Navigation – Plan du site
Dossier. L’extraction minière : entre greffe et rejet

La Pachamama dans tous ses États : les leaders indiens réduits au silence par les entreprises minières dans le Nord-Ouest argentin

La Pachamama en todos sus Estados : cómo las empresas mineras logran callar a los lÍderes indígenas en el noroeste argentino
The Pachamama in all her States : How Mining Companies Silence Indigenous in the Argentinean Northwest
Maïté Boullosa-Joly
p. 71-94

Résumés

La poussée de l’extractivisme a pour conséquence la multiplication des protestations autour des questions environnementales. Cet article ethnographique traite des antagonismes sociaux et ethniques liés à l’extraction minière et des recompositions politiques que cela induit au sein du mouvement indien, sur la scène locale et nationale. Notre étude de cas concerne Amaicha et Quilmes, deux communautés indiennes du NOA, situées à 120 km de la mine à ciel ouvert de la Alumbrera. Cette proximité est une menace environnementale à plus ou moins long terme pour ces villages (contamination de l’air et de l’eau). Nous montrons comment la multinationale extractiviste s’est infiltrée peu à peu dans la vie de ces communautés. Le symbole de l’indien en tant que « gardien de la nature », ayant une relation privilégiée avec la Pachamama (la Terre-mère), a permis aux leaders locaux de gagner de nombreux combats agraires et sociaux. Nous analysons les stratégies employées par la Alumbrera et par le gouvernement argentin pour évincer toute contestation sociale et réduire au silence des militants qui représentaient auparavant des forces vindicatives importantes. L’attitude de la multinationale et du gouvernement vis-à-vis des populations paysannes et indiennes sont des sujets de polémiques et discordes idéologiques et politiques. Nous voyons comment cela a pu cliver ces communautés et, plus largement, le mouvement indien au niveau national.

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 10 novembre 2015, accepté le 31 décembre 2015.

Texte intégral

  • 1 Pascuala, commerçante, 55 ans, entretien réalisé le 3 janvier 2013 à Amaicha. Les noms des informat (...)

« Cela ne me plaît pas que la mine finance des projets ici. Mais elle nous tient tous par le cou (en faisant un geste d’étranglement). Pourquoi ? Parce que même si cela ne me convient pas, un voisin va demander de l’aide à la mine et je vais finalement en profiter aussi. C’est le cas pour l’eau que l’on a ici, avec le système d’irrigation au goutte à goutte. Donc je ne peux rien dire et je dois rester silencieuse… Je n’aime pas ça… Finalement très peu de personnes y travaillent. On voit parfois des documentaires à la télé et on a peur. Ils extraient le minéral et polluent l’eau. Et après ? Nous resterons sans rien… Pourtant nous sommes piégés, ils nous aident, on ne peut pas aller protester. Ils sont là… et ils sont plus puissants et plus riches que nous1. »

1Pascuala vit à Amaicha, une communauté indienne du Nord-Ouest de l’Argentine (NOA). Elle est située à 120 kilomètres de la mine à ciel ouvert d’or et de cuivre, la Alumbrera, et le danger pour la pollution de l’air et de l’eau au niveau local n’est pas exclu à moyen terme. Mais la mine est suffisamment éloignée pour ne pas en ressentir les effets immédiats comme cela peut être le cas dans les vallées voisines dévastées de Santa María ou d’Andalgalá. Les paroles de Pascuala traduisent le dilemme auquel sont confrontés de plus en plus de lieux à proximité des mégamines à ciel ouvert qui se développent en Amérique latine. On assiste en effet à un boom minier avec le développement de nouvelles technologies qui permettent d’extraire à grande échelle un minerai de qualité médiocre [Garibay, 2010, p. 133]. Elles utilisent des ressources hydriques et énergétiques très importantes, nécessaires aussi bien au développement des économies locales (agriculture, élevage) qu’à la consommation humaine dans des régions andines souvent semi-désertiques. Très polluantes, ces entreprises ne sont pas autorisées dans les pays du nord qui exploitent des sites dans les pays du sud [Svampa, 201, p. 105]. Outre les pays de tradition extractive comme le Chili, le Pérou, la Bolivie et le Mexique, cela concerne aujourd’hui des régions qui n’ont pas encore connu l’extraction à grande échelle, comme l’Argentine, l’Équateur, le Venezuela, le Honduras et le Guatemala. La poussée de l’extractivisme a pour conséquence la multiplication des conflits sociaux autour des questions environnementales [Prévôt-Schapira, 2008]. Ces entreprises étant souvent situées dans des régions habitées par des populations paysannes autochtones, les conflits environnementaux peuvent engendrer des conflits identitaires [Salazar, 2009 ; Absi, 2002 ; Grieco et Salazar, 2013 ; Sariego, 2014]. Cet article ethnographique traite des antagonismes sociaux et ethniques liés à l’extraction minière et des recompositions politiques que cela induit au sein du mouvement indien, sur la scène locale et nationale.

2Notre étude de cas se situe dans le NOA où les luttes contre la mine Alumbrera ont pris, au fil des ans, une forme particulière. Nous allons analyser ici comment elles se sont exprimées, puis la façon dont elles ont été neutralisées à Amaicha et Quilmes. Ces deux communautés indiennes sont pourtant connues pour leurs combats et leurs victoires politiques. Leurs leaders indiens sont des figures importantes, tant au niveau régional, que national voire international, certains sont même allés jusqu’aux Nations unies pour défendre les droits des peuples autochtones. Ils ont gagné des droits sur leur territoire grâce, en partie, à leur rôle de « gardien de la nature ». Mais nous allons voir comment les choses ont évolué et la façon dont la mine s’est peu à peu infiltrée au cœur de la vie du village. La présence d’une multinationale minière et son attitude vis-à-vis des communautés paysannes et indiennes sont sources de polémiques et de discordes idéologiques et politiques. Il s’agira d’analyser ici les stratégies employées par l’Alumbrera et par le gouvernement argentin pour évincer toute contestation sociale et réduire au silence les leaders locaux qui représentaient auparavant des forces vindicatives importantes. Nous verrons comment cela a pu cliver le village et, plus largement, le mouvement indien au niveau national.

Une région andine semi-désertique : un aperçu du décor

Carte 1. La province de Tucumán (vallées Calchaquíes)

Carte 1. La province de Tucumán (vallées Calchaquíes)

3Le NOA est une région andine frontalière avec le Chili et la Bolivie. En raison du climat semi-désertique, le paysage diffère largement des zones fertiles connues en Argentine au sud de Buenos Aires. Les cactus jalonnent les montagnes avec quelques oasis où coulent des ruisseaux. Mais l’accès à l’eau est rare hors période estivale et sa répartition est une préoccupation centrale. Les conflits les plus graves sont souvent centrés autour de cette ressource. Sur le plan économique, malgré une certaine diversité des activités (commerciales, touristiques, emplois communaux, revenus des migrants partis de manière temporaire ou définitive), il y existe toujours une pratique agro-pastorale et une exploitation verticale des ressources [Murra, 1975]. La région partage aussi avec les zones andines la production artisanale (tissage, céramique), les spécialités culinaires à base de maïs et la dévotion à la Pachamama, la Terre-mère. Cette croyance a perduré parallèlement et conjointement à la religion catholique, très présente dans la région. La langue parlée est l’espagnol, le kakan que l’on parlait avant la conquête dans les vallées Calchaquíes, s’est en effet perdu durant les premiers temps de la colonisation au xviie siècle et il n’en reste que peu de traces dans les archives coloniales [Giudicelli, 2010].

