Navigation – Plan du site
Études

La science médicale entre la France et le Brésil : stratégies d’échange scientifique dans l’entre-deux-guerres

Magali Romero Sá et Larissa Moreira Viana
p. 123-143

Résumés

La décennie 1920 a connu un rapprochement progressif entre Français et Brésiliens dans le domaine des sciences biomédicales : des recherches originales brésiliennes firent l’objet de comptes rendus dans les publications de la Société de Biologie, en France ; des médecins français et brésiliens participèrent à des programmes d’échange, prononcèrent des conférences dans les deux pays ; des périodiques médicaux, tels que la Revue Sud-Américaine de Médecine et A Patolojia Geral furent publiés sous les auspices de scientifiques français. Le présent article se propose d’examiner ces rapprochements dans le cadre de la compétition internationale intense qui se livre, dans la période de l’entre-deux-guerres, pour la conquête de niches de pratique scientifique, en Amérique latine. Si les Français développèrent des stratégies de coopération scientifique fondées sur les idéaux de « latinité », quelles significations les médecins brésiliens des années vingt et trente ont-ils données de leur participation auprès de ces organismes de coopération intellectuelle franco-brésilienne ?

Haut de page

Texte intégral

1Le 7 septembre 1922 a été solennellement inaugurée l’Exposition Universelle du centenaire du Brésil, composée d’une section nationale – dans l’ancien Arsenal de Guerre et le nouveau marché de Rio de Janeiro – et d’une section internationale. Dans l’Avenue des Nations qui s’étendait de l’ancien Arsenal au Palais Monroe, étaient situés les palais d’honneur des représentations étrangères qui comprenaient en tout treize pays : l’Argentine, le Mexique, l’Angleterre, les États-Unis, l’Italie, le Portugal, le Danemark, la Suède, la Tchécoslovaquie, la Belgique, la Norvège, le Japon et la France.

2L’exposition, comme l’a bien vu l’historienne Marly da Motta [1992], ouvrait au Brésil la perspective d’être « vu de près » par la communauté internationale, à un moment clé de réarticulation de la politique et de l’économie, à l’échelle mondiale. Pour les nations étrangères, l’exposition offrait également l’occasion d’être vues dans le plus grand pays d’Amérique latine. La France se devait de ne pas laisser passer cette chance et autorisa des dépenses supérieures à cinq millions de francs [Tenorio, 1994] pour sa représentation dans l’exposition, une bonne part de ces crédits étant consacrée à la construction d’une réplique du Petit Trianon de Versailles, bâtiment dont elle fit don, plus tard, aux Brésiliens qui en firent le siège de l’Académie Brésilienne des Lettres.

  • 1 Les membres de la mission française qui avait à sa tête A. Conty étaient : Géo-Gérald (député), Ren (...)

3La mission spéciale française destinée à représenter le pays dans l’Exposition du Centenaire de l’Indépendance présenta officiellement ses lettres de créances au président de la République, Epitácio Pessoa, le 6 juillet 1922. Sa délégation était conduite par l’Ambassadeur Alexandre R. Conty, et composée d’hommes politiques, de médecins et d’intellectuels1, signifiant ainsi que la présence de la France pour le Centenaire de l’Indépendance du Brésil allait au-delà des intentions proprement diplomatiques. Cette présence visait également la création de modes d’échange et de coopération dans le domaine des sciences et de la culture, ainsi qu’en témoignera la fondation de l’Institut Franco-Brésilien de Haute Culture, en 1923, dans l’année qui suivit les commémorations du centenaire.

4Nous verrons dans quel contexte se situe la création de cette institution qui devait stimuler l’apparition de diverses modalités d’échanges scientifiques et culturels entre la France et le Brésil, durant la période de l’entre-deux-guerres. Dans le domaine des sciences biomédicales, nous avons plus particulièrement étudié ces échanges scientifico-culturels entre les deux pays quant à la participation des chercheurs brésiliens dans les périodiques de langue française, publiés dans les décennies 1920 et 1930. Quels usages et quelles significations ces chercheurs attribuaient-ils à ce circuit d’échanges ? Notre propos sera de démontrer comment les chercheurs brésiliens du secteur biomédical tirèrent profit du potentiel offert par les canaux de coopération scientifique franco-brésiliens comme autant d’occasions favorables à la diffusion de leurs idées originales dans des circuits internationaux.

Servir la « cause française »

5Civiliser, rayonner et propager sont quelques-uns des termes figurant dans le vocabulaire politique français de la fin du xixe siècle et des premières décennies du xxe siècle. La défaite de 1870, dans la guerre franco-prussienne, avait imposé aux Français, avec la perte des territoires de l’Alsace et de la Lorraine, l’obligation de payer aux Allemands une lourde indemnité. En plus de la défaite militaire, la France dut faire face à des crises politiques qui aboutirent à des révoltes populaires (comme la Commune de Paris, en 1871) et au retour en faveur des convictions républicaines qui donnera lieu, en 1875, à l’avènement de la Troisième République française.

6Ainsi que l’a observé Arno Mayer, la seconde moitié du xixe siècle fut riche en leçons pour les grandes puissances en lutte afin d’affirmer leur suprématie sur le continent européen [Mayer, 1987]. En France, les gouvernements de la Troisième République s’engageront à réaliser des projets visant à élever le niveau d’éducation de la population. Afin de surmonter la blessure infligée par la défaite subie face aux Allemands, des groupes appartenant à diverses tendances politiques s’investiront en faveur du prestige intellectuel français au plan international.

  • 2 L’idée de « génie latin » était véhiculée, dans le champ spécifique des sciences biomédicales, par (...)

7On assiste, notamment dans les premières décennies du xxe siècle, à la mise en place en Amérique latine de mécanismes de concurrence, dans des secteurs d’influence française. On y recherchera, au nom du « génie latin »2, la formation d’alliances scientifiques et intellectuelles favorisant l’idéal d’un héritage commun entre Français et Latino-Américains. L’adversaire à contrer était l’Allemagne, tout autant désireuse de conquérir des zones d’influence intellectuelle et des marchés pour ses industries [Joll, 1995 ; Mayer, 1987].

8On ne saurait juger de l’importance de cette idée de « génie latin » sans prendre toute la mesure de la force et de la prépondérance de la tradition culturelle française en Amérique latine. Cette prépondérance remonterait, pour les historiens [Rolland, 2008], à la diffusion des Lumières dans l’Amérique coloniale et se serait encore accentuée dans les premières décennies du xixe siècle, à l’époque des indépendances latino-américaines. Une bonne part des élites de l’Amérique latine d’alors se considérait comme l’héritière d’une double origine mythique, provenant à la fois de l’âge d’or des sociétés américaines antérieur à la conquête coloniale et de la société idéale proposée par la Révolution française. Dans les années 1920 et 1930, cette référence à la France avait déjà perdu de sa vigueur dans la construction identitaire des différents pays latino-américains. Cette identification avec la France faisait alors place à une notion plus conventionnelle représentée par l’idée d’influence culturelle française. Quoi qu’il en fût, la coopération intellectuelle dans les secteurs biomédicaux et l’argument majeur du « génie latin » étaient loin de s’atténuer durant ces deux décennies [ibidem].

