Navigation – Plan du site
Études

« Terra adorada, mãe gentil » : l’image de la nature et du féminin dans la construction de l’idée de Brésil-nation (1930-1945)1

« Terra adorada, mãe gentil» : a concepção do Brasil-nação nas imagens da natureza e do feminino (1930-1945)
Terra adorada, mãe gentil”: the Invention of a Nation Through Images of Nature and the Feminine in Brazil (1930-1945)
Natascha Stefania Carvalho De Ostos
Traduction de Clara Domingues
p. 155-170

Résumés

Au Brésil, la période connue comme l’ère Vargas (1930-1945) a été marquée par le renforcement des idées nationalistes, matérialisées par un projet politique autoritaire, où l’État s’est appliqué à contrôler la société. Un tel scénario a favorisé la prolifération des discours qui associaient des représentations conservatrices des femmes et de la nature, unissant ces représentations dans l’idée centrale d’une nation brésilienne maternelle, prête à se sacrifier pour ses « enfants », mais exigeant en retour la fidélité et l’obéissance au projet politique officiel.

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 22 mai 2015, accepté le 20 septembre 2016.

Texte intégral

Je remercie ma directrice de mémoire, Mme Regina Horta Duarte, professeure à la UFMG, pour le dialogue de qualité qu’elle a su établir entre nous et ses suggestions, la Famepig (Fondation de soutien à la recherche de Minas Gerais) pour son soutien financier, les rapporteurs anonymes et la UFMG, où j’ai soutenu mon mémoire de master : « Terra Adorada, Mãe Gentil : representações do feminino e da natureza no Brasil da Era Vargas (1930-1945) ».

  • 1 L’expression « Terra adorada et mãe gentil » est tirée de l’hymne national brésilien : « Terra ador (...)

1Au cours des décennies 1930 et 1940, les femmes et la nature revêtent des significations aussi multiples que les traditions et les apports culturels des différents groupes sociaux brésiliens. Nous analyserons ici quelques représentations qui associent femmes et nature dans des domaines spécifiques, en les confrontant aux valeurs et aux principes inhérents aux projets politiques autoritaires et nationalistes, renforcés à cette période. En effet, malgré la grande diversité des propositions politiques de certains hommes d’État, toutes se rejoignent au moins sur un point : le désir de refonder la nation, en la remodelant dans les principes de la coopération, de l’union solidaire entre Brésiliens. L’objectif est double : éradiquer les luttes sociales et inciter au sacrifice de tous au profit du développement du Brésil.

2Entrecroiser les représentations des femmes et de la nature n’a rien d’original au regard de l’histoire des autres peuples [Ortner, 1979, p. 95-120 ; MacCormack et Strathern, 1980]. De nombreuses cultures s’y sont prêtées en recourant à l’image de la fertilité et de l’abondance. Néanmoins, au-delà de la constance de cette association, il est évident que les représentations sociales recouvrent des sens distincts au sein de chaque culture et dans la temporalité qui lui est associée [Cardoso et Malerba, 2000]. Concernant les représentations qui nous intéressent, elles se révèlent généralement circonscrites aux thèmes suivants : fonction sociale et attributs des femmes ; récits sur la nature comme patrimoine économique et sentimental ; évocation de la nation, des droits et devoirs qui y sont rattachés. Nous examinerons la manière dont les références qui nourrissent les stéréotypes communs articulent les idées de « nature féminine » et de « femme nature ». Dans un contexte où elles deviennent des éléments incontournables à la réinvention d’une population faisant partie intégrante des richesses de la terre, les femmes et la nature acquièrent une importance toute particulière dans les projets de construction de la nation. Leur redéfinition politique et économique favorise alors la recrudescence de certaines représentations.

3Dans les années 1930 et 1940, une série de changements sociaux et économiques offre aux femmes brésiliennes de plus grandes opportunités d’étude, de travail et une sociabilité qui ne se réduit plus au seul foyer. Ces transformations, qui établissent de nouvelles normes de comportement, provoquent l’appréhension d’une partie de la société : elles annonceraient la décadence de la famille et l’effondrement de l’ordre social. Émerge ainsi, dans les discours de journalistes, universitaires, éducateurs, un rejet véhément à l’encontre des tentatives de modification des coutumes et des rôles habituellement tenus par les femmes. Ils sont nombreux à recourir à des métaphores qui associent femmes et nature, soit pour les disqualifier, soit pour établir une caractérisation biologique indépassable de l’être femme qui, en plus d’une différenciation physique répondrait à un certain comportement social.

4Les représentations sociales se traduisent par des métaphores qui, en s’appuyant sur des images censées représenter une réalité objective, détiennent le pouvoir de « concrétiser » l’abstrait. Les éléments discursifs étayant ces représentations trient les faits et les valeurs selon l’interprétation que leurs auteurs souhaitent donner du monde. Ceux qui considèrent les femmes fragiles et instables chercheront donc dans la réalité des données et des exemples pour corroborer leur conception. Ce processus n’est ni neutre ni aléatoire. Il dépend au contraire de normes sociales, d’intérêts et de principes considérés comme valables et importants par le groupe qui y adhère [Chartier, 1990, p. 17]. En effet, si les représentations sociales sont produites collectivement, elles ne sont pas pour autant partagées par l’ensemble de la société. Elles se construisent dans la confrontation avec des représentations porteuses d’autres visions du monde. De ce fait, le Brésil des années 1930-1940 assiste certes à une tentative de naturalisation des rôles traditionnels des femmes, en tant que mères et maîtresses de maison, mais il est aussi le témoin de l’épanouissement d’un mouvement féministe aguerri, dont les différentes tendances revendiquent une plus grande participation des femmes dans la sphère publique [Hahner, 2003]. Les métaphores mobilisées par chaque groupe pour asseoir ses représentations tendent à fixer une image sociale de l’autre qui le situe dans un lieu idéalisé et justifie les comportements à son égard. Par conséquent, cette réalité à laquelle il fait appel pour prouver la véracité d’une représentation donnée résulte elle-même de représentations humaines.

