Navigation – Plan du site
Dossier. Cuba : les temporalités et tensions du changement

Métamorphoses des pratiques professionnelles à Cuba : une perspective ethnographique

Metamorfosis de las prácticas laborales en la Cuba contemporánea: una perspectiva etnográfica
The metamorphosis of work practices in contemporary Cuba: an ethnographic perspective
Concetta Russo
Traduction de Quentin Molinier
p. 107-124

Résumés

Cet article vise à étudier la métamorphose de l’idée et des pratiques du travail qui ont maintenant lieu à Cuba, en prenant en considération deux niveaux de subjectivité et en suggérant également d’envisager un troisième niveau. Le premier présente la façon dont deux personnes que j’ai interrogées ont façonné leurs identités de cuentapropistas, en s’éloignant de leur travail formel et informel. Je considère que le travail informel a contribué à un changement d’idéologie, que ce soit par rapport au travail ou aux besoins individuels et collectifs. Le deuxième niveau de subjectivité traite des efforts des citoyens cubains dans l’élaboration de nouvelles pratiques de citoyenneté à partir des analyses de l’impact du phénomène des cuentapropistas sur les nouvelles formes de conscience et de participation politique et sociale. Enfin, le troisième que j’intégrerai dans ma réflexion sera le mien, considérant comment l’effort de réflexion sur la représentation de moi-même sur le terrain m’a permis de ne pas seulement prendre en compte ma propre vulnérabilité, selon la définition de Behar de ce concept.

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 29 septembre 2016, accepté le 28 février 2017.

Texte intégral

1Cet article vise à étudier la métamorphose actuellement en cours à Cuba de l’idée et des pratiques de travail. À cette fin, je considérerai deux niveaux de subjectivité et en envisagerai un troisième. Le premier niveau est celui de la construction de l’identité de cuentapropistas (travailleurs indépendants) de deux personnes que j’ai interrogées, par une prise de distance avec leurs anciens emplois formels et informels. Je défends ici l’idée que le travail informel a favorisé un tournant dans l’appréhension conceptuelle du travail et des besoins individuels et collectifs. Le deuxième niveau de subjectivité traite quant à lui des efforts des citoyens cubains pour élaborer de nouvelles pratiques de citoyenneté. Dans les faits, les Cubains sont traditionnellement perçus par la littérature consacrée comme de simples « objets » de la politique ou, au mieux, comme des individus impliqués dans une société civile faible [Brotherton, 2009 ; Leiva, 2007 ; Romero et Capote González, 1998]. À partir des analyses susmentionnées, je montrerai que le phénomène des cuentapropistas a un impact sur les nouvelles formes de conscience et de participation politique et sociale.

2Enfin, le troisième niveau de subjectivité que j’intégrerai à ma réflexion sera celui de ma propre subjectivité : l’effort de réflexion qui m’a conduit à me représenter moi-même sur le terrain m’a permis d’apprécier ma propre vulnérabilité, selon la définition que Ruth Behar donne de ce concept. Elle soutient que la principale tâche de l’ethnographe est d’être un « observateur vulnérable », c’est-à-dire un chercheur profondément impliqué au plan émotionnel sur le terrain qui se doit d’établir des liens signifiants et empathiques avec ses interlocuteurs et qui conçoit le travail de terrain comme un processus critique, instructif et parfois douloureux [Behar, 1996]. La vulnérabilité de Behar se lit bien dans sa volonté de faire de son lieu de naissance – ses parents juifs cubains ayant émigré ensuite aux États-Unis – un terrain d’étude anthropologique. Ma propre vulnérabilité était plutôt liée à une sorte d’identification avec mes interlocuteurs. Comme beaucoup d’entre eux, j’ai été tiraillée entre mon désir de garder le travail pour lequel j’ai été formée et l’impératif de devoir « gagner ma vie » et payer mes factures grâce à d’autres boulots.

  • 1 Au cours de ce travail de terrain, j’ai mené 30 longs entretiens semi-directifs avec des travailleu (...)

3En explorant le marché du travail complexe à Cuba et ses métamorphoses, cet article entend offrir une contribution originale au débat actuel sur les marchés du travail postsocialistes ainsi qu’une compréhension élargie de la difficile question de la citoyenneté à Cuba de nos jours. À partir des données de terrain que j’ai recueillies au cours de six mois de travail ethnographique, entre 2012 et 2016, à La Havane et à Cienfuegos1 – terrain qui découlait lui-même de mon travail de doctorat à La Havane (14 mois entre 2007 et 2010) –, j’examine ici les différentes pratiques professionnelles cubaines du point de vue de la vie quotidienne des acteurs.

Être citoyen révolutionnaire : une approche historique de « l’État du peuple »

4L’État-nation cubain contemporain, au sens wébérien d’une « communauté de sentiments », est né en 1976 après qu’un référendum populaire a approuvé la Constitution définissant Cuba comme un « État ouvrier socialiste » où le peuple détient les moyens de production fondamentaux. Selon Fidel Castro, qui a dirigé l’Assemblée constituante, les travailleurs devaient s’engager moralement et concevoir leur emploi non pas comme une activité génératrice de revenus mais plutôt comme une contribution à l’« État du peuple » [Castro, 1969].

5Être citoyen cubain supposait donc d’embrasser l’ambitieux dessein de travailler au bien-être collectif, ce que traduit bien le dicton « Soy Cubano, soy popular » (« Je suis cubain, je suis du peuple »). Les citoyens devaient se fier à l’État pour garantir un tel projet et fournir une base matérielle pour de bonnes conditions de vie dans une société égalitaire (symbolisée, par exemple, par le système libreta, sorte de coupon mensuel donnant accès à des produits de première nécessité tels que des œufs, du poulet, du riz, du pain, des haricots, etc.), des soins de santé et l’école gratuits et, non moins important, un emploi public pour tous.

  • 2 Le concept de « période spéciale en temps de paix » renvoie à la grave crise économique qui a frapp (...)

6Quand le bloc soviétique communiste s’est effondré en 1989, Cuba a été privée du soutien économique de l’URSS et donc de la possibilité qu’elle avait eue jusqu’à présent de survivre malgré la pression de l’embargo des États-Unis, ce qui a engendré une période de pauvreté extrême pour l’île. « La période spéciale en temps de paix » (periodo especial en tiempo de paz, 1991-1994)2 a obligé le gouvernement à abandonner son système économique centralisé, dans lequel l’État était chargé de contrôler l’allocation des ressources. L’écart croissant entre le coût des denrées de première nécessité et les ressources garanties par l’État a conduit le gouvernement à introduire des réformes pour restaurer et stimuler le marché du travail.