9Dans les années 1920, des savants français de passage en Amérique latine y répandaient l’idéal du « génie latin », en soulignant les raisons pour lesquelles les Latino-Américains devaient s’allier aux Français plutôt qu’aux Allemands. Le médecin français Émile Brumpt fut l’un de ces promoteurs, vantant les avantages d’un rapprochement scientifique entre la France et l’Amérique latine. Au Brésil, Brumpt était connu en particulier pour ses travaux sur les tripanossomes et la tripanossomiase américaine, développés et publiés depuis 1909. En 1913, il s’était rendu au Brésil, sur l’invitation du gouvernement de l’État fédéré de São Paulo, afin d’y créer le cours de parasitologie à la Faculté de Médecine récemment inaugurée. Durant ce séjour, Brumpt entreprit des voyages scientifiques à l’intérieur des États fédérés de São Paulo et du Mato Grosso, pour y étudier en 1914 la leishmaniose sylvestre, et y divulguer une méthode nouvelle d’immunisation du bétail, contre la pyroplasmose, en 1922 [Opinel, Gachelin, 2005].

10Lors de son quatrième voyage au Brésil en 1924, Brumpt, qui occupait depuis 1919 une chaire de la faculté de Médecine de Paris, était déjà très reconnu dans le domaine de la parasitologie. Mais dans un rapport sur le Brésil qu’il rédigea cette même année, on s’aperçoit que ses intérêts pour la parasitologie avaient cédé la place à un sujet bien éloigné de la science expérimentale. Brumpt y traite en effet des relations intellectuelles franco-brésiliennes et se révèle très engagé sur les questions de propagande étrangère française durant cette période. L’intention du médecin est manifeste dès ses premiers mots. Il déclare son souci de renforcer l’influence française en Amérique latine et préconise les méthodes à employer pour maintenir le prestige des Français dans le contexte des luttes internationales visant à nouer des alliances dans cette région du monde. Brumpt reconnaît que les Allemands occupaient avant la guerre une place prépondérante en Amérique latine, conquise grâce à une propagande patiente, à leur connaissance des marchés régionaux, et au niveau de compétence des immigrants germaniques. Il reconnaît également que, malgré la défaite essuyée à l’issue de la Première Guerre, en 1918, l’offensive allemande en Amérique latine n’a pas pris fin. Il met en garde contre elle, dénonçant l’existence d’un « combat » méthodique entrepris par les Allemands dont les relations scientifiques et intellectuelles germano-américaines constituaient le nœud central.

11Pour contrecarrer ces plans, les Français doivent, selon lui, se prévaloir de leur origine latine les rapprochant des Brésiliens :

« Pour être sincère nous devons dire que la plupart des Brésiliens instruits qui constituent l’élite de la nation admirent beaucoup les résultats obtenus par les Allemands grâce à leur discipline et à leur organisation du travail. Mais ils se rendent compte que leurs méthodes trop rigoureuses ont peu de chance de réussir dans leur pays d’origine latine où tout s’obtient par la persuasion… C’est la raison pour laquelle ils préfèrent s’assimiler les méthodes françaises plus souples et laissant plus de liberté de jugement » [Brumpt, 1924].

  • 3 Aux États-Unis, le gouvernement de Woodrow Wilson (1913-1921) est généralement perçu comme étant à (...)

12Pour conserver et élargir le territoire d’influence française en Amérique, principalement face aux offensives des Allemands et des Nord-Américains3, il juge nécessaire d’exercer une action coordonnée et constante sur le plan intellectuel. Cette action devrait se fonder sur diverses initiatives : envoi de conférenciers, fondation de centres intellectuels de coopération franco-brésilienne, envoi dans les deux pays de missions d’études, entre autres activités destinées à la production et à la diffusion de travaux scientifiques brésiliens et français. Brumpt assure que, pour « des raisons sentimentales et grâce à leur connaissance de la langue française », les Brésiliens souhaitaient la présence de professeurs français. C’était d’ailleurs sur ces professeurs et chercheurs engagés dans les missions d’échange que reposaient alors la plupart des espoirs de succès de l’action intellectuelle française. Pour citer encore une fois l’éminent parasitologue :

« Nous sommes convaincu que, grâce à la bonne volonté de ses chargés de mission, avec un peu plus de gratitude pour ceux qu’elle envoie à l’étranger, la France pourra faire plus que [les États-Unis] avec leur or et leur formidable population et que l’Allemagne, avec sa ténacité et son génie de pénétration pacifique ou brutal » [Brumpt, 1924].

13De fait, les actions politico-culturelles des Français en Amérique latine, au cours des premières décennies du xxe siècle, furent profondément marquées par les rivalités et les disputes politiques internationales, comme l’avait prévu E. Brumpt. Encore faudrait-il ajouter ici que de telles relations seront souvent générées par les articulations entre l’État et les intellectuels/scientifiques, acteurs centraux de l’institutionnalisation d’une politique culturelle tournée vers le continent sud-américain. Ainsi que le rappelle Jean-François Sirinelli [1998], la fin du xixe verra apparaître sur la scène politique française la figure de l’intellectuel dont le poids sur le plan civique est loin d’être négligeable. Intellectuels et scientifiques reconnus seront appelés à collaborer avec l’État ou recevront de lui le soutien souhaité pour réussir dans leurs entreprises. De sorte que politique et culture, science et État vont collaborer pour créer et mettre en route organismes et actions destinés à élargir le champ de l’influence française en Amérique latine.

14Quels étaient ces organismes et ces actions ? En 1908, a été fondé à Paris le Groupement des Universités et Grandes Écoles de France pour les relations avec l’Amérique latine, visant au resserrement des relations scientifiques entre les deux régions à travers des programmes d’échange de scientifiques et la collaboration entre les universités françaises et sud-américaines. L’idée de créer le Groupement appartient au professeur Henry Le Chatelier, du Collège de France, qui obtient l’adhésion de bon nombre de ses collègues, dans le cadre de l’enseignement supérieur en France. Parmi les membres de cette association privée, il convient de détacher le nom et le rôle de Georges Dumas, psychologue et professeur de la Faculté de Lettres de l’Université de la Sorbonne, considéré par bien des contemporains et historiens comme le principal artisan des actions de politique culturelle française au Brésil et dans d’autres régions d’Amérique latine. Entre 1920 et 1938, Dumas effectuera rien moins que 17 missions en Amérique latine, dans le cadre des actions du Groupement, en y fondant plusieurs institutions de coopération culturelle qui mobiliseront professeurs, scientifiques, diplomates et adeptes de la culture française.

15Dans les traces du Groupement, est fondé en 1909, sous la présidence de l’historien et diplomate Gabriel Hanotaux, le Comité France-Amérique, qui devait, selon la formule de ce premier dirigeant « révéler l’Amérique à la France et la France aux Américains » [apud Martinière, 1982]. Le Comité, dont le siège était à Paris, constituait ainsi un espace de rencontres sociales où les élites latino-américaines étaient conviées à prononcer des discours et à rencontrer des personnalités du milieu politique et universitaire. Comme le signale justement Hugo Suppo, les agences de diffusion de la culture française étaient des organisations privées, mais subventionnées et appuyées par l’État, dont l’intérêt était alors de réguler de près les actions destinées à encourager l’influence française à l’étranger. C’est ainsi que des agences comme le Groupement et le Comité France-Amérique fonctionnaient sous l’égide du Service des Œuvres Françaises à l´Étranger, organisme créé en 1920, dans le cadre du Ministère des Affaires Étrangères français, visant à assurer une certaine unité à la propagande faite à l’étranger dans la période de l’entre-deux-guerres [Suppo, 2000, p. 317-320 ; Matthieu, 1990].

