Navigation – Plan du site

N° 87 – Reconfigurations du sandinisme, nouvel ordre économique et luttes paysannes : le Nicaragua sous les mandats de Daniel Ortega (2006-2017)

Dossier coordonné par Maya Collombon (maîtresse de conférence, Sciences-Po Lyon, Triangle) et Dennis Rodgers (professeur d’études du développement, université d’Amsterdam, Pays-Bas).

Date limite de réception des propositions d’articles : 15 février 2017.

Date limite de réception des articles : 30 mai 2017.

Publication prévue au printemps 2018.

Projet de dossier

Le retour au pouvoir au Nicaragua du Front sandiniste de libération nationale (FSLN) en 2006 a été largement interprété comme un reflet de la « vague rose » ayant déferlé sur l’Amérique Latine au début du XXIe siècle [Dabène, 2012]. Après les défaites électorales du Parti socialiste unifié du Venezuela ou bien du Front pour la victoire en Argentine, nombreux sont ceux qui ont annoncé la fin de cette période de renaissance de la gauche latino-américaine et se sont résignés aux probables défaites du Mouvement vers le socialisme en Bolivie et du Parti travailliste au Brésil. Le Nicaragua fait figure d’exception, le parti gardant clairement une très forte emprise sur une grande partie de la population pauvre du pays, tout en ayant consolidé son pouvoir à la faveur d’un pacte politique contracté avec le principal parti d’opposition, le Parti libéral constitutionnaliste (PLC) [Marti i Puig, 2009]. Plus que la victoire du sandinisme, la victoire du FSLN en 2006 peut être lue comme la victoire de son leader, Daniel Ortega, à la tête d’une machine politique et clientéliste extrêmement efficace, et ayant permis aux responsables du FSLN de se constituer de manière durable en tant que groupe économique.

Ce dossier s’intéresse à la fois aux transformations du modèle « révolutionnaire » sandiniste et aux spécificités d’une économie politique insérée dans l’Alba (Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique), « bonne élève » du FMI et désormais clairement tournée vers l’extraction et l’exploitation des ressources naturelles. Il entend interroger le cas nicaraguayen comme celui d’un pays illustratif du développement de nouvelles formes d’autoritarisme, d’exploitation et d’insertion dans le système mondial.

Trois questions apparaissent dès lors comme particulièrement centrales pour tenter d’articuler une analyse du Nicaragua contemporain :

  • La construction d’un État sandiniste fort, qui s’appuie sur une machine partisane puissamment insérée dans tous les échelons de la société, sur des politiques redistributives lui permettant d’entretenir de vastes réseaux de clientèle et sur une violence d’État qui maintient un niveau élevé de pression sur les Nicaraguayens ;

  • La résurgence d’un modèle économique ancien, basé sur l’extraction, l’exploitation de ressources et le développement des infrastructures qui remet au goût du jour un ordre oligarchique s’accommodant pleinement des dernières subtilités de la mondialisation économique ;

  • La multiplication de résistances à différentes échelles : opposition politique, luttes sociales, migration, violence… qui viennent complexifier une arène sociale et politique particulièrement conflictuelle.

À trente-six ans de la « Révolution » et dix ans du retour au pouvoir du FSLN, il semble tout d’abord indispensable de s’interroger sur les transformations du sandinisme et la place du politique dans le Nicaragua contemporain. La « Révolution », en référence au processus révolutionnaire des années 1980, reste l’étalon de mesure du gouvernement sandiniste si l’on en croit ses pratiques discursives, son usage des symboles révolutionnaires, ses alliances internationales avec les pays de l’Alba, ou encore ses nombreuses politiques qui entendent réduire la fracture sociale et lutter contre la pauvreté. Mais la réalité du nouveau sandinisme est aussi, et surtout, celle d’un État fort, centralisé autour des figures de Daniel Ortega et Rosario Murillo. Le clan familial dirige le pays grâce à sa mainmise sur toutes les administrations de l’État, y compris les institutions judiciaires, la plupart des médias du pays, et l’organisation du processus électoral lui-même [Close, 2016]. Le parti sandiniste, principal relai du gouvernement, lui assure une connaissance précise des enjeux locaux grâce à la mobilisation des Comités de pouvoir citoyen (CPC) et un large contrôle du territoire national : de l’Assemblée nationale jusqu’aux plus petites municipalités, le FSLN règne en maître. Réduite à peau de chagrin, l’opposition doit faire face à la multiplication des conflits internes et au renforcement des pratiques répressives du gouvernement à l’encontre de toute opposition politique. Dans cette perspective, les articles proposés au sein de ce premier axe s’interrogeront autant sur les transformations du sandinisme contemporain que sur les modalités de mise en place d’un « État parti » sandiniste.

