Navigation – Plan du site
Dossier. Les relations Sud-Sud : culture et diplomatie

Introduction

Élodie Brun, Juliette Dumont et Camille Forite
p. 15-29

Texte intégral

1Ce dossier des Cahiers des Amériques latines a pour objectif d’apporter un éclairage sur la place et le rôle de l’Amérique latine et des Caraïbes sur la scène internationale, en ayant comme point de départ leur insertion dans les relations culturelles Sud-Sud. Étant à la fois « extrême-Occident » et actrice à part entière des dynamiques qui se jouent au Sud, l’Amérique latine semble bénéficier d’une position d’interface. Peut-elle toutefois être présentée comme un moteur au sein de cet ensemble hétérogène, aux intérêts parfois divergents, que constitue le Sud ? L’Amérique latine regroupe elle-même une grande diversité de pays ; le Mexique, le Brésil et la Bolivie sont, à de multiples égards, aussi proches qu’éloignés. Cette singularité la rend-elle plus apte à créer les synergies nécessaires pour peser sur le jeu des relations internationales, grâce à des partenariats stratégiques avec les autres pays et régions qui relèvent de la catégorie « Sud » ?

2Nous souhaitons examiner les relations Sud-Sud sous l’aspect culturel, une dimension qui, jusqu’à présent, a été peu étudiée. L’objectif est d’analyser les modalités d’utilisation de la culture dans les relations intergouvernementales entre l’Amérique latine et le Sud. Quels sont les différents instruments (accords culturels, partenariats publics/privés, programmes de bourses) utilisés par les chancelleries pour forger et diffuser une image positive susceptible de servir leurs intérêts dans le cadre des relations Sud-Sud ? Quels sont les acteurs, étatiques et non étatiques, mobilisés à cet effet et quels sont les publics visés par ces diplomaties culturelles ?

3Ce dossier a pour but de mesurer l’impact des représentations sur les diplomaties culturelles. Il s’agit d’abord d’identifier et d’analyser l’(les) image(s) et la(les) représentation(s) que ces pays projettent d’eux-mêmes, dans le cadre de leurs relations, et de voir s’il existe un hiatus entre l’image promue par les chancelleries et celle perçue par les publics visés. Il s’agit aussi d’appréhender l’impact des représentations de l’autre sur la formulation des diplomaties culturelles. Car, ainsi que l’indique Ole Holsti, c’est bien l’image que se font les décideurs politiques d’un pays qui conditionne l’action extérieure vers celui-ci. C’est donc moins la réalité objective que l’image que les décideurs se font qui compte dans la politique étrangère et, par voie de conséquence, dans la fabrication d’une diplomatie culturelle [Holsti, 1962]. Comme l’écrit Alex Fortes, « un des aspects fondamentaux de la construction d’une nation réside dans la définition de la place qu’elle prétend occuper sur la scène internationale » [Fortes in préface à Vizentini, 2003, p. 3]. Le lien entre construction nationale et politique extérieure est d’autant plus fort dans le cadre d’une diplomatie culturelle que cette dernière a pour but la construction d’un ensemble de représentations de soi tout à la fois immédiatement reconnaissable et attrayant. Étudier ce lien revient à se demander comment une nation se voit, comment elle veut être vue et selon quels critères sont sélectionnés les éléments jugés pertinents pour élaborer une image destinée à l’extérieur.

4La diplomatie culturelle est en effet indissociable d’une réflexion sur l’usage et la définition des identités au service des objectifs de politique étrangère. Par exemple, comment les diplomaties latino-américaines utilisent-elles leur héritage culturel africain dans leurs stratégies de séduction en Afrique ? Que cela nous apprend-il sur les débats identitaires internes aux pays de la région, autrement dit sur les liens entre sphère interne et sphère externe ?

Qu’entend-on par « Sud » ?

