Navigation – Plan du site
Chronique

Réforme économique ou cure de minceur du modèle social ? Les orientations du vie congrès du Parti communiste cubain

Jacques Marzin
p. 9-20

Entrées d’index

Index géographique :

Cuba
Haut de page

Texte intégral

1Le vie congrès du Parti communiste cubain (PCC) s’est tenu du 16 au 19 avril 2011, 14 ans après le précédent qui avait encadré et tempéré les ouvertures économiques décidées dans l’urgence de l’effondrement du bloc soviétique et de la fin des accords économiques du Comecon. Il était annoncé depuis plusieurs années, mais fut longtemps repoussé pour des raisons diverses : incertitudes sur le sens et l’opportunité des réformes économiques, évolution des alliances internationales, transition de l’équipe dirigeante du pays, etc. La situation économique et financière de Cuba, très difficile, contraint toutefois à des changements profonds que l’État doit légitimer par une dynamique populaire. C’est la raison pour laquelle ce congrès a été organisé avec un processus de consultation inhabituellement transparent. Le texte qui suit a pour objectif d’en présenter les principales conclusions et se décompose en trois temps : tout d’abord, une brève analyse du processus organisationnel du congrès ; ensuite, une description de ses orientations majeures ; une réflexion, enfin, sur les défis auxquels demeurent confrontés le régime et la société à Cuba.

Le processus organisationnel

  • 1 181 des 291 propositions initiales (soit 68 %) ont été reformulées, 16 ont été fusionnées, 94 sont (...)
  • 2 Pour les besoins de l’analyse, seuls les 120 articles ayant fait l’objet de plus de 100 contributio (...)

2Le processus organisationnel de ce congrès a été marqué par la production d’une première version de recommandations (lineamientos) en novembre 2010, qui a été discutée au sein des différentes instances – sections territoriales et sections des entreprises – du PCC au cours du premier trimestre 2011. Les retours de ces consultations (contribuciones) ont été analysés lors du congrès d’avril 2011 et partiellement intégrés dans la version finale qui est sortie un mois après le congrès1. Cette publication, fort intéressante pour l’analyse du processus, compare la version initiale et la version finale en précisant le nombre de contributions qu’a recueilli chacun des 313 articles. Le nombre total est de 395 000 contributions2.

Les articles les plus débattus

  • 3 Le sous-titre du vie congrès est “La batalla económica constituye hoy la tarea principal”.

3Première information : si le gouvernement et le PCC parlent d’enjeu économique3, les militants qui ont participé au processus sont essentiellement intervenus sur le modèle social. En effet, 50 % des contributions concernent les articles suivants : report du démantèlement progressif de la libreta (art. 174), contrôle des prix et des services non étatiques (art. 171), amélioration de la qualité des transports urbains (art. 250), ouverture des marchés de l’occasion pour les véhicules particuliers (art. 283) et de carburants alternatifs à l’électricité pour la cuisine (art. 299), revalorisation des carrières pour les métiers de l’enseignement (art. 145) et de la santé (art. 154), unification monétaire (art. 55). Si l’on ajoute l’amélioration des transports entre les provinces (art. 269), le développement du tourisme national – y compris vers l’étranger – (art. 265), la création d’un marché du logement entre particuliers (art. 297), l’amélioration des services d’urgence dans la santé sur l’ensemble du territoire (art. 155) et l’amélioration du service après-vente de l’électroménager (art. 249), ainsi que la revendication d’un salaire permettant de vivre décemment (art. 170), on atteint ainsi 66 % des contributions. Les difficultés du quotidien sont telles que la définition du nouveau modèle économique proposé par les instances supérieures du PCC ne semble pas constituer la priorité des Cubains, a fortiori de ceux d’entre eux qui n’adhèrent pas au PCC.