5Bien que l’association entre femmes et nature, famille et nation, soit récurrente dans l’histoire, bien que les métaphores et le vocabulaire soient communs, « ce qui est exprimé ne l’est pas dans une même modalité de discours » [Williams, 1989, p. 25]. En effet, ces rapprochements s’effectuent dans des contextes spécifiques, avec des objectifs différents. Ils reflètent les enjeux et les attentes propres à chaque société. Dans le cas du Brésil, jusqu’aux années 1910, le processus de construction de l’État se focalise sur la préservation de l’unité territoriale et les principes qui doivent organiser les institutions et le pouvoir étatique [Carvalho, 1987, p. 42-65]. Ce n’est qu’après la stabilisation des institutions qu’apparaît la nécessité de créer un lien entre citoyens et de consolider l’unité politique à partir d’une communauté affective rassemblée autour de l’idée de « brésilité » et d’unité nationale. Les métaphores et les représentations collectives que nous analyserons renvoient à cette conjoncture spécifique de formation et de consolidation de l’imaginaire politique national. Les femmes et la nature revêtent à ce moment-là des significations nouvelles, à la mesure d’un projet d’union nationale qui les dépasse et que l’on pense atteindre par la coopération organique entre des groupes sociaux organisés de manière hiérarchique.

  • 2 Fédération brésilienne pour le progrès féminin.

6Au début des années 1930, plusieurs groupes se confrontent et se mobilisent pour que leurs propositions politiques soient adoptées par le gouvernement. L’Assemblée nationale constituante de 1933 donne à voir une société complexe, composée de divers secteurs sociaux organisés et désireux de participer au jeu politique. La Federação Brasileira pelo Progresso Feminino (FBPF)2 se bat pour les droits des femmes, notamment le droit de vote. Des scientifiques et des intellectuels entendent faire valoir l’importance de leurs connaissances pour le développement économique et éducationnel du pays. Des militaires revendiquent la mise en valeur des forces armées et leur plus grande participation dans les affaires publiques. Des ouvriers se mobilisent pour prendre part à la vie politique et obtenir de meilleures conditions de travail. Cette composition sociale complexe démontre que les discours qui, en accord avec un projet politique conservateur, cherchent à cantonner les femmes à une place sociale restreinte sont partagés par certains groupes et non par la société dans son ensemble.

7C’est à cette époque que la nécessité de constituer une population nationale plus saine et laborieuse devient une véritable préoccupation. Considérées à la fois comme une source de problèmes et de solutions dans l’amélioration des conditions de vie des Brésiliens, les femmes se retrouvent sur le devant de la scène. Médecins, pédagogues, hommes politiques et intellectuels expriment diverses positions à ce sujet. Il en résulte un débat intense sur le rôle des femmes dans la société et leur importance stratégique dans la formation d’un genre humain plus vigoureux et porteur des idéaux de travail et de patriotisme. Des arguments d’ordre religieux et moral se mêlent aussi à ces débats.

8Une partie des discours conservateurs de l’époque « biologise » les femmes en les comparant aux femelles du règne animal et en leur attribuant un rôle dans la réussite de l’espèce. Pour de nombreux commentateurs, le rythme des temps modernes pervertit ce qui est convenable et véritable. Il « tue les charmes naturels de la femme » ; cet être « artificiel, avec son sourire de glace et ses ongles capables de tuer, est le grand danger de notre temps… » [Capistrano, 1942 (a), p. 3]. Il existerait une naturalité féminine qu’il faut respecter et les femmes qui fuient leur supposé destin naturel se trompent elles-mêmes. En fin de compte, « la femme sera toujours une femme, en dépit de tous les efforts du modernisme athée pour la libérer de sa condition. […] Son apparence et sa substance en font un élément particulier » [Carvalho, 1941, p. 189]. Selon cette opinion, les femmes constitueraient une catégorie à part, humaine certes, mais soumise à des contraintes naturelles si puissantes qu’elles impliqueraient un rôle social bien déterminé. Ce qui ne signifie pas pour autant qu’elles sont privées de toute dimension culturelle. Un journaliste résume la pensée alors en vogue lorsqu’il écrit que ce qui rend la femme différente, c’est « sa nature plus naturelle que celle de l’homme » [Linder, 1930, p. 36].

9L’association la plus fréquente entrecroise l’image idéale de la mère et celle de la nature. C’est en effet en raison de leur rôle dans la formation physique et morale de la population que le pouvoir politique attribue aux femmes une importance toute particulière. Devenue la plus pure des expressions féminines, l’image maternelle gagne en force. Il n’est donc guère étonnant que ce soit le gouvernement Vargas qui institue la fête des Mères au Brésil, journée encore célébrée aujourd’hui (décret n° 21366, 5 mai 1932). L’exercice de la maternité constitue une fonction sociale, un service dû à la patrie. Qui en fait plus que les mères qui, traditionnellement, prennent soin des leurs et transmettent les premiers savoirs et valeurs aux enfants ? Au-delà de cette question, ce que le pouvoir manifeste clairement, c’est sa préoccupation d’accroître la population. Le sujet est régulièrement abordé dans les discussions entre politiques et savants qui considèrent l’accroissement démographique comme une nécessité stratégique : il garantirait le succès des entreprises économiques et, par l’occupation de l’ensemble du vaste territoire national, en assurerait la sécurité.

