Navigation – Plan du site
Chronique

Les Latinos des Etats-Unis face à la présidence de Trump

James Cohen
p. 7-14

Texte intégral

1La victoire surprise de Donald Trump n’inspire pas confiance aux Latinos des États-Unis dans leur ensemble, qu’ils soient citoyens, immigrés naturalisés, réguliers ou, surtout, irréguliers (indocumentados), qui seront encore plus exposés au danger de l’expulsion que pendant les huit années de l’administration Obama.

2Les électeurs latinos – dont on dit depuis longtemps qu’ils représentent collectivement un « géant endormi » qui tarde à réaliser tout son potentiel – ont continué le 8 novembre 2016 leur lent « réveil », de manière inégale selon les régions mais de façon impressionnante à un moment où, par ailleurs, une forte abstention parmi d’autres électeurs a piégé la candidature de la candidate des Démocrates, Hillary Clinton. Selon une estimation, le nombre de votants latinos s’est situé entre 13,1 et 14,7 millions, c’est-à-dire beaucoup plus que les 11,2 millions de 2012, qui représentait déjà un record. En 2015, le Bureau du recensement des États-Unis estimait à 56,5 millions le nombre d’habitants latinos, soit 17,6 % de la population nationale.

  • 1 Gabriel Sanchez et Matt Barreto, « In record numbers, Latinos voted overwhelmingly against Trum. We (...)

3Comme prévu par tous les sondages qui ont précédé le scrutin, les électeurs latinos étaient très hostiles à Trump. Comme prévu, ils ont voté massivement pour Hillary Clinton, à environ 79 % contre 18 % – autre record – selon les chercheurs de Latino Decisions1. Un peu partout, le pourcentage a varié entre 10 et 20 %, sauf dans l’État de Floride, où selon cette même enquête environ 31 % des Latinos auraient voté pour Trump.

4Selon une autre source très consultée, le sondage de sortie des urnes effectué par Edison Research et publié par CNN et le New York Times, les électeurs latinos auraient voté seulement à 65 % pour Clinton, à 29 % pour Trump2. Ces chiffres paraissent suspects car ils donneraient à Trump un score plus élevé en pourcentage que les 27 % du candidat Mitt Romney en 2012. Romney, on s’en souvient, a déclaré lors d’un débat télévisé avec Barack Obama, que les immigrés en situation irrégulière devaient songer à l’« auto-expulsion » (self-deportation).

5Si la majorité des Latinos penchent, depuis longtemps, pour les Démocrates, il ne s’agit pas de nier qu’il existe une droite au sein de l’électorat latino. Même si en Floride la population d’origine cubaine évolue globalement en direction des Démocrates depuis plusieurs années – et cette tendance s’est poursuivie en 2016 – c’est néanmoins dans cet État que le pourcentage de votes pour Trump parmi les Latinos était le plus élevé : 31 % selon Latino Decisions. Au Texas aussi, le vote latino en faveur de Trump atteint des scores au-dessus de la moyenne nationale, de l’ordre de 20 %. Globalement, les Latinos texans sont très loin d’être majoritairement conservateurs, ce qui permet aux Démocrates d’espérer enlever un jour aux Républicains ce grand bastion du conservatisme. Le Texas « vaut » 38 grands électeurs, sans lesquels les Républicains auraient beaucoup de mal à gagner une présidentielle.

6Depuis 2011, fait inédit, deux états ont des gouverneurs latinos républicains : Susana Martinez au Nouveau-Mexique et Brian Sandoval au Nevada. Mme Martinez a réussi l’exploit d’assister à la Convention républicaine en juillet 2016 sans appeler à voter pour Trump, vainqueur dans la primaire républicaine de son État, avec un score de 70,7 %. M. Sandoval a changé plusieurs fois d’appréciation de Trump mais a fini par lui nier son soutien, suite notamment aux déclarations du candidat qui mettait en cause l’impartialité d’un juge à cause de ses origines mexicaines. Dans ces deux États, Trump a été battu le 8 novembre 2016.