  • 3 À la fin des années 1960, au moment où la soviétisation de la société cubaine a pris son essor, il (...)

7Le pacte moral noué entre les citoyens et le gouvernement sur le fondement d’une répartition égalitaire du bien-être a alors commencé à évoluer. Adopté en 1993, le décret 141 de la loi a renforcé et légitimé la possibilité de travailler indépendamment de l’État, pour la première fois depuis que la Constitution était entrée en vigueur en 19763. Pour « sauver la Révolution », l’école et les soins médicaux restaient cependant gratuits [Horowitz, 1995]. Les premières licences furent officiellement accordées de 1993 à 1998 : tous les emplois n’étaient pas éligibles au travail indépendant, seuls quelques-uns étaient concernés par la réforme comme les vendeurs de produits alimentaires, les chauffeurs de taxi, les charpentiers, les garagistes et les réparateurs de bicyclette, les artisans, coiffeurs, cordonniers et manucures [Phillips, 2007]. Les Cubains furent également autorisés à demander une licence pour transformer leur maison en casa particular (maison d’hôte), afin de louer des chambres aux touristes.

8Dans cet article, je décrirai ces réformes anciennes et plus récentes comme des outils de privatisation partielle du marché du travail, ayant conduit à ce que des professionnels (diplômés de l’université) puissent obtenir une licence de travailleur indépendant tout en étant interdits d’exercer leur profession dans le secteur privé. Un médecin par exemple peut théoriquement obtenir une licence de chauffeur de taxi mais ne peut pas ouvrir un cabinet médical privé.

Changements et défis dans la réglementation du marché du travail

9Les réformes réalisées dans les années 1990 furent présentées comme vitales pour parer à l’urgence nationale. Et de fait, le travail indépendant n’a plus été promu jusqu’au congrès du Parti communiste de Cuba (PCC) de 2011, quand suite à une vague de licenciements, de nouvelles licences furent officiellement accordées pour faire face au chômage.

  • 4 Selon le projet de directives, les sociétés coopératives étaient également autorisées et les entrep (...)

10Le projet intitulé « Directives pour la politique économique et sociale du Parti et de la Révolution » fut approuvé par le sixième congrès du Parti communiste de Cuba et publié le 17 avril 2011. Selon cette nouvelle réglementation, les petits entrepreneurs étaient pour la première fois autorisés à avoir des employés qui n’étaient pas des membres directs de leur famille, inaugurant une nouvelle catégorie de salariés privés. De surcroît, les citoyens cubains étaient désormais autorisés à vendre et acheter maisons et voitures4.

  • 5 Le texte du septième Congrès du PCC a fait l’objet d’une publication en ligne dans El Gramma le 20  (...)

11Le dernier congrès du PCC de 2016 fut l’occasion de rappeler que le socialisme cubain n’était pas mort mais qu’il avait besoin d’une « actualisation économique » pour continuer à fonctionner5. Force est toutefois de constater que de nombreux changements affectent et redéfinissent l’économie cubaine aujourd’hui, à commencer par les bases de la relation citoyen-État. Le pacte moral liant les citoyens à l’État dans leur commun effort de garantir une bonne vie au peuple, considérant l’emploi à la fois comme un droit et un devoir sacré, a commencé à s’effondrer dans les années 1990 et a pris un nouveau coup avec la récente réforme. Le salaire moyen, les quelques produits reçus par le système du libreta et les autres gratifications ne suffisent plus à garantir à la population les produits de première nécessité depuis la « période spéciale ». Aussi, le Cubain moyen doit-il cumuler un emploi légal et un emploi informel et générateur de revenus, notamment les employés des secteurs non productifs [Pearson, 1995] et dans les structures qui ne sont pas liées au tourisme (où, a contrario, il est possible de gagner de généreux pourboires). Le salaire moyen des professions libérales et intermédiaires (médecin, architecte, avocats, professeurs, ingénieurs) varie de 500 à 750 pesos, l’une des deux monnaies officielles, soit 20 à 30 CUC (pesos convertibles), l’autre monnaie d’une valeur égale au dollar américain. Pour bien apprécier le pouvoir d’achat offert par ce salaire moyen, il faut le comparer au prix d’un panier de produits communs : une bouteille de shampooing coûte en moyenne 2 CUC ; un litre de sauce tomate aussi ; quatre rouleaux de papier toilette coûtent 1 CUC ; les prix des fruits et légumes, du riz, du sucre et du pain sont maintenus bas.

12À l’aune de ces considérations, on peut interpréter la dernière réforme partielle du marché du travail comme une réponse institutionnelle au développement du travail informel. Pour « rester à flot », comme me le dit un de mes interlocuteurs, un très grand nombre de Cubains s’engagent dans le système complexe mais vital de la débrouille qui consiste à trouver un moyen de gagner de l’argent por la izquierda (avec la main gauche), tout en exprimant son intention de se soustraire aux politiques de l’État sans finalement s’y soustraire. Selon la définition de Morris et Polese, on peut considérer comme faisant partie de « l’économie informelle » toutes les pratiques de travail qui « résistent à l’officialisation ou à la réglementation venue d’en haut » [Morris et Polese, 2015, p. 2], c’est-à-dire toutes les pratiques professionnelles qui n’ont pas directement affaire à la réglementation d’État, que ce soit parce que les travailleurs n’ont pas de licences et/ou qu’ils ne paient pas d’impôts. À Cuba aujourd’hui, il existe de nombreux types d’emplois informels. Cela va de l’agriculteur qui ne déclare pas toute sa récolte pour en vendre une petite partie de son côté, au médecin qui coud des sacs et les vend à la maison ou au psychologue qui tient un salon de coiffure informel dans son jardin. Les Cubains définissent ce type d’emploi comme « informel » et beaucoup ont appris à voir leur vie comme divisée en deux parties : l’une dédiée à un emploi formel et l’autre à l’emploi informel.

« Il faut abandonner son travail pour vivre »

  • 6 J’ai rencontré Eloisa en achetant des souvenirs dans son magasin. Nous vons eu plusieurs conversati (...)

