Navigation – Plan du site
Lectures

François-Michel Le Tourneau, Les Yanomami du Brésil. Géographie d’un territoire amérindien

Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 480 p.
Hervé Théry
p. 183-205
Référence(s) :
François-Michel Le Tourneau, Les Yanomami du Brésil. Géographie d’un territoire amérindien, Paris, Belin, coll. « Mappemonde »,2010, 480 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Brésil
Haut de page

Notes de la rédaction

François-Michel Le Tourneau est membre du comité de rédaction des Cahiers des Amériques latines.

Texte intégral

1Les Yanomami sont un peu moins de 30 000 – dont 14 000 au Brésil – et vivent sur une superficie d’environ 192 000 km², s’étendant des deux côtés de la frontière entre Brésil et Venezuela, sur des zones écologiques qui vont de la forêt amazonienne de plaine, dans les bassins de l’Orénoque et de l’Amazone, jusqu’à des régions franchement montagneuses. Dans les années 1990, du côté brésilien, ils ont été décimés par des incursions d’orpailleurs (garimpeiros) qui ont apporté des maladies graves – en particulier le paludisme – à leurs communautés jusque-là relativement isolées. La lutte menée par les groupes indigènes, bien relayée par le lobby indigéniste, leur a permis dans les années 2000 de s’assurer le contrôle d’un large territoire qui les met à l’abri des expulsions et de la perte des ressources économiques et sociales qui y sont liées : reconnue et homologuée en 1992, la terre indigène yanomami (TIY) couvre désormais 96 650 km2 (soit à peu près la surface du Portugal ou de la Hongrie).

2Parallèlement, la façon dont on les considère a changé et ce livre en est le témoignage. On a longtemps présenté le déclin des peuples amérindiens du Brésil comme inéluctable et souligné la désagrégation de ces sociétés. Puis, selon François-Michel Le Tourneau, une sorte de « révolution copernicienne » a eu lieu : « on s’est mis à considérer les transformations sociales en cours au sein des groupes amérindiens non plus comme une dégénérescence, mais comme un processus d’adaptation à de nouvelles circonstances, phénomène partagé par toutes les cultures du monde, dominantes ou pas » : « partant de là, nous pouvons considérer les Amérindiens actuels non plus comme des reliques d’un passé mystérieux, mais bien comme des contemporains ».

3La première partie de l’ouvrage, intitulée « La découverte d’un peuple », concerne les premiers contacts avec les Blancs, l’installation des missions religieuses et des orpailleurs, ainsi que les projets des militaires. La deuxième partie (« Quel territoire pour les Yanomami ? ») est consacrée aux étapes de la définition du territoire yanomami et aux diverses attaques dont il a été l’objet. La troisième partie (« Nouveaux défis ») évoque le rôle structurant de l’assistance sanitaire et de l’organisation des Yanomami eux-mêmes. La dernière partie, consacrée à l’« Anatomie du territoire yanomami », traite de son organisation intérieure, de ses ressorts, de son pourtour et de l’impact de l’étranger.

4Directeur de recherche en géographie au CNRS (CREDA-UMR 7227), l’auteur de cet ouvrage a effectué quinze missions de terrain entre 2002 et 2006 afin d’étudier le mode de vie des Yanomami et leur relation avec leur environnement. Dans cet ouvrage très documenté issu de son habilitation à diriger des recherches, il explique comment ce peuple se voit lui-même et se définit par rapport aux groupes qui l’entourent. Dans un dialogue fécond avec l’anthropologie, son étude est donc centrée sur la géographie d’un peuple « qui a eu la chance de pouvoir survivre et de se définir aujourd’hui de manière autonome tant par rapport aux civilisations qui l’entourent que par rapport à son passé ».

5Dans un premier temps qui occupe la majeure partie de l’ouvrage, François-Michel Le Tourneau raconte dans le détail la genèse de ce territoire à partir d’une approche géo-historique. L’accent est notamment mis sur la découverte, à l’occasion de la délimitation de la frontière entre le Brésil et le Venezuela dans les années 1940, que les diverses tribus reconnues au fil des années ne formaient en fait qu’un seul peuple parlant quatre dialectes d’une même langue. L’auteur analyse également le rôle des missions catholiques et protestantes, les activités des organisations humanitaires, les dommages causés par l’arrivée des Blancs attirés par les richesses minérales du sous-sol, le rôle des considérations géopolitiques, les alliances et contre-alliances entre oligarchies locales, gouvernement fédéral, militaires et scientifiques. Dans un second temps, l’approche des enjeux contemporains s’appuie sur un remarquable ensemble de cartes issues de l’analyse d’images satellitaires et des heures passées à arpenter le territoire yanomami, GPS dans le sac à dos.

6Le livre apporte donc une somme de « faits et de connaissances pour comprendre les succès et les défis qui attendent au xxie siècle ce territoire immense et si particulier ». Le ton est aussi objectif que possible, toute la littérature disponible est mobilisée de même que toutes les ressources de la technique d’analyses d’images. François-Michel Le Tourneau ne cherche cependant pas à dissimuler une profonde sympathie pour ce peuple qui a lutté et lutte encore pour maintenir son territoire et son mode de vie dans des conditions adverses et qui, finalement, n’y parvient pas si mal.

7On peut prendre comme témoignage de cette adaptation astucieuse à la modernité une photo publiée dans cet ouvrage (p. 305) : on y voit, collée au mur de l’école bilingue de Demini, une affiche expliquant en yanomami le mode d’emploi du logiciel Photoshop.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Théry, « François-Michel Le Tourneau, Les Yanomami du Brésil. Géographie d’un territoire amérindien », Cahiers des Amériques latines, 67 | 2011, 183-205.

Référence électronique

Hervé Théry, « François-Michel Le Tourneau, Les Yanomami du Brésil. Géographie d’un territoire amérindien », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 67 | 2011, mis en ligne le 15 mai 2013, consulté le 18 septembre 2017. URL : http://cal.revues.org/451

Haut de page

Auteur

Hervé Théry

CNRS CREDA – UMR 7227

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org