Navigation – Plan du site
Lectures

Fred Halliday, Caamaño in London. The Exile of Latin American Revolutionary

Londres, Institute for the Study of Americas, 2011, 219 p.
Romain Robinet
p. 183-205
Référence(s) :
Fred Halliday, Caamaño in London. The Exile of Latin American Revolutionary, Londres, Institute for the Study of Americas, 2011, 219 p.

Entrées d’index

Index géographique :

République dominicaine
Haut de page

Texte intégral

1Professeur de relations internationales à la London School of Economics, Fred Halliday est décédé en avril 2010 et c’est donc à titre posthume que son dernier ouvrage vient d’être publié. Il traite de l’exil à Londres, de janvier 1966 à l’automne 1967, du colonel Francisco Caamaño Deñó, élu président de la République dominicaine en mai 1965. La genèse de ce livre est largement consubstantielle au court exil de l’officier « constitutionnaliste » en Angleterre : ce fut en mars 1966 que le révolutionnaire dominicain prononça son dernier discours public, à Oxford, en présence de l’étudiant qui l’avait invité, Fred Halliday, alors président du Labour Club de l’Université. Impressionné par le charisme de Caamaño, Halliday rapporte cet événement avec émotion, en faisant à maintes reprises l’éloge de l’ancien président dominicain dont le caractère est comparé à celui d’Orlando Letelier et de Willy Brandt.

2Le souvenir de la rencontre entre l’auteur et Francisco Caamaño oriente en conséquence ce livre, lequel mêle analyse historique et témoignage. L’ouvrage est relativement hétéroclite : il juxtapose des mises en contexte, écrites par James Dunkerley, Fred Halliday, O. A. Westad et Hamlet Hermann (le biographe de Caamaño) et toute une série de sources (articles de presse, photographies, documents diplomatiques anglais et américains). Il est enfin accompagné d’une chronologie précise allant du renversement du dictateur Trujillo (en 1961) jusqu’à nos jours, ainsi que d’une trentaine de courtes notices biographiques présentant les acteurs de l’époque. Dans cet ouvrage, Fred Halliday défend la thèse que les événements survenus dans les années 1960 en République dominicaine ne sauraient être considérés comme une simple note de bas de page du grand récit de la Guerre froide. L’auteur soutient aussi que l’expérience dominicaine s’avère fondamentale pour comprendre les relations entre les États-Unis, l’Amérique latine et les Caraïbes après 1945.

3Située dans la partie orientale de l’île d’Hispaniola, la République dominicaine fut rapidement la proie de l’impérialisme des États-Unis : outre l’échec du projet d’annexion d’Ulysse Grant à la fin du xixe siècle, le pays fut occupé militairement par le voisin du Nord entre 1916 et 1924. En mai 1961, le dictateur Rafael Leonidas Trujillo, véritable caudillo au pouvoir depuis 1930 et qui fit ériger deux mille statues de sa personne, fut assassiné avec le soutien tacite de l’administration Kennedy (laquelle voulait redorer son blason un mois après l’échec de la Baie des Cochons). Élu démocratiquement en décembre 1962, l’ancien exilé Juan Bosch assuma la présidence du pays en 1963, mais n’exerça la plus haute magistrature que sept mois seulement : un coup d’État, conduit avec l’assentiment de Washington, le renversa le 25 septembre 1963 et confia le pouvoir à un triumvirat militaire conservateur. Soutenus par la population, d’autres militaires, les officiers « constitutionnalistes », prirent le pouvoir par la force le 24 avril 1965 afin de restaurer l’ordre démocratique. Le colonel Francisco Caamaño, alors âgé de 32 ans, était l’un d’entre eux. Quatre jours plus tard, le président des États-Unis, Lyndon B. Johnson (dont Westad souligne l’implication dans les événements), ordonna l’occupation de la République dominicaine, sous le prétexte fallacieux de protéger la vie de ses concitoyens. Suivant une application extrêmement rigoureuse de la doctrine Monroe, 40 000 soldats furent alors déployés pour soutenir les conservateurs dominicains, faisant de l’intervention nord-américaine non seulement un événement majeur de la Guerre froide (le déploiement en République dominicaine précéda de deux mois le grand déploiement des troupes terrestres au Vietnam), mais aussi la plus grande intervention militaire des États-Unis en Amérique latine (à comparer avec les opérations postérieures impliquant 7 000 soldats en 1983 à Grenade puis 26 000 soldats au Panama en 1989). Les auteurs partagent l’analyse suivante : l’intervention militaire en République dominicaine fut l’une des premières offensives contre-révolutionnaires dans le tiers-monde et représenta un saut qualitatif dans le combat contre le radicalisme latino-américain des « longues années 1960 » (Dunkerley), allant du triomphe de la Révolution cubaine en 1959 et s’achevant par le coup d’État de 1973 au Chili.