  • 4 Rayonnement signifiant ici prestige, influence qui se propage ou se diffuse comme la lumière.

16Les actions du Groupement au Brésil, celles notamment qui concernaient l’organisation de la venue de professeurs engagés ou du passage de conférenciers français dans les institutions brésiliennes d’enseignement et de recherche ont déjà fait l’objet d’analyses de la part de divers auteurs. Guy Martinière s’est proposé de définir les lignes de force de ce rayonnement4 culturel français en Amérique latine, mécanisme, selon lui, cherchant à « faire récupérer à la France sa place de puissance et à mettre l’Amérique latine dans le droit fil des nouvelles exploitations colonialistes » [1982]. L’activité du Groupement, complétée et soutenue par le dynamisme du Comité France-Amérique, constituait la clé de voûte de la coopération universitaire entre la France et le Brésil. Toutefois, remarque-t-il, les échanges prépondérants étaient ceux de spécialistes en littérature et humanités, au détriment de la recherche scientifique expérimentale dans les sciences exactes et biologiques [Martinière, 1982, p. 58-60].

  • 5 Hugo Suppo remarque que l’organisation politico-intellectuelle connue sous le nom d’Action Français (...)

17Hugo Suppo, auteur d’un travail volumineux sur la politique culturelle française au Brésil de 1920 à 1950, se rapproche des vues de G. Martinière en montrant que l’essentiel de l’effort déployé par les missions françaises se focalisait sur la création de lycées franco-brésiliens et les activités universitaires en Sciences Humaines et en Lettres. Les professeurs-ambassadeurs – dénomination utilisée par Suppo pour qualifier les Français en mission au Brésil – y auraient été des agents d’une politique de travail « conquête des âmes et des consciences », évitant d’invoquer des intérêts économiques directs. Ce faisant, la politique culturelle française se serait appuyée sur ces professeurs dont les tâches extra-universitaires consistaient à diffuser l’idéal de la francophilie parmi les hommes politiques, les élites et les intellectuels brésiliens, dans le cadre, selon Suppo, d’une guerre d’influence dont le but ultime était de faire adopter par le Brésil une position favorable à la France5 [Suppo, 2000, vol. 2, cap. 2].

18Les relations scientifiques franco-brésiliennes ont été analysées également par Patrick Petitjean, qui a mis en lumière des aspects importants pour la compréhension des échanges de connaissances sur le plan international, durant les premières décennies du xxe siècle. Le nationalisme scientifique, croissant à partir de 1870, renforce l’idée de la science comme personnification de la nation ; les conflits entre les nations européennes se traduisent par une exploitation de la science à des fins de propagande, par l’utilisation des activités scientifiques pour démarquer des territoires et des zones d’influence et par la création de réseaux d’amitiés sur lesquels pouvoir compter en cas de futurs conflits. Pour Petitjean, il s’opérait alors en France un lent changement dans la recherche et l’enseignement, le système universitaire encore presque exclusivement tourné vers les activités d’enseignement voyait, surtout à partir de la décennie de 1920, apparaître des instituts indépendants de recherche appliquée, préfigurant le Centre National de la Recherche Scientifique.

19Au Brésil, le cadre prédominant des activités liées au Groupement continuait cependant à être celui de l’orientation liée à la diffusion de la culture universitaire française, encore peu portée à l’époque à fréquenter les laboratoires ou à s’adonner aux recherches expérimentales. Mais pour certains scientifiques brésiliens, la demande d’échanges avec la France était envisagée comme une véritable coopération où le Brésil aurait également une offre à faire aux pays européens. Petitjean note ainsi l’existence de l’établissement de liens directs entre scientifiques français et brésiliens, en particulier dans les domaines de la psychologie, physiologie, biophysique, mathématiques et biologie [Petitjean, 1996, p. 106-119].

20Dans une récente étude sur la diplomatie culturelle brésilienne dans l’entre-deux-guerres, Juliette Dumont et Anaïs Fléchet ont mis en lumière le caractère de coopération en observant la participation du Brésil dans la création de l’Institut International de Coopération Intellectuelle, fondé en 1924 sur l’initiative de la France. Le Brésil y collaborera à partir de 1925, par la création d’une Commission Brésilienne de Coopération Intellectuelle et moyennant la nomination d’un délégué, Élysée Montarroyos, chargé de servir d’intermédiaire entre la diplomatie brésilienne et l’Institut. Comme le font remarquer J. Dumont et A. Fléchet, la participation brésilienne à cet organisme international alerte les milieux diplomatiques nationaux sur la nécessité de s’investir dans des services de coopération intellectuelle qui valoriseraient l’image du pays à l’étranger. Ce n’est qu’en 1937 que sera créé au Brésil le Service de Coopération Intellectuelle, dans le cadre de l’initiative pionnière de 1925 [Dumont, Fléchet, 2009].

21Nous avons pu observer, au cours de nos propres recherches, que Français et Brésiliens se sont effectivement investis dans le resserrement des liens de coopération scientifique, ce qui allait au-delà des activités normales du Groupement durant l’entre-deux-guerres. En analysant spécifiquement la participation brésilienne dans des périodiques liés à la médecine et à la biologie publiés en France nous avons remarqué que les scientifiques brésiliens cherchèrent à légitimer et à divulguer leurs recherches par le biais de ces canaux d’échange. Le présent travail dans le débat historiographique en la matière cherche à souligner le parti stratégique que les scientifiques brésiliens des domaines de la biologie et de la médecine ont tiré des échanges scientifiques institués avec la France. Nous employons ici le terme de stratégie tel que le définit Michel de Certeau : un type spécifique de savoir, celui qui soutient et détermine le pouvoir de conquérir pour soi un lieu propre [Certeau, 1994, p. 100]. Les chercheurs brésiliens qui produisirent de la science originale saisirent en effet les occasions de publier des nouvelles concernant leurs recherches dans des périodiques internationaux qui leur procuraient visibilité, concurrence ou coopération scientifique avec d’autres chercheurs et institutions (en leur assurant un lieu propre). Il semble donc opportun de définir certains traits spécifiques de ces publications, en mettant ainsi en lumière les mécanismes de divulgation de travaux scientifiques qui unissaient chercheurs français et chercheurs brésiliens.

Publications et échanges scientifiques

22Les décennies 1910 et 1920 furent marquées par une réaffirmation des sentiments civiques dans les milieux politiques et intellectuels brésiliens. Un tel apostolat du patriotisme aurait été, selon Lúcia Guimarães, une conséquence de la Première Guerre mondiale. Le conflit européen avait été perçu par certains intellectuels brésiliens comme l’indice d’une nécessaire mise en œuvre d’une politique d’union latino-américaine renforcée, où le Brésil aurait exercé un rôle de leadership dans l’organisation de relations dans un contexte continental [Guimarães, 1997].

  • 6 La présence de médecins y a été notée également par le périodique Brazil Médico, n° 37, du 16 septe (...)

