à l’exigence de la participation, permet à la méthodologie d’organisation sociale pour le développement local et régional orientant le programme d’articuler les transformations sociales à partir du dialogue entre le public et le privé. Cependant, ce potentiel semble peu exploité dans la mise en application.

46En ce qui concerne les modifications dans la division sexuelle du travail, le temps d’existence du programme est très court pour pouvoir percevoir les changements plus structuraux dans les rapports sociaux de sexe ; les femmes gardent leurs activités et sont maintenant également responsables de l’eau et de la citerne. Les heures passées à chercher l’eau ont été remplacées par les heures consacrées à la conservation de la citerne, mais ici aussi le solde est positif, et elles passent moins de temps à cette activité. Cependant, le temps qui reste, semble être dédié à la réalisation de tâches domestiques [Devreux, 1990].

47Ceci étant, on peut affirmer qu’en ce qui concerne le problème des rapports de genre, Un million de citernes s’insère dans une logique qui articule la sphère privée à la sphère publique, mais qui privilégie l’espace domestique. Le ménage représente l’un des piliers du programme, ce qui fait que la perspective de genre, bien que privilégiée, a un plus grand impact sur les activités domestiques du quotidien, dans le monde de la reproduction, minimisant ainsi son caractère d’émancipation plus immédiat. Toutefois, des changements plus profonds affectant la logique patriarcale sont en cours, mais ils ne se feront sentir qu’à moyen et long terme. Après tout, c’est dans l’espace domestique que se dessinent les aspects cruciaux de la culture du genre.

Haut de page

Bibliographie

Arendt Hannah, A Condição Humana, Rio de Janeiro, Forense Universitária, 2004.

Almeida Maria Hermínia, « A Política Social no Governo Lula », Novos Estudos, n° 70, nov. 2004.

Bandeira Lourdes, « Brasil : fortalecimento da secretaria especial de política para mulheres para avançar na transversalização da perspectiva de gênero nas políticas públicas », in A Pobreza e as Políticas de Gênero no Brasil, Mujer y Desarollo, nº66, Santiago, CEPAL, 2005.

Brésil, Ministério do Desenvolvimento Social e Combate à Fome. « Programa Cisternas : Estudo sobre a Demanda, Cobertura e Focalização », Cadernos de Estudos Desenvolvimento Social em Debate, n° 7, Brasília, Secretaria de Avaliação e Gestão da Informação, 2007a.

Brésil, Ministério do Desenvolvimento Social e Combate à Fome. Metodologias e instrumentos de avaliação de programas do MDS : Bolsa Família, Assistência Social, Segurança Alimentar e Nutricional, Brasília, Secretaria de Avaliação e Gestão da Informação, 2007b.

Brésil, « Tribunal de Contas da União. Avaliação da Ação Construção de Cisternas para Armazenamento de Água/Tribunal de Contas da União » ; Relator Ministro Guilherme Palmeira, Brasília, Secretaria de Avaliação e Fiscalização de Programas, 2006.

Bursztyn Marcel, O Poder dos Donos: planejamento e clientelismo no Nordeste, Petrópolis, Ed. Vozes, 1984.

Castro Josué, Geografia da Fome, Rio de Janeiro, Editora Civilização Brasileira, 2006.

Devreux Anne-Marie, À Propos des Rapports Sociaux de Sexe : parcours épistémologiques, Paris, Centre de Sociologie Urbaine (CSU), 1990.

Foucault Michel, Microfísica do Poder, Rio de Janeiro, Edições Graal, 2005.

Fraser Nancy, « Da redistribuição ao reconhecimento ? Dilemas da Justiça na era pós-socialista », In Democracia Hoje : novos desafios para a teoria democrática contemporânea, Brasília, Editora UnB, 2001.

Malvezzi Roberto, Semi-árido — uma visão holística, Brasília, Confea, 2007.

Ribeiro Darcy, O Povo Brasileiro : a formação e o sentido do Brasil, São Paulo, Companhia das Letras, 1995.

Sachs Ignacy, « Desenvolvimento e ética – para onde ir na América Latina ? estratégias de desenvolvimento nacional na era da globalização », In Desenvolvimento includente, sustentável sustentado, Rio de Janeiro, Ed. Garamond Universitária, 2004.

Santos Boaventura, Democratizar a Democracia: caminhos da democracia participativa, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, 2002.

