Navigation – Plan du site
Dossier. Cuba : les temporalités et tensions du changement

Les images dans le paysage iconographique cubain : quelles redéfinitions à l’heure de l’ouverture ?

Las imágenes del panorama iconográfico de Cuba: ¿cuáles cambios con la apertura de la isla?
Cuba opening up: what changes on the island’s graphic landscape?
Anne-Sophie Bernard
p. 29-48

Résumés

Le panorama cubain est un univers visuel particulier né avec la révolution. L’île, si elle est dépourvue de tout panneau publicitaire, offre néanmoins une profusion d’images ; peintures murales (dans la pure tradition latino-américaine du muralisme) et affiches à la gloire du régime maillent le territoire cubain jusqu’à l’échelle de la rue. Ces œuvres sont pour la plupart d’entre elles symboliques de l’idéologie révolutionnaire et trahissent le contexte dictatorial dans lequel elles ont été produites. Elles ont aussi acquis le statut d’images d’Épinal qui ont façonné des horizons d’attente dans l’imaginaire des étrangers. Néanmoins, des observateurs notent l’apparition et l’accentuation, au cours des dernières années, de productions graphiques non autorisées, allant du simple graffiti à la fresque murale et véhiculant un discours d’émancipation voire de rejet à l’égard du régime castriste.

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 29 septembre 2016, accepté le 10 mars 2017.

Texte intégral

1En mars 2015, l’édition américaine du magazine hebdomadaire Newsweek titre en caractères jaunes « ¡Viva el capitalismo! » (« Longue vie au capitalisme ! ») sur le portrait de Che Guevara, nimbé de rouge. La une revêt un caractère presque blasphématoire en ce qu’elle imprime sur la photographie iconique du Che El guerrillero heroico, œuvre d’Alberto Korda (1960), ce que la révolution cubaine rejette depuis près de soixante ans, l’intrusion du capitalisme sur l’île. Éminemment provocante – elle sera d’ailleurs remplacée pour l’édition internationale du magazine –, cette couverture nous rappelle que subversion et provocation ont pour medium privilégié le champ des images.

  • 1 Courant de recherche pluridisciplinaire, les visual studies englobent « la pluralité des phénomènes (...)

2Le statut de ces dernières dans l’espace public intéresse le géographe dans un contexte aussi spécifique que celui de Cuba. Ces productions iconographiques (peintures murales, street art, publicités…) revêtent un statut particulier, identifié par les tenants des visual studies1. Créées par des acteurs différents, disposées dans des lieux qui font sens, elles enjoignent le géographe comme le néophyte à s’interroger sur le contexte de production, le contenu et son interprétation ainsi que sur leur réception.

  • 2 Le 17 décembre 2014, dans des discours simultanés, le président des États-Unis, Barack Obama, et so (...)

3Depuis la fin de l’année 20142, les débuts du processus de normalisation des relations avec les États-Unis mettent l’île au centre de l’attention des analystes et des géopoliticiens. Cuba est à une époque charnière de son histoire et des images multiples, parfois contradictoires, jalonnent ses espaces publics, dessinant par là même un territoire sémiologique inédit et singulier. Celui-ci rend compte d’un bouillonnement, de tensions, de contradictions dans la société cubaine, enjointe expressément à actualiser son modèle politique, social voire urbain.

4À la confluence de différents champs de la recherche géographique (géographie sociale, géographie culturelle et géopolitique), notre étude interrogera ce que ces images médiatisent en termes d’attentes sociales, de revendications politiques, d’espoirs sociétaux, et ce à un moment crucial dans l’histoire des relations cubano-étatsuniennes. Les images dans la ville, et plus précisément le street art, constituent-elles une voie possible d’émancipation pour les Cubains ? Que disent ces œuvres et ces performances artistiques de l’identité urbaine de La Havane ?

5Ainsi, nous focaliserons notre attention sur la singularité du paysage iconographique havanais qui se redéfinit aujourd’hui, entre héritage du passé et attrait pour un « modèle cubain » plus ouvert. Puis, par l’entremise de plusieurs street artists officiant dans les rues de La Havane, nous analyserons les messages véhiculés, leur portée et tenterons d’évaluer leur réception auprès du public. Enfin, nous esquisserons les conséquences de ces démarches en termes d’image de la ville.

Les redéfinitions contemporaines de la memorabilia révolutionnaire dans l’espace cubain

  • 3 L’édition 2016 du festival Étonnants Voyageurs de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine, France) proposait un (...)

6« L’État narre, comme s’il était un auteur ; l’État crée sa fiction » : c’est en ces termes qu’Orlando Luis Pardo Lazo3 brosse à grands traits les modalités de contrôle de la société cubaine contemporaine par le pouvoir castriste depuis cinquante-sept ans. Aux dires du blogueur et dissident cubain, c’est une forme de monologue vertical, à l’initiative exclusive du régime qui a édifié la mémoire révolutionnaire et le roman national cubain postrévolution (1959). Traduction spatiale de la thèse de « l’État-narrateur » de Pardo Lazo, l’omniprésence visuelle des panneaux à la gloire du régime dont les figures tutélaires (Fidel Castro, Che Guevara, Camilo Cienfuegos) s’imposent aux regards des citoyens au format de trois mètres sur six. Ces panneaux, dits vallas, tout comme les peintures murales glorifiant la révolution, témoignent d’une mainmise territoriale alors opérée par les nouveaux gouvernants pour bâtir la memorabilia révolutionnaire. En procédant à un maillage fin de l’île au moyen des vallas et en en occupant les espaces-clés, le pouvoir se rappelle à la mémoire des Cubains mais aussi à celle des étrangers. L’État « narre » son œuvre dans les espaces publics depuis 1961. Cette année-là, Che Guevara en personne, alors ministre de l’Industrie, décide de supprimer la publicité sur l’île [Léger, 2013]. Dans les hautes sphères du régime, il est alors décidé de donner aux panneaux publicitaires une nouvelle vocation : médiatiser et glorifier l’œuvre de la révolution castriste.

