Navigation – Plan du site
Études

La nouvelle phase du syndicalisme brésilien (2003-2013)

A nova fase do sindicalismo brasileiro (2003-2013)
La nueva etapa del sindicalismo brasileño (2003-2013)
Armando Boito, Andréia Galvão et Paula Marcelino
p. 145-164

Résumés

L’article examine le syndicalisme brésilien pendant les gouvernements successifs du Parti des travailleurs (PT), entre 2003 et 2013. Nous soutenons que les nouvelles conditions économiques et politiques créées par ces gouvernements et leur politique néodéveloppementiste ont favorisé la lutte revendicative des travailleurs, donné lieu à une forte augmentation du nombre de grèves et permis l’obtention de meilleurs salaires et d’avantages sociaux. Nous démontrons d’autre part que l’orientation politique générale du mouvement syndical a changé, devenant plus modérée. Le mouvement a rejoint le néodéveloppementisme, se détournant de l’ancien programme de lutte pour un État de bien-être social au Brésil.

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 29 septembre 2014, accepté le 28 mai 2015.

Texte intégral

1Pendant cette période, pour la première fois de l’histoire politique du Brésil, un parti né du mouvement syndical a assumé le pouvoir au sein du gouvernement fédéral. Les syndicats et les mouvements sociaux attendaient beaucoup des gouvernements du PT ; ils ont récolté quelques bénéfices, mais ont aussi souffert d’un certain nombre de frustrations. Le soutien des syndicats et des mouvements sociaux a été décisif pour la réélection de Lula en 2006 et pour l’élection de Dilma Rousseff en 2010.

  • 1 Selon l’IBGE (Institut brésilien de géographie et de statistique), la moyenne annuelle de croissanc (...)
  • 2 Ces entreprises forment ce que nous appelons la « bourgeoisie interne ». En dépit de différences en (...)
  • 3 Nous employons le terme de « coalition » pour faire référence à un regroupement politique plutôt in (...)
  • 4 Nous ne sommes pas d’accord avec l’idée développée par Singer [2012] et d’autres auteurs, selon laq (...)

2Ce contexte se distingue également du point de vue économique. D’une part, la conjoncture internationale marquée par la croissance chinoise et la forte augmentation de la demande de produits de base d’origine agricole et minérale et, d’autre part, la politique économique des gouvernements pétistes (du PT) ont conduit à un rythme de croissance économique supérieur à celui qui a pu être observé sous les gouvernements de Fernando Henrique Cardoso1. De grandes entreprises brésiliennes du secteur agricole, de l’extraction minière, de la construction navale, de l’industrie lourde et de transformation, ainsi que d’autres secteurs ont largement bénéficié de cette politique2. D’autre part, la politique sociale des gouvernements pétistes a apporté une amélioration des conditions de vie des travailleurs. La réduction du taux de chômage, la politique gouvernementale de rehaussement du salaire minimum, les politiques d’allocation de ressources et de construction de logements sociaux ont favorisé aussi bien les travailleurs employés sur le marché formel que les travailleurs informels, les chômeurs et les populations marginalisées – les habitants des favelas et les travailleurs de l’économie paysanne en déclin, entre autres. De telles politiques économiques et sociales ont leur contrepartie politique. Les gouvernements pétistes sont parvenus à constituer une coalition politique aussi importante que contradictoire, réunissant des secteurs et des classes sociales divers, coalition que nous pourrions qualifier de « néodéveloppementiste », comme nous le verrons plus bas3. C’est cette coalition qui a constitué la base sociale et a garanti le succès politique et électoral des gouvernements pétistes [Boito, 2012]4.

3Presque tout le syndicalisme en fait partie. On y retrouve la Central Única dos Trabalhadores [Centrale unique des travailleurs] (CUT), liée au PT ; la Força Sindical [Force syndicale] (FS), un adversaire traditionnel du PT qui s’est intégré au socle de soutien du gouvernement pétiste lors du second mandat de Lula ; la Central Geral dos Trabalhadores do Brasil [Centrale générale des travailleurs du Brésil] (CGTB) ; la Central dos Trabalhadores e Trabalhadoras do Brasil [Centrale de travailleurs et travailleuses du Brésil] (CTB) ; la Nova Central Sindical de Trabalhadores [Nouvelle centrale syndicale de travailleurs] (NCST), créée en 2006 ; l’União Geral dos Trabalhadores [Union générale des travailleurs] (UGT), créée en 2007 et, enfin, la Central dos Sindicatos Brasileiros [Centrale des syndicats brésiliens] qui s’est constituée en 2012, à la suite d’une scission au sein de la CGTB. Cependant, la révision à la baisse du programme politique du PT et de la CUT a provoqué des tensions et des conflits au sein du milieu syndical et dans les organisations de gauche [Galvão, 2006 ; Galvão, Tropia et Marcelino, 2013]. Le soutien de la CUT au gouvernement Lula a engendré un processus de scission dans la centrale, conduisant certains courants minoritaires à créer deux nouvelles organisations qui aspiraient à gagner une envergure nationale : la Conlutas (Coordenação Nacional de Lutas) [Coordination nationale de luttes] en 2004 et l’Intersindical [Intersyndicale] en 2006. Ces organisations, bien qu’assez minoritaires, constituent un pôle de résistance à la ligne syndicale hégémonique et contribuent à dynamiser le paysage syndical en disputant la représentation des travailleurs au syndicalisme hégémonique. L’action de ces organisations peut également avoir des répercussions sur l’orientation des syndicats qui soutiennent le gouvernement, les conduisant ainsi à assumer, dans certains cas, une position plus critique face à la politique néodéveloppementiste.

4L’article se divise en trois parties : la première examine la participation du mouvement syndical dans la coalition politique néodéveloppementiste, la deuxième partie revient sur l’action des centrales syndicales qui composent la coalition et la troisième analyse la lutte gréviste dans la phase actuelle, ses caractéristiques et ses résultats.

Néodéveloppementisme et mouvement syndical

5Tout au long des années 1990, décennie des réformes néolibérales et de la stagnation économique, deux éléments ont marqué le mouvement syndical brésilien [Boito, 1997]. En premier lieu, dans le processus politique, l’aile majoritaire et la plus active du syndicalisme, organisée en Central Única dos Trabalhadores (CUT), a conservé sa ligne d’opposition aux gouvernements Collor (1990-1992), Itamar Franco (1992-1994) et Cardoso (1995-2002). Les programmes d’ouverture commerciale, de privatisation, de réforme de la sécurité sociale et de déréglementation du marché du travail opposaient les gouvernements néolibéraux aux revendications et au programme historique de la CUT. En second lieu, à la base du mouvement syndical, le nombre de grèves a chuté de moitié au cours des années 1990 (cf. graphique 1 ci-après) et les revendications des travailleurs en grève sont devenues fondamentalement défensives – pour le maintien de l’emploi, le paiement des arriérés de salaires, l’application des droits, le respect des clauses contractuelles, etc. Ces deux éléments, à savoir la résistance peu efficace aux réformes néolibérales et la chute du nombre de grèves, ont conduit la plupart des chercheurs et des observateurs à parler d’une crise profonde du syndicalisme brésilien [Rodrigues, 2002 ; Cardoso, 2003].

