Navigation – Plan du site
Lectures

Franck Gaudichaud, Chili 1970-1973 : mille jours qui ébranlèrent le monde

Stéphane Boisard
p. 170-174
Référence(s) :
Franck Gaudichaud, Chili 1970-1973 : mille jours qui ébranlèrent le monde, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

Texte intégral

  • 1 Littéralement, la « révolution avec des empanadas [petit chausson farci] et du vin rouge ».

1Loin des commémorations du 40e anniversaire du coup d’État au Chili en 2013, où l’irruption de la mémoire semble avoir tourné à l’orgie mémorielle, comme s’il fallait oublier une élection présidentielle bien terne, Franck Gaudichaud nous offre dans cet essai une histoire de l’Unité populaire « vue d’en bas ». Il l’aborde à partir des opinions des secteurs subalternes de la société, en particulier celles et ceux qui se sont mobilisés dans les entreprises et les quartiers périphériques entre 1970 et 1973. Issu d’une thèse de doctorat de plus de 800 pages [Gaudichaud, 2005], l’ouvrage réussit le tour de force de proposer un texte réduit de quasiment deux tiers par rapport au texte original, sans que la densité de la réflexion ni la complexité de cette expérience politique ne soient sacrifiées. Partisan d’une histoire engagée, mais militant pour une approche conceptuellement irréprochable, Franck Gaudichaud ausculte la « voie chilienne au socialisme », la revolución con empanadas y vino tinto1 qui s’est voulue éminemment populaire et originale, loin des théories révolutionnaires en cours dans le reste du tiers-monde… L’ouvrage parvient à s’adapter à un public plus large que celui des universitaires travaillant autour de cette révolution qui a pourtant échoué, comme l’auteur le rappelle en préambule de sa thèse : « Assurément, le Chili de 1973 s’inscrit dans l’histoire mondiale des “révolutions manquées”, des transformations sociales écrasées, aux côtés de l’Allemagne de 1918-1919 jusqu’à Djakarta de 1965, en passant par la guerre civile espagnole des années 1930 » [Gaudichaud, 2005, p. 12].

2Alors que l’on feuillette avec émotion le magnifique livre de Raymond Depardon [2013] sur le peuple chilien des campagnes de la glorieuse année 1971, l’histoire de Frank Gaudichaud nous donne à voir, elle, le visage du prolétariat urbain. Nourri certes par l’exode rural, celui-ci configure le peuple des pobladores (les habitants des bidonvilles). Se plaçant au cœur des luttes politiques, l’auteur fait le pari de s’intéresser à cet acteur « fragile » – car en construction – du pouvoir populaire présent au sein des cordons industriels, des périphéries des grandes villes, et en particulier de Santiago. Son entreprise est d’autant plus remarquable que cet acteur social était difficile à saisir lorsqu’il a commencé à s’y intéresser à la fin des années 1990. Comment aurait-il pu en être autrement après dix-sept années de répression ? Il fallait en effet pour les militaires écraser et dominer ce corps social porté à incandescence par trois années de lutte, et souvent de surenchère démagogique de part et d’autre du spectre politique. C’est pourquoi ce livre ne saurait être lu sans garder à l’esprit un autre ouvrage passionnant de l’auteur, Poder popular y cordones industriales : testimonios sobre el movimiento popular urbano chileno 1970-1973 [Gaudichaud, 2004], compilant les sources et témoignages qu’il a recueillis pour son enquête, et dont une version en français a été publiée récemment, ¡Venceremos! Analyses et documents sur le pouvoir populaire au Chili (1970-1973) [Gaudichaud, 2013 (a)]. Ouvrons ici une parenthèse pour saluer le travail et le goût du risque de LOM, une excellente maison d’édition chilienne qui, dans un contexte mondial relativement morose pour l’édition en sciences sociales, donne à lire ces dernières années des ouvrages fort éclairants sur l’Unité populaire.

3La réussite du livre de Franck Gaudichaud tient à deux traits essentiels. Tout d’abord, la construction d’un cadre théorique solide permet à l’auteur de forger des concepts opérants. Fort de sa réflexion passée sur les processus révolutionnaires des Suds au xxe siècle [Gaudichaud, 2008 et 2013 (b)], il examine la radicalisation de vastes secteurs à travers le passage des « cordons industriels en soi » aux « cordons industriels pour soi ». Les premiers représentent un élément objectif du monde social urbain des années 1960 et 1970, caractérisé par l’existence de grandes ceintures industrielles réparties le long de certaines larges avenues périphériques. Les seconds apparaissent lorsque, au gré des luttes, des syndicalistes, militants de gauche et ouvriers commencent à s’organiser sur une base territoriale, de manière horizontale, d’usines à usines, sans qu’importent la taille des structures ou les secteurs productifs concernés. Les cordons deviennent alors des organisations de classe pour elles-mêmes. À partir des travaux sur le conflit de Sidney Tarrow et Charles Tilly [2008], Franck Gaudichaud se livre à une fine analyse des luttes entre ces mouvements sociaux et les représentants du champ politique institutionnel. Il s’agit pour lui de comprendre la position et la logique des différents acteurs dont certains peuvent être engagés en même temps dans les partis et dans les syndicats. Il montre que les premiers remettent progressivement en cause l’autorité des seconds et l’enjoignent à accélérer la mise en œuvre de la société socialiste promise, loin du légalisme du président Allende et du principal pouvoir qui le soutient, le Parti communiste chilien.