13« Hay que dejar la profesión por la vida », (« Il faut abandonner son travail pour vivre ») m’a dit un jour en larmes Eloisa, à la fin d’un long entretien qui avait commencé par une simple question : « Comment avez-vous débuté votre emploi actuel ? » C’était une après-midi humide de juillet, nous nous étions assises sur le pas de sa porte, la maison faisant aussi office de magasin6. Nous étions en 2012 et Eloisa avait alors 40 ans. Elle était propriétaire d’une petite échoppe de produits artisanaux avec son mari Javier. Elle fait partie de ces nombreux nouveaux cuentapropistas (travailleurs indépendants), ces citoyens cubains qui ont obtenu une licence pour travailler à leur compte grâce à la réforme de 2011. Comme nombre d’entre eux, elle avait commencé à travailler comme fonctionnaire juste après l’obtention de son diplôme, avant d’avoir un emploi informel pour parer à la crise économique des années 1990, pour finalement recevoir une licence de travailleur de droit privé :

  • 7 Entretien conduit à La Havane, le 14 juillet 2012.

« J’ai fait des études de bibliothécaire et j’ai beaucoup apprécié mon expérience universitaire. J’ai eu des professeurs extraordinaires qui m’ont transmis une approche scientifique de la discipline, les méthodes de recherche, mais aussi la façon de mieux interagir avec les gens… À l’époque, je faisais partie des UJC [Union Jóvenes Comunistas, l’Union des jeunes communistes], donc après mon diplôme, je suis allée travailler aux archives du comité central du PCC. J’adorais mon travail ! Je devais classer des informations, des événements, des journaux. Quand je me suis mariée et que j’ai eu mon premier enfant, il m’a été plus difficile d’aller au travail. Les transports publics étaient un désastre, les prix augmentaient et mon salaire n’était que de quelque 400 pesos par mois7. »

14Eloisa s’est battue pour garder son emploi mais les difficultés engendrées par son bas salaire, les mauvaises connexions dans les transports et sa maternité l’ont forcée à quitter son poste. Elle a bien essayé de retrouver un emploi dans la fonction publique mais, après quelques échecs, quelqu’un lui a suggéré de louer une partie de sa maison. C’était au début des années 2000, Cuba avait ouvert ses portes au tourisme international et les mesures prises par l’Unesco pour restaurer le vieux centre-ville avaient fait de la Calle Obispo (la rue Obispo) où résidait Eloisa, l’une des attractions touristiques les plus en vue de Havana Vieja (la vielle ville de La Havane).

15Sans autorisation légale, elle commença par transformer le salon de sa maison en un atelier d’artistes pour les peintres qui vendaient leurs œuvres aux touristes. Elle pouvait gagner entre 400 et 4 000 pesos (soit environ de 16 à 150 CUC). L’argent du loyer et d’autres emplois informels permirent à Eloisa et son mari de vivre pendant des années :

« Pour faire face à la misère, sachant que nous nous occupions à l’époque de trois petites filles et de mon père âgé, je cuisinais des croquettes que Javier vendait dans la rue, je préparais des salades à vendre en barquette… Ça ne me mettait pas à l’aise mais tout le monde avait un emploi informel à ce moment-là, c’était le seul moyen de survivre sans voler. C’était le seul choix sérieux que nous avions, un emploi de fonctionnaire ne paye pas assez pour élever trois enfants, leur donner une nourriture saine et des habits. Le système de santé est gratuit, c’est vrai, mais vous devez offrir des cadeaux au médecin, tout comme pour vous procurer des médicaments. »

16Fernández définit l’économie informelle comme l’un des plus redoutables adversaires de l’État socialiste [Fernández, 2000], allant même jusqu’à soutenir que si elle trahit incontestablement le socialisme, elle stimule aussi une certaine créativité émancipatoire chez les citoyens qui s’accommodent ainsi du régime socialiste.

17Ainsi, Eloisa et Javier, en subvenant aux besoins de leur famille par cet emploi informel ont-ils résisté, tout en s’y accommodant, au socialisme d’État de l’époque. Notons en outre que leur acceptation de l’économie informelle s’étendait bien au-delà de la seule façon dont ils « gagnaient leur vie », mais comprenait aussi l’acceptation d’autres « lieux communs informels », comme donner des cadeaux aux médecins pour payer leur travail de façon informelle ou se procurer des médicaments « importés de manière informelle » au marché noir.

18Durant mon travail de terrain de doctorat, de 2007 à 2010, je me suis intéressée aux pratiques de tous les jours d’un centre communautaire de santé mentale et j’ai pu observer le quotidien de plusieurs consultorios (cabinets médicaux). À cette époque, j’avais été frappée par la récurrence d’une question de la part des médecins prescripteurs : « Avez-vous des membres de votre famille ou des amis à l’étranger ? ». Au cours d’une consultation en mars 2009, un psychiatre demanda à sa patiente : « Avez-vous de la « familia al exterior » [la famille à l’étranger] ? ». La patiente acquiesçant, le psychiatre s’enquit ensuite du lieu exact où ils vivaient afin de lui communiquer le nom commercial du médicament. La patiente répondit qu’elle avait « une sœur aux États-Unis et un cousin en Espagne ». Et le psychiatre d’insister : « Dites-moi duquel vous êtes le plus proche ; le médicament est très cher, vous devez vous adresser à une personne qui tient beaucoup à vous et qui a une bonne situation financière. » La patiente fit mine de réfléchir un instant, puis répondit qu’elle s’adresserait à son cousin.

19J’ai rapporté cet échange pour bien montrer que la question de l’obtention de médicaments par des canaux informels était si familière et perçue comme « un lieu commun informel » (informal truth), qu’elle était non seulement un passage obligé de la consultation médicale mais aussi un moyen pour les médecins cubains de parfaire leurs connaissances pharmaceutiques en apprenant les noms commerciaux des médicaments dans beaucoup de pays.

20Ainsi, en mobilisant l’expression « lieu commun informel », je veux souligner le fait que l’informalité a façonné les pratiques quotidiennes des Cubains depuis si longtemps qu’elle a dépassé le seul moyen fonctionnel de répondre aux besoins de la population et est devenue un système complexe d’habitus sociaux qui dessine, comme le soutient Bourdieu, une palette de possibilités et de contraintes pour les acteurs sociaux [Bourdieu, 1997]. Mais comment ces habitus sociaux, et plus généralement, l’infrastructure du travail affectent-ils « l’ensemble des modes de perception, de sensibilité, de pensée, de désir, de peur » et tout ce qui entre dans la définition que donne Ortner de la subjectivité [Ortner, 2005, p. 31] ?