Amaicha et Quilmes : deux communautés indiennes emblématiques

4Bien qu’elles soient voisines de vingt kilomètres, leur renommée a des origines très différentes. Amaicha a un statut particulier car elle gère collectivement ses terres depuis plus de trois siècles. Durant les guerres calchaquíes, les habitants de cette vallée ont eu une attitude ambivalente envers les conquistadores et ont ainsi bénéficié d’une cédule royale en 1716, leur donnant des droits collectifs sur le territoire. Mais afin de maintenir ce privilège, des caciques (chefs indiens), ont joué un rôle important de négociation auprès des instances provinciales, nationales, voire internationales depuis le début du xixe siècle [Boullosa-Joly et Rodríguez, 2014]. Amaicha est ainsi connue pour ses leaders charismatiques et Pablo Nora, le cacique actuel, a eu un rôle très important dans les luttes indiennes. Avocat de formation, il a obtenu une bourse dans sa jeunesse pour étudier aux États-Unis et ainsi participer à l’élaboration des droits autochtones à Washington. Il a aussi été invité régulièrement à Genève, aux Nations unies, pour prendre part aux groupes de travail dans ce domaine. Très sollicité sur la scène nationale et internationale, il avait son cabinet à Buenos Aires tout en étant très investi sur la scène locale. Après s’être installé dans le village, il est devenu cacique au début des années 2000, tout restant une référence importante, au-delà d’Amaicha, en matière de défense des droits indiens. À Quilmes, et dans le reste de la région en général, la situation est toute autre. À l’époque de la conquête, les conquistadores se sont approprié les terres des communautés après avoir procédé à des déplacements massifs de populations. Une fois expropriés, les habitants ont obtenu le statut de métayer et les conflits agraires restés sans solution sont nombreux, et ce depuis des siècles. C’est dans ce contexte que s’est formée la Communauté indienne Quilmes (CIQ) dans les années 1970. Cette dénomination fait référence aux Indiens du xvie siècle qui ont lutté près de cent trente ans, jusqu’en 1664, pour la défense de leur territoire avant d’être déportés massivement à pied jusqu’à Buenos Aires. Cela a donné le nom de la ville de Quilmes située à la périphérie de la capitale, en souvenir de cette déportation. Le site archéologique du village d’origine, aujourd’hui très visité, représente un symbole national de la résistance indienne à l’envahisseur. La CIQ est donc une organisation récente, bien qu’elle fasse aujourd’hui figure de pionnière dans le paysage ethnique de la région où de nombreux villages s’organisent en communauté indienne depuis le début des années 2000 pour les mêmes raisons. Depuis, vingt d’entre elles ont obtenu ce statut et elles se sont regroupées en 2005 afin de créer l’Union Diaguita Calchaquí. Pablo Nora a été très actif dans ce processus afin d’aider les paysans à acquérir le langage juridique pour réclamer des droits, notamment grâce à la Convention 169 de l’OIT (Organisation internationale du travail).

5Elle dénonce les discriminations subies par les « peuples indigènes et tribaux » dans diverses parties du monde. Elle stipule que « les terres qu’ils occupent traditionnellement doivent être reconnues comme appartenant aux peuples intéressés » et elle souligne la contribution particulière de ces peuples à la diversité culturelle et à « l’harmonie sociale et écologique de l’humanité ». L’indianité telle qu’elle est définie ici se mêle donc aux enjeux de la protection de l’environnement devenue essentielle autant sur la scène politique internationale que dans la société civile. Ce discours écologiste de l’ethnicité a trouvé un écho important dans les médias et il a donné à ces organisations une visibilité et une force de négociation sans commune mesure avec celles dont elles disposaient au cours des décennies précédentes. C’est ainsi que, depuis les années 1990, les militants convoquent très régulièrement la figure de la Pachamama, marque de leur profond respect pour la nature. Ils la présentent souvent comme la base de leur identité et mettent en scène leur rapport harmonieux avec elle en lui faisant des offrandes. À Amaicha et à Quilmes, les leaders indiens ont fait construire des apachetas (monticules de pierres) sur les places afin de pouvoir procéder à ces rituels lors d’évènements publics. Longtemps condamnées par l’Église, les pratiques d’offrandes étaient jusque-là réalisées dans le cadre privé, il s’agissait d’« astuces » afin de s’accorder les faveurs de la Terre-mère. Elles n’avaient lieu dans la sphère publique qu’à l’occasion des señaladas, des fêtes organisées pour marquer les chèvres et les moutons, afin de pouvoir les reconnaître et assurer la fertilité du troupeau.

6La Pachamama est ainsi passée de la sphère de l’intime à l’ostentatoire. Elle constitue un enjeu majeur puisque ce sont aujourd’hui des arguments écologistes qui peuvent légitimer les revendications territoriales des militants, plus que des arguments sociaux ou économiques, pourtant à l’origine de leur mobilisation. La défense de la terre a ainsi cessé d’être une lutte agraire pour devenir une lutte de écologique qui a transformé les Indiens en acteurs principaux dans la défense de l’environnement en ce début de xxie siècle [Bengoa, 2000].

Photo 1. Offrandes à la Pachamama sur le terrain du cacique

Photo 1. Offrandes à la Pachamama sur le terrain du cacique

Août 2000, Quilmes.

© Boullosa-Joly.

L’exploitation minière et l’atteinte à la Pachamama

7En 2000, date de mon premier travail de terrain dans la région, certains militants dénonçaient déjà les conséquences néfastes de l’exploitation minière pour la Terre-mère. Leur préoccupation concernait l’eau, une ressource centrale dans une région semi-désertique. Felipe, militant depuis les années 1970 et aujourd’hui employé par l’INAI (Institut national des affaires indiennes), m’expliquait qu’une grande partie était détournée et absorbée par l’Alumbrera, déséquilibrant ainsi le système de distribution hydrique souterrain. Il constatait que les racines des arbres séchaient et se plaignait de la présence de particules dans l’air :

« En hiver, on ne voit rien à cause de la poussière. Il y a maintenant beaucoup de problèmes respiratoires et de peau, alors que cela n’a jamais existé ici ! La poussière va aussi sur les plantes et les fruits, et comme il ne pleut pas beaucoup, l’écorce devient dure et épaisse. On aperçoit des renards sans poils, certains disent que c’est à cause de cette contamination. »

8Au-delà des préoccupations écologiques des leaders locaux, l’exploitation minière est aussi vue comme une atteinte à la Pachamama dans la cosmologie des paysans de la région. Elle peut être punie de malédictions et engendrer des désastres climatiques comme de graves sécheresses. Même si l’on ne trouve pas de mine souterraine dans le NOA, l’idée que les richesses sont gardées par le diable est également très présente comme ailleurs dans les Andes [Absi, 2002]. Elles sont associées aux vestiges des Indiens et à leur trésor qu’il est vivement déconseillé de s’approprier, sous peine de malédiction. Les missionnaires ont en effet diabolisé tout l’héritage indien et désignant de satanique tout ce qui ne relevait pas de la religion catholique [Grusinsky, 1988]. Les vestiges préhispaniques et la Pachamama sont donc, dans une certaine mesure, associés au diable. Toutes ces puissances sont cependant ambivalentes, elles ne sont pas exclusivement maléfiques. Elles le deviennent si on leur manque de respect, en ne leur faisant pas d’offrande par exemple, rompant ainsi un lien de réciprocité. Le mythe des richesses enfouies des Indiens perdure ainsi à travers le temps. Il fascine non seulement les locaux mais aussi les colons qui ont essayé de s’implanter dans la région à différentes époques.

L’activité minière dans les vallées Calchaquíes

  • 2 Potosí est le plus grand gisement argentifère au monde, le symbole mythique du destin colonial de l (...)

