Navigation – Plan du site
Lectures

Laura Castellanos, Le Mexique en armes. Guérilla et contre-insurrection, 1943-1981

Montréal, Lux Éditeur, coll. « Mémoire des Amériques », 2009, 462 p.
Romain Robinet
p. 212-216
Référence(s) :
Laura Castellanos, Le Mexique en armes. Guérilla et contre-insurrection, 1943-1981, Montréal, Lux Éditeur, coll. « Mémoire des Amériques », 2009, 462 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Mexique
Haut de page

Texte intégral

1Éclairé par une préface élogieuse de Carlos Montemayor, le livre de Laura Castellanos nous plonge au cœur du Mexique des « années de plomb ». Le récit extrêmement complet de cette journaliste de La Jornada permet d’appréhender avec précision les origines, les développements et les recompositions des guérillas mexicaines au temps de l’apogée du Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI). Le temps présent de la difficile transition démocratique, de 1978 jusqu’à nos jours, n’est pas pour autant négligé puisque le livre revient aussi, quoique brièvement, sur la genèse et la maturation des actuels groupes de guérillas. En filigrane de la terrible répression qui s’abat sur ces groupes de manière quasi ininterrompue durant ce court demi-siècle – ce que l’on a appelé la « guerre sale », avec un pic de violences durant les années 1970 – se dessine la brutalité de l’État priiste À l’exception du découpage des chapitres, soulignons que ce livre est très bien conçu : il comprend de nombreuses annexes permettant au lecteur de cerner au mieux les différentes guérillas et leur évolution, grâce à un lexique, une chronologie d’une douzaine de pages et à un très utile chronogramme montrant clairement les scissions et recompositions des mouvements armés entre 1940 et 1996. Ce livre, publié en 2007 au Mexique, au moment où la mémoire de la « guerre sale » ressurgissait avec force dans le sillage de celle du massacre des étudiants de 1968, est à ce jour la seule synthèse en français sur ce thème. L’apport factuel est donc indéniable. Revenons sur son contenu.

2Après la préface de Montemayor qui replace les luttes armées du second xxe siècle dans le temps long de l’histoire contemporaine du Mexique, le lecteur est invité à découvrir les origines de la guérilla menée par une importante figure de la gauche mexicaine, Rubén Jaramillo. Faisant le lien avec la Révolution mexicaine, la geste de cet ancien zapatiste est celle d’un dirigeant agrarien, forcé par le cours des événements à prendre les armes. Enrôlé à 14 ans dans l’armée d’Emiliano Zapata, prêcheur méthodiste intégrant le marxisme à ses croyances religieuses, cet ami du président Lázaro Cárdenas (qui l’avait d’ailleurs soutenu dans son projet de construction d’une raffinerie de sucre à Zacatepec, dans l’État du Morelos) fut obligé de s’insurger en 1943, face aux menaces mettant sa vie en péril. Il fut suivi par une centaine de paysans. Revenant à la légalité grâce à l’intervention de l’ancien président Cárdenas, Jaramillo fonda le Parti agrarien ouvrier morélan (PAOM) en 1945 pour participer aux compétitions électorales du Morelos. Après un retour à la clandestinité de 1946 jusqu’en 1951, Jaramillo et les jaramillistes soutiennent la candidature de Miguel Henríquez Guzmán à la présidence de la République en 1952, candidature qui défie le candidat officiel. Les militants du PAOM sont alors brutalement réprimés. Amnistié en 1958 par le président Adolfo López Mateos, Jaramillo reste un personnage gênant pour le régime : son assassinat par un groupe de soldats le 23 mai 1962 a profondément marqué les gauches mexicaines des années 1960, notamment celles qui prirent ensuite les armes suivant le modèle guévariste.