23Or aux Européens et particulièrement aux Français, sortis victorieux de la guerre, le moment apparaissait également favorable pour renforcer leur prestige et leur influence auprès des Brésiliens et des Latino-Américains. En 1922, lors des commémorations du centenaire de l’Indépendance du Brésil, débarqua à Rio de Janeiro une partie de la représentation française, dirigée par l’ambassadeur Alexandre Conty, investi, selon une nouvelle publiée dans le Jornal Commercio du 1er septembre 1922, du « caractère d’ambassadeur extraordinaire en mission spéciale ». La mission comptait notamment dans ses rangs les Professeurs Pierre Janet (médecin spécialisé en psychologie et professeur au Collège de France), Maurice Chiray6 (professeur à la Faculté de Médecine de Paris) et Georges Dumas, principal promoteur de la diffusion de la culture française au Brésil ces années-là.

  • 7 Le comte Affonso Celso, éminent lettré, homme politique et juriste de l’État de Minas fit carrière (...)

24Ce n’était pas la première fois que ce médecin, psychologue et homme de lettres visitait le Brésil mais ce séjour allait être particulièrement fructueux pour un rapprochement officiel entre la France et le Brésil de l’après Première Guerre. C’est à cette occasion que fut conçue la création de l’Institut Franco-Brésilien de Haute Culture, en septembre 1922, au cours d’une réunion entre Dumas et des intellectuels brésiliens chez le comte Affonso Celso7, grand lettré et homme politique, très motivé par la promotion d’une vision positive du Brésil en Amérique latine même. Júlio Afrânio Peixoto – médecin, professeur de la faculté de Médecine de Rio Janeiro et écrivain engagé – fut également cité à l’époque par Hugo Suppo comme l’un des principaux fondateurs de l’Institut.

25Un compte rendu sur l’action du Groupement dans les années 1921 et 1922, publié dans la revue de cette institution, relatait cette réunion chez le Comte Affonso Celso où Dumas aurait demandé au Comte de rencontrer « quelques hauts représentants de la culture brésilienne ». Le « succès » de la rencontre, selon ce même compte rendu, avait permis de lancer les bases du futur Institut Franco-Brésilien de Haute Culture [Martinenche, 1924], dont la fondation reçut l’approbation officielle du gouvernement brésilien en vertu du décret n° 4.634, signé par le président de la République Arthur Bernardes, le 8 janvier 1923. Ce décret accordait une subvention spéciale de cinquante mille réis annuels (500000 $) à l’Université de Rio de Janeiro, aux fins de fonder et maintenir ledit Institut, organisé avec le soutien de l’Université de Paris. Selon les termes du décret, l’Institut serait administré par le recteur de l’Université de Rio de Janeiro, qui devrait établir annuellement le programme des cours et des conférences prévus entre les mois de juillet et de novembre. Ces cours seraient assurés par des professeurs de l’Université de Paris « à la compétence reconnue », et revêtiraient un « caractère de pure spécialisation » mais sans pouvoir faire double emploi avec les cours généraux de l’Université de Rio de Janeiro [Collection des lois du Brésil, décret 4. 634 du 8 janvier 1923]8.

  • 9 D’après Hugo Suppo, entre 1923 et la Seconde Guerre mondiale, l’Institut Franco-Brésilien de Haute (...)
  • 10 Voir Archives Nationales, Cabinet Civil de la Présidence, Série Éducation et Santé, Boîte 33, 1932.

26Le gouvernement brésilien reconnaissait de la sorte et appuyait financièrement la fondation de l’Institut Franco-Brésilien de Haute Culture, destiné à faciliter l’échange entre conférenciers brésiliens et français, et à s’occuper plus spécifiquement du séjour et des activités des chercheurs des deux pays, durant leurs missions9. [Suppo, 2000 ; Petitjean, 1996 ; Matthieu, 1990]. L’Institut intégrait ainsi10 officiellement les cadres de l’Université de Rio de Janeiro, à côté des écoles et des facultés qui la formaient.

27Un article publié dans le journal Brazil-Médico dans son édition du 10 octobre 1925, permet de mesurer l’importance que les milieux médicaux brésiliens attribuaient à Georges Dumas, comme personnage central dans la conception de l’Institut Franco‑Brésilien de Haute Culture. L’article rendait compte d’un repas d’adieu à l’intention de Dumas qui regagnait l’Europe. Bien qu’il ne traite pas spécifiquement de la fondation de l’Institut – datée de 1922 – on peut y lire que c’est à Dumas qu’est attribué le mérite d’avoir été le « véritable créateur » de l’Institut Franco-Brésilien :

« Un groupe d’amis a offert un repas d’adieu au Jockey Club à l’occasion du retour de Georges Dumas en Europe. Autour de lui étaient attablés le sénateur Antonio Azeredo, le professeur Miguel Couto, le député Afrânio Peixoto, le professeur Miguel Osorio de Almeida… Un toast d’honneur a été porté par le professeur Afrânio Peixoto, exaltant en portugais la personnalité du professeur Dumas, véritable créateur de l’Institut de Haute Culture Franco-Brésilienne… celle d’un ami loyal et dévoué du Brésil… » [Brazil-Médico, 10 octobre 1925, nº 15, vol. 39, p. 214]

28Au mois d’octobre 1923, le recteur de l’Université de Rio de Janeiro, Benjamin Franklin Ramiz Galvão, adressa une lettre à son homologue de l’Université de Paris, le recteur Paul Appell, au sujet des activités de l’Institut. Il y faisait l’éloge des conférences des médecins et physiologistes français Émile Gley et Henri Piéron, tous deux de l’Institut à l’époque [Archives Nationales, AJ16, vol. n° 6946, lettre datée du 20/10/1923], confirmant ainsi que les activités de l’Institut au Brésil étaient bien coordonnées par l’Université de Rio de Janeiro et ses recteurs successifs. Une autre lettre (mise au jour par nos soins, dans le cadre de la présente recherche) vient en étayer le fait, tout en démontrant le rôle du gouvernement français dans les activités de l’Institut. En février 1926, le comte Affonso Celso, alors recteur de l’Université de Rio de Janeiro, écrivait à « Monsieur Conty », ambassadeur de France au Brésil, une lettre accusant réception d’une subvention de cent mille francs, accordée par le gouvernement français à l’Institut franco-brésilien, destinée à couvrir les frais de l’année 1926. La lettre de change de ce montant avait été reçue et endossée par Affonso Celso qui l’envoya à son tour au recteur de l’Université de Paris, par l’intermédiaire de l’ambassadeur Conty. Cette somme, de retour en France, allait être partagée en quatre parts dont deux destinées aux deux professeurs brésiliens se rendant en France cette année-là et les deux autres, à la rétribution des professeurs français qui viendraient à Rio de Janeiro durant cette même période [Archives Nationales, AJ16, vol. no 6946, lettre datée du 1/02/1926].

  • 11 En 1930, la société de Biologie de São Paulo décidait d’envoyer dorénavant des résumés de travaux p (...)

