Navigation – Plan du site
Lectures

Félix de Azara, Voyages dans l’Amérique méridionale, 1781-1801, suivi de Thadeaus Haencke, Descripción de la Provincia de Cochabamba

Paris/Rennes, CoLibris Éditions/Presses Universitaires de Rennes, 2009, 362 p. (édition et étude préliminaire de Nicolas Richard)
Aliocha Maldavsky
p. 205-207
Référence(s) :
Félix de Azara, Voyages dans l’Amérique méridionale, 1781-1801, suivi de Thadeaus Haencke, Descripción de la Provincia de Cochabamba, Paris/Rennes, CoLibris Éditions/Presses Universitaires de Rennes, 2009, 362 p. (édition et étude préliminaire de Nicolas Richard)

Texte intégral

1L’ouvrage Voyages dans l’Amérique méridionale résulte d’un séjour d’une vingtaine d’années que Félix de Azara, ingénieur et militaire espagnol, fit dans la région du Río de la Plata et au Paraguay, à partir de 1781, pour participer à la commission de rectification de la frontière entre les empires portugais et espagnol, suite au traité de San Ildefonso ratifié en 1778. Pendant ce séjour, ses travaux au sein de la campagne de démarcation de la frontière hispano-brésilienne le mènent sur la rive nord du Río de la Plata, puis à Asunción où il séjourne pendant treize ans. La réticence des Portugais à faire progresser les travaux de délimitation place Azara dans une situation d’oisiveté qu’il exploite pour faire œuvre d’histoire naturelle et mener des recherches sur l’histoire des habitants de la région. De retour à Buenos Aires entre 1796 et 1801, il participe, en tant que cartographe et militaire, à la réévaluation du dispositif de défense de l’empire espagnol, dans un contexte de tension avec le Portugal et l’Angleterre. De retour en Europe en 1801, il séjourne à Paris entre 1802 et 1804, chez son frère, alors ambassadeur d’Espagne. Il entre en relation avec les milieux du Muséum d’histoire naturelle de Paris, avec des proches du pouvoir napoléonien et avec des intellectuels francs-maçons, dont sans doute Charles Athanase Walckenaer, fondateur de la Société de géographie de Paris, avec lequel il se lie d’une amitié interrompue par l’invasion napoléonienne de l’Espagne et qui publie une partie de ses travaux en 1809.

2La présente publication reprend une partie de cette première édition française de 1809, qui comprenait les Voyages et une traduction de l’ouvrage d’Azara sur les oiseaux du Paraguay (Apuntamientos para la historia natural de los pájaros del Paraguay), parue sans franc succès en castillan en 1802-1805 et enrichie en 1809 de gravures et de planches du Muséum d’histoire naturelle de Paris. Azara voulut également publier dans le même ensemble l’œuvre du naturaliste tchèque Thaddäus Haenke (Introduction à l’histoire naturelle de la province de Cochabamba et des environs, et description de ses productions) qui complétait son propre travail sur le Paraguay et le Río de la Plata. Nicolas Richard a choisi de publier en 2009 le texte des Voyages, accompagné des textes introductifs de Walckenaer, et celui de Haenke, laissant de côté les Oiseaux ainsi que l’appareil iconographique de l’édition de 1809.

3Dans une première partie (chap. 1-9), Félix de Azara fait œuvre de naturaliste et analyse climat, vents, minéraux, flore et faune, accordant une place spécifique à la description des quadrupèdes et des oiseaux qui résume l’essentiel d’une étude plus conséquente élaborée sur le sujet et publiée par ailleurs. La seconde partie de l’ouvrage est consacrée aux habitants du Paraguay. Un premier volet ethnographique et historique (chap. 10-13) s’intéresse aux Indiens, à la conquête et à la politique des réductions des Jésuites. Le second volet (chap. 14-18) décrit les métis, les mulâtres et les Espagnols, consacrant quelques pages au commerce et à l’histoire de la colonisation de la région, assorties de chiffres de population et de listes des localités. L’ambition de l’ouvrage d’Haenke est moindre, puisqu’il fait essentiellement le catalogue des produits d’origine minérale, animale et végétale pouvant être exploités dans la région du piémont amazonien de Cochabamba, qui fait le lien entre les Andes et les basses terres étudiées par Azara.

  • 1 « Lorsque les institutions colonisent. L’offensive missionnaire des Jésuites sur le Chaco au xviiie(...)