« Au même moment, les vallas, ces grands panneaux publicitaires […] hérités du passé capitaliste de Cuba, sont mis au service de la propagande révolutionnaire et utilisés comme supports pour les nouvelles affiches du gouvernement. Alors que les affiches commerciales et publicitaires […] disparaissent peu à peu du paysage urbain, les affiches à caractère politique, social ou culturel connaissent une diffusion massive dès le début des années 1960, sous l’impulsion des diverses institutions récemment créées » [Léger, 2013, p. 67].

  • 4 Depuis 2009, une exposition itinérante en Espagne, à l’initiative de la Casa América Cataluña de Ba (...)

7Médias privilégiés dans un pays de tradition graphique ancienne, les vallas ont fait l’objet de plusieurs études [Léger, 2013 ; Stermer, 1970] et expositions4 essentiellement appréhendées par le prisme esthétique. Toutefois, l’objet n’en est pas moins géographique et il s’impose comme l’un des avatars de l’esthétique de la politique locale. Marie-Laure Geoffray [2009] fournit des clés d’interprétation de la présence des vallas dans l’espace public cubain ; elle éloigne ce système de signes du modèle coercitif du Panopticon de Jeremy Bentham pour centrer davantage son analyse sur l’intériorisation par les citoyens cubains des normes révolutionnaires qui leur sont ainsi figurées et sans cesse rappelées dans leur territoire de vie : « En effet, les signes disséminés dans l’espace transforment les citoyens à la fois en sujets et en objets de ce dispositif normatif du pouvoir, mais cela leur permet aussi de s’approprier les normes et de les transformer dans un processus de subjectivation » [Geoffray, 2009].

8Toutes les vallas n’utilisent pas les mêmes procédés rhétoriques et graphiques pour délivrer leur message. À cet égard, on peut esquisser une typologie en plusieurs volets, chacun rattaché à une temporalité spécifique. Tout d’abord, on distingue des vallas qui recourent à des figures antérieures à la révolution castriste mais qui y sont toutefois rattachées afin d’établir une sorte d’« évangile révolutionnaire cubain ». Elles représentent de grandes figures nationales du xixe siècle cubain, telles qu’Antonio Maceo, combattant et héros de la lutte pour l’indépendance de l’île et surtout José Martí, fondateur du Parti révolutionnaire cubain. Portraits de ces héros mais aussi citations accrochent le regard. Un autre type de vallas est très largement représenté : celui dont les affiches rappellent les hauts faits de l’épopée castriste. Elles formulent des messages empreints de gratitude envers Fidel Castro et ses compagnons ou soulignent encore l’abnégation de Che Guevara dans sa lutte contre l’impérialisme. Certaines variantes de cette deuxième catégorie consistent en des déclinaisons locales du message afin de rappeler la contribution d’une localité à la révolte contre Batista (« En Girón se combatió por el socialismo »/« A Girón, on s’est battus pour le socialisme » ; « Cienfuegos este sí es un pueblo revolucionario »/« S’il y a bien une ville révolutionnaire, c’est Cienfuegos »). Un troisième type actualise l’héritage de la révolution. Les affiches relient au présent ce passé glorieux (souvent figuré par le portrait ou la photographie d’un enfant ou de citoyens cubains) afin de souligner la continuité entre les générations. C’est par exemple ce qu’on peut lire sur un mur de la Avenida de los Presidentes à La Havane. Une valla établit un parallèle entre deux générations, figurée visuellement par une composition en deux temps. À gauche, les mots « esfuerzo », « trabajo », « dedicación » (« effort », « travail », « dévouement », cf. photo 1 ci-après) sur des photographies récentes de travailleurs cubains qui semblent s’accomplir dans l’héritage de l’œuvre du Che, de Camilo Cienfuegos et d’Augusto Martínez, figurés sur la partie droite du panneau.

Photo 1. Travailleurs cubains d’aujourd’hui et figures révolutionnaires d’hier

Photo 1. Travailleurs cubains d’aujourd’hui et figures révolutionnaires d’hier

Avenida de los Presidentes, La Havane, juillet 2016.

© Bernard.

9Enfin, d’autres vallas se tournent vers l’avenir. Elles démontrent la stabilité du projet de société issu de la révolution et enjoignent les Cubains à faire perdurer son œuvre, dans une démarche résolument prescriptrice de comportements, comme cette valla sur l’autoroute reliant Viñales à La Havane au message suivant : « Con decisión y firmeza enfrentaremos los retos del futuro »/ « C’est avec détermination et fermeté que nous affronterons les défis du futur ».

10La localisation des vallas n’est pas laissée au hasard : elles sont mises en scène dans l’espace public. La part belle est donnée aux axes majeurs de circulation (échangeurs de voie rapide, entrées ou sorties de villes) tout comme aux rares interfaces entre Cuba et le reste du monde. Exemple paradigmatique que cette valla (cf. photo 2 ci-dessous) au message vindicatif, figurant au premier carrefour de sortie du terminal international (3) de l’aéroport José-Martí de La Havane.

Photo 2. Une valla au style « brazo fuerte »

Photo 2. Une valla au style « brazo fuerte »

Juillet 2016.

© Bernard.

11Sur un fond noir figure en caractères blancs démesurés la mention « BLOQUEO » (« blocus ») dont la lettre O est représentée par une corde de potence qui enserre l’île, le tout ainsi légendé : « El genocidio más largo de la historia » (« le plus long génocide de l’histoire »), en référence à l’embargo décrété par les États-Unis le 7 février 1962 (et partiellement assoupli depuis les années 2000). Ce type d’affiche relève du style dit « brazo fuerte », fortement inspiré de la propagande des pays soviétiques : le message est polémique, la forme manichéenne, ce qui décuple la force de frappe visuelle du message, notamment aux yeux des étrangers fraîchement débarqués sur l’île.