Une mobilisation variable selon les thématiques

4Seconde information : le nombre de contributions classées selon les champs thématiques définis par le PCC permet de relever la mobilisation ou non de catégories professionnelles. D’abord, le champ de la culture – pourtant si dynamique à Cuba et porté comme un étendard par les autorités – ne recueille que deux propositions, sans modification marquante par rapport aux politiques antérieures. Il est étonnant que le développement d’internet, la diversité culturelle ou la représentation du patrimoine culturel des minorités n’aient pas trouvé pendant ce congrès une place pour le débat. Par ailleurs, on peut noter que trois professions ou secteurs professionnels sont parvenus à y trouver un écho particulier : les scientifiques mettant en exergue les objectifs de la recherche (art. 129 à 139), le secteur du tourisme où l’accent est placé sur une montée en gamme de l’offre (art. 255 à 267) et l’agriculture (art. 179 à 213 ; art. 25, 27, 29, 37, 71, 136). Enfin, la politique industrielle et énergétique est dorénavant marquée par de fortes préoccupations environnementales (art. 218 à 250).

Les limites de l’exercice

5La préparation de ce congrès et la publication de certaines de ces étapes sont à maints égards exemplaires. Cet exercice collectif, où la participation populaire est recherchée de manière à asseoir la légitimité des futures mesures qui en découleront, butte cependant sur deux principaux écueils. D’une part, beaucoup de flou imprègne la rédaction des articles qui relèvent plus souvent de la déclaration de principe que de la précision programmatique. Ainsi nombre de décisions sont-elles repoussées et déléguées aux instances centrales du PCC : par exemple sur le partage capital/travail (art. 42 à 44), sur le fonctionnement du système financier (art. 50 à 57), sur les modalités et le rythme de l’unification monétaire (art. 55) ou de la suppression de la « libreta » (art. 174). Par ailleurs, il n’existe pas de véritable hiérarchisation des priorités et la politique d’investissement en est un bon exemple, que ce soit dans l’agriculture (art. 179 à 213), dans le commerce (art. 304 à 309), dans l’industrie (art. 218 à 245), dans les transports (art. 269 à 286), en matière d’énergie renouvelable (art. 247) ou de recherche (art. 131, 133, 136, 137). Si tout est prioritaire, rien n’est donc réellement prioritaire.

Les orientations majeures du congrès

6Le vie congrès du PCC marque toutefois quelques évolutions majeures. Afin de faciliter la lecture, celles-ci seront présentées selon trois grands volets – le modèle économique, le modèle social et l’agriculture – avant que soient analysées les différences entre version initiale et version finale des textes proposés.

Entre marché et planification : l’articulation improbable

  • 4 Les coopératives de 1er degré sont celles que le pays connaissaient jusqu’alors (regroupement de pe (...)

7Après avoir rappelé que l’économie cubaine restait socialiste et que la planification continuerait à y jouer un rôle central (art. 1 et 2), les décisions de ce Congrès montrent des inflexions substantielles. En premier lieu émergent des propositions majeures de réorganisation de l’économie. Un nombre important d’articles concerne l’extension du domaine marchand – commerce de gros et de biens de production, commerce de détail sur les produits agricoles, les véhicules, le transport et le logement (art. 182, 183, 250, 286, 297) – et de l’initiative privée (art. 1, 178, 180), notamment dans les marchés de gros (art. 9) et dans les modes d’intéressement des salariés (art. 20) avec l’ouverture de la possibilité d’appels d’offre pour la mise en œuvre d’investissements étatiques (art. 128). L’accès direct au prêt bancaire pour les producteurs agricoles du secteur non étatique est aussi un élément extrêmement important (art. 50 et 53). Ensuite, il est explicitement prévu une substitution partielle de la propriété étatique des moyens de production par une propriété collective – coopératives de 1er et 2nd degré au-delà du secteur agricole qui en était jusqu’à présent le principal bénéficiaire (art. 25 à 29)4. En contrepartie, le poids de l’État est appelé à se réduire, soit par une diminution de l’emploi public (art. 168 et 169) dans les administrations et dans les entreprises publiques du secteur productif, soit par la fin des subventions d’équilibre qu’il versait aux entreprises déficitaires ou pour la production de biens et services (art. 18). Cette évolution doit logiquement s’accompagner d’un recentrage de l’État sur ses fonctions régaliennes (art. 6, 12, 16, 32). Au-delà des coordinations marchande et étatique, une place nouvelle – bien que peu développée – est donnée à la régulation contractuelle entre parties (art. 10 et 122). Ici, il conviendra d’analyser comment l’articulation entre ces régulations sera mise en œuvre et, notamment, comment le droit s’adaptera à cette évolution. Enfin, le développement de zones franches (art. 103) semble indiquer que l’analyse de l’expérience des 15 dernières années en termes d’investissements étrangers à Cuba conduit le PCC à les canaliser dans des zones spécifiques.