  • 5 Le nombre de grèves reste toutefois loin de celui des années 1980, une décennie exceptionnelle dans (...)

6Au cours de la décennie 2000, ainsi qu’au début des années 2010, la situation du syndicalisme brésilien a beaucoup changé. La nouvelle conjoncture politique et économique, que nous évoquerons plus avant, a eu de fortes répercussions sur le mouvement syndical dont la grande majorité, représentée par les sept plus grandes confédérations, est devenue une base d’appui des gouvernements pétistes, tout en restant critique. La dynamique de grèves est entrée dans une phase ascendante (cf. graphique 1 ci-dessous) et les revendications des travailleurs ont cherché à obtenir, avec succès, des augmentations réelles de salaires. Le nombre de grèves, en chute depuis 1997, augmente à partir de 2003, la première année du gouvernement Lula. Dans une première phase, de 2003 à 2007, le nombre de grèves stagne autour de 300 par an, tandis que, de 2008 à 2013, une croissance plus forte se confirme [Dieese, 2006, 2009 (a), 2009 (b), 2012 (b), 2013]5. Aujourd’hui, certains analystes du mouvement syndical considèrent que le syndicalisme brésilien est dans une phase ascendante, qu’ils qualifient de « redressement » [Boito et Marcelino, 2010, p. 323].

Graphique 1. Trente ans de grèves au Brésil, 1984-2013

Graphique 1. Trente ans de grèves au Brésil, 1984-2013

Source : Département intersyndical de statistiques et d’études socio-économiques [Dieese, 2015, p. 42].

7Les changements qui ont eu lieu au Brésil s’insèrent dans la conjoncture générale de l’Amérique latine. Le modèle néolibéral est entré en crise sur tout le continent ; après une brève période de succès politique et idéologique, les idées et les gouvernements néolibéraux ont commencé à être contestés dans la plupart des pays de la région. C’est alors que se sont formés trois groupes de pays représentant des situations bien différentes [Boito, 2007]. Dans un premier groupe se trouvent les pays possédant des gouvernements conservateurs et dans lesquels le néolibéralisme se maintient, sans même être passé par un processus significatif de réformes. C’est le cas du Mexique, de la Colombie et du Pérou. À l’autre extrémité se situe le groupe de pays dont les gouvernements cherchent, avec plus ou moins de succès, à rompre avec le modèle capitaliste néolibéral. Ce sont des pays dotés d’une économie minière et pétrolière et d’une faible diversification industrielle ; ils sont dirigés par des gouvernements de gauche qui possèdent une forte base populaire : le Venezuela, la Bolivie et l’Équateur. Un troisième groupe, qui occupe une position intermédiaire dans le spectre politique, est constitué par des pays tels que le Brésil et l’Argentine, caractérisés par une économie capitaliste développée, un parc industriel diversifié et, au cours des années 2000-2010, des gouvernements formés par des partis de base ouvrière et de classe moyenne inférieure salariée – le Partido Justicialista [Parti justicialiste], péroniste, en Argentine, et le PT au Brésil. Dans ce dernier groupe, les gouvernements ont établi une coalition politique entre, d’une part, la grande bourgeoisie interne, dont les intérêts étaient entrés en conflit avec le modèle néolibéral sous sa forme la plus orthodoxe et, d’autre part, la classe ouvrière et la classe moyenne inférieure. Au Venezuela, en Bolivie et en Équateur, la base populaire des gouvernements postnéolibéraux se compose principalement de paysans, d’indigènes et d’un spectre beaucoup plus diversifié de classes populaires urbaines. En revanche, au Brésil et en Argentine, le mouvement syndical ouvrier et de classe moyenne inférieure constitue la base d’appui des gouvernements qui sont en train de réformer le modèle capitaliste néolibéral. C’est cette coalition politique qui a servi de base au néodéveloppementisme au Brésil et en Argentine et qui a permis au syndicalisme brésilien de se redresser.

8Comment s’est formée la coalition politique ? Quel est son programme ? Quel type de reprise a-t-elle rendu possible pour le syndicalisme brésilien ?

9Tout au long des années 1990, le mouvement syndical, ainsi que les organisations patronales ont connu un processus de redéfinition de leurs positions politiques. La CUT, qui au cours de la décennie 1980 défendait dans son programme l’instauration d’un État de bien-être au Brésil, a été acculée à adopter des réformes néolibérales et à abandonner ce programme. Par la suite, disposée à faire des concessions, elle s’est rapprochée d’un programme politique que nous pourrions qualifier de « néodéveloppementiste ». Dans le même temps, les entrepreneurs du secteur industriel accumulaient des contradictions avec le programme néolibéral du gouvernement Cardoso, qu’ils avaient initialement soutenu. Les entrepreneurs de l’industrie critiquaient principalement l’ouverture commerciale, les taux d’intérêt élevés et la stagnation économique [Boito, 1997]. En juin 1996, la CUT et la Força Sindical [Force syndicale] (FS) ont appelé à une grève générale contre la récession et le chômage. La grève a eu lieu le 21 juin et environ 12 millions de travailleurs ont cessé leurs activités dans tout le pays. La nouveauté, voire la surprise, de la grève fut le soutien officiel et actif qu’elle reçut de la principale fédération d’industries du Brésil, la puissante Federação das Indústrias do Estado de São Paulo [Fédération des industries de l’État de São Paulo] (Fiesp). La rencontre entre le mouvement syndical et les patrons ne fut pas un fait isolé, mais il peut être considéré, de par son importance et le caractère insolite de l’épisode dans l’histoire des grèves au Brésil, comme le point de départ de la coalition politique qui allait se former afin de soutenir les gouvernements du PT. De fait, lors de l’élection présidentielle de 2002, remportée par le candidat Lula da Silva, la position des grands entrepreneurs de l’industrie a été différente de celle qu’ils avaient adoptée pour l’élection de 1989. À cette époque, le président de la Fiesp avait déclaré qu’en cas de victoire de Lula, les entrepreneurs les plus influents et leurs capitaux quitteraient le pays. Or, depuis le début de son gouvernement en 2003, Lula da Silva a entretenu des relations politiques proches et institutionnalisées aussi bien avec la Fiesp, son ancienne ennemie politique, qu’avec le mouvement syndical, d’où il venait et qui l’avait projeté sur la scène politique nationale.

  • 6 Ce type de classification – orthodoxe, hétérodoxe – dépend toujours de l’élément de comparaison, en (...)
  • 7 Le développementisme classique se rapproche du keynésianisme, dans la mesure où il a eu recours à l (...)

