Navigation – Plan du site
Lectures

Alexis Martig, La Reconnaissance sociale et le Mouvement des Sans Terre au Brésil : en quête de dignité

Paris, Academia/L’Harmattan, coll. « Antropologie prospective », 2014
Lenita Perrier
p. 181-185
Référence(s) :
Alexis Martig, La Reconnaissance sociale et le Mouvement des Sans Terre au Brésil : en quête de dignité, Paris, Academia/L’Harmattan, coll. « Antropologie prospective », 2014, 287 p.

Texte intégral

1En ce début de xxie siècle, les mouvements sociaux, à la fois localisés et globalisés, ont bouleversé et transformé les rapports géopolitiques entre les différents pays du monde. Au sein de ces changements globalisés et transnationaux, l’essor des gouvernements progressistes en Amérique latine a fini par dessiner le champ des luttes citoyennes contre les injustices sociales, raciales, ethniques, sexuelles, de genre, du droit à la terre et de la pleine citoyenneté, qui furent et qui continuent à être au cœur des mouvements sociaux. Jusque-là incapables de se libérer effectivement de la domination postcoloniale impérialiste, la plupart des mouvements sociaux ont su s’accorder avec les régimes politiques plus démocratiques et citoyens, afin de bousculer le jeu de forces et construire ainsi un agenda de lutte capable d’appréhender la construction du « sujet » brésilien et/ou latino-américain. Cela rejoint l’observation subtile du sociologue péruvien Anibal Quijano lorsqu’il affirme : « It is time, finally, to cease being what we are not » [Quijano, 2000, p. 574].

2Ce fil conducteur nous aide à situer l’ouvrage d’Alexis Martig. Ce travail, fruit de recherches menées sur le terrain brésilien, révèle la perspicacité et la grande proximité du chercheur à la réalité brésilienne d’aujourd’hui et d’hier. La culture, la vie sociale, les problématiques socio-économiques et la complexité des enjeux idéologiques et politiques sont rigoureusement examinées et mises en perspective avec les multiples facettes de l’histoire brésilienne. Le noyau dur de l’ouvrage se trouve dans la lutte et la quête de reconnaissance sociale et de dignité des travailleurs ruraux et des paysans du Mouvement des sans-terre (MST) pour la réforme agraire. Martig dévoile les nombreuses inégalités sociales fortement naturalisées, qui ont fait du Brésil l’un des pays le plus inégaux du monde. Son regard d’étranger est d’autant plus poignant que l’on ignore le plus souvent qu’un tel niveau d’inégalités n’est (hélas) pas un sujet d’indignation pour le pouvoir oligarque encore présent au Brésil.

3En s’appuyant sur ses travaux de recherche précédents sur les actions et la mémoire des luttes de mouvements messianiques ou de bandits d’honneur du Nordeste brésilien qui ont inspiré l’activisme citoyen du MST , Martig choisit de se concentrer sur les pratiques politiques, culturelles et sociales mises en scène par le MST, notamment à travers les activités artistiques de son secteur de la culture. Les choix méthodologiques et l’analyse des données rendent compte avec rigueur de la transversalité multidimensionnelle constitutive de l’expérience vécue et de la lutte politique et citoyenne de ce mouvement social brésilien au cours des années 2000, et au-delà.

  • 1 Les assentados sont les populations vivant dans les assentamentos, communautés de la réforme agrair (...)
  • 2 « Difficilement définissable, en tout cas sous une forme matérielle, la mística est présentée comme (...)

4Le corpus de la recherche est constitué d’un travail de terrain ethnographique mené pendant deux ans avec des entretiens réalisés auprès des leaders du mouvement, des assentados et des acampados1 ; des méthodes d’observation participante le complètent. L’auteur s’est également engagé auprès des membres du mouvement en participant aux activités liées à la musique, au théâtre et à la « mystique2 », qui est un des vecteurs importants de la lutte pour la réforme agraire. L’ambition est de donner corps à une anthropologie de la dignité appliquée au contexte de lutte sociale, jusqu’à présent absente des réflexions anthropologiques sur ce thème. Cette recherche s’inscrit dans le champ du sensible, de l’affectif, du vécu des sujets et par conséquent de leur reconnaissance sociale. Martig construit une problématique qui permet de saisir les rapports sociaux de domination qui ont historiquement assujetti les travailleurs ruraux pauvres et libres au Brésil, à travers ce qu’il qualifie de « déni de dignité » (p. 24). En se distanciant des perspectives humanitaristes des droits de l’homme, Martig propose l’analyse des discours et des pratiques sociales comme fil conducteur de ses investigations empiriques sur les processus de la reconnaissance sociale. Il élabore alors une brève et riche discussion théorique sur l’état des lieux des principales contributions philosophiques portant sur la dignité et la reconnaissance sociale.

