Navigation – Plan du site
Dossier. Les relations Sud-Sud : culture et diplomatie

Pour une identité sud-atlantique : le patrimoine culturel dans la coopération bénino-brésilienne

Curating a South Atlantic identity: cultural heritage in Brazil-Benin cooperation
La preservación de una identidad del Atlántico sur: el patrimonio cultural en la cooperación entre Brasil y Benín
Adriana Erthal Abdenur
Traduction de Quentin Molinier
p. 87-107

Résumés

La littérature de plus en plus abondante sur la coopération Sud-Sud pour le développement se concentre sur les aspects économiques, politiques et militaires. Cependant, les échanges culturels peuvent également jouer un rôle dans l’approfondissement des relations entre les pays en voie de développement. S’inspirant de la sociologie relationnelle, l’article analyse la façon dont la préservation du patrimoine culturel s’est intégrée à la coopération Sud-Sud. Le cas de la coopération technique entre le Brésil et le Bénin est examiné dans le contexte des liens culturels préexistants entre les deux sociétés. L’article débouche sur deux constats. Premièrement, les initiatives menées par les États s’appuient sur des actions décentralisées d’acteurs non étatiques, notamment des artistes, des chercheurs et des entités de la société civile spécialisées dans la sphère culturelle. Deuxièmement, les idées sur la préservation du patrimoine historique résultant des interactions entre les acteurs brésiliens et leurs partenaires béninois participent d’un effort plus large de reconfiguration de l’Atlantique Sud en tant qu’espace central d’une identité partagée par les Brésiliens et les Africains. Ces efforts pâtissent néanmoins des incertitudes budgétaires et politiques qui mettent en doute la capacité des institutions brésiliennes de fomenter des changements plus profonds dans le secteur culturel du Bénin.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

cooperación, cultura, patrimonio, Sur

Index géographique :

Bénin, Brésil
Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 26 mai 2015, accepté le 30 septembre 2015.

Texte intégral

L’auteure tient à remercier le Conseil national brésilien pour le développement scientifique et technologique (CNPq) et son programme Bolsa de Produtividade em Pesquisa, ainsi que le programme Jovem Cientista do Nosso Estado de la Fondation d’aide à la recherche de l’État de Rio de Janeiro (Faperj) de leur soutien pour cette recherche.

1En août 2009, un groupe d’experts de l’Institut national brésilien du patrimoine artistique et historique (Iphan) s’est rendu au Bénin avec une délégation envoyée par l’Agence brésilienne de coopération (ABC)1. L’objectif principal de la visite des spécialistes de l’Iphan était de mettre en place un projet de coopération technique et d’aider leurs homologues béninois à développer une méthodologie pour dresser l’inventaire de leur patrimoine culturel. Les efforts se sont concentrés sur le patrimoine matériel et immatériel du Bénin dans ses liens historiques avec le Brésil et, plus particulièrement, sur l’héritage des marchands d’esclaves brésiliens et des esclaves affranchis qui traversèrent l’Atlantique Sud pour s’installer en Afrique de l’Ouest, notamment dans l’actuel Bénin.

  • 2 Le Portugal avait toutefois négocié avec des chefs locaux pour obtenir des esclaves. Il avait égale (...)
  • 3 Les échanges commerciaux entre le Brésil et le Bénin ne dépassaient pas 32 millions de dollars amér (...)

2Cette initiative ne correspond pas à l’idée que l’on se fait communément de la coopération technique brésilienne, plus traditionnellement orientée vers les politiques sociales [Leite, Pomeroy et Suyama, 2015 ; Erthal Abdenur, 2015]. A contrario, l’Iphan intervient exclusivement dans le champ du patrimoine culturel. En outre, le Bénin peut paraître un candidat étonnant pour la coopération technique brésilienne, puisque le pays est une ancienne colonie française, et non portugaise2, et que le gouvernement et le secteur privé brésiliens n’y ont que des intérêts économiques marginaux3. Comment, donc, rendre raison de la coopération actuelle, illustrée par cette initiative, en matière de patrimoine culturel ? La présente analyse, inspirée par le « tournant relationnel » en sociologie, examine la manière dont les dynamiques sociales entre individus, groupes et institutions du Brésil et du Bénin ont façonné la coopération technique pour la préservation du patrimoine culturel.

3Deux conclusions essentielles découlent de notre recherche. Premièrement, loin d’émerger ex nihilo, les initiatives interétatiques actuelles sont le résultat de coopérations plus anciennes et moins centralisées entre acteurs non étatiques, notamment du fait des relations entretenues de longue date par des artistes, chercheurs et autres acteurs des sociétés civiles brésiliennes et béninoises. Deuxièmement, les idées résultant de ces interactions sur la préservation du patrimoine, et particulièrement celles ayant émergé dans le contexte de la coopération technique officielle (engagée par les États), font aujourd’hui partie d’un projet beaucoup plus vaste consistant à faire de l’Atlantique Sud le point nodal d’une identité partagée entre les Brésiliens et les Africains de l’Ouest. En l’espèce, cette coopération a pris l’initiative de conserver l’identité sud-atlantique partagée par le Brésil et le Bénin en portant une attention particulière aux artefacts matériels et immatériels des Agudas, communautés descendantes de Brésiliens en Afrique. Ces efforts sont toutefois soumis à certaines limites en termes de ressources, ainsi qu’au déclin des engagements politiques, limites qui mettent en doute la capacité des institutions brésiliennes à insuffler de grands changements dans le champ du patrimoine culturel béninois.

4La première partie de l’article cherchera à comprendre comment la question du patrimoine culturel a été traitée dans les écrits sur les relations internationales, cette démarche s’inscrivant dans une approche relationnelle du sujet. Nous fournirons ensuite des éléments de compréhension sur le rapprochement entre Brésil et Afrique, avant d’analyser la manière dont les interactions entre individus, groupes et institutions du Brésil et du Bénin ont contribué à l’émergence des initiatives actuelles de préservation du patrimoine culturel.

Le patrimoine culturel dans la coopération internationale

5La préservation du patrimoine culturel comprend le recensement, la protection et la conservation de l’héritage matériel et immatériel d’un groupe social. Cet héritage est issu des générations précédentes et mérite, aux yeux du groupe en question, d’être préservé à destination des générations à venir. Ce concept n’est utilisé que de manière occasionnelle dans le champ universitaire des relations internationales, mais les échanges internationaux liés à la protection du patrimoine culturel existent depuis longtemps à travers, par exemple, les fouilles archéologiques, les expositions ou les projets muséographiques conjoints. Dans la mesure où ces pratiques permettent à un État de renforcer son influence en nouant des liens à l’étranger par la coopération et la construction d’identités communes, elles peuvent être considérées comme des stratégies de soft power, visant à améliorer la capacité des États à attirer et séduire de nouveaux acteurs [Nye, 2004]. Cela étant, la perspective du soft power a tendance à se concentrer exclusivement sur le rôle de l’État et à sous-estimer l’importance, voire le rôle clé, que des acteurs non étatiques peuvent jouer dans la construction de telles relations.

6D’autres chercheurs ont étudié le patrimoine culturel au prisme du libéralisme, mettant l’accent sur le multilatéralisme et la création de régimes politiques [Ruggie, 1982]. Certaines études se sont également intéressées au rôle précurseur de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) dans la coopération en matière de préservation du patrimoine culturel. À cet égard, la création de l’Unesco en 1945 n’a pas seulement consisté à lancer une plateforme internationale de coopération et à établir des normes relatives au patrimoine culturel, mais elle est également un point de repère dans le développement progressif d’un cadre juridique régissant le commerce international de biens culturels, la restitution des œuvres d’art volées ou pillées, et autres bonnes pratiques dans la production culturelle [Sewell, 1975].