  • 2 The National Security Archive, « U.S. Covert Intervention in Chile: Planning to Block Allende Began (...)

4Le deuxième atout de ce livre réside dans le fait que l’auteur, loin d’essentialiser les acteurs, colle de très près à la chronologie du terrain, proposant une périodisation de l’Unité populaire à partir des luttes. Il scrute avec précision les lois gouvernementales, leur application concrète par les acteurs et les discussions qui accompagnent ce processus au sein des collectifs représentant le pouvoir populaire. La première phase commence par les Comités de l’Unité populaire (CUP) durant la campagne électorale, puis continue avec le système de cogestion des entreprises du « secteur de la propriété sociale » et celui des Assemblées d’approvisionnement et de contrôle des prix (Juntas de Abastecimiento y control de Precios – JAP), destinées à lutter contre le marché noir des produits de première nécessité. La deuxième étape débute avec l’apparition de groupes qui s’opposent, de façon spontanée, aux tentatives de blocage de l’économie par les syndicats du patronat, des propriétaires terriens ou des classes moyennes. Ces groupes cherchent aussi à répondre aux démonstrations de force des mouvements politiques de droite qui tentent de prendre la rue, notamment à travers des manifestations de femmes ou du mouvement d’extrême droite, Frente Nacionalista Patria y Libertad. Même si l’auteur la fait courir jusqu’en juin 1973, l’apogée de la deuxième phase est la grande grève du mois d’octobre 1972 qui paralyse entièrement le pays et dont on sait aujourd’hui qu’elle a été largement subventionnée par les États-Unis2. Cependant, le livre a le mérite de ne pas faire des États-Unis le deus ex machina de la vie politique chilienne. Et dans l’océan bibliographique des études sur l’Unité populaire, Franck Gaudichaud a eu le courage de prendre le contre-pied d’une partie de l’historiographie de gauche.

5De toute évidence, la grève de 1972 représente un tournant et un point de non-retour. Tous les acteurs vont se lancer dans une fuite en avant dans laquelle l’issue tragique – celle d’un coup d’État militaire – est alors ouvertement envisagée tant à gauche qu’à droite. Celui-ci deviendra une réalité tangible après le match nul (empate en espagnol) des élections législatives de mars 1973. Pour contrer ce putsch, les acteurs du mouvement populaire s’organisent, dans les derniers mois, pour sauver le processus révolutionnaire. Ils en viennent à s’opposer ouvertement au gouvernement et à une fraction importante des partis politiques de gauche. Cette dernière phase soulève la question cruciale de la stratégie politique de Salvador Allende. Pourquoi, pendant l’hiver austral de 1973, alors que l’opposition relance une immense grève qui paralyse le pays, refuse-t-il de s’appuyer sur ces cordons industriels en leur donnant réellement des armes ? Est-ce par manque de confiance envers le petit peuple de l’Unité populaire, lui qui en a pourtant été le chantre et le défenseur depuis les années 1930, lorsqu’il a fondé le Parti socialiste ? Ou bien est-ce pour éviter un bain de sang qu’il sait inéluctable, car les secteurs insurrectionnels de l’armée avaient pris le pas sur les partisans du constitutionnalisme, laissant la voie libre au coup d’État ? Salvador Allende était-il ce vieux « renard rusé » de la politique chilienne ou bien un homme sincèrement débordé par une société au bord de l’implosion et, de ce fait, tragiquement seul face à l’Histoire ? Le livre ne répond pas à cette terrible question, mais il montre que, malgré leur faible autonomie, ces structures populaires ne peuvent expliquer, à elles seules, l’échec de l’Unité populaire. Il faut souligner tout l’intérêt qu’il y a à lire, en parallèle, la nouvelle édition augmentée du livre de Joan Garcés [2013]. Proche conseiller du président Allende, ce dernier narre l’histoire de l’Unité populaire vue depuis le palais présidentiel de la Moneda et décrit les intrigues de la cour où les partis politiques de la gauche se livrent une guerre fratricide.