9L’Argentine n’est pas connue pour être un pays d’extraction minière importante. Dans les vallées Calchaquíes, plusieurs vestiges d’ateliers métallurgiques ont pourtant été retrouvés et attestent que le minéral aurait déjà été exploité à l’époque préhispanique. Ce sont ces richesses minérales du NOA qui auraient motivé la conquête inca mais aussi la conquête espagnole un peu plus tard. Elles furent donc un moteur pour les conquistadores qui comparaient la région à un futur Potosí2. Ils cherchèrent des métaux précieux dès leur arrivée au xviie siècle mais cette quête ne fut pas couronnée de succès et les colons se focalisèrent ensuite sur l’obtention de terres et de main-d’œuvre [Gluzman, 2007]. Il y eut par la suite quelques entreprises d’exploitation du minéral, mais encore une fois, peu fructueuses. Les archives évoquent un problème de pénurie de minéraux de valeur, mais aussi de main-d’œuvre initiée à ce type de labeur. Les contextes politiques régionaux tumultueux n’auraient pas non plus permis le développement de ces entreprises, tout comme l’absence d’investissements et de technologies adaptées. Lorena Rodríguez qui retrace l’histoire de l’exploitation minière dans le NOA, depuis l’époque coloniale jusqu’au xixe siècle pose la question suivante : pourquoi, malgré ces conditions si hostiles, les projets miniers sont-ils réapparus de manière récurrente au cours de l’histoire ? Son hypothèse est que, l’espoir de richesses minières, alimenté par l’imaginaire associé à Potosí, a constitué – au-delà des attentes de profits économiques –, un instrument efficace pour mobiliser des intérêts, s’approprier les espaces, reconfigurer les relations politiques et se repositionner comme autorité politique [Rodríguez, 2014]. Il s’agirait ainsi d’une activité capable de restructurer la société et de reconfigurer l’exercice du pouvoir. Les conséquences sont assez similaires avec l’implantation dans la région de la mégamine, la Alumbrera.

La mine la Alumbrera : une multinationale hautement polluante

  • 3 Cela rejoint les clivages discursifs à propos de l’activité des entreprises minières décrits par Gr (...)
  • 4 Voir le documentaire très souvent cité en Argentine par les militants, Tierra sublevada : oro impur (...)

10La mine d’or et de cuivre, la Alumbrera, s’est implantée en 1997. L’extraction se fait à ciel ouvert au moyen d’une technologie très perfectionnée qui permet l’exploitation de gisements pauvres. On y utilise des machines industrielles gigantesques capables de remuer de grandes quantités de terre pour extraire des quantités de métal certes minuscules mais non sans valeur. Une tonne de roche permet d’obtenir six kg de cuivre et six grammes d’or. Malgré la pauvreté de la terre en minéraux, la Alumbrera produit 190 000 tonnes de cuivre et 23 000 tonnes d’or par an, ceci impliquant un coût environnemental et social important. En effet, la trituration d’une tonne de roche nécessite l’utilisation d’une grande quantité d’explosifs et la mine utilise, dans cette région semi-désertique, six millions de litres d’eau par jour. Afin d’extraire le métal, des produits hautement toxiques sont nécessaires comme l’arsenic, le bromure et l’acide sulfurique, s’infiltrant ensuite dans les nappes phréatiques, ce que conteste le service de communication de la mine [Denoël, 2014]3. Quand ils se décomposent, ces produits cancérigènes sont aussi accusés d’avoir des effets neurotoxiques et cardiotoxiques et d’avoir contaminé l’eau de la vallée de Santa Maria. Les petits producteurs locaux affirment avoir subi une diminution de 70 % de leur production et se plaignent : « On nous disait, quand la mine s’est installée, que cela nous amènerait « richesse et prospérité », c’est plutôt : mort, sécheresse et pollution4 ». L’État est propriétaire de ces gisements mais depuis les lois néolibérales des années 1990, il lui est interdit de les exploiter et il doit passer pour cela par des entreprises privées, d’où les concessions à des entreprises étrangères, avec aujourd’hui des capitaux canadiens et suisses. Les militants questionnent cette expropriation des ressources au bénéfice de multinationales « qui viennent, qui détruisent tout en dix ans pour faire mille millions de dollars de profit et s’en vont ». Des locaux vindicatifs mentionnent ainsi les relations asymétriques Nord/Sud où les pays du Sud servent souvent de source d’approvisionnement et de récepteurs de déchets pour le bénéfice d’entreprises étrangères. C’est le cas de Paula, une habitante d’Amaicha d’une cinquantaine d’années, investie dans la valorisation de la culture locale. Elle se plaît à raconter l’histoire d’un Canadien à bicyclette qui passait par le village. Ce dernier se vantait que son pays était propre, que les villes aussi l’étaient et qu’ils n’avaient pas de problème de pollution. Paula lui répondit qu’effectivement, ils ne polluaient pas chez eux car ils venaient ici pour le faire, faisant ainsi référence aux capitaux canadiens investis dans la mine.

Des emplois rares mais enviables pour les locaux

11L’Alumbrera, au contraire des mines souterraines, n’a besoin que de peu de main-d’œuvre locale. La mégamine emploierait 2 200 personnes recrutées au niveau national, les plus qualifiées venant des pays d’origine des propriétaires de l’entreprise. À Amaicha, on compte seulement sept ou huit locaux qui occupent les postes de cuisiniers, de mécaniciens et de conducteurs de machines. Rodriguo est l’un d’eux. Il a commencé à travailler à l’Alumbrera à 18 ans, en 1997. Il venait de sortir du lycée, un niveau de formation relativement élevé pour l’époque dans cette zone. C’était cependant le niveau minimum d’étude exigé pour entrer dans la structure. Passionné de mécanique, il pensait intégrer l’armée mais l’Alumbrera lui a proposé une formation. Il s’est formé et a ainsi commencé à travailler dans l’entreprise, ce qui lui a permis d’avoir un salaire élevé pour la région et des formations régulières pour progresser dans la compagnie. Il travaille de façon alternée, sept jours dans la mine, puis sept jours de repos. Il y a une quinzaine d’années, il se souvient avoir été l’un des premiers de son hameau à avoir un ordinateur, ce qui a fait forte impression. Il a une moto et a pu acquérir une camionnette, ce qui a aidé son père à développer sa boucherie. Lui et sa famille ont ainsi connu une ascension sociale significative que leurs voisins leur envient. Ils sont peu nombreux à avoir eu ce « privilège ». Un emploi à la mine représente pour beaucoup le rêve américain. C’est grâce à Rodriguo que j’ai pu avoir accès à des informations pratiques sur le fonctionnement de la mine (au-delà de ce que l’on peut lire dans les revues que l’entreprise publie). Les contestations virulentes et manifestations qui ont eu lieu ces dernières années rendent l’accès au site difficile. Plusieurs documentaires très critiques sur les conséquences funestes de cette entreprise extractive ont été réalisés. Cela suscite aujourd’hui la méfiance des responsables et des vigiles du site vis-à-vis des chercheurs ou journalistes qui veulent s’en approcher.

Les contestations contre la mine au niveau régional et national

12En 2007, de nombreuses manifestations et barrages de route ont eu lieu à Quilmes. Les habitants luttaient pour la récupération de la gestion du site archéologique, aidés pour cela de militants venus des villes de Tucumán et de Buenos Aires. L’idée était que les communautés indiennes puissent gérer leurs ressources. La question des déprédations environnementales causées par la mine était également au cœur des débats et certains manifestants ont bloqué les camions durant plusieurs jours sur le chemin de l’Alumbrera.