12Néanmoins, on constate aujourd’hui des mutations dans ce système sémiologique bien ancré. En août 2015 déjà, le blog de Yoani Sánchez 14ymedio consacrait un court article à une initiative que menaient alors les autorités cubaines5. Celle-ci est symptomatique d’un changement d’ère : les affiches des vallas comportant des messages « brazo fuerte » visant expressément les États-Unis sont progressivement remplacées par des posters véhiculant des contenus plus consensuels, surtout dans le contexte de La Havane. Yoani Sánchez exposait ainsi le cas d’une valla sur laquelle figurait le texte suivant, « Señores imperialistas, no les tenemos absolutamente ningún miedo » (« Messieurs les impérialistes, vous ne nous faites absolument pas peur ») à laquelle on avait substitué une affiche décrivant à la manière d’un triptyque une scène en trois temps, trois types de productions agricoles (canne à sucre, tabac, banane) y étaient exposés, assortis d’un message louant la force de travail des Cubains, « Revolución es emanciparnos por nosotros y con nuestros propios esfuerzos » (« La révolution, c’est nous émanciper par nous-mêmes, au prix de nos propres efforts »).

13En substance, le message est euphémisé ; sans être totalement déconnecté du vocable de la révolution, il se focalise sur des éléments plus consensuels (l’abnégation dans le travail, le goût de l’effort pour le bien commun) et n’incrimine personne. Ce changement radical de rhétorique prend des nuances différentes au gré des vallas. Certaines, situées en entrée de ville et qui jadis blâmaient expressément et sans ménagement des dirigeants étatsuniens se muent alors en outils de marketing urbain, promouvant la ville, ses aménités, sa richesse culturelle. L’article de 14ymedio prenait également l’exemple d’une valla de La Havane célébrant les 500 ans des villes coloniales de Trinidad, Sancti Spiritus et Camaguëy en lieu et place d’une affiche qui chargeait violemment George W. Bush, qu’on avait alors affublé d’une moustache à la Adolf Hitler. La valla offrait alors des vues stéréotypées de ces trois villes coloniales en juxtaposant des clichés de leurs églises.

  • 6 Dans l’Empire romain, la damnatio memoriae ou condamnation à l’oubli est un châtiment qui consistai (...)
  • 7 On peut parler d’« ère Raúl Castro » depuis l’accession à la présidence de ce dernier en 2008.

14Pas de damnatio memoriae6 mais de petits arrangements discursifs ; l’arsenal rhétorique est vaste afin de dépassionner le message. Le régime castriste opère ainsi une forme de « toilettage urbain » en effaçant ou en reléguant des lieux de fréquentation des messages anti-impérialistes sans pour autant perdre la face ni délégitimer la révolution et les acquis sociaux qui en ont découlé. Il s’agit donc, dans l’espace public, de ne plus mettre en scène l’opposition Cuba/États-Unis à l’heure où les liens se tissent de nouveau entre les deux pays et où de nouvelles perspectives, parfois appuyées par les capitaux étrangers, s’ouvrent. L’idée est désormais de fédérer par le « nous » et non plus par le « nous contre ». Sous l’ère Raúl Castro7, Cuba semble même désormais pouvoir se projeter dans l’avenir, en témoigne une affiche concernant le projet de zone spéciale de Mariel, cette localité située à 40 kilomètres de La Havane et dont les Cubains voudraient faire le principal hub portuaire des Caraïbes à l’horizon 2025. L’affiche étale ainsi le slogan « Para seguir creciendo » (« Continuons de grandir ») sur un arrière-plan d’installations métalliques propres aux zones industrialo-portuaires. Y est également rappelée l’ampleur du projet (« El puerto de Mariel se convertirá en el más importante y moderno del Caribe »/« Mariel deviendra le port le plus grand et le plus moderne des Caraïbes »).

15De ce fait, les autorités cubaines réutilisent le quadrillage mis en place par la révolution et ajustent leur rhétorique dans ce cadre spatial préexistant. En parallèle, le monopole de l’État-narrateur semble aujourd’hui rompu, eu égard à l’émergence dans la ville cubaine d’une parole libérée par le bas.

Le street art, un outil de reprogrammation urbaine à La Havane ?

16La Havane est le terrain d’observation privilégié de la multiplication et la diversification des images visibles dans la ville cubaine. Auparavant, les images, essentiellement politiques, étaient émises par les autorités ; désormais ce sont des acteurs jeunes et connectés, issus de la société civile qui, par leur démarche artistique singulière, font émerger de nouvelles traces iconographiques dans la capitale.

17« Hacer o no hacer arte crítico » (cf. photo 3 ci-dessous) graffe un individu (dont le choix de la forme de la réalisation – un pochoir qui lui permet de préparer son œuvre pour pouvoir la poser dans l’urgence si besoin – trahit l’empressement) sur le pilier d’un passage bordant la Avenida Carlos III-Salvador Allende, l’une des artères principales de circulation de la capitale cubaine, au sud du quartier Centro Habana.

Photo 3. Interrogation d’un street artist à La Havane

Photo 3. Interrogation d’un street artist à La Havane

La Havane, juillet 2016.

© Bernard.

18L’interrogation – shakespearienne – de l’artiste est aussi partagée par d’autres individus. Leurs intentions artistiques sont certes plurielles et le degré de risque variable dans un contexte autoritaire mais tous partagent un point commun, celui de vouloir « prendre la rue » pour reprendre l’expression de Karen Brunel-Lafargue [2013, préface] afin de faire de cet espace un nouveau champ d’expérimentation. Le street art est un phénomène qui connaît une diffusion mondiale depuis les années 1970 mais dans le contexte urbain de La Havane, son explosion est plus récente, en témoigne la notoriété acquise par Danilo Maldonado Machado en dehors de l’île. « El Sexto » (son surnom) a commencé par poser des graffitis contestataires sur les murs de la ville et il a ouvert plus qu’une simple brèche pour la communauté des street artists. Sa renommée a largement dépassé les frontières de l’île lorsqu’il a commencé, par ses performances artistiques, à attaquer sans ambiguïté le régime des Castro. C’est ainsi qu’à Noël 2014 il est arrêté par les autorités dans un taxi alors qu’il s’apprête à lâcher dans les rues de La Havane deux petits cochons portant les noms de Raúl et Fidel. Cet épisode lui a valu plusieurs mois de détention et l’artiste, lauréat du prix Vaclav Havel pour la dissidence créative, décerné par la Human Rights Foundation, préfère désormais exercer son art à Miami (Floride, États-Unis). Néanmoins, d’autres s’inscrivent dans son sillage en faisant des rues une interface de dialogue avec « cet autre indéterminé, le passant » [Brunel-Lafargue, 2013]. Après plusieurs déambulations dans La Havane, l’œil se familiarise avec les productions de street art et peu à peu, on discerne la patte de certains graffeurs.