10Accablées de devoirs et d’attentes à leur égard, les femmes sont fortement poussées à assumer leur part d’obligations patriotiques en accomplissant leur tâche maternelle. Cette incitation et cette pression proviennent de divers groupes motivés par des raisons à la fois morales, religieuses, économiques et politiques. Dans ce contexte, on assiste à une multiplication des discours qui vouent un culte aux femmes, sources de vie inégalées, dépositaires d’un don à révérer et à respecter. En contrepartie de ce don, elles doivent assumer leurs responsabilités, la plus grande étant d’accepter leur « destin » tracé par les lois de Dieu, des hommes et de la nature. Cette association entre femmes et nature qui met en valeur l’image maternelle s’appuie sur les notions de fertilité et d’abondance. Ce faisant, elle naturalise presque toujours la maternité humaine qui devient un impératif échappant à tout libre arbitre. À la différence des hommes dont le point culminant de la vie n’est pas lié à la paternité, « la maternité est la splendeur de la vie féminine […] tout comme la semence est le condensé de l’arbre à venir. Toute la vie féminine tourne autour de la maternité » [Lima, 1953, p. 101-103].

11Le culte voué à l’image maternelle, de 1930 à 1945, coïncide avec une posture plus combative de l’Église catholique. Inquiète de l’évolution des us et coutumes que la vie moderne rend possible, la hiérarchie catholique s’attelle à renforcer la dévotion religieuse ancrée dans le quotidien des Brésiliens, notamment la vénération à la Vierge Marie. C’est précisément à ce moment-là que le culte marial s’institutionnalise plus solidement et que des événements publics auxquels participent autorités religieuses et séculières le mettent en avant. Le 16 juillet 1930, le pape Pie XI proclame Notre-Dame Aparecida sainte patronne du pays. L’année suivante, le 31 mai, le gouvernement confirme l’acte papal en organisant, avec l’Église, l’intronisation de la Vierge à Rio de Janeiro. À cette occasion, la statue est présentée devant le président Vargas comme « mère et patronne de la Nation » [Lenharo, 1986, p. 173]. Des milliers de personnes assistent à la scène dans une profonde dévotion et deviennent les témoins d’une rencontre qui marque la convergence entre les pouvoirs de l’Église et de l’État. Pour le clergé, l’alignement sur le gouvernement ajoute du crédit au culte catholique, cette cérémonie publique reconnaissant, en quelque sorte, la préséance de son Église et la légitimité de ses traditions. Et pour Vargas, encore au début de son mandat et contesté dans ses ambitions présidentielles, quoi de mieux que d’apparaître en acte de dévotion devant une telle assemblée (encore amplifiée par la presse) et d’associer son image à celle de Marie à qui des millions de Brésiliens vouent un culte fervent ?

  • 3 « O Dia das Mães », Jornal do Brasil, n° 105, 1938, p. 5.

12En 1932, le gouvernement institue donc la fête des Mères, et c’est le mois de mai, traditionnellement dédié à la Vierge Marie, qui est choisi. Serait-ce un hasard ? Sûrement pas ! Ce recours à l’image de Notre-Dame a un impact particulier sur les femmes. Les voilà appelées à se refléter dans ses qualités, soumises à un paramètre divin de maternité qui transforme tout écart en péché. En accomplissant leur fonction maternelle, les femmes exercent un rôle qui dépasse le cadre des obligations privées pour agir en accord avec le plan divin et l’ordre patriotique. « La mère brésilienne est exemplaire. […] L’amour d’une mère comporte quelque chose de céleste. […] Les mères sont les anges tutélaires de toutes les patries3 ».

  • 4 « O paraíso das mães é junto ao Berço dos Filhos », Jornal do Brasil, n° 107, 1937, p. 11.

13Par leur rôle de mère, les femmes acquièrent des attributs de sainteté. Il n’est pas rare que du vocabulaire religieux soit utilisé pour représenter la femme mère comme arbre de vie. Les femmes sont alors renvoyées au don de soi et au sacrifice. « Mère […] Arbre fourbu, déjà courbé vers la terre à laquelle tu t’enracines, toujours en fleurs […] je parfume l’autel sanctifié de mon adoration à ton égard ! » [Lopes, 1938, p. 19]. Dans ces corrélations entre femmes et nature, les données du monde physique tendent à être considérées comme la preuve et la confirmation des qualités innées des femmes et de la prédétermination de leurs rôles sociaux par des impératifs naturels. Appliquées à la maternité, ces contraintes délimitent à jamais les fonctions que les femmes doivent assumer. Elles « les obligent à une vie sédentaire, tout du moins pendant le temps de la gestation et de l’allaitement et ensuite tant que les enfants requièrent de l’attention. Tout cela indique que la nature exige d’elles une tâche directement liée à l’existence de l’enfant » [Salgado, 1955, p. 275]. Cette naturalité n’éloigne pas les femmes du genre humain, mais leur réserve un espace ambigu, à la fois « supérieur et inférieur à celui de l’homme, soumises à la nature dont elles sentent à chacune instant la lourde main4 ». Cette « lourde main » de la nature trace les limites de leur vie.