La crise du Parti républicain et l’enjeu de l’électorat latino

7Depuis une quinzaine d’années, un débat traverse le Parti républicain à propos du « vote hispanique » (ou « latino ») : comment l’attirer, ou en tout cas comment éviter de le perdre quasi entièrement ? Étant donné le poids démographique des Latinos et la préférence d’une majorité assez nette des électeurs latinos à l’échelle nationale pour les Démocrates, comment en récupérer une part plus importante ? Depuis longtemps, et encore aujourd’hui, la participation électorale des Latinos reste en deçà de son potentiel, mais cet électorat en pleine expansion représente déjà une force déterminante dans la vie politique de plusieurs États où leur nombre est concentré. En Californie, les Latinos représentent presque 40 % de la population et ont joué un grand rôle dans le passage décisif de cet État dans le camp démocrate depuis les années 1990. Si les tendances démographiques à l’œuvre se poursuivent, les électeurs latinos pourraient également faire « basculer » d’autres états jusqu’ici ancrés à droite : l’Arizona où, le 8 novembre dernier, Hillary Clinton est arrivée à 45,4 % contre 49,5 % pour Donald Trump, et, surtout, le bastion du Texas qui représente un objectif plus lointain pour les Démocrates, où Clinton a remporté 43,4 % des suffrages contre 52,6 % pour Trump.

8L’enjeu de l’électorat latino est un puissant révélateur de la crise qui mine le Parti républicain depuis quinze à vingt ans. Cette crise se traduit par l’ascendance de courants successifs chaque fois plus marqués à droite et tentés par des méthodes et des discours polarisants. De cette tendance, Trump ne représente qu’un aboutissement extrême. Des voix considérées comme modérées au sein de ce parti s’élèvent pour dire que les Républicains doivent faire davantage pour attirer les électeurs latinos, en évitant de faire de l’expulsion des indocumentados une question de principe ou d’avoir de l’immigration une vision principalement sécuritaire, en acceptant un compromis permettant à la majorité des indocumentados d’être régularisés et placés sur une voie conduisant à la citoyenneté. Seulement, ces voix modérées n’existent plus guère parmi les Républicains d’aujourd’hui. Des candidats présents dans les primaires avant d’être tous éliminés par Trump, seul John E. (« Jeb ») Bush, frère de George W. Bush, proposait une approche de ce genre, mais il a été très vite exclu de la course ; tous les autres plaidaient pour la « fermeté », et donc pour le renforcement des contrôles et la multiplication des expulsions. C’était aussi le cas des deux candidats eux-mêmes d’origine latino : le sénateur du Texas, Ted Cruz, de père cubain et le sénateur de Floride, Marco Rubio, de famille cubaine, qui a changé plusieurs fois de position sur la question ces dernières années. Il a fini par rejoindre les partisans du tout-sécuritaire afin d’augmenter ses chances parmi les électeurs républicains.

9Peine perdue. Trump, l’outsider, a battu tous ses rivaux dans les primaires, en n’étant pas identifié à l’establishment du parti et en adoptant le langage cru (raciste, xénophobe, sexiste, etc.) que l’on sait. C’est à dessein qu’il a bafoué le sens commun qui aurait dicté au moins un minimum de politesse envers les Latinos, en stigmatisant les Mexicains dès le premier jour de sa campagne en juin 2015 ; en appelant à la construction d’un mur tout le long de la frontière et à la mise en place d’une « force spéciale pour les expulsions » (deportation task force).

Les Démocrates et les « indispensables » Latinos

10Beaucoup de partisans des Démocrates considèrent que les Latinos constituent en termes électoraux un « mur pare-feu » (firewall), désormais indispensable pour augmenter leurs chances à l’échelle nationale. Leur apport est sans aucun doute essentiel, mais la victoire de Trump démontre que cette condition nécessaire pour le succès des Démocrates à l’échelle nationale n’est pas une condition suffisante. Même s’ils s’étaient encore davantage mobilisés, leur poids global dans l’électorat n’aurait pas changé le résultat de la présidentielle. La masse de la force électorale des Latinos se trouve dans les États déjà acquis aux Démocrates. Dans un système de scrutin indirect où Hillary Clinton a pu perdre l’élection tout en recueillant plus de suffrages que son adversaire (61,1 millions de voix et 232 grands électeurs contre 60,48 millions pour Trump et 290 grands électeurs), le nombre d’États où l’électorat latino peut faire la différence est limité. Le « secret » de Trump était de percer – de façon relativement inaperçue par les sondages ! – dans une série d’États du nord-est « postindustriel », le Wisconsin, le Michigan, l’Ohio, la Pennsylvanie, où les Latinos n’ont pas un poids démographique significatif.