10La politique économique et sociale du néodéveloppementisme se situe en deçà de la politique développementiste classique – celle qui a prévalu entre les années 1930 et 1980 –, mais elle se distingue également du néolibéralisme orthodoxe des gouvernements Cardoso6. Elle est néodéveloppementiste parce qu’elle met l’accent sur la croissance économique et parce qu’elle conçoit l’État comme le promoteur de la croissance7 ; des objectifs qui étaient absents ou marginalisés à l’époque des gouvernements Cardoso. Ses instruments les plus évidents sont des investissements directs de l’État ; le financement accordé par des banques publiques à des investisseurs privés à des taux d’intérêt subventionnés ; la création de nouvelles mesures protectionnistes en donnant la priorité aux entreprises locales, au détriment des entreprises étrangères, pour les achats de l’État et des entreprises publiques ; et la mise en place d’une politique extérieure qui donne une plus grande importance aux relations commerciales et diplomatiques avec le Sud et cherche à trouver des marchés pour les grandes entreprises brésiliennes et à faciliter leur expansion internationale. La politique néodéveloppementiste se situe en deçà du vieux développementisme, dans la mesure où elle ne rompt pas avec certains éléments de base du modèle capitaliste néolibéral qui limitent la politique de croissance économique en elle-même : la dette publique qui consomme une grande partie du budget de l’État en annulant sa capacité d’investissement, le maintien d’un taux d’intérêt élevé qui inhibe l’investissement privé et l’ouverture économique qui menace les entreprises industrielles locales. Cependant, bien qu’il ne constitue pas une rupture avec certains éléments de base du modèle néolibéral, le néodéveloppementisme tend à les flexibiliser, à les modérer, afin de stimuler la croissance économique et de construire un espace propice pour une politique sociale de réduction de la pauvreté. En termes de politique économique, les gouvernements du PT ont considérablement augmenté la dotation budgétaire de la Banque nationale de développement économique et social (BNDES) et l’ont mise au service des entreprises brésiliennes. Ils ont réduit progressivement le taux directeur – même s’il se maintient à un niveau élevé – et l’excédent budgétaire primaire et suspendu le programme de privatisation. En matière de politique sociale, ils ont mis en place un mécanisme de rehaussement du salaire minimum, créé ou renforcé des programmes d’allocations – Bolsa Família [Bourse des familles] et Auxílio de Prestação Continuada (un revenu aux personnes âgées et handicapées) –, élaboré un plan de construction de logements sociaux, Minha Casa, Minha Vida [Ma maison, ma vie], et établi une politique visant à soutenir les petits agriculteurs.

11Le programme économique néodéveloppementiste a réduit le chômage de moitié (de 12,3 % en 2003 à 5,4 % en 2013 [IBGE, 2015, p. 15]) et créé des conditions bien meilleures pour l’organisation et la lutte syndicale. Entre avril 2003 et janvier 2013, c’est-à-dire pendant les dix années de gouvernements pétistes, le salaire minimum est passé de 240 à 678 réaux. Une fois déduite l’inflation de la période, l’augmentation a représenté un gain réel de 70,49 % [Dieese, 2012 (a)]. Quant à la baisse du taux de chômage, elle améliore non seulement les conditions de vie des travailleurs, mais aussi la lutte syndicale.

12Le redressement du syndicalisme brésilien, étant donné les conditions dans lesquelles il s’est déroulé, possède des caractéristiques particulières. Parmi celles-ci, il nous semble important de souligner que le redressement de la lutte revendicative – qui sera l’objet d’une analyse dans la troisième partie de notre étude – se double d’une modération du programme politique du mouvement syndical.

La modération politique du mouvement syndical

13Les gouvernements pétistes stimulent deux types de pratiques syndicales apparemment contradictoires : a) en développant les mécanismes institutionnels dont les syndicats disposent pour agir auprès de l’État et en encourageant une alliance entre le mouvement syndical et une partie du patronat, les gouvernements pétistes incitent la modération politique au sommet du mouvement ; b) en faisant baisser le chômage et en permettant une reprise de la croissance économique, ils stimulent la lutte revendicative et l’obtention d’améliorations dans le cadre de conventions et d’accords collectifs.

14Il convient auparavant d’expliquer ce que nous entendons par « modération politique ». Comme nous l’avons indiqué précédemment, à partir des années 1990, la CUT a abandonné la lutte pour la mise en œuvre d’un État de bien-être social. En effet, le point de mire de la confédération a changé. Les propositions de nationalisation des banques et des services de santé, d’éducation et de transport ont perdu peu à peu la place qu’elles occupaient, tandis que les syndicats affiliés à la CUT se sont concentrés sur la défense de la reprise de la croissance économique [Giannotti et Lopes Neto, 1992 ; Galvão, 2002]. Ce changement programmatique n’empêche pas la CUT de promouvoir des actions combatives pour défendre des revendications spécifiques, notamment contre la suppression de certains droits des travailleurs.

15Toutefois, si la modération politique du syndicalisme brésilien est une caractéristique qui peut être constatée depuis les années 1990, les interlocuteurs du mouvement syndical de cette décennie-là étaient affiliés à un gouvernement considéré comme un opposant politique et à un patronat qui avait déclenché une offensive contre les travailleurs, que ce soit par des attaques aux droits du travail ou par la restructuration de la production et de la gestion des entreprises. À partir des gouvernements du PT, les interlocuteurs appartiennent à un parti allié et le patronat est, en partie, intégré à la coalition politique qui soutient ces gouvernements. Ainsi, si d’une part les conditions économiques plus favorables observées sous ces gouvernements offrent au syndicalisme plus de chances d’obtenir des avancées, d’autre part les syndicalistes proches du Parti des travailleurs doivent toujours veiller à ne pas faire de demandes qui puissent créer des difficultés politiques pour le gouvernement. La politique de modération n’est donc pas le résultat d’une simple participation de membres du syndicat aux institutions gouvernementales ni de l’occupation des postes au sein du gouvernement, mais d’un processus plus large, qui ne se limite pas à des dirigeants syndicaux, car l’ensemble des travailleurs a également été favorisé par la politique salariale et sociale des gouvernements du PT. Ces précisions étant faites, revenons à l’analyse des pratiques syndicales sous les gouvernements du PT.

  • 8 Précisons toutefois que le FNT et le CDES sont des conseils consultatifs, constitués dans une persp (...)

16Le gouvernement Lula, lors de son premier mandat, a augmenté la participation des syndicats au sein des organismes gouvernementaux – une possibilité permise par la Constitution de 1988 et mise en pratique depuis les années 1990, avec le Conselho Deliberativo do Fundo de Amparo ao Trabalhador [Conseil délibératif du fonds de soutien au travailleur] (Codefat) et le Conselho Curador do Fundo de Garantia por Tempo de Serviço [Conseil administratif du fonds de garantie par temps de service] (FGTS) – par la création de deux organismes tripartites, le Fórum Nacional do Trabalho [Forum national du travail] (FNT) et le Conselho de Desenvolvimento Econômico e Social [Conseil de développement économique et social] (CDES)8. De plus, le gouvernement a organisé une série de conférences pour débattre des politiques publiques dans différents domaines, ce qui a ouvert de nouveaux espaces pour une participation des travailleurs aux organisations syndicales et aux mouvements sociaux. À la fin de son mandat, il a approuvé une loi prévoyant la participation de représentants du personnel dans les conseils d’administration des entreprises publiques de plus de 200 salariés.