  • 8 La source est un reportage réalisé par Amberly Alene Ellis pour le Center for Media and Social Impa (...)

19Leur but est simple : il s’agit de faire de lieux qui n’étaient rien des lieux de curiosité qui ont du sens à un moment clé de l’ouverture – encore relative – de l’île caribéenne. 5Stars, un artiste de La Havane, déclare ainsi : « Nous recherchons des lieux visibles, nous cherchons des endroits où les gens vont pouvoir voir nos réalisations. Les endroits près des arrêts de bus ou là où il y a beaucoup de trafic8. »

  • 9 L’interview a été réalisée par Luz Escobar le 3 mars 2016, elle s’intitule Somos almas en un purgat (...)
  • 10 Dans le texte original : « porque en algún momento dejamos de ser personas y ahora somos almas en u (...)
  • 11 Dans le texte original : « No invado cualquier lugar, sino que busco paredes y lugares destruidos.  (...)
  • 12 Dans le texte original : « Ver el escombro como un documento histórico donde se recoge la memoria d (...)
  • 13 La « période spéciale » (Período especial en tiempos de Paz) est le nom donné à la période de crise (...)

20Un autre graffeur, YulierP, se détache de la scène du street art havanais par le nombre d’œuvres dont il pare la capitale. Ce jeune graffeur de 27 ans, dont le véritable nom – par ailleurs bien connu – est Yulier Rodríguez Pérez, officie sous ce pseudonyme depuis seulement quelques mois. Sa notoriété est pourtant bien assise comme en témoigne une interview accordée à une journaliste du blog 14ymedio9. Il y revendique rechercher à établir un dialogue avec le public de la rue, comme le fait le célèbre street artist anglais Banksy qu’il place en source d’inspiration majeure de son travail. Quels éléments font des peintures de YulierP des œuvres percutantes ? Ses graffs mettent en scène des créatures semblables à des extraterrestres désarticulés, aux figures blanches, parfois amputées d’une bouche, d’oreilles mais toujours pourvues d’un regard intense, comme habité. L’artiste explique que plus que leur forme charnelle, c’est leur expressivité, à laquelle il s’identifie, qui interpelle le passant. YulierP identifie les âmes en peine qu’il peint aux Cubains qu’il croise au quotidien, « parce qu’à un certain point nous cessons d’être des gens, et parce que nous sommes maintenant des âmes dans un purgatoire nommé Cuba10 » déclare-t-il ainsi à Luz Escobar. Les scènes peintes représentent des situations de désœuvrement ou de mécontentement ; les personnages sont parfois accablés, les bras ballants, le visage triste, ou tantôt en colère, la bouche largement ouverte comme pour crier. Le choix de leur emplacement physique n’est pas laissé à l’improvisation. La caractéristique majeure de l’inscription de ses œuvres dans l’espace est l’attrait pour des surfaces horizontales décrépies, dont l’offre est pléthorique dans la ville (« Je n’envahis aucun endroit ; je recherche plutôt des lieux et des murs détruits11 »), un choix de localisation justifié par le sens de ces lieux, témoins du régime et de ses égarements : « Je vois dans les ruines des morceaux d’histoire qui portent la mémoire de ces maisons dans lesquelles des gens ont vécu et souffert à une époque et qui sont désormais parties prenantes de notre identité 12. » Ces choix de lieux sont aussi des choix esthétiques qui ciblent les murs de rues décrépies de la ville. Ce délitement du paysage urbain est également une conséquence de la révolution cubaine ; la faiblesse de l’économie, aggravée lors de la « période spéciale13 » a comme assigné les Habaneros à résidence dans des quartiers tombant en ruines, aux façades menaçant de s’écrouler et que quelques poutres tentent de soutenir, en vain.

21L’un des terrains de prédilection de YulierP est une zone tampon entre le quartier de Centro Habana et celui de Habana Vieja, quartier touristique rénové. Cet entre-deux est marqué par la présence de hauts lieux touristiques comme le Capitole, le Parque Central, le Museo de Bellas Artes et le Museo de la Revolución, qui sont des lieux de grande fréquentation touristique (en leur qualité de lieux de mémoire de la révolution cubaine). La portion d’espace entre ces deux quartiers, qui correspond à une aire délimitée par le Paseo de Martí et l’Avenida Bélgica, est intéressante à observer car elle délimite deux contextes spatiaux bien distincts. Sur la frange ouest, le Centro Habana, municipalité la plus densément peuplée de La Havane, est un quartier marqué par cette « esthétique du décrépi ». Des projets de construction et de rénovation urbaine y sont actuellement développés mais pour l’heure le quartier conserve sa physionomie. Centro Habana tranche avec le quartier qui le jouxte sur sa frange est : Habana Vieja. Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1982, le quartier est en cours de rénovation depuis les années 1990 sous la direction d’un historien architecte, Eusebio Leal Spengler. La rénovation de Habana Vieja est une entreprise ambitieuse et de grande ampleur : son coût est estimé à 487 millions de dollars [Herbet, 2016]. Bien qu’elle ne concerne pour l’heure que quelques rues, elle a donné un nouvel élan au quartier en promouvant son passé colonial et en en faisant une vitrine touristique de la ville (façades colorées, esthétique de ville coloniale…).

