Navigation – Plan du site
Lectures

Carmen Mc Evoy, Homo politicus. Manuel Pardo, la política peruana y sus dilemas (1871-1878)

Lima, ONPE/Instituto Riva Agüero/Instituto de Estudios Peruanos, 2007, 378 p.
Lissell Quiroz-Pérez
p. 207-210
Référence(s) :
Carmen Mc Evoy, Homo politicus. Manuel Pardo, la política peruana y sus dilemas (1871-1878), Lima, ONPE/Instituto Riva Agüero/Instituto de Estudios Peruanos, 2007, 378 p.

Texte intégral

1L’historienne Carmen Mc Evoy livre ici un ouvrage consacré à Manuel Pardo, premier président « civil » du Pérou, élu en 1872 après une cinquantaine d’années de caudillisme et d’anarchie politique. Si la trajectoire de Pardo constitue le cœur et le fil conducteur du livre, il ne s’agit toutefois pas d’une simple biographie puisque l’auteur s’intéresse et décortique de manière approfondie un moment fondateur de l’histoire politique péruvienne, celui des années 1871-1878. L’ouvrage aborde aussi une période plus large : pour mieux démontrer l’originalité de la décennie 1870, Carmen Mc Evoy étaye son argumentation en présentant de manière détaillée l’étape précédente – appelée « prospérité fallacieuse » par l’historien Jorge Basadre – et analyse ainsi presque un demi-siècle d’histoire politique péruvienne avec rigueur, clarté et de multiples références aux plus récents travaux sur la question.

2La thèse de l’ouvrage est clairement présentée dès l’introduction : appréhender la personnalité de Pardo, mais aussi le monde dans lequel il vécut. Il s’agit donc de montrer comment, durant les années de l’apogée du commerce du guano, la bourgeoisie péruvienne – dont Pardo est un des représentants les plus remarquables – parvint à s’emparer du capital nécessaire pour vaincre les caudillos au pouvoir et installer un président civil. De fait, les années 1871-1878 rompent avec la période précédente et imposent des mutations majeures, en matière de réforme de l’État, d’éducation citoyenne, d’élargissement de la frontière agricole et de renforcement de l’économie nationale, et ce changement de paradigme politique est étudié à partir de l’itinéraire de Manuel Pardo, fondateur du Parti Civil. Il est vrai que la vie de ce personnage est à l’image de la complexité de l’histoire péruvienne. Petit-fils d’un oidor d’Ancien régime et fils d’un magistrat et écrivain conservateur, Manuel Pardo porte en lui le poids de la tradition. Mais loin de suivre fidèlement la voie tracée par sa famille en devenant juriste ou magistrat, Pardo s’ouvre au négoce et à l’économie politique. Disciple de Michel Chevalier dont il suit les cours au Collège de France, il profite du boom du guano et amasse une importante fortune. À partir des années 1860, il s’intéresse de plus en plus à la politique et se consacre à l’administration publique. Tour à tour ministre des Finances, directeur de la Société de bienfaisance de Lima et maire de la capitale, Pardo accumule l’expérience politique qui lui permet d’assumer plus tard la fonction de président de la République. En dépit des réformes politiques qu’il met en place, le spectre de l’instabilité politique hante cependant toujours le Pérou et Pardo meurt, assassiné en 1878 devant les portes du Sénat.

3Sa trajectoire a été au cœur des recherches de Carmen Mc Evoy qui la connaît particulièrement bien pour lui avoir consacré près de vingt ans de sa vie. Dans le livre qui nous occupe, elle s’est appuyée sur un corpus d’archives volumineux constitué pour l’essentiel de l’importante correspondance politique et privée de Pardo. L’ouvrage se compose de six chapitres qui s’organisent de manière chronologique. Le premier, intitulé « Le carrefour péruvien », présente de manière claire et précise toute la complexité de l’histoire politique péruvienne des premières décennies républicaines. De 1845 à la fin des années 1860, le commerce du guano accompagne de nombreux changements économiques et politiques. Toutefois, au lieu de moderniser le pays grâce à cet afflux inattendu de richesses, le caudillisme profite de la manne du guano pour consolider sa position et le Pérou ne parvient pas à instaurer une croissance durable. L’État tombe sous le joug des consignataires du guano et s’endette durablement. C’est ainsi que le pays s’engouffre dans un processus véritablement « anti-tocquevillien » où l’on assiste à une succession de pronunciamientos et de coups d’État.