7Un certain nombre de conventions sur le patrimoine fixent les règles de la désignation et de la sélection des biens et des pratiques à intégrer dans les listes de l’institution et sont destinées à encourager la préservation et la sauvegarde des richesses culturelles collectives de l’humanité. La convention de l’Unesco de 1972 concernant la protection du patrimoine mondial, celle de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel et celle de 2005 pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles font partie du régime patrimonial international instauré par les États pour ratifier les accords.

8La ratification et la mise en place de ces conventions recèlent une grande part de subjectivité, d’où de fortes disparités dans le choix et la gestion du patrimoine culturel. Comme le notent Regina Bendix et ses coauteurs, « une grande partie du programme initial de l’Unesco s’est perdue en cours de route ou s’est inévitablement transformée » [Bendix, Eggert et Peselman, 2013, p. 14]. Le patrimoine culturel joue également un rôle primordial dans la construction des identités nationales, dans la mesure où les élites font du patrimoine un symbole culturel ou en mettent en avant certains éléments, pour souligner l’existence d’un rôle et de rituels communs, qui sont repris et adaptés par les citoyens à des degrés divers [Breuning, 2011]. En d’autres termes, la conservation – c’est-à-dire le fait de collecter et de trier en fonction de critères établis ou émergents – d’artefacts matériels et d’héritages immatériels, afin de constituer un inventaire du patrimoine national, est partie prenante du projet de construction nationale4.

9En sus de leurs collaborations avec l’Unesco et les autres organisations multilatérales engagées dans la préservation du patrimoine culturel, les États ont, en la matière, directement coopéré entre eux. Ce type de coopération n’inclut plus seulement les soi-disant relations d’« aide Nord-Sud » – dans lesquelles un pays donateur fournit de l’aide à un pays donataire pour qu’il développe des instruments et des moyens de préservation de son héritage culturel –, mais s’étend désormais à la coopération entre pays en voie de développement. Mais malgré une littérature florissante sur la coopération Sud-Sud, le débat n’a pas encore porté spécifiquement sur le rôle du patrimoine culturel.

10Notre étude s’appuie sur la sociologie relationnelle pour montrer que la coopération internationale en matière de patrimoine culturel résulte de dynamiques interpersonnelles et interinstitutionnelles entre acteurs clés du domaine. Selon Pierpaolo Donati, dans la sociologie relationnelle héritée de Georg Simmel :

« Un phénomène est social dans la mesure où il exprime un caractère particulier et sui generis le constituant en propre ; soit le fait d’être en relation d’interdépendance ou, mieux encore, de réciprocité effective. […] Le social est relationnel en soi » [Donati, 2010, p. 6].

11Sur le plan méthodologique, le point de départ de notre analyse n’est donc pas le point de vue circonscrit de l’individu (c’est-à-dire de l’institution ou de l’expert spécialisé dans le patrimoine culturel) ni celui des sociétés elles-mêmes (Brésil, Bénin), mais plutôt des interactions qui se développent, avec le temps, entre les acteurs sociaux impliqués dans la préservation du patrimoine culturel [Emirbayer, 1997]. L’étude du patrimoine culturel concerne donc les liens de coopération qui successivement façonnent, défont et restructurent notre compréhension du patrimoine culturel et des pratiques qui y sont liées. Les initiatives du Brésil au Bénin en termes de coopération technique dans ce domaine constituent un objet de recherche privilégié. En effet, si elles connaissent un essor notable depuis quelques années au niveau étatique, elles sont d’abord, comme nous allons le démontrer, le fruit de longues interactions entre acteurs non étatiques. L’existence d’une vaste documentation sur les échanges entre institutions et individus permet de dresser une analyse détaillée de leur contribution à la coopération technique entre ces deux pays en matière de patrimoine culturel.

Oubli et mémoire dans les relations entre Brésil et Afrique

12De nombreux promoteurs de la coopération Sud-Sud participent non seulement aux initiatives multilatérales en matière de patrimoine culturel, comme celles promues par l’Unesco, mais aussi à des initiatives bilatérales connexes. L’Iphan, institution fédérale brésilienne en charge de la politique du patrimoine culturel, a été fondé en 1937 après que Getúlio Vargas eut instauré le régime de l’Estado Novo (État nouveau). Conçu dans le cadre plus large d’un mouvement de renforcement de l’État, l’Iphan fut chargé d’encourager, chez les Brésiliens, un sentiment d’identité nationale ancré dans un inventaire culturel commun5. Si, initialement, l’Institut était un projet national, il gagna en puissance durant les décennies suivantes, grâce au soutien de l’Unesco. Dès le milieu du xxe siècle, des spécialistes de l’Unesco ont commencé à se rendre régulièrement au Brésil pour former et entraîner des spécialistes locaux et aider à lancer des débats nationaux sur l’inventaire du patrimoine culturel – son recensement, sa gestion et sa préservation. Cette interaction a favorisé l’expansion progressive de la notion de patrimoine culturel au Brésil, pour y inclure par exemple les paysages urbains et, plus tard, la culture immatérielle [Motta, 2008].

  • 6 L’Institut continue en outre à recevoir l’aide de donateurs du Nord pour des projets nationaux brés (...)

13Au tournant du millénaire, le Brésil est passé du statut de bénéficiaire de l’aide à celui de fournisseur de la coopération Sud-Sud. L’Iphan a alors progressivement commencé à participer à la coopération technique internationale du Brésil. Face à la demande de soutien du Brésil d’États partenaires et d’institutions étrangères pour des projets patrimoniaux, l’ABC (Agence brésilienne de coopération), rattachée au ministère des Relations extérieures (MRE), a pris de plus grandes responsabilités de coordination, alliant l’Iphan pour la mise en œuvre. Au cours de la décennie suivante, l’Iphan a acquis une expérience de la coopération technique et développé une division entièrement dédiée aux projets de coopération internationale. Depuis, il se concentre sur les pays prioritaires désignés par la politique étrangère brésilienne, notamment en Amérique du Sud et en Afrique. Fin 2015, par exemple, l’Iphan avait mis en œuvre des projets de coopération en Angola, au Bénin, en Bolivie, au Cap-Vert, au Salvador et au Paraguay6.

14Pour comprendre les initiatives actuelles de l’Iphan en Afrique, il faut prendre en considération l’histoire du Brésil avec le continent, qui remonte à la période coloniale, quand près de 4,8 millions d’esclaves ont été emmenés de force au Brésil et vendus pour travailler dans les plantations, les mines et comme domestiques. Même après la période coloniale, l’héritage africain a continué à modeler la culture et les institutions du pays. Toutefois, ces liens n’étaient pas à sens unique : après l’abolition officielle de l’esclavage en 1888, de petits groupes de négriers et d’esclaves affranchis ont traversé l’Atlantique pour former des communautés en Afrique de l’Ouest. La plupart de ces communautés se sont regroupées sur la côte des Esclaves qui s’étale le long de l’actuel Nigeria, du Bénin et du Ghana, d’où partaient autrefois les navires négriers [Guran, 2013].

15Durant les premières décennies du xxe siècle, le Brésil et l’Afrique entretenaient peu d’échanges officiels, en partie parce que la politique étrangère brésilienne était davantage orientée vers les États-Unis et l’Europe de l’Ouest. Ces relations ont connu des hauts et des bas pendant la guerre froide ; mais le rapprochement des années 1960 et du milieu des années 1970 a favorisé l’émergence d’un discours de politique étrangère faisant souvent référence au melting-pot racial brésilien et promouvant l’idée d’une démocratie raciale (notion selon laquelle les rapports raciaux sont plus harmonieux au Brésil que dans d’autres anciennes colonies) [Dávila, 2010]. Ainsi, l’idée d’une identité partagée entre le Brésil et ses partenaires africains a commencé à jouer un rôle primordial dans leurs relations économiques et politiques.