22Il est intéressant de décrypter comment une œuvre prend un sens tout particulier dans le contexte spécifique dans lequel elle se déploie. YulierP a ainsi récemment colonisé le premier niveau d’un immeuble défraîchi du Paseo del Prado (cf. photo 4 ci-dessous). Il y peint trois de ses personnages-totems debout, les yeux tristes, qui semblent prendre à témoin le passant.

Photo 4. Une œuvre de YulierP devant le Paseo del Prado

Photo 4. Une œuvre de YulierP devant le Paseo del Prado

La Havane, juillet 2016.

© Bernard.

23La clé d’interprétation de l’œuvre réside dans l’interaction entre emplacement et création : la peinture murale invite le public à ne pas oublier le poids du passé et des souffrances à l’heure où Cuba change. En effet, la promenade face à laquelle elle prend place est emblématique des mutations actuelles que connaît La Havane. Le Paseo del Prado est une promenade qui évoque le modèle des ramblas espagnoles. Les Habaneros y déambulent en soirée, se rencontrent, discutent. L’artère piétonne est un haut lieu de sociabilité du quartier et rassemble des individus de tous âges. Néanmoins, aujourd’hui, l’allée historique est sous les feux médiatiques depuis que le créateur de mode Karl Lagerfeld a fait du lieu un catwalk pour le défilé Croisière de Chanel en mai dernier. Les personnages de YulierP sont une sorte de rappel, d’aide-mémoire. Certains témoins ne peuvent y voir qu’un élément du decorum urbain quand d’autres, accrochés par l’œuvre et aiguillés par la signature de l’artiste, peuvent mener des investigations sur ce dernier, sur sa démarche, en utilisant les bornes wifi publiques de La Havane, situées à quelques pas du lieu. L’accès à Internet n’est certes pas démocratisé – puisque le tarif de connexion s’élève à 1,5 CUC par heure – mais la démarche de YulierP est ainsi rendue accessible aux Habaneros les plus connectés. En effet, YulierP est très présent sur les réseaux sociaux14 qu’il utilise pour promouvoir chaque nouvelle performance artistique.

24Dans cette géographie du street art havanais, certains espaces sont privilégiés quand d’autres sont évités. Centro Habana en est la centralité majeure ; son plan hippodamien donne naissance à une multitude de carrefours sur lesquels les artistes (5stars, 2+2=5…) aiment produire leurs œuvres. Comme souligné plus haut, l’interface Centro Habana/Habana Vieja est un espace de grande vivacité graphique car il met en relation deux parties de la ville, l’une portant la trace des effets du régime castriste, l’autre façonnée pour le tourisme et plutôt visuellement dépolitisée. Habana Vieja constitue en effet une zone blanche ; on ne peut que remarquer la « tranquillité » de cette vitrine touristique. Il ne s’agit que d’une hypothèse mais cet espace ne suscite peut-être pas l’intérêt des graffeurs dans la mesure où l’espace est moins porteur de sens car il ne porte pas la trace de l’abandon par le pouvoir. De plus, le contrôle à l’encontre de pratiques artistiques qui pourraient être vues comme de la dégradation est peut-être beaucoup plus fort dans ces ruelles très fréquentées qui constituent le cœur touristique de la capitale et qui confortent l’horizon d’attente des touristes par ses façades colorées et son chapelet de places coloniales (Plaza de Armas, Plaza Vieja, Plaza de San Francisco). Le quartier endosse une fonction récréative et touristique ; en cela, il est éloigné du politique et d’autant plus de toute forme de contestation. Les seules peintures murales visibles (parmi lesquelles de nombreuses images du drapeau national) ne viennent qu’agrémenter l’esthétique de la ville.

25Si les street artists qui déploient leur art à La Havane sont essentiellement cubains, des street artists internationaux font de la ville un terrain d’expérimentation, contribuant ainsi à insérer la capitale cubaine dans un réseau de villes marquées par le street art. En face du Parque Mártires del 71 et à deux pas du début du Malecón, à l’extrémité nord de la rue Habana dans Habana Vieja, figure depuis peu de temps une œuvre d’un collectif parisien, Le Soldat inconnu (cf. photo 5 ci-après).

Photo 5. Des street artists parisiens à La Havane : l’exemple du Soldat inconnu

Photo 5. Des street artists parisiens à La Havane : l’exemple du Soldat inconnu

La Havane, juillet 2016.

© Bernard.

26La réalisation, au style très poétique, reproduit la silhouette d’un soldat dont la particularité est de porter un vêtement militaire de couleur rose. Affublé d’une paire de ciseaux en main, il s’est découpé le cœur « selon les pointillés » comme le suggère la mention portée sur le graffiti (« cortar por los puntos »). Difficile d’interpréter l’œuvre bien que des clés d’explication aient été avancées sur plusieurs sites Internet consacrés au street art 15 :

« Le but de tout cela est de réveiller nos esprits en rappelant que nous, les simples citoyens, sommes nos propres soldats, il ne tient qu’à nous d’agir et de passer à l’action si les choses ne nous conviennent pas. […] Nous mettons notre soldat dans la rue, comme une sentinelle qui reste prête à l’action, c’est un encouragement à bouger et c’est aussi un avertissement des avis de l’autorité. »

27Qu’importe la ville, Le Soldat inconnu porte toujours un élément subversif par rapport à sa fonction. Ici, néanmoins, c’est la démarche même de ce collectif qui supplante le message de l’œuvre. Des artistes parisiens défendant l’action individuelle et la résistance ont jugé porteur de sens le fait d’inscrire le Soldat inconnu dans le Cuba de 2016. L’interprétation est très ouverte et l’œuvre pourrait ainsi constituer une forme d’invitation faite aux Cubains à s’émanciper malgré le contexte autoritaire.

