Navigation – Plan du site
Dossier. Les relations Sud-Sud : culture et diplomatie

La place de la diplomatie culturelle dans la politique africaine du Brésil et du Venezuela

El lugar de la diplomacia cultural en la política africana de Brasil y de Venezuela
Which place for cultural diplomacy in the African policy of Brazil and Venezuela?
Nicolás Falomir Lockhart et Mamadou Lamine Sarr
p. 109-125

Résumés

Le Brésil de Lula (entre 2003 et 2010) et le Venezuela de Hugo Chávez (entre 2005 et 2013) se sont appuyés sur la diplomatie culturelle dans leur rapprochement avec le continent africain. L’article analyse les stratégies des deux pays sud-américains en montrant que le Venezuela a cherché à promouvoir une vision critique du système international, alors que le Brésil a adopté une position plus complexe, mais tout aussi intéressée, soulignant ses rapports historiques, raciaux et linguistiques avec l’Afrique. La diplomatie culturelle a également été l’occasion pour les deux pays de rappeler les racines africaines de leur identité nationale, ce qui met en lumière les liens entre politique étrangère et politique interne. L’étude menée s’appuie sur deux approches complémentaires : l’une conceptuelle, qui s’intéresse aux motivations des acteurs de la diplomatie culturelle, et l’autre structurelle, qui vise à identifier ces acteurs.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

diplomatie, culture

Keywords :

diplomacy, culture

Palabras claves :

diplomacia, cultura

Index géographique :

Brésil, Venezuela
Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 26 mai 2015, accepté le 30 septembre 2015.

Texte intégral

1L’émergence de nouveaux acteurs et la consolidation des relations entre les pays du Sud constituent une facette primordiale de l’évolution du système international au cours de la dernière décennie. C’est dans ce contexte que le Brésil et le Venezuela ont essayé de donner une nouvelle orientation à leur diplomatie africaine depuis le début des années 2000. Les deux pays latino-américains ont non seulement défini une véritable stratégie diplomatique afin de profiter des nombreuses opportunités du continent africain, mais ils ont également été les grands artisans du rapprochement entre les deux régions [Kourliandsky, 2014].

2Si les dimensions politique et économique de la politique africaine du Brésil et du Venezuela ont déjà largement été abordées par la littérature [Ribeiro, 2009 ; Visentini, 2010 ; Forite, 2012 ; Giacchi, 2012], la dimension culturelle reste quant à elle assez peu traitée. Pourtant, autant pour le Brésil que pour le Venezuela, le rapprochement avec l’Afrique s’est également opéré sur ce plan. Dans cet article, nous traitons de la période de Luiz Inácio Lula da Silva (entre 2003 et 2010) au Brésil et de celle de Hugo Chávez (entre 2005 et 2013) au Venezuela. Ce choix s’explique par le fait que leurs mandats correspondent à un essor des liens avec l’Afrique. Dès lors, quelle est la place occupée par la diplomatie culturelle dans la politique africaine du Brésil et du Venezuela ?

3La diplomatie culturelle est un type particulier de diplomatie portant sur l’usage de la culture par un gouvernement en direction de la population d’un autre pays, afin d’atteindre certains objectifs de politique étrangère [Aguilar, 1996]. La prise en compte des aspects culturels s’inscrit dans l’usage du soft power tel que défini par Joseph Nye comme la capacité d’un État à influencer le comportement d’un autre acteur à travers sa culture, ses valeurs et pratiques internes, pour conférer et/ou renforcer la légitimité de sa politique étrangère [Nye, 2004].

  • 1 Rappelons que la définition de la diplomatie culturelle est assez présente dans la littérature et q (...)

4Selon Jessica Gienow-Hecht et Mark Donfried, au-delà de sa définition stricto sensu1, la diplomatie culturelle présente une diversité d’objectifs et de formes en fonction de l’espace et du temps [Gienow-Hecht et Donfried, 2010]. Considérant que ces deux variables n’expliquent pas toutes les possibles variations d’une diplomatie culturelle, ces auteurs ont développé deux approches : l’une conceptuelle et l’autre structurelle.

5L’approche conceptuelle traite des motivations des acteurs de la diplomatie culturelle. Autrement dit, elle vise à identifier les objectifs de la promotion de la culture à l’étranger. L’approche structurelle s’intéresse, quant à elle, aux « acteurs responsables de la diplomatie culturelle et à la manière dont ils sont corrélés avec les intérêts de l’État » [Gienow-Hecht et Donfried, 2010, p. 17]. S’il est généralement admis que le gouvernement reste l’acteur principal de la diplomatie culturelle, cette dernière peut également être élaborée avec la participation d’acteurs non-gouvernementaux. Ces deux approches sont complémentaires et nous les utiliserons tour à tour pour notre analyse.

6Pour mener à bien notre étude, nous nous intéresserons à la diplomatie culturelle du Brésil et du Venezuela vis-à-vis du continent africain. Nous verrons ainsi comme le premier s’est appuyé sur ses liens historiques, raciaux et linguistiques avec l’Afrique dans le but de créer une proximité avec les partenaires de cette région du monde, pour mieux y consolider ses intérêts politiques et commerciaux. Le Venezuela s’est, quant à lui, servi de la culture comme outil diplomatique pour diffuser la révolution bolivarienne, en mettant en avant une appartenance commune au Sud et en développant un discours tiers-mondiste. La diplomatie culturelle a également constitué, pour les deux pays, un moyen de célébrer leur héritage africain.

La diplomatie culturelle : pilier de la politique africaine du Brésil de Lula

  • 2 La CPLP a été créée en 1996. Outre le Brésil, elle regroupe le Portugal, l’Angola, le Cap-Vert, la (...)

7Si la décennie 1990 a été marquée par un certain éloignement entre l’Afrique et le Brésil, le début des années 2000 a vu la mise en place, par le gouvernement brésilien, d’une politique de rapprochement avec le continent africain. Durant la seconde moitié de la présidence de Fernando Henrique Cardoso (1995-2002), les relations se sont principalement concentrées sur les partenaires de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP)2 et des États pivots, tels que l’Afrique du Sud et le Nigeria. En 2002, l’Afrique ne représentait que 5 % du commerce extérieur du Brésil, contre 13 % en 1985 [Ribeiro, 2009, p. 77]. L’arrivée au pouvoir de Lula va provoquer une accélération des relations avec l’Afrique, au-delà du monde lusophone, qui reste néanmoins prioritaire [Ribeiro, 2009 ; Lafargue, 2008 ; Amorim, 2010 (a) ; Cervo, 2010 ; Saraiva, 2010]. Cette redéfinition s’est illustrée par un dynamisme diplomatique et commercial et a reposé sur trois piliers : « La diplomatie politique, le néomercantilisme et la coopération pour le développement » [White, 2010, p. 228].

