Navigation – Plan du site
Lectures

Doris Sayago, Jean-François Tourrand, Marcel Bursztyn et José Augusto Drummond (org.), L’Amazonie, un demi-siècle après la colonisation

Versailles, Quae, 2011, 270 p.
François-Michel Le Tourneau
p. 214-216
Référence(s) :
Doris Sayago, Jean-François Tourrand, Marcel Bursztyn et José Augusto Drummond (org.), L’Amazonie, un demi-siècle après la colonisation, Versailles, Quae, 2011, 270 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Amazonie
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage présenté par Doris Sayago, Jean-François Tourrand, Marcel Bursztyn et José Augusto Drummond est particulièrement bienvenu car il propose un double élargissement, peu souvent proposé, du champ de vision scientifique sur la région amazonienne. En premier lieu, il propose un regard réellement pan-amazonien, avec une série de synthèses sur la question dans les neuf pays qui détiennent une parcelle du bassin de l’Amazone. Souvent, la littérature sur le sujet se consacre particulièrement au Brésil – qui détient, certes, les deux tiers du bassin en question – ou à des pays emblématiques de telle ou telle thématique (Bolivie, Equateur, Pérou), en laissant dans l’ombre les autres États dans lesquels se déroulent pourtant des phénomènes intéressants et connectés avec le reste des dynamiques amazoniennes. C’est donc une grande qualité de l’ouvrage que de proposer cette approche synoptique, incluant par exemple une synthèse rare et précieuse sur la situation de l’Amazonie vénézuélienne à côté d’un travail tout aussi synthétique et important sur la situation brésilienne.

2En second lieu, l’ouvrage propose un élargissement thématique, lui aussi très pertinent. Il navigue au sein des différents types de population ou de dynamique sociale liés à l’Amazonie, en offrant non pas un portrait, ce qui serait sans doute impossible, mais un kaléidoscope qui permet au lecteur de se faire une idée de la complexité des problèmes de la zone, trop souvent résumés à une alternative entre protection de l’environnement et déforestation. Il y a des acteurs économiques aux stratégies différenciées (éleveurs, exploitants forestiers, grands fermiers, etc.), mais aussi des acteurs sociaux puissants (partis politiques, mouvements sociaux divers, ONG) ; les stratégies des uns s’adaptent aux évolutions des autres, ce qui rend le décryptage de la région complexe et donne un intérêt très manifeste à cet ouvrage.

3Certaines analyses méritent d’être soulignées, notamment celle sur l’adaptation de l’élevage en Amazonie brésilienne, qui répond aux pressions externes dénonçant son impact sur l’environnement en allant vers plus d’intégration avec les autres filières agricoles, ou bien celle des populations traditionnelles, Amérindiens ou seringueiros, et de leurs stratégies pour continuer à exister selon leurs modèles dans un ensemble où leur place n’a pas toujours été assurée. On peut aussi noter un chapitre très pertinent sur la question urbaine, car si la forêt – ou sa destruction – attirent toujours les regards, c’est bien dans les villes que vivent la majorité des habitants de la région et c’est sans doute à partir d’elles, comme le soulignent Agnès Serre et Bertha Becker, que se dessine(ra) la structure régionale de l’Amazonie du xxie siècle. Enfin, on notera l’inclusion dans ce livre d’une analyse sur le système politique de l’Amazonie brésilienne, dont la pertinence tient à la fois à sa présence – peu fréquente dans les ouvrages sur la région alors que la question est centrale – et à sa profondeur, son auteur (Lúcio Flávio Pinto) étant à la fois un témoin privilégié, particulièrement bien informé, et un acteur engagé sur cette scène.

4Utile et ambitieux, l’ouvrage peut susciter quelques reproches rapides. Le premier serait sans doute que sa seconde partie trahit un peu la première en ce que les dynamiques analysées se recentrent imperceptiblement sur l’Amazonie brésilienne. Le second, dans le prolongement du premier, est que nombre des auteurs des chapitres de cette seconde partie utilisent la plus grande partie de leur texte à présenter des cas particuliers dont ils sont des spécialistes reconnus, sans proposer une vision plus synthétique des problématiques traitées. En quoi, pourrait-on objecter, le cas des Tenetehara et celui de la terre indigène Krikati sont-ils représentatifs du processus de contact de tous les Amérindiens d’Amazonie avec la dynamique de colonisation ? Enfin, on peut regretter que certaines thématiques abordées dans la première partie par l’entrée géographique n’aient pas été approfondies dans cette seconde partie, comme par exemple celle de l’orpaillage et de ses acteurs, qui relie de manière souterraine de nombreuses régions du bassin amazonien partageant savoir-faire et réseaux clandestins (en les reliant parfois aussi aux réseaux de trafic de stupéfiants).

5De telles critiques ne doivent toutefois pas masquer le principal : le fait même de pouvoir entrer dans de telles considérations démontre la qualité de l’ouvrage. En proposant une synthèse inédite sur l’ensemble de l’Amazonie, il amène le lecteur à de nouvelles interrogations, ce qui était sans aucun doute son objectif premier. L’ouvrage de Doris Sayago, Jean-François Tourrand, Marcel Bursztyn et José Augusto Drummond est donc un instrument de grande utilité pour tous ceux qui s’intéressent à l’Amazonie. Sa lecture doit en être chaudement recommandée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François-Michel Le Tourneau, « Doris Sayago, Jean-François Tourrand, Marcel Bursztyn et José Augusto Drummond (org.), L’Amazonie, un demi-siècle après la colonisation  », Cahiers des Amériques latines, 66 | 2011, 214-216.

Référence électronique

François-Michel Le Tourneau, « Doris Sayago, Jean-François Tourrand, Marcel Bursztyn et José Augusto Drummond (org.), L’Amazonie, un demi-siècle après la colonisation  », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 66 | 2011, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/541

Haut de page

Auteur

François-Michel Le Tourneau

CREDA – UMR 7227

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org