11C’est uniquement dans l’État de Nevada (relativement peu peuplé, seulement 6 grands électeurs) que leur participation importante a porté véritablement à conséquence en donnant cet État à Hillary Clinton et en élisant au Sénat la première Latina, Mme Catherine Cortez Masto. La mobilisation d’un mouvement syndical actif et d’un électorat jeune qui avait manifesté un fort intérêt dans les primaires pour le candidat de gauche Bernie Sanders, a effectivement fourni l’étroite marge de la victoire de Mme Clinton (de 25 000 voix ou 2,4 %).

  • 3 Ce portrait-robot, maintes fois confirmé dans les recherches, est réaffirmé par Matt Barreto et Gar (...)
  • 4 Jeffrey S. Passel et Paul Taylor, « Unauthorized Immigrants and their U.S.-Born Children », Pew His (...)

12À bien des égards, le clivage démocrate/républicain au sein des Latinos se présente comme dans le reste de la population. L’électeur latino moyen souhaite des écoles publiques qui fonctionnent, des emplois décemment payés, un système de santé moins coûteux, un État qui veille un minimum à l’égalité des chances3. Cependant, le rapport à l’immigration constitue une spécificité de l’expérience latino qui conditionne les choix électoraux. En 2014, plus de 65 % des Latinos étaient nés aux États-Unis, tandis que 34,9 % étaient immigrés, naturalisés ou non. Les Latinos natifs des États-Unis n’ont pas tous des liens directs avec l’expérience migratoire, bien entendu, mais en comparaison avec la population globale, ils sont plus nombreux à en avoir. Il existe par conséquent un phénomène massif de solidarité entre Latinos citoyens et immigrés, y compris les immigrés en situation irrégulière puisque, parmi les personnes d’origine mexicaine ou centro-américaine en particulier, il y a beaucoup de familles « à statut mixte » où irréguliers, immigrés légaux et citoyens (naturalisés ou de naissance) se côtoient4.

13En plus de cette solidarité directe, familiale ou « ethnique », entre immigrés et non immigrés, il existe aussi, chez de nombreux citoyens latinos, le sentiment de partager avec les immigrés le risque de traitements discriminatoires. Les diverses polices du système fédéral lancées à la poursuite des immigrés irréguliers sont amenées, dans le cadre de leur travail, à porter leurs soupçons sur des personnes dont les traits phénotypiques « suggèrent » une condition d’immigré. Les politiques de lutte renforcée contre l’immigration irrégulière – celles mises en œuvre dans l’État d’Arizona par exemple – peuvent basculer vers une forme de profilage racial. Autrement dit, lorsque les Latinos citoyens défendent les droits des immigrés, c’est aussi une façon de se défendre eux-mêmes contre des violations de leurs droits civils.

  • 5 Le programme se nomme Deferred Action for Childhood Arrivals (DACA). Cf. https://www.uscis.gov/huma (...)
  • 6 Extrait du site web de campagne d’Hillary Clinton, rubrique « Immigration Reform » : https://www.hi (...)

14La campagne d’Hillary Clinton a soigné son attention aux Latinos. Elle n’a pas choisi comme candidat à la vice-présidence un Latino comme Julian Castro du Texas, dont le nom circulait beaucoup, mais a préféré Tim Kaine, ex-gouverneur de la Virginie, qui parle couramment espagnol. Les Démocrates ont tenu un discours en direction des Latinos qui combinait l’éloge, obligatoire mais vague, de la diversité (« Stronger Together », « Ensemble, nous sommes plus forts »), avec des engagements un peu plus précis à propos des droits des immigrés. Tout comme Barack Obama et George W. Bush, elle prônait une mesure de régularisation de la majorité des irréguliers. Mais elle aurait eu au moins autant de mal que ses prédécesseurs à faire adopter une telle mesure par un Congrès hostile. Elle aurait donc usé de son autorité exécutive pour maintenir en vigueur le dispositif de l’administration Obama, imposé par décret en 2012 en l’absence d’une loi votée par le Congrès, qui protège aujourd’hui environ 700 000 personnes de l’expulsion, notamment les jeunes (âgés de 15 à 31 ans) arrivés aux États-Unis en bas âge5. Elle s’est engagée à « tout faire dans le cadre de la loi pour protéger des familles », c’est-à-dire ne pas les séparer par des expulsions ; à « mettre fin à la détention des parents et des enfants [principalement centro-américains] qui arrivent à notre frontière en situation de désespoir » ; à fermer les centres de détention privés etc.6. En revanche, rien ne suggérait dans le programme de la candidate qu’elle envisageait des mesures de démilitarisation de la sécurité frontalière.

Qu’attendre du régime migratoire de Trump ?