13De nombreux réseaux dédiés à la défense de l’environnement se sont créés en Amérique latine. En Argentine, l’Union des assemblées citoyennes (UAC) a été fondée en 2006. Elle regroupe 70 organisations qui remettent en question le modèle industriel extractiviste et celui de l’agrobusiness, notamment à propos de la monoculture de soja [Svampa, 2011]. La question de la préservation des glaciers du sud de l’Argentine de l’extraction minière était aussi très présente dans le pays à cette période.

14En décembre 2009, l’assemblée de l’Algarrobo s’est tenue à Andalgalá, à proximité de l’Alumbrera, afin de dénoncer ses effets dévastateurs sur la région de Catamarca. La mine était sur le point de terminer son cycle de production et envisageait de s’implanter sur de nouveaux gisements. Les militants sont venus de tout le pays pour bloquer l’accès d’Agua Rica, un site que la mine souhaitait exploiter à 17 km de là. Les policiers les ont délogés et des dizaines d’entre eux ont été blessés et incarcérés. Bien que le gouvernement de Cristina Kirchner (2007-2015) soit considéré comme progressiste, ce fut le début de nombreuses poursuites judiciaires et on a assisté à un processus de criminalisation et de répression des mouvements luttant contre les mégaprojets miniers [Svampa, 201, p. 125].

  • 5 Les Mères de la place de Mai ont effectué des rondes hebdomadaires à partir de 1977 devant la Maiso (...)

15Un an après les répressions du 15 février 2010, la marche de femmes d’Andalgalá a été organisée. Elles ont manifesté en silence afin qu’on les laisse s’exprimer, comme l’indiquaient les pancartes qu’elles portaient dans le dos. Elles avaient un sparadrap blanc collé sur la bouche, les mains attachées dans le dos, et des bandes-son de répression accompagnaient le cortège. Sur certaines pancartes, on pouvait lire : « Nous sommes les filles et les mères d’Andalgalá, ça aussi c’est un délit ? On ne fait que défendre la vie. » Elles avaient prévu de venir tous les mercredis jusqu’à être entendues. C’était une référence directe aux rondes silencieuses des Mères de la place de Mai, association de femmes argentines dont les enfants ont disparu sous la dictature (1976-1983)5. D’autres militantes ont rejoint la marche des femmes d’Andalgalá et les femmes du silence ont incarné à cette période la lutte contre la mégamine.

16Amaicha et Quilmes se situent dans la province de Tucumán, voisine de celle de Catamarca. La position de la population est plus ambivalente car elle ne ressent pas encore directement les effets déprédateurs de l’exploitation minière. Un autre facteur à prendre en compte est que l’université de Tucumán, importante au niveau national, est en partie associée à la mine. En effet, c’est un chercheur de cette même institution qui a découvert les gisements et elle reçoit pour cela une partie des bénéfices. Cette manne financière a permis le développement d’infrastructures et la construction de grands amphithéâtres high-tech, mais elle a généré aussi beaucoup de conflits et de rumeurs de corruption. Bien que le département de sciences humaines ait refusé des fonds afin de marquer sa résistance à cette exploitation polluante, certains étudiants militants se plaignent d’être facilement délégitimés dans leurs revendications en raison de la compromission de leur université.

Les stratégies des entreprises minières pour éviter la contestation

17Nous nous souvenons des blocages de camions de la mine passant par Quilmes en 2007. Mais, entre-temps, l’Alumbrera a financé différents projets locaux, d’abord à Amaicha. Une association de jeunes producteurs, située dans un hameau important de la commune, a été la première à bénéficier de cette aide. Cette structure est symboliquement forte car certains de ses membres ont été à l’origine de l’école culturelle locale, très médiatisée au début des années 2000 pour ses innovations en matière d’éducation multiculturelle. Quelques années plus tard, cherchant un moyen de développer une activité productive, ils ont projeté de planter du raisin malbec afin de faire du vin de bonne qualité comme à Cafayate, une ville située à 80 km et renommée pour ses caves. Il fallait pour cela instaurer un système d’irrigation par pressurisation adapté aux régions arides. Ils sont allés frapper à plusieurs portes, dont celle du secrétariat de l’agriculture de la province, mais toutes sont restées closes. Seule l’Alumbrera leur a proposé son aide pour financer l’outillage nécessaire. Comme l’explique Sebastián, un des membres actifs de l’association, ce ne sont pas des projets très coûteux mais les promoteurs de la mine sont très habiles car ils fournissent une aide ponctuelle, ici via du matériel qui répond à une demande interne réelle. Les fonds sont plus modestes que dans d’autres projets de développement mais sont utilisés à bon escient. Sur cette même lancée, l’Alumbrera a financé une partie de la cave communautaire mise en place par l’organisation indienne d’Amaicha6. Elle a aussi participé à la rénovation des locaux de la communauté et à l’achat de matériel informatique et de communication dans la salle du conseil des anciens. Elle a enfin fourni une aide pour la réhabilitation de salles de classe et pour le dispensaire de la commune.

18Les procédés de la mine Alumbrera vont dans le sens de ce que prône le nouveau discours mondial à propos de l’« exploitation minière durable ». Cette nouvelle manière d’agir a pris racine en 1999, après que les grands groupes miniers eurent fait un mea culpa sur les violences sociales et environnementales qu’ils avaient pu générer par le passé. Ils ont mis en place un groupe de travail composé de chercheurs en sciences sociales, en sciences naturelles, ainsi que des experts en extraction minière de différents pays afin de présenter cette activité sous un jour plus positif et de limiter la contestation sociale. Comme le souligne Garibay [à paraître], les experts n’ont pas remis en question, dans leur rapport, le mode de consommation mondial de minéraux. Il n’y apparaît pas non plus de débat quant à la destruction de vastes territoires en faveur d’actionnaires d’entreprises privées en quête de profit, même si les États y trouvent souvent un intérêt [Gudynas, 2009 ; Bos et Lavrard-Meyer, 2015]. Rien n’est réellement débattu et les experts font comme s’il s’agissait de l’intérêt public mondial.

19Garibay décrit le texte comme un manuel d’intelligence stratégique, prêt à l’emploi pour les bureaux de relations communautaires dans les entreprises minières. La première disposition consiste à s’attribuer les faveurs des gouvernements nationaux et provinciaux. Comme on l’a vu avec les répressions policières lors des manifestations à Andalgalá et à Quilmes, il faut exercer une force de coercition sur les communautés locales des régions sur lesquelles ces mines s’installent. La seconde stratégie est de présenter la mine comme productrice d’« œuvres sociales ». Ce manuel conseille d’abord d’identifier les réseaux d’acteurs externes et locaux susceptibles d’avoir une influence politique et une force de contestation. Ils sont classés par niveaux de pouvoir et on va même jusqu’à repérer leur lieu d’habitation sur une carte. Cette recherche est accompagnée d’une étude sociologique et anthropologique des habitants, sur leurs vies quotidiennes, leurs économies, leurs histoires, leurs valeurs culturelles, mais aussi sur leurs divisions et leurs conflits internes. Il s’agit alors de détecter les besoins et les aspirations de certains groupes et de leur proposer de participer à des projets professionnels qui les rendent dépendants. En suivant ces projets sur le long terme, l’entreprise pourra ainsi mesurer le niveau de contestation dans la région. En prévention des conflits, l’idée est de promouvoir des petits groupes différenciés afin de réduire une potentielle opposition unanime qui pourrait affecter les intérêts et l’image de la mine [Garibay, à paraître].

La communication sur « les bonnes œuvres de la mine » qui disqualifie les Indiens

Photo 2. Couverture d’un numéro de la revue qui présente des bonnes œuvres de la mine

Photo 2. Couverture d’un numéro de la revue qui présente des bonnes œuvres de la mine

© Boullossa-Joly.