16La coopération a pris un nouvel essor pendant les décennies 1980 et 1990, mais c’est seulement dans les années 2000 que l’Afrique a acquis une importance stratégique inédite pour la politique étrangère brésilienne. Encouragé par une période de croissance économique relativement forte et un certain succès dans la lutte contre les problèmes internes, tels que les inégalités sociales et la pauvreté, le gouvernement de Luiz Inácio Lula da Silva (2003-2010) a commencé à privilégier les relations avec d’autres pays en développement. Même si l’Amérique du Sud demeurait sa priorité, le Brésil s’est également tourné vers l’Afrique en raison de ses opportunités de croissance économique, des nouveaux intérêts de défense dans l’Atlantique Sud et de la quête d’influence politique du gouvernement à l’étranger – gouvernement qui cherche depuis longtemps déjà à obtenir un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies. La coopération technique dans le développement, que le Brésil avait commencé à offrir dans les années 1970, s’est considérablement accrue pour devenir un instrument important de la politique étrangère du Brésil en Afrique.

  • 7 Discours du président de la République lors de la cérémonie d’ouverture de la Coupe du monde de foo (...)
  • 8 Mia Couto, « O Brasil nos enganou », Época, 25 avril 2014 [consulté le 20 octobre 2015]. Disponible (...)

17Le gouvernement de Lula a eu recours aux mêmes stratégies discursives que celles utilisées pendant la guerre froide, mobilisant en particulier l’idée que les liens fraternels entre le Brésil et l’Afrique s’étaient forgés à travers une histoire commune et un statut partagé de pays en développement. Pour justifier de relations plus horizontales et solidaires avec l’Afrique (en comparaison avec les anciennes puissances coloniales), les responsables brésiliens ont fréquemment mis en évidence l’héritage africain du Brésil, en mentionnant par exemple que près de la moitié de la population du pays descend d’Africains [Dávila, 2010]. Lula a ainsi largement joué sur la sémantique de la parenté lors de ses nombreux voyages officiels en Afrique, ses discours faisant souvent référence aux « frères africains7 ». Contrastant avec ce discours de parenté et de solidarité, des critiques ont noté que, bien que l’esclavage ait été aboli il y a plus de cent vingt ans, les Brésiliens d’ascendance africaine ont un pouvoir économique et politique incomparablement plus faible que les Brésiliens d’ascendance européenne, et que la discrimination dans le pays reste très répandue8.

18Sur le plan intérieur, le gouvernement de Lula s’est employé à valoriser l’héritage africain du Brésil, par exemple en multipliant les politiques de discrimination positive, en encourageant la recherche universitaire, en modifiant les programmes et les matériels scolaires et en lançant de nouvelles initiatives pour préserver le patrimoine culturel brésilien lié à l’Afrique. Autant de projets qui ont cherché à accroître la sensibilisation du public aux racines africaines passées et présentes du Brésil, en particulier par la découverte des mémoires collectives de l’esclavage [Araújo, 2015].

19Ces initiatives ne sont pas apparues ex nihilo ; elles ont été façonnées à partir d’actions antérieures d’artistes, d’intellectuels et d’institutions du Brésil, qui ont exploré les éléments africains de la culture et de l’identité du pays. Dans le champ de la recherche académique, les travaux du sociologue Gilberto Freyre et ceux des historiens Caio Prado Jr. et Sérgio Buarque de Holanda ont ouvert le débat. L’ethnographe et photographe français Pierre Verger s’est rendu sur le continent africain pour explorer les liens culturels entre Bahia et l’Afrique de l’Ouest, et le philosophe Paulo Freire, qui a été conseiller dans les années 1970 pour les gouvernements des États africains nouvellement indépendants, a écrit sur son expérience en Guinée-Bissau [Verger, 1987 ; Freire, 1978]. En général, cependant, comme l’a récemment fait valoir Alencastro, les historiens brésiliens ont eu tendance à négliger l’Atlantique Sud en tant qu’espace d’interaction culturelle, tant était prégnant le désir d’« oublier » le passé esclavagiste du pays [Alencastro, 2000]. La thématique de l’oubli et de la réminiscence doit désormais laisser place à l’analyse des modes de coopération culturelle entre le Brésil et le Bénin à travers leurs interactions dans l’Atlantique Sud.

Le Brésil et le Bénin à travers les époques

  • 9 On confond souvent la République du Bénin, qui tire son nom du golfe du Bénin sur la côte ouest de (...)

20Les liens entre le Brésil et le Bénin remontent à l’époque coloniale, quand le royaume du Dahomey – dans l’actuel sud du Bénin – était l’un des principaux points de départ pour la traite négrière transatlantique vers le Brésil, en particulier pour les bateaux négriers naviguant jusqu’au port de Bahia9. Encore aujourd’hui, cet héritage imprègne la culture bahianaise : l’État est majoritairement Noir (plus de 80 % de la population), sa langue est truffée de mots yorubas, et beaucoup de ses traditions culinaires et artistiques proviennent directement de traditions ouest-africaines.

21Le golfe de Guinée porte lui aussi l’héritage culturel de cette période, notamment en raison de l’installation des communautés agudas en Afrique de l’Ouest. À la fin des années 1940, Pierre Verger a été missionné par l’Institut français d’Afrique noire (IFAN) dans plusieurs endroits clés de la diaspora des esclaves africains pour étudier le patrimoine culturel de ces liens transnationaux [Verger, 1987]. Au Dahomey – qui était alors encore une colonie française –, Verger a décrit en détail les candomblés (lieux de culte) construits par les Agudas. Il a traduit certaines de leurs chansons pour montrer à quel point elles ressemblaient à leur version brésilienne [Holanda, 1998 ; Verger, 1987]. Verger a également aidé des artistes brésiliens à se rendre dans la région. Par deux fois, l’artiste visuel Carybé a rendu visite à Verger au Bénin, en 1969 et 1987 – voyages qui ont fait l’objet d’une publication posthume, Impressions de Carybé [Carybé, 2007]. Verger a finalement fait don de quelques-uns des objets qu’il avait recueillis au cours de ses voyages à la Casa do Benin, un musée inauguré à Salvador de Bahia en 1988 et dédié à l’art africain et à ses liens avec le Brésil.

  • 10 Le Festival Bonfim est une fête religieuse célébrée à Salvador de Bahia au mois de janvier. Durant (...)
  • 11 Les Agudas représentent aujourd’hui 5 % de la population du Bénin.

22Plus récemment, des chercheurs brésiliens en sciences sociales ont également redécouvert et réinterprété des liens entre le Brésil et l’Afrique de l’Ouest. Silva, par exemple, a étudié le Festival Bonfim de Salvador, fruit d’un mélange de racines africaines10, et son adaptation par les premières communautés de la diaspora brésilienne présentes en Afrique le long de la Costa da Mina, qui s’étend de l’actuel Togo au Nigeria, en passant par le Ghana et le Bénin [Silva, 2014]. Comme il y avait parmi les « rapatriés » un certain nombre de maçons qualifiés, de charpentiers et d’artisans rompus à l’architecture luso-brésilienne, ces communautés ont également construit leurs bâtiments dans un style singulier. Selon Guran, l’identité sociale de la communauté aguda a été fortement marquée par son séjour séculaire au Brésil [Guran, 2013] ; leurs vêtements, langue et modes de vie témoignent de mœurs occidentalisées, qui les ont aidés à surmonter les stigmates de leur passé d’esclaves11.

