Navigation – Plan du site
Lectures

Ethelia Ruiz Medrano et Susan Kellogg (éd.), Negociation within Domination. New Spain’s Indian Pueblos Confront the Spanish State

Boulder, University Press of Colorado, 2010, 264 p.
Pierre Ragon
p. 206-208
Référence(s) :
Ethelia Ruiz Medrano et Susan Kellogg (éd.), Negociation within Domination. New Spain’s Indian Pueblos Confront the Spanish State, Boulder, University Press of Colorado, 2010, 264 p.

Texte intégral

1Depuis que les visions simplistes des rapports de domination, telles qu’on avait pu les développer au temps des décolonisations, n’ont plus court, le concept de « négociation » s’est imposé comme un paradigme incontournable lorsqu’il s’agit d’analyser les relations entre groupes de population à l’intérieur des sociétés coloniales. En effet, les travaux se sont multipliés qui ont renoncé à penser les rapports coloniaux sur le mode unique de celui du maître et de l’esclave. On s’est ingénié à recenser, au contraire, les exemples où les « dominés » utilisent les marges de manœuvre qui subsistent afin de participer à la construction d’un ordre nouveau dont ils sont aussi, depuis leur place, des acteurs. Ce volume collectif s’inscrit dans cette tradition. Il l’infléchit aussi en repoussant, fort judicieusement, un balancier qui va parfois trop loin. Trop de travaux sur les dynamiques d’échange à l’intérieur des espaces coloniaux omettent en effet de les inscrire à l’intérieur d’un rapport fortement déséquilibré entre dominants et dominés. Negociation within Domination cherche explicitement à replacer l’analyse dans un cadre cohérent.

2On trouvera ici sept contributions qui brossent un tableau contrasté des relations entre Indiens et Espagnols de Nouvelle-Espagne. Que retenir de cette entreprise collective ? Son premier objectif est de mettre en évidence le cadre et les conditions qui rendent possibles ces processus de négociation. Ceux-ci se développeraient, selon ces auteurs, à l’initiative des pueblos indigènes qui défendent leur identité, luttent pour leurs terres, leurs ressources, leurs coutumes, leurs droits en s’emparant d’une législation espagnole pétrie d’une tradition qui a toujours laissé une grande liberté aux communautés concernées par cette pratique juridique. Différentes cultures coloniales du droit, adaptées à des contextes régionaux variés, seraient progressivement nées des dynamiques induites par les demandes sociales et la souplesse du cadre légal. C’est le succès de ces échanges autorisés par la Monarchie espagnole (« the spanish state » selon les auteurs) qui expliquerait sa pérennisation tout au long des trois siècles de la présence espagnole au Mexique. On les retrouverait à l’œuvre jusqu’à aujourd’hui dans les négociations entre État mexicain et groupes indigènes.

3À long terme, ces processus ne sont cependant pas sans effet sur les sociétés et les mentalités indigènes, qui se transforment progressivement au contact de la culture et des institutions espagnoles. Ils ont aussi pour effet de faire émerger, au sein des groupes indigènes, des individus-clés, les « go-betweens », des truchements indigènes qui deviennent des intermédiaires et des acteurs déterminants de la société novo-hispanique. Tels sont les nobles tlaxaltèques qu’étudie Jovita Baber ou les communautés indigènes de Villa Alta auxquelles Yanna Yannakakis consacre ses efforts. Mais en retour, l’état hispanique ne ressort pas indemne de ces négociations. Ainsi le succès des nobles tlaxcaltèques qui parviennent à faire reconnaître les mérites de leurs ancêtres (alliés de Cortès) et leur propre droit à s’auto-gouverner inspire le pouvoir royal. Dès lors, il s’appuie plus largement sur les communautés indigènes afin de contrer le pouvoir des villes espagnoles où se regroupent les descendants des conquistadors et des premiers colons.

4L’histoire de ces conflits internes à la société novo-hispanique est pleine de paradoxes. On y trouve des groupes indigènes en position de force, capables de lancer des offensives de nature politique contre l’état monarchique. Tels sont les Zapotèques de l’Oaxaca (étudiés par M. de los A. Romero Frizzi) qui tentent, encore au xviiie siècle, de faire prévaloir leurs droits coutumiers sur la législation espagnole régissant l’organisation des communautés rurales. Par ailleurs, à suivre Ethelia Ruiz Medrano, il semblerait que les élites indigènes de la ville de Mexico affrontèrent l’autorité de la Couronne plus directement encore lorsqu’au cours des années 1560, à l’occasion du « complot de Martin Cortès », par ailleurs bien connu, elles tentèrent d’obtenir des avantages pour elles-mêmes, quitte à s’allier aux encomenderos. Mais, chacune de leur côté, ces tentatives échouèrent et, en définitive, ce fut le pouvoir de la Couronne qui sortit renforcé de ces épreuves. Inversement, si au xviiie siècle, la dynastie des Bourbon semblait mieux armée que celle des Habsbourg pour faire progresser les intérêts de la Couronne, le bilan de son action paraît pour le moins mitigé. Edward Osowski montre comment les gouverneurs des deux quartiers indigènes de Mexico continuèrent à instrumentaliser le rôle qui leur avait été donné dans l’organisation matérielle des fêtes de la capitale. Jusqu’à l’effondrement de la Monarchie espagnole, contre vents et marées, ils profitèrent de leur position pour accroître leur propre pouvoir sur les communautés voisines, réalisant au passage de non négligeables profits matériels et symboliques. S’il en allait ainsi au cœur de la vice-royauté, on imagine aisément comment, en ces marges mal maîtrisées, les Mayas du Yucatan (José Manuel A. Chávez-Gómez) ou les Apaches du grand Nord (Cuauhtémoc Velasco Ávila) pouvaient manœuvrer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Ragon, « Ethelia Ruiz Medrano et Susan Kellogg (éd.), Negociation within Domination. New Spain’s Indian Pueblos Confront the Spanish State », Cahiers des Amériques latines, 66 | 2011, 206-208.

Référence électronique

Pierre Ragon, « Ethelia Ruiz Medrano et Susan Kellogg (éd.), Negociation within Domination. New Spain’s Indian Pueblos Confront the Spanish State », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 66 | 2011, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/532

Haut de page

Auteur

Pierre Ragon

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org