8Par ailleurs, trois choix principaux sont affirmés dans le secteur productif. La première constatation est que Cuba semble avoir renoncé, au moins provisoirement, à une politique industrielle ambitieuse, faute de marché intérieur suffisant et de compétitivité internationale. L’intégration à l’économie mondiale est donc clairement marquée par la volonté de développer l’exportation de services (main-d’œuvre et projets clés en mains) et de biens à haute valeur ajoutée – informatique, biomédecine, etc. (art. 76, 77, 80). Si ce choix est logique en termes de compétences internes, cette modalité d’insertion internationale imposera cependant de résoudre rapidement la question du différentiel énorme de rémunération des cadres cubains par rapport à leurs homologues étrangers. Par ailleurs, la seconde constatation concerne l’affirmation du choix d’une montée en gamme du tourisme. Autant ce choix est cohérent avec des tourismes spécifiques (comme le tourisme médical), autant il nécessite des investissements que l’économie cubaine semble incapable de faire actuellement. Il suppose aussi une plus grande et une meilleure offre de services (logements, restauration, déplacements, conservation du patrimoine) pour des touristes dépensant davantage et, par conséquent, plus exigeants. Enfin, l’agriculture doit parvenir à équilibrer sa balance commerciale (art. 87). Cela suppose, en particulier, de réussir l’accompagnement des réformes déjà entreprises (octroi de 10 % de la surface agricole utilisable à des usufruitiers) grâce à des investissements permettant d’élever la productivité d’une part et, d’autre part, grâce à des mesures améliorant le fonctionnement de l’approvisionnement en intrants et équipements (art. 182) et celui de la commercialisation (art. 183) des produits agricoles.

9L’équilibre macro-économique demeure toutefois délicat. La situation difficile des comptes publics cubains imposait que fût érigé en règle l’équilibre des comptes de l’État (art. 40 et 46) et affirmée la nécessité d’une restructuration de la dette extérieure (art. 92 à 95). En l’absence de facilités de financements extérieurs, cette mesure d’ajustement structurel risque toutefois de compromettre durablement la croissance. C’est sans doute la raison pour laquelle de nombreux articles concernent la diversification et l’expansion de l’offre de crédit. Les réformes présentées antérieurement supposent que les acteurs privés assument une grande partie des investissements liés aux réformes. Étant donné que 50 années de régime révolutionnaire ont particulièrement limité l’accumulation individuelle de patrimoine, le système financier jouera un rôle crucial dans le financement de ces investissements privés (art. 50). Il faudra aussi, de surcroît, que les marges dégagées par les activités privées soient suffisamment importantes pour que ces crédits soient remboursés et que le risque inflationniste soit maîtrisé dans un contexte où l’augmentation des crédits ne se traduira pas immédiatement par une augmentation de l’offre disponible de biens de consommation et de services. Enfin, l’objectif d’unification monétaire (art. 55), encadré par la conditionnalité de l’existence de gains de productivité, reste difficile à atteindre au vu de l’état de l’économie. En effet, le système de double monnaie est un frein absolu au développement de l’économie visant le marché national : les activités productives ne peuvent en effet être rentables lorsque les investissements en biens de production sont payés en devises (CUC), alors que la commercialisation des biens produits s’effectue en monnaie nationale (avec un ratio de 27 pour 1). Il existe là une contradiction fondamentale entre le dualisme monétaire qui limite la rentabilité de l’investissement et la condition posée à l’unification monétaire, qui dépend des gains de productivité, eux-mêmes dépendants d’investissements que la situation actuelle rend impossibles.

De l’égalitarisme au ciblage des politiques sociales : quels effets sur la solidarité dans la société cubaine ?

  • 5 Il faut sans doute lier la création de l’article 137 préservant la recherche en sciences humaines, (...)