Une anthropologue du « temps non long » au travail : notes sur ma subjectivité

21Eloisa décrivait le travail informel comme une source de désagréments et d’insécurité. Elle se sentait mal à l’aise en raison du nombre d’étrangers qu’elle devait accueillir chez elle, ce sont ses propres mots. Et elle avait un sentiment d’insécurité lié au caractère « instable » de son travail informel :

« C’était la seule vraie alternative à beaucoup de choses, ça m’a aidé à vivre, mais ce n’était pas bien. Je louais mon rez-de-chaussée à des étrangers, ce qui n’était pas du tout légal. Nous n’avions aucune autorisation, ce n’était pas pérenne. »

22Aussi, quand la nouvelle réforme leur a offert la possibilité d’obtenir une licence de travailleur indépendant, Eloisa et Javier ont décidé de la demander pour vendre des objets artisanaux et ouvrir une petite échoppe au rez-de-chaussée de leur maison. Commentant cette décision, seule manière selon elle d’échapper à leur instabilité de l’époque, Eloisa me dit : « Je ne suis pas heureuse, je serai plus heureuse dans une bibliothèque à me cultiver ; mais je sais que ma vie n’est pas finie. La vie est ainsi faite, comme vous le savez, il faut faire des choix. » Puis elle fondit en larmes. Pour bien comprendre le discours d’Eloisa sur sa situation professionnelle malheureuse et l’impact que ses mots eurent sur moi, en tant que chercheuse de terrain et, évidemment, en tant qu’être humain, il me faut revenir au problème susmentionné de la subjectivité.

23Dans The Corrosion of Character: the Personal Consequences of Work in the New Capitalism (non traduit en français), Richard Senett discute du profond effet que la posture professionnelle du « temps non long » peut avoir sur la conscience de soi des individus et plus généralement de la société. Senett mobilise comme cas d’étude d’anciens salariés d’IBM, un publicitaire ayant choisi de quitter son travail pour de multiples raisons et un groupe de boulangers amateurs en reconversion. Il soutient que sous le « régime de la flexibilité », un régime de travail ordinaire dans le monde contemporain, la production des subjectivités s’accompagne spectaculairement de l’émergence de nouvelles formes d’anxiété [Senett, 1998]. Ces nouvelles anxiétés semblent profondément liées au sentiment d’inefficience qui frappe les individus en proie à l’incertitude et à la perte du sens de leurs actes.

24Partant des réflexions de Senett sur les sujets précaires et flexibles, Sherry Ortner décrit comme un objectif crucial des sciences humaines de comprendre la « subjectivité dans ses relations (mouvantes) aux formes du pouvoir, et notamment […] aux formes discrètes du pouvoir qui saturent la vie quotidienne d’expériences temporelles, spatiales et professionnelles » [Ortner, 2005, p. 46]. Ces mêmes formes de pouvoir qui façonnent nos structures sensibles de sujets et qui interfèrent activement dans nos tentatives d’agir sur le monde, même quand c’est nous qui sommes mus en lui.

25Ajoutons que le concept de subjectivité soulève une multitude de problèmes d’ordre méthodologique pour l’anthropologie critique. Durant la phase de rédaction de ce travail, j’ai eu besoin d’analyser les formes culturelles et sociales à l’origine des subjectivités de mes interlocuteurs, ce qui impliquait de rester attentive à ma propre subjectivité, pendant et après le travail de terrain, ainsi qu’à la façon dont elle contribuait à définir à la fois les angles de mon sujet de recherche et la signification des propos de mes interlocuteurs. Comme le demande Geertz rhétoriquement : « Quels sont les scientifiques dont la principale technique est la sociabilité et le premier instrument eux-mêmes ? » [Geertz, 2000, p. 94]. En tenant compte de ce caractère instrumental de l’ipséité, on peut se demander comment notre propre vulnérabilité interfère activement dans ce genre d’enquête. Si le but à atteindre est de dépasser une « prose chargée » et remplie de « jolies théories » – selon les mots de Geertz –, comment présenter un écrit honnête à partir d’un ensemble complexe de perceptions, de faits, de fictions, de sentiments et de frustrations ? Ma démarche personnelle consiste ici à relever ce défi en exposant ma propre vulnérabilité, sur le terrain comme dans la rédaction et en essayant de la faire dialoguer avec le regard que portent mes interlocuteurs sur leur subjectivité.

26Quand Eloisa m’a parlé de ses changements de travail, de fonctionnaire à travailleuse informelle puis indépendante, elle a insisté sur le manque d’agentivité qu’elle ressentait dans son choix. Elle avait le sentiment qu’elle ne pourrait pas nourrir ses filles sinon, qu’elle « devait » abandonner sa carrière de bibliothécaire et de chercheuse pour faire face à une « vie incomplète ». Ce manque d’agentivité, soit l’incapacité d’individus à façonner leur propre vie, à gérer et résister aux contraintes physiques, normatives et structurelles grâce à leur créativité personnelle [Ortner, 2005], m’apparaît aujourd’hui plus clairement que je n’étais prête à l’admettre du temps où j’ai mené ces entretiens.

27À ce moment-là, j’étais et suis toujours une anthropologue du « temps non long ». J’ai soutenu ma thèse de doctorat en mai 2011. Depuis, j’ai dû me confronter, comme nombre de mes collègues italiens, à un marché précaire de l’emploi, ce qui m’a conduite à accepter plusieurs emplois pour lesquels je n’ai pas été formée. À l’instar d’Eloisa, j’ai expérimenté un manque d’agentivité et me suis trouvée en proie à une profonde frustration de fournir de gros efforts pour ma carrière sans arriver à en vivre. Comme Senett le note lui-même, le mot « carrière » renvoie à un parcours long et cohérent qui va du stage à l’emploi. À l’inverse, le terme « job » désigne un engagement professionnel plus fragmenté, « un bout d’emploi » à effectuer [Senett, 1998, p. 9]. Ma propre vulnérabilité durant ce travail de terrain s’est surtout exprimée à travers mes réponses émotionnelles au manque d’agentivité que j’éprouvais et, a fortiori, à celui que me décrivaient mes interlocuteurs – à savoir, le fait de passer d’une situation où l’on a une carrière à la situation où l’on enchaîne des jobs. Situation qui est si bien résumée par Eloisa lorsqu’elle déclare lapidairement : « Hay que dejar la profesión por la vida » (« Il faut abandonner son travail pour vivre »).