23Les relations diplomatiques entre le Brésil et le Bénin ont été établies au cours de la même décennie. Le Brésil a reconnu le Bénin comme un pays indépendant en 1960, au moment où il s’est émancipé de la France. Cependant, du fait de l’instabilité et du manque d’engagement politiques, les relations officielles entre les deux pays ont connu des fluctuations. Les relations bilatérales n’ont vraiment décollé qu’après l’accession de Lula à la présidence : à la mi-2005, le ministre béninois des Affaires étrangères, Rogatien Biaou, s’est rendu au Brésil et, peu de temps après, l’ambassade du Brésil à Cotonou a été inaugurée. Les deux pays ont signé un certain nombre d’accords de coopération et ont établi un comité mixte pour discuter plus concrètement de leurs initiatives12. En 2006, Lula s’est rendu au Bénin, et quelques mois plus tard, l’ambassade du Bénin était inaugurée à Brasilia13. À partir de 2008, les étudiants béninois ont été acceptés dans le programme d’échange pour les étudiants de premier cycle (Programa de Estudantes-Convenio de Graduação, connu sous le nom PEC-G), par lequel le gouvernement brésilien offre des bourses pour les étudiants étrangers qui souhaitent s’inscrire dans les établissements d’enseignement supérieur du pays. Les relations interétatiques ont ainsi contribué à diversifier les canaux par lesquels les individus, groupes et institutions du Brésil et du Bénin interagissent.

  • 14 Fundação Palmares, « Semana do Benin na Bahia : intercâmbio cultural e político ». Disponible sur : (...)

24Ces nouveaux liens incluent la coopération culturelle d’institutions des deux pays. En 2009, la Fondation culturelle Palmares, une institution publique dédiée à la promotion de la culture noire au Brésil, et l’ONG Ação e Cidadania (« Action et citoyenneté ») ont noué un partenariat avec la mairie de Salvador, le gouvernement de l’État de Bahia et le gouvernement fédéral du Bénin afin d’organiser la Semaine du Bénin à Bahia, dans le cadre de la Semaine brésilienne de célébration de la conscience noire. À Salvador, Lula a reçu une délégation du Bénin, qui participait à plusieurs événements, comme l’exposition O Benin está vivo e ainda lá (« Le Bénin est vivant et encore bien là ») au Musée national de la culture afro-brésilienne (Muncab), ou des concerts à l’église de Bonfim, combinant percussions africaines et chorales catholiques qui mirent en lumière les religions syncrétiques de Bahia et du Bénin14. L’événement illustre bien la présence d’acteurs étatiques et non étatiques dans la coopération culturelle bénino-brésilienne.

25Les demandes béninoises en matière de développement de la coopération avec le Brésil n’ont cessé de croître depuis. En mars 2012, le président Thomas Boni Yayi a rendu visite à son homologue brésilienne, Dilma Rousseff, et a requis son aide pour des programmes sociaux et de santé, ainsi que des investissements dans les infrastructures routières et la production pétrolière15. En 2015, la coopération technique brésilo-béninoise recouvre des domaines aussi variés que la culture, la santé, l’éducation, l’agriculture et le sport16. Dans une interview datant de 2012 accordée à L’Autre Quotidien et à d’autres médias béninois, Marco Farani, directeur de l’Agence brésilienne de coopération, s’est vu demander si les liens historiques entre le Brésil et le Bénin influençaient les relations contemporaines entre les deux pays. Dans sa réponse, Marco Farani a insisté sur les notions de solidarité et de compatibilité :

  • 17 « Brazil-Africa: Interview with Marco Farani, Director of Brazilian Agency of Cooperation », Afronl (...)

« L’expérience et les méthodes brésiliennes sont plus faciles à adapter et à mettre en œuvre en Afrique. Les techniques et savoir-faire sont mieux appréhendés car ils relèvent de fondements et de principes similaires à ceux présents sur le continent africain17. »

L’État entre dans la danse : la coopération technique au service du patrimoine culturel

26Bien que la coopération culturelle entre le Brésil et le Bénin ait initialement été le fruit du travail d’individus et d’ONG, les acteurs étatiques l’ont considérablement transformée à partir de 2008, notamment à travers la formalisation de leurs relations et le lancement d’initiatives institutionnelles pour la protection du patrimoine culturel. Le ministre brésilien de la Culture de l’époque, Juca Ferreira, accompagné du gouverneur de Bahia, Jaques Wagner, s’est rendu dans trois villes au Bénin – Cotonou, Ouidah et Porto-Novo –, ouvrant des canaux de coopération bilatéraux et trilatéraux pour la protection du patrimoine culturel. L’année suivante, dans le cadre d’une mission interdisciplinaire au Bénin et au Togo, des experts de l’Iphan, du ministère de l’Éducation et de la Culture (MEC), et de l’ONG Olodum se sont, à leur tour, rendus dans le pays.

  • 18 João Jorge, « Benin – A vitória contra a escravidão », A Tarde, 1er décembre 2009 [consulté le 20 o (...)
  • 19 Ibid.

27Le rôle d’Olodum dans ces voyages mérite d’être souligné, non seulement du fait de l’histoire de l’organisation dans la coopération en Afrique, mais aussi à cause de ses relations de partenariat avec certains départements de l’État brésilien. Olodum, institution culturelle fondée en 1979 à Salvador, est fortement associée au mouvement noir au Brésil (movimento afro-brasileiro) et compte parmi ses principaux objectifs la promotion de la culture afro-brésilienne, en soutenant notamment la musique de percussions et des projets d’éducation populaire. Un des dirigeants de l’ONG, João Jorge, s’était rendu au Bénin en 1986 dans le cadre d’une délégation qui comprenait le maire de Salvador, et pour laquelle Verger avait fait office de guide. Méditant sur cette expérience, Jorge décrira plus tard son voyage comme « le vieux rêve de retour au pays d’un jeune militant panafricaniste, révolutionnaire et rêveur18 ». Il raconte avoir été accueilli à son arrivée au Bénin par une foule de 5 000 personnes – dont bon nombre étaient issues de la communauté aguda – clamant des noms de lieux bahianais fortement liés à l’Afrique : « Cidade Nova », « Campo Grande », « Bonfim ». Lorsqu’il écrit sur ce voyage, Jorge se définit lui-même comme « l’un d’eux, un jeune Noir brésilien de retour au Bénin19 ». Dans son carnet de voyage, il fait état d’une conversion spirituelle à Ouidah et Sakété – une expérience qui a transformé son identité à jamais :

  • 20 Ibid.

« Je suis mort et j’ai ressuscité. Ainsi est apparu un nouvel être humain. […] Le marxiste-léniniste a disparu pour laisser place à un homme mystique, religieux et pieux, dans la pure tradition africaine de justice20. »

28Ces interactions ont eu un impact durable non seulement sur l’idée que Jorge se faisait de lui-même et de la culture, mais aussi sur la manière dont l’ONG incorporait et réinterprétait l’héritage africain dans son contexte culturel. L’année suivante, inspiré par l’expérience transformatrice au Bénin, Jorge a participé à l’organisation du carnaval annuel d’Olodum autour de la culture afro-brésilienne. Près de quinze ans après ce voyage initiatique, au cours de l’édition 2010 du carnaval, Olodum célébrera à nouveau le Bénin, cette fois via un projet scolaire autour du thème du « Boi multicolor Olodum ». Inspiré d’une tradition théâtrale populaire au Bénin (la burrinha) et adapté plus tard dans la tradition brésilienne du bumba-meu-boi, ce conte rituel est l’histoire d’un taureau qui meurt, avant d’être ramené à la vie grâce à la musique. Le projet comprenait aussi la confection de masques inspirés de la tradition yoruba du Gèlèdé – une cérémonie qui a lieu chaque année après les récoltes – pour le défilé annuel dans les rues du Pelourinho, le centre historique de Salvador21. Comme Jorge le signale, ces efforts ont renforcé les liens historiques entre le Brésil et le Bénin par de nouvelles couches d’interaction culturelle et de syncrétisme : « Cette fois-ci, le Bénin est venu à Bahia et a rencontré Olodum, la samba reggae22 et tout ce que nous avons créé à partir de la culture panafricaniste23. »

  • 24 Le musée Afro Brasil est une institution publique créée à l’initiative d’Araújo, lui-même d’ascenda (...)
  • 25 Instituto Luiz Carlos Prestes, « África ancestral e contemporânea – As artes do Benin », 21 août 20 (...)