  • 7 Nina Totenberg, « Who Is Judge Gonzalo Curiel, The Man Trump Attacked For His Mexican Ancestry ? », (...)

15Trump a brisé tous les tabous verbaux sur le racisme, la xénophobie et le sexisme. Il s’en est pris aux Mexicains et aux musulmans en général, aux femmes et aux handicapés. En juin 2016, il a fourni l’exemple le plus pur de son antimexicanisme primaire : mis en examen pour les pratiques frauduleuses de « Trump University », il a dénoncé le juge qui présidait l’affaire, M. Gonzalo Curiel, estimant que celui-ci lui réservait un traitement « injuste » parce qu’« il est mexicain ». Or, M. Curiel est d’origine mexicaine, mais il est né en Indiana. Il s’est distingué et a risqué sa vie dans la lutte contre les trafiquants de drogue au Mexique7. Il n’est pas étonnant que Trump ait vu successivement démissionner plusieurs de ses conseillers latinos au cours de sa campagne.

  • 8 Todd Miller, « The Great Mexican Wall Deception », TomDispatch.com, 23 août 2016. Disponible sur : (...)

16Bien que les dispositifs sécuritaires de haute technologie soient déjà très développés presque tout le long de la frontière8, Trump a fait du mur le symbole de sa fermeté dans la défense de la souveraineté nationale et d’une certaine conception de l’identité nationale. C’est à dessein qu’il a conforté l’attitude des « hommes blancs en colère », frustrés par la présence de plus en plus importante et visible des « minorités », et déjà majoritaires dans plusieurs États. Son langage, bien compris et approuvé par des groupes et groupuscules ethnonationalistes dont l’idéologie racialiste est en parfait décalage avec l’évolution démographique réelle des États-Unis.

17À Phoenix (Arizona), le 31 août 2016, quelques heures seulement après sa rencontre controversée avec le président mexicain Enrique Peña Nieto à Mexico, à l’invitation de ce dernier, Trump a repris son discours anti-immigrés sous une forme plus virulente que jamais. Il a fustigé les « étrangers criminels », en surestimant gravement leur nombre, a déclaré que certains groupes n’ont pas vocation à s’assimiler, a promis de sévir contre des « villes sanctuaires » dont les gouvernants locaux s’engagent à protéger les immigrés contre la menace d’expulsion, a proposé d’expulser Hillary Clinton en personne, enfin, il a répété son intention de faire construire un mur – « puissant, grand et beau » – sur toute la frontière sud et de faire payer sa construction par le Mexique, « même s’ils ne le savent pas encore ».

  • 9 Émission télévisée 60 minutes de CBS du 13 novembre. Disponible sur : http://www.cbsnews.com/news/6 (...)
  • 10 Walter Ewing, Daniel E. Martínez, et Rubén G. Rumbaut, « The Criminalization of Immigration in the (...)

18Dans quelle mesure le discours extrême de Trump se traduira-t-il en actes et en décisions politiques ? À l’heure où nous écrivons ces lignes, l’élu forme son équipe, où se distingue le « chef de stratégie », Stephen Bannon, militant et organisateur d’une droite dure qui assume son racisme. Trump laisse échapper quelques remarques sur ce qu’il souhaite mettre en place à partir du 20 janvier 2017. Il admet que le mur frontalier ne prendra pas partout la forme précise d’un mur, mais pourra, par endroits, être une simple barrière. La question du coût d’un tel projet n’a pas encore été abordée, mais un Congrès fiscalement conservateur n’est pas sûr de vouloir financer tout ce que le président demande. Le président (speaker) républicain de la Chambre des représentants, Paul Ryan, a annoncé, le 13 novembre, que « la force spéciale pour les déportations », annoncée maintes fois par Trump, ne verra pas le jour. Cependant, l’élu, lui-même, annonce clairement son intention de faire expulser entre 2 et 3 millions d’« illégaux », notamment les criminels confirmés9. Il lui importe peu que selon de nombreuses études, le taux de criminalité soit plus bas parmi les immigrés que dans la population globale10, pour Trump il va de soi qu’un irrégulier sur trois est forcément criminel. Ce qui provoque une peur légitime chez les autres sans-papiers de tous âges qui n’ont pas eu de problèmes particuliers avec la loi.