  • 3 Entre 2003 et 2010, le président brésilien a effectué 11 voyages officiels dans 25 pays.
  • 4 Le ministère comptait auparavant un département unique pour l’Afrique et le Moyen-Orient.

8Au niveau diplomatique, les nombreuses visites officielles du président Lula ont marqué l’activisme du Brésil vis-à-vis de l’Afrique3. De fait, sur les 35 ambassades ouvertes à l’étranger entre 2003 et 2011, 16 l’ont été en Afrique [Santander, 2011, p. 40], où le Brésil compte actuellement 37 représentations diplomatiques. Parallèlement, le nombre d’ambassades africaines à Brasilia est passé de 13 à 29 entre 2003 et 2010 [Patriota, 2011, p. 10]. La densification des réseaux diplomatiques entre le Brésil et l’Afrique s’inscrit dans un contexte plus large de soutien au rapprochement entre l’Afrique et l’Amérique du Sud, notamment dans le cadre des sommets Amérique du Sud-Afrique (ASA) [Sarr, 2014]. La création du Département pour l’Afrique (DEAF) au sein de l’Itamaraty (ministère des Relations extérieures du Brésil) reflète également le regain d’intérêt pour le continent africain4. La nouvelle entité comptait 30 fonctionnaires avec un budget propre annuel d’environ 3 à 5 millions de dollars américains entre 2003 et 2010 [Patriota, 2011, p. 10]. La coopération entre le Brésil et l’Afrique s’est par ailleurs renforcée sur le plan commercial et en matière de développement [White, 2010 ; Iglesias et Costa, 2011 ; Patriota, 2011 ; Inoue et Vaz, 2012 ; Muggah et Hamann, 2012 ; Stolte, 2012].

9Le domaine culturel constitue une facette particulière du rapprochement entre le Brésil et l’Afrique. Le gouvernement de Lula s’est en effet appuyé sur les liens migratoires et identitaires du Brésil avec ce continent [Alencastro, 1979] afin de parfaire son image de puissance émergente sud-américaine et consolider son insertion internationale. Cette stratégie de renforcement des liens avec l’Afrique n’est cependant pas propre à l’administration Lula. Le Brésil a mis en place un certain nombre d’initiatives d’ordre culturel à destination des pays africains dès les années 1960, au moment où ces derniers ont accédé à l’indépendance. Il s’agissait pour les autorités brésiliennes de faire de l’identité culturelle commune la pierre angulaire du rapprochement avec l’Afrique. La dimension culturelle était en fait l’instrument le plus adapté de la politique africaine du Brésil, ce dernier ne partageant pas les mêmes affinités politiques que la plupart des États nouvellement indépendants. Brasilia n’a pas soutenu la décolonisation en Afrique, en particulier dans les colonies lusophones à cause de son engagement envers le Portugal via le Traité d’amitié de 1953. De plus, le Brésil n’a pas rompu ses relations économiques avec l’Afrique du Sud de l’apartheid, ce qui était mal perçu par les États africains. Ainsi, comme le souligne Antonio-Carlos Peixoto :

« La création d’une image brésilienne en Afrique capable de stimuler les exportations et les ambitions brésiliennes dans cette région devait passer, essentiellement, par les nombreux points de contact et de ressemblance, étant donné que les circuits de contacts politiques étaient bloqués et que le Brésil n’avait pas les moyens financiers de s’implanter en Afrique à partir d’une politique d’aide technique et d’assistance économique » [Peixoto, 1983, p. 31].

10La signature d’accords culturels bilatéraux, l’octroi de bourses à des étudiants africains – le programme PEC-G/PEC-PG toujours en vigueur (cf. infra) –, la mise en place d’un programme d’échanges pour diffuser la culture brésilienne, la participation au premier Festival mondial des arts nègres à Dakar en 1966, illustraient la volonté brésilienne de renforcer ses relations avec l’Afrique à travers la dimension culturelle [Grandsaigne, 1989 ; Dumont et Fléchet, 2009]. Le ministère des Relations extérieures a aussi financé des événements culturels en Afrique, tout comme la création d’un certain nombre de laboratoires de recherche au Brésil, tels que le Centre d’études afro-orientales (CEAO) de l’université fédérale de Bahia en 1959. Jusque dans les années 1980, les différentes initiatives en matière de culture et d’éducation étaient accompagnées d’un discours sur la démocratie raciale faisant l’éloge de l’intégration raciale brésilienne des minorités, en particulier les Afro-descendants.

11Comprenant qu’il ne disposait pas des mêmes moyens économiques et financiers que les deux principaux pays émergents présents en Afrique, à savoir la Chine et l’Inde, le Brésil de Lula a également utilisé ses liens historiques et culturels avec le continent africain pour donner une nouvelle dimension à sa coopération. C’est dans ce cadre que l’usage de la culture comme instrument de politique étrangère trouve toute sa pertinence. Ainsi, comme l’explique Sebastian Santander :

« Les autorités brésiliennes semblent donc animées par l’idée que pour construire le statut de puissance du Brésil, il faut pouvoir s’affirmer comme une référence en mobilisant des ressources immatérielles telles l’idéologie ou la culture. Le continent africain apparaît, à leurs yeux, comme un terrain propice à ce dessein non seulement du fait que le Brésil compte le plus grand nombre de citoyens d’origine africaine, hors Afrique, mais aussi parce que la culture brésilienne y jouit déjà d’une certaine popularité due à l’intérêt croissant que suscitent, notamment, sa musique, son football et ses feuilletons mélo » [Santander, 2011, p. 40].

12Mônica Leite Lessa, Miriam Gomes Saraiva et Dhiego de Moura Mapa précisent qu’en matière de politique étrangère, la culture a permis « de nouer des liens d’identité et de reconnaissance des racines [multiples du Brésil], de renforcer les blocs régionaux et le rapprochement avec les pays et les régions stratégiques pour le développement de la coopération Sud-Sud » [Leite Lessa et al., 2012, p. 105].