29D’autres cas d’échanges culturels illustrent l’aspect bifront de ces interactions transatlantiques. En juillet 2011, par exemple, l’artiste et conservateur Emanoel Araújo, fondateur du musée Afro Brasil à São Paulo24, a organisé une exposition au centre d’art Hélio Oiticica, à Rio de Janeiro, intitulée Afrique ancestrale et contemporaine : les arts du Bénin, rassemblant 300 œuvres d’art produites par des artistes contemporains béninois comme Cyprien Tokoudagba, Euloge Glèlè, Alphonse Yémadjè et Charles Placide Tossou. Pour souligner le travail précurseur de Verger, Araújo y a joint certaines de ses photographies25. Par leur travail de documentation et l’exposition de leurs travaux, on voit ainsi comment ceux qui ont entamé le processus de « redécouverte » du patrimoine culturel brésilo-béninois au xxe siècle sont eux-mêmes devenus une partie de ce patrimoine. Ces exemples montrent que la conservation du patrimoine culturel repose sur de multiples couches d’interaction entre différents acteurs et que, loin d’être contrainte par des frontières, lorsque la coopération a bien lieu, elle est profondément transnationale et a des répercussions sur le paysage culturel des deux sociétés.

30À bien des égards, donc, la mission de 2009 au Bénin des experts de l’Iphan et d’autres responsables gouvernementaux a constitué la porte d’entrée des acteurs étatiques brésiliens dans les relations culturelles entre les deux pays – liens qui avaient été noués de longue date par des artistes, des chercheurs et des ONG. La visite a cependant ajouté une nouvelle dimension très technique, en matière de préservation du patrimoine culturel, à ces interactions qui se sont alors rapprochées du cadre normatif de l’Unesco, dans la mesure où la coopération officielle est guidée par les conventions et les normes internationales de l’organisation.

  • 26 BRA/04/043-A342 – Missão multidisciplinar às Repúblicas do Benin e Togo para detalhamento de projet (...)
  • 27 BRA/04/043-A342 — Missão multidisciplinar às Repúblicas do Benin e Togo para detalhamento de projet (...)
  • 28 Ibid.

31Selon les descriptions qui en sont faites, la délégation cherchait à « détailler et mettre en place des projets de coopération technique26 » dans le champ du patrimoine culturel et des arts, autour de deux projets phares. Le premier concernait le partage des méthodologies développées par l’Iphan dans l’élaboration des inventaires du patrimoine culturel – tant en ce qui concerne le patrimoine matériel, notamment l’architecture coloniale et ses racines portugaises, que la culture immatérielle. Les actions comprenaient une série d’ateliers, l’identification des objets et des pratiques à inclure dans l’enquête, l’élaboration d’un inventaire du patrimoine culturel du Bénin et une publication bilingue (français-portugais). L’Agence brésilienne de coopération (ABC) et l’Iphan avaient planifié un total de neuf missions brésiliennes au Bénin, avec quelque 25 spécialistes brésiliens dédiés à la formation de 24 techniciens béninois et à l’établissement d’un inventaire du pays27. La fiche de projet de l’ABC stipule que l’objectif général de l’initiative était de « renforcer le référencement et la redécouverte du patrimoine culturel commun au Brésil et au Bénin » ; elle précise que « l’inventaire est d’un intérêt particulier pour les deux pays, car il porte sur l’un des rares pays dans lequel une culture déjà identifiée comme brésilienne est assimilée en dehors du territoire national28 ». La notion de patrimoine commun entre les deux pays indique une volonté de formaliser et de promouvoir un « chevauchement » des identités et des pratiques culturelles, en aidant à consolider ces relations par le biais de canaux culturels.

  • 29 Ministère de l’Éducation du Brésil, « Seleção simplificada para participação no Projeto Patrimônio (...)
  • 30 « Secultfor, Projeto trilateral Brasil-França-Benin é assinado na próxima segunda », 2011 [consulté (...)
  • 31 « Missão de Imersão em Restauração dos Técnicos de Porto Novo à Fortaleza », Patrimônio afro-brasil (...)

32Le rôle croissant des acteurs étatiques (brésiliens et béninois) dans la structuration de la coopération en matière de patrimoine culturel ne signifie pas, du reste, un monopole des institutions fédérales. Peu de temps après la mission précitée de l’Iphan, des initiatives de coopération technique ont également été lancées par des acteurs locaux des deux gouvernements. En 2011, par exemple, la mairie de Fortaleza, la capitale d’État du Ceará dans la région du Nordeste brésilien, a commencé à soutenir la création d’un cours pour former des spécialistes béninois aux arts du patrimoine, à la restauration et à la préservation. Le projet, intitulé « Centre de formation aux arts et techniques du patrimoine de Porto-Novo29 », remporta, parmi 28 propositions, un concours inaugurant des projets de coopération tripartite entre le Brésil, la France et l’Afrique30. Selon les documents officiels, l’initiative visait à « promouvoir le développement humain et le transfert de technologie dans le but de raviver l’histoire vivante du Brésil au Bénin, à travers le patrimoine architectural afro-brésilien de la ville de Porto-Novo31 ». Du côté béninois, la mairie de Porto-Novo voyait dans cette initiative une source de revenus potentiels pour le pays, grâce au tourisme historique et à la création d’emplois pour les jeunes.

  • 32 Institut des sciences et des techniques de l’équipement et de l’environnement pour le développement (...)
  • 33 « Prefeito de Porto Novo, Benim, visita O Povo e fala de convênio com Fortaleza », O Povo, 13 décem (...)

33Le projet a été lancé en partenariat avec l’ABC, dans un accord de coopération tripartite avec la France, qui avait déjà travaillé sur des projets patrimoniaux ailleurs au Bénin, en particulier sur la restauration des palais royaux d’Abomey32. Du côté brésilien, en plus de l’ABC, le projet faisait appel à plusieurs services de la mairie de Fortaleza, dont ceux des droits de l’homme, de la culture et de la coordination du patrimoine historique et culturel. En 2011, Moukaram Océni, qui était alors maire de Porto-Novo, devait rencontrer à Fortaleza des responsables politiques et des spécialistes brésiliens, ainsi que le directeur du projet venu de Lyon, Bruno Delas, pour discuter des détails de l’accord de coopération et le signer33. Cette configuration réticulaire englobant un grand nombre d’institutions des trois pays reflète la diversification à l’œuvre de la coopération Sud-Sud dans le patrimoine culturel, avec de nouvelles formes de collaboration émergeant aux niveaux national et infranational.

  • 34 Unilab, « Missão de Benin falará sobre a história do povo Agudá », 1er mars 2012 [consulté le 20 oc (...)

34L’initiative a ensuite été étendue par la mairie, en partenariat avec l’université d’intégration internationale de la lusophonie afro-brésilienne (Unilab), une institution publique inaugurée en mai 2011 à Redenção, dans le Ceará, afin d’approfondir les liens entre le Brésil et d’autres pays de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP), notamment africains. Dans le cadre de ce projet de coopération, l’université a été chargée de la recherche sur le contexte historique, d’identifier les liens culturels établis entre le Brésil et l’Afrique, et de recenser les études disponibles sur la mise en œuvre du projet. Elle a également accueilli des manifestations connexes, comme une conférence donnée par des Béninois sur l’histoire de la population aguda34.