4En se concentrant sur les textes qui résultaient explicitement du choix d’Azara pour l’édition de 1809, l’édition de 2009 opère un arbitrage qui ne relève pas uniquement des contraintes budgétaires de l’économie éditoriale. L’exclusion des Oiseaux et des planches ainsi que la préservation du texte d’Haenke invitent à s’interroger sur les enjeux, principalement politiques, de l’écriture d’une géographie des possessions espagnoles d’Amérique à la fin du xviiie siècle. L’éditeur scientifique, Nicolas Richard, a soutenu une thèse d’ethnologie à l’École des Hautes Études en sciences sociales en 2008, intitulée Les chiens, les hommes et les étrangers furieux. Archéologie des identités indiennes dans le Choco boréal (sous la dir. de Jesús García Ruíz) et a notamment publié un article sur la politique missionnaire des jésuites dans le Choco au xviiie siècle1. Cette connaissance du contexte ethnographique et historique de l’écriture d’Azara fait de son introduction scientifique une porte d’entrée riche et stimulante dans le travail de cet ingénieur et militaire espagnol, qui fit œuvre de géographie, au sens d’un savoir descriptif au service de la mise en ordre d’un territoire en vue de son développement économique. Nicolas Richard montre avec talent comment Azara participe, avec sa géographie, du projet libéral des réformes entamées sous les Bourbons d’Espagne, tout en s’inscrivant dans une perspective qui dépasse la logique coloniale.

  • 2 Félix de Azara, Viajes por la América meridional, Buenos Aires, El Elefante Blanco, 1998.

5En effet, Nicolas Richard voit dans la partie consacrée aux Indiens une « réfutation de l’anthropologie jésuite », dont la conception du fait colonial, indigène et frontalier s’opposait aux orientations bourboniennes, expliquant leur expulsion quelques années avant l’arrivée d’Azara. En proclamant l’athéisme des Indiens, ce dernier balaie d’un trait la nécessité de leur évangélisation et la spécificité du travail des religieux au sein de réductions en plein bouleversement au moment de son passage. Dans ces conditions, l’intégration des Indiens au monde colonial doit se faire par leur agrégation à la production et au commerce, permettant à l’Espagne un meilleur contrôle des zones frontalières. C’est pour abonder dans ce sens qu’Azara souhaita en 1809 la publication à la suite des Voyages du texte d’Haenke, axé principalement sur les produits utiles à l’économie, et que l’on peut comprendre son intégration dans la présente édition alors que l’édition argentine de 1998, dépourvue par ailleurs d’étude introductive, ne l’a pas conservé2.

6En étudiant le désintérêt espagnol vis-à-vis des Voyages – qui explique que leur première édition soit française –, l’accueil enthousiaste de cette œuvre par les milieux intellectuels et politiques libéraux latino-américains après les indépendances et l’existence d’écrits critiques vis-à-vis des gouverneurs espagnols, Nicolas Richard décrypte le statut ambigu de cette œuvre d’un fonctionnaire de la Couronne d’Espagne parue au crépuscule de sa domination coloniale en Amérique. Il montre ainsi tout l’intérêt de cette réédition soignée et enrichie d’un index des lieux, des personnes et des populations, qui aurait toutefois mérité une relecture finale attentive permettant d’éliminer les quelques coquilles dont l’éditeur scientifique ne porte sans doute pas l’entière responsabilité.

Haut de page

Notes

1 « Lorsque les institutions colonisent. L’offensive missionnaire des Jésuites sur le Chaco au xviiie siècle », Socio-anthropologie, n° 17-18, 2006 (mis en ligne le 16 janvier 2007, http://socio-anthropologie.revues.org /index464.html).

2 Félix de Azara, Viajes por la América meridional, Buenos Aires, El Elefante Blanco, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aliocha Maldavsky, « Félix de Azara, Voyages dans l’Amérique méridionale, 1781-1801, suivi de Thadeaus Haencke, Descripción de la Provincia de Cochabamba », Cahiers des Amériques latines, 65 | 2010, 205-207.

Référence électronique

Aliocha Maldavsky, « Félix de Azara, Voyages dans l’Amérique méridionale, 1781-1801, suivi de Thadeaus Haencke, Descripción de la Provincia de Cochabamba », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 65 | 2010, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/726

Haut de page

Auteur

Aliocha Maldavsky

Université Paris Ouest Nanterre La Défense/MASCIPO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org