Navigation – Plan du site
Lectures

Adrian J. Pearce (ed.), Evo Morales and the Movimiento Al Socialismo in Bolivia. The first term in context, 2006-2010

Londres, Institute for the Study of the Americas, 2011, 300 p.
Cécile Casen
p. 183-205
Référence(s) :
Adrian J. Pearce (ed.), Evo Morales and the Movimiento Al Socialismo in Bolivia. The first term in context, 2006-2010, Londres, Institute for the Study of the Americas, 2011, 300 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Bolivie
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage se propose d’analyser les enjeux qui entourent l’arrivée au pouvoir en 2005 d’Evo Morales, « premier Président indigène depuis la conquête », et de son parti le MAS. Issu d’un colloque organisé en novembre 2009 par le Bolivia Information Forum de l’Institute of the Americas de Londres, il réunit six contributions portant successivement sur l’arrière-plan historique de l’émergence du MAS (Herbert Klein), l’évolution de l’organisation interne du parti (Sven Harten), les caractéristiques du texte constitutionnel de 2009 (Willem Assies), les succès électoraux du MAS et sa consolidation en tant que parti hégémonique (John Crabtree), le contexte historique des relations entre Washington et La Paz et leur évolution depuis 2005 (Martin Sivak) et, enfin, l’étonnant et riche « journal personnel » de James Dunkerley. La diversité des thèmes traités offre un tour d’horizon des principales questions que pose le MAS. Cette publication est aussi l’occasion de prendre connaissance de la richesse de la production anglo-saxonne sur la Bolivie d’Evo Morales. Nous présentons ici un résumé de chacune des six contributions.

2La première vise à replacer le MAS dans son contexte historique et à éclairer ainsi les conditions de sa possible émergence. Herbert Klein insiste sur l’ampleur des changements sociaux survenus depuis les années 1950, que ce soit la démocratisation de l’accès à l’éducation et à la santé ou encore l’urbanisation croissante. La conjonction entre ses évolutions, d’une part, et la persistance de la pauvreté, d’autre part, serait à l’origine d’une volatilité de l’environnement politique. Les réformes menées par le président déchu Sánchez de Lozada au cours des années 1990 et l’amélioration des mécanismes de représentation démocratique dont elles sont porteuses s’avèrent également favorables à la montée en puissance du MAS.

3Sven Harten traite de son histoire en tant que parti issu du mouvement cocalero et interroge ce lien au regard de son évolution organisationnelle ultérieure. Alors qu’une grande partie de la littérature sur le MAS – à l’image du discours partisan lui-même – veut que le parti soit une « créature » des mouvements sociaux, Harten réinterroge cette relation en examinant son institutionnalisation progressive. L’ouverture des listes de candidats en 2004 est ainsi analysée comme le moment où le mouvement cocalero perd la main sur le parti. L’intégration d’autres mouvements sociaux, mais aussi l’entrée des profils « intellectuels », concourent à modifier les rapports de force internes et à éloigner le parti des mouvements sociaux. Le recours aux notions développées par Ernesto Laclau – celles de « chaîne d’équivalence » et d’« articulation différentielle » en particulier – permet à l’auteur de théoriser sur les tensions qui traversent le parti.

4De son côté, Willem Assies revient sur le contexte politique qui prévaut lors de la rédaction du nouveau texte constitutionnel et sur ses principales caractéristiques : caractère plurinational de l’État, référence aux principes éthiques revendiqués par les mouvements indigènes, établissement d’une surface maximum pour la propriété terrienne, mécanismes de participation de la société civile dans l’élaboration des politiques publiques, etc.

5John Crabtree analyse ensuite les succès électoraux du MAS lors des nombreuses consultations qui ont émaillé la vie politique bolivienne entre 1999 et 2010. Il insiste sur l’ampleur du soutien électoral dont il jouit (le MAS remporte les élections générales de 2005 avec 54 % des voix et obtient 64 % lors des élections de 2009) et propose une analyse des raisons de ce succès. L’auteur retient cinq facteurs : le leadership d’Evo Morales, la capacité à remplir le vide laissé par des partis traditionnels totalement décrédibilisés, le rôle des indigènes et des mouvements sociaux, les politiques économiques et sociales et la confrontation avec la droite.

6Martin Sivak fait le point sur l’évolution des relations entre les États-Unis et la Bolivie. Il oppose en particulier l’américanisation des relations depuis 1952 à leur bolivianisation depuis l’arrivée du MAS au pouvoir. Alors que la succession des paradigmes de guerre contre le communisme, contre les drogues et enfin contre la terreur renvoyait à une hégémonie du récit américain, la revendication de la souveraineté nationale et le rejet de la guerre contre les drogues permettent d’articuler une « narration » bolivienne.

7Placée en fin d’ouvrage, la contribution de James Dunkerley se singularise par sa forme émancipée des canons de la littérature académique et sa liberté de ton. Sa réflexion autour de la notion de Pachakuti constitue certainement le fil directeur permettant de relier les principaux événements politiques sur­venus entre février 2009 et février 2010. Il sollicite en particulier les recherches de Kimberly Hutching pour opposer la conception romantique du temps – qui serait linéaire et téléologique – à une conception cyclique de la politique, les rythmes du Pachakuti étant par définition imprévisibles. Si l’arrivée au pouvoir d’Evo Morales ouvre une nouvelle ère en Bolivie, les conceptions du temps qui la sous-tendent restent fondamentalement hétérogènes, aussi bien marxistes qu’indigènes. La réflexion de Zavaleta s’impose toujours : « la Bolivie est conflit, c’est la forme naturelle de la nation ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Casen, « Adrian J. Pearce (ed.), Evo Morales and the Movimiento Al Socialismo in Bolivia. The first term in context, 2006-2010 », Cahiers des Amériques latines, 67 | 2011, 183-205.

Référence électronique

Cécile Casen, « Adrian J. Pearce (ed.), Evo Morales and the Movimiento Al Socialismo in Bolivia. The first term in context, 2006-2010 », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 67 | 2011, mis en ligne le 15 mai 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/457

Haut de page

Auteur

Cécile Casen

CREDA – UMR 7227

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org