35Le réseau a continué de croître. D’autres institutions de Fortaleza, dont des associations locales d’architectes du patrimoine et d’acteurs de la construction, ont fait équipe avec le Centre de formation sur le bâti ancien de l’École d’Avignon et leurs homologues béninois pour dresser un inventaire des artisans et des experts à Porto-Novo et dans sa périphérie. La phase suivante du projet comprenait la création d’un cycle initial de formation pour les étudiants de Porto-Novo et la restauration d’un bâtiment, finalement choisi pour accueillir le siège du centre de formation (suivant le modèle de l’École d’Avignon). La phase finale devrait comprendre, entre autres, un atelier de validation des acquis face à des représentants de la société civile béninoise, traduisant la volonté d’inclure des voix et des intérêts locaux dans le projet.

  • 35 Iphan, « Comitiva do Benin chega a Fortaleza para capacitação em preservação do patrimônio históric (...)
  • 36 L’EPA a été fondée en 1998. En plus de former en Afrique des centaines de spécialistes du patrimoin (...)
  • 37 L’ambassade brésilienne au Bénin a également permis de maintenir un lien entre ces institutions. En (...)

36En mars 2012, une délégation de cinq professionnels du patrimoine de Porto-Novo s’est rendue à Fortaleza pendant une semaine pour y recevoir des conseils d’experts de l’antenne de l’Iphan située dans le Ceará. Trois universités locales se sont jointes au projet : l’Unilab, l’université de Fortaleza (Unifor) et l’université fédérale du Ceará (UFCE)35. Du côté du Bénin, l’École du patrimoine africain (EPA)36, une organisation internationale, et la Commission nationale béninoise pour l’Unesco, toutes deux situées à Porto-Novo, ont également contribué à ce que les initiatives en matière de coopération technique s’inscrivent dans le cadre normatif des Nations unies37. L’EPA, par exemple, a travaillé à identifier les éléments du patrimoine à protéger ; elle en a dressé un portfolio afin qu’ils soient inscrits sur la liste du patrimoine mondial [Vernières, 2011, p. 117]. Loin d’être limitées à des échanges bilatéraux et trilatéraux, les interactions promues au titre de la coopération officielle entre le Brésil et le Bénin sont de plus en plus liées à la mondialisation du patrimoine culturel international.

Le défi de la continuité

  • 38 « Património lusófono no Benin é preservado com dificuldade », DW, 30 novembre 2014 [consulté le 20 (...)

37Certains des projets de coopération technique menés par les institutions publiques brésiliennes ont déjà donné quelques résultats. La formation à la restauration de bâtiment, initiée dans le cadre de la coopération tripartite avec Lyon, a permis d’introduire quinze jeunes béninois aux pratiques de la préservation architecturale. En outre, les experts du Département de conservation de l’Institut fédéral de Minas Gerais (UFMG) au Brésil, ont été mobilisés pour organiser des ateliers à Porto-Novo. Compte tenu de la portée internationale de l’École du patrimoine africain, l’initiative a non seulement permis de faire émerger une niche d’experts béninois du patrimoine aguda, mais elle a aussi contribué à diffuser des connaissances sur le patrimoine afro-brésilien en Afrique occidentale. En ce qui concerne l’élaboration d’un inventaire du patrimoine culturel, un représentant de l’Iphan a conclu que l’expérience était positive, puisque les documents produits par les Béninois ont favorablement surpris le personnel brésilien, tant par leur qualité que par leur quantité38.

38Une autre conséquence, en grande partie involontaire, de l’initiative a consisté à renforcer les capacités de coopération au sein des institutions brésiliennes, les experts du patrimoine étant exposés à de nouveaux modes et pratiques de travail. En ce sens, les interactions visant initialement à assurer la conservation du patrimoine national du Bénin ont fini par influencer, même indirectement, les approches brésiliennes en matière de protection du patrimoine : comme le montrent certains comptes rendus d’experts brésiliens sur leurs expériences, même si le Brésil assume son rôle de promoteur de la coopération, le processus d’apprentissage est loin d’être à sens unique.

  • 39 « Contra crise, Itamaraty faz plano de cortes », Folha de São Paulo, 8 juillet 2013 [consulté le 25 (...)

39Cependant, comme dans d’autres domaines de la coopération technique, l’action en matière de patrimoine culturel est confrontée à plusieurs défis. Premièrement, les ressources disponibles au Brésil comme au Bénin pour la préservation patrimoniale de l’architecture brésilo-africaine passent pour être insuffisantes pour restaurer les quelque 500 bâtiments identifiés dans cette catégorie au Bénin. Compte tenu des restrictions budgétaires découlant de la crise économique au Brésil (qui a débuté en 2014 et s’est depuis intensifiée, restreignant les budgets de plusieurs ministères, dont le MRE39), il est peu probable que ces projets de coopération reçoivent de nouveaux financements prochainement. Comme la coopération technique brésilienne repose, à l’instar des collaborations non étatiques – plus atomisées – qui l’ont précédée, sur des voyages et des activités ponctuelles plutôt que sur une présence permanente au Bénin, ces initiatives courent le risque de s’essouffler et de perdre la continuité entre les interactions individuelles et institutionnelles qui s’alimentent et se soutiennent les unes les autres.

40Deuxièmement, la coopération en matière de patrimoine culturel a également été soumise à l’évolution du contexte sur le terrain. En 2014, le projet de l’Iphan a été suspendu, l’Institut ayant décidé de ne pas envoyer d’experts en Afrique alors que l’épidémie d’Ebola frappait le continent. Bien que le virus n’ait pas atteint le Bénin, la décision a affecté le calendrier et la continuité des projets en cours d’exécution.

41Finalement, les spécialistes de l’Iphan ont exprimé leur frustration face à la non-inclusion de jeunes agudas dans le projet. L’incapacité à atteindre le public cible principal est due en grande partie au processus de sélection des participants locaux. Comme le gouvernement béninois a exigé que les participants soient sélectionnés parmi les meilleurs étudiants du lycée technique de Porto-Novo, les jeunes issus de familles aisées ont eu tendance à être surreprésentés. Par conséquent, alors que le projet de coopération a contribué à renforcer les capacités du pays pour préserver son patrimoine culturel, ces activités n’ont pas encore atteint les populations qu’il visait. Ainsi, en comparaison avec les interactions culturelles entre acteurs non étatiques, qui ont eu tendance à privilégier des objectifs plus modestes (donc plus atteignables), les initiatives de coopération menées par l’État dans le patrimoine culturel ont été confrontées à des défis d’ampleur, tant au niveau de leur mise en œuvre que de leur suivi.

Conclusion

42Cet article a analysé la façon dont les différents acteurs engagés dans les échanges culturels contribuent à la coopération Sud-Sud, en étudiant le cas du Brésil et du Bénin. Il montre que les interactions singulières qui ont eu lieu, des décennies durant, entre divers individus et institutions ont fourni une base pour la création plus récente d’un programme de coopération technique dans le domaine de la préservation du patrimoine culturel. Du point de vue relationnel, la coopération – loin d’être acquise dans les relations préexistantes – est comprise ici comme un ensemble de pratiques et de normes qui émergent de l’interaction entre une multitude d’acteurs, des individus aux institutions, publics ou non.

43Trois conclusions principales peuvent être tirées de la recherche présentée ici. Tout d’abord, notons que les initiatives des artistes, des chercheurs et des ONG agissant dans le domaine culturel ont permis d’établir des canaux d’échange et de communication, même pendant les périodes où les liens officiels entre le Brésil et le Bénin étaient quasi inexistants. Ces interactions, en partie animées par le désir de « redécouvrir » une histoire commune tissée depuis l’époque de l’esclavage, doivent être comprises comme faisant partie intégrante de ce patrimoine commun. Elles sont de plus en plus reconnues comme telles par les acteurs contemporains, qui organisent par exemple des collaborations autour d’artistes et de chercheurs pionniers dans la compréhension des liens entre le Brésil et le Bénin.