19Dans toutes les régions du pays, les mouvements de défense des droits des immigrés, ainsi que les organisations de défense des libertés civiles se mobilisent dans l’attente des épreuves à venir. Le maire de Seattle (Washington) a été le premier à annoncer son intention de maintenir la politique locale de protection des immigrés en danger d’expulsion contre les contrôles policiers. Les polices de Los Angeles (LAPD) et de Denver ont été les premières à prendre des engagements dans le même sens. Si Trump s’en prend aux jeunes protégés contre l’expulsion par le programme DACA ou si les contrôles et les raids s’intensifient, comme lors du deuxième mandat de George W. Bush (2005-2009), enfin si le nombre d’expulsions augmente encore par rapport aux années Obama – déjà conséquentes, entre 300 000 et 400 000 par an –, il est fort probable que les actions de désobéissance civile se multiplient en conséquence. La solidarité active avec les immigrés en danger d’expulsion sera l’une des expressions les plus directes de l’opposition à une dérive nationaliste, racialiste et autoritaire annoncée.

Paris, le 16 novembre 2016.

Haut de page

Notes

1 Gabriel Sanchez et Matt Barreto, « In record numbers, Latinos voted overwhelmingly against Trum. We did the research », Washington Post, 11 novembre 2016. Disponible sur : https://www.washingtonpost.com/news/monkey-cage/wp/2016/11/11/in-record-numbers-latinos-voted-overwhelmingly-against-trump-we-did-the-research/ Cf. également Latino Decisions, « Lies, Damn Lies, and Exit Polls », 10 novembre 2016. Disponible sur : http://www.latinodecisions.com/blog/2016/11/10/lies-damn-lies-and-exit-polls/

2 « Election 2016 : Exit Polls », New York Times, 8 novembre 2016. Disponible sur : http://www.nytimes.com/interactive/2016/11/08/us/politics/election-exit-polls.html. Données recueillies par Edison Research pour la National Election Pool, un consortium de l’ABC News, The Associated Press, CBS News, CNN, Fox News and NBC News. L’enquête a été effectuée sur la base de questionnaires complétés par 24 537 électeurs à la sortie de 350 bureaux de vote et de 4 398 interviews téléphoniques avec des électeurs qui avaient participé au vote anticipé ou au vote par correspondance.

3 Ce portrait-robot, maintes fois confirmé dans les recherches, est réaffirmé par Matt Barreto et Gary M. Segura dans Latino America : How America’s Most Dynamic Population is Poised to Transform the Politics of the Nation, New York, Public Affairs, 2014.

4 Jeffrey S. Passel et Paul Taylor, « Unauthorized Immigrants and their U.S.-Born Children », Pew Hispanic Center, 11 août 2010.

5 Le programme se nomme Deferred Action for Childhood Arrivals (DACA). Cf. https://www.uscis.gov/humanitarian/consideration-deferred-action-childhood-arrivals-daca

6 Extrait du site web de campagne d’Hillary Clinton, rubrique « Immigration Reform » : https://www.hillaryclinton.com/issues/immigration-reform/

7 Nina Totenberg, « Who Is Judge Gonzalo Curiel, The Man Trump Attacked For His Mexican Ancestry ? », NPR, 7 juin 2016.

8 Todd Miller, « The Great Mexican Wall Deception », TomDispatch.com, 23 août 2016. Disponible sur : http://www.tomdispatch.com/blog/176179/

9 Émission télévisée 60 minutes de CBS du 13 novembre. Disponible sur : http://www.cbsnews.com/news/60-minutes-donald-trump-family-melania-ivanka-lesley-stahl/

10 Walter Ewing, Daniel E. Martínez, et Rubén G. Rumbaut, « The Criminalization of Immigration in the United States », Special Report, American Immigration Council, 13 juillet 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

James Cohen, « Les Latinos des Etats-Unis face à la présidence de Trump », Cahiers des Amériques latines, 82 | 2016, 7-14.

Référence électronique

James Cohen, « Les Latinos des Etats-Unis face à la présidence de Trump », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 82 | 2016, mis en ligne le 13 décembre 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://cal.revues.org/4325 ; DOI : 10.4000/cal.4325

Haut de page

Auteur

James Cohen

James Cohen est originaire des États-Unis, il est professeur au département du monde anglophone de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 et chargé de cours à l’IHEAL. Il est membre de l’équipe de recherche CREW (EA 4399) et fait partie du comité de rédaction de la revue Mouvements. Son dernier livre s’intitule À la poursuite des « illégaux » : politiques et mouvements anti-immigrés aux États-Unis (Le Croquant, 2012). Il a coordonné le dossier de la revue Politique américaine, « Amérique du Nord, versant Sud » (n° 25, 2015).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org