4Le 3 mai 1965, le leader des constitutionnalistes, Caamaño, fut élu président par le Congrès. Il fut néanmoins dans l’impossibilité d’exercer son mandat, devant faire face aux offensives militaires américaines. La pression des États-Unis conduisit le colonel à démissionner le 3 septembre 1965, à l’issue d’un accord (« l’acte institutionnel ») entre les constitutionnalistes et les conservateurs, laissant le pouvoir à un nouveau président, Héctor García Godoy. Ce dernier envoya en janvier 1966 une trentaine d’officiers en exil (des constitutionnalistes comme des conservateurs), leur confiant des postes d’attachés militaires à l’étranger. Caamaño et sa famille quittèrent ainsi Santo Domingo pour Londres.

5Outre l’importance de l’expérience dominicaine dans la logique de la Guerre froide, le second intérêt de l’ouvrage est de proposer un intéressant cas d’étude pour l’histoire de l’exil. Les 20 mois d’exil de ce militaire progressiste dans la capitale britannique, mis en parallèle avec l’exil de six mois de Simon Bolivar en 1810, apparaissent comme un « interlude » (Halliday). Cet interlude fut cependant un temps de réflexion intense pour l’ancien président, qui essaya de comprendre le sens des événements et acheva alors sa radicalisation politique. Ayant longuement cru en un retour à la démocratie, il fut profondément déçu par l’élection à la présidence du candidat soutenu par les États-Unis, Joaquín Balaguer, en juin 1966. Balaguer fut l’instigateur d’une féroce répression (un millier d’assassinats politiques par an dans les débuts de son mandat). Très différent dans son tempérament d’Ernesto Guevara, Caamaño devint pourtant fasciné par le « Che » et par ses appels à l’héroïsme et au sacrifice. Les théorisations révolutionnaires de Guevara firent partie de ses lectures, tout comme les écrits du général vietnamien Vo Nguyen Giap.

6Ce fut aussi pendant cet exil que le colonel dominicain se rapprocha de La Havane, par l’intermédiaire d’une partie de la gauche dominicaine, notamment des anciens membres du mouvement de guérilla inspiré du modèle cubain, le Movimiento Revolucionario 14 de Junio. La nouvelle de la mort de Guevara en octobre 1967 acheva la transformation politique de ce militaire pragmatique, hostile aux rivalités des factions d’extrême gauche, en guérillero. Caamaño se rendit alors à Prague, via les Pays-Bas, où il prit un avion pour Cuba. Il y resta de 1967 à 1973 afin de former un groupe de guérilleros, malgré le scepticisme de Fidel Castro. Appliquant le schéma guévariste du foco, l’ancien président initia une guérilla en février 1973 en débarquant à Playa Caracoles, au nord de l’île, avec neuf autres participants. Malgré son prestige, il ne réussit pas à provoquer un soulèvement populaire immédiat et fut capturé après seulement deux semaines de combat. Comme Ernesto Guevara, Caamaño fut directement exécuté et son corps fut jeté depuis un avion dans la mer des Caraïbes.

7En somme, l’ouvrage dirigé par Fred Halliday, analysant une brève période de la vie de Francisco Caamaño et éclairant son destin tragique, réussit à élargir la focale en offrant une meilleure compréhension de la Guerre froide en Amérique latine et dans les nations du tiers-monde. L’insistance sur l’originalité de l’intervention en République dominicaine, pendant caribéen du déploiement des troupes terrestres au Vietnam, permet de mieux comprendre l’agressivité de la politique étrangère de Johnson, ainsi que la radicalisation politique des gauches latino-américaines fascinées par l’expérience castriste et l’aventure guévariste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Robinet, « Fred Halliday, Caamaño in London. The Exile of Latin American Revolutionary », Cahiers des Amériques latines, 67 | 2011, 183-205.

Référence électronique

Romain Robinet, « Fred Halliday, Caamaño in London. The Exile of Latin American Revolutionary », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 67 | 2011, mis en ligne le 15 mai 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/442

Haut de page

Auteur

Romain Robinet

(Sciences Po – CHSP)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org