14L’association courante entre femmes et nature, tout particulièrement dans l’exaltation de la capacité de produire la vie, correspond à l’institutionnalisation de projets politiques et économiques de gestion de la population. Dans cette perspective, on considère que les femmes réunissent des capacités physiques et des traits psychologiques indispensables à la constitution physique et morale de la population. Physiquement, elles sont aptes à la gestation, à donner la vie et à allaiter, ce qui les implique plus grandement dans la fonction reproductrice et leur donne un impact évident sur les questions démographiques. Culturellement, elles sont chargées du soin physique de la famille : elles veillent sur les enfants et organisent le fonctionnement de la maison ; elles participent ainsi à toutes les activités qui exercent une influence directe sur la santé des citoyens et leur première éducation. De plus, la femme « véritable » ferait émerger certaines qualités « intrinsèques », très précieuses pour les projets politiques de l’époque, telles que l’altruisme, l’obéissance, l’esprit de coopération.

15Dans la tentative d’aligner les différents secteurs de la société brésilienne sur l’idéal d’une nation harmonieuse dans laquelle tout le monde doit travailler pour le bien du pays, des discours, toujours plus nombreux, assument une vision biologique de la société. La nation que l’État Vargas désire construire est une entité fondée sur la coopération de groupes sociaux interdépendants. Ces derniers sont protégés par un État dans lequel le bien commun doit précéder les intérêts individuels. Certains comportements et valeurs acquièrent alors une nouvelle dimension jusqu’à devenir des points centraux des discours politiques. Ces principes que tous doivent respecter sont : la solidarité, le sacrifice des désirs personnels au nom du bonheur de la communauté, l’acceptation des rôles sociaux attribués à chacun, etc. De telles propositions s’articulent avec les qualités traditionnellement considérées comme féminines/maternelles, de sorte que, dans leur incarnation idéale, les femmes/mères deviennent un modèle de vertu citoyenne, assumant « leur glorieux destin de coordonnatrices de la famille nationale – mères de la brésilité ! » [Azevedo, 1944, p. 47].

16Néanmoins, n’oublions pas que ces discours, malgré toute leur force, se disputent l’espace du débat public avec d’autres représentations, notamment celles des groupes qui luttent pour l’approfondissement des droits des femmes et la reconnaissance de leur capacité d’action dans la scène politique, économique et culturelle. De l’engagement politique des féministes et du mouvement ouvrier résultent d’ailleurs l’acquisition du droit de vote pour les femmes (inscrit dans le Code électoral de 1932 et confirmé par la Constitution de 1934), ainsi que la garantie de certains droits pour les travailleurs [Ostos, 2012, p. 328]. Ces avancées juridiques indéniables permettent une plus grande visibilité et une plus grande participation des femmes dans la vie publique. En même temps, elles nourrissent, sans aucun doute, les discours conservateurs qui surviennent en réaction à leur présence croissante dans la sphère politique et sur le marché du travail.

Quand la nature assume un rôle féminin

17L’analyse des représentations de la nature à travers le temps démontre qu’il n’en existe pas une seule et unique conception. Au contraire, dans leur devenir historique, les sociétés humaines conçoivent différemment la nature [Cronon, 1996, p. 50-51]. L’histoire environnementale, par exemple, interroge le supposé dualisme entre culture et nature. Elle montre que les individus interagissent avec leur milieu naturel par l’intermédiaire des images et des savoirs, qui ne sont autres que des créations culturelles projetant sur la nature des valeurs et des significations caractéristiques de chaque groupe social [Drummond, 1991]. Aussi, bien que la nature soit une réalité objective qui existe par-delà la volonté humaine, on ne peut ni l’appréhender ni en parler sans la médiation de la culture, dans ses infinies variations temporelles et spatiales. Elle est loin d’être une donnée définitive et immuable, ce qu’il faut prendre en compte. Elle se transforme, elle est plurielle. En pointant les discours qui affirment, de manière prédominante, la dichotomie entre nature et culture, nous n’entendons pas abolir cette dernière. Nous cherchons simplement à analyser comment, en confirmant les stéréotypes sur les femmes et la nature, le recours à cette dichotomie conforte un projet politique.

  • 5 « MÃE », Jornal do Brasil, n° 228, 1934, p. 20.

18Revenons aux discours qui idéalisent la nature : il est indéniable qu’ils l’associent très souvent aux valeurs et principes attribués aux femmes, et en particulier aux mères. L’image de l’amour maternel, à « l’épreuve de toutes les douleurs et de toutes les ingratitudes, un cœur qui ne se fatigue jamais de souffrir5 », se retrouve aussi dans un texte consacré à l’éloge des arbres. L’auteur se réfère à ce même modèle d’abnégation maternelle en proclamant que « l’arbre […] sait pardonner à ceux qui l’offensent, et qu’il leur procure fraîcheur et nourriture dans les moments de fatigue et de faim. Il ne se venge pas de ses bourreaux parce qu’il est généreux et compatissant » [Capistrano, 1935, p. 23]. Ou encore : « Nous aimons l’arbre parce qu’il est doux et maternel dans son utilité et sa tendresse […] répondant, encore et toujours, de manière favorable aux désirs humains. » Décrire cette utilisation des ressources naturelles comme un acte de martyre volontaire de la part de mère Nature au profit du bien-être humain efface d’emblée la brutalité et la destruction des activités économiques, ainsi que l’exploitation et le profit, pourtant fort répandus. L’homme lui-même n’est plus présenté comme l’agent de ces pratiques, car tout se résume à un acte spontané de don de soi de la part de mère Nature, à l’instar de cet arbre qui « réchauffe ceux qui ont froid par son sacrifice dans le feu des cheminées […] et se laisse consumer dans le feu qui prépare le repas », avec « une attendrissante hospitalité dans sa tendresse végétale »[Capistrano, 1941, p. 3].

  • 6 « Em louvor das florestas do Brasil », Jornal do Brasil, n° 296, 1937, p. 5.