17L’intensification de la participation syndicale dans les instances administratives nous permet de parler d’une augmentation de l’influence du syndicalisme dans la politique, mais cela ne signifie pas que le syndicalisme dirige la politique gouvernementale. Ainsi, la capacité de formation syndicale contraste avec une marge de manœuvre syndicale limitée dans le processus de prise de décision, car une partie minoritaire des propositions du syndicalisme est effectivement discutée dans les espaces institutionnels ménagés par le gouvernement, et seule une partie encore plus petite est mise en pratique. Cependant, l’expansion des canaux de participation dans les organismes consultatifs du gouvernement et la relation de proximité entre le gouvernement et une partie significative du mouvement syndical ont affecté les conceptions et les stratégies des syndicats, contribuant à renforcer la perspective d’action conjointe du syndicalisme avec les gouvernements pétistes et la bourgeoisie interne.

  • 9 Il s’agit d’un coefficient de réduction des prestations de retraite, institué par la réforme de la (...)

18La priorité donnée à l’action institutionnelle par les centrales syndicales et leurs dispositions en faveur d’une coalition politique ne signifient pas l’absence de conflits, comme nous le verrons plus bas. De même, la priorité donnée à la défense des intérêts économiques corporatifs des différents segments de travailleurs, comme cela arrive dans les grèves de certaines catégories pour une augmentation réelle de salaire, ne signifie pas une absence de demandes politiques plus générales. Les centrales syndicales présentent une vaste liste de revendications, dans laquelle se trouvent notamment la valorisation du salaire minimum, la réduction du temps de travail de 44 à 40 heures par semaine, la fin du licenciement sans motif, la signature de la convention 151 de l’OIT afin d’instituer l’obligation de négociation collective dans le secteur public, la fin du facteur previdenciário9, la fin de la sous-traitance, l’augmentation des ressources pour l’éducation et l’augmentation de l’investissement public.

19La CUT est la grande instigatrice du Projeto de desenvolvimento sob a ótica da classe trabalhadora [Projet de développement du point de vue de la classe des travailleurs] (2005), qui culmine dans l’Agenda da classe trabalhadora para um projeto nacional de desenvolvimento com soberania, democracia e valorização do trabalho [Agenda de la classe travailleuse pour un projet national de développement dans la souveraineté, la démocratie et la valorisation du travail], un ensemble de revendications élaborées à l’occasion de la campagne présidentielle de 2010. L’agenda, également suivi par les autres centrales de la base de soutien du gouvernement, propose de réviser, et non de révoquer, certaines mesures instituées par le gouvernement Cardoso qui réduisent la capacité d’investissement de l’État, comme les objectifs de l’excédent budgétaire primaire, la loi de partenariats public-privé et la loi de responsabilité fiscale. Parallèlement, la CUT soutient les mesures qui intéressent la grande bourgeoisie interne et promeut des initiatives en partenariat avec cette dernière, comme le séminaire « Brésil du dialogue, de la production et de l’emploi », organisé par la Fiesp, la CUT, et la FS en mai 2011. Il s’agissait de sceller un pacte pour protéger l’industrie, en défendant la réduction des impôts et des contributions patronales, dans le but « d’encourager prioritairement les investissements productifs, au détriment de la spéculation financière » [CUT, 2011, p. 19]. Cet exemple de l’action de travailleurs et d’entrepreneurs contre la désindustrialisation n’est pas un fait isolé. Au cours de l’année 2011, les centrales syndicales et les fédérations d’industriels ont organisé ensemble des manifestations dans diverses capitales d’États contre les taux d’intérêt élevés qui inhibent les investissements, contre le taux de change surévalué qui facilite l’importation de produits manufacturés et contre la charge fiscale qui réduirait la compétitivité de l’industrie brésilienne. De tels épisodes témoignent de la participation du syndicalisme à la coalition néodéveloppementiste.

20L’existence de cette coalition limite toutefois la possibilité pour les syndicats de mener, de façon efficace et cohérente, une lutte pour des propositions qui susciteraient une forte résistance de la part du patronat. C’est le cas des propositions, mentionnées plus haut, de réduction du temps de travail hebdomadaire à 40 heures sans réduction de salaire, de réglementation de la sous-traitance et de fin du facteur previdenciário. Parmi toutes les propositions syndicales présentées, la seule qui ait rencontré un succès fut la politique de valorisation du salaire minimum, fruit d’un accord négocié entre les centrales syndicales et le gouvernement en 2007, et qui prévoit le relèvement annuel du salaire minimum selon le taux d’inflation et la variation du PIB de l’année précédente. La ratification de la Convention 151 de l’OIT a été promulguée par un décret présidentiel en 2013, mais elle n’est pas encore entrée en vigueur.

21Comme nous l’avons mentionné, la priorité donnée par le mouvement syndical à la participation aux organismes créés par les gouvernements pétistes ne signifie pas une absence de mobilisations et de conflits. Entre 2003 et 2009, toutes les centrales syndicales, aux côtés d’autres mouvements sociaux, ont lancé six marches nationales de la classe des travailleurs, pour le rehaussement du salaire minimum, l’emploi et les droits sociaux. En 2009, elles ont organisé deux manifestations conjointes contre les effets de la crise économique. En 2013, elles ont réalisé la septième édition de la marche de la classe des travailleurs et deux journées nationales de lutte après les manifestations de juin, avec pour objectif déclaré de « faire avancer les revendications des travailleurs au Parlement ».

  • 10 Depuis 2003, le gouvernement fédéral négocie avec les fonctionnaires par l’intermédiaire d’une Tabl (...)
  • 11 Les grèves au Brésil sont organisées par les syndicats de base, non nécessairement liés à des centr (...)

22Tout au long de cette période, les centrales syndicales ont maintenu un calendrier de luttes, avec des journées de mobilisation contre les licenciements et pour la stabilité de l’emploi, des grèves contre les conditions précaires de travail dans le secteur privé et contre le non-respect d’accords négociés avec le gouvernement dans le secteur public10. En 2011 et en 2012 eurent lieu d’importantes grèves des travailleurs de l’éducation, des postes, des banques (tant publiques que privées), du secteur pétrolier et de la construction civile11. Une partie importante de ces mobilisations a été provoquée par les contradictions des gouvernements pétistes qui, en plus de ne pas donner suite à la liste de revendications présentée par les centrales syndicales, contrariaient certains intérêts de leurs bases, comme dans le cas de la privatisation. Bien que Dilma Rousseff, lorsqu’elle était candidate, ait tenu un discours critique envers la privatisation, elle a promu, une fois au pouvoir, la reprise des ventes aux enchères des puits de pétrole et la privatisation des aéroports, s’attirant ainsi des critiques et provoquant même des manifestations de la part des centrales qui, pourtant, l’avaient soutenue.