13Plusieurs initiatives illustrent le recours à la diplomatie culturelle comme instrument de politique étrangère, en plus des nombreux accords de coopération signés, en particulier avec les membres de la CPLP. En 2006, la ville de Salvador (État de Bahia), comptant la plus grande population noire du pays, a ainsi reçu la deuxième Conférence des intellectuels d’Afrique et de la diaspora (CIAD)5. Depuis 2008, la ville de Rio de Janeiro accueille le Festival de théâtre de la langue portugaise (Festlip) qui constitue un cadre d’échanges et d’activités pour les artistes des pays lusophones6. C’est également en collaboration avec ces mêmes partenaires que le Brésil a lancé en 2010 le projet DOCTV CPLP de coproduction et de diffusion à travers le monde de documentaires audiovisuels des pays membres de la CPLP. En mai 2010, le président Lula a inauguré la chaîne câblée TV Brasil Internacional qui diffuse dans 49 pays africains des programmes brésiliens visant à promouvoir une image positive du pays.

14Dans le domaine de l’éducation, l’administration Lula a également été à l’origine de plusieurs projets. L’université fédérale de l’intégration luso-afro-brésilienne (Unilab)7 est créée en 2010 grâce à un financement en partie assuré par le gouvernement fédéral. Inaugurée le 25 mai 2011, à l’occasion de la Journée mondiale de l’Afrique, l’université se trouve dans la ville de Redenção (État du Ceará) qui fut la première ville brésilienne à abolir l’esclavage en 1883. À travers les Programmes étudiants-convention de premier cycle d’enseignement supérieur (PEC-G) et de cycle supérieur (PEC-PG)8, le gouvernement brésilien a octroyé des bourses à de nombreux étudiants africains. Le PEC-G a été lancé en 1965 et sur les 57 pays qui participent actuellement à ce programme, se trouvent 25 États africains. Les partenaires lusophones sont les bénéficiaires les plus importants de ce programme, à l’image du Cap-Vert avec 2 933 étudiants entre 2000 et 2015, ou la Guinée-Bissau avec 1 336 étudiants9. Le PEC-PG a, quant à lui, été lancé en 1981 et actualisé en 2006. Il profite à 24 pays africains et 20 % de l’ensemble des bénéficiaires viennent d’Afrique (contre 75 % d’Amérique latine et des Caraïbes)10. Entre 2003 et 2010, ce sont 4 300 étudiants africains de premier cycle, issus de 20 pays, ainsi que 237 de deuxième et troisième cycles, issus de 14 pays, qui ont été boursiers grâce à ces deux programmes [BM/IPEA, 2012, p. 77].

15Au niveau structurel, le principal acteur de la diplomatie culturelle du Brésil est, depuis 1975, le Département culturel (DC) du ministère des Relations extérieures. Au sein de cet organe, composé de six services, se distingue la Division de divulgation (DDI), créée en 1978 et en charge de la promotion de la culture brésilienne et de la langue portugaise parlée au Brésil11. Le DC s’appuie sur un réseau de centres culturels à travers le monde. Avec 6 entités (Afrique du Sud, Angola, Cap-Vert, Guinée-Bissau, Mozambique et São Tomé-et-Principe), l’Afrique est la deuxième région accueillant le plus de centres culturels brésiliens, derrière l’Amérique latine, qui en compte 13. Ces centres jouent un rôle fondamental dans la promotion du Brésil en Afrique en proposant des cours, ainsi que des ateliers sur la langue portugaise et la culture brésilienne à travers la musique, la danse ou encore la littérature. Leur action est notamment complétée par les centres d’études brésiliennes, unités d’enseignement offrant des cours en portugais, ainsi que par les différents réseaux de lectorats réunissant des professeurs spécialistes sélectionnés et financés par l’Itamaraty et envoyés dans des universités étrangères afin de promouvoir la langue et la culture brésiliennes. En 2003, le Brésil comptait des professeurs invités dans 3 pays africains (Côte-d’Ivoire, Ghana et Sénégal), contre 9 pays en 2010 (Bénin, Cameroun, Gabon, Ghana, Guinée-Bissau, Kenya, Nigeria, Mozambique, São Tomé-et-Principe) [Machado, 2012 ; Moura Mapa, 2011].

16Si le Département culturel demeure depuis longtemps l’acteur principal de la diplomatie culturelle du Brésil, le ministère de la Culture (MinC) a également activement participé à la promotion de la culture brésilienne à l’étranger durant la présidence de Lula [Moura Mapa, 2010 ; Novais et Brizuela, 2010]. En effet, « en plus d’accroître les échanges culturels, le ministère de la Culture a mis au point, en accord avec le ministère des Affaires étrangères, une véritable diplomatie culturelle. L’initiative a permis la présence accrue et le prestige du Brésil et de la culture brésilienne à l’étranger » [MinC, 2006, p. 34]. À travers différentes initiatives, comme son implication dans l’organisation de l’Exposition panafricaine d’art contemporain en 2005 et de la Conférence des intellectuels d’Afrique et de la diaspora en 2006, ou encore ses efforts dans la diffusion de la culture afro-brésilienne à travers la Fondation culturelle Palmares, le MinC – notamment pendant le mandat de Gilberto Gil entre 2003 et 2008 – a montré sa volonté de participer au rayonnement culturel international du Brésil. En ce sens, les pays africains, en particulier ceux de langue portugaise, constituent une plateforme importante.

17Durant la présidence de Lula, la consolidation de la diplomatie culturelle envers les pays d’Afrique a représenté un élément fondamental de sa politique africaine, à l’image de l’approfondissement de la coopération commerciale et diplomatique. En définitive, comme le souligne à juste titre Hervé Théry, « le Brésil est un bon exemple de ce qu’on appelle le soft power, l’influence exercée par des moyens autres que le hard power économique et militaire » [Théry, 2014, p. 81].

18Le rapprochement avec l’Afrique à travers la culture revêt également une dimension identitaire pour le Brésil comme l’a déclaré l’ancien ministre des Relations extérieures, Celso Amorim :

« Depuis le début du gouvernement du président Luiz Inácio Lula da Silva, le Brésil a intensifié ses rapports avec les pays africains. Il y a dans cette stratégie d’approche concernant l’Afrique deux objectifs : l’effort de la concrétisation de sa vocation universaliste et la sauvegarde de l’identité nationale dans l’élaboration de la politique externe » [Amorim, 2010 (b), p. 6].