20Les prospectus de la mine sont la vitrine de cette bonne conduite « éthique, solidaire et écologique ». Ils énumèrent les actions de l’entreprise en matière de développement durable, envers les Indiens, les femmes, les anciens, qui peuvent être entendues en ce début de xxie siècle. De nombreux numéros de la revue de l’Alumbrera ont mis en lumière ces « bonnes œuvres » réalisées à Amaicha. L’un d’entre eux se réfère à l’aide apportée à un hameau pour le projet d’irrigation des vignes. Le titre est le suivant : « Nous prenons soin de l’eau en travaillant avec les communautés indiennes7 ». La photographie qui illustre cette communication montre l’un des membres fondateurs de l’école culturelle locale, ce qui est lourd de sens.

21L’entreprise participe également au financement d’évènements forts symboliquement dans le village comme la fête nationale de la Pachamama. C’est un festival important d’une semaine au moment du carnaval qui attire depuis des décennies des milliers de personnes de tout le pays. L’originalité de cet évènement réside dans la cérémonie qui clôt les festivités : on élit une Pachamama, choisie parmi les femmes les plus âgées du village, qui défile ensuite à travers les rues dans un carrosse élaboré en son honneur. Depuis quelques années, un panneau à côté de la scène spécifie que la fête est sponsorisée en partie par l’Alumbrera. Une des revues de la mine, qui a choqué beaucoup de militants, exposait la photo d’une vieille femme emblématique du village, Doña Andrea, élue Pachamama une année, faisant des offrandes à la Terre-mère. Un des numéros qui a, cette fois, vraiment fait scandale plaçait en première page Pablo Nora, cacique de la communauté, symbole de la lutte indienne au niveau international. Il apparaissait, souriant, les bras croisés, avec pour titre : « À Amaicha, le cacique et le conseil des anciens prennent maintenant des décisions dans un lieu adapté ». L’Alumbrera explique qu’elle a financé une partie de la réhabilitation de leur local de réunion et qu’elle a apporté du matériel comme un téléviseur avec un grand écran, « cela représentant un avant et un après pour la communauté », et l’article précise ensuite que ceci symbolise la participation de l’entreprise à l’entrée de la communauté dans la modernité technologique, à laquelle elle contribue à plus grande échelle.

22On voit ainsi comment la multinationale a réussi à pénétrer progressivement différents secteurs du village, importants à la fois symboliquement et politiquement. Mais cette position de résignation vis-à-vis de la mine et d’acceptation de fonds divise le village et suscite la colère de certains militants. Ceux qui sont investis dans la cause indienne depuis des décennies sont outrés par ce qu’ils analysent comme une compromission des leaders locaux envers la mine. C’est le cas de Sergio (47 ans), originaire d’Amaicha et enseignant dans le domaine multiculturel. Il parle d’un abrazo de muerte (étreinte mortelle) et s’insurge contre l’attitude de Pablo Nora :

  • 8 Entretien réalisé le 5 janvier 2013 à Amaicha.

« Le discours de Nora défendait la figure de la Pachamama, il était très culturaliste, à tendance fondamentaliste. Et voilà qu’il se donne à la mine, pour rien… Si nous voulions la faire payer pour le mal qu’elle fait, il ne fallait rien lui demander. L’avant-garde, selon moi, aurait été de mettre en place un péage pour les camions de l’Alumbrera afin qu’ils paient le passage par notre territoire. Ça, si Pablo l’avait voulu, il aurait pu le faire, car il connaît le droit, les questions de politique et d’environnement. Oui, ce serait plus digne de dire : “On va vous faire payer pour tout ce que vous polluez, pour ce que vous nous retirez et pour la destruction de nos routes. Passez, mais on vous fait payer !” On devrait exiger qu’ils paient ! Et qu’ils paient un ou deux millions de pesos par an, ce qu’ils devraient donner pour polluer notre territoire. Et ne pas aller leur demander l’aumône et apparaître ensuite dans une revue qui dit que la mine nous aide ! Rien de moins qu’un village si emblématique qu’Amaicha ! Avec son cacique qui fut en son temps le juriste par excellence de la cause indienne ! Moi je dis que c’est un traité très moche, parce que c’est quelqu’un qui comprend très bien ce qu’est une multinationale et qui comprend exactement ce que cela veut dire de parler de la Pachamama. C’est complètement contradictoire8 ! »

23Même s’il est proche de Pablo Nora, il est profondément scandalisé : « C’est vraiment honteux, je le charrie parfois par texto, il ne me répond jamais. » Sergio a envoyé l’image de la revue à Jorge Nahuel, un leader mapuche du sud de l’Argentine très connu sur la scène nationale, s’opposant aux multinationales extractivistes pétrolières qui chassent les locaux de leur territoire : « Je lui ai dit : “tu peux le croire ?”, il m’a répondu : Ce n’est pas possible que ce soit Pablo ! » On accuse donc Pablo Nora de délégitimer la cause indienne au-delà des limites de sa propre communauté.

  • 9 Ce n’est pas sans rappeler la situation des Kayapo en Amazonie brésilienne. Érigés en véritables dé (...)

24Plusieurs militants se plaignent de cette alliance avec la mine qui remet en cause leur indianité. Fernando, un militant actif de Quilmes, tient des propos très radicaux à ce sujet : « Ce sont des vendus ! Cela va à l’encontre de nos croyances et de notre dignité. » Il modère ensuite en expliquant qu’à Quilmes ils ont maintenant d’autres ressources avec les bénéfices liés à la gestion du site archéologique alors qu’ils n’ont pas cette chance à Amaicha. Mais il regrette cette compromission envers la mine qui les implique aussi : « Notre communauté indienne en souffre. Beaucoup disent de nous : “Ce sont des imposteurs, ils se déguisent en Indiens, parlent de la Pachamama, mais se compromettent avec la mine en acceptant de négocier”9 ». Tout cela questionne leur statut d’indien et alimente encore le reproche qui leur a souvent été adressé par leurs opposants les désignant comme de « faux Indiens », des « tricheurs ». En effet, dans le contexte argentin, on dit communément que les Indiens ont disparu depuis le xixe siècle. Amaicha et Quilmes ont obtenu ce statut après une longue lutte de trois décennies [Boullosa-Joly, 2015] et l’alliance avec la mine revient le questionner. Ceci rejoint les analyses de Fredrik Barth sur l’entretien des frontières ethniques. Si l’on ne correspond plus aux critères institués par cette identité, alors on risque d’être disqualifié [Barth, 2010, p. 210].

25Les propos de Fernando sont catégoriques sur l’attitude à avoir vis-à-vis de la mine, mais c’était avant que l’entreprise ne finance une salle de classe à Quilmes… L’Alumbrera négocie ainsi des petits projets de développement avec des associations ou des groupes restreints. C’est une tactique qui ne permet pas une prise de décision collective, alors que la médiatisation des « bonnes œuvres » concerne l’ensemble des villageois. Comme le dit un autre militant d’Amaicha : « Ils ne financent qu’un groupe d’un hameau et ils apparaissent comme finançant “la communauté”, mais ce n’est pas vrai, ce n’est qu’un groupe de comuneros. Et la mine n’est pas bête, elle utilise l’étiquette de “la communauté”. » C’est ainsi que l’Alumbrera s’infiltre partout et ne permet pas aux militants d’avoir une position revendicative forte, elle s’annule d’elle-même. Même si ce ne sont pas eux, personnellement, qui ont négocié ou bénéficié de quelque chose, dès lors que quelqu’un ou une structure a accepté des fonds de la mine sur le territoire, cela implique l’ensemble du groupe.