  • 8 Ce troisième niveau de subjectivité mériterait une réflexion plus approfondie, que je développerai (...)

28Orienter mon travail de terrain sur le marché de l’emploi cubain m’a fait me sentir plus proche de mon objet de recherche que je ne l’avais escompté. Aussi la rédaction m’a-t-elle conduite à analyser plus en détail mon combat personnel pour résister à ma tendance à m’identifier à mes interlocuteurs sans renoncer pour autant à considérer le rôle de ma subjectivité dans la construction de mon travail de terrain. En effet, si la nature du problème retenu par un chercheur comme son sujet d’étude reflète incontestablement ses intentions théoriques et ses présupposés idéologiques [Ellen, 1984], il n’est pas moins vrai que ces intentions et ces présupposés sont toujours instruits des expériences personnelles et des sentiments de ce chercheur. À cet égard, j’ai été amenée à considérer ma position d’anthropologue du « temps non long » comme ma vulnérabilité centrale dans la rencontre ethnographique et aussi comme le nœud gordien de mon processus d’écriture8.

La pirámide invertida (« la pyramide inversée »)

  • 9 L’Unión Geólogo Minera (« l’union géologique minière ») est l’agence publique cubaine en charge de (...)
  • 10 Le fait de pouvoir voyager à l’étranger faisait l’objet d’une forte aspiration symbolique et matéri (...)

29Luis a 55 ans, il est diplômé en mathématiques. Après sa licence, il a fait un master en administration des affaires (MBA) et est devenu, en 1994, le directeur de l’entreprise publique cubaine Unión Geólogo Minera9, qui fait partie du Minbas, le ministère cubain des industries de base. Étant un officiel de haut rang, il profitait de certains avantages du ministère comme un téléphone portable payé par l’entreprise, une voiture moderne, un salaire d’environ 70 CUC plutôt confortable pour la moyenne cubaine et la possibilité de se rendre à l’étranger pour le travail10.

30Malgré cela, Luis décida de quitter son poste et de prendre un emploi dans le secteur privé après vingt ans passés au service du gouvernement. Il obtint une licence pour gérer une maison d’hôte casa particular et renonça à tous ses avantages. S’expliquant sur ce choix, il me dit :

  • 11 Entretien réalisé à La Havane le 5 juillet 2012. J’ai rencontré Luis car il était un de mes voisins (...)

« Un homme qui s’approche de la vieillesse et qui n’est pas capable de subvenir aux besoins de sa famille, c’est un grave problème ; ma décision repose sur des motifs économiques. J’aimais ce que je faisais et j’étais plutôt doué pour ça, mais il n’est pas juste de rester là les bras croisés à attendre l’heure de la retraite et que vos fils soient confrontés à votre place aux conséquences de vos actes11. »

  • 12 Comme je le notais en introduction de cet article, toutes les professions ne sont pas éligibles au (...)

31Luis avait une très bonne situation professionnelle, son salaire était supérieur à la moyenne et il bénéficiait de nombreux avantages. Mais après la réforme de 2011 et l’augmentation des prix qui s’est ensuivie, même les émoluments de Luis ne suffisaient plus pour vivre. Sa fille aînée faisait médecine à l’université, sa cadette était au lycée et sa femme avait un très bas salaire, il a donc « dû pourvoir aux besoins de sa famille ». En raison de la privatisation partielle du marché cubain du travail, Luis ne put garder son travail dans le secteur privé12 et décida de tirer parti de l’émigration d’un ami pour lui louer sa maison et la transformer en maison d’hôte avec sa femme.

32De fait, la libéralisation officielle quoique partielle du marché du travail et l’admission de capitaux étrangers qui ont toutes deux débuté avec l’ouverture au tourisme international [Brotherton, 2009], ainsi que l’émergence corrélative d’un marché de niche en dollars ont accru les différences économiques entre ceux qui peuvent travailler en indépendants et avoir facilement accès aux CUC et ceux qui ne le peuvent pas.

33Demandant à Luis s’il se verrait un jour travailler de nouveau pour l’État, je me suis vu répondre : « J’y retournerai si dans ce pays la pyramide inversée se normalise. » Par « pyramide inversée », Luis voulait dire la chose suivante :

« Un chauffeur de taxi gagne beaucoup plus à Cuba qu’un chirurgien, un serveur bien davantage qu’un haut fonctionnaire. Je gagne bien plus en louant des chambres aux touristes qu’avant quand je croulais sous le poids des responsabilités en tant que directeur d’une entreprise sous tutelle du ministère. »

34Comme Luis le souligne lui-même, la privatisation partielle du marché du travail a engendré (ou du moins renforcé) un paradoxe : de nombreux professionnels ont quitté leur emploi pour trouver une activité plus lucrative et se sont retrouvés à travailler comme serveurs ou comme chauffeurs de taxi pour avoir un meilleur salaire et améliorer leurs conditions de vie. En utilisant les termes de « situation paradoxale » ou ceux de Luis sur « la pyramide inversée », je veux dire qu’après la seconde révolution industrielle, les cadres ont été assimilés à « la classe moyenne instruite » ayant accès à des postes importants et rémunérateurs sur le marché du travail mondial [Kocka, 2003]. Le concept de classe moyenne semble réapparaître dans le marché du travail contemporain à Cuba, pour la première fois depuis que le triomphe de la révolution castriste l’avait aboli. Cependant, il décrit une catégorie de travailleurs très différente de la définition qu’on en donne en Europe. En fait, l’une des questions les plus récurrentes que m’ont posée mes interlocuteurs cubains et cadres était la suivante : « Combien je pourrais gagner en exerçant ma profession dans votre pays ? » Les nouvelles directives (Lineamientos) ont légitimé la juxtaposition de deux systèmes de valeurs concurrents : un système axé sur les devoirs du citoyen et fondé sur l’égalitarisme radical vécu par les professionnels (les fonctionnaires) et s’appuyant sur le choix individuel et l’accomplissement personnel des cuentapropistas. J’affirmerai ici que le mécontentement et le sentiment de désaffection à l’endroit du projet socialiste cubain sont dus aux tergiversations de l’État plus qu’à l’organisation socialiste elle-même [Russo, 2013].