19La politique culturelle envers l’Afrique doit être considérée comme faisant partie de la stratégie du gouvernement de Lula de célébrer la diversité culturelle du pays en soulignant notamment la place particulière de la culture afro-brésilienne [Rubim, 2010 ; Pinheiro et Milani, 2012]. Une des initiatives les plus marquantes prises par le Brésil dans ce sens a été l’adoption de la loi 10639/2003 qui rend obligatoire l’enseignement de l’histoire et de la culture africaine et afro-brésilienne [Paula et Guimarães, 2014]. Cette loi a constitué un signe évident de la volonté du gouvernement Lula de rappeler les racines africaines du pays à travers le système éducatif. L’inauguration de différents musées dédiés à l’identité et à la culture afro-brésilienne, comme le musée Afro-Brésil à São Paulo en 2004, illustre également l’importance accordée par les autorités brésiliennes à la valorisation de l’héritage africain du Brésil. On observe donc que l’image que le Brésil souhaite projeter en Afrique coïncide avec les débats identitaires qui ont lieu à l’intérieur des frontières du pays.

20L’usage de la diplomatie culturelle comme instrument de rapprochement avec l’Afrique se retrouve également dans la politique africaine du Venezuela. Néanmoins, il s’agit surtout pour Caracas de contester le système international selon les principes bolivariens.

Venezuela : diplomatie culturelle et révolution bolivarienne

21Les liens entre le Venezuela et l’Afrique ne sont certes pas nés durant la présidence de Hugo Chávez. C’est à partir du milieu du xxe siècle que les relations entre les deux ont été formellement établies, notamment au moment de la démocratisation du Venezuela et des indépendances africaines [Rondón Uzcátegui, 1987]. Deux éléments ont favorisé ces premières relations. Premier élément, le domaine pétrolier, dans le sillage, d’une part, de la transformation du Venezuela en puissance énergétique [Vivas Gallardo, 1999, p. 227] et, d’autre part, de la création de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), avec la participation de certains pays africains comme la Libye, l’Algérie, le Nigeria et le Gabon [Bracho, 1998 ; Mikdashi, 1975]. Second élément, l’appui du Venezuela à l’indépendance des pays africains et à leur admission à l’Organisation des Nations unies, ainsi que son implication dans certaines causes africaines comme la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud [Molina Medina, 2012].

  • 12 Entre 1950 et 1998 seulement 11 accords ont été signés, alors que, entre 1999 et 2004, le nombre d’ (...)

22L’arrivée au pouvoir de Chávez en 1999 a été suivie d’un approfondissement de cette orientation de la politique étrangère vers l’Afrique, notamment par l’augmentation considérable du nombre d’accords de coopération signés avec les pays africains12. La première partie du gouvernement Chávez s’est caractérisée par la continuité de la politique tiers-mondiste menée à travers l’Opep et le Mouvement des pays non-alignés (MNA) [Forite, 2012]. Nonobstant, certains événements internes, comme la tentative de coup d’État d’avril 2002 et le référendum révocatoire de 2004, ont provoqué la radicalisation de ladite « révolution bolivarienne » et l’adoption du « socialisme du xxie siècle » [González Urrutia, 2006]. À partir de ce moment et pour compenser sa fragilité interne, le gouvernement Chávez a cherché à obtenir une légitimité à l’international. L’unification du Sud global a été promue afin de construire un ordre international multipolaire [MPPRE, 2008, p. 5]. Dans ce contexte, les pays africains ont constitué pour le Venezuela des cibles privilégiées.

  • 13 Le Venezuela n’avait auparavant des relations qu’avec 32 pays de ce continent.
  • 14 Jusqu’en 2004, le Venezuela avait 8 ambassades en Afrique, mais 4 étaient fermées. Le pays a par la (...)
  • 15 Par ailleurs, le Venezuela est devenu le premier pays latino-américain membre observateur de l’Unio (...)

23Selon notre grille d’analyse, l’objectif de la diplomatie culturelle est fortement déterminé par le contexte de l’espace et du temps de la diplomatie culturelle. En effet, à partir de la radicalisation de la révolution bolivarienne, le Venezuela a manifesté sans équivoque son intention de développer une véritable politique africaine, notamment par la création en 2005 du vice-ministère pour l’Afrique au sein du ministère du Pouvoir populaire pour les relations étrangères de la République bolivarienne de Venezuela (MPPRE). Ce vice-ministère, en charge de la définition et de la gestion de « l’agenda Afrique », traduit une volonté de concrétisation de la nouvelle politique. Il a joué un rôle déterminant dans son dynamisme et son essor, de sorte qu’en seulement quatre ans le Venezuela a réussi à établir des relations diplomatiques avec les 21 pays africains avec lesquels il n’avait pas encore de liens officiels13. Caracas a également ouvert une dizaine d’ambassades et en a rouvert quatre autres qui avaient fermé14. Ces mesures ont été accompagnées de visites officielles, tant au niveau ministériel (25 visites), qu’au niveau présidentiel (15 visites). Le président Chávez s’est rendu en Algérie, en Libye, au Mozambique, au Mali, en Gambie, au Bénin, en Angola et en Afrique du Sud, pays qui n’avaient jamais été visités par un président vénézuélien [SELA, 2013, p. 20]15.

  • 16 Les autres coordonnateurs étaient le Brésil, le Nigeria et la Libye.
  • 17 République bolivarienne du Venezuela, Proyecto Nacional Simón Bolívar, Desarrollo económico y socia (...)
  • 18 Hugo Chávez, président de la République bolivarienne du Venezuela, allocution pendant l’émission n° (...)

24L’organisation du deuxième sommet Amérique du Sud-Afrique (ASA) en 2009 sur l’île de Margarita, au large de Caracas, témoigne aussi de l’intérêt du Venezuela pour le développement de ses liens avec l’Afrique. Au cours de la rencontre, il a été décidé que le siège du secrétariat permanent de l’ASA serait installé au Venezuela et que ce dernier ferait partie des quatre coordinateurs de la « table stratégique » [MRE, 2009]16. La place accordée à l’Afrique dans les plans du gouvernement constitue aussi un indice de l’importance donnée à ce continent. Si le Plan de Desarrollo Nacional 2001-2007 ne faisait aucune mention de l’Afrique, le Proyecto Nacional Simón Bolívar 2007-201317 lui a réservé une place prioritaire dans la section appelée « Nouvelle géopolitique ». Parallèlement, l’Afrique a commencé à être plus présente dans les discours officiels, la fraternité faisant figure de mot-clé18.

  • 19 Rappelons que, jusqu’à 2004, il n’avait que 18 accords avec les pays africains.

25À partir de 2005, les accords de coopération se sont considérablement multipliés pour atteindre le nombre de 132 [Forite, 2012, p. 72]19. Ces initiatives de coopération ont porté sur divers domaines ; ceux de l’énergie et de la culture représentaient la moitié du total. Cela montre que la culture, avec le pétrole, a constitué l’un des piliers de la politique étrangère africaine du Venezuela dans sa quête de redéfinition de ses relations internationales [Forite, 2011, p. 141-142].