26Après les grandes manifestations d’Andalgalá dans la province voisine et deux ans après celles des « femmes du silence », d’autres mouvements de contestation ont eu lieu non loin de là, dans la communauté de la Rioja. Il était question d’y implanter une nouvelle mine à ciel ouvert à proximité de deux villes, la Rioja et Famatina. Ce projet a renforcé la contestation à l’encontre de l’Alumbrera et une route a été barrée à Amaicha en janvier 2012. C’est un militant d’une ville proche qui en était à l’origine. Très impliqué dans la lutte contre la mine depuis la fin des années 1990, il a réussi à réunir de nombreuses associations écologistes et des militants de divers horizons, certains sont même venus de Buenos Aires. Les villageois étaient peu nombreux. Après dix jours de blocage, les manifestants se sont fait expulser le 10 février 2012 par les forces de l’ordre. Un des manifestants, qualifié d’ambientalista (environnementaliste) – comme tous les autres dans les médias –, témoigne dans le journal La Gaceta : « Après l’expulsion des manifestants, cinquante personnes se sont réfugiées dans une maison alors que cinquante policiers étaient postés à l’extérieur. Nous avons eu la visite et le soutien de cinq caciques de l’Union Diaguita, mais celui d’Amaicha a brillé par son absence10. »

27Pablo Nora sera ainsi dénoncé non seulement par les militants indianistes, mais aussi par les écologistes pour son silence, lui qui fut un symbole des Indiens, « gardiens de la nature » en résistance contre le capitalisme et les injustices de tous ordres. Une archéologue de Tucumán, venue manifester, me dira ensuite que cette attitude fut fatale pour le mouvement : « On ne peut pas défendre leur territoire s’ils ne se battent pas à nos côtés. » Il y a alors eu une rupture avec l’idéal symbolique que cette communauté incarnait jusque-là et qui donnait aux militants des raisons supplémentaires de lutter.

Les habitants dénoncent les « écologistes estivants » et l’État

28Les manifestations ont été perçues de différentes manières par les villageois. Quand, venue quelques mois plus tard sur le terrain, j’évoquais le barrage de la route, beaucoup de locaux me parlaient d’« écologistes estivants » (ecologistas de verano) qui peuvent venir protester contre la mine car « ils ont le ventre plein ». Nombreux sont ceux qui perçoivent la mine comme une source d’emplois. Et tous les projets internes financés, même s’ils sont modestes, impliquent une diversité d’acteurs locaux. Beaucoup considèrent ainsi la mine comme une ressource et les manifestants comme des « écologistes romantiques », sans nécessité économique basique. Ils les appellent les « hippies », insinuant ainsi une telle distance sociale et idéologique que leurs contestations sont disqualifiées. Cela rejoint les propos tenus par un ministre affirmant que les problèmes par rapport à l’exploitation minière venaient des Porteños (habitants de Buenos Aires) qui ne voulaient pas qu’on touche à leur paysage. On peut faire le parallèle avec l’expression de Raphaël Correa qui, pour délégitimer les luttes face aux entreprises extractivistes à grande échelle en Équateur, les a qualifiées d’« écologisme infantile ».

29Les militants locaux habitués à revendiquer des droits ou à valoriser l’indianité et qui se trouvent dans une situation délicate de compromission envers la mine, se justifient de différentes manières. Il y a ceux qui, comme Judi, disent qu’on ne sait finalement pas à quel point la mine pollue. En revanche, les autres, conscients des conséquences environnementales, pensent que quitte à être pollués, la mine doit participer à la construction d’autre chose. Ils renvoient aussi aux nécessités économiques locales et au romantisme des revendications contestataires. Un militant de Quilmes, Federico, met bien en évidence ce dilemme :

« Nous sommes contre la mine, mais on a des nécessités, en eau, en machines. Nous avons des terres aujourd’hui, mais pas d’eau pour les irriguer. Sans aide, on ne peut pas vivre ni se développer. Le gouvernement ne nous aide pas pour ça. Et les besoins nous amènent à ça, à accepter que la mine nous aide. »

30On voit ainsi comment l’Alumbrera vient se substituer à l’État dans les domaines où il est défaillant : l’éducation, la santé et l’aide à la production dans des régions arides. Comme le regrette Sergio qui dénonçait la position du cacique :

  • 11 Sergio (47 ans), enseignant dans le domaine multiculturel, militant, entretien réalisé le 5 janvier (...)

« À Amaicha, on voit la mine comme une alternative, on lui donne un rôle que l’État ne peut assumer. Quand on a recours à un État pauvre, la société civile se dit : “Bon, là, je ne peux rien obtenir”, et l’État lui-même recommande de recourir à la mine en cas de besoin11. »

  • 12 Federico (35 ans), éleveur, militant, entretien réalisé le 10 janvier 2013 à Quilmes.

31Finalement, Federico conclura : « Notre ennemi, c’est l’État qui permet ça, de détruire et d’empoisonner la région12. »

32Pablo Nora, que j’ai questionné sur la provenance des fonds qui ont permis de développer différents projets à Amaicha, a répondu : « Les financements viennent de l’Unicef, du ministère de l’Agriculture, de la province, de beaucoup de ressources… » Il a rapidement ajouté : « Et l’Alumbrera aide aussi… Tu vois ce téléviseur immense, il a été donné au conseil des anciens. Nous sommes très critiqués parce que nous recevons des fonds de la mine. Et en réalité, on a juste reçu ça (il me montre la télévision et le toit du local). » Je lui demande alors naïvement la raison des critiques, ce à quoi il répond :

« C’est parce que c’est une multinationale qui est en train de tout polluer… La communauté d’Amaicha ne peut pas tout arrêter (silence), il y a des choses que l’on peut faire et d’autres non. Quand tu as une politique nationale contre toi, c’est très difficile de lutter, d’autant plus en étant une communauté indienne… Il y a une politique très forte de promotion de la mine de la part de la nation. Que fait-on contre ça ? On accuse la communauté d’Amaicha ? »

33Il dénonce ainsi l’État et l’impuissance de la communauté à freiner la mégamine avec qui ils se doivent de cohabiter. Il semble cependant avoir pris ses distances avec elle et ne souhaite plus à présent apparaître sur la revue de l’Alumbrera qui a affecté son rôle de leader indien charismatique et combatif.

34Certains habitants comme Pascuala, citée en introduction, se sentent piégés par la mine : « Elle investit dans l’école, dans le dispensaire, partout. Et du coup, qu’est-ce que l’on peut faire ? Tu dois fermer ta bouche, même si cela ne te plaît pas », elle conclut : « On est piégés, ils nous aident, on ne peut pas aller protester. Ils sont là… et ils sont plus puissants et plus riches que nous. » On voit là comment les stratégies développées par les entreprises minières fonctionnent. Claudio Garibay parle de contrôle des communautés locales afin d’instaurer la paix sociale dans les régions où elles s’installent [à paraître]. La Alumbrera a ainsi réussi à intervenir dans la vie des populations locales, à instaurer un réseau clientéliste, à les isoler politiquement et à les soumettre à la peur et au silence. Bien que peu nombreux, quelques habitants au sein de la communauté osent s’en plaindre. C’est le cas de Paula, 50 ans, artisan d’art, militante qui contait plus haut l’anecdote à propos du cycliste canadien :

  • 13 Entretien réalisé le 20 décembre 2013 à Amaicha.

