Navigation – Plan du site
Lectures

Andrès Ruggeri, Occuper, résister, produire

Syllepse, 2015
Maxime Quijoux
p. 175-179
Référence(s) :
Andrès Ruggeri, Occuper, résister, produire, Syllepse, 2015, 190 p.

Texte intégral

  • 1 Parmi les plus connus, on notera celui réalisé par Naomi Klein et Awi Levis, The take, 2005, MK2 di (...)

1À côté des assemblées de quartier, des clubs de troc et des mouvements piqueteros, les entreprises récupérées ont fait partie des actions collectives emblématiques des années 2000 en Argentine. Apparu au milieu des années 1990, ce phénomène se développe rapidement au lendemain de la crise de décembre 2001. Dans un contexte économique exsangue et de troubles politiques et sociaux, de nombreuses entreprises ferment ou sont abandonnées par leurs propriétaires. Afin de conserver leur emploi, un certain nombre de salariés décident alors d’occuper leur lieu de travail puis de relancer la production sous forme coopérative. Alors que la plupart des autres mobilisations issues des cacerolazos ont progressivement disparu, ce phénomène n’a cessé à l’inverse de croître, de quelques dizaines au début du millénaire, on compte désormais plus de 300 entreprises récupérées. Ces reprises ont également connu un large retentissement international parmi les chercheurs et les militants. En plus des innombrables enquêtes et documentaires sur la question1, cette répercussion s’observe dans les mobilisations, le phénomène a ainsi directement inspiré l’une des reprises les plus médiatiques de France, celle de l’usine Fralib située dans les Bouches-du-Rhône. Face à des mouvements progressistes en quête d’une nouvelle utopie et à des salariés en proie au chômage et à la précarité, le phénomène suscite un intérêt qui ne se dément pas.

2Dans un tel contexte, on ne peut que se réjouir de la parution de cet ouvrage par l’anthropologue argentin Andrés Ruggeri. Des travaux en langue française existent, mais ils sont encore trop rares et souvent concentrés sur des cas spécifiques. S’il s’agit ici de proposer une synthèse du phénomène étudié, il ne faut pas s’attendre à une simple restitution factuelle de sa genèse et de son évolution. Fort d’une dizaine d’années passées à la tête du plus important programme de recherche sur les entreprises récupérées d’Argentine, l’auteur s’appuie sur l’ensemble de ces travaux pour offrir aux lecteurs une discussion clairvoyante sur les principales thématiques que soulèvent ces mobilisations depuis quinze ans. Il s’efforce dans un premier temps de repréciser à la fois les contours et l’origine du phénomène : victimes de la désindustrialisation permise par les politiques néolibérales des années 1990 puis de l’effondrement financier de 2001, les entreprises récupérées par les travailleurs (ERT) sont des mobilisations qui héritent d’une situation sociale préexistante ; plus proche d’une histoire de type syndical que de luttes anticapitalistes, elles connaissent une expansion importante – passant de 164 unités en 2004 à 311 en 2014, correspondant à environ 13 500 travailleurs – malgré une précarité structurelle et un vide juridique persistant. Ce sont majoritairement des petites structures, réunissant principalement des salariés masculins, spécialisés et avec une forte ancienneté. Ruggeri s’appuie sur ces différents cadrages pour examiner ensuite le mouvement à l’aune des grandes catégories dans lesquelles on a l’habitude de vouloir l’enfermer. Il passe ainsi les ERT au tamis du coopérativisme, de l’économie sociale et solidaire puis du mouvement ouvrier. Il en ressort une thèse forte et salutaire : si ces entreprises possèdent des caractéristiques formelles qui les rapprochent des premiers domaines – adoption du statut d’associés et élection des dirigeants prévues dans le modèle coopératif –, les ERT s’en distinguent néanmoins fortement, à la fois par leur histoire et par leurs pratiques. Issues de populations principalement ouvrières, dans des secteurs d’activité en difficulté, ces reprises s’effectuent au terme de mobilisations sociales souvent très conflictuelles qui façonnent fortement leur organisation. Loin des modèles bureaucratisés proposés par le mouvement coopératif, le phénomène se dissocie aussi des configurations de l’économie sociale et solidaire qui, dans le contexte argentin, abrite essentiellement du salariat précaire provenant de l’économie informelle. Les ERT sont définies par l’attachement continu à des pratiques horizontales de gestion – souveraineté décisionnelle de l’assemblée générale de tous les travailleurs – tout en se maintenant dans les affres de l’économie réelle. Elles possèdent également leur propre vision de l’activité d’une entreprise : si ces entreprises se soumettent aux lois du marché, c’est davantage pour garantir leurs revenus que pour faire fructifier leur capital. Comme le pointe très justement l’auteur, ce qui apparaîtrait ici alors comme un défaut de l’entreprise capitaliste est une vertu : on sacrifie l’excédent au profit de l’emploi et de projets culturels et sociaux. En ce sens, pour Ruggeri, les ERT relèvent directement d’une tradition ouvrière qui a toujours existé en amont et en parallèle du mouvement coopératif. Retraçant les jalons méconnus de cette histoire internationale, il insiste non seulement pour inscrire les ERT dans cette filiation du mouvement ouvrier et réaffirme ainsi la place de l’autogestion dans cette histoire sociale.