23L’unité d’action n’élimine pas, comme nous l’avons affirmé, les différences entre le syndicalisme hégémonique et le pôle minoritaire représenté par Conlutas et l’Intersindical. Ces différences peuvent être observées lors de la négociation de points qui semblent faire l’unanimité entre les centrales. Trois exemples permettent de relever quelques-unes de ces divergences. Bien que toutes les centrales revendiquent la fin du facteur previdenciário, les centrales intégrées à la coalition néodéveloppementiste (à l’exception de la CTB) ont négocié avec le gouvernement une formule qui élimine ce mode de calcul uniquement pour certains travailleurs, renonçant ainsi à la défendre en tant que mesure valable pour tous les travailleurs, sans exception. De même, alors que Conlutas et l’Intersindical réclament la fin de la sous-traitance pour tout type d’activité, les autres centrales considèrent qu’il n’est pas question de l’interdire péremptoirement, mais plutôt de la réglementer. Enfin, les divergences entre les centrales concernent aussi les mesures qui représentent un risque de flexibilisation des relations de travail. L’un des syndicats les plus importants de la CUT, le Syndicat des métallurgistes de l’ABC, a présenté au gouvernement en 2011 une proposition d’Acordo coletivo de trabalho com propósito específico [Accord collectif de travail dans un but particulier], qui autorise les syndicats à négocier avec les entreprises des accords collectifs dont les clauses dérogent aux normes du code brésilien du travail, la Consolidação das Leis do Trabalho [Consolidation des lois du travail] (CLT).

24Ces exemples permettent d’illustrer la modération politique qui caractérise le sommet du syndicalisme. À la base du mouvement, cependant, nous observons que les grèves se trouvent sur une ligne clairement ascendante et que la grande majorité des accords signés ont permis l’augmentation réelle des salaires.

La croissance de la lutte gréviste (2004-2012)

  • 12 Pour une analyse du cycle de grèves précédent (1978-1997), cf. Eduardo G. Noronha [2009, p. 119-168 (...)
  • 13 Au Brésil, chaque catégorie professionnelle a un mois spécifique de l’année, selon le calendrier lé (...)
  • 14 Les raisons sont directement liées à la structure du syndicalisme brésilien. Cela fait presque quat (...)

25La période néodéveloppementiste au Brésil, sous les gouvernements du PT, est marquée par une reprise de la lutte gréviste des travailleurs. Depuis 2004, deuxième année du premier mandat de Lula da Silva, nous assistons à un nouveau cycle de grèves12 et à un retour de l’activité syndicale vers son paradigme historique : une activité gréviste significative et organisée presque exclusivement pendant les périodes officielles de réajustement salarial13, des revendications plutôt circonscrites à la question salariale et l’absence de participation organique des travailleurs dans la vie syndicale14. En ce qui concerne les organisations de base du mouvement syndical, l’action gréviste se maintient à un niveau élevé et la grande majorité des grèves a permis des gains réels de salaires ; au sommet du mouvement, comme nous l’avons signalé précédemment, la dispute politique est devenue plus vive avec l’apparition de nouvelles centrales syndicales.

  • 15 Departamento Intersindical de Estatísticas e Estudos Socioeconômicos [Département intersyndical de (...)
  • 16 Il faut prendre en compte le fait que certains syndicats brésiliens réunissent des travailleurs d’e (...)

26Certains indicateurs concernant les grèves de la période de 2004 à 2012 mettent plus particulièrement en lumière trois aspects : le niveau d’activité gréviste, les types de revendications et les résultats que les travailleurs ont obtenus en termes de salaires. Les grèves que nous analyserons sont, pour la plupart d’entre elles, organisées par les syndicats des catégories professionnelles – peu de grèves sont convoquées par les centrales syndicales. Pendant les années 2000, le nombre de grèves a diminué par rapport aux années 1990 (entre les années 2004 et 2012, il y a eu 450 grèves et 1,7 million de grévistes par an15). En revanche, il est possible d’affirmer qu’il y a eu un changement qualitatif : les revendications des grévistes ont été plus précises et nombre de ces mouvements ont obtenu satisfaction. On remarque la participation majoritaire du secteur public dans les grèves menées au cours de cette période (cf. tableau 1 ci-après), ce qui est caractéristique du syndicalisme brésilien dans les trois dernières décennies. Néanmoins, en 2008, 2009 et 2012, le nombre de grèves a été plus élevé dans le secteur privé que dans le secteur public. La participation des travailleurs du secteur privé, même avant 2008, était élevée et croissante au cours de la période 2004-2008, que l’on prenne en compte le nombre de grèves ou le nombre de grévistes. L’équilibre entre le nombre de grèves qui ont eu lieu dans les secteurs public et privé ne se reflète pas directement sur le nombre de grévistes répartis dans les deux secteurs. Si l’on considère seulement les années 2009 et 2012, le nombre de grévistes du secteur privé a dépassé celui du secteur public16.

Tableau 1. Nombre de grèves dans les secteurs public et privé, 2004-2012

Secteur public

Secteur privé

Secteurs public et privé *

Total

Fonctionnariat

Entreprises d’État

Total secteur public

2004

158

27

185

114

3

302

52,3 %

8,9 %

61,2 %

37,8 %

1 %

100 %

2005

138

24

162

135

2

299

46,2 %

8 %

54 %

45,1 %

0,7 %

100 %

2006

145

20

165

151

4

320

45,3 %

6,3 %

51,6 %

47,2 %

1,2 %

100 %

2007

140

21

161

149

6

316

44 %

7 %

51 %

47 %

2 %

100 %

2008

155

29

184

224

3

411

37,7 %

7,1 %

44,8 %

54 %

0,7 %

100 %

2009

215

36

251

266

1

518

41,5 %

6,9 %

48,4 %

51,4 %

0,2 %

100 %

2010

234

35

269

176

1

446

52,5 %

7,8 %

60,3 %

39,5 %

0,2 %

100 %

2011

296

29

325

227

2

554

53,4 %

5,2 %

58,7 %

41 %

0,4 %

100 %

2012

380

28

408

461

3

872

43,6 %

3,2 %

46,8 %

52,9 %

0,3 %

100 %

* Grèves déclenchées par des syndicats regroupant des travailleurs du secteur privé et de la fonction publique.

Source : Département intersyndical de statistiques et d’études socio-économiques (Dieese).

  • 17 La Participation aux bénéfices et aux résultats est une prime payée annuellement par les entreprise (...)

27Le quasi-équilibre entre le nombre de grèves déclenchées dans les secteurs public et privé démontre que d’autres facteurs, au-delà de la stabilité, typique de la fonction publique, ont motivé les grèves ; le principal d’entre eux est le fait que, dans une conjoncture d’amélioration des conditions générales de l’emploi, le mouvement syndical peut être plus offensif dans ses revendications. Les grèves ont été, en grande partie, des grèves offensives, c’est-à-dire déclenchées pour de nouveaux acquis. Ces grèves demandent l’augmentation du montant destiné à la rémunération du travail, en empiétant sur les revenus des entreprises ou sur les ressources de l’État, que ce soit sous la forme d’une augmentation salariale ou sous la forme de clauses de protection du travail et d’avantages sociaux (par exemple, une augmentation des temps de pause ou des bons d’alimentation). Tout ceci montre que les grèves ne sont plus essentiellement, comme elles l’étaient dans les années 1990, des mouvements sociaux pour récupérer ou éviter des pertes de droits. Les revendications les plus présentes dans ce nouveau cycle de luttes ont visé un gain réel de salaire, l’obtention ou l’augmentation de la Participação nos Lucros e Resultados [Participation aux bénéfices et aux résultats] (PLR)17 et l’établissement de Planos de Cargos e Salários [Plans de carrières et de salaires] qui permettent de progresser dans les carrières (tant dans la sphère publique que privée).