28Récemment, une autre initiative a été remarquée, celle de Philippe Echaroux qui se qualifie lui-même de « street artist 2.0 16 » car ses graffitis procèdent d’installations numériques lumineuses. En mai 2015, alors qu’il est invité à la Biennale d’art contemporain de La Havane, le photographe marseillais décide, malgré le risque de censure, de projeter des messages à la teneur polémique pour exprimer ce que selon lui les habitants de la ville ne peuvent dire sur des façades en ruines, sur des parties hautes d’immeubles (cf. photo 6 ci-dessous) : « Escribo porque nadie escucha » (« J’écris parce que personne n’écoute »), « Libertad » (« Liberté »), « La imaginación es el poder » (« L’imagination, c’est le pouvoir »).

Photo 6. Un « street artist 2.0 » à La Havane

Photo 6. Un « street artist 2.0 » à La Havane

Painting with light project, mai 2015

©Philippe Echaroux (http://www.krop.com/​paintingwithligths/​#/​214221/​)

29Ainsi, ces œuvres urbaines matérialisent des essais de réappropriation de lieux marqués par l’expérience castriste. Dans un contexte géopolitique incertain, à la fois porteur d’espoir pour les Cubains mais aussi potentiellement générateur de déceptions, le phénomène semble lancé, d’autant plus qu’il est conforté par des artistes venus d’ailleurs, ce qui tend à faire émerger à La Havane des images critiques voire subversives vis-à-vis du régime.

Changements d’images dans la ville, changement d’image de la ville ?

  • 17 La gentrification est le processus de retour des populations aisées dans les quartiers centraux des (...)
  • 18 Une shrinking city est une ville qui connaît un phénomène de rétrécissement urbain du fait d’un ral (...)

30Des mouvements contradictoires semblent être à l’œuvre à La Havane et on peut discuter de leurs incidences en termes d’image de la ville. Dans le champ urbanistique, cette « prise de la ville » par les street artists peut avoir comme effet de détourner les regards et de les porter vers des quartiers auparavant moins intégrés ou délaissés, à l’heure où l’activité de La Havane s’intensifie. Les street artists amorceraient par leurs œuvres le début d’un processus de gentrification17, enclenchant un mécanisme pouvant conduire à une nouvelle hiérarchisation des quartiers dans la ville. En effet, de manière générale, c’est en pratiquant leur art dans un quartier – sur la rue ou sur les murs – que les artistes le promeuvent. Ils ciblent souvent des paysages urbains traditionnels, parfois délaissés, les investissent et par là même rendent ces espaces publics beaucoup plus vivants. Ce phénomène polarise alors les regards vers ces quartiers et renouvelle l’intérêt pour eux. Cette « recette miracle » rappelle le cas de Detroit (Michigan, États-Unis). Modèle archétypique de la shrinking city18, victime de la crise industrielle, reléguée depuis plus de vingt ans aux marges du concert des villes qui comptent, Détroit périclite mais montre toutefois des signes de renaissance, notamment par sa scène artistique alternative. Elle devient alors un lieu d’expérimentation pour les street artists qui réalisent des fresques murales dans des espaces laissés en friche. Dans ce contexte, les street artists ont un rôle d’impulsion car ils sont les premiers « gentrifieurs » [Charmes, 2005]. L’image de la ville endormie mute ; elle devient une scène créative de premier plan. La ville capitalise alors sur cette nouvelle image pour renaître de ses cendres.

31La rue est ainsi support de gentrification [Charmes, 2005] et l’image des quartiers dont elle est une composante peut devenir une force d’attraction de la population et un élément incontournable de valorisation foncière. À La Havane, la scène artistique qui compte parmi ses agents YulierP ou encore 2+2=5 remet comme par inadvertance le Centro Habana en lumière. L’impact de leurs créations sur l’image du quartier est d’autant plus fort que le travail des street artists est désormais devenu plus familier dans l’espace public et qu’il capte davantage l’attention. Cette réalité est aussi amplifiée par la présence des street artists sur les réseaux sociaux ou par leur participation à des événements officiels d’expression artistique (biennales d’art contemporain, expositions et rétrospectives…). Par leur entremise, Centro Habana pourrait ainsi monter en gamme et devenir plus « branché ». Cette nouvelle image de quartier « alternatif » pourrait être décuplée dans le contexte de l’actuelle amplification de la fréquentation touristique. Habana Vieja, quartier historique de longue date, grand pourvoyeur de devises, pourrait ainsi voir ses activités déborder sur le quartier voisin.

32Dans le champ touristique, la ville cubaine capitalise sur son image. Depuis 2014 et l’annonce du renouement des liens entre Cuba et les États-Unis, on assiste à une véritable « ruée sur Cuba ». La destination n’était pourtant pas marginale auparavant mais elle a cependant explosé sous l’effet du contexte diplomatique. En 2015, plus de 3 millions de touristes internationaux ont foulé le sol cubain et la tendance s’amplifie encore en 201619. Les touristes interrogés se disent mus par un sentiment d’urgence à venir au plus vite à Cuba (formulant l’idée d’un « maintenant ou jamais »), eux qui craignent qu’un nouveau front pionnier américain ne se soit ouvert avec le rapprochement Obama/Castro. Dans l’imaginaire collectif, cette nouvelle donne géopolitique aurait pour incidence supposée l’arrivée des puissantes firmes transnationales étatsuniennes (McDonald’s, Starbucks…) charriant avec elles un arsenal iconographique mondialisé qui défigurerait par leurs logos et leurs affiches de campagnes publicitaires les jolis centres historiques coloniaux. On peut ici convoquer le champ de la géographie des représentations pour décrire ce phénomène car ces faits méritent d’être interrogés au prisme des concepts d’« espace vécu » et d’« espace perçu » [Frémont, 1976], en témoigne cette analyse des années 1970 :

« L’espace touristique, c’est avant tout une image […]. Image complexe, rêve reflété par les affiches, les guides, les dépliants, les peintures, les livres, les films. Image et évocation que rapportent et colportent les touristes. Évocation d’odeurs, de sons, de sensations » [Miossec, 1977].