10La question de la fin de l’égalitarisme cubain mérite aussi d’être posée. La principale rupture dans le modèle social introduite lors de ce vie congrès concerne le basculement d’un système égalitaire – où tout le monde a accès aux mêmes prestations sociales – vers un système social limitant ses interventions aux plus défavorisés (art. 173)5 : fin de la « libreta » (art. 174) et développement de politiques sociales ciblées (art. 69). L’inégalité des salaires et des revenus (art. 49) est désormais actée : contrairement aux conclusions du ve congrès qui avait maintenu une égalité salariale, l’introduction de l’impôt sur le revenu acquiert un rôle clairement redistributif (art. 57 et 60).

11En outre, les collectivités territoriales acquièrent un rôle nouveau et majeur les posant en garantes de la cohésion sociale : planification territoriale (art. 5), production alimentaire complémentaire à l’offre existante si celle-ci s’avère insuffisante (art. 37 et 205), développement d’activités de tourisme (art. 243) afin de compenser une offre de travail insuffisante. Ces activités pourront être financées, entre autres dispositions, par l’instauration d’une taxe professionnelle (art. 21).

12La troisième grande nouveauté de ce congrès, dans le domaine social, réside dans un transfert de charges inédit de l’État vers les travailleurs. En effet, il est prévu qu’une partie des charges sociales soient transférées du budget public vers les travailleurs par l’instauration de nouvelles cotisations sociales (art. 165), ce qui risque de constituer un frein à la croissance des salaires. De même, le système extrêmement généreux de formation professionnelle permanente, propre au modèle cubain, va être revu à la baisse : il est décidé de mettre fin à la course aux « sur-diplômes» de la part des travailleurs (art. 172), en donnant une priorité aux métiers de techniciens, et de poser des limites à la formation permanente (art. 153).

13L’ensemble de ces évolutions, explicables par des raisons de crise économique et financière du régime, semble sous-estimer l’effet des politiques de ciblage sur les solidarités remarquables qui existent dans la société cubaine. À partir du moment où l’État, comme dans les démocraties occidentales, concentre ses politiques sociales sur les plus pauvres, les autres mécanismes de solidarité – au sein des entreprises, des Comités de la Révolution ou des Conseils populaires – risquent de s’affaiblir considérablement ; on renverra les individus aux guichets idoines de l’assistance sociale. La professionnalisation de l’accompagnement des personnes nécessiteuses qui en découlera conduira, comme ailleurs, à un affaiblissement des liens sociaux qui sont particulièrement forts à Cuba et qui expliquent largement la pérennité de la Révolution.

Des attentes multiples vis-à-vis de l’agriculture

14Les orientations du vie congrès sont multiples en matière agricole. Elles demandent à la fois à l’agriculture de contribuer à l’économie de devises par la substitution aux importations (art. 184), de créer des emplois (art. 197) et d’alimenter à bon marché la population cubaine grâce au contrôle des prix (art. 68, 71 et 190) et à l’éventuelle production locale par les Conseils populaires (art. 37 et 205), tout en maintenant – voire en développant et en diversifiant – ses créneaux d’exportations habituels comme le tabac, le rhum ou le sucre (art. 194, 195, 209). Elles confirment cependant le rôle du secteur privé : la production agricole de la part des petits agriculteurs (art. 2) est sécurisée, de même que l’usufruit octroyé afin de favoriser les investissements (art. 189).

  • 6 Voir note 4.
  • 7 En la actividad agroindustrial, se impulsará en toda la cadena productiva la aplicación de una ges (...)

15Pour la première fois, les réformes concernent aussi bien l’amont que l’aval de la production agricole. La création de magasins d’intrants agricoles (art. 182 et 183) est enfin programmée : c’est une condition sine qua non de l’augmentation de la productivité dans l’agriculture cubaine. Cependant, leur approvisionnement dépendra – au moins dans un premier temps – de la capacité d’importation d’intrants et d’équipements, soit de l’équilibre des comptes extérieurs. Au-delà du discours écologique que l’on note autour des politiques industrielles, des investissements dans l’agriculture conventionnelle sont programmés, notamment dans la pétrochimie agricole en matière de production d’engrais azotés et de pesticides (art. 228 et 230). L’introduction de la notion de coopérative de second degré (art. 29) permettra à des coopératives de mutualiser des fonctions qu’elles ne pouvaient assurer seules (conseil technique, commercialisation, regroupement d’achats, mécanisation partagée, etc.)6 D’autre part, les coopératives seront plus indépendantes du ministère de l’Agriculture que par le passé (art. 180). Enfin, le pilotage du système de recherche et d’innovation impliquera une plus grande interaction avec les utilisateurs des résultats de la recherche (art. 134) ; une vision systémique de l’innovation y est développée (art. 136)7.