  • 20 El Universal, « Chávez comparte tesis “social” de Gadafi su “amigo y hermano” » [en ligne], 25 nove (...)

26La formule choisie pour ces accords de coopération culturelle a été ambitieuse : au lieu d’adopter une stratégie d’accords précis, c’est le choix d’une série d’engagements, allant de la réalisation de festivals de cinéma, jusqu’à l’échange d’étudiants et de professeurs, qui a été privilégié. Ceci révèle la volonté du Venezuela de diffuser sa culture, ou plus précisément, les bénéfices de la « révolution bolivarienne » [Giacchi, 2012]. La culture constitue ainsi un moyen pour faire connaître le leadership alternatif proposé par le projet bolivarien [Falomir Lockhart, 2011], basé sur une vision critique des relations internationales et promouvant une configuration multipolaire solidaire au Sud [Giacchi, 2012]. Cela explique un certain favoritisme, comme le signale Lucena Molero, envers les pays africains, avec lesquels le gouvernement de Chávez voyait une affinité idéologique [Lucena Molero, 2013, p. 144]. C’est le cas notamment de la Libye de Mouammar Kadhafi, avec qui Chávez a déclaré partager « la même thèse sociale » et qu’il considérait comme « un ami et frère »20. C’est aussi le cas de l’Algérie de Abdelaziz Bouteflika qui, depuis son accession au pouvoir en 1999, partage avec Chávez l’idée de renouveler l’anti-impérialisme grâce au développement et à l’amélioration des relations entre les pays du Sud [Mata Carnevali, 2012, p. 23]. Le type d’accord qui semble rencontrer le plus de succès est celui des échanges universitaires : depuis 2005, plus de 400 étudiants provenant de 14 pays africains ont voyagé au Venezuela pour suivre des formations dans diverses institutions universitaires.

  • 21 Hernán Lucena Molero fait référence à la nomination, parmi le personnel diplomatique, de membres im (...)

27En ce qui concerne la structure de la diplomatie culturelle vénézuélienne, c’est-à-dire la configuration dans laquelle ont lieu l’élaboration et la gestion des actions diplomatiques, l’acteur principal est le vice-ministère pour l’Afrique du MPPRE (ministère des Affaires étrangères du Venezuela). Il est responsable du dynamisme des nouvelles relations avec l’Afrique. Certains auteurs signalent néanmoins des faiblesses pouvant porter préjudice à cette diplomatie, comme le manque de personnel diplomatique qualifié ou la méconnaissance de l’Afrique [Lucena Molero, 2013, p. 14421].

28Par ailleurs, comme pour le Brésil, ce nouvel intérêt envers l’Afrique a aussi eu un impact sur le plan interne, notamment en contribuant à la reconnaissance des racines africaines du peuple vénézuélien. Malgré sa participation à la guerre d’indépendance aux côtés de Simón Bolívar, la communauté noire du Venezuela a vécu dans l’exclusion sociale et l’identité africaine a longtemps été occultée de l’imaginaire collectif [López, 2007]. Il a fallu attendre la confluence de deux forces pour qu’une tentative de revalorisation de l’image des Afro-descendants soit mise en place : d’une part l’arrivée du discours de justice sociale de Hugo Chávez et, d’autre part, l’organisation des secteurs sociaux impliqués. Nous pouvons ainsi mentionner le Réseau d’organisations afro-vénézuéliennes (ROA). Fondé en 2000, l’organisme rassemble diverses structures associatives militant pour la reconnaissance de l’héritage africain au Venezuela.

  • 22 Il y a eu, à ce jour, quatre éditions de ce festival (2005, 2007, 2009 et 2012) qui, au départ, dev (...)
  • 23 Notamment à l’occasion de la conférence mondiale contre le racisme à Durban, en Afrique du Sud, en (...)
  • 24 Diógenes Díaz mentionne des Afro-descendants ayant participé à des missions diplomatiques et servi (...)

29L’impact de la politique africaine du ministère des Affaires étrangères du Venezuela se mesure, au sein même du pays, dans l’organisation d’activités de « diplomatie des peuples », c’est-à-dire d’opportunités de rencontre entre peuples, et dans lesquelles le ROA est très impliqué. La Semaine de l’Afrique, le Festival des peuples d’Afrique, dont la première édition a réuni des délégations diplomatiques de 27 pays africains [MPPRE, 2006]22, en sont de bons exemples. Le lien entre politiques étrangère et nationale est également présent dans des initiatives telles que la création de chaires universitaires sur l’Afrique dans diverses universités vénézuéliennes et la fondation du Centre de savoirs de l’Afrique [Folz, 2011]. L’impact de facteurs internes sur l’élaboration de la diplomatie est, quant à lui, visible par le fait que certains dirigeants du ROA ont été invités à participer à des missions diplomatiques en Afrique23, quelques-uns d’entre eux étant même devenus fonctionnaires du MPPRE [Díaz, 2012, p. 9124] et, a fortiori, acteurs officiels de la politique africaine du Venezuela.

30La complémentarité des approches structurelle et conceptuelle permet ainsi de comprendre que la diplomatie culturelle envers l’Afrique a joué un double rôle : international et interne. À l’international, grâce à l’action du vice-ministre pour l’Afrique et à l’implication des organisations d’Afro-descendants, la diplomatie culturelle a permis de diffuser le message bolivarien de promotion de la solidarité internationale et des bénéfices de la révolution bolivarienne [Giacchi, 2012 ; Lechini, 2014]. Au niveau interne, la diplomatie culturelle a servi à promouvoir la reconnaissance de l’héritage africain et, par conséquent, les revendications des organisations d’Afro-descendants. Cette reconnaissance est un message envoyé à la population afro-descendante qui compose les classes les plus défavorisées et, potentiellement, une importante base politique de la révolution bolivarienne.

Conclusion

31En définitive, l’Afrique occupe une place non négligeable dans la politique étrangère du Brésil et du Venezuela. Pour Brasilia, le rapprochement avec l’Afrique s’inscrit dans une stratégie de consolidation des relations Sud-Sud, composante essentielle de son insertion internationale. Quant à Caracas, le renforcement des liens avec les pays africains constitue une tribune pour la divulgation de la révolution bolivarienne.