33Les perceptions des touristes sur Cuba abondent de références à un Cuba vintage, aux almendrones, ces vieilles voitures américaines dans lesquelles les touristes font des tours panoramiques de la capitale ; aux façades aux couleurs éclatantes du quartier historique ou bien à celles patinées par le temps que les touristes aperçoivent lorsqu’ils sillonnent la ville ; aux ruelles saturées de musique ; aux cigares et au rhum… Cuba est représenté comme un univers visuel et sensoriel riche. D’aucuns évoquent une sorte de « syndrome de Cuba » qui décrirait l’attrait des étrangers pour un Cuba idéalisé, à l’écart de la mondialisation, et qui, par effet de miroir, refléterait la réticence des Occidentaux face au changement. Le risque inhérent à ce phénomène serait de vouloir mettre La Havane « sous cloche » et d’en « folkloriser » les composantes.

  • 20 Le 25 mars 2016, les Rolling Stones se sont produits à la Ciudad Deportiva de La Havane devant plus (...)

34Pourtant, les touristes évoluent déjà dans un espace jalonné d’images contradictoires. Ainsi, dans la Calle Obispo, épine dorsale du Habana Vieja, on commence à voir de nouvelles images apparaître et qui sont autant d’indices visuels des tensions contraires qui animent la société cubaine, comme celle représentant Mick Jagger, leader des Rolling Stones20, coiffé de la boina du Che (cf. photo 7 ci-dessous), parodiant l’image tutélaire de Che Guevara, déclinée depuis près de soixante ans sur tous les supports (vallas, cadres…) aux quatre coins de l’île.

Photo 7. Une icône revisitée : Mick Jagger en Che Guevara

Photo 7. Une icône revisitée : Mick Jagger en Che Guevara

Calle Obispo, La Havane, juillet 2016.

© Bernard.

35De même, sur les devantures des échoppes, sur les pare-brises et parfois même les rétroviseurs, apparaissent des autocollants de la petite pomme de la firme étatsunienne Apple. Encore, dans les taxis de La Havane, il est très courant de suspendre sous le pare-brise un drapeau des États-Unis. Interrogé sur ce point, un chauffeur de taxi indique que les drapeaux ont été distribués en masse lors de la venue de Barack Obama à La Havane en mars 2016 et que depuis, il ne cesse d’en voir, précisant qu’à sa connaissance, aucune autorité n’a jamais tenté de freiner cette mode. Il y a donc par le bas, une aspiration à rejoindre des standards de consommation et à mieux être intégré dans le concert des nations.

Conclusion

36Face à ces tendances parallèles, qui émanent du haut (le toilettage des aspects les plus virulents du passé révolutionnaire à l’heure du rapprochement avec les États-Unis) et du bas (la prolifération d’images dans des lieux porteurs de sens), l’île cubaine traverse une crise identitaire que les images médiatisent. Elles révèlent à la fois un attachement toujours fort au sens et à l’histoire que portent les lieux de La Havane mais elles trahissent aussi la force d’attraction qu’exerce le reste du monde sur les habitants de l’île. Il s’agit d’une décennie cruciale pour Cuba qui doit trouver un modèle original pour ne pas tuer ce qui fait son charme, cet imaginaire qui lui fait engranger des revenus indispensables à son économie, sans pour autant s’aligner sur une esthétique de ville touristique lambda. La Havane capte désormais des touristes aguerris au tourisme urbain mais elle doit veiller à ne pas vendre le reflet de son âme au « diable » capitaliste.

37Aux sceptiques qui prédisent une américanisation sauvage de Cuba, on peut opposer que bien souvent l’ouverture au monde et à la mondialisation a pour effet boomerang un retour sur l’identité locale. D’autres croient en la force d’un modèle cubain original. C’est ce que laissait entendre l’écrivain Leonardo Padura lors de la conférence « Cuba année zéro » lorsqu’il conta malicieusement l’incroyable destin de Machito, un chanteur et percussionniste de La Havane dont l’influence sur la scène jazz du New York des années 1930 et sur Dizzie Gillespie fut telle qu’elle donna naissance à un nouveau courant musical, le latin jazz.

Haut de page

Bibliographie

Brunet-Lafargue Karine, L’Art se rue 2 : 12 pionniers de l’art urbain en France, Paris, H’Artpon, 2013.

Brunet-Lafargue Karine, L’Art se rue : 12 figures émergentes du street art parisien, Paris, H’Artpon, 2011.

Charmes Éric, « Le retour à la rue comme support de la gentrification », Espaces et sociétés, n° 122, 2005, p. 115-135.

Frémont Armand, La région, espace vécu, Paris, Flammarion, 1976.

Geoffray Marie-Laure, « Dynamiques de résistance aux normes révolutionnaires à Cuba » [en ligne], Cahiers des Amériques latines, n° 54-55, 2009, p. 211-227 [consulté le 22 septembre 2016]. Disponible sur : https://cal.revues.org/2453

Herbet Marie, Cuba : la révolution transgressée, Bruxelles, Nevicata, 2015.

Leger Régis, Cuba gráfica : histoire de l’affiche cubaine, Montreuil, L’échappée, 2013.

Miossec Jean-Marie, « L’image touristique comme introduction à la géographie du tourisme », Annales de géographie, vol. 86, n° 473, 1977, p. 55-70.

Stermer Dugald, The Art of Revolution: Castro’s Cuba, 1959-1970, New York, McGraw Hill, 1970.

Haut de page

Notes

1 Courant de recherche pluridisciplinaire, les visual studies englobent « la pluralité des phénomènes que recouvrent les notions de vision, de visualisation et d’univers visuels, qu’il s’agisse pour ceux-ci de leurs diverses manifestations, de leurs codes fondamentaux, de leurs frontières ou encore de leurs modes de circulation et de fonctionnement », cf. http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/RTP-Visual-Studies/definition.htm.

2 Le 17 décembre 2014, dans des discours simultanés, le président des États-Unis, Barack Obama, et son homologue cubain, Raúl Castro, annoncent le rapprochement historique des deux pays dont les liens diplomatiques sont rompus depuis 1961.