16Finalement, une certaine normalisation économique du secteur agricole est mise en œuvre. L’article 17 met fin aux subventions d’équilibre récurrentes, qui permettaient à de nombreuses entreprises d’État ou coopératives – notamment du secteur agricole – d’éviter la faillite. Ces dernières seront désormais liquidées et non nationalisées ; des réorganisations profondes sont donc à prévoir dans le maillage coopératif des territoires ruraux. Si une politique fiscale spéciale et favorable s’applique à l’agriculture (et aux entités non étatiques) pour en favoriser la production (art. 58, 59 et 61), les coopératives seront maintenant soumises, comme les autres entités économiques, à la nouvelle taxe professionnelle (art. 21).

Les changements majeurs entre les deux versions

17La comparaison de la version initiale et de la version finale des articles de ce congrès permet de souligner trois dynamiques principales, liées à la consultation de la base du PCC.

18La première concerne la correction de l’extension significative du marché, qui est validée en même temps que tempérée par un contrôle de l’État et du parti (art. 2 et 71). Paradoxalement, de nombreuses demandes concernent la fin des subventions d’équilibre aux entreprises d’État déficitaires (art. 69), le développement du secteur non étatique (art. 25, 29, 278 et 308) et le renforcement de l’efficacité du secteur étatique (art. 70) – notamment dans le secteur du transport (art. 283). On peut supposer que cette articulation des régulations marchandes et hiérarchique, sans mécanismes institutionnels préétablis, posera de nombreux problèmes de mise en œuvre. Il faut aussi souligner l’absence de toute institution corporatiste (chambres consulaires) ou indépendante (autorité de régulation des marchés) pour assurer l’articulation des deux modes de régulation.

  • 8 Les réformes portées par le PCC sont en effet contestées par un courant trotskiste latino-américain (...)

19La seconde dynamique à l’œuvre concerne une revendication d’autonomie et de responsabilité des individus vis-à-vis d’un État-parti jusqu’à présent omnipotent8. Il concerne une demande de participation dans les entreprises (art. 4 et 139), dans le développement local et les collectivités territoriales (art. 5, 35 à 38), ainsi que dans le tiers secteur coopératif (art. 29). On peut noter que l’ampleur de ces revendications rejoint un débat interne au PCC sur le contrôle des moyens de productions entre des tenants d’un socialisme de marché contrôlé par l’État – et l’armée, à la mode chinoise – et ceux qui souhaitent une décentralisation et le développement de la propriété collective – coopérative – des moyens de productions. Ce débat sera d’autant plus fort que la préparation de qualité des ressources humaines de ce pays ne pourra s’accommoder ad vitam aeternam d’un management hiérarchique autoritaire des entreprises.

20Enfin, l’ultime constat a trait à la transition d’une politique sociale égalitariste vers une politique d’assistanat ciblé sur les plus nécessiteux (art. 299). Cette transition s’accompagne d’un souci de justice sociale que l’on trouve dans la progressivité de l’élimination de la « libreta » (art. 174) ou dans l’équilibrage du rapport capital/travail, avec la nouvelle version de l’article 156 qui précise que le salaire doit couvrir les besoins de base des travailleurs et non pas seulement favoriser la productivité des entreprises. Cette revendication peut paraître contradictoire, mais se trouve pourtant au cœur de l’équilibre socio-économique cubain où les classes moyennes formées – porteuses de ces revendications – fournissent des services sociaux moins valorisés qu’ailleurs dans le monde aux actifs des secteurs primaires et secondaires peu productifs ou sous-employés, ainsi qu’à une élite ayant accès à des modes de rémunération non monétaires (véhicule, logement, devises par des missions à l’étranger, etc.).