29À l’Institut Franco-Brésilien de Haute Culture vinrent s’ajouter d’autres initiatives françaises destinées à mettre en place des canaux d’échanges, dans le domaine plus spécifique des sciences biomédicales. L’un de ces canaux, la Société de Biologie, est une institution française renommée qui avait été fondée à Paris en 1848 et publiait dès 1849, ses Comptes rendus hebdomadaires des séances. Leur publication permettait de divulguer les travaux produits par les membres de la Société, ainsi que ceux des membres de ses filiales, situées dans d’autres villes françaises et à l’étranger. À partir des années 1920, l’intérêt de la Société à se rapprocher de l’Amérique latine devient de plus en plus manifeste. On notera ainsi la création en 1923, dans les dépendances de l’Institut Oswaldo Cruz, de la Société de Biologie de Rio de Janeiro, rattachée à la Société française. La même année, les résumés des travaux présentés par les chercheurs brésiliens au cours des réunions qui se tenaient à Rio de Janeiro furent publiés dans les Comptes rendus, accélérant de la sorte les échanges scientifiques entre la France et le Brésil11.

30D’où, en 1923, année où la Société de Biologie de Rio de Janeiro était affiliée à son siège français, une autre Société, ayant pour siège la ville de Buenos Aires, se joignait aux partenaires latino-américains de la Société. En 1928, les Sociétés de Mexico et de Montevideo allaient également leur emboîter le pas, ainsi que la Société Chilienne de Biologie, en 1932 : au total, cinq pays latino-américains se rallièrent à la Société de Biologie, dans l’entre-deux-guerres. Parmi les présupposés de la Société on ne saurait négliger la place qu’y tenait l’idéal de propagation de l’influence scientifico-culturelle française sur les pays étrangers. Le compte rendu d’une séance tenue le 1er mai 1926, à son siège parisien met en évidence le rôle que les Français attribuaient à la publication des Comptes rendus :

« Parmi les choses les plus précieuses qui appartiennent au patrimoine de notre pays, se trouve notre langue… Notre bulletin doit répandre la langue française et non une langue internationale… » [Comptes rendus, tome 95, 1926].

31Comment le rapprochement entre les chercheurs brésiliens et français s’était-il donc opéré, au point qu’une filiale de la Société à Rio de Janeiro pût fonctionner dans les dépendances de l’Instituto Oswaldo Cruz ? Le contenu d’une correspondance échangée à ce sujet entre les frères Ozório de Almeida permet de voir que ces rapprochements étaient pratiqués au moyen d’un protocole simple, mais rigoureusement défini par la « société mère » française. En janvier 1924 un courrier fut envoyé par Álvaro Ozório de Almeida à son frère Miguel qui se trouvait à Paris afin de lui communiquer le contenu d’une lettre adressée à tous deux par le Secrétaire Général de la Société de Biologie, Auguste Pettit.

32Álvaro, médecin physiologiste, était titulaire de cette chaire à l’Université de Rio de Janeiro ; son frère, Miguel Ozório de Almeida, également physiologiste, enseignait cette spécialité à l’École Supérieure d’Agriculture et de Médecine Vétérinaire. Dans la lettre qu’il adressait à son frère, Álvaro transcrivait intégralement les termes de A. Pettit, qui leur rappelait à tous deux quelques points du règlement de la Société « ignorés » des scientifiques brésiliens :

« …permettez-moi de vous faire remarquer que vous envoyez directement une note à la Société mère et non point à la Société dont vous ressortissez. La Société de Biologie regrette vraiment cette pratique ». [Archives de la Casa de Oswaldo Cruz, Coll. Miguel Ozório de Almeida, Série Correspondance diverse, dossier 7].

33Le secrétaire français dénonçait ainsi la regrettable pratique d’envoyer des résumés de travaux présentés dans les filiales de la Société directement à Paris, à l’instar des frères Ozório de Almeida. Il faisait remarquer que la Société de Biologie « regrettait » cette pratique et invitait formellement les auteurs à adresser d’abord leurs textes à la Société régionale, afin d’observer les règlements approuvés à l’unanimité par l’ensemble des filiales. Pettit spécifiait en outre que les notices envoyées à la publication ne devaient pas dépasser deux pages et qu’un même sujet ne pouvait figurer que dans une seule notice de recherche.

34Après cette lettre, Álvaro Ozório se disait indigné par la manière « sans façons » de M. Pettit de s’adresser à eux, énumérait certains aspects de la question qui lui déplaisaient dont celui d’être obligé de connaître le règlement interne de la revue et d’avoir à se rendre personnellement jusqu’à Manguinhos pour y présenter son texte, alors qu’il était bien plus aisé de l’envoyer directement à Paris. Álvaro demandait donc à Miguel de profiter de son séjour à Paris pour convaincre leur ami le physiologiste Émile Gley, membre illustre de la Société, de concevoir une proposition alternative au « monopole de Manguinhos ». L’idée d’Alvaro, à l’époque président de la Section de Biologie de l’Académie Brésilienne des Sciences, était de rendre l’Académie « plus active que n’importe quelle autre » filiale de la Société de Paris. Par-delà ses divergences à l’égard de l’Institut Oswaldo Cruz, la proposition d’Alvaro mettait en lumière un trait significatif : celui, affirmait-il avec insistance, de ne pas perdre l’avantage de publier dans les Comptes rendus de la Société de Biologie de Paris. [Archives de la Casa de Oswaldo Cruz, Coll. Miguel Ozório de Almeida, Série Correspondance diverse, dossier 7].

  • 12 Les travaux présentés dans la filiale de la Société de Biologie dont le siège était à Rio de Janeir (...)

35Une telle affirmation permet d’étayer notre première hypothèse, dans la mesure où Álvaro Ozório semble valoriser l’opportunité de pouvoir publier des travaux dans un périodique international et prestigieux. Il existait donc bien un intérêt stratégique, de la part des scientifiques brésiliens, dans la régularité des échanges avec la France. Nous avons pu retrouver quelle a été la participation brésilienne, dans les Comptes rendus, pour la période de l’entre‑deux-guerres : de 1923 à 1939, ont été publiés 625 résumés de recherche, soit une moyenne annuelle de 36,7 travaux brésiliens diffusés dans ce périodique. Si l’on n’y trouve, en 1923, que six travaux envoyés en France par les chercheurs brésiliens, l’année 1930 compte en revanche au moins 64 résumés publiés dans les Comptes rendus. Cette participation significative semble être l’indice que, dans le domaine des sciences biomédicales, les opportunités d’échange scientifique franco-brésilien étaient autant d’occasions de faire connaître, à l’échelle internationale, la science produite au Brésil12. [Comptes rendus… de la Société de Biologie et ses Filiales, 1923-1939].

36En 1930, un autre périodique s’adressant en particulier aux pays d’Amérique latine, fut créé sur l’initiative d’éditeurs et de médecins français : la Revue Sud-Américaine de Médecine et de Chirurgie, dont la publication mensuelle dura jusqu’en 1934. Au premier numéro de ce périodique figuraient déjà les conseils scientifiques des pays participants. Vingt-six conseillers, pour la plupart professeurs des facultés de médecine, y représentaient le Brésil. Au sommaire de ce premier numéro, figurait une lettre-préface, signée par des professeurs de la Faculté de Médecine de Paris, de l’Institut Pasteur, du Collège de France et de la Faculté de Médecine de Strasbourg. L’un des signataires, représentant la Faculté de Lettres de Paris, n’était autre que le Professeur Georges Dumas, responsable des relations franco‑brésiliennes dans le secteur des sciences. Le contenu de cette lettre-préface est révélateur de quelques-unes des lignes générales du projet éditorial, dans la mesure où les professeurs français y affirmaient d’emblée qu’ils ne seraient pas appelés eux-mêmes à collaborer à la revue, « car l’originalité de la publication [était] d’être rédigée hors de France », quoiqu’elle fût publiée intégralement en langue française. Les avantages s’en feraient sentir des deux côtés de l’Atlantique, puisque selon les préfaciers, les « médecins, chirurgiens et biologistes » latino-américains y auraient l’opportunité « d’unir leurs pensées » en prenant connaissance des recherches entreprises par leurs voisins. Les Français y gagneraient, quant à eux, l’occasion de mieux se familiariser avec les travaux originaux des médecins et des biologistes latino-américains réunis en une seule publication.