  • 3 La revue Osal, Observatorio social de América Latina, éditée par le Clacso (Conseil latino-américai (...)

6On pourra toujours se demander si le fait de prendre un acteur non étudié n’aurait pas été l’occasion de questionner plus profondément la chronologie fondée sur la lecture politico-institutionnelle classique. On pourra aussi critiquer le fait qu’il manque une analyse plus approfondie des autres syndicats, notamment de la Centrale unique des travailleurs, qui aurait permis de mieux comprendre les enjeux propres aux cordons industriels. Mais loin de la vision d’un Marco Layera qui se demandait dans une œuvre polémique sur Salvador Allende (La Imaginación del futuro, Festival d’Avignon, 2014) si l’utopie de l’Unité populaire avait vraiment valu les dix-sept années de dictature suivantes (comme si l’histoire pouvait s’écrire a posteriori et la peur du futur devait justifier l’immobilisme social et politique), le livre de Franck Gaudichaud a le mérite de redonner de la chair à l’histoire du politique, de nous rappeler que derrière les grandes dates et les grands hommes, l’histoire s’écrit aussi au niveau individuel et local. Une partie des lacunes de l’histoire de l’Unité populaire, encore en chantier, a été comblée par cette publication. À l’heure où le néolibéralisme triomphant a mis en pièces le syndicalisme au Chili, il faut espérer que cet ouvrage suscite de nouvelles vocations, et cela dans le but de mieux comprendre les nombreux mouvements sociaux qui ont émergé ces dernières décennies dans toute l’Amérique latine. Une telle compréhension est aujourd’hui nécessaire car les grandes multinationales se sont lancées dans une course effrénée au brevetage du vivant et à la spéculation sur les ressources naturelles du sous-continent. Les conflits ne seront plus uniquement sociaux, mais paraissent déjà bien inévitables3.

Haut de page

Bibliographie

Depardon Raymond, Chile 1971 [en ligne], Santiago, LOM, 2013. Disponible sur : http://www.magnumphotos.com/Catalogue/Raymond-Depardon/1971/CHILE-1971-NN146780.html

Garcés Joan, Allende y la experiencia chilena: las armas de la política, Madrid, Siglo xxi Editores, 2013

Gaudichaud Franck, ¡Venceremos! Analyses et documents sur le pouvoir populaire au Chili (1970-1973), Paris, Syllepse, coll. « Coyoacán », 2013 (a).

Gaudichaud Franck (dir.), Amériques latines : émancipations en construction, Paris, Syllepse, coll. « Les cahiers de l’émancipation », 2013 (b).

Gaudichaud Franck (dir.), Le Volcan latino-américain : gauches, mouvements sociaux et néolibéralisme en Amérique latine, Paris, Textuel, 2008.

Gaudichaud Franck, « Étude sur la dynamique du mouvement social urbain chilien : “pouvoir populaire” et cordons industriels durant le gouvernement de Salvador Allende (1970-1973) » [en ligne], université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis, 2005. Disponible sur : http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/78/88/30/PDF/These_Chili_F_Gaudichaud.pdf

Gaudichaud Franck, Poder popular y cordones industriales: testimonios sobre el movimiento popular urbano chileno 1970-1973, Santiago du Chili, LOM, 2004.

Tarrow Sidney et Tilly Charles, Politiques du conflit : de la grève à la révolution, Paris, Presses de Sciences-Po, 2008.

Haut de page

Notes

1 Littéralement, la « révolution avec des empanadas [petit chausson farci] et du vin rouge ».

2 The National Security Archive, « U.S. Covert Intervention in Chile: Planning to Block Allende Began Long before September 1970 Election », National Security Archive Electronic Briefing Book, n° 470, Washington DC, mis en ligne le 23 mai 2014. Disponible sur : http://www2.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB470/

3 La revue Osal, Observatorio social de América Latina, éditée par le Clacso (Conseil latino-américain en sciences sociales), est entièrement consacrée aux conflits sociaux. Cf. http://www.clacso.org.ar/institucional/1h3.php?idioma

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Boisard, « Franck Gaudichaud, Chili 1970-1973 : mille jours qui ébranlèrent le monde », Cahiers des Amériques latines, 80 | 2015, 170-174.

Référence électronique

Stéphane Boisard, « Franck Gaudichaud, Chili 1970-1973 : mille jours qui ébranlèrent le monde », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 80 | 2015, mis en ligne le 21 juillet 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/4199

Haut de page

Auteur

Stéphane Boisard

Maître de conférences, Institut national universitaire Jean-François Champollion, Framespa (UMR 5136)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org