Les défis à relever

21Décider de profondes réformes alors que la situation économique et financière du pays reste particulièrement fragile est un pari osé. Cependant, nécessité faisant souvent loi, la crise peut permettre de bouger des lignes particulièrement statiques. Cela suppose néanmoins que les changements bénéficient d’une légitimité aux yeux de la population, autrement dit que les objectifs donnés aux réformes correspondent aux attentes de la population cubaine – dont la jeunesse n’a connu que la période spéciale en temps de paix. Les grandes orientations sont données par le congrès et l’on a pu noter précédemment comment elles pourront modifier profondément l’économie et la société cubaine. Quoi qu’il en soit, la responsabilité de leur mise en œuvre relève du PCC : de sa capacité à gérer les contradictions que génèrent les juxtapositions de modèle dépendra le succès des réformes. Trois d’entre elles, au moins, méritent d’être approfondies.

L’articulation marché/planification et la place des relations contractuelles

22Les Cubains connaissent bien les politiques de correction des erreurs qui détricotent les réformes antérieures, notamment lorsque les réformes de 1993-1997 furent largement remises en cause, au cours de la dernière décennie (investissements étrangers, commercialisation des produits agricoles, travail à son propre compte, etc.). Les mutations proposées par le vie congrès s’inscriront-elles cette fois dans la durée afin que le modèle social cubain puisse être financé autrement que par une rente géopolitique (soviétique ou vénézuélienne) ? Ou, au contraire, ne constituent-elles qu’un ajustement temporaire permettant au modèle économique d’assainir ses finances ? Une partie de la réponse à ces questions dépendra de la capacité des autorités cubaines à gérer les points critiques suivants.

23Cuba étant une île où le commerce transfrontalier est totalement contrôlé par les autorités, l’extension du domaine marchand dans une situation de pénurie potentielle – liée au manque d’intrants et de biens de production – peut avoir un effet générateur d’inflation. C’est la raison pour laquelle il est prévu une intervention de l’État sur la fixation des prix (art. 68 et 190 pour les produits agricoles) comme sur la gestion des importations (art. 84). L’arbitrage se fera-t-il alors en faveur de la consommation des ménages ou selon la rentabilité des activités économiques et de l’accumulation de capital productif ? De même, si la gestion financière des entreprises semble sanctuarisée par l’article 14, la possible péréquation de la répartition des bénéfices par secteur (art. 22) est une épée de Damoclès sur la tête des entreprises bénéficiaires. La question de l’articulation des régulations marchandes et étatiques est donc centrale dans l’avenir des réformes lancées par ce congrès.

24Les efforts continus et réussis de formation de la population cubaine achoppent également sur une organisation politique et économique fortement hiérarchique. Les individus, pourtant bien préparés, ne peuvent que rarement exprimer leur capacité d’innovation qui est sans cesse contrée par une réglementation débordante, une bureaucratie omniprésente et un contrôle politique permanent – y compris au sein des entreprises. Le congrès, comme on l’a noté, explicite clairement cette volonté de participation des individus à la vie économique (art. 4). Cependant, si la mise en œuvre des réformes reste entre les mains de ceux qui ont forgé leurs compétences managériales dans un système vertical et hiérarchique, les espaces de créativité risquent d’être peu nombreux. Par conséquent, la volonté de faire confiance aux individus et de laisser des espaces de créativité et d’innovation jouera un rôle fondamental dans la légitimation de ces réformes.

25Enfin, le modèle social cubain repose largement sur une faible rémunération de ses cadres. Dans la perspective d’une plus grande insertion internationale de l’économie cubaine, l’augmentation de leur rémunération repose sur des gains de productivité de l’ensemble de l’économie. Or l’incantation à la formation et à l’effort ne produira pas plus d’effets dans le futur qu’elle n’en a obtenu dans le passé : les gains de productivité passeront nécessairement par des investissements permettant une plus grande mécanisation des processus productifs. La crise financière que traverse le pays obère cette capacité d’investissements tandis que le contexte global n’est pas favorable aux investissements directs étrangers. Ce ne sont pas les injonctions de l’article 271, qui conditionnent les futurs investissements aux économies réalisées dans le fonctionnement des entreprises, qui permettront de dépasser la contradiction. Des priorités d’investissement sont sans doute nécessaires afin d’éviter un saupoudrage qui n’amènera aucun gain de productivité.