Tableau 2. Grèves et types de revendications, 2004-2012

Nombre total de grèves dans l’année *

Types de revendications

Offensive

Défensive

Protestation

Solidarité

Sans information

Maintien des conditions

Non-respect des droits

Total défensive

2004

302

197

54

107

161

28

2

0

2005

299

207

72

70

135

50

2

2

2006

320

217

110

87

168

49

2

0

2007

316

209

61

101

146

48

1

0

2008

411

284

72

118

171

53

1

0

2009

518

349

124

156

253

55

2

0

2010

446

353

87

137

203

52

0

0

2011

554

421

216

178

339

81

0

0

2012

873

561

310

412

589

110

1

0

* Une même grève peut regrouper plusieurs types de revendications (offensive, défensive, protestation, solidarité).

Source : Département intersyndical de statistiques et d’études socio-économiques [Dieese, 2008, 2009 (b), 2012 et 2013].

28Depuis les années 1990, il y a eu une diminution du nombre des grèves défensives – pour le paiement des arriérés de salaires, pour le respect de droits qui existent déjà, etc. La fréquence d’actions offensives n’est pas la même dans tous les secteurs. Dans le secteur privé, par exemple, ce type d’action est typique des travailleurs de l’industrie, alors que les blocages dans le secteur des services sont particulièrement défensifs dans la plupart des cas de la période considérée. Sur l’ensemble des années 2004-2012, les revendications offensives ont été présentes dans une grande majorité des grèves ; la moyenne, sur les neuf ans ici considérés, est de 69,3 %. La tendance est contraire à celle vérifiée dans la décennie 1990, où, même si les grèves étaient plus nombreuses, les revendications prédominantes avaient un caractère défensif : 71 % des grèves qui ont eu lieu au cours des deux gouvernements de Fernando Henrique Cardoso (1995-2002) réclamaient le maintien des conditions contractuelles ou dénonçaient le non-respect des lois et des accords déjà établis [Dieese, 2006, p. 19]. En somme, dans les années 1990, il semble que les travailleurs ont dû revendiquer davantage pour pouvoir défendre leurs acquis ; tandis que, dans les années 2000 et 2010, ils ont obtenu de nouvelles avancées avec un nombre inférieur de grèves.

29Outre une différence quantitative entre les décennies de 1990 et celles de 2000 et 2010, nous constatons une différence qualitative en ce qui concerne les acquis des travailleurs brésiliens syndicalement organisés. Les dernières années du gouvernement de Fernando Henrique Cardoso ont été particulièrement difficiles pour les travailleurs : le nombre de grèves avait reculé à 298 en 2002 ; 64,8 % de ces grèves présentaient des revendications défensives [Dieese, 2006, p. 26] ; et seulement 25,8 % des accords entre travailleurs et employeurs ont abouti à des augmentations salariales supérieures au taux d’inflation (cf. graphique 2 ci-après). Nous pouvons affirmer qu’à partir de 2004 les travailleurs ont obtenu de nouvelles avancées dans la mesure où ces grèves, plus ambitieuses dans leurs objectifs, ont, pour la plupart, permis d’acquérir, totalement ou en partie, ce qu’elles revendiquaient. Les données sur le réajustement salarial sont également très significatives. Elles apparaissent dans le graphique 2 ci-après et couvrent une période plus longue, ce qui permet d’établir quelques comparaisons.

Graphique 2. Réajustements salariaux comparés au taux d’inflation *, 1996-2013

Graphique 2. Réajustements salariaux comparés au taux d’inflation *, 1996-2013

* INPC : Indice national des prix à la consommation de l’Institut brésilien de géographie et de statistique.

Source : Département intersyndical de statistiques et d’études socio-économiques [Dieese, 2008, 2009 (b), 2012 et 2013].

30On notera que c’est précisément en 2004, l’année que nous considérons comme le point de départ du cycle actuel de grèves, que le nombre d’accords salariaux réajustés au-dessus de l’Índice Nacional de Preços ao Consumidor [Indice national des prix à la consommation] (INPC) a considérablement augmenté, passant de 18,8 % en 2003 à 54,9 % des accords en 2004. À partir de ce moment-là, cette valeur a continué de croître, atteignant un pic en 2012, avec 94,6 % des accords incluant un réajustement supérieur à l’inflation.

Conclusion

31Les données sur la croissance et les résultats des grèves des dix dernières années, période correspondant aux gouvernements du Parti des travailleurs, ne doivent pas être considérées hâtivement comme la preuve d’une force dont le syndicalisme est dépourvu. Le Brésil n’est pas, comme les grands médias nationaux ont pu l’affirmer, une « république syndicale ». En ce qui concerne le plan organisationnel, le syndicalisme brésilien continue de voir sa capacité d’organisation obstruée par le maintien de la structure syndicale corporative qui rend les syndicats dépendants de l’État – sur les plans financier et juridique – et inhibe l’organisation sur le lieu de travail. La structure syndicale empêche également l’organisation des travailleurs sans contrat, qui représentent pourtant la moitié de la force de travail brésilienne.

32En ce qui concerne les conquêtes syndicales, si les travailleurs ont obtenu des augmentations salariales et des avantages dans la grande majorité des accords collectifs signés à l’issue de grèves, les revendications générales du mouvement syndical ont, pour leur part, été systématiquement rejetées. L’amélioration des conditions de vie et des conditions pour l’organisation et la lutte syndicale est en partie liée à la politique des gouvernements pétistes. Afin de ne pas déstabiliser les gouvernements du PT et ne pas attiser les contradictions avec les forces alliées, le mouvement syndical a accepté, un peu passivement, le fait que certaines demandes historiques du syndicalisme soient ignorées par les gouvernements, telles que l’ajustement automatique des salaires nominaux au taux d’inflation, qui favoriserait beaucoup les travailleurs non syndicalisés et ceux affiliés à des syndicats possédant un moindre pouvoir de pression.

33Les concessions du syndicalisme cutiste (de la CUT, la Centrale unique des travailleurs) n’ont peut-être pas été plus importantes du fait du rôle critique qu’ont joué les centrales syndicales minoritaires se situant à gauche de la CUT. La Conlutas et l’Intersindical représentent les secteurs déçus par le syndicalisme cutiste et, bien qu’ils aient une capacité de pression réduite sur le gouvernement, ils influencent le rapport de forces entre les tendances les plus modérées et les plus combatives qui agissent à l’intérieur de la CUT.

34La nouvelle phase du syndicalisme brésilien, favorisée par la lutte des travailleurs dans les conditions induites par la politique néodéveloppementiste, est une étape présentant à la fois une activité forte et victorieuse sur le plan de la lutte revendicative et une orientation politique modérée au niveau de la direction du mouvement syndical. Cela nous permet de conclure que la participation du syndicalisme à la coalition politique néodéveloppementiste apporte bien des bénéfices aux travailleurs, tout en établissant des limites à son pouvoir d’action.