19Cette représentation de la nature, mère de tous les Brésiliens, stimule la production d’images d’union et de proximité entre « frères », en excluant fort à propos toute référence à l’inégale redistribution des richesses naturelles. En effet, en tant que mère, la nature est là pour tous les Brésiliens et, en tant que frères, ceux-ci constituent un groupe homogène dans lequel les différences sociales sont gommées. Puisque la diversité ethnique des Brésiliens empêchait l’établissement d’un arbre généalogique commun, les voilà donc enracinés dans le sol ferme de la nature. De ce creuset, où se mélangent toutes les ethnies, surgit une nouvelle lignée forgée à partir des éléments naturels, une lignée issue de la « natura mater qui se manifeste dans l’extrême exubérance de notre force procréatrice6 ».

  • 7 Selon Regina Horta Duarte, « l’anti-darwinisme prédomine dans les milieux scientifiques de l’entre- (...)

20La nature est considérée comme un tout organique, vivant et palpitant. Elle fonctionne grâce à l’effort associé des innombrables êtres qui la composent, chacun ayant un rôle propre. À cette époque-là, la perspective intégratrice et coopérative de la nature l’emporte sur la perspective compétitive qui en fait une arène où les êtres vivants mènent une lutte acharnée pour leur survie7. Certes, « dans la nature tout semble s’entre-dévorer », il convient pourtant de dépasser cette vision superficielle pour percevoir qu’y abondent aussi des « êtres de différentes espèces qui s’entraident, qui sont dans une “relation de réciprocité, pleinement coopérative” et constituent ce que les naturalistes appellent symbiose ». Si la solidarité règne dans la nature, « pour quelle raison les hommes ne s’uniraient-ils pas ? Dans le règne animal lui-même […] foisonnent de nombreux exemples d’entraide mutuelle, qui sont à la fois une loi de la nature et le principal facteur de progrès » [Luz Filho, 1946, p. 20-22].

21Bien que l’être humain fasse partie de cette mère Nature, source de toute vie, il n’est pas pour autant destitué de son importance toute particulière ni de sa responsabilité dans le progrès de la nation. La nature met à disposition ses ressources et, de ce point de vue, la nature brésilienne est la plus riche. Cependant, l’initiative, la production ingénieuse soutenue par la technique, la transformation de la matière première, tout cela reste la prérogative de l’homme : « Quand on dit que la richesse naît du travail, on veut dire du travail des hommes. […] La terre est la machine à l’image de la charrue dans les mains de l’homme. […] La terre est la mère, l’homme est le père de la richesse. » Par conséquent, « il ne peut y avoir production de richesse si la terre n’est pas fécondée par l’homme. Travailler, c’est féconder » [Alberdi, 1930, p. 24].

  • 8 Henri Acselrad [2004, p. 19] souligne que « la lutte politique pour la redistribution du pouvoir es (...)

22La nature est vue comme un instrument, un point d’appui pour la concrétisation des projets économiques nécessitant l’exploitation des ressources naturelles. Il va de soi qu’en attribuant à la nature des qualités maternelles, on adoucit l’effet de l’exploitation, à savoir la destruction et l’annihilation : la nature ne se donne-t-elle pas en offrande, pourvoyant au bien-être de ses enfants au détriment de sa propre survie ? En outre, cette représentation maternelle de la nature, qui transforme les richesses naturelles en un patrimoine commun à toute la fratrie des Brésiliens, dissimule le fait que leur exploitation ne profite qu’à quelques privilégiés et non à l’ensemble indistinct appelé « famille nationale »8.

23Dans ce type de représentation, où l’économique et le politique s’entrecroisent, la nature devient le plus puissant référentiel de la « brésilité ». Elle devient un être hors du temps, une totalité stable qui incarne l’idée de nation. La nature faite mère n’est plus une simple réalité externe, non humaine. Elle intègre, de manière symbolique, le cercle réconfortant de la famille, avec ses liens et ses relations de dévouement.

« Matrie » : « terra adorada, mãe gentil »

24Parmi les discours qui associent nature et féminin, nombreux sont ceux qui les renvoient, tous deux, à la notion de « matrie » brésilienne, point de convergence des valeurs idéalement attribuées aux femmes et à la nature : coopération, ordre, sacrifice, générosité, autant de qualités considérées comme essentielles pour atteindre la stabilité et la cohésion nationale. Benedict Anderson [1989, p. 156-168] souligne que plusieurs conceptions historiques de l’idée de nation se fondent sur cette évocation des relations affectives (familiales ou religieuses) expérimentées par les individus.

25L’une des représentations de l’époque personnifie l’entité nationale comme la mère de tous les Brésiliens, condensant en une seule image la force symbolique de la mère et de la nature. Il est intéressant de noter que, selon José Murilo de Carvalho [1990, p. 86-95], les positivistes brésiliens du début du xxe siècle ont essayé d’identifier l’image de la femme à la République (proclamée en 1889). L’association échoua. Au lieu d’éveiller un civisme respectueux, l’image a été ridiculisée et la « République féminine » caricaturée sous les traits d’une courtisane avilie par l’argent et la corruption. D’après lui, cet échec peut s’expliquer par l’inexistence au Brésil d’une tradition de la femme citoyenne et, de ce fait, par l’absence de fondement dans l’imaginaire collectif de cette représentation. D’où les contresens produits.