Même si ce sandinisme se targue de promouvoir toute une série de nouveaux programmes sociaux – dont l’étendue et l’efficacité restent opaques – et a effectué un rapprochement avec le régime d’Hugo Chávez au Venezuela, ces dix dernières années ont surtout été marquées par la reconstitution et la consolidation d’un ordre oligarchique au Nicaragua, la plupart des dirigeants sandinistes faisant désormais partie de l’élite [Spalding, 2013]. En effet, après deux décennies d’ajustements structurels et de projets de développement divers et variés, force est de constater que le pays reste pauvre et – surtout vu son historique révolutionnaire – terriblement inégalitaire. Le symbole de cette situation est la transformation de Managua, la capitale, en ville « dé-localisée », où les masses et l’élite du pays reconstituée vivent côte-à-côte sans jamais interagir [Rodgers, 2008] et où les désirs consommateurs régissent l’agencement urbain [Babb, 2001]. En outre, le gouvernement sandiniste a entrepris le développement d’une économie d’extraction et de construction de méga-ouvrages d’infrastructures, le plus emblématique étant le projet d’un canal interocéanique, le « Grand canal », selon l’appellation locale [Collombon, 2015]. Enfin, si du moins ce canal existe un jour. Car derrière le vieux rêve et les capacités techniques et financières qui permettraient effectivement la réalisation d’un tel exploit infrastructurel, se trouve une autre réalité bien plus captivante et plus abordable pour le concessionnaire chinois : les terres tropicales et leurs ressources naturelles. Plus que le canal en lui-même, ou sa propriété chinoise, la concession à l’entreprise HKND apparaît dès lors comme le symbole du Nicaragua du XXIe siècle, pauvre, inégal, gouverné par des clans prêts à brader les biens collectifs, à condition qu’ils leur rapportent personnellement quelques sous. Un pays où la loi du plus fort prévaut, et où les plus marginaux sont livrés à eux-mêmes, avec comme seule solution viable l’émigration. Dans ce second axe seront donc privilégiés des articles qui analysent le modèle économique promu par le gouvernement sandiniste depuis 2006 et les éventuelles négociations et tensions qui résultent de ce nouvel agenda économique entre rhétorique de gauche révolutionnaire, renforcement de l’État, alliances intra-élitaires et politiques d’extraction et d’exploitation des ressources naturelles et minières.

Enfin, il reste à souligner la résurgence d’anciennes luttes sociales et l’émergence de nouvelles, en réponse à l’hégémonie politique sandiniste : paysans et indigènes mobilisés contre le canal, mobilisations écologistes, féministes… Les protestations paysannes, écologistes et indigènes contre le canal, qui ont connu une très forte progression depuis l’été 2014, canalisent de plus en plus un ensemble de revendications politiques et sociales opposées au sandinisme version 2.0. Mais il convient aussi de rappeler qu’aux violences sociales, de travail, de genre, ou encore à l’explosion de la migration, se rajoutent de plus en plus d’autres formes de violence dans un pays pourtant présenté encore aujourd’hui comme un des plus sûrs de l’isthme : gangs, narcotrafic, apparition de rearmados (anciens contras réarmés ou autres groupes armés)… Tous représentent d’une manière ou d’une autre une facette de la nouvelle réalité nicaraguayenne, dont les articles proposés dans ce troisième axe seront le reflet, et peuvent mettre en lumière les dynamiques actuelles et futures de ce pays ayant tout à la fois de profondes résonances utopiques et tragiques.

Modalités de soumission

Les coordinateurs du dossier sont ouverts à des propositions d’articles provenant de différentes disciplines (science politique, sociologie, anthropologie, économie, histoire). Les propositions peuvent être soumises en français, espagnol ou anglais. Elles devront contenir les informations suivantes :

  • nom, prénom ;

  • université ou laboratoire de rattachement ;

  • court CV avec adresse e-mail ;

  • titre envisagé de l’article ;

  • résumé de 1 500 signes maximum précisant le contenu du projet d’article.

La date limite de soumission des propositions d’articles est fixée au 15 février 2017 aux adresses suivantes :

maya.collombon@sciencespo-lyon.fr

d.w.rodgers@uva.nl

Le comité de rédaction des Cahiers des Amériques latines informera de l’acceptation ou non des propositions dans un délai de deux semaines.

Les articles de 45 000 signes environ (espaces, notes, bibliographie, résumés et mots-clés compris) devront être envoyés aux coordinateurs pour le 30 mai 2017. Ils seront soumis à une double évaluation anonyme.

La publication du dossier est prévue pour le printemps 2018.

Merci de bien vouloir consulter les instructions aux auteur-e-s : https://cal.revues.org/2324
Les articles ne répondant pas à ces instructions ne pourront être pris en compte.

[Convocatoria en español]

[Call for papers in english]

Bibliographie

BABB Florence, After Revolution: Mapping Gender and Cultural Politics in Neoliberal Nicaragua Austin, Texas, University of Texas Press, 2001.

CLOSE David, Nicaragua: Navigating the Politics of Democracy,  Boulder, Lynne Rienner, 2016.

COLLOMBON Maya, « Le Grand Canal, l’offrande sandiniste aux Nicaraguayens », Les Études du CERI: l’année politique de l’Amérique Latine 2015, n° 217-218, 20-24, 2015.

DABENE Olivier, La Gauche en Amérique Latine, 1998-2012, Paris, Presses de Sciences-Po, 2012.

MARTI I PUIG Salvador, « Nicaragua 2008: Polarización y pactos », Revista chilena de ciencia política: Clave, 29 (2), 515-531, 2009.

RODGERS Dennis, « Managua: la ville délocalisée », in Mike DAVIS et Daniel MONK (dir.), Paradis infernaux : les villes hallucinées du néo-capitalisme, Paris, Les Prairies ordinaires, 2008, p. 239-258.

SPALDING Rose, « Los empresarios y el estado en la Nicaragua post-revolucionaria: el reordenamiento de las élites y la nueva estrategia de colaboración », in Eric HERSHBERG (dir.), Las élites de centroamérica, vol. 3, San José, Flacso-Costa Rica, 2013.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org