De la « consommation frustrée » au « capitalisme du millénaire » : se débarrasser du Liborio

35Après avoir échangé avec Luis sur son choix de quitter la fonction publique, je lui demandai ce qu’il pensait des nouvelles directives (Lineamientos) et des transformations à l’œuvre dans le marché du travail cubain :

« Cela fait longtemps et beaucoup de choses sont arrivées, beaucoup de gâchis pour rien. J’ignore s’ils se sont rendu compte trop tard qu’il fallait dégrossir l’État, notamment dans le domaine des services publics. Cette étape favorise la montée en gamme qualitative de n’importe quel domaine, elle devient un vrai stimulant pour améliorer les choses et progresser. La concurrence vous pousse à agir dans quelque domaine que ce soi, l’agriculture, l’alimentation ou le niveau de revenu. Il n’y a qu’en développant des activités procurant plus de satisfaction que l’on peut bâtir la confiance et la crédibilité. C’est un peu comme révéler ce qui était là sans être utilisé. C’est très curieux : une personne devrait préparer et faire son travail consciencieusement, mais tu ne le fais vraiment que quand tu passes, comme je l’ai fait, dans le secteur privé. Tu dois te jeter à corps perdu dans le travail, laisser s’activer ce qui en toi hibernait jusqu’alors, parce que sinon tu perds tout, ta mise et même ta chemise. Ce n’est pas le Liborio qui va payer, et ne te fais pas d’illusions sur l’identité du perdant dans cette affaire, c’est toi, toi qui mets la main à la poche, et toi qui payes des intérêts, t’es foutu ! »

36J’ai souhaité retranscrire ce long passage de mon entretien avec Luis car il décrit bien à mon sens le changement d’idéologie qui sous-tend le choix de travailler dans le privé. Alors que ce choix de prendre un travail informel pourrait être considéré comme relevant de ce que Pertierra nomme « la consommation frustrée », soit une lutte quotidienne pour se procurer des biens difficiles à trouver sur le marché en pesos mais que l’on peut trouver dans le « chopin », translittération cubaine du mot shopping qui renvoie aux magasins où l’on paye en dollars [Pertierra, 2011], il semble qu’il en va là en réalité d’une posture plus complexe vis-à-vis du système économique.

37Pour reprendre les mots de Luis, la meilleure solution pour améliorer les performances de l’économie sociale serait de permettre aux entreprises privées de prendre le contrôle en limitant les réglementations étatiques. Luis estime que la privatisation du marché du travail est le seul moyen de donner envie aux individus de travailler au maximum de leurs possibilités et de rendre aux citoyens le sens perdu des responsabilités. Pour l’illustrer, il utilise la métaphore du Liborio, un personnage de fiction qui symbolise le peuple et le manque de responsabilité personnelle : « Esto lo paga Liborio » (« Ce sera payé par le Liborio ») qui signifie peu ou prou que « les gens ordinaires paieront le prix ». Dans l’esprit de Luis, le fantôme du « capitalisme du millénaire » hante la privatisation partielle du marché du travail cubain : « un capitalisme qui se présente lui-même comme un gospel salvateur, un capitalisme qui peut, s’il est bien introduit, transformer entièrement l’univers des marginalisés et des déclassés » [Comaroff et Comaroff, 2001, p. 303]. Mes derniers travaux de terrain m’inclinent à penser que la promesse d’un capitalisme partiel et réglementé par l’État ne permet pas, pour l’heure, d’envisager de changement politique important. En effet, il semble réduire l’opportunité pour les citoyens engagés dans un individualisme économique inconnu de jeter les bases d’un développement des droits démocratiques. L’écart se creusant entre les intérêts du public et du privé sous l’effet de la privatisation partielle du travail, le grand « nous » de la Révolution, le pueblo unido (le peuple uni) d’Ernesto Che Guevara, ne peut plus incarner le sujet transcendantal, ce qui conduit à l’émergence d’une pluralité de « moi » [Holloway, 2002] déconnectés de la source traditionnelle du sentiment moral.

38Avec la notion de pluralité de « moi », je défends l’idée que les cuentapropistas ne s’apparentent ni à un groupe s’articulant autour d’une volonté collective ni à une classe au sens politique du terme. Toutefois, ils ont mis un pied hors de l’économie planifiée et commencé à défier les normes sociales et juridiques.

39Alors que je demandais à Luis s’il était satisfait de ses nouvelles conditions de travail, celui-ci me rétorqua :

« Je viens juste de commencer, c’est trop tôt pour dire si ça marchera ; mais je vous dirais que les changements dans ma maison, à ma table, dans ma vie, sont significatifs. Ce n’est pas tant le travail, j’ai toujours travaillé comme un chien. Tout ce temps passé au travail et toute cette abnégation, pas de temps, ni repos ni week-end. Maintenant non plus, mais mes revenus ne sont plus les mêmes… Je vois l’argent, je le touche ; ce que je gagne dépend de ce que je suis capable de faire ou pas. Cela donne de la valeur à ce que je fais… Bien entendu, ce peut être rageant de savoir qu’on peut mieux faire, être plus professionnel je veux dire […], mais laissez-moi vous dire que j’apprends lentement mais sûrement à donner le meilleur de moi-même. J’ai beaucoup appris en jouant à un nouveau jeu, les échecs, pour gagner on ne peut se retirer ou faire ce que j’ai toujours fait mais selon mes propres règles. »

40Ces propos démontrent bien que sa décision de prendre un emploi dans le privé n’a pas seulement changé son rapport à la consommation – ce à quoi il se réfère quand il parle des changements à sa table (mesa), soit une amélioration générale du régime alimentaire de la famille –, ça a aussi transformé son rapport au travail. D’un côté, il avait l’impression de retrouver le sens de ses actes (son agentivité) : « le produit de mon travail est pour moi […] et ne dépend que de moi ». Mais de l’autre, son agentivité retrouvée lui apparaissait encore limitée par l’interdiction d’exercer son métier dans le privé. Comme Eloisa, pour qui le passage de la « carrière » aux « jobs » s’était révélé un « choix malheureux », Luis a eu recours pour exprimer ses sentiments à l’expression « duele » (« ça fait mal ») ; mais il a aussi affirmé à la fin de l’entretien qu’il voulait « gagner la partie » et le faire « selon ses propres règles ».