« Avec l’aide de la mine, on peut dire : “Pain pour aujourd’hui, faim pour demain.” Ils sont en train de créer un lieu désertique pour les futures générations, c’est ce qui va se passer. Mais quand tu es contre, on dit que tu es un guérillero. Ce n’est pas facile, le gouvernement dit que tout va bien et qu’il faut soutenir la mine, et que si l’on s’y oppose, c’est que l’on est contre le gouvernement13. »

35L’État est dénoncé ici comme complice de la multinationale, ce qu’il confirmera en 2010 lors de la Marche des peuples originaires à Buenos Aires. C’est là que les divisions observées au sein du village ont plus largement affecté l’unité du mouvement indien en Argentine.

La division du mouvement indien au niveau national

36Lors du bicentenaire de l’indépendance en 2010, les associations indiennes ont voulu que l’État national reconnaisse davantage la pluriculturalité de la nation. Leur volonté était aussi de donner une visibilité au combat des populations autochtones. Elles ont ainsi organisé la Marche des peuples originaires, un grand moment de rassemblement et d’union qui fut largement médiatisé. À Buenos Aires, il y eut une rencontre avec la présidente Kirchner qui a réaffirmé son soutien aux communautés indiennes. Mais le point de rupture entre les organisations s’est opéré quand elle a précisé qu’elle ne plierait pas quant à l’exploitation pétrolière et minière. Ceci représentant une ressource importante pour le pays, elle se disait prête à effectuer des déplacements de populations. Elle fit alors référence à la modernité, disant qu’il ne fallait pas nier les avantages du progrès en prenant pour exemple les téléphones portables dont les Indiens aussi faisaient usage14. Felipe, le militant de Quilmes, employé de l’INAI pour la défense des peuples autochtones qui dénonçait plus haut les effets dévastateurs de la mine, fut l’un de ses interlocuteurs, ou plutôt l’un de ses auditeurs. Après cette entrevue, les Mapuches derrière Jorge Nahuel, ont décidé de contrer la politique du gouvernement dans ce domaine. Les leaders Diaguitas ne l’ont pas contestée, ce qui leur a valu de lourdes critiques de la part des militants protestataires. Il y eut ensuite une division entre les « pro-K » (pro-Kirchner) et les « contre-K », qui divise aujourd’hui le mouvement indien en Argentine.

Conclusion

37La Alumbrera s’est donc immiscée dans la vie du village et a réussi, à l’aide d’une stratégie bien élaborée, à neutraliser toute contestation sociale. Avec habileté, elle a réduit les leaders locaux au silence et les a isolés politiquement. Eux qui représentaient la défense de l’environnement contre le développement capitaliste ont ainsi été délégitimés. Cela remet en cause l’idéal symbolique qu’ils incarnaient jusque-là et qui leur permettait de revendiquer des droits. Les conflits et les paradoxes que l’on observe au sein du village se retrouvent sur la scène nationale, voire en Amérique latine, avec des gouvernements progressistes qui n’ont pas encore su trouver d’alternative au développement extractiviste souvent empreint d’une idéologie néocoloniale [Gudynas, 2009]. L’État argentin affirme en effet que les activités minières sont la voie du progrès et du développement tout en déléguant cette activité à des multinationales. L’Argentine est la sixième réserve de la planète en minerais non exploités, qui ne peuvent l’être qu’à l’aide de techniques destructrices pour l’environnement [Svampa, 2011]. Le pays est ainsi redevenu, comme tout le reste de l’Amérique latine, un véritable centre d’intérêt pour les entreprises minières du monde entier. Les conflits socio-environnementaux n’ont donc certainement pas fini de se développer dans le pays et sur le continent.

38Le gouvernement Kirchner parvient, dans une certaine mesure, à contrôler les contestations, notamment une partie de celles des communautés indiennes. Il a permis un net progrès quant à la reconnaissance de leurs droits sur leur territoire et la valorisation de leur culture à tous les niveaux. Il a laissé une place institutionnelle à de nombreux leaders engagés dans la lutte depuis de nombreuses années. C’est le cas de certains militants très reconnus dans le NOA. On a mentionné Felipe, originaire de Quilmes, l’un des premiers à dénoncer les conséquences graves de l’exploitation minière et qui travaille aujourd’hui à Tucumán pour l’INAI ; et Sergio, enseignant, maintenant employé dans un programme d’éducation à destination des populations indiennes. Ils évoluent ainsi dans des champs ethno-politiques et ethno-bureaucratiques qui se développent avec les politiques multiculturelles [Boccara et Bolados, 2008]. Comme me le dira Sergio, 47 ans, enseignant investi dans les politiques multiculturelles et militant, lui qui fut si choqué par l’attitude de Pablo Nora :

  • 15 Entretien réalisé à Tucumán le 20 décembre 2013.

« On nous a donné une place institutionnelle. On vit maintenant en ville loin de nos communautés et nous sommes maintenant dépendants et bâillonnés. Si tu n’es pas d’accord avec leurs décisions, ou ils t’excluent, ou ils restreignent les politiques d’attention aux communautés indiennes. » Et de conclure : « Finalement l’État nous coopte, il nous a fait une place, mais c’est pour mieux nous contrôler15. »

39On se trouve donc face à des militants bâillonnés, à la fois par la mine et par l’État. Partant de ce constat, on peut se demander si la résistance ne devrait pas s’organiser depuis les pays extérieurs, même si ce sont, dans le même temps, les plus gros consommateurs d’énergie et de minerais. Puisque la contestation est étouffée localement, David Harvey, qui dénonce une politique d’accumulation par dépossession de la part des pays du Nord, suggère que les étudiants étrangers se mobilisent. Selon lui, la contestation internationale aurait ainsi plus de chance d’être entendue [Harvey, 2010]. En ce sens, la proposition de Raphaël Correa, sur laquelle il est revenu ensuite, de négocier une indemnisation mondiale en échange de la non-exploitation des hydrocarbures en Amazonie devrait peut-être faire l’objet d’un approfondissement.

Haut de page

Bibliographie

Absi Pascale, « Patrimoine et conflits sociaux : l’exemple de la défense de la montagne minière de Potosí, Bolivie », Espaces et sociétés, n° 119, 2005, p. 119-214.

Absi Pascale, « Le pacte avec le diable : revenus et rapports sociaux dans les mines de Potosí (Bolivie) », Journal des anthropologues, n° 90-91, 2002, p. 105-120.

Barth Frederik, « Les groupes ethniques et leurs frontières », in Philippe Poutignat et Jocelyne Streiff-Feinart, Théories de l’ethnicité, PUF, 1995, p. 203-249.

Bengoa José, La emergencia indígena en América Latina, Santiago, Chile, Fondo de Cultura Económica, 2000.

Boccara Guillaume et Bolados Paola, « Dominar a través de la participación ? El neoindigenismo en el Chile de la postdictadura », Memoria americana, n °16 (2), 2008, p. 167-196.

Bos Vincent et Lavrard-Meyer Cécile, « “Néo-extractivisme” minier et question sociale au Pérou », Cahiers des Amériques latines, n° 78, 2015, p. 29-55.

Boullosa-Joly Maïté, « Chronique d’une ethnogenèse annoncée : histoire des luttes indiennes contemporaines dans le Nord-Ouest argentin (1970-2014) », Problèmes d’Amérique latine, n° 92, 2015, p. 47-73.

Boullosa-Joly Maïté et Rodríguez Lorena, « From Geneva to Amaicha del Valle: A retrospective history of four indigenous leaders and their travels to “secure the land” », Nuevo Mundo, Mundos Nuevos, n °2, 2013.

Estoile Benoît (de l’), Le Goût des autres : de l’Exposition coloniale aux Arts premiers, Paris, Flammarion, 2007.

Denoël Mathilde, « Perception du territoire et mega-minería argentine : au croisement du néo-extractivisme et du post-extractivisme », mémoire de master, université de Toulouse 2-Le Mirail, 2014.