26Nous pouvons ajouter que cette image a été associée à un régime politique encore fragile, traversé par des débats et une instabilité chronique, en l’occurrence la toute nouvelle République. Le type de femme choisie pour incarner ce régime, une belle jeune femme portant une large toge décolletée et s’immisçant dans l’univers masculin de la politique, en faisait une res publica et, dans la société brésilienne d’alors, la femme publique ne peut être qu’une prostituée. Dès lors, la question qui se pose est de savoir pourquoi, sous l’ère Vargas, l’association femme mère et nation ne souffre pas du même discrédit. Deux raisons principales à cela. Tout d’abord, la figure féminine choisie est celle de la mère, personnage central de la vie familiale, contrainte par des liens matrimoniaux et asexuée, jouissant d’une respectabilité et vouant sa vie au soin de sa famille. Ensuite, cette figure maternelle est associée à la nation, et non à la République. Or, la République, comme tout régime politique, est sujette à des sympathies et des antipathies, à des partisans et des détracteurs. De plus, à cette époque-là, des forces politiques s’opposent pour en prendre le contrôle. La nation, elle, est considérée comme une entité supra-politique, stable et immuable. Elle incarne un référentiel commun indépendant de toute filiation partisane. Elle se situe au-dessus des régimes politiques qui se succèdent.

27La maternité de la nation s’exprime dans la mise à disposition de ses richesses naturelles : « Terre féconde, aux seins pleins, qui répand le lait de la vie ! », dans le partage sacré de la « Terra Mater » [Lopes, 1932, p. 23]. Par l’exaltation de cette entité nucléaire, l’« être brésilien » se prolonge dans l’immensité du temps (la figure de la mère annonçant une succession générationnelle) et dans l’étendue de l’espace (concrétisée par le territoire ancestral). Outre cette notion de continuité temporelle et spatiale, l’attribution de caractères maternels à la nation établit un lien affectif entre les Brésiliens et leur terre natale, une relation personnelle soumise aux normes qui prévalent dans le cercle familial/privé : assistance mutuelle entre les membres de la famille, respect de l’autorité parentale, loyauté, réciprocité dans le don, etc.

28Dans le temps cyclique de la vie familiale, il revient à la mère de prendre soin des enfants lorsqu’ils sont petits et, une fois grands, ces derniers la remercient de son dévouement en garantissant son bien-être. Il en va de même pour la « matrie » dont on ne peut exiger aucun avantage. Elle n’est pas là pour « nous fournir du travail […]. Elle est là pour exiger de nous notre sacrifice, que ce soit dans des fonctions privées ou des charges publiques. Elle nous demande tout, sans rien en retour, parce qu’elle nous donne tout » [Alves, 1939, p. 134]. La scène publique des légitimes revendications citoyennes se transforme ainsi en une sorte d’extension de l’espace domestique où se construisent les relations familiales. Dès lors, puisque seul le don existe, il n’est pas envisageable de revendiquer des droits formels. Dans ce modèle familial, le « nous » surpasse le « je ». L’individu n’importe que dans la mesure où il fait partie d’une toile relationnelle qui présuppose l’accomplissement de certains devoirs : « Le Brésil est aujourd’hui une grande famille protégée et dirigée par un noble chef. » En tant que gardien des intérêts nationaux, il « apprend aux Brésiliens à se placer toujours du point de vue collectif, il leur apprend qu’il ne peut y avoir de droits obtenus contre la Patrie » [Vargas, 1942, p. 9-10].

29L’organisation nationale idéale définit un modèle de comportement. Elle fixe un « devoir être ». Pendant toute leur vie, la nation, « Mater-Dolorosa, glèbe endurante et affectueuse aux seins pleins », « dévouée et sublime dans sa maternité, faite d’angoisse et de souffrance », offre aux Brésiliens la jouissance de ses richesses [Lopes, 1930]. En retour de la constance de ses soins, dans les moments de menace, quand son intégrité est en péril, la « matrie » attend de ses enfants qu’ils la protègent. Une des craintes les plus répandues, notamment après l’éclosion de la Seconde Guerre mondiale et de l’entrée du Brésil dans le conflit aux côtés des alliés, est la perte du patrimoine naturel au profit des étrangers. Quand bien même aucun assaut imminent ne menace les frontières nationales, on pense que la nature, le plus précieux des biens, est la cible de l’ennemi qui « regarde avec envie et rage nos richesses et l’étendue féconde et pacifique de notre terre. Nos forêts, nos fleuves, nos montagnes […] blessent les yeux et éveillent l’appétit du désespoir hitlérien » [Capistrano, 1942 (b), p. 3].

  • 9 « A Pátria Brasileira conclama seus filhos », Ciência política, vol. 5, 1942, p. 62. Allusion au na (...)

30La « matrie » en danger appelle à l’aide. Elle interpelle les Brésiliens dans les pages de la revue officielle Ciência política : « Mes chers enfants, Brésiliens ! Quand vous étiez enfants, je vous ai appris à aimer Dieu, à vivre dans une amitié fraternelle. » Le temps passant, « je vous ai contemplés, avec une grande fierté, alors que vous étiez devenus adultes et vigoureux, en constatant que vous étiez une foule homogène soucieuse de me porter toujours plus haut et de me préserver de toutes sortes de maux ». Dans cette Seconde Guerre mondiale, « j’ai été outragée par de traîtres reptiles. Mes enfants, vos frères, sont sous terre et au fond de nos mers ». La « matrie » commande à ses enfants d’accomplir la « vengeance qu’elle a jurée. […] J’ai déjà entendu votre cri de guerre par la voix autorisée de votre chef magnanime et intrépide. […] Allez, mes chers enfants, Brésiliens, et, sous notre drapeau, ramenez-moi la tranquillité et une paix durable9 ».