44Deuxièmement, le rôle des acteurs étatiques dans ces échanges a augmenté depuis que les deux pays ont commencé à signer des accords formels et à agir en fonction. Ces initiatives tendent clairement à favoriser l’émergence d’une identité commune qui prend ses racines dans la traite négrière coloniale, et fait aujourd’hui de l’Atlantique Sud un entrelacs d’histoires et de patrimoine culturel des deux pays. On comprend cependant que l’État n’est pas nécessairement l’acteur principal de ces interactions ; des ONG et des individus sont également investis dans ces initiatives réticulaires bilatérales, ou trilatérales avec la France. La coordination par des États d’initiatives dans le patrimoine culturel a eu deux conséquences importantes : l’introduction de l’expertise technique et l’alignement des initiatives de coopération avec le cadre de l’Unesco.

45Troisièmement, ces interactions fluctuent au fil du temps et ne sont pas à l’abri de périodes moins fastes, malgré le rôle de plus en plus important joué par les acteurs étatiques. Plus récemment, la crise économique et politique au Brésil a imposé de nouvelles contraintes et engendré des incertitudes quant à l’avenir des initiatives de coopération technique en cours à Porto-Novo. Un autre défi de poids pour que la coopération patrimoniale perdure et porte ses fruits consiste à veiller à ce que les membres de la communauté aguda soient inclus dans les contingents de Béninois formés à la conservation du patrimoine.

46Plus largement, ce travail montre que loin d’être des supplétifs des relations économiques, politiques et militaires, les échanges culturels peuvent être tout aussi centraux dans les relations internationales, y compris les relations estampillées « coopération Sud-Sud ». En tant que tels, les échanges culturels méritent une attention plus soutenue, que ce soit dans le domaine de la protection du patrimoine ou plus largement. Les recherches futures devraient enquêter sur les normes, les pratiques et les valeurs des différents promoteurs de la coopération technique dans le patrimoine culturel, ainsi que sur la façon dont les acteurs locaux perçoivent, s’adaptent ou résistent à ces initiatives.

Haut de page

Bibliographie

Alencastro Luiz Felipe, O Trato dos Viventes: formação do Brasil no Atlântico Sul, São Paulo, Companhia das Letras, 2000.

Araújo Ana Lúcia, African Heritage and Memories of Slavery in Brazil and the South Atlantic World, Amherst, Cambria Press, 2015.

Bendix Regina F., Eggert Aditya et Peselman Arnika, « Introduction; Heritage Regimes and the State », in Regina F. Bendix, Aditya Eggert et Arnika Peselman (dir.), Heritage Regimes and the State, Göttingen, Universitätsverlag Göttingen, 2013, p. 1-20.

Breuning Marijke, « Role Theory Research in International Relations », in Sebastian Harnisch, Cornelia Frank et Hanns W. Maull (dir.), Role Theory in International Relations, Londres, Taylor & Francis, 2011, p. 16-35.

Carybé Hector, Impressões de Carybé nas suas visitas ao Benin: 1969 e 1987, Brasilia, Imprensa Oficial, 2007.

Dávila Jerry, Hotel Trópico: Brazil and the Challenge of African Decolonization, 1950-1980, Durham, Duke University Press, 2010.

Donati Pierpaolo, Relational Sociology: A New Paradigm for the Social Sciences, Londres, Routledge, 2010.

Emirbayer Mustafa, « Manifesto for a Relational Sociology », American Journal of Sociology, n° 103, 1997, p. 281-317.

Erthal Abdenur Adriana, « Organisation and Politics in South-South Cooperation: Brazil’s Technical Cooperation in Africa », Global Society, n° 29, 2015, p. 321-338.

Freire Paulo, Cartas a Guiné Bissau: registros de uma experiência em proceso, Rio de Janeiro, Paz & Terra, 1978.

Guran Milton, « De fidalgo à Agudá: a saga da familia De Medeiros do Benim », Locus, revista de história, n° 18, 2013, p. 59-86.

Holanda Luiz Buarque, Pierre Fatumbi Verger, mensageiro entre dois mundos, vidéo, Conspiração Filmes/Gegê Produções/GNT Globosat, 1998.

Leite Iara C., Pomeroy Melissa et Suyama Bianca, « Brazilian South-South Development Cooperation: The Case of the Ministry of Social Development in Africa », Journal of International Development, n° 27, 2015, p. 1446-1461.

Motta Lia, « Patrimônio urbano e memória social: uma avaliação sobre o descompasso entre discursos e ações de preservação », in Maria R. Correia (dir.), Oficina de estudos da preservação, Coletânea I, Rio de Janeiro, Iphan, 2008, p. 51-66.

Nye Joseph, Soft Power: The Means to Success in World Politics, New York, PublicAffairs, 2004.

Ruggie John, « International Regimes, Transactions, and Change: Embedded Liberalism in the Postwar Economic Order », International Organization, n° 36, 1982, p. 379-415.

Sewell James, Unesco and World Politics: Engaging in International Relations, Princeton, Princeton University Press, 1975.

Silva Angela Fileno da, Amanhã é dia de santo, São Paulo, Alameda, 2014.

Verger Pierre, Fluxo e refluxo do tráfico de escravos entre o Golfo do Benin e a Bahia de Todos os Santos: dos séculos XVII a XIX, São Paulo, Corrupio, 1987.

Verniéres Michel, Patrimoine et développement : études interdisciplinaires, Paris, Karthala, 2011.

Haut de page

Notes

1 Agência Brasileira de Cooperação, « ABC envia missões a Benin e Togo ». Cf. http://www.abc.gov.br/imprensa/mostrarnoticia/110

2 Le Portugal avait toutefois négocié avec des chefs locaux pour obtenir des esclaves. Il avait également fondé des enclaves côtières avant la colonisation française.

3 Les échanges commerciaux entre le Brésil et le Bénin ne dépassaient pas 32 millions de dollars américains en 2005, ils ont atteint 165 millions de dollars en 2013, avant de retomber à 120 millions de dollars en 2014. Cf. MRE/MDIC/DIC, « Evolução do intercâmbio comercial Brasil-Benin », Brasilia, avril 2015 [consulté le 15 octobre 2015]. Disponible sur : http://www.investexportbrasil.gov.br/sites/default/files/publicacoes/indicadoresEconomicos/INDBenin.pdf

4 Unesco, « Inventories: identifying for safeguarding ». Disponible sur : http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?pg=00080

5 Cf. http://portal.iphan.gov.br/

6 L’Institut continue en outre à recevoir l’aide de donateurs du Nord pour des projets nationaux brésiliens. Il s’est par exemple associé à l’Institut andalou du patrimoine historique d’Espagne (IAPH) pour restaurer des missions jésuites datant de l’époque coloniale.

7 Discours du président de la République lors de la cérémonie d’ouverture de la Coupe du monde de football 2014 disponible sur : http://www.biblioteca.presidencia.gov.br

8 Mia Couto, « O Brasil nos enganou », Época, 25 avril 2014 [consulté le 20 octobre 2015]. Disponible sur : http://epoca.globo.com/ideias/noticia/2014/04/bmia-coutob-o-brasil-nos-enganou.html

9 On confond souvent la République du Bénin, qui tire son nom du golfe du Bénin sur la côte ouest de l’Afrique, et l’empire du Bénin, qui date d’avant la colonisation et était situé dans l’actuel État d’Edo au Nigeria.

10 Le Festival Bonfim est une fête religieuse célébrée à Salvador de Bahia au mois de janvier. Durant ces festivités, les participants balaient et aspergent d’eau parfumée les marches de l’église Nosso Senhor do Bonfim.