41Si, à l’instar de Giddens, on considère les acteurs sociaux comme des « sujets partiellement savants » [Giddens, 1979], on peut dès lors analyser les dires d’Eloisa et Luis en termes d’exercice personnel pour se faire sujets à travers une renégociation de leur mode de participation au marché du travail et, plus largement, à la société cubaine. Ainsi, en quittant leurs emplois publics et en s’essayant à l’emploi privé, tous deux incarnent « la tension croissante entre le passé socialiste et l’avenir incertain de Cuba » [Phillips, 2007, p. 312].

Conclusion

42Dans cet article, j’ai assimilé le passage qui consiste à abandonner son emploi informel pour devenir cuentapropista, tentative des sujets de gagner en efficience. Au cours des trente dernières années, l’économie informelle s’est révélée un moyen efficace pour subvenir aux besoins de la population et a joué le rôle de soupape de sécurité face à la pression sociale. Elle a également contribué à légitimer l’idée du travail non étatique, de pratiques qui ont cours « en dépit de » l’État. Le travail a ainsi été conçu comme un moyen de gagner de l’argent « en dépit » des lois et des réglementations officielles de l’État. À l’inverse, la privatisation partielle du marché du travail a permis de forger un concept différent du travail non étatique comme pratique « au-delà » de l’État, soit comme la capacité d’envisager une participation différente au marché du travail avec des règles différentes mais pas toujours illégales [Morris et Polese, 2015].

43Pour Eloisa et Luis, l’époque où ils étaient fonctionnaires est associée à un sentiment de frustration induit par l’écart entre leur travail et le pouvoir d’achat que garantissaient leurs salaires. Puis Eloisa s’est consacrée à des pratiques informelles, comme louer une partie de sa maison ou vendre des plats faits maison à la sauvette, augmentant ainsi ses revenus sans pour autant réussir se débarrasser de son sentiment d’incertitude. Après la réforme de 2011, ils sont devenus des cuentapropistas et ainsi entrés sur le marché du travail privé dans l’espoir de reprendre le contrôle sur leurs vies.

  • 13 Une retranscription intégrale de son discours est consultable sur : http://www.cubadebate.cu/notici (...)
  • 14 Cf. le Plan Nacional de Desarrollo Económico y Social hasta 2030: propuesta de Visión de La Nación, (...)

44Au dernier congrès du PCC, Raúl Castro a déclaré que les membres de coopératives, les cuentapropistas, les petites et moyennes entreprises ne devraient pas être jugées hostiles au socialisme. Et d’ajouter que la majorité des travailleurs non étatiques sont bel et bien « des révolutionnaires et des patriotes13 ». Malgré tout, le nouveau plan national fait référence à l’« éxodo de trabajadores hacia actividad de menor calificación » (littéralement, « l’exode des travailleurs vers des activités moins qualifiées ») comme à un phénomène négatif parce qu’il érode les valeurs inhérentes à la société cubaine14.

45Judith Butler soutient que « les transformations sociales s’occasionnent non seulement dans le rassemblement des masses autour d’une cause, mais surtout dans le réaménagement des rapports sociaux quotidiens et l’ouverture de nouveaux horizons intellectuels par des pratiques anormales ou subversives » [Butler, 2000, p. 14]. Le travail indépendant (cuentapropismo) semble s’inscrire dans ce paradigme car il offre une occasion unique de défier le système sans le subvertir. En effet, les cuentapropistas, en développant de nouvelles formes de commerce et de propriété, ont modifié non seulement la répartition des ressources et des richesses mais ils ont aussi semé la zizanie dans le champ de la prise de décision et souligné le fossé grandissant entre l’État et la société.

Haut de page

Bibliographie

Behar Ruth, The Vulnerable Observer: Anthropology That Breaks Your Heart, Boston, Beacon Press, 1996.

Bourdieu Pierre, Outline of a Theory of Practice, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

Butler Judith, « Restaging the Universal », in Judith Butler, Ernest Laclau et Slavoj Žižek (dir.), Contingency, Hegemony, Universality: Contemporary Dialogues on the Left, New York, Verso, 2000.

Brotherton Sean Pierre, « We have to think like capitalists but continue being socialists »: Medicalized subjectivities, emergent capital, and socialist entrepreneurs in post-Soviet Cuba, Yale University Press, 2009.

Castro Ruiz Fidel, « We will Never Built a Communist Conscience with a Dollar sign in the Minds and in the Hearths of Men », in Martin Kenner et James Petras (dir.), Fidel Castro Speaks, New York, Grove Press, 1969.

Comaroff Jean et Comaroff John Loinel (dir.), Millennial Capitalism and the Culture of Neoliberalism, Durham, Duke University Press, 2001.

Ellen Roy, Ethnographic Research: a Guide to General Conduct, University of Michigan Press, 1984.

Fernández Damián, Cuba and the Politics of Passion, Austin, University of Texas Press, 2000.

Geertz Clifford, Available Light: Anthropological Reflections on Philosophical Topics, Princeton University Press, 2000.

Giddens Anthony, Central Problems in Social Theory: Action, Structure and Contradiction in Social Analysis, Berkeley, University of California Press, 1979.

Hernández-Reguant Ariana (dir.), Cuba in the Special Period: Culture and Ideology in the 1990s, New York, Palgrave-Mac Millan, 2009.

Holloway John, Change the World without Taking Power: The Meaning of Revolution Today, Pluto Press, 2002.

Horowitz Irving Louis, Cuban Communism, 1959-1995, New Brunswick, Transaction, 1995.

Kocka Jürgen, « The Middle Classes in Europe », in Hartmut Kaelble (dir.), The European Way: European Societies in the Nineteenth and Twentieth Centuries, New York, Berghahn Books, 2003, p. 15-43.

Leiva Aldo, International Commercial Arbitration in Transition-Era Cuba, Miami, ASCE, 2007.

Morris Jeremy et Polese Abel (dir.), Informal Economies in Post-socialist Spaces: Practices, Institutions and Networks, Londres, Palgrave Macmillan, 2015.

Ortner Sherry, « Subjectivity and cultural critique », Anthropological theory, vol. 5, n °1, 2005, p. 31-52.

Pearson Ruth, « Renegotiating the Reproductive Bargain: Gender Analysis of Economic Transition in Cuba in the 1990s », Development and Change, vol. 28, n °4, 2007, p. 671-795.

Pérez Louis A. Jr., Cuba: Between Reform and Revolution, Oxford University Press, 1998.