Sen Amartya, Desenvolvimento Como Liberdade, Lisbonne, Gradiva, Trajectos, 2003.

Silva Maria Ozanira et al., A Política Brasileira no Século XXI : a prevalência dos programas de transferência de renda, São Paulo, Cortez, 2004.

Stiglitz Joseph, The Role of Participation in Development. Development Outreach, Verano, Banque Mondial, 1999.

Unicef, A Situação Mundial da Infância 2007, Brasília, 2006.

Unifem, O Progresso das Mulheres no Brasil, Brasília, 2006.

Haut de page

Notes

1 Pour une critique du diagnostic de Faim zéro voir Carlos Augusto Monteiro « A Dimensão da Pobreza, da Desnutrição e da Fome no Brasil : implicações para as políticas públicas », Estudos e Pesquisas. Brasília, Inae, nº 53, 2003.

2 Le programme Bourse famille fait un dépôt à ses bénéficiaires d’une valeur fixe de 50,00 R$ aux familles ayant un revenu mensuel allant jusqu’à 50,00 R$ par personne, qu’elles aient des enfants ou non. Outre cette valeur fixe, les familles avec enfants de 0 à 15 ans ont un bénéfice variable de 15,00 R$ par enfant, ce bénéfice étant limité à trois enfants. Ainsi, en additionnant tous les bénéfices possibles, le programme Bourse famille distribue le montant maximum de 95,00 R$ par famille. Pour celles ayant un revenu per capita mensuel supérieur à 50,00 R$ et inférieur et/ou égal à 100,00 R$ par individu, la Bourse famille fait tous les mois un dépôt mensuel d’un bénéfice variable de 15,00 R$ par enfant âgé de 0 à 15 ans, limité à trois bénéfices. Les sources gouvernementales estiment qu’avec le programme, il y a une augmentation de transfert de recours de l’ordre de 73,00 R$, en moyenne, par famille.

3 Cette recherche n’aurait pas été possible sans l’aide du CNPq et de la CAPES’s. L’auteur souhaite aussi remercier l’Alliance de Genre et Eau (GWA) pour son appui financier à la réalisation du travail sur le terrain.

4 La définition du public-cible du programme s’appuie sur l’intersection de quatre variables : 1) être domicilié dans une municipalité du Semi-aride (3 691 877 familles) ; 2) être domicilié dans la zone rurale (1 765 644 familles) ; 3) ne pas posséder d’accès au réseau public d’approvisionnement d’eau (1 304 457) et 4) avoir le profil d’éligibilité de la Bourse famille (1 186 601 familles). Ce qui donne au total : 1 186 601 familles éligibles au programme Citernes.

5 Sont appelées « technologies sociales » les techniques ou méthodologies développées en interaction avec la communauté et qui représentent des solutions effectives de transformation sociale [Malvezzi, 2007].

6 Voir l’article de Danielle Rocha dans cette même revue.

7 La région est marquée par un indice de pluies élevé (900 mm/an), cependant l’évapotranspiration est extrêmement forte, voire supérieure à l’indice pluviométrique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Estimation4 du besoin en citernes et population rurale du Semi-aride par Unité de la Fédération
Crédits Source : « Programa Cisternas : Estudo sobre a Demanda, Cobertura e Focalização » [Brésil, 2007a]
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/790/img-1.png
Fichier image/png, 33k
Titre Figure 1. Nombre de citernes construites par État en 2006
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/790/img-2.png
Fichier image/png, 46k
Titre Photo 1. Résidence bénéficiaire d’une citerne
Légende Source : programme « Un million de citernes, 2009 ».
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/790/img-3.png
Fichier image/png, 239k
Titre Graphique 1. Perception du bienfait des citernes
Crédits Source : « Avaliação da Ação Construção de Cisternas para Armazenamento de Água/Tribunal de Contas da União » [Brésil, 2006].
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/790/img-4.png
Fichier image/png, 10k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniela Nogueira, « Femmes et eau dans le Sertão. Le programme « Un million de citernes » », Cahiers des Amériques latines, 63-64 | 2010, 63-79.

Référence électronique

Daniela Nogueira, « Femmes et eau dans le Sertão. Le programme « Un million de citernes » », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 63-64 | 2010, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/790 ; DOI : 10.4000/cal.790

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org