Vers une plus grande séparation des pouvoirs ?

  • 9 Le PCC se trouve, de fait, en situation de concurrence avec le syndicat et place les entreprises so (...)

26La seconde contradiction que devra gérer le PCC dans la mise en œuvre des réformes pensées au cours du vie congrès concerne la séparation claire entre les fonctions exécutives de l’administration et les fonctions productives des secteurs étatiques et non étatiques. Celle-ci est clairement précisée dans l’article 6, mais l’omniprésence historique du parti dans les entreprises et dans l’administration9 rendra la mise en œuvre de cet article particulièrement difficile dans la mesure où le leadership du parti dans la gouvernance de l’État n’est, quant à lui, pas remis en cause. Ceci exigera donc une volonté politique forte pour rompre avec les habitudes prises depuis plusieurs décennies.

L’intégration à l’économie mondiale

27Enfin, le choix manifesté par le congrès d’améliorer les termes de l’échange de l’économie cubaine dans son insertion internationale rend urgente une modification de la politique de rémunération. En effet, les écarts de salaires sont particulièrement faibles dans l’île (environ de 1 à 10 pour les salariés en dehors des avantages en nature). La hiérarchie des salaires, contrairement au monde capitaliste, n’est donc pas en faveur des cadres. Or ce sont eux qui devront porter, en interne comme en externe, cette nouvelle stratégie. Comment peut-on imaginer que des cadres payés 50 ou 100 euros par mois, plus quelques avantages en nature, puissent résister à la corruption ou à l’exode quand ils négocient des contrats de plusieurs millions de dollars avec des cadres étrangers qui gagnent 100 ou 200 fois plus ? Ce sera, là aussi, un vrai défi que de gérer les carrières des cadres porteurs de cette conquête de marchés extérieurs (art. 74 et 75).

Conclusion

28La situation économique et sociale impose aux autorités cubaines de rompre avec le statu quo antérieur et les orientations des réformes validées par le congrès sont significatives. La participation de la base du PCC au processus a infléchi la version initiale vers une plus grande prise en compte de la dimension sociale. Alors que le quotidien des Cubains demeure très difficile, l’équipe dirigeante du pays parviendra-t-elle à faire participer activement à ce gigantesque chantier de réformes une population largement accaparée par les difficultés du quotidien ?

29La participation des jeunes générations est, en effet, un enjeu crucial alors même que le rajeunissement annoncé des instances dirigeantes ne s’est pas concrétisé lors de ce vie congrès. La génération des commandants de la Révolution ayant participé à la prise de pouvoir de 1959 est encore très présente et, pour avoir connu la période pré-révolutionnaire, se mobilise encore sur des idéaux de sacrifice et de nationalisme, consciente de ce que la Révolution a apporté au peuple cubain. Nés durant la si longue et si difficile période d’ajustement structurel du modèle économique cubain, les jeunes y sont sans doute nettement moins sensibles.

30Le congrès d’avril 2011 marque également une évolution des valeurs de la société vers davantage d’autonomie et de responsabilité individuelle d’une part, vers une préoccupation plus forte des Cubains face aux questions environnementales d’autre part. Le texte définitif ouvre des perspectives qui devront être concrétisées par des textes législatifs et réglementaires ; les instances du PCC chargées de les mettre en œuvre joueront donc un rôle très important. Il reste à savoir si le processus de mise en œuvre sera aussi participatif que la démarche de préparation du congrès. En effet, le bureau politique actuel est encore plus marqué que le précédent par la présence de militaires ou de civils ayant fait leur carrière dans les entreprises de l’armée : 8 sur 15 en sont issus – contre 6 sur 24 antérieurement – et la participation n’est pas leur culture. La mise en œuvre des réformes révélera donc si les orientations du vie congrès relèvent seulement d’un recul tactique et provisoire – comme en 1997 – ou si elles marquent l’émergence d’un nouveau modèle économique, plus participatif et plus décentralisé, susceptible de valoriser les efforts de long terme menés en matière d’éducation et de formation et permettant de financer les extraordinaires résultats du modèle social cubain.