32Les deux pays sud-américains ont certes consolidé leurs liens diplomatiques, économiques et de coopération avec l’Afrique, mais, pour ce faire, ils ont également eu recours à la diplomatie culturelle. Avec les actions combinées du Département culturel du ministère des Relations extérieures et du ministère de la Culture, le Brésil a su consolider sa diplomatie culturelle amorcée dans les années 1960 en jouant sur ses liens culturels et historiques avec l’Afrique. Il s’est notamment appuyé sur les pays lusophones. Adoptant un discours plus idéologique, l’offensive diplomatique culturelle du Venezuela, lancée principalement par le vice-ministère pour l’Afrique, a cherché à élargir l’audience et dégager des opportunités pour partager sa vision critique du monde.

33Les stratégies développées par les deux pays se sont par ailleurs appuyées sur le domaine de l’éducation, en particulier le monde universitaire, en octroyant des bourses d’études à des étudiants africains. L’importance accordée à l’éducation par les deux pays mériterait une étude approfondie, en particulier pour identifier les principales formations qui attirent les étudiants africains : dans quel(s) domaine(s) le Venezuela et le Brésil font-ils figure d’experts en Afrique ? Y a-t-il, de la part de ces étudiants, une volonté de se détourner des universités européennes vers lesquelles ils se dirigeaient traditionnellement ? Tant pour le Brésil que pour le Venezuela, le rapprochement avec l’Afrique à travers le renforcement de la dimension culturelle constitue également un instrument de valorisation des origines africaines et de la contribution des Afro-descendants à l’histoire et à l’identité nationales. Ceci dans un moment où l’intégration de ces derniers est de plus en plus l’objet de débats sur le plan politique et social, particulièrement au Brésil. Ainsi, quand bien même les deux pays semblent jouer des partitions différentes sur la scène africaine, ils partagent des revendications identitaires au niveau national et des aspirations de reconnaissance sur l’échiquier mondial.

34Il apparaît donc qu’au-delà de la rationalité qui a poussé les dirigeants des deux pays à utiliser la culture comme un véritable levier de leur politique africaine, c’est toute la relation entre l’interne et l’externe, dans la définition de la politique étrangère, qui est ici mise en exergue. Une suite logique à ce travail serait d’analyser les résultats des diplomaties culturelles aux yeux des partenaires africains : ont-ils une meilleure connaissance du Brésil et du Venezuela ? Surtout, la stratégie de soft power a-t-elle permis de promouvoir l’image, les idées et les intérêts de ces deux pays en Afrique ?

Haut de page

Bibliographie

Aguilar Manuela, Cultural Diplomacy and Foreign Policy, New York, Peter Lang, 1996.

Alencastro Luiz Felipe de, « La traite négrière et l’unité nationale brésilienne », Revue française d’histoire d’outre-mer, vol. 66, n° 244, 1979, p. 395-419.

Amorim Celso, « Brazilian Foreign Policy under President Lula (2003-2010) : an Overview », Revista brasileira de política internacional, n° 53, 2010 (a), p. 214-240.

Amorim Celso, « Préface », in Agence brésilienne de coopération – La Coopération technique du Brésil en Afrique, Brasilia, MRE, 2010 (b).

Arndt Richard T., The First Resort of Kings: American Cultural Diplomacy in the Twentieth Century, Dulles, Potomac Books, 2005.

Bélanger Louis, « La diplomatie culturelle des provinces canadiennes », Études internationales, vol. 25, n° 3, 1994, p. 421-452.

BM/IPEA (Banque mondiale/Institut brésilien de recherche appliquée), « Bridging the Atlantic: Brazil and Sub-Saharan Africa – South-South Partnering for Growth », Washington DC, 2012.

Bracho Frank, « La diplomacia económica de Venezuela con otros países del Sur a partir del Grupo de los 77 », Política internacional, Revista venezolana de asuntos mundiales y política exterior, n° 49, 1998, p. 14-22.

Cervo Amado Luiz, « Brazil’s Rise on the International Scene : Brazil and the World », Revista brasileira de política internacional, n° 53, 2010, p. 7-32.

Díaz Diógenes, « Afrodescendientes en la construcción de diálogos entre Venezuela y África », Humania del Sur, vol. 7, n° 12, 2012, p. 79-94.

Dulphy Anna, Frank Robert, Matard-Bonucci Marie-Anne et Ory Pascal (dir.), Les Relations culturelles internationales au xxe siècle : de la diplomatie culturelle à l’acculturation, Bruxelles, P.I.E.-Peter Lang, 2010.

Dumont Juliette et Fléchet Anaïs, « Pelo que é nosso! Naissance et développements de la diplomatie culturelle brésilienne au xxe siècle », Relations internationales, n° 137, 2009, p. 61-75.

Falomir Lockhart Nicolás, « Integración sudamericana », mémoire en relations internationales, Buenos Aires, UNLP, 2011.

Folz Olivier, « La communauté noire au Venezuela : de l’esclavage à la reconnaissance culturelle », RITA, n° 5, 2011.

Forite Camille, « Entre rupturas y continuidades: la política de Chávez al África », Humania del Sur, vol. 7, n° 12, 2012, p. 61-78.

Forite Camille, Chávez et l’Afrique : dix ans de politique extérieure vénézuélienne, Paris, Éd. de l’IHEAL, 2011.

Giacchi María Florencia, « La política exterior del gobierno de Hugo Chávez hacia África (2004-2010) », Humania del Sur, vol. 7, n° 12, 2012, p. 41-60.

Gienow-Hecht Jessica et Donfried Mark, Searching for a Cultural Diplomacy, New York, Berghahn Books, 2010.

González Urrutia Edmundo, « Las dos etapas de la política exterior de Chávez », Nueva Sociedad, n° 205, 2006, p. 159-171.

Grandsaigne Jean de, « La politique extérieure du Brésil en Afrique noire : essai de synthèse », Revue Tiers Monde, n° 117, 1989, p. 203-213.

Iglesias Roberto M. et Costa Karina, « O investimento direto brasileiro na África », Textos Cindes, n° 27, 2011.

Inoue Cristina Y. A., et Vaz Alcides C., « Brazil as “Southern Donor”: beyond Hierarchy and National Interests in Development Cooperation? », Cambridge Review of International Affairs, vol. 25, n° 4, 2012, p. 507-534.

Kourliandsky Jean-Jacques, « Le rapprochement afro-latino-américain : signe d’un monde en mutation ? », in Sebastian Santander (dir.), L’Afrique, nouveau terrain de jeu des émergents, Karthala, 2014, p. 79-96.

Lafargue François, « Le Brésil, une puissance africaine ? », Afrique contemporaine, n° 228, 2008, p. 137-150.

Lechini Gladys, « América Latina y África: entre la solidaridad Sur-Sur y los propios intereses », Estudios internacionales, n° 179, 2014, p. 61-87.

