Navigation – Plan du site
Lectures

Bernard Tallet et Antonine Ribardière, Atlas Mexico

Paris, Autrement, coll. « Atlas Mégalopoles », 2011, 88 p.
Claude Bataillon
p. 240-241
Référence(s) :
Bernard Tallet et Antonine Ribardière, Atlas Mexico, Paris, Autrement, coll. « Atlas Mégalopoles », 2011, 88 p.

Texte intégral

1Après la publication de très nombreux atlas essentiellement thématiques, les éditions Autrement ont lancé une nouvelle collection consacrée aux mégalopoles dans laquelle sont déjà parus des volumes consacrés à Shanghai, New York et Moscou. Ces ouvrages cherchent à encadrer par un passé et par un avenir une vision de la ville à trois échelles : sa place dans le monde d’une part, son fonctionnement interne d’autre part, son expansion à l’échelle d’une région urbaine enfin. La qualité de la cartographie de cet atlas de Mexico est bien sûr liée à un dessin bien maîtrisé, mais plus encore à un jeu d’échelles différentes sur une même page assorti à une iconographie souvent loin des poncifs. Et parmi les poncifs attendus, celui de la croissance « galopante » est bien évité : cette métropole « stagne » en effet depuis près de 20 ans.

2Le monde de la ville de Mexico, c’est avant tout son rapport aux États-Unis et au territoire national mexicain, mais aussi son insertion dans l’économie et dans la technologie globalisées : sur ce point, les pages de cet atlas sont classiques et parlantes. La présentation du grand Mexico à l’échelle régionale manquait depuis longtemps (au moins depuis les années 1980) alors que c’est précisément à ce niveau que les changements ont été rapides et spectaculaires ; ils sont ici utilement et précisément montrés (dynamiques démographiques, systèmes de transports, nouvelles donnes politiques en situation récente de concurrence électorale).

  • 1 . Voir notamment Emilio Duhau, Angela Giglia, Las reglas del desorden. Habitar la metrópoli, Méxi (...)

3En ce qui concerne le fonctionnement interne de la ville, les études récentes menées par des sociologues ou des urbanistes s’attachaient principalement aux relations entre le bâti et les modes de vie des habitants1. Sans négliger cet aspect essentiel, cet atlas insiste aussi sur les transports, la gestion de l’eau ou la vie quotidienne. Il reste en revanche allusif sur le problème de la sécurité des personnes qui, depuis 1994, est devenu stratégique. Étant donné la qualité de certaines annexes (notamment les choix de textes), on regrettera également le manque d’une filmographie. Et on posera à cet atlas – comme à ses frères « mégalopolitains » - une question préalable : dans ce grand Mexico que nul ne peut délimiter, qui se sent membre de cet ensemble qui n’a pas plus de nom que ses habitants ? Afin de répondre à cette question, souhaitons à cette collection de nous montrer prochainement les Paulistas, les Cariocas, les Porteños ou les Limeños.

Haut de page

Notes

1 . Voir notamment Emilio Duhau, Angela Giglia, Las reglas del desorden. Habitar la metrópoli, México, Siglo XXI, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Bataillon, « Bernard Tallet et Antonine Ribardière, Atlas Mexico », Cahiers des Amériques latines, 67 | 2011, 240-241.

Référence électronique

Claude Bataillon, « Bernard Tallet et Antonine Ribardière, Atlas Mexico », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 67 | 2011, mis en ligne le 15 mai 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/454

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org