  • 3 « Dans sa lutte contre l’hégémonie culturelle et l’industrie culturelle, le Secteur de Culture a pr (...)
  • 4 « Je suis Sans Terre, je suis pauvre, je suis noir, je suis la révolution… » (p. 187 et 247).

5L’auteur étudie la cohérence entre la pratique discursive et les limites de l’action politique militante du mouvement. Il dévoile le temps et les espaces historiques, socio-économiques et politiques qui ont transformé le monde rural au Brésil. En suivant et en participant aux actions politiques, pédagogiques et éducationnelles du MST, il explore les récits élaborés par la « mystique militante » que ce mouvement social se propose de construire et qui sont les points d’appui pour exprimer la quête de confiance en soi, le respect de soi et de l’estime de soi [Honneth, 2002]. Le Brésil profond, les territoires de ceux qui n’ont pas eu le droit de propriété sur les terres qu’ils travaillent, ceux qui se sont vus abandonnés et exclus du processus capitaliste et politique qui a suivi l’abolition de l’esclavage en 1888 et la construction du Brésil moderne du xxe siècle, apparaissent sous la plume de Martig comme des voix d’extrême détresse : comme ceux qui ne comptent pas, au sens de ce que Spivak définit comme étant des voix oubliées de la subalternité [Spivak, 1988]. Cette population qui est, encore de nos jours, stigmatisée et représentée comme étant des « bons à rien », des « laissés pour compte » d’un système capitaliste, oligarque et autoritaire, ne manque néanmoins pas de défier le système inégalitaire d’exclusion sociale. Elle montre la force des luttes sociales et politiques qui ont marqué, malgré tout, les avancées et les conquêtes tout au long de l’histoire du MST. L’un des refrains d’une chanson du mouvement souligne la portée politique, sociale et raciale de l’expérience esthétique3 des sans-terre : « Sou Sem Terra, sou pobre, sou negrão, sou revolução »4.

  • 5 « La culture des valeurs “Sans Terre” a conduit le MST à développer une véritable “esthétique Sans (...)

6L’État-nation brésilien, du fait du déchirement d’un pays qui est aujourd’hui, paradoxalement, la 8e économie mondiale, ne peut plus ignorer l’urgence des politiques publiques de redistribution des terres et de toute sa richesse économique au bénéfice des travailleurs et des groupes sociaux et ethno-raciaux les plus exclus des droits et de la reconnaissance sociale essentielle à leur pleine citoyenneté. C’est dans ce contexte que Martig réussit à décrire de façon remarquable les points forts, mais aussi les faiblesses de ce mouvement porteur d’une lutte qui associe des positionnements sociopolitiques et la (re)construction du sujet citoyen. Il montre comment la population rurale, les paysans, n’a pas forcément une culture d’origine suffisamment visible dans l’espace/temps multiculturel brésilien5. C’est une population fortement métissée (Índios, Noirs, Blancs, pardos, caboclos), qui s’accroche stoïquement à (re)construire leur culture caipira, car dans un pays qui se veut (se voit) comme « Blanc et Européen », être pauvre et de couleur mate ou foncée est encore source de discriminations.