3Le second chapitre (« Le Che au Chihuahua ») rend compte de l’impact de la Révolution cubaine au Mexique, véritable « divine surprise » pour une poignée radicalisée d’étudiants, d’instituteurs et de paysans. Après les prodromes de la guérilla mexicaine (le combat de Rubén Jaramillo), ce chapitre décrit sa fondation symbolique : l’échec de l’attaque, le 23 septembre 1965, de la caserne militaire de la bourgade rurale de Ciudad Madera dans la sierra de Chihuahua, inspirée de l’attaque de la Moncada à Cuba. Cette guérilla, menée par l’instituteur Arturo Gámiz, reprend le modèle guévariste du foco. Là encore, la lutte armée s’est imposée après une prise de conscience de l’échec de la lutte légale. Les membres du Groupe populaire guérillero, auteurs de l’attaque du 23 septembre 1965, étaient pour certains membres du Parti Populaire Socialiste et de son syndicat (l’Union générale des ouvriers et paysans du Mexique), qui organisait alors des occupations de terres. Conscients de l’inaboutissement réel de la réforme agraire, ces membres de la gauche légale décident de répondre aux violences des caciques par la stratégie cubaine, projetant la création de 15 à 20 focos dans tout le pays et s’appuyant sur les paysans et les étudiants. L’échec de la coordination du Groupe populaire guérillero provoque son anéantissement en septembre 1965, mais inspire plusieurs militants en rupture avec les organisations de gauche légales. Dans l’État du Chihuahua, différents groupes sont rapidement créés puis démantelés dans le sang à la fin des années 1960 : le Mouvement du 23 Septembre, l’Organisation nationale révolutionnaire, le Groupe guérillero du peuple Arturo Gámiz. La Direction Fédérale de Sécurité, police politique des temps de la Guerre froide, se charge de faire en sorte qu’il n’y ait pas de seconde révolution mexicaine.

4Au moment même où cette première vague de guérilla rurale s’éteint, une seconde apparaît. Le pôle de la guérilla passe du nord au sud. L’État du Guerrero est le théâtre de deux importantes guérillas, l’Association civique nationale révolutionnaire (ACNR) et le Parti des pauvres (PP), dirigées respectivement par les instituteurs Genaro Vázquez et Lucio Cabañas. Elles sont l’objet du troisième chapitre qui démontre, là encore, que ces membres de la gauche légale se trouvèrent dans la quasi-obligation de transformer leur combat en action politico-militaire pour faire face à la répression. Chef de l’Association civique du Guerrero (ACG, fondée en 1959 et future ACNR), Genaro Vázquez participa d’abord à la lutte contre le brutal gouverneur de l’État, Raúl Caballero Aburto. La répression s’abat dans un premier temps sur les réformistes de l’ACG (la dispersion du meeting de Chilpancingo par l’armée en 1960 fit 13 morts), mais le gouverneur finit par démissionner. Les élections de 1962 offrirent cependant le gouvernement du Guerrero au candidat du PRI. L’ACG protesta en conséquence contre les résultats officiels des élections. Au cours d’un meeting tenu à Iguala, les gardes blanches des caciques tirèrent contre Genaro Vázquez qui réussit à s’enfuir. Accusé alors à tort de l’assassinat d’un policier, Vázquez est arrêté en 1966. Il s’évade en 1968 grâce à son organisation, laquelle a finalement adopté le modèle guévariste. Le passage de Lucio Cabañas à la lutte armée est similaire et a lieu en 1967 : le mouvement des instituteurs auquel il prend part est brutalement réprimé (cinq morts lors d’un meeting à Atoyac de Álvarez), le militant communiste doit s’enfuir pour éviter la mort et fonde alors le PP. Les deux organisations réussissent à démontrer au régime priiste leur pouvoir de nuisance. En 1971, l’ACNR enlève l’homme d’affaires Jaime Castrejón Díez et le relâche en échange d’une rançon de deux millions de pesos et de la libération de plusieurs prisonniers politiques. Le PP réussit en 1974 à séquestrer le candidat au poste de gouverneur du Guerrero, Rubén Figueroa. Les corps répressifs réussissent à démanteler les deux organisations au prix de 300 disparitions forcées et de l’assassinat ciblé de ses dirigeants.