3 L’édition 2016 du festival Étonnants Voyageurs de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine, France) proposait une après-midi « Cuba année zéro » à l’occasion de la publication d’une anthologie éponyme aux éditions Hoebeke. Le 16 mai, Orlando Luis Pardo Lazo, Leonardo Padura, Ahmel Echevarría et Jhortensia Espineta étaient invités à débattre sur cette thématique.

4 Depuis 2009, une exposition itinérante en Espagne, à l’initiative de la Casa América Cataluña de Barcelone et intitulée « Vaya Valla. Gráfica revolucionaria cubana » traite de ce thème.

5 « La Habana se queda sin vallas antiimperialistas » (11/08/2015), cf. http://www.14ymedio.com/nacional/carteles-antiimperialistas_5_1832266756.html

6 Dans l’Empire romain, la damnatio memoriae ou condamnation à l’oubli est un châtiment qui consistait à faire disparaître toute trace ou souvenir de la personne qu’elle visait, bien souvent un mauvais empereur.

7 On peut parler d’« ère Raúl Castro » depuis l’accession à la présidence de ce dernier en 2008.

8 La source est un reportage réalisé par Amberly Alene Ellis pour le Center for Media and Social Impact (School of Communication, Washington University) sur le street art à La Havane, intitulé Straight from the underground: Freedom and street art in Havana. Cf. http://cmsimpact.org/general/straight-from-the-underground-freedom-and-street-art-in-havana/ Dans le texte original : « We look for visible locations, we look for places where people will see our work. Places near bus stops or where there is a lot of traffic. »

9 L’interview a été réalisée par Luz Escobar le 3 mars 2016, elle s’intitule Somos almas en un purgatorio llamado Cuba. Cf. http://www.14ymedio.com/entrevista/Yulier-Rodriguez-Perez-purgatorio-Cuba_0_1954604532.html

10 Dans le texte original : « porque en algún momento dejamos de ser personas y ahora somos almas en un purgatorio llamado Cuba ».

11 Dans le texte original : « No invado cualquier lugar, sino que busco paredes y lugares destruidos. »

12 Dans le texte original : « Ver el escombro como un documento histórico donde se recoge la memoria de esos edificios en los que vivió y sufrió gente en un espacio de tiempo y que son pedazos de nuestra identidad. »

13 La « période spéciale » (Período especial en tiempos de Paz) est le nom donné à la période de crise économique traversée par l’île après la chute de l’URSS.

14 YulierP utilise notamment un compte Facebook (https://www.facebook.com/yulier.rodriguez.52?fref=ts) et un compte Instagram (https://www.instagram.com/yuliergraffiticuba/).

15 Quelques clés d’explication sur http://loveonthewall-hexagone.blogspot.fr/2012/02/le-soldat-inconnu.html

16 Les mentions proviennent du site Internet de Philippe Echaroux (http://www.philippe-echaroux.com/) dans lequel le photographe explique sa démarche artistique. Il consacre également un dossier spécial à son expérience havanaise (http://www.krop.com/paintingwithligths/#/214221/).

17 La gentrification est le processus de retour des populations aisées dans les quartiers centraux des villes après la réhabilitation de l’habitat.

18 Une shrinking city est une ville qui connaît un phénomène de rétrécissement urbain du fait d’un ralentissement économique et d’une perte d’une grande partie de sa population.

19 Les chiffres sont issus d’un article du Monde du 18 décembre 2014, cf. http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/12/18/six-chiffres-qui-racontent-cuba_4542739_4355770.html

20 Le 25 mars 2016, les Rolling Stones se sont produits à la Ciudad Deportiva de La Havane devant plus de 500 000 personnes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. Travailleurs cubains d’aujourd’hui et figures révolutionnaires d’hier
Légende Avenida de los Presidentes, La Havane, juillet 2016.
Crédits © Bernard.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/4522/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Photo 2. Une valla au style « brazo fuerte »
Légende Juillet 2016.
Crédits © Bernard.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/4522/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Photo 3. Interrogation d’un street artist à La Havane
Légende La Havane, juillet 2016.
Crédits © Bernard.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/4522/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Photo 4. Une œuvre de YulierP devant le Paseo del Prado
Légende La Havane, juillet 2016.
Crédits © Bernard.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/4522/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Photo 5. Des street artists parisiens à La Havane : l’exemple du Soldat inconnu
Légende La Havane, juillet 2016.
Crédits © Bernard.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/4522/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Titre Photo 6. Un « street artist 2.0 » à La Havane
Légende Painting with light project, mai 2015
Crédits ©Philippe Echaroux (http://www.krop.com/​paintingwithligths/​#/​214221/​)
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/4522/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Photo 7. Une icône revisitée : Mick Jagger en Che Guevara
Légende Calle Obispo, La Havane, juillet 2016.
Crédits © Bernard.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/4522/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Sophie Bernard, « Les images dans le paysage iconographique cubain : quelles redéfinitions à l’heure de l’ouverture ? », Cahiers des Amériques latines, 84 | 2017, 29-48.

Référence électronique

Anne-Sophie Bernard, « Les images dans le paysage iconographique cubain : quelles redéfinitions à l’heure de l’ouverture ? », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 84 | 2017, mis en ligne le 16 mai 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://cal.revues.org/4522 ; DOI : 10.4000/cal.4522

Haut de page

Auteur

Anne-Sophie Bernard

Anne-Sophie Bernard est professeure d’histoire-géographie dans l’enseignement secondaire. Agrégée de géographie, elle effectue une thèse portant sur l’évolution du paysage iconographique de La Havane et Miami sous l’effet du rapprochement diplomatique entre Cuba et les États-Unis, sous la direction de Cynthia Ghorra-Gobin. Ses travaux de recherche ont pour thématique centrale l’art dans la ville. Elle s’est auparavant intéressée aux impacts territoriaux des musées, et notamment à la reproductibilité supposée de l’« effet Bilbao », dans une contribution à l’ouvrage collectif Musées d’art et développement territorial, sous la direction de Guy Baudelle, Gerhard Krauss et Jean-François Polo aux Presses universitaires de Rennes en 2015.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org