Leite Lessa Mônica, Gomes Saraiva Miriam et Moura Mapa Dhiego de, « Entre o Palácio Itamaraty e o Palácio Capanema : perspectivas e desafios de uma diplomacia cultural no governo Lula », in Leticia Pinheiro et Carlos R. S. Milani (dir.), Política externa brasileira : as práticas da política e a política das práticas, Rio de Janeiro, FGV, 2012, p. 95-119.

López Isaac, « La abolición de la esclavitud en tres manuales de historia de Venezuela », in 150 años de abolición de la esclavitud en Venezuela ¿Presente y pasado de una misma realidad?, Mérida, Universidad de los Andes, 2007, p. 75-86.

Lucena Molero Hernán, « La Agenda África venezolana (2005-2012) », Humania del Sur, vol. 8, n° 14, 2013, p. 135-154.

Machado Gabriel Luiz, A difusão cultural brasileira como instrumento de política externa: estratégias contemporâneas, Porto Alegre, Universidade Federal do Rio Grande do Sul, 2012.

Mata Carnevali María Gabriela, « Venezuela’s African Agenda in a South-South Context: the Cases of Algeria, Gambia and South Africa, 2005-2010 », Africa Insight, vol. 41, n° 4, 2012, p. 17-35.

Mikdashi Zuhayr, « The OPEC Process », Daedalus, vol. 104, n° 4, 1975, p. 203-215.

MinC (Ministère de la Culture du Brésil), Programa cultural para o desenvolvimento do Brasil, Brasilia, 2006.

Mitchell J. M., International Cultural Relations, Londres, Allen & Unwin, 1986.

Molina Medina Norbert, « Las relaciones diplomáticas Venezuela-África (1950-1968) », Humania del Sur, vol. 7, n° 12, 2012, p. 11-28.

Moura Mapa Dhiego de, « Multilateralismo, multiculturalismo e cooperacão Sul-Sul no governo Lula: diversidade cultural e anti-hegemonia », 3e séminaire de recherche interdisciplinaire, Universidade Federal de Santa Catarina, 2011.

Moura Mapa Dhiego de, « Diplomacia e cultura no governo Lula (2003-2006) », Revista eletrônica cadernos de história, vol. 8, 2010, p. 45-54.

MPPRE (Ministère des Affaires étrangères du Venezuela), « Relaciones internacionales Venezuela-África: 2005-2008 », Caracas, 14 octobre 2008.

MPPRE, « Memorias del Festival cultural con los pueblos de África », Caracas, 2006.

MRE (Ministère des Relations extérieures du Brésil), « Reglamento de la Comisión presidencial estratégica de la cumbre África-América del Sur (ASA) » [en ligne], Île de Margarita, 29 septembre 2009 [consulté le 2 octobre 2015]. Disponible sur : http://asasummit. itamaraty.gov.br/

Muggah Robert et Hamann Passarelli E., « Le Brésil et sa généreuse diplomatie : un dragon amical ou un tigre de papier ? », Revue internationale de politique de développement, n° 3, 2012.

Novais Bruno do Vale et Brizuela Juan, « Políticas internacionais », in Antonio A. C. Rubim (dir.), Políticas culturais no governo Lula, Salvador, Edufba, 2010.

Nye Joseph S., Power in the Global Information Age from Realism to Globalization, London, Routledge, 2004.

Patriota Cooper Thomas, Le Brésil, un partenaire de l’Afrique qui s’affirme : les relations Brésil/Afrique sous la présidence Lula (2003-2010), Paris, Les Études de l’Ifri, 2011.

Paula Benjamin Xavier de et Guimarães Selva, « 10 Years of the Federal Act 10, 639/2003 and the Training of Teachers: a Reading of Scientific Studies », Educação e Pesquisa, vol. 40, n° 2, 2014, p. 435-448.

Peixoto Antonio-Carlos, « Le Brésil et l’Afrique : solidarités culturelles et stratégie commerciale », Politique africaine, vol. 3, n° 10, 1983, p. 25-38.

Pinheiro Leticia et Milani Carlos R. S. (dir.), Política externa brasileira: as práticas da política e a política das práticas, Rio de Janeiro, FGV, 2012.

Ribeiro Claudio, « La politique africaine du Brésil et le gouvernement Lula », Politique africaine, n° 113, 2009, p. 71-91.

Rondón Uzcátegui Jorge, « Las relaciones de Venezuela y África », Política internacional, n° 5, 1987, p. 16-19.

Rubim Antonio, Políticas culturais no governo lula, Salvador, Edufba, 2010.

Santander Sebastian, « La coopération brésilienne avec l’Afrique », Revue défense nationale, n° 738, 2011, p. 37-44.

Saraiva José Flávio Sombra, « The New Africa and Brazil in the Lula Era: the Rebirth of Brazilian Atlantic Policy », Revista brasileira de política internacional, n° 53, 2010, p. 169-182.

Sarr Mamadou Lamine, « Coopération Sud-Sud : quel avenir pour le partenariat Amérique du Sud-Afrique ? » [en ligne], CEI, Chronique mai 2014 [consulté le 1er avril 2015]. Disponible sur : http://www.cms.fss.ulaval.ca/recherche//upload/cei/fichiers/cei_mls_asa_mai2014.pdf

SELA (Système économique latino-américain et caribéen), « Nuevas modalidades de relacionamiento económico y cooperación entre América Latina y el Caribe y África », rapport, Caracas, 2013.

Stolte Christina, « Brazil in Africa: Just another BRICS Country Seeking Resources? » Chatham House Briefing Paper, n° 1, 2012.

Théry Hervé, « Diplomatie, commodities et soft power, la projection mondiale du Brésil », Problèmes d’Amérique latine, vol. 3, n° 93, 2014, p. 75-87.

Visentini Paulo Fagundes, « South-South cooperation, prestige diplomacy or “soft imperialism”? Lula’s government Brazil-Africa relations », Século XXI, vol. 1, n° 1, 2010, p. 65-84.

Vivas Gallardo Freddy, Venezuela: política exterior y proyecto nacional. El Pretorianismo Perezjimenista (1952-1958), Caracas, Facultad de Ciencias Jurídicas y Políticas, Universidad Central de Venezuela, 1999.

White Lyal, « Understanding Brazil’s new drive for Africa », South African Journal of International Affairs, vol. 17, n° 2, 2010, p. 221-242.

Williams Robert J., « The Provinces and Canadian International Cultural Activities: the Contribution of Ontario », Canadian Issues/Thèmes canadiens : Practising the Arts in Canada, vol. 12, 1989, p. 83-92.