4Dans ce contexte très instable, un groupe d’hommes se dresse pour rompre la spirale de l’anarchie et de la dépendance économique à partir des années 1860. L’un des plus importants représentant du républicanisme, du libéralisme et de la méritocratie péruviens du xixe siècle, est justement Manuel Pardo. Carmen Mc Evoy montre combien celui-ci apparaît alors comme un homme politique moderne qui fait certes une révolution, mais une « révolution pacifique et patriotique ». À partir du moment où il s’engage dans la politique, c’est-à-dire dès l’âge de 31 ans, il n’a de cesse d’œuvrer pour la réforme de l’État. C’est ainsi que, lors de son passage au ministère des Finances, il équilibre le budget en rationalisant la dépense publique tandis qu’il crée des recettes indépendantes à celles du guano en instaurant une véritable politique tributaire.

5Tout aussi originale est sa manière d’accéder à la principale magistrature du Pérou. Le chapitre consacré aux élections de 1871-1872, qui mènent Pardo à la présidence de la République, s’avère particulièrement passionnant. Il nous montre la création d’une organisation politique qui se rapproche, par son maillage et sa structure, des partis politiques modernes. Les clubs traditionnels sont utilisés pour encadrer les milliers de partisans qui défilent dans les rues des grandes villes péruviennes. Pardo et ses collaborateurs mettent en place un véritable réseau, organisé à partir de la capitale en direction des provinces. Le système est dynamisé par l’utilisation très efficace du courrier. Des milliers de lettres, mais aussi des portraits du candidat et des journaux, sont envoyés dans tout le pays – y compris dans les contrées les plus éloignées. Par ce biais, les sympathisants entretiennent des liens directs avec Pardo, mais également entre eux de telle sorte qu’ils forment une véritable communauté politique. Le Parti civil exploite donc avec succès la politique de masses et l’un de ses apports les plus importants réside aussi dans son travail en matière de pédagogie républicaine, avec notamment une réflexion collective autour du terme de citoyenneté.

6La stratégie déployée par le Parti civil est finalement payante et le système politique péruvien semble changer en profondeur. Entre 1872 et 1876, Pardo instaure une « République pratique » qui met en place la réforme de l’État dont les principaux aspects sont la stabilisation économique, la réforme de la fiscalité, l’organisation de la police nationale, l’expansion de la frontière économique ainsi que la réforme éducative et la formation du citoyen républicain. La réaction à cette politique ne se fait cependant pas attendre. Dès 1872, la violence politique redouble dans tout le pays et Pardo en est lui-même la victime. Carmen Mc Evoy utilise alors l’image du Léviathan pour montrer qu’au Pérou, à la veille de la guerre du Pacifique, les vieux démons sont de retour. Car fatalement, alors que les civilistes avaient cru détruire le caudillisme et sortir de la spirale de la dépendance du guano, ils s’enlisent dans un système proche de celui de la période précédente. En 1878, Manuel Pardo a laissé sa place de chef de l’État à un militaire tandis que l’économie péruvienne s’appuie de plus en plus sur l’exploitation du salpêtre. L’espoir de réforme n’aura finalement duré que quelques années.

7Nous sommes face à un ouvrage riche et stimulant, consacré à une période de l’histoire péruvienne peu ou mal connue. Si certains chapitres peuvent être difficiles d’accès pour ceux qui ne sont pas spécialistes du monde andin, les trois premiers méritent qu’on s’y attarde en ce qu’ils permettent de mieux comprendre différents aspects de l’histoire politique non seulement péruvienne, mais aussi latino-américaine en général. Si l’on comprend que le format soit limité par souci d’économie, on peut néanmoins déplorer l’absence d’une conclusion plus étoffée, ainsi que des références précises aux sources mobilisées pour la démonstration, qui auraient conféré à l’argumentation davantage de poids et de densité. Mais l’ensemble demeure solide et indispensable pour tout lecteur intéressé par l’histoire du Pérou contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lissell Quiroz-Pérez, « Carmen Mc Evoy, Homo politicus. Manuel Pardo, la política peruana y sus dilemas (1871-1878)  », Cahiers des Amériques latines, 65 | 2010, 207-210.

Référence électronique

Lissell Quiroz-Pérez, « Carmen Mc Evoy, Homo politicus. Manuel Pardo, la política peruana y sus dilemas (1871-1878)  », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 65 | 2010, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://cal.revues.org/729

Haut de page

Auteur

Lissell Quiroz-Pérez

Université de Paris I Panthéon-Sorbonne/ MASCIPO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org