Navigation – Plan du site
Lectures

Laurent Vidal et Alain Musset (dir.), Les Territoires de l’attente : migrations et mobilités dans les Amériques (xixe-xxie siècle)

Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Des Amériques », 2015
Céline Regnard
p. 179-182
Référence(s) :
Laurent Vidal et Alain Musset (dir.), Les Territoires de l’attente : migrations et mobilités dans les Amériques (xixe-xxie siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Des Amériques », 2015, 304 p.

Texte intégral

1Le champ des études migratoires est marqué depuis une vingtaine d’années par un renouvellement des perspectives, au cœur desquelles la notion de circulation a permis de restituer la complexité et la non-linéarité des trajectoires individuelles et collectives des migrants sur la planète. Dans une perspective interdisciplinaire et de longue durée, c’est l’ensemble des sciences sociales qui s’accorde sur l’idée que « les phénomènes de mobilité et de déplacement s’affirment comme des caractéristiques majeures de nos sociétés contemporaines » (p. 7).

2L’ouvrage dirigé par Laurent Vidal et Alain Musset propose de passer à un « deuxième temps des mobilities turn » attentif aux immobilités et aux stabilités, aux pauses aussi bien qu’à la vitesse et aux flux (p. 19), aux temporalités et aux rythmes heurtés des migrations. L’attente, conçue dès lors comme un « état de la mobilité » (p. 19), est donc ici considérée comme un paradigme pour penser les sociétés en déplacement, pour s’interroger sur la capacité des discours, des pratiques et des infrastructures de la mobilité à créer des arrêts aussi bien que du mouvement.

  • 1 « Trans-frontières : pour une analyse des lieux de passage », Socio-anthropologie, n° 6, 1999 [en l (...)

3Si la proposition est déjà ancienne, Nancy Green ayant invité dès 1999 à « historiciser les lieux et les moments de passage tout en dégageant leur profond sens socio-anthropologique »1, elle n’avait pas été beaucoup suivie jusqu’à ce que Laurent Vidal en appelle à une histoire sociale de l’attente qui permette de comprendre ce qui se crée dans les espaces interstitiels et les moments de transition de la migration. Professeur d’histoire contemporaine à l’université de La Rochelle, spécialiste de l’histoire des villes et de l’immigration au Brésil, il a ensuite coordonné le programme de recherche Terriat « Sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente dans les Amériques » financé par l’Agence nationale de la recherche de 2010 à 2 014. C’est à un examen des territoires de l’attente et de leurs formes spatiales, juridiques, historiques, économiques et sociales que s’est consacrée cette équipe internationale et interdisciplinaire formée de spécialistes des mondes américains, ces espaces qui, nés du déplacement volontaire ou forcé de populations d’origines diverses, présentent de multiples exemples présents et passés de territoires de l’attente. Alain Musset est quant à lui géographe, directeur d’études à l’EHESS et spécialiste des villes latino-américaines.

4L’ouvrage constitue à la fois un point d’aboutissement du programme de recherche Terriat, « le socle commun d’une enquête » (p. 7), mais aussi une véritable étape dans le champ des études migratoires. Il réussit le pari du résumé et de la synthèse tout en proposant une analyse approfondie et variée du territoire, l’attente étant décrite comme « fait social total » (p. 10). Largement illustré, ponctué de nombreux encadrés offrant la possibilité d’une lecture à plusieurs niveaux, appuyé sur des textes synthétiques et fortement référencés, il est structuré en cinq parties bénéficiant d’une introduction problématique. Il manifeste une grande rigueur scientifique tout en offrant une lecture agréable, dynamique, laissant une impression d’unité malgré la diversité des disciplines et des sujets abordés.

5La première partie, « Généalogie et enjeux des situations de l’attente », se propose de revenir sur la définition de l’attente comme objet d’études pour les sciences sociales dans le cadre des travaux sur les mobilités et les déplacements. Pour ce faire, elle s’appuie tout d’abord sur un solide chapitre épistémologique et programmatique où les auteurs situent l’objet de recherche dans leurs disciplines respectives, l’histoire et la géographie. Ce faisant, ils posent un principe qui structure par la suite l’ensemble de l’analyse : la dualité et la complémentarité entre le niveau « emic », celui de l’attente telle qu’elle est vécue par les acteurs, et le niveau « etic » caractérisant le phénomène constaté par les chercheurs (p. 23). Cette double dimension, conservée jusqu’à la conclusion finale, sert à la fois de clé d’analyse et d’outil typologique. Si l’attente est une sensation, d’ailleurs difficile à documenter, comme le montrent Grégory Bériet, Laurent Vidal et Leticia Parente Ribeiro dans le deuxième chapitre, elle peut investir de multiples lieux. L’analyse s’inscrit dans les perspectives de Michel Foucault sur les « hétérotopies », ces espaces ordinaires qui, pour un temps, sont investis d’un autre sens social et symbolique. Par ailleurs, l’attente peut aussi – et ce n’est pas contradictoire – être instituée par un ou des pouvoirs sur des espaces dédiés. On rejoint alors une définition des territoires comme des espaces sur lesquels s’exerce le pouvoir d’une personne, d’un individu ou d’une institution. Ainsi, Dominique Vidal et Nancy L. Green montrent dans le troisième chapitre que l’attente possède une dimension genrée et politique qui confère aux territoires concernés une géométrie variable.