11 Les Agudas représentent aujourd’hui 5 % de la population du Bénin.

12 Le comité mixte (Comissão mista) s’est réuni par deux fois jusqu’à maintenant, en 2009 et 2011.

13 MRE, « República do Benin ». Disponible sur : http://www.itamaraty.gov.br/index.php?option=com_content&view=article&id=4866:republica-do-benin&catid=155:ficha-pa%C3%ADs&lang=pt-br&Itemid=478

14 Fundação Palmares, « Semana do Benin na Bahia : intercâmbio cultural e político ». Disponible sur : http://www.palmares.gov.br/?p=3926&lang=fr

15 Jusqu’à présent, le principal projet de coopération bilatéral s’intitule « Cotton-4 ». Dans le cadre de ce projet, l’Entreprise brésilienne de recherche agricole (Embrapa, entreprise parapublique) fournit un soutien technique au Bénin (comme au Mali, au Burkina Faso et au Tchad) pour le développement du secteur du coton. Cf. « Invité par Dilma Rousseff », Adjinakou, Porto-Novo, 23 mars 2012 [consulté le 20 octobre 2015]. Disponible sur : http://www.journal-adjinakou-benin.info/?id=4&cat=6&id2=11530&jour=23&mois=03&an=2012

16 Embrapa, « Cotton 4 + Togo ». Disponible sur : https://www.embrapa.br/en/cotton-4-togo

17 « Brazil-Africa: Interview with Marco Farani, Director of Brazilian Agency of Cooperation », Afronline, 23 mai 2012 [consulté le 20 octobre 2015]. Disponible sur : www.afronline.org/?p=24991http://www.beninsite.net/spip.php?article6142

18 João Jorge, « Benin – A vitória contra a escravidão », A Tarde, 1er décembre 2009 [consulté le 20 octobre 2015]. Disponible sur : http://jeitobaiano.atarde.uol.com.br/?tag=bloco-afro-olodum

19 Ibid.

20 Ibid.

21 « Olodum », Blog Escola Olodum. Disponible sur : http://www.blogescolaolodum.com.br/?page_id=210

22 La samba reggae (parfois appelée reggae samba) est née à l’occasion du mouvement des fiertés noires à Salvador de Bahia dans le courant des années 1970.

23 « Jeito Baiano », A Tarde Online, 1er décembre 2009. Disponible sur : http://jeitobaiano.atarde.uol.com.br/?tag=bloco-afro-olodum

24 Le musée Afro Brasil est une institution publique créée à l’initiative d’Araújo, lui-même d’ascendance africaine, destinée à promouvoir la conscience de l’héritage africain au Brésil. Cf. http://www.museuafrobrasil.org.br/o-museu/história

25 Instituto Luiz Carlos Prestes, « África ancestral e contemporânea – As artes do Benin », 21 août 2011 [consulté le 20 octobre 2015]. Disponible sur : http://prestesaressurgir.blogspot.com.br/2011/08/africa-ancestral-e-contemporanea-as.html

26 BRA/04/043-A342 – Missão multidisciplinar às Repúblicas do Benin e Togo para detalhamento de projetos de cooperação técnica.

27 BRA/04/043-A342 — Missão multidisciplinar às Repúblicas do Benin e Togo para detalhamento de projetos de cooperação técnica.

28 Ibid.

29 Ministère de l’Éducation du Brésil, « Seleção simplificada para participação no Projeto Patrimônio Afro-Brasileiro na Comunidade Agudá no Benin », 19 juin 2012 [consulté le 20 octobre 2015]. Disponible sur : http://www.ouropreto.ifmg.edu.br/ensino/graduacao/editais/edital-selecao-simplificada_projeto-patrimonio-afro-brasileiro

30 « Secultfor, Projeto trilateral Brasil-França-Benin é assinado na próxima segunda », 2011 [consulté le 20 octobre 2015]. Disponible sur : http://portalantigo.fortaleza.ce.gov.br/cultura/index.php?option=com_content&task=view&id=10613

31 « Missão de Imersão em Restauração dos Técnicos de Porto Novo à Fortaleza », Patrimônio afro-brasileiro, 29 mars 2012 [consulté le 20 octobre 2015]. Disponible sur : http://patrimonioafrobrasileiro.blogspot.com/2012/03/missao-de-imersao-em-restauracao-dos.html

32 Institut des sciences et des techniques de l’équipement et de l’environnement pour le développement (Isted), « Préserver et valoriser le patrimoine urbain », Villes en devenir, 2007 [consulté le 15 octobre 2015]. Disponible sur : http://www.villes-en-devenir.org/

33 « Prefeito de Porto Novo, Benim, visita O Povo e fala de convênio com Fortaleza », O Povo, 13 décembre 2011 [consulté le 20 octobre 2015]. Disponible sur : http://blog.opovo.com.br/pliniobortolotti/prefeito-de-porto-novo-benim-visita-o-povo-e-fala-de-convenio-com-fortaleza/

34 Unilab, « Missão de Benin falará sobre a história do povo Agudá », 1er mars 2012 [consulté le 20 octobre 2015]. Disponible sur : http://www.unilab.edu.br/noticias/2012/03/01/missao-de-benin-fara-palestra-sobre-a-historia-do-povo-aguda

35 Iphan, « Comitiva do Benin chega a Fortaleza para capacitação em preservação do patrimônio histórico », 2012 [consulté le 20 octobre 2015]. Disponible sur : http://portal.iphan.gov.br/montarDetalheConteudo.do;jsessionid=4F3FD5DE27FEE7FCE29EA74EE6324370?id=16470&sigla=Noticia&retorno=detalheNoticia

36 L’EPA a été fondée en 1998. En plus de former en Afrique des centaines de spécialistes du patrimoine venus de toutes parts, l’École organise régulièrement des activités, des expositions et des conférences et publie ouvrages et guides touristiques. Cf. http://epa-prema.net/index.php/fr/

37 L’ambassade brésilienne au Bénin a également permis de maintenir un lien entre ces institutions. En novembre 2013, par exemple, l’ambassadeur du Brésil, Arnaldo Caiche d’Oliveira, le président de la Fondation Pierre Verger, Gilberto Pedreira, et l’ancien directeur de l’Institut français du Bénin ont rendu visite au directeur de l’EPA, Fallo Baba Keita.

38 « Património lusófono no Benin é preservado com dificuldade », DW, 30 novembre 2014 [consulté le 20 octobre 2015]. Disponible sur : http://www.dw.de/patrim%C3%B3nio-lus%C3%B3fono-no-benin-%C3%A9-preservado-com-dificuldade/a-18028910

39 « Contra crise, Itamaraty faz plano de cortes », Folha de São Paulo, 8 juillet 2013 [consulté le 25 octobre 2015]. Disponible sur : http://www1.folha.uol.com.br/mundo/2015/07/1653003-contra-crise-itamaraty-faz-plano-de-cortes.shtml

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adriana Erthal Abdenur, « Pour une identité sud-atlantique : le patrimoine culturel dans la coopération bénino-brésilienne », Cahiers des Amériques latines, 80 | 2015, 87-107.

Référence électronique

Adriana Erthal Abdenur, « Pour une identité sud-atlantique : le patrimoine culturel dans la coopération bénino-brésilienne », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 80 | 2015, mis en ligne le 21 juillet 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://cal.revues.org/4149 ; DOI : 10.4000/cal.4149

Haut de page

Auteur

Adriana Erthal Abdenur

Adriana Erthal Abdenur, titulaire d’un doctorat à Princeton et d’une licence à Harvard, est professeure à l’Institut des relations internationales de l’université pontificale catholique de Rio de Janeiro (PUC-Rio) et chercheuse en chef au Centre d’études et de recherche BRICS Policy Center de Rio. Ses recherches portent sur le rôle des puissances émergentes dans la politique mondiale, en particulier dans le développement international et la sécurité. Elle a publié des articles dans les revues Global Governance, Third World Quarterly et Journal of Peacebuilding and Development. Elle est codirectrice, avec Thomas G. Weiss, de l’ouvrage Emerging Powers and the UN (Routledge, 2016) et prépare un livre sur la coopération entre le Brésil et l’Afrique pour Ashgate Press.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org