Pertierra Anna Cristina, Cuba: the Struggle for Consumption, Caribbean Studies Press, 2011.

Phillips Emma, « Maybe Tomorrow I’ll turn capitalist: Cuentapropismo in a Workers’ State », Law and Society Review, vol. 41, n° 2, 2007, p. 305-342.

Romero José Luis Martin et González Armando Capote, « Reajuste, empleo y subjetividad », Temas, Biblioteca Clacso, 76, 1998.

Russo Concetta, « Living like Nikanor: the “Paradox of Transition” in Contemporary Cuba », Mediterranean Journal of Social Sciences, vol. 4, n °9, 2013, p. 727-734.

Sánchez Alcides Francisco Antúnez, Cumbrera Jorge Manuel Martínez et Báez Jorge Luis Ocaña, « El trabajo por cuenta propia: incidencias en el nuevo relanzamiento en la aplicación del modelo económico de Cuba en el siglo xxi », Prisma Jurídico, vol. 14, n° 1, 2015, p. 59-91.

Sennett Richard, The Corrosion of Character: the Personal Consequences of Work in the New Capitalism, New York, W.W. Norton & Company, 1998.

Haut de page

Notes

1 Au cours de ce travail de terrain, j’ai mené 30 longs entretiens semi-directifs avec des travailleurs indépendants (cuentapropistas) choisis grâce au solide réseau que je me suis forgé durant mes précédentes études de terrain à Cuba, notamment à La Havane et Cienfuegos. Ces entretiens, ainsi que les notes que je prenais tous les jours, les journaux locaux et des éléments d’information visuels (photographies et courtes vidéos) ont constitué le matériau de mes écrits.

2 Le concept de « période spéciale en temps de paix » renvoie à la grave crise économique qui a frappé le pays à la chute du bloc soviétique en 1989. Le pays connut un pic de décroissance économique entre 1991 et 1994, même si tous les chercheurs cubains ne s’accordent pas pour cantonner la « période spéciale » à ces années. Pour un point de vue plus exhaustif sur cette question, cf. Hernández-Reguant [2009].

3 À la fin des années 1960, au moment où la soviétisation de la société cubaine a pris son essor, il y avait encore des travailleurs indépendants. Parmi eux, la plupart étaient paysans ou chauffeurs, mais il y avait aussi des médecins, des optométristes, des dentistes et des vétérinaires. Selon le décret 14 de la loi (1978), il fallait avoir obtenu son diplôme avant 1959 pour exercer un emploi indépendant. Le décret 141 de la loi légalisa le statut d’indépendant pour 55 professions, puis 117 en 1995 [Sánchez et Martínez ; Cumbrera et Ocaña ; Báez, 2015].

4 Selon le projet de directives, les sociétés coopératives étaient également autorisées et les entreprises étatiques se voyaient garantir une plus grande autonomie.

5 Le texte du septième Congrès du PCC a fait l’objet d’une publication en ligne dans El Gramma le 20 avril 2016.

6 J’ai rencontré Eloisa en achetant des souvenirs dans son magasin. Nous vons eu plusieurs conversations informelles avant que je ne lui demande l’autorisation de l’interviewer.

7 Entretien conduit à La Havane, le 14 juillet 2012.

8 Ce troisième niveau de subjectivité mériterait une réflexion plus approfondie, que je développerai dans un prochain article.

9 L’Unión Geólogo Minera (« l’union géologique minière ») est l’agence publique cubaine en charge de la prospection, l’exploration et l’exploitation des minéraux métalliques et non métalliques, à l’exception du nickel.

10 Le fait de pouvoir voyager à l’étranger faisait l’objet d’une forte aspiration symbolique et matérielle jusqu’en 2013 (quand la loi interdisant aux citoyens cubains de voyager librement sans une autorisation officielle du gouvernement a été abrogée), et c’est encore le cas dans une certaine mesure. Au plan matériel, c’était la possibilité de se procurer des biens faisant défaut sur le marché intérieur ou à des prix plus bas que ceux pratiqués dans l’île. Et symboliquement, il témoignait d’un statut privilégié et assurait un plus grand sentiment de liberté.

11 Entretien réalisé à La Havane le 5 juillet 2012. J’ai rencontré Luis car il était un de mes voisins. Après quelques conversations informelles, je lui ai demandé de faire un vrai entretien.

12 Comme je le notais en introduction de cet article, toutes les professions ne sont pas éligibles au statut d’auto-entrepreneur, de même que l’entrepreneuriat privé n’est pas autorisé dans tous les secteurs. Luis ne pouvait donc pas chercher un emploi privé de géologue ou Eloisa un emploi privé de bibliothécaire. Pour une liste exhaustive, datant du 26 septembre 2013, des catégories professionnelles pour lesquelles les Cubains peuvent demander une licence d’auto-entrepreneur (délivrée la plupart du temps par les autorité municipales), cf. la Gaceta Oficial, n° 27, édition spéciale, résolution 42/2013, annexe.

13 Une retranscription intégrale de son discours est consultable sur : http://www.cubadebate.cu/noticias/2016/04/17/informe-central-al-vii-congreso-del-partido-comunista-cuba/#.V2fc8lfp7s0

14 Cf. le Plan Nacional de Desarrollo Económico y Social hasta 2030: propuesta de Visión de La Nación, Ejes y Sectores Estratégicos (art. 29, p. 5).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Concetta Russo, « Métamorphoses des pratiques professionnelles à Cuba : une perspective ethnographique », Cahiers des Amériques latines, 84 | 2017, 107-124.

Référence électronique

Concetta Russo, « Métamorphoses des pratiques professionnelles à Cuba : une perspective ethnographique », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 84 | 2017, mis en ligne le 16 mai 2017, consulté le 28 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/4539 ; DOI : 10.4000/cal.4539

Haut de page

Auteur

Concetta Russo

Concetta Russo est docteure en anthropologie du monde contemporain à l’université de Milan-Bicocca et a développé une recherche ethnographique à Cuba. Sa thèse est intitulée : « Taking Care of Citizenship: Politic, Intimacy and Irony in a Mental Health Community Centre in Cuba ». De ce travail est né l’article « A Double Doubt: Neurotic Self and Agency in an Era of Shifting Ideology in Cuba » en 2012, et « Curing Identity: Psychotherapy and Learning in a Mental Health Community Centre in Havana » en 2014. Elle tend à sonder les métamorphoses du concept même de travail à Cuba.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org