Haut de page

Notes

1 Rappelons que la définition de la diplomatie culturelle est assez présente dans la littérature et qu’elle est notamment différenciée de la notion de relations culturelles. Cf. Aguilar [1996] ; Mitchell [1986] ; Williams [1989] ; Bélanger [1994] ; Arndt [2005] ; Dulphy et al. [2010] ; Gienow-Hecht et Donfried [2010].

2 La CPLP a été créée en 1996. Outre le Brésil, elle regroupe le Portugal, l’Angola, le Cap-Vert, la Guinée-Bissau, le Mozambique, São Tomé-et-Principe et le Timor oriental.

3 Entre 2003 et 2010, le président brésilien a effectué 11 voyages officiels dans 25 pays.

4 Le ministère comptait auparavant un département unique pour l’Afrique et le Moyen-Orient.

5 Cf. http://funag.gov.br/loja/index.php?route=product/product&product_id=683

6 Cf. http://www.talu.com.br/festlip/

7 Cf. http://www.unilab.edu.br/#

8 Cf. http://www.dce.mre.gov.br/index.php

9 « PEC-G: Histórico do programa », MRE, 2015 [consulté le 2 octobre 2015]. Disponible sur : http://www.dce.mre.gov.br/PEC/G/historico.php

10 « PEC-PG: Histórico do programa », MRE, 2015 [consulté le 2 octobre 2015]. Disponible sur : http://www.dce.mre.gov.br/PEC/PG/historico.html

11 Cf. http://dc.itamaraty.gov.br/sobre-o-departamento

12 Entre 1950 et 1998 seulement 11 accords ont été signés, alors que, entre 1999 et 2004, le nombre d’ententes est passé à 18.

13 Le Venezuela n’avait auparavant des relations qu’avec 32 pays de ce continent.

14 Jusqu’en 2004, le Venezuela avait 8 ambassades en Afrique, mais 4 étaient fermées. Le pays a par la suite rouvert les 4 ambassades fermées, ainsi que 10 nouvelles.

15 Par ailleurs, le Venezuela est devenu le premier pays latino-américain membre observateur de l’Union africaine en 2005.

16 Les autres coordonnateurs étaient le Brésil, le Nigeria et la Libye.

17 République bolivarienne du Venezuela, Proyecto Nacional Simón Bolívar, Desarrollo económico y social de la Nación 2007-2013, Caracas, septembre 2007.

18 Hugo Chávez, président de la République bolivarienne du Venezuela, allocution pendant l’émission n° 289 de « Aló Presidente », consacrée à l’Afrique, 7 août 2007 [consulté le 4 avril 2015], Cf. http://www.vtv.gob.ve/ ; Hugo Chávez, président de la République bolivarienne du Venezuela, allocution pendant le « Taller de alto nivel », 12-14 novembre 2004.

19 Rappelons que, jusqu’à 2004, il n’avait que 18 accords avec les pays africains.

20 El Universal, « Chávez comparte tesis “social” de Gadafi su “amigo y hermano” » [en ligne], 25 novembre 2004 [consulté le 17 novembre 2015]. Disponible sur : http://www.eluniversal.com/2004/11/25/pol_art_25188C

21 Hernán Lucena Molero fait référence à la nomination, parmi le personnel diplomatique, de membres impliqués dans le ROA (Réseau d’organisations afro-vénézuéliennes) ou dans la thématique africaine, mais sans formation diplomatique. Il donne ensuite l’exemple du meurtre d’une diplomate à l’ambassade de Nairobi, au Kenya, qui aurait été perpétré par un autre diplomate dans le but d’accélérer sa carrière et d’accéder à des comptes bancaires et informations confidentielles. En réponse à ces événements, le Venezuela a décidé de lever l’immunité diplomatique de l’accusé.

22 Il y a eu, à ce jour, quatre éditions de ce festival (2005, 2007, 2009 et 2012) qui, au départ, devait avoir lieu tous les deux ans.

23 Notamment à l’occasion de la conférence mondiale contre le racisme à Durban, en Afrique du Sud, en 2001.

24 Diógenes Díaz mentionne des Afro-descendants ayant participé à des missions diplomatiques et servi dans des ambassades : César Quintero, Rogelio Mijares, Reina Margarita Arratia Díaz (ambassadrice du Venezuela au Bénin), Jesús « Chucho » García (ambassadeur du Venezuela en Angola, après avoir été conseiller du vice-ministère pour l’Afrique).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolás Falomir Lockhart et Mamadou Lamine Sarr, « La place de la diplomatie culturelle dans la politique africaine du Brésil et du Venezuela », Cahiers des Amériques latines, 80 | 2015, 109-125.

Référence électronique

Nicolás Falomir Lockhart et Mamadou Lamine Sarr, « La place de la diplomatie culturelle dans la politique africaine du Brésil et du Venezuela », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 80 | 2015, mis en ligne le 21 juillet 2016, consulté le 22 février 2017. URL : http://cal.revues.org/4156 ; DOI : 10.4000/cal.4156

Haut de page

Auteurs

Nicolás Falomir Lockhart

Nicolás Falomir Lockhart est doctorant en études internationales de l’université Laval (Canada) et auxiliaire de recherche du Centre d’études interaméricaines (CEI) de la même université. Il est boursier du Fonds québécois de recherche en sciences sociales et s’intéresse au phénomène d’intégration régionale, notamment en Amérique latine, ainsi qu’aux institutions interaméricaines. Sa thèse porte sur l’efficacité des clauses démocratiques des organisations régionales. Il a dernièrement publié les articles « Régulation des restructurations des dettes souveraines : analyse de la confrontation entre l’Argentine et les “fonds vautours” et des solutions proposées par l’ICMA et le G77 + Chine » (notes de recherche du Cepci, 2015) et « Crisis in Venezuela: Will Anybody Support Democracy?» (E-International Relations, mars 2014).

Mamadou Lamine Sarr

Mamadou Lamine Sarr est doctorant en science politique à l’université Laval (Canada) et auxiliaire de recherche au Centre d’études interaméricaines (CEI) de la même université. Il s’intéresse à l’analyse de la politique étrangère et aux relations entre l’Afrique et les pays émergents, en particulier le Brésil. Sa thèse porte sur la politique africaine du Brésil sous la présidence de Lula. Il a dernièrement publié les articles « Crise migratoire et tensions politiques entre la Colombie et le Venezuela » (CEI, 2015) et « Sommet des Amériques 2015 : au-delà de la rencontre historique entre Raúl Castro et Barack Obama » (CEI, 2015).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org