Navigation – Plan du site
Lectures

Carlos Antonio Aguirre Rojas, Les leçons politiques du néozapatisme mexicain. Commander en obéissant

Paris, L’Harmattan, 2010, 142 p.
Malik Tahar Chaouch
p. 216-218
Référence(s) :
Carlos Antonio Aguirre Rojas, Les leçons politiques du néozapatisme mexicain. Commander en obéissant, Paris, L’Harmattan, 2010, 142 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Mexique
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est un court essai qui tente de tirer les enseignements politiques des expériences du néozapatisme, dont le soulèvement armé a eu lieu au Chiapas, dans le sud-est mexicain, en janvier 1994. Il récapitule, en ce sens, les principes sur lesquels reposeraient les pratiques politiques néozapatistes, notamment dans les municipalités autonomes que le mouvement gouverne. Afin de les établir, il s’appuie sur les discours prononcés lors de la Première Rencontre des Peuples Zapatistes avec les peuples du Monde, qui eut lieu du 30 décembre 2006 au 2 janvier 2007. Cette rencontre faisait suite à l’Autre campagne, durant laquelle le mouvement avait fédéré des activistes de tout le Mexique afin de développer une campagne alternative à celle des partis politiques pour l’élection présidentielle de 2006. Tandis que la campagne officielle était orientée vers la prise du pouvoir par la voie électorale, l’autre se présentait comme une tentative de susciter le débat national sur la recherche d’un projet alternatif de société pour le Mexique.

2Après une brève introduction qui exalte la transcendance historique de l’événement, cet essai s’ouvre sur le principe élémentaire – dont découleraient tous les autres – de la pratique politique néozapatiste : « commander en obéissant ». Ce principe s’opposerait à la rationalité traditionnelle de l’exercice du pouvoir politique, définie par la séparation radicale entre la fonction de commandement des élites et celle d’obéissance des masses. Dans l’optique néozapatiste, la majorité se commanderait elle-même par l’intermédiaire d’un petit groupe qui ne ferait que mettre en pratique les décisions collectives. De ce point de vue, l’auteur insiste sur l’importance de l’autonomie néozapatiste, face à la politique nationale, comme espace de mise en œuvre de cet « autre gouvernement ». Néanmoins, il ne s’agirait pas de créer des îlots de liberté, mais bien d’engendrer les germes d’un monde nouveau pour tous. Ce point de départ débouche, dans le second chapitre, sur la considération d’une « autre politique » et d’une « autre démocratie ». Le texte envisage d’abord la « mort de la politique », réduite à une fin en elle-même, à cause de sa dépendance réelle à une domination socio-économique qui lui ôterait toute légitimité. L’autre politique parviendrait, au contraire, à retrouver le sens originel de la politique comme activité humaine mise au service du social. Cette autre politique subordonnerait la perspective de la prise de pouvoir à celle de la transformation de la société. En même temps, le texte rappelle que le néozapatisme rompt avec la conception formelle de la démocratie délégatoire, renvoyée à la vieille conception du pouvoir, et appelle de ses vœux une démocratie directe et qualitative où le pluralisme et le point de vue des minorités seraient réellement respectés.

3Dans le chapitre suivant, l’auteur situe le néozapatisme dans la trajectoire des mouvements anti-systémiques, héritiers de la révolution culturelle mondiale de 1968, qui aurait mis l’utopie d’un monde nouveau à l’ordre du jour. Cela le conduit, ensuite, à définir le néozapatisme comme l’expression d’une « modernité alternative » dont on retrouverait des résonances dans bien d’autres mouvements sociaux de l’Amérique latine et du monde. Cette « autre modernité », en rupture avec le capitalisme, serait en quête de modèles alternatifs d’organisation économique, de coexistence sociale, de connaissance, d’éducation et de santé. S’y combineraient les aspects positifs de la modernité, notamment sa dimension de résistance et d’émancipation, avec la critique de ses aspects négatifs, comme par exemple celle de son individualisme forcené. En conclusion, l’auteur appelle de ses vœux la création d’un réseau mondial de rébellions actives anticapitalistes, qui tiendrait compte des échecs des forums sociaux mondiaux, trop cantonnés à la fonction de dénonciation, et serait capable de passer à l’action comme le proposent justement les néozapatistes.

4Le contexte mexicain actuel, marqué par les limites de plus en plus palpables du processus national de démocratisation, donne en partie raison aux préoccupations manifestées dans cet ouvrage. L’exigence de remettre la politique dans une perspective sociale et la critique des dérives oligarchiques de la démocratie représentative y font certainement sens. La critique du système politique et les enjeux de la recherche d’alternatives s’y imposent sans aucun doute. Cependant, on ne peut que constater les excès idéologiques et la faiblesse analytique générale de l’essai. D’une part, même s’il est important d’en valoriser les expériences, l’auteur idéalise le mouvement néozapatiste dont il confond le discours avec les pratiques. Il ne se soucie jamais d’analyser la réalité de ces pratiques et se contente d’énoncer des principes qu’il valide comme coïncidant avec la réalité, sans aucun examen critique. Or, dans les sciences sociales et jusqu’au sein des sympathisants néozapatistes les plus autocritiques, des voix se sont élevées afin de souligner les propres limites et paradoxes des expériences néozapatistes. Ils ont, entre autres choses, interrogé la véracité de l’autonomie du mouvement face au système politique et les conséquences dépolitisantes du discours de l’autonomie ; ses traits autoritaires, sous couvert de démocratie directe ; et le caractère unilatéral et essentialiste de la définition du mouvement comme « indigène ». Par ailleurs, il n’est jamais dit que le mouvement a largement perdu de son impact et que, après le succès de la Marche de la couleur de la terre en 2001, l’Autre campagne de 2006 a véritablement été un échec. On peut partiellement l’attribuer à l’indifférence des médias, mais cela n’oblige-t-il pas justement à questionner la stratégie et la dépendance médiatique du mouvement qui s’est coupé de la masse des Mexicains ? Finalement, aux limites de la démocratie représentative, l’auteur oppose l’imaginaire de la démocratie directe, au moins aussi ancien et questionnable que le précédent. Or, la foi en une démocratie sans médiation institutionnelle est le terreau – en particulier en Amérique latine – de bien des dérives autoritaires. Toutefois, du point de vue de l’auteur, tout ce qui s’énonce contre le « système » est forcément « émancipateur ». Cela devient très gênant quand il évoque pêle-mêle la révolution culturelle chinoise, le néozapatisme et bien d’autres mouvements hétérogènes dans sa vision enchantée et indifférenciée de l’utopisme hérité de 1968. Bref, l’ouvrage n’est que la répétition des lieux communs qui circulent dans les milieux intellectuels – qui sympathisent avec lui – à propos du mouvement néozapatiste. On n’apprend finalement rien de neuf sur le sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Malik Tahar Chaouch, « Carlos Antonio Aguirre Rojas, Les leçons politiques du néozapatisme mexicain. Commander en obéissant », Cahiers des Amériques latines, 66 | 2011, 216-218.

Référence électronique

Malik Tahar Chaouch, « Carlos Antonio Aguirre Rojas, Les leçons politiques du néozapatisme mexicain. Commander en obéissant », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 66 | 2011, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://cal.revues.org/547

Haut de page

Auteur

Malik Tahar Chaouch

Universidad Veracruzana /IIHS

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org