37Un autre aspect est souligné par les auteurs de la lettre-préface : le fait d’être, Français et Latino-Américains, des « héritiers du génie latin » :

« Être latin, c’est avoir, depuis des siècles été formé à la discipline de la pensée claire, à la rigueur des méthodes, à la dialectique qui allie l’esprit critique le plus aiguisé à l’initiative intellectuelle la plus hardie. Ces qualités ne s’acquièrent pas en un jour ; elles supposent le long travail… C’est cette tradition que nous avons en commun. Nous sommes seuls à la posséder de par le vaste monde ». [Revue Sud‑Américaine…, nº 1, 1930].

38Raviver et maintenir une soi-disant tradition latine commune constituait ainsi l’un des principes orientant la publication de la revue et l’esprit d’échange scientifique conçu par ses éditeurs et ses collaborateurs. Une première analyse des aspects formels de cette publication permet de mieux en saisir les modes d’échange mis en place. Durant les cinq années d’existence de la revue, les fonctions de Secrétaire Général en France étaient assurées par M. J. Coelho, auquel les travaux originaux devaient être envoyés, avant d’être traduits en français. La section principale de la revue, intitulée Travaux originaux, présentait les travaux en les organisant, dans chacun de ses numéros, en fonction du pays d’origine des auteurs. À Paris, aux côtés du Secrétaire Général, une équipe de rédacteurs français était chargée d’organiser les autres sections habituelles de la revue, entièrement consacrées à la divulgation de périodiques, thèses et livres produits en Amérique latine. Il existait également une rubrique Analyses, dans laquelle ces mêmes rédacteurs français résumaient des articles publiés dans diverses revues médicales sud-américaines. En dépit de l’absence de toute référence explicite à une institution ou à une entreprise participant au financement de la revue, la propagande exclusive de médicaments produits par des laboratoires français permet d’avancer que la publication ne tirait pas ses revenus de la seule vente au numéro (au prix de dix francs) ou des abonnements annuels dont le prix variait de 100 à 120 francs.

39Il y avait là, pour les scientifiques latino-américains, une voie de choix pour la divulgation de leurs travaux, dans le domaine des sciences biomédicales. Les Brésiliens y virent encore une fois l’occasion de publier leurs travaux : 255 articles envoyés du Brésil en France furent ainsi publiés au cours des cinq années d’existence de la revue. L’apogée de l’apport brésilien se situe en 1930, avec 75 articles publiés, contre 30 articles en 1934, année de crise et dernière année de la Revue Sud-Américaine. [Revue Sud-Américaine de Médecine…, 1930-1934].

40Comment juger, ne serait-ce qu’à titre préliminaire, du caractère des modalités d’échange scientifique entreprises par les deux publications envisagées ? Nous pensons qu’en encourageant la création de filiales de la Société de Biologie en Amérique latine, ou en lançant une revue médico-chirurgicale spécifiquement consacrée à la production scientifique de cette région du monde, les chercheurs français contribuaient à réaliser un but très recherché à l’époque : faire la conquête d’alliés sur la scène fort disputée de la concurrence afin de s’approprier des zones d’influence sociopolitique et internationale. Dans le domaine spécifique des sciences biomédicales, le discours de la coopération s’en trouvait renforcé, et principalement la notion que les Français avaient quelque chose à apprendre auprès des Latino‑Américains et qu’ils désiraient connaître leur production scientifique. La langue française devenait ainsi une monnaie d’échange hautement valorisée dans le circuit scientifique de rapprochement entre Français et Latino-Américains ; la mémoire d’un « génie latin » commun rapprochant les deux peuples, en dépit des distances géographiques qui les séparaient, s’y trouvait également remise en valeur.

41Une évaluation superficielle de cette stratégie de rayonnement scientifique et culturel français durant cette période pourrait mener à la qualifier de cooptatrice. Il nous semble cependant que ce processus de rayonnement (terme largement employé à l’époque, en français, dans un tel contexte) était conçu comme une voie à double sens, favorable à la fois aux Français et aux Brésiliens.

Emplois et limites d’un circuit d’échanges : considérations finales

  • 13 À partir de 1930, le Brésil avait deux Sociétés de Biologie affiliées à la Société ; à l’associatio (...)

42Publier des articles dans des revues étrangères constituait un aspect très important pour une évaluation positive de la production des « hommes de science » brésiliens [voir Martins, 1939, Couto e Silva, 1939 ; Sá, 2006]. L’analyse des Comptes rendus de la Société de Biologie révèle pour l’année 1930, un nombre de 64 articles envoyés par les filiales brésiliennes13 et publiés par ce périodique, contre 13 contributions en 1938. Dans la Revue de Médecine et de Chirurgie si l’on note 75 articles publiés par des Brésiliens en 1930, dans le dernier numéro de la revue, en 1934, 30 travaux sont dus à des auteurs brésiliens. Participation intense donc, mais pas toujours régulière.

43Il ne s’agit pas ici d’opérer une analyse quantitative de la participation brésilienne dans les circuits d’échanges scientifiques avec la France. Mais cette tendance que l’on constate dans les indices de publication nous conduit à envisager quelques-unes des raisons susceptibles d’expliquer la diminution des travaux envoyés du Brésil. Il est certain que les problèmes financiers et de capacité de production de ces périodiques en France y auront fortement contribué. En ce qui concerne notamment les années 1930, le climat de conflit imminent en Europe fit certainement dévier ressources et énergies, y compris dans le secteur éditorial. Dans le cas spécifique des Comptes rendus, il convient aussi de noter l’incorporation continue de nouvelles filiales qui aurait pu entraîner une réduction progressive des articles publiés étant donné l’obligation de satisfaire un plus grand nombre de sociétés à chaque nouvelle édition.

44Il est possible également que les chercheurs brésiliens aient envoyé moins d’articles pour des raisons diverses, financières ou institutionnelles, propres à la conjoncture brésilienne de ces années 1930. L’une d’entre elles pourrait être celle des limites de ce circuit d’échanges, telles qu’elles étaient suggérées par Miguel Ozório de Almeida, lui aussi promoteur de ces relations franco-brésiliennes, lors d’une conférence prononcée en 1937 à Paris, lors du Congrès des Nations Américaines.

45C’est de l’expérience acquise comme professeur, chef de laboratoire et chercheur infatigable, auteur de plus de 200 travaux publiés [voir Cavalcanti, 1953] que lui vint assurément son intérêt pour le développement de la recherche dans notre pays. Dans sa conférence de 1937, intitulée La collaboration scientifique entre la France et le Brésil, Ozório confirma combien l’influence française lui paraissait être encore prépondérante dans les milieux intellectuels brésiliens, tout en invitant ses auditeurs à reconnaître que cette influence se manifestait désormais sur un mode différent de celui où elle s’imposait encore dans un passé récent, car le Brésil avait développé ses propres institutions et « pris conscience des caractéristiques qui lui étaient propres » [Ozório, 1937].

