Navigation – Plan du site
Lectures

Hervé Théry, Le Brésil, pays émergé

Martine Droulers
p. 174-176
Référence(s) :
Hervé Théry, Le Brésil, pays émergé, Paris, Armand Colin, coll. « Perspectives géopolitiques », 2e éd., 2016.

Texte intégral

1Hervé Théry, grand témoin des études géographiques sur le Brésil depuis quarante ans, a composé ici un livre de commande répondant à une mise en perspective géopolitique interne et externe sur ce pays-continent caractérisé par des dynamiques territoriales impressionnantes et qui affirme sa place dans le monde. Vivant à São Paulo depuis une douzaine d’années, Hervé Théry accompagne au plus près l’actualité qu’il sait habilement mettre en scène de manière géographique par des cartes, des schémas et des photographies qui donnent à voir et à comprendre la singularité de l’émergence de ce pays. Alors que le Brésil est maintenant souvent classé dans la catégorie des « pays émergents », Hervé Théry préfère le qualifier de « pays (déjà) émergé », afin de souligner sa lente, mais irrésistible, ascension parmi les grandes puissances, étant « par bien des aspects plus avancé que l’Europe » (p. 3). L’accent sera donc mis sur les traits de ce Brésil épris de modernité et d’inclusion sociale, dont la classe moyenne dépasse les 120 millions de personnes.

2Durant 300 pages, cet ouvrage mosaïque, de lecture agréable, plein d’astuces et de surprises, dessine une nation qui s’élève de façon progressive et durable depuis les années 1930, singularisant ainsi un rôle international grandissant. Un livre à la brésilienne nourri d’actualités journalistiques, voire ludiques, émaillé de clins d’œil empruntés au caricaturiste Millôr Fernandes ou au dramaturge Nelson Rodrigues, et qui souligne subtilement les ambivalences de la société quant à l’utilisation de son espace. Mais aussi un livre à la française structuré en deux parties de quatre chapitres chacune, la première partie sur les fondements de l’émergence, la seconde sur la place du pays dans le monde, avec de nombreuses données chiffrées et des statistiques toujours précises empruntées à l’IBGE (Institut brésilien de géographie et de statistiques) et regroupées en cartes ou en tableaux, pour révéler les changements à l’œuvre dans ce pays dont l’auteur rappelle les atouts – le premier d’entre eux étant les Brésiliens… Les deux premiers chapitres expliquent la formation de cette nation jeune et moderne avec des commentaires sur les éléments les plus récents : la mise en place du vote électronique jusqu’aux plus petites bourgades (p. 81), l’adaptation du maillage politico-administratif, à l’exemple du référendum de décembre 2011 concernant la division de l’État du Pará (p. 49-50), le rôle des programmes de lutte contre la pauvreté et jusqu’à la grande vague de contestation, assez inattendue, de juin 2013 qui touchera de nombreuses villes (p. 36-38).

3De graves problèmes de structure subsistent au Brésil. Ainsi le chapitre 4 « Le “côté obscur de la force” » rappelle que le pays compte encore beaucoup de pauvres, que les favelas abritent de plus en plus de population, que la violence et l’insécurité conduisent à des opérations policières musclées et que le travail esclave existe encore. Des opérations de reconquête de ces espaces de non-droit sont entreprises et Hervé Théry montre aussi que des chansons et des films traitent de cette réalité de conflits larvés, la désamorçant en quelque sorte. Il poursuit par l’étude des productions culturelles (musique, sport, telenovelas, etc.) et, avant tout, linguistiques du pays. Le Brésil s’affirme comme le leader de la lusophonie par des actions de coopération avec les huit pays de langue portugaise (p. 159-161). Il souligne l’influence par le sport, l’inévitable football illustré par une carte des exportations de joueurs brésiliens dans le monde (p. 177), et, plus original, par les chansons. En témoigne non seulement l’influence du Brésil dans la chanson française (p. 162-173), mais aussi l’adaptation de chansons brésiliennes par les Français allant au-delà des « fadaises tropicales et des clichés saupoudrés de paillettes » (p. 173).

4On trouve dans cet ouvrage un Brésil riche d’anecdotes significatives quant à la gestion et l’occupation de l’espace, tant par les riches (plans d’un appartement de 500 m2 avec toutes les commodités) que par les pauvres (douze pages sur les favelas de Rio de Janeiro), et les opérations de reconquêtes entreprises par les forces de sécurité (p. 120-127).

5Au-delà des clichés, on trouve beaucoup de clins d’œil, et aussi d’astucieux morceaux de bravoure, comme sur l’énergie par exemple, avec un plaidoyer pour l’extraordinaire réalisation d’Itaipu, le plus grand barrage du monde (p. 101) ; le rôle et le classement des diplomates (p. 182) ; la frontière franco-brésilienne de Guyane et la difficile opération du pont transfrontalier (p. 238-243) ; ou les déplacements dans cet immense pays où le nombre de passagers aériens a dépassé celui des passagers en autobus (p. 111-113). Un Brésil qui s’affirme sur la scène internationale notamment par ses entreprises : dix pages concernent les fusions, acquisitions et résultats des principales firmes brésiliennes dans les secteurs minier, agricole ou manufacturier (p. 188-198). Cependant, les éléments d’une interprétation géoéconomique du capitalisme brésilien sont tout juste esquissés.

6Enfin, la nouvelle géopolitique brésilienne présentée entre les pages 199 et 206 souligne le passage d’une géopolitique pragmatique, appliquée, aménageuse, celle des militaires, à une géopolitique démocratisée, où la société civile et les universitaires trouvent mieux leur place. Le chapitre 7 concerne la géopolitique externe avec les voisins sud-américains et met l’accent sur l’orientation vers la coopération centrée, sous la houlette du président Lula, autour de l’Unasur, l’Union des nations sud-américaines (p. 223) qui privilégie la collaboration malgré un certain approfondissement des asymétries entre les petits pays et les grands. Enfin, « au cœur de l’Amérique du Sud » (p. 235), l’Amazonie représente un cas particulier dans le cadre de la défense de la souveraineté nationale et de la mise place des politiques environnementales. Le Brésil est un pays pacifique qui n’a pas de vrais ennemis, mais qui se trouve au « centre d’une nouvelle solidarité internationale » (p. 280).

7Le livre d’Hervé Théry, plutôt optimiste, est très utile pour comprendre le Brésil actuel en extraordinaire mutation. La première édition d’avril 2014 éclairait les enjeux de l’élection présidentielle d’octobre 2014, la seconde de juin 2016, fait un point sur l’actualité la plus récente de l’impeachment de Dilma Rousseff. Tout en s’appuyant sur les données officielles, cet ouvrage permet de mesurer les complexités de la société brésilienne, sa capacité de métissage et d’improvisation dans la bonne humeur, le gouvernement et ses contradictions, ainsi que les nouvelles facettes de la place que le Brésil occupe désormais dans le monde. Cette lecture dynamique peut être poursuivie par la consultation de Braises, le riche blog de recherche d’Hervé Théry1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Droulers, « Hervé Théry, Le Brésil, pays émergé  », Cahiers des Amériques latines, 80 | 2015, 174-176.

Référence électronique

Martine Droulers, « Hervé Théry, Le Brésil, pays émergé  », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 80 | 2015, mis en ligne le 21 juillet 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/4201

Haut de page

Auteur

Martine Droulers

Directrice de recherche émérite, CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org