Haut de page

Bibliographie

Boito Armando, « As bases políticas do neodesenvolvimentismo » [en ligne], Fórum econômico da FGV-SP, 2012. Disponible sur : http://eesp.fgv.br/sites/eesp.fgv.br/files/file/Painel%203%20-%20Novo%20Desenv%20BR%20-%20Boito%20-%20Bases%20Pol%20Neodesenv%20-%20PAPER.pdf

Boito Armando, « Luttes sociales et perspectives politiques en Amérique latine » [en ligne], Actuel Marx, 2007, nº 42. Disponible sur : http://philpapers.org/rec/BOILLE

Boito Armando, « Politique néolibérale et syndicalisme au Brésil » [en ligne], Lusotopie, 1997. Disponible sur : http://www.lusotopie.sciencespobordeaux.fr/somma97.html

Boito Armando, O sindicalismo de Estado no Brasil : uma analise critica da estrutura sindical, São Paulo, Campinas, Hucitec/Unicamp, 1991.

Boito Armando et Marcelino Paula, « O sindicalismo deixou a crise para trás? : um novo ciclo de greves na década de 2000 » [en ligne], Cadernos CRH, 2010, vol. 23, nº 59, p. 323-338. Disponible sur : http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0103-49792010000200008

Cardoso Adalberto M., A década neoliberal e a crise dos sindicatos no Brasil, São Paulo, Boitempo, 2003.

CUT (Centrale unique des travailleurs), Revista Jornada pelo desenvolvimento com distribuição de renda e valorização do trabalho nº 2, décembre 2011, p. 19.

Dieese (Département intersyndical de statistiques et d’études socio-économiques), Estudos e pesquisas, n° 79: balanço das greves em 2013 [en ligne], 2015. Disponible sur : http://www.dieese.org.br/balancodasgreves/2013/estPesq79balancogreves2013.pdf

Dieese, Estudos e pesquisas no 66: balanço das greves em 2012 [en ligne], 2013 [consulté le 15 novembre 2013]. Disponible sur : http://www.dieese.org.br/balancodasgreves/2012/estPesq66balancogreves2012.pdf

Dieese, « Política de valorização do salário mínimo » [en ligne], 2012 (a). Disponible sur : http://www.dieese.org.br/notatecnica/2012/notaTec118salarioMinimo2013.pdf

Dieese, Estudos e pesquisas no 63: balanço das greves em 2010 e 2011 [en ligne], 2012 (b) [consulté le 15 novembre 2013]. Disponible sur : http://cspconlutas.org.br/wp-content/uploads/2012/11/DIEESE-EST-PESQ-63-bal-greves-2010-2011vf.pdf

Dieese, Estudos e pesquisas no 43: balanço das negociações e reajuste salariais em 2008 [en ligne], 2009 (a) [consulté le 25 octobre 2009]. Disponible sur : http://www.dieese.org.br/restrito/estPesq43balanconegociacao2008.pdf

Dieese, Estudos e pesquisas no 45: balanço das greves em 2008 [en ligne], 2009 (b) [consulté le 20 juillet 2012]. Disponible sur : http://www.dieese.org.br/esp/estPesq45balancoGreves2008.pdf

Dieese, Estudos e pesquisa : balanço das greves em 2007 [en ligne], 2008. Disponible sur : http://www.dieese.org.br/balancodasgreves/2007/estPesq41Greves2007.pdf

Dieese, Estudos e pesquisas no 20: as greves em 2005 [en ligne], 2006 [consulté le 20 juillet 2012]. Disponible sur : http://www3.mte.gov.br/observatorio/Prod03_2006.pdf

Galvão Andréia, « Le mouvement syndical face au gouvernement Lula : dilemmes, défis et paradoxes », in Daniel Van Eeuwen (dir.), Le Nouveau Brésil de Lula, Paris, Éd. de l’Aube, 2006, p. 137-154.

Galvão Andréia, « A CUT na encruzilhada: dilemas do movimento sindical combativo », Idéias, vol. 9, nº 1, 2002, p. 105-154.

Galvão Andréia, Tropia Patrícia et Marcelino Paula, As bases sociais das novas centrais sindicais, Curitiba, Appris, 2015.

Galvão Andréia, Tropia Patrícia et Marcelino Paula, « A reorganização da esquerda sindical nos anos 2000 : as bases sociais e o perfil político-ideológico de CTB, Intersindical e Conlutas », IIe Conférence internationale grèves et conflits sociaux, Dijon, 2013.

Giannotti Vito et Lopes Neto Sebastião, Cut ontem e hoje, Petrópolis, Vozes, 1992.

IBGE (Institut brésilien de géographie et de statistique), Pesquisa mensal de emprego [en ligne], 2015, p. 15. Disponible sur : ftp://ftp.ibge.gov.br/Trabalho_e_Rendimento/Pesquisa_Mensal_de_Emprego/fasciculo_indicadores_ibge/2015/pme_201510pubCompleta.pdf

Noronha Eduardo G., « Ciclo de greves, transição política e estabilização no Brasil, 1978-2007 », Lua Nova, São Paulo, nº 76, 2009, p. 119-168.

Poulantzas Nicos, La Crise des dictatures : Portugal, Grèce, Espagne, Paris, Maspero, 1975.

Poulantzas Nicos, Les Classes sociales dans le capitalisme d’aujourd’hui, Paris, Seuil, 1974.

Rodrigues Leôncio Martins, Destino do sindicalismo, São Paulo, Edusp/Fapesp, 2002.

Singer André, Os sentidos do lulismo: reforma gradual e pacto conservador, São Paulo, Companhia das Letras, 2012.

Haut de page

Notes

1 Selon l’IBGE (Institut brésilien de géographie et de statistique), la moyenne annuelle de croissance du PIB durant les huit années de mandat de Cardoso (1995-2002) a été de 2,3 %, contre 4 % pendant celles du gouvernement de Lula (2003-2010). La croissance se maintient même après la crise internationale déclenchée en 2008, mais la moyenne a baissé de manière significative au cours du premier mandat de Dilma Rousseff, chutant à 1,8 %. Cf. http://seriesestatisticas.ibge.gov.br/series.aspx?no=1&op=1&vcodigo=ST12&t=produto-interno-bruto-br-variacao-volumebrtaxa

2 Ces entreprises forment ce que nous appelons la « bourgeoisie interne ». En dépit de différences entre les secteurs qui la composent, ce qui l’unifie en tant que fraction de classe est le rapport d’unité et de lutte qu’elle entretient avec le capital étranger. En effet, cette fraction bourgeoise cherche à attirer les investissements étrangers, mais, en même temps, elle demande des mesures de protection de l’État brésilien pour préserver et améliorer sa situation économique. Sa position politique diffère, par conséquent, soit de la position de l’ancienne bourgeoisie nationale qui pourrait prendre une position anti-impérialiste, soit de la position des secteurs de la bourgeoisie brésilienne dont les entreprises sont une extension de l’activité du capital international au Brésil. La notion de « bourgeoisie interne » a été développée par Nicos Poulantzas [1974 et 1975].

3 Nous employons le terme de « coalition » pour faire référence à un regroupement politique plutôt informel, contradictoire, et dont les forces qui le constituent n’ont pas nécessairement conscience de la convergence d’intérêts qui les unit.

