Navigation – Plan du site
Lectures

André Corten et Vanessa Molina, Images incandescentes. Amérique latine : violence et expression politique de la souffrance

Québec, Nota Bene, 2010, 212 p.
Thomas Posado
p. 207-210
Référence(s) :
André Corten et Vanessa Molina, Images incandescentes. Amérique latine : violence et expression politique de la souffrance, Québec, Nota Bene, 2010, 212 p.

Texte intégral

1André Corten et Vanessa Molina, tous deux canadiens et respectivement professeur et doctorante en science politique, spécialistes d’Amérique latine, nous invitent à un voyage à travers la plupart des pays du sous-continent. Focalisés sur l’imaginaire politique de la violence, ils nous conduisent au fil des chapitres au travers de l’Argentine, du Brésil, du Venezuela, du Chili et enfin du Mexique. D’autres pays comme le Salvador, la Colombie ou la Bolivie sont évoqués sans grand développement. La bonne connaissance du terrain permet d’avoir un panorama général, quoiqu’un peu décousu, du rapport à la violence à l’échelle de la région latino-américaine. Une violence envisagée sous toutes ses formes : la violence économique de la misère, la violence des enfants en tant que reflet de l’échec des parents, la violence de l’insécurité quotidienne, la violence des renversements de régimes politiques, etc. Une profusion de références littéraires et historiques enrichit l’ouvrage et la bonne contextualisation de chacun des pays rappelle utilement au lecteur les principaux événements de l’histoire latino-américaine, du cataclysme démographique consécutif aux conquêtes européennes à la révolte d’Oaxaca en passant par les guerres d’indépendance, la révolution mexicaine ou le Caracazo. Les régimes qui se sont succédé au cours des deux derniers siècles, les périodes de stabilité ou de difficulté socio-économique ou encore les figures mythiques marquant de leur empreinte la littérature – la Vierge de Guadalupe, Simón Bolívar, Juan D. Perón, etc. – sont également présentés au fil des pages. Les multiples références à Borges, Neruda, Fuentes, Gallegos ou García Márquez se mêlent aux allusions à la musique, à la peinture ou à la danse et offrent ainsi un tableau suggestif de la culture latino-américaine. Deux types de chapitres alternent dans cet ouvrage, les uns dépeignant les imaginaires des pays évoqués et les autres se concentrant davantage sur les histoires racontées par les habitants.

2Les auteurs s’appuient sur une démarche sociologique : d’une part des enquêtes d’opinion fondées sur des questionnaires fermés permettant de dégager les tendances lourdes, effectuées en 2003 ; d’autre part des récits de vie illustrant par des expressions singulières les théories générales, recueillis en 2006. Ils utilisent le concept d’imaginaire qu’ils définissent comme une voie pour analyser la dynamique de la relation entre les choses et les manières de les vivre. À partir de l’histoire, d’univers romanesques et des réponses aux enquêtes, Corten et Molina tentent de dégager dans chaque pays un rapport récurrent à la violence. Ainsi identifient-ils en Argentine le rêve plusieurs fois brisé d’appartenir au « Premier Monde », les événements de décembre 2001 constituant le dernier fracas d’un mirage qui s’est lézardé plusieurs fois durant le xxe siècle. Ils décrivent également la capacité des Brésiliens à croire en la bonté naturelle des êtres humains et à penser qu’il y a toujours une solution, le jeitinho. Ils dépeignent le Venezuela comme un pays métissé « au sang-mêlé » dont les llanos seraient le creuset et Hugo Chávez l’incarnation. L’État y joue, depuis la découverte du pétrole au début du xxe siècle, un rôle ami – « magique » dirait l’anthropologue vénézuélien Fernando Coronil. Les auteurs reviennent également sur la « nuit obscène » du 11 septembre 1973 où la démocratie chilienne fut renversée par l’armée du général Augusto Pinochet dont la brutalité de la dictature tranchera avec le traditionnel paternalisme de l’oligarchie envers ses « chers pauvres ». Le recours à l’histoire permet enfin de souligner les divisions structurelles de la société mexicaine et les révoltes récurrentes contre le pouvoir central : les paysans lors de la révolution, les catholiques durant la guerre des Cristeros, les étudiants quelques jours avant les Jeux Olympiques de 1968, les mouvements sociaux au moment de la Commune de Oaxaca.

3On peut regretter que les chapitres de l’ouvrage soient ordonnés géographiquement plutôt que thématiquement. Surtout, la caractérisation générale des pays confine parfois à la construction de stéréotypes et à la négation des clivages sociaux internes. Décrire hâtivement le Brésilien comme « doux et pragmatique » unit dans une matrice commune les habitants des favelas avec ceux des quartiers d’affaires de São Paulo plutôt qu’avec les habitants des ranchos vénézuéliens, des callampas chiliennes, des jacales mexicains ou des villas argentines dont la réalité sociale et le rapport à la violence sont évidemment plus proches. Plus largement, la recherche systématique d’« imaginaires politiques » apparaît souvent contradictoire avec la démarche des sciences sociales dans la mesure où les auteurs s’appuient davantage sur des anecdotes ou des ressentis – non généralisables – que sur l’explication empirique et théorique des hypothèses prometteuses qu’ils émettent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Posado, « André Corten et Vanessa Molina, Images incandescentes. Amérique latine : violence et expression politique de la souffrance », Cahiers des Amériques latines, 65 | 2010, 207-210.

Référence électronique

Thomas Posado, « André Corten et Vanessa Molina, Images incandescentes. Amérique latine : violence et expression politique de la souffrance », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 65 | 2010, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/733

Haut de page

Auteur

Thomas Posado

Université Paris 8, Vincennes – Saint-Denis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org