3Pour autant, l’auteur ne succombe pas à la facilité du propos idéologique, écueil dans lequel tombent le plus souvent les principaux analystes de la question. Il ne cesse de rappeler les conditions particulièrement pénibles dans lesquelles ont émergé ces mobilisations et contre lesquelles elles évoluent invariablement : l’absence de capital, la vétusté des machines, le manque de personnel qualifié, l’instabilité juridique, la rareté et les contraintes bureaucratiques des aides publiques. Ruggeri brosse un tableau dégrisant de la réalité de ces entreprises dont la survie semble davantage affaire de conjoncture extérieure que d’activité productive. Il aborde aussi des aspects souvent ignorés, voire occultés, tant ils dérangent et ne cadrent pas avec les attentes politiques dont les ERT sont l’objet. Ainsi il n’hésite pas à signaler trois grandes dérives qui agitent de façon récurrente ces processus de reprise : le non-engagement aux postes de responsabilités, les conduites de « résistances » indirectes – freinage, sabotage – et les réactions de type syndical qui s’opposent à certaines contraintes imposées par le statut d’associé. La question est complexe d’autant plus qu’elle renvoie souvent des positions sociales différenciées, où la rigueur des fondateurs de la reprise se heurte à la désinvolture des nouveaux associés. Dans un cadre légal qui impose le statut d’associé à toute nouvelle recrue, l’enjeu est considérable, entre dérives délégataires et dislocation du collectif, les menaces sont bien réelles. Dans un dernier élan, après Novaes et Dagnino, Ruggeri s’efforce de contrecarrer deux idées éculées sur la reprise et l’autogestion, à rebours de considérations à la fois essentialiste et techniciste, il s’emploie à montrer que l’autogestion ouvrière n’est un processus naturel ni pour les ouvriers, souvent conditionnés par des années d’exploitation salariale, ni pour des technologies conçues pour tirer le maximum de productivité de ces mêmes salariés. L’auteur met donc en lumière une nouvelle limite de notre perception du monde autogestionnaire, au sein duquel les échecs sont moins associés à la fonction des machines qu’aux incompétences des ouvriers à s’autogérer.

4En somme, c’est un ouvrage très riche qui réussit le pari de rester lucide sur le phénomène sans sacrifier sa dimension politique. Deux points du livre semblent toutefois plus contestables. Son propos adopte tout d’abord une vision très « économiciste » du phénomène : problèmes de capital, de débouchés commerciaux, d’absence de compétences, de rémunérations, d’investissements suffisants, etc. Si, de toute évidence, ces points sont de vrais enjeux dans la genèse comme dans le développement de ces entreprises, une analyse plus sociologique et anthropologique du phénomène aurait été bienvenue. De fait, en dehors de leur qualité d’ouvriers et de leur « identité de classe », on en sait assez peu sur les propriétés sociales de ces salariés. Qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? Comment en sont-ils arrivés à de telles mobilisations ? Bien que les explications d’ordre matériel paraissent évidentes dans leur logique d’engagement, le phénomène ne peut néanmoins s’y réduire. En l’occurrence, la rationalité qui sous-tend ces actions collectives doit s’apprécier à l’aune des dispositions acquises au cours de leur trajectoire sociale et professionnelle. Réunissant essentiellement des PME, on ne peut en effet comprendre les ERT sans prendre en compte le rapport qu’ont entretenu des années durant ces salariés avec leur travail, leur entreprise et bien souvent leur patron. En l’occurrence, l’une des raisons qui pousse ces salariés à se mobiliser provient autant d’une rupture dans les liens qu’ils entretenaient avec leur employeur que dans la détérioration de leur intégration salariale.

5Par ailleurs, en dépit de l’effort que fournit l’auteur pour donner une vision réaliste de ces processus de reprise, certaines analyses qu’il propose semblent parfois un peu trop proches de certains acteurs du champ. Ainsi, s’il paraît tout à fait judicieux de réinscrire l’autogestion dans une filiation ouvrière en opposition au mouvement coopératif et à l’économie sociale et solidaire, cet examen semble pour partie être la conséquence normative du contact prolongé auprès de certains milieux militants. La réalité est en effet plus complexe, les dernières recompositions des mouvements d’entreprises récupérées incluent désormais des coopératives de programmes sociaux. De même, l’auteur s’emploie à signaler certains problèmes sociaux au sein des ERT mais son analyse est parfois partiale notamment dans le conflit qui oppose les fondateurs aux nouveaux associés, la vision qu’il donne des litiges fait la part belle aux plus anciens et reprend en partie leur position. Enfin, face aux critiques sur les très fréquents phénomènes d’auto-exploitation qu’on retrouve dans les ERT, la relativisation à laquelle il invite laisse un peu dubitatif, s’il s’agit effectivement de situations difficilement évitables dans le contexte concurrentiel du système capitaliste, celles-ci sont loin d’être autant assumées par les travailleurs qu’il le laisse entendre. Elles produisent des effets délétères aussi durables que nombreux, à la fois sur les dynamiques collectives et sur les vies individuelles, qui concourent davantage à la destruction du groupe qu’à un consensus accepté de tous.

6Mais ces deux principales critiques ne doivent en aucun cas occulter l’immense apport de cet ouvrage. Réjouissons-nous en effet d’avoir désormais en langue française cet outil qui, dans le contexte actuel, sera à coup sûr d’une très grande utilité. Comme l’a été tout au long de ces années en Argentine le travail d’Andrés Ruggeri et de son équipe dans l’intelligibilité du phénomène, désormais historique, des entreprises récupérées par les travailleurs.

Haut de page

Notes

1 Parmi les plus connus, on notera celui réalisé par Naomi Klein et Awi Levis, The take, 2005, MK2 diffusion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Quijoux, « Andrès Ruggeri, Occuper, résister, produire », Cahiers des Amériques latines, 82 | 2016, 175-179.

Référence électronique

Maxime Quijoux, « Andrès Ruggeri, Occuper, résister, produire », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 82 | 2016, mis en ligne le 24 novembre 2016, consulté le 22 février 2017. URL : http://cal.revues.org/4387

Haut de page

Auteur

Maxime Quijoux

Chargé de recherche CNRS au sein du Laboratoire Printemps

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org