4 Nous ne sommes pas d’accord avec l’idée développée par Singer [2012] et d’autres auteurs, selon laquelle les gouvernements du PT seraient des gouvernements bonapartistes adoptant une politique du « zigzag ».

5 Le nombre de grèves reste toutefois loin de celui des années 1980, une décennie exceptionnelle dans l’histoire du syndicalisme brésilien, qui a allié des « éléments explosifs » en politique et en économie : la crise de la dictature militaire et des taux annuels d’inflation extrêmement élevés. L’année 1989 a enregistré un record de près de 2 000 grèves et un taux d’inflation de 1 764 %.

6 Ce type de classification – orthodoxe, hétérodoxe – dépend toujours de l’élément de comparaison, en fonction duquel la classification peut changer. Par exemple, si on le compare au néolibéralisme du gouvernement Menem en Argentine, le néolibéralisme des gouvernements Cardoso a été modéré.

7 Le développementisme classique se rapproche du keynésianisme, dans la mesure où il a eu recours à l’interventionnisme d’État pour promouvoir l’industrialisation dans les principales économies d’Amérique latine. La grande référence intellectuelle du développementisme brésilien, l’économiste Celso Furtado, avait une conception technocratique, selon laquelle la bureaucratie d’État serait le seul segment capable de promouvoir les intérêts nationaux.

8 Précisons toutefois que le FNT et le CDES sont des conseils consultatifs, constitués dans une perspective de dialogue social. Ils sont destinés à débattre sur des réformes (de la législation du travail, des syndicats, de la sécurité sociale, des impôts) que le gouvernement Lula prétendait mettre en œuvre. Quant aux conseils créés dans les années 1990, ils ont un caractère délibératif. Le conseil administratif du FGTS a pour fonction d’administrer une épargne constituée par l’employeur pour ses employés et qui peut être utilisée en cas de licenciement sans motif, de retraite, d’acquisition d’un logement ou de maladie grave (cancer, sida) du salarié ou des membres de son foyer. Le Codefat établit des règles pour la concession de l’assurance chômage et le paiement de la prime à laquelle ont droit les salariés qui gagnent jusqu’à deux salaires minimums et élabore des propositions pour l’attribution de ressources comme des crédits pour la création d’emplois, des revenus et des programmes de qualification professionnelle.

9 Il s’agit d’un coefficient de réduction des prestations de retraite, institué par la réforme de la sécurité sociale réalisée par le gouvernement de Fernando Henrique Cardoso, afin d’inciter le travailleur à rester plus longtemps en activité.

10 Depuis 2003, le gouvernement fédéral négocie avec les fonctionnaires par l’intermédiaire d’une Table nationale de négociation permanente, mais les discussions sont établies et interrompues au gré de la conjoncture et les accords célébrés ne sont pas respectés par le gouvernement.

11 Les grèves au Brésil sont organisées par les syndicats de base, non nécessairement liés à des centrales syndicales, bien que la plupart le soient : 75 % des 10 274 syndicats enregistrés au ministère du Travail et de l’Emploi sont affiliés aux centrales [Galvão, Tropia et Marcelino, 2015, p. 22].

12 Pour une analyse du cycle de grèves précédent (1978-1997), cf. Eduardo G. Noronha [2009, p. 119-168].

13 Au Brésil, chaque catégorie professionnelle a un mois spécifique de l’année, selon le calendrier légal, destiné à la négociation salariale.

14 Les raisons sont directement liées à la structure du syndicalisme brésilien. Cela fait presque quatre-vingts ans que ses bases n’ont pas changé. La principale conséquence est que les syndicats restent ainsi dépendants de la tutelle de l’État, depuis la reconnaissance du syndicat représentatif d’une catégorie en particulier, jusqu’à son soutien financier et la réglementation des conflits [Boito, 1991].

15 Departamento Intersindical de Estatísticas e Estudos Socioeconômicos [Département intersyndical de statistiques et d’études socio-économiques]. Cf. Dieese [2006, 2009 (a), 2009 (b), 2012 (b) et 2013]. À titre de comparaison, la População Economicamente Ativa [Population économiquement active] (PEA) au Brésil est de l’ordre de 80 millions de travailleurs. La population totale du Brésil a atteint, lors du dernier recensement (2010), 191 millions d’habitants.

16 Il faut prendre en compte le fait que certains syndicats brésiliens réunissent des travailleurs d’entreprises publiques et du secteur privé ; c’est notamment le cas du syndicalisme bancaire.

17 La Participation aux bénéfices et aux résultats est une prime payée annuellement par les entreprises aux travailleurs. Prévue par la loi, cette forme de rémunération variable, non obligatoire, est normalement négociée avec les syndicats.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Trente ans de grèves au Brésil, 1984-2013
Légende Source : Département intersyndical de statistiques et d’études socio-économiques [Dieese, 2015, p. 42].
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/4184/img-1.png
Fichier image/png, 21k
Titre Graphique 2. Réajustements salariaux comparés au taux d’inflation *, 1996-2013
Légende * INPC : Indice national des prix à la consommation de l’Institut brésilien de géographie et de statistique.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/4184/img-2.png
Fichier image/png, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Armando Boito, Andréia Galvão et Paula Marcelino, « La nouvelle phase du syndicalisme brésilien (2003-2013) », Cahiers des Amériques latines, 80 | 2015, 145-164.

Référence électronique

Armando Boito, Andréia Galvão et Paula Marcelino, « La nouvelle phase du syndicalisme brésilien (2003-2013) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 80 | 2015, mis en ligne le 21 juillet 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cal.revues.org/4184 ; DOI : 10.4000/cal.4184

Haut de page

Auteurs

Armando Boito

Armando Boito est professeur de science politique à l’université d’État de Campinas (Unicamp). Il est auteur de plusieurs livres et articles sur le syndicalisme brésilien, notamment O sindicalismo de Estado no Brasil (Unicamp, 1991), Política neoliberal e sindicalismo no Brasil (Fora da Ordem, 1999) et Estado, política e classes sociais (Unesp, 2007).

Andréia Galvão

Andréia Galvão est maîtresse de conférences en science politique de l’université d’État de Campinas (Unicamp), où elle développe des recherches sur le syndicalisme et les rapports de travail. Elle a publié Neoliberalismo e reforma trabalhista no Brasil (Revan, 2007) et codirigé, avec Armando Boito, Política e classes sociais no Brasil dos anos 2000 (Alameda, 2012).

Paula Marcelino

Paula Marcelino est maîtresse de conférences en sociologie de l’université de São Paulo (USP). Ses recherches portent sur le syndicalisme et la sous-traitance. Elle a publié A logística da precarização: terceirização do trabalho na Honda do Brasil (Expressão popular, 2004) et Trabalhadores terceirizados e luta sindical (Appris, 2013).Le présent article examine le syndicalisme brésilien au cours des divers gouvernements du Partido dos Trabalhadores [Parti des travailleurs] (PT), une période qui a commencé par le premier gouvernement Lula da Silva en janvier 2003. Notre analyse porte sur les années 2003 à 2013, étant donné que les conditions économiques et politiques ont changé par la suite, déclenchant un processus d’impeachment de la présidente Dilma Rousseff en 2016.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org