5Le quatrième chapitre traite des mouvements de guérillas urbaines, apparus pour la plupart après les massacres des étudiants de Mexico du 2 octobre 1968 (plusieurs centaines de morts) et du 10 juin 1971 (plusieurs dizaines d’étudiants assassinés ou blessés), sous les présidences respectives de Gustavo Díaz Ordaz et de Luis Echeverría. Ce chapitre retrace la genèse tumultueuse des guérillas qui se multiplient et se recomposent tout au long des années 1970, notamment le Mouvement d’Action Révolutionnaire (MAR), la Ligue Communiste du 23 Septembre, l’Union du Peuple (UP) ou encore les Forces de Libération Nationale (FLN, véritable embryon de l’EZLN du sous-commandant Marcos) en passant par des groupes aussi réduits qu’éphémères (Forces Armées Révolutionnaires, Forces Armées de Libération, Commando Armé du Peuple, Front Urbain Zapatiste, Ligue des Communistes Armés, Commandos armés de Chihuahua). Formé d’anciens activistes étudiants de l’Université du Michoacán, d’anciens militants des Jeunesses communistes ou de la Ligue communiste Spartacus, le MAR est fondé à Moscou en 1969 par un groupe de boursiers mexicains qui partirent ensuite s’entraîner en Corée du Nord. Rapidement démantelé, ce mouvement voit une partie de ses membres rejoindre la guérilla la plus violente et pérenne, la Ligue communiste du 23 Septembre. Fondée en 1973, cette dernière est en réalité une coordination de guérillas urbaines préexistantes et souvent fragilisées par la répression : les Procesos, les Malades, le Groupe du 23 Septembre, les Lacandons, les Vikings, le Mouvement étudiant professionnel, ainsi que le Front étudiant révolutionnaire. La Ligue put ainsi être présente sur presque tout le territoire national, à la fois dans les grandes agglomérations du pays comme dans les régions rurales reprenant encore le foco guévariste. A contrario, les FLN choisirent de se développer secrètement et furent la seule organisation ne réalisant ni « expropriations » ni enlèvements. La répression eut également raison de ces nombreux groupes armés, largement formés d’étudiants radicalisés.

6Le dernier chapitre (« Guerre sale, guerre à mort ») décrit à la fois l’écrasement de la guérilla, l’adieu aux armes et le retour à la lutte légale. L’auteur détaille largement toutes les méthodes de torture utilisées contre les guérilleros et leurs familles, ainsi que les disparitions forcées, et insiste sur les similarités avec les pratiques des dictatures du Cône Sud. En 1976, la Brigade blanche, un corps répressif d’élite, est spécialement créée pour lutter contre la fraction la plus radicalisée de la Ligue communiste du 23 Septembre, la Brigade rouge, laquelle pratique l’assassinat ciblé de policiers. Parallèlement, plusieurs guérilleros rompent avec cette même organisation pour se rapprocher des partis de gauche. La loi d’amnistie de 1978 marque à ce titre le début de la transition démocratique mexicaine et l’intégration d’anciens membres de la guérilla au jeu politique légal. Cette transition démocratique est aussi amorcée par l’intervention des familles de disparus qui exercent une pression constante sur les pouvoirs publics. L’épilogue du livre de Laura Castellanos est d’ailleurs intitulé « Les ombres de l’impunité » et revient sur le combat pour les droits de l’homme et la lutte judiciaire contre les anciens tortionnaires de la « guerre sale ». Les forces du livre sont toutefois aussi ses faiblesses : plus qu’un ouvrage analytique, il s’agit d’un livre de combat cherchant à réunir les pièces d’un réquisitoire contre les bourreaux d’hier et pour la démocratisation d’un pays où la violence politique – du gouvernement comme des guérillas – reste plus que jamais à l’ordre du jour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Robinet, « Laura Castellanos, Le Mexique en armes. Guérilla et contre-insurrection, 1943-1981 », Cahiers des Amériques latines, 65 | 2010, 212-216.

Référence électronique

Romain Robinet, « Laura Castellanos, Le Mexique en armes. Guérilla et contre-insurrection, 1943-1981 », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 65 | 2010, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://cal.revues.org/732

Haut de page

Auteur

Romain Robinet

Sciences Po Paris, Centre d’histoire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org