31La « matrie » délègue au « chef », figure masculine qui incarne force et virilité, la conduite de la tâche guerrière. Ses qualités « féminines » étant déterminées par la passivité, elle transfère le commandement au gardien des intérêts de la nation. Getúlio Vargas, son mandataire, réunit les attributs masculins qui lui font défaut, à elle, et qui lui permettent, à lui, d’exercer une autorité pragmatique fondée sur « une volonté ferme […]. Calme, mais énergique, patient, mais sévère, tolérant, mais inflexible » [Campos, 1939, p. 47-51], voilà ce qu’il est. L’attribution de traits maternels à la nation renforce l’image de Vargas comme père du peuple, arbitre des relations sociales, détenteur d’une autorité paternelle incontestable, car exercée avec bienveillance et affection.

32Par la mobilisation de ce vocabulaire appartenant au champ de la parenté, on impose un ton intimiste dans les relations entre la population et le pouvoir institué. De ce fait, la hiérarchie à respecter se fonde sur la réciprocité et non sur la domination. L’analyse de ces représentations familiales démontre qu’en faisant don de ses ressources naturelles, la « matrie », entité féminine, fait don de soi. Elle manifeste ainsi ses qualités de dévouement et de coopération, partie intégrante du caractère national. Quant à Getúlio Vargas, il incarne le côté masculin, actif et créatif. Il assume une posture d’affrontement, « accepte le combat, défend le Brésil le glaive à la main. […] Protecteur de la grandeur physique et spirituelle de la nation ». Il se distingue par « son courage inébranlable » [Harnisch, 1943, p. 22-29]. De leur complémentarité, matérialisée par leurs rôles maternels et paternels, naît la responsabilité commune de s’occuper du bien-être des Brésiliens, peuple-enfant, dépendant des soins et de la protection des adultes. Faire de l’espace public une extension de l’espace domestique, lieu où se développent des liens et l’attachement familial, est un recours habituel pour atténuer la dimension des conflits sociopolitiques et promouvoir la conciliation des différences. En effet, le fait d’« “être à la maison” ou de “se sentir à la maison” renvoie à des situations où les relations doivent être harmonieuses et les conflits évités » [Damatta, 1991, p. 60].

33Nous pouvons donc conclure que, sous l’ère Vargas, certaines corrélations effectuées entre femmes et nature servent à renforcer un projet autoritaire, marqué par la tentative d’exclure la population des décisions politiques. L’essentialisation de ces deux catégories vise à gommer leur historicité, leurs diverses et contradictoires significations culturelles. Le point le plus saillant dans les discours conservateurs qui associent féminin et nature se trouve dans la vocation maternelle drapée de sacrifice. En célébrant les femmes mères et la nature brésilienne, ces discours leur attribuent une fonction nourricière. Ils font de la consumation intégrale des femmes et de la nature l’expression maximale de leur amour, et transforment la réalité de leur exploitation sociale et économique en un geste d’altruisme.

Haut de page

Bibliographie

Acselrad Henri (dir.), Conflitos ambientais no Brasil, Rio de Janeiro, Relume Dumará, 2004.

Alberdi Juan B., « Riqueza e trabalho », Eu sei tudo, n° 163, 1930.

Alves Isaias, Educação e brasilidade (ideias forças do Estado Novo), Rio de Janeiro, José Olympio Ed., 1939.

Anderson Benedict, Nação e consciência nacional, São Paulo, Ed. Ática, 1989.

Azevedo Portela de, « A “escola singular primário-agrícola” e o pensamento do presidente Vargas », Ciência política, fasc. 2, vol. 9, 1944, p. 47.

Campos Francisco, « O sentido renovador da Revolução – o regime de 10 de novembro – síntese de experiências e aspirações nacionais », in Francisco Campos, João Marques dos Reis, Os grandes dias do Brasil Novo, Rio de Janeiro, DIP, 1939.

Capistrano Martins, « A mulher artificial », Fon Fon, n° 4, 1942 (a).

Capistrano Martins, « Oração da bandeira », Fon Fon, n° 47, 1942 (b).

Capistrano Martins, « O culto da Árvore », Fon Fon, n° 39, 1941.

Capistrano Martins, « Elogio da Árvore », Fon Fon, n° 39, 1935.

Cardoso Ciro Flamarion et Malerba Jurandir (dir.), Representações : contribuição a um debate transdisciplinar, São Paulo, Papirus, 2000.

Carvalho José Murilo, A formação das almas : o imaginário da República no Brasil, São Paulo, Companhia das Letras, 1990.

Carvalho José Murilo, Os Bestializados : o Rio de Janeiro e a República que não foi, São Paulo, Companhia das Letras, 1987.

Carvalho José Valdivino De, « A cultura física e a mulher », Tradição : revista de cultura, n° 23, 1941, p. 189.

Chartier Roger, A história cultural entre práticas e representações, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil, 1990.

Cronon William (dir.), Uncommon Ground: Rethinking the Human Place in Nature, New York, W. W. Norton & Company, 1996.

Damatta Roberto, A casa e a rua : espaço, cidadania, mulher e a morte no Brasil, Rio de Janeiro, Guanabara Koogan, 1991.

Drummond José Augusto, « A história ambiental : temas, fontes e linhas de pesquisa », Estudos históricos, vol. 4, n° 8, 1991, p. 177-197.

Duarte Regina Horta, « Entre fábulas y arcanos : proyecciones políticas y sociales del pensamiento biológico sobre la naturaleza en Brasil, 1922-1937 », in Reinaldo Fuñes Monzote (dir.), Naturaleza en déclive : miradas a la historia ambiental de América Latina y el Caribe, Valencia, Centro Francisco Tomás y Valiente/UNED, 2008.

Hahner June E., Emancipação do sexo feminino : a luta pelos direitos da mulher no Brasil, 1850-1940, Florianópolis, Ed. Mulheres/Santa Cruz do Sul/Edunisc, 2003.