7Avec brio et une bonne dose de sensibilité, Martig dévoile l’essence même des problèmes longtemps éludés par la dépendance eurocentrée/occidentale du continent latino-américain depuis la découverte du Nouveau Monde au début du xvie siècle et la mise en place du système esclavagiste. L’auteur se propose de récupérer et reconstruire les mémoires, les histoires et les récits dispersés au cours du temps des luttes perdues. Il souligne le renouveau et la prise de conscience nécessaire pour que la reconfiguration des identités paysannes puisse se réaliser et compter au sein du corps matériel, symbolique et citoyen de la nation brésilienne. Martig souligne la façon dont les travailleurs brésiliens continuent à être la force d’un pays qui, par sa grande créativité et sa singulière trajectoire, se voit obligé à (re)définir selon la proposition d’Anibal Quijano la subjectivité des sujets citoyens multiples, afin qu’ils puissent enfin devenir et être représentés par ce qu’ils sont : des Brésiliens noirs, des Afro-Brésiliens, des paysans, des Blancs, des Indiens, des Métis, enfin, des travailleurs ruraux sans-terre.

8Finalement, en saisissant avec justesse le déclassement social du MST, Martig met en évidence la subalternité construite dans les rapports historiques de force et de domination constitutifs de la société brésilienne. Deux questionnements centraux s’ouvrent alors. D’une part, autour de l’identité du MST en tant que groupe exclu des droits sociaux et citoyens de la nation brésilienne, quelle place pour cet « autre » au sein du « nous » national ? Il y a, d’autre part, la notion fourre-tout de la « cordialité brésilienne » [Holanda, 1988 ; Martig, 2014, p. 79] : quelle lecture, à l’heure actuelle, des rapports sociaux de domination issus du système patriarcal du monde rural ? Sur ces deux thématiques, chères à la construction de l’identité de la nation brésilienne, les choix analytiques de Martig soulignent le besoin d’une investigation capable de rendre compte des changements opérés par le sujet subalternisé. En ce sens, cet ouvrage ouvre la voie vers l’étude des idéologies dominantes autour des quelques mythes nationaux brésiliens encore à déconstruire.

Haut de page

Bibliographie

Holanda Sérgio Buarque de, Racines du Brésil, Paris, Gallimard/Unesco, 1988.

Honneth Axel, La Lutte pour la reconnaissance, Paris, Les Éditions du Cerf, 2002.

Quijano Anibal, « Coloniality of Power, Eurocentrism and Latin America », Nepantla: Views from South, Duke University Press, 2000, p. 533-580.

Spivak Gayatri Chakrovorty, « Can the Subaltern Speak? », in Cary Nelson et Lawrence Grossberg, Marxism and the Interpretation of Culture, Basingstoke, Macmillan Education, 1988, p. 271-313.

Haut de page

Notes

1 Les assentados sont les populations vivant dans les assentamentos, communautés de la réforme agraire. Les acampados sont les populations vivant dans les campements du MST. « Une fois les terres redistribuées, les acampamentos se transforment alors en assentamentos, soit des communautés de la réforme agraire » (p. 110).

2 « Difficilement définissable, en tout cas sous une forme matérielle, la mística est présentée comme l’énergie de la lutte, et en référence au théologien Leonardo Boff comme “l’attitude devant le mystère” » (p. 145).

3 « Dans sa lutte contre l’hégémonie culturelle et l’industrie culturelle, le Secteur de Culture a progressivement privilégié les activités théâtrales comme une technique, un langage et une forme ; le théâtre est le langage le plus mobilisé pour réaliser les objectifs politiques du MST » (p. 219-220).

4 « Je suis Sans Terre, je suis pauvre, je suis noir, je suis la révolution… » (p. 187 et 247).

5 « La culture des valeurs “Sans Terre” a conduit le MST à développer une véritable “esthétique Sans Terre” constituée de symboles et d’une mémoire propres jouant un rôle central dans la mobilisation collective des militants. Les symboles du mouvement sont, de manière non exhaustive : les casquettes, les T-shirts, le drapeau, l’hymne du MST, les mots d’ordre de tradition léniniste, l’internationale socialiste et les outils typiques du travailleur rural ; foice, facão e enxada… » (p. 257).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lenita Perrier, « Alexis Martig, La Reconnaissance sociale et le Mouvement des Sans Terre au Brésil : en quête de dignité », Cahiers des Amériques latines, 84 | 2017, 181-185.

Référence électronique

Lenita Perrier, « Alexis Martig, La Reconnaissance sociale et le Mouvement des Sans Terre au Brésil : en quête de dignité », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 84 | 2017, mis en ligne le 16 mai 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://cal.revues.org/4561

Haut de page

Auteur

Lenita Perrier

EHESS,groupe de recherche FIRA

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org