« En dehors de son épanouissement propre et au-delà de l’influence française, le Brésil a rencontré d’autres sources très riches de culture et en a fait son profit : des développements plus grands dans tel ou tel domaine, des solutions plus parfaites de tel ou tel problème » [Ozório, 1937].

  • 14 D’après ces auteurs, les échanges entre parasitologues français et brésiliens se seraient déroulés (...)

46Ce pourquoi Ozório proposait alors des modalités nouvelles de relations scientifiques entre la France et le Brésil, dans le secteur biomédical. Il était de toute importance pour le physiologiste brésilien que ces relations puissent revêtir un caractère de collaboration plus effectif, en évitant les contacts passagers [voir Gachelin, Opinel, 2009]14. Un certain nombre de conditions s’avéraient nécessaires : mise en place d’un fonds franco-brésilien destiné à financer les recherches menées en commun, collaboration technique entre les deux pays, engagement temporaire de jeunes chercheurs dans des centres de recherche du pays partenaire de façon à ne pas privilégier les seuls échanges entre scientifiques renommés.

47Les propositions de Miguel Ozório mettaient enfin l’accent sur les changements en cours dans les relations scientifiques entre la France et le Brésil, dans la décennie 1930. Au cours des années vingt qui l’avaient précédée, l’offensive intellectuelle française en Amérique latine tablait fortement sur les idéaux du « génie latin ». Les instituts de recherche et les périodiques scientifiques fondés à partir d’initiatives françaises en Amérique latine se prévalaient de leur grand attachement à cet idéal, constamment invoqué pour resserrer les liens passés et présents unissant Français et Latino-Américains. La conférence de Miguel Ozório sur la collaboration scientifique entre la France et le Brésil témoignait, en 1937, d’une certaine usure d’un tel idéal du « génie latin » quant aux stratégies d’échange scientifique entre les deux pays. L’expansion de l’enseignement universitaire au Brésil, au cours de la décennie 1930 semblait exiger des initiatives nouvelles fondées, selon Miguel Ozório, sur des partenariats techniques et scientifiques plus durables et plus soucieux de la formation de jeunes chercheurs.

48Almeida Miguel Ozório, « La collaboration scientifique entre la France et le Brésil », Cahiers de politique étrangère, Paris, Institut des Études Américaines, 1937.

49Arquivo da Casa de Oswaldo Cruz, Coleção Miguel Ozório de Almeida, Série Correspondência diversa, pastas 1-11.

50Archives Nationales, Rectorat, AJ 16, vol. no 6946, Correspondance de Affonso Celso à Monsieur Conty, lettre datée du 1/02/1926.

51Archives Nationales, Rectorat, AJ 16, vol. no 6946, Correspondance de B.F. Ramiz Galvão à Paul Appell, lettre datée du 20/10/1923.

52Azevedo Cecília, « Sob fogo cruzado : a política externa e o confronto de culturas políticas nos EUA », in Soihet Rachel et al., Culturas políticas : ensaios de história cultural, história política e ensino de história, Rio de Janeiro, Mauad, 2005.

53Brumpt Émile, Rapport concernant les relations intellectuelles franco-brésiliennes, Conférence à Rio de Janeiro, 1924, mimeo.

54Bruzière Maurice, L’Alliance Française : 1883-1983, Paris, Hachette, 1983.

55Cavalcanti Tito, « Miguel Ozório de Almeida, 1890-1953 », Revista Brasileira de Biologia, Rio de Janeiro, vol. 14, 1954, p. 1-24.

56Certeau Michel de, Artes de fazer : a invenção do cotidiano, Petrópolis, Vozes, 1996.

57Comptes rendus hebdomadaires des séances et mémoires de la société de biologie et ses filiales, Paris, Masson et Cie, Éditeurs Libraires de l’Académie de Médecine, 1923-1939.

58Couto e Silva O. B. de, « O Laboratório dos irmãos Ozório », in Livro de Homenagem aos professores Alvaro e Miguel Ozorio de Almeida, Rio de Janeiro, 1939.

59Dumont Juliette, Fléchet Anaïs, « Entre coopération intellectuelle et propagande : la mise en place de la diplomatie culturelle brésilienne (1920-1945) », Relations Internationales, 137, 2009/1, p. 61-75.

60Gachelin Gabriel, Opinel Annick, « The reception by French physicians of Chagas´ discovery of Trypanosoma cruzi and American trypanosomiasis (1909-1925) », História, Ciências, Saúde – Manguinhos, vol. 16, supl. 1, julho 2009, p. 35-56.

61Girault Christian, « La coopération scientifique et technique française avec l’Amérique latine et les Caraïbes », Cahiers des Amériques latines, 2e série, n° 28/29, 1998, p. 205-213.

62Guimarães Lucia Maria Paschoal, « Um olhar sobre o continente : o Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro e o Congresso Internacional de História da América », Estudos Históricos, n° 20, Rio de Janeiro, 1997.

63Joll James, A Europa desde 1870, Lisboa, Publicações Dom Quixote, 1995.

64Livro de ouro commemorativo do centenário da independência do Brasil e da exposição internacional do Rio de Janeiro, 1822-1922, Edição do Annuario do Brasil, Rio de Janeiro, 1923.

65Lessa Mônica Leite, « A Aliança Francesa no Brasil : política oficial de influência cultural », Varia História, n° 13, UFMG, 1994.

66Löwy Ilana, « La mission de l’Institut Pasteur à Rio de Janeiro : 1901-1905 », in Morange M. (éd.), L’Institut Pasteur : contribution à son histoire, Paris, La Découverte, 1991.

67Marès Antoine, « Puissance et présence culturelle de la France. L’exemple du service des œuvres françaises á l’étranger dans les années 30 », Relations Internationales, vol. 33, Paris, 1983.

68Martinenche Ernest, « L’action du Groupement pendant les années 1921 et 1922 », Revue de l’Amérique latine, vol. VII, n° 26, février 1924.

69Martinière Guy, Aspects de la coopération franco-brésilienne. Transplantation culturelle et stratégie de la modernité, Grenoble/Paris, Presses Universitaires de Grenoble/Éd. de la Maison des Sciences de l’homme, 1982.

70Martins Thales, « Os irmãos Ozório e a evolução da Physiologia no Brasil », in Livro de Homenagem aos professores Alvaro e Miguel Ozorio de Almeida, Rio de Janeiro, 1939.

71Matthieu Gilles, « Un enjeu diplomatique : la politique culturelle de la France en Amérique du Sud dans l’entre-deux-guerres », Cahiers des Amériques latines, n° 9, Paris, IHEAL, 1990.

72Mayer Arno, A força da tradição : a persistência do Antigo Regime, São Paulo, Companhia das Letras, 1987.

73Motta Marly Silva da, A nação faz 100 anos : a questão nacional no centenário da independência, Rio de Janeiro, Ed. Fundação Getulio Vargas, 1992.