Garibay Claudio, « El Cluster minero global y la decondificación de la minería sustentable », Geoforum, à paraître.

Garibay Claudio, « Paísajes de accumulacíon minera por desposesión campesina en el México actual », in Gian Carlo Delgado-Ramos, Ecología política en la America Latina, UNAM, 2010, p. 133-183.

Giudicelli Christophe, « Hétéronomie et classifications coloniales : la construction des “nations” indiennes aux confins de l’Amérique espagnole (xvi-xviie siècle) », Nuevo Mundo, Mundos Nuevos, 2010.

Gluzman Géraldine, « Minería y metalurgia en la antigua gobernación del Tucumán (siglos xvi-xvii) », Memoria americana, n °15, 2007, p. 157-184.

Grieco Kyra et Salazar-Soler Carmen, « Les enjeux techniques et politiques dans la gestion et le contrôle de l’eau : le cas du projet Minas Conga au nord du Pérou », Autrepart, n° 65, 2013, p. 151-168.

Gruzinsky Serge, La Colonisation de l’imaginaire, Paris, Gallimard, 1988.

Gudynas Eduardo, « Diez tesis urgentes sobre el nuevo extractivismo : contextos y demandas bajo el progresismo sudamericano actual », in Jürgen Schuldt, Extractivismo, política y sociedad, CAAP/Claes, 2009, p. 187-225.

Harvey David, Géographie et capital, Paris, Syllepse, 2010.

Magrin Géraud et Perrier-Bruslé Laetitia, « Nouvelles géographies des activités extractives », EchoGéo, n° 17, 2011.

Murra John, « El control vertical de un máximo de pisos ecológicos en la economía de las sociedades andinas », in John Murra, Formaciones económicas y politicas del mundo andino, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 1975, p. 59-115.

Prévôt-Schapira Marie-France, « Amérique latine : conflits et environnement, “quelque chose de plus” », Problèmes d’Amérique latine, n° 70, 2008, p. 5-11.

Rodríguez Lorena, « Explotaciones mineras intermitentes y promesas permanentes de riqueza : descubrimientos, redescubrimientos y ordenamientos al sur del Valle Calchaquí, fines del siglo xvii-mediados del xix », Población y sociedad, vol. 22, n° 1, 2014, p. 5-39.

Salazar-Soler Carmen, « Los tesoros del Inca y la Madre Naturaleza : Etnoecología y lucha contra las compañías mineras en el norte del Perú », in Valérie Robin Azevedo et Carmen Salazar-Soler, El regreso de lo indígena : retos, problemas y perspectivas, Lima, Instituto Francés de Estudios Andinos, 2009, p. 187-216.

Sariego Rodríguez Juan Luis, « Droits autochtones et conflits miniers au Mexique », in Irène Bellier (dir.), Terres, territoires, ressources : politiques, pratiques et droits des peuples autochtones, L’Harmattan, 2014.

Svampa Maristella, « Néo-“développementisme” extractiviste, gouvernements et mouvements sociaux en Amérique latine », Problèmes d’Amérique latine, n° 81, 2011, p. 101-127.

Haut de page

Notes

1 Pascuala, commerçante, 55 ans, entretien réalisé le 3 janvier 2013 à Amaicha. Les noms des informateurs ont été changés afin de préserver leur anonymat sur les sujets polémiques dont traite cet article.

2 Potosí est le plus grand gisement argentifère au monde, le symbole mythique du destin colonial de l’Amérique latine. À la suite de la découverte de ses fabuleux filons par les conquérants espagnols en 1545, son métal a irrigué les économies européennes favorisant la capitalisation préalable à la révolution industrielle et provoquant le remplacement de l’or par l’argent au sein du système monétaire international [Absi, 2005, p. 201].

3 Cela rejoint les clivages discursifs à propos de l’activité des entreprises minières décrits par Grieco et Salazar au Pérou [2013].

4 Voir le documentaire très souvent cité en Argentine par les militants, Tierra sublevada : oro impuro, réalisé par Fernando Solanas en 2009. Cf. : https://www.youtube.com/watch?v=Cl8wmDizLWo

5 Les Mères de la place de Mai ont effectué des rondes hebdomadaires à partir de 1977 devant la Maison rose, siège du pouvoir exécutif argentin, situé dans le centre de Buenos Aires. Elles souhaitaient la justice et la vérité en réalisant ces tours en silence, un mouchoir blanc sur la tête en guise de fichu où était brodé le nom de leur enfant disparu.

6 Cf. http://www.lagaceta.com.ar/nota/578370/economia/apuestan-lograr-vino-alta-gama.html

7 Cf. http://www.infoalumbrera.com.ar/dique-de-la-comunidad-de-amaicha-del-valle/

8 Entretien réalisé le 5 janvier 2013 à Amaicha.

9 Ce n’est pas sans rappeler la situation des Kayapo en Amazonie brésilienne. Érigés en véritables défenseurs de la forêt à la fin des années 1980, ils avaient obtenu des droits sur leur territoire. Le mythe s’est effondré quand on se rendit compte que certains chefs avaient négocié avec des multinationales pour l’exploitation de bois précieux [Estoile (de l’), 2007, p. 318].

10 Cf. http://www.lagaceta.com.ar/nota/476666/policiales/policia-desalojo-bloqueo-amaicha-valle-contra-alumbrera.htm

11 Sergio (47 ans), enseignant dans le domaine multiculturel, militant, entretien réalisé le 5 janvier 2013 à Amaicha.

12 Federico (35 ans), éleveur, militant, entretien réalisé le 10 janvier 2013 à Quilmes.

13 Entretien réalisé le 20 décembre 2013 à Amaicha.

14 Cf. les enregistrements de ces rencontres avec la présidente Cristina Kirchner : http://www.lavaca.org/recuadros/el-debate-de-fondo/

15 Entretien réalisé à Tucumán le 20 décembre 2013.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. La province de Tucumán (vallées Calchaquíes)
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/4347/img-1.png
Fichier image/png, 264k
Titre Photo 1. Offrandes à la Pachamama sur le terrain du cacique
Légende Août 2000, Quilmes.
Crédits © Boullosa-Joly.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/4347/img-2.png
Fichier image/png, 686k
Titre Photo 2. Couverture d’un numéro de la revue qui présente des bonnes œuvres de la mine
Crédits © Boullossa-Joly.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/4347/img-3.png
Fichier image/png, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maïté Boullosa-Joly, « La Pachamama dans tous ses États : les leaders indiens réduits au silence par les entreprises minières dans le Nord-Ouest argentin », Cahiers des Amériques latines, 82 | 2016, 71-94.

Référence électronique

Maïté Boullosa-Joly, « La Pachamama dans tous ses États : les leaders indiens réduits au silence par les entreprises minières dans le Nord-Ouest argentin », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 82 | 2016, mis en ligne le 13 décembre 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://cal.revues.org/4347 ; DOI : 10.4000/cal.4347

Haut de page

Auteur

Maïté Boullosa-Joly

Maïté Boullosa-Joly est anthropologue, maîtresse de conférences à l’université de Picardie Jules-Verne, chercheuse au Curapp-ESS (CNRS) et associée au laboratoire Mondes américains (EHESS). Elle mène ses enquêtes de terrain dans le Nord-Ouest argentin depuis 2000 et ses recherches en anthropologie politique portent sur les mouvements indiens. Elle s’interroge sur les politiques multiculturelles et la complexité de leur application et travaille actuellement sur les confits socio-environnementaux entre les communautés indiennes du Nord-Ouest argentin et les entreprises multinationales d’extraction minière.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org