Harnisch Wolfgang Hoffmann, « Getúlio Vargas e o Brasil », Cultura política, n° 23, 1943, p. 22-29.

Lenharo Alcir, Sacralização da política, São Paulo, Papirus, 1986.

Lima Alceu Amoroso, Idade, sexo e tempo : três aspectos da psicologia humana, Rio de Janeiro, Livraria AGIR, 1953.

Linder Max, « Alto falante », Fon Fon, n° 3, 1930.

Lopes Elcias, « Nel Mezzo Del Camim… », Fon Fon, n° 21, 1938.

Lopes Elcias, « Prece », Fon Fon, n° 30, 1932.

Lopes Elcias, « Carnaubal », Fon Fon, n° 51, 1930.

Luz Filho Fábio, Teoria e prática das sociedades cooperativas, Rio de Janeiro, Olímpica Ed., 1946.

MacCormak Carol et Strathern Marilyn (dir.), Nature, Culture and Gender, Cambridge University Press, 1980.

Ortner Sherry B., « Está a mulher para o homem assim como a natureza para a cultura ? », in Louise Lamphere et Michelle Z. Rosaldo (dir.), A mulher, a cultura e a sociedade, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1979.

Ostos Natascha Stefania Carvalho De, « A questão feminina : importância estratégica das mulheres para a regulação da população brasileira (1930-1945) », Cadernos Pagu, n° 39, 2012, p. 313-343.

Salgado Plínio, « A mulher no século xx », Obras completas de Plínio Salgado, vol. 8, Ed. das Américas, 1955.

Vargas Viriato, « A doutrina do estado novo deve ser o evangelho dos patriotas », Ciência política, vol. 5, 1942, p. 9-10.

Williams Raymond, O campo e a cidade na história e na literatura, São Paulo, Companhia das Letras, 1989.

Haut de page

Notes

1 L’expression « Terra adorada et mãe gentil » est tirée de l’hymne national brésilien : « Terra adorada, Entre outras mil, És tu, Brasil, Ó Pátria amada ! Dos filhos deste solo és mãe gentil, Pátria amada, Brasil ! » (« Terre adorée, Entre mille, Tu es, Brésil, Ô Patrie bien-aimée ! Des enfants de ce sol, la mère gentille, Ô Patrie bien-aimée, Brésil ! »). Les paroles de l’hymne sont disponibles sur : http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/constituicao/hino.htm [consulté le 28 septembre 2016], et leur traduction française sur le site du ministère brésilien des Affaires étrangères : http://bit.ly/2d9F71N [consulté le 28 septembre 2016].

2 Fédération brésilienne pour le progrès féminin.

3 « O Dia das Mães », Jornal do Brasil, n° 105, 1938, p. 5.

4 « O paraíso das mães é junto ao Berço dos Filhos », Jornal do Brasil, n° 107, 1937, p. 11.

5 « MÃE », Jornal do Brasil, n° 228, 1934, p. 20.

6 « Em louvor das florestas do Brasil », Jornal do Brasil, n° 296, 1937, p. 5.

7 Selon Regina Horta Duarte, « l’anti-darwinisme prédomine dans les milieux scientifiques de l’entre-deux-guerres. À cette époque, le darwinisme est en effet associé à la compétitivité, à l’impérialisme et aux affrontements armés qui dominent le monde […]. Au Brésil, […] aux difficultés d’une République excluante et dominée par de puissantes oligarchies agro-exportatrices, s’ajoute le renforcement des mouvements ouvriers […]. L’anti-darwinisme des milieux scientifiques des premières décennies du xxe siècle opère donc dans le contexte d’un profond mal-être généralisé, découlant de la violence des luttes frontales menées par certains acteurs sociaux qui revendiquent des conditions minimales de travail et de survie » [Horta Duarte, 2008, p. 317-346].

8 Henri Acselrad [2004, p. 19] souligne que « la lutte politique pour la redistribution du pouvoir est aussi une lutte de classification et de connaissance. […] Si l’on considère l’environnement comme un domaine controversé d’un point de vue matériel et symbolique, le fait de le nommer […] opère une redistribution du pouvoir sur les ressources territorialisées par la légitimation/délégitimation des pratiques d’appropriation matérielle des sociétés. […] Les luttes pour les ressources environnementales sont aussi des luttes culturelles ».

9 « A Pátria Brasileira conclama seus filhos », Ciência política, vol. 5, 1942, p. 62. Allusion au naufrage de trois navires brésiliens dans les eaux nordestines, les 15 et 16 août 1942. L’assaut porté par un sous-marin allemand tue des centaines de personnes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natascha Stefania Carvalho De Ostos, « « Terra adorada, mãe gentil » : l’image de la nature et du féminin dans la construction de l’idée de Brésil-nation (1930-1945) », Cahiers des Amériques latines, 82 | 2016, 155-170.

Référence électronique

Natascha Stefania Carvalho De Ostos, « « Terra adorada, mãe gentil » : l’image de la nature et du féminin dans la construction de l’idée de Brésil-nation (1930-1945) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 82 | 2016, mis en ligne le 13 décembre 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cal.revues.org/4374 ; DOI : 10.4000/cal.4374

Haut de page

Auteur

Natascha Stefania Carvalho De Ostos

Natascha Stefania Carvalho De Ostos est doctorante en histoire du Brésil à l’Universidade Federal de Minas Gerais (UFMG) au Brésil et a suivi une formation doctorale complémentaire à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Elle est aussi chercheuse au sein du programme d’études supérieures en histoire à la UFMG. Ses recherches portent sur l’histoire de la République du Brésil, l’histoire du genre et l’histoire environnementale.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org