74Opinel Annick, Gachelin Gabriel, « Emile Brumpt’s contribution to the characterization of parasitic diseases in Brazil, 1909-1914 », Parassitologia, 47, 2005, p. 299-307.

75Petitjean Patrick, « Entre ciência e diplomacia : a organização da influência científica francesa na América Latina, 1900-1940, in Hamburger Amélia et al., A ciência nas relações Brasil-França (1850-1950), São Paulo, Edusp/Fapesp, 1996.

76Pecequilo Cristina, A política externa dos Estados Unidos, Porto Alegre, Editora da UFRGS, 2005.

77Revue sud-américaine de médecine et de chirurgie, Masson & Cie, Éditeurs, Libraires de l’Académie de Médecine, Paris, 1930-1934.

78Rolland Denis, « La crise exemplaire d’un modèle européen en Amérique latine : les racines anciennes du retrait du modèle politique et culturel français », História, São Paulo, 27 (1), p. 283-344, 2008.

79Sá Dominichi Miranda de, A ciência como profissão. Médicos, bacharéis e cientistas no Brasil (1895-1935), Rio de Janeiro, Editora Fiocruz, 2006.

80 Magali Romero, Silva André F. Cândido da, « Por entre las páginas del imperialismo germánico en América Latina : La Revista Médica de Hamburgo y La Revista Médica germano-Ibero-Americana (1920-1933) », Asclepio, no prelo.

81Sirinelli Jean-François, « As elites culturais », in Rioux Jean-Pierre, Sirinelli Jean-François, Para uma história cultural, Editorial Estampa, 1998.

82Suppo Hugo, La politique culturelle française au Brésil entre les années 1920-1950, Thèse de doctorat, Université Paris III-Sorbonne Nouvelle, 2000.

83Tenorio Mauricio, « Um Cuauhtémoc carioca : comemorando o centenário da Independência do Brasil e a raça cósmica », Estudos Históricos, Rio de Janeiro, vol. 7, n° 14, 1994, p. 123-148.

84Tota Antonio Pedro, O imperialismo sedutor : a americanização do Brasil na época da Segunda Guerra, São Paulo, Companhia das Letras, 2000.

Haut de page

Notes

1 Les membres de la mission française qui avait à sa tête A. Conty étaient : Géo-Gérald (député), René Fonck (député), Pierre Janet (médecin et professeur au Collège de France), Émile Borel (mathématicien), Maurice Chiray (professeur de la Faculté de Médecine de Paris) et Georges Dumas (médecin et professeur de psychologie).

2 L’idée de « génie latin » était véhiculée, dans le champ spécifique des sciences biomédicales, par divers savants français, en visite au Brésil, dans la période de l’entre-deux-guerres, notamment par Marcel Labbé en 1921 et Henri Roger en 1923.

3 Aux États-Unis, le gouvernement de Woodrow Wilson (1913-1921) est généralement perçu comme étant à l’origine de nouvelles directives dans le domaine des relations internationales, visant à introduire des idéaux de coopération politique et à inaugurer ce qui allait être connu sous le nom d’internationalisme libéral [Azevedo, p. 385 ; Pecequilo, chapitre 2]. Les ambiguïtés d’une telle orientation mèneraient les États-Unis à maintenir des troupes au nom de la protection de la démocratie, au Nicaragua, en Haïti, en République Dominicaine et à Cuba. Au Brésil, on aurait assisté dans la période de l’entre-deux-guerres à un changement de modèle  : tandis que déclinait l’influence culturelle française dans certains secteurs, la progression de paradigmes culturels nord-américains s’accentuait. Mais le tournant décisif dans l’histoire des relations culturelles entre le Brésil et les États-Unis ne se produirait qu’à l’occasion de la Seconde Guerre mondiale [Tota, 2000].

4 Rayonnement signifiant ici prestige, influence qui se propage ou se diffuse comme la lumière.

5 Hugo Suppo remarque que l’organisation politico-intellectuelle connue sous le nom d’Action Française, à tendance anti-républicaine, catholique et antisémite, contrôlait le Groupement à l’époque de la première après-guerre et défendait avec force l’idéal de latinité en prêchant l’union culturelle des peuples dits latins.

6 La présence de médecins y a été notée également par le périodique Brazil Médico, n° 37, du 16 septembre 1922. Pour les données biographiques des médecins français, nous avons consulté le site www.bium.univ-paris5.fr, en juin 2008.

7 Le comte Affonso Celso, éminent lettré, homme politique et juriste de l’État de Minas fit carrière à Rio de Janeiro exerçant, entre autres fonctions, celles de Président perpétuel de l’Institut d’Histoire et de Géographie Brésilien (1912-1938) et de Président de l’Académie Brésilienne de Lettres (1925-1935).

8 Le texte intégral du décret 4.634 du 8 janvier 1923 est disponible sur www.senado.gov.br/legislacao, consulté en juillet 2009.

9 D’après Hugo Suppo, entre 1923 et la Seconde Guerre mondiale, l’Institut Franco-Brésilien de Haute Culture fit venir au Brésil près de 40 professeurs et envoya en France quelque 30 professeurs brésiliens.

10 Voir Archives Nationales, Cabinet Civil de la Présidence, Série Éducation et Santé, Boîte 33, 1932.

11 En 1930, la société de Biologie de São Paulo décidait d’envoyer dorénavant des résumés de travaux présentés dans ses réunions, afin qu’ils soient publiés dans les Comptes rendus.

12 Les travaux présentés dans la filiale de la Société de Biologie dont le siège était à Rio de Janeiro étaient développés par des Brésiliens et, éventuellement, par des étrangers y effectuant des recherches.

13 À partir de 1930, le Brésil avait deux Sociétés de Biologie affiliées à la Société ; à l’association dont le siège était à Rio de Janeiro s’était ainsi ajoutée une autre, à São Paulo.

14 D’après ces auteurs, les échanges entre parasitologues français et brésiliens se seraient déroulés jusqu’à la deuxième décennie du xxe siècle dans le cadre exclusif des relations individuelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magali Romero Sá et Larissa Moreira Viana, « La science médicale entre la France et le Brésil : stratégies d’échange scientifique dans l’entre-deux-guerres », Cahiers des Amériques latines, 65 | 2010, 123-143.

Référence électronique

Magali Romero Sá et Larissa Moreira Viana, « La science médicale entre la France et le Brésil : stratégies d’échange scientifique dans l’entre-deux-guerres », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 65 | 2010, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/665 ; DOI : 10.4000/cal.665

Haut de page

Auteurs

Magali Romero Sá

Magali Romero Sá est chercheure titulaire de la Casa Oswaldo Cruz/Fondation Oswaldo Cruz, auteure de plusieurs travaux et ouvrages publiés en Histoire des Sciences. Elle a notamment édité et organisé la collection Adolpho Lutz, Obra Completa, composée de douze volumes, publiée par les éditions Editora Fiocruz, de 2004 à 2007.

Larissa Moreira Viana

Larissa Moreira Viana est chercheure du programme de bourses pour Technicien et Technologue/Casa de Oswaldo Cruz/Fondation Oswaldo Cruz, de 2007 à 2009. Professeur adjointe au département d’histoire de l’Université Fédérale Fluminense, elle a publié en 2007 O idioma da mestiçagem (La langue du métissage), Editora da Universidade, Campinas.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org