6C’est logiquement à la notion de territoire qu’est consacrée la deuxième partie de l’ouvrage : « Quand l’attente définit le territoire ». En considérant que l’attente est le principal agent organisateur des dynamiques dans certaines zones déterminées, les trois chapitres qui la composent montrent comment l’attente crée, même de façon provisoire, de « nouveaux territoires » (p. 59). Au-delà de la distinction fonctionnelle entre les lieux conçus pour l’attente et les lieux investis par l’attente, Paulo Cesar da Costa Gomes et Alain Musset invitent dans le quatrième chapitre, dans la foulée de l’emotional turn anglo-saxon, à prendre en compte la dimension existentielle de l’attente comme constitutive des territoires. Cette analyse est replacée dans une perspective historique par Maria Isabel de Jesus Chrysostomo et Laurent Vidal qui montrent dans le cinquième chapitre les liens existant entre le contexte migratoire, les caractéristiques spatiales des villes côtières latino-américaines et l’apparition de modèles de stations d’immigrants entre les années 1850 et la Première Guerre mondiale. Au cours du sixième chapitre, Ana María Álvarez Rojas et Reyna Sánchez Estévez mettent en lumière les liens entre les politiques publiques et urbaines et les territoires de l’attente à Mexico et Santiago du Chili.

7La troisième partie « Pratiques sociales et jeux spatiaux dans les territoires de l’attente » s’intéresse à la façon dont certaines interactions ou pratiques sociales se développent dans les territoires de l’attente. On retrouve ici la dimension existentielle de l’attente dans ses aspects les plus concrets : si le contexte spatio-temporel détermine ou contraint les migrants qui attendent, il laisse aussi la place à des interactions, même minimes, et à des opportunités. La référence aux « tactiques » et « stratégies » analysées par Michel de Certeau, est ici déclinée en trois thématiques : habiter les territoires de l’attente au chapitre 7 par Alain Musset, Dominique Vidal et Verónica Correa, déployer des stratégies d’attentes dans un contexte de biopouvoir au chapitre 8 par Grégory Beriet et Ambre Dewaele, expérimenter l’attente du point de vue des attitudes corporelles au chapitre 9 par Luis Campos Medina et Miguel Ángel Aguilar.

8Si l’attente crée des interactions spécifiques, elle met également en jeu des identités qui s’y réinventent, comme le montre la quatrième partie : « Des identités en question dans les territoires de l’attente ». Les approches, à la fois sociologiques comme celles de Fraya Frehse et de Dominique Vidal au chapitre 10 puis de Leticia Parente Ribeiro et d’Alain Musset au chapitre 12 et littéraires dans l’original chapitre 11 de Raimundo Arrais et Laurent Vidal, montrent que les territoires de l’attente permettent une réinvention de soi par les discours et les procédés narratifs ou encore par l’activité économique. En ce sens, elle est un fait social total, laissant apparaître des opportunités pour ceux qui développent une économie en lien avec l’attente.

9Enfin, la dernière partie consacrée à la « mémoire patrimoine » et aux « muséalisations des territoires de l’attente » montre qu’à travers le phénomène de patrimonialisation, récent et universel, des territoires de l’attente, s’opère un « phénomène de médiation des identités collectives qui s’adresse autant à l’autre qu’à soi », par lequel « les communautés se définissent et affirment leurs identités » (p. 233). L’analyse des différents lieux de mémoire sur les deux continents américains – stations d’accueil des migrants par Didier Poton et Yves Bergeron au chapitre 13, littérature par Micéala Symington et Jean Bessière au chapitre 14, et enfin photographie par Diego Jarak et Mariana Giordano au chapitre 15 – met en relief la centralité des territoires de l’attente dans le processus de construction d’un discours sur la nation.

10Les territoires de l’attente – notion dont l’ouvrage prouve l’opérabilité dans le champ des sciences sociales – sont donc loin d’être des temps faibles de la migration, mais l’éclairent au contraire d’un jour nouveau en y intégrant les possibles et la réinvention de soi dans la contrainte ou dans l’inaction apparente. Ce faisant, ce livre ouvre un champ de recherches plus qu’il ne le clôt, et appelle à des enquêtes similaires sur d’autres espaces afin de tester la spécificité du cadre américain.

Haut de page

Notes

1 « Trans-frontières : pour une analyse des lieux de passage », Socio-anthropologie, n° 6, 1999 [en ligne]. Disponible sur : https://socio-anthropologie.revues.org/110

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Regnard, « Laurent Vidal et Alain Musset (dir.), Les Territoires de l’attente : migrations et mobilités dans les Amériques (xixe-xxie siècle) », Cahiers des Amériques latines, 82 | 2016, 179-182.

Référence électronique

Céline Regnard, « Laurent Vidal et Alain Musset (dir.), Les Territoires de l’attente : migrations et mobilités dans les Amériques (xixe-xxie siècle) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 82 | 2016, mis en ligne le 24 novembre 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cal.revues.org/4389

Haut de page

Auteur

Céline Regnard

Université Aix-Marseille, CNRS, UMR 7303 Telemme et Institut universitaire de France

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org