Haut de page

Notes

1 181 des 291 propositions initiales (soit 68 %) ont été reformulées, 16 ont été fusionnées, 94 sont demeurées inchangées et 36 nouvelles propositions ont été incorporées.

2 Pour les besoins de l’analyse, seuls les 120 articles ayant fait l’objet de plus de 100 contributions (soit 97 % de l’ensemble des contributions) ont été analysés.

3 Le sous-titre du vie congrès est “La batalla económica constituye hoy la tarea principal”.

4 Les coopératives de 1er degré sont celles que le pays connaissaient jusqu’alors (regroupement de personnes physiques sur le principe de « un homme, une voix »). Les coopératives de 2nd degré sont des coopératives de coopératives, qui permettront de mutualiser des fonctions ou des services.

5 Il faut sans doute lier la création de l’article 137 préservant la recherche en sciences humaines, qui n’existait pas dans la version initiale, aux inquiétudes de la société sur les conséquences de ces changements. En effet, cette période de transition des modes d’organisation économique et sociale modifiera profondément les équilibres de force actuellement en vigueur au sein de la société cubaine. Leur analyse est donc indispensable à la prise de décision publique.

6 Voir note 4.

7 En la actividad agroindustrial, se impulsará en toda la cadena productiva la aplicación de una gestión integrada de ciencia, tecnología, innovación y medio ambiente, orientada al incremento de la producción de alimentos y la salud animal, incluyendo el perfeccionamiento de los servicios a los productores, con reducción de costos, el mayor empleo de componentes de insumos de producción nacional, y del aprovechamiento de las capacidades científico-tecnológicas disponibles en el país.

8 Les réformes portées par le PCC sont en effet contestées par un courant trotskiste latino-américain, qui dénonce une privatisation rampante de la société cubaine et le renoncement aux trois fondements socialistes du modèle économique et politique : la propriété étatique, la nécessaire direction du parti par la classe ouvrière et l’internationalisation de la réponse (López Eguía et Molina). Un courant interne au PCC défend une ligne d’inspiration titiste des réformes : le développement rapide de la propriété collective au détriment de la propriété étatique, la décentralisation de la gouvernance, la rénovation des modes de participation de la population aux prises de décision locale et nationale (Pedro Campos, Piñeiro Harnecker). Il est difficile de savoir ce que pèse l’une ou l’autre de ces lignes, mais elles représentent à coup sûr une avancée dans le développement démocratique et suscitent des débats dans l’île.

9 Le PCC se trouve, de fait, en situation de concurrence avec le syndicat et place les entreprises sous une double tutelle administrative et politique. Dans l’administration, les directions techniques doivent négocier avec les cellules du parti les grandes orientations à prendre au sein de l’appareil d’État.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Marzin, « Réforme économique ou cure de minceur du modèle social ? Les orientations du vie congrès du Parti communiste cubain », Cahiers des Amériques latines, 67 | 2011, 9-20.

Référence électronique

Jacques Marzin, « Réforme économique ou cure de minceur du modèle social ? Les orientations du vie congrès du Parti communiste cubain », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 67 | 2011, mis en ligne le 15 mai 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/421

Haut de page

Auteur

Jacques Marzin

Jacques Marzin est chercheur au CIRAD (Centre International de Recherche Agronomique pour le Développement) et membre de l’UMR 5281 Art-Dév (Acteurs, ressources et territoires dans le développement). Il a une double formation d’agronome et d’économiste, avec un doctorat sur l’hybridation institutionnelle des systèmes de microfinance, et a travaillé au Brésil, au Burkina Faso et à Cuba. Ses recherches se développent sur deux axes : sur l’institutionnalisation des services d’appui aux agriculteurs, notamment la vulgarisation agricole et la microfinance et, au-delà de leurs dimensions monétaires, sur les questions de pauvreté et d’inégalités qui renvoient à la trame de liens sociaux rapprochant ou séparant les individus et les groupes. C’est donc autour des mécanismes générateurs de pauvreté et d’inégalités que se concentrent ses travaux.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org