5Il convient d’éclairer ce que nous entendons par le terme « Sud ». La pluralité des pays en développement n’empêche pas leur rapprochement à partir de dénominateurs communs. Le Sud relève à nos yeux de trois caractéristiques : une domination politique passée, des critères socio-économiques éloignés de ceux des États dits « développés » et une autoperception en tant que pays en développement [Brun, 2012, p. 19]. La grande majorité de ces États ont souffert et/ou continuent de subir une forme de domination politique de la part d’autres pays. Cette coercition a pris la forme du colonialisme, du protectorat ou de traités inégaux. Une fois l’indépendance acquise, l’inégalité politique se perpétue à cause d’un système international asymétrique. Les indicateurs socio-économiques du Sud révèlent pour leur part des inégalités dans les niveaux de bien-être des populations. Par exemple, le produit intérieur brut (PIB) par habitant et l’indice de développement humain (IDH) y sont moins élevés. Ces indicateurs ne doivent pas conduire aux postures évolutionnistes selon lesquelles il n’y aurait qu’à suivre le modèle proposé par les plus développés. Ils reflètent des écarts entre les niveaux de vie, sans pour autant devoir suggérer la démarche à suivre. Enfin, être un pays en développement relève d’un processus d’autodéfinition au service des insertions internationales. Assumer appartenir au Sud rend l’appellation dynamique et, surtout, cela rappelle que son usage n’est pas systématique. La culture est une composante de ces stratégies de positionnement à l’échelle globale.

Diplomatie culturelle, soft power et diplomatie publique

6Longtemps à la marge de la production scientifique, l’étude des relations internationales sous l’angle de la culture nourrit aujourd’hui une production bibliographique internationale [Dulphy et al., 2010]. Les définitions de ce champ d’étude se consolident dans les années 1980 et restent toujours en vigueur, en particulier parmi les historiens ; la théorie des relations internationales ne se saisissant qu’à la marge de la culture, comme objet de recherche et d’analyse.

7Il revient à Pierre Milza d’avoir « considéré la culture à la fois comme un enjeu et comme un agent des relations internationales » et « souligné la nécessité de prendre en compte tant les politiques culturelles que les représentations collectives fondant l’identité des groupes considérés » [Fléchet, 2010, p. 392]. À cette occasion, Pierre Milza avait donné une définition de ce que l’on peut entendre par le terme « culture » :

« La culture, comprise dans son sens le plus large, à savoir la production, la diffusion et la consommation des objets symboliques créés par une société, constitue en premier lieu un agent ou un facteur des relations internationales dans la mesure où elle façonne les mentalités et oriente le sentiment public. Mais elle est aussi en même temps un enjeu, ou si l’on préfère un terrain d’affrontements sur lesquels interviennent divers groupes et forces antagonistes dont l’action s’opère soit de façon explicite, soit le plus souvent d’une manière détournée ou occulte » [Milza, 1980, p. 366].

8Dès lors, qu’entend-on par relations culturelles internationales ? Robert Frank propose la définition suivante : « Il s’agit d’échanges, égaux ou inégaux, de représentations du monde et de modèles, ainsi que de productions d’objets symboliques entre des espaces séparés par des frontières » [Frank, 2003, p. 322].

9Avant Pierre Milza en France, d’autres chercheurs s’étaient penchés sur ce que Philip H. Coombs – assistant au secrétaire d’État pour l’Éducation et les Affaires culturelles (poste créé par John F. Kennedy) – avait nommé la « quatrième dimension » des relations internationales, les trois autres étant la politique, l’économie et la défense [Coombs, 1964]. Carl Doka, auteur suisse, avait ainsi proposé une définition inscrivant les politiques culturelles comme un aspect de la politique étrangère :

« Si l’on est d’accord sur le sens à donner au terme de politique étrangère […], les relations culturelles sur le plan international s’insèrent également dans cette définition et se règlent tout naturellement sur la politique étrangère » [Doka, 1959, p. 14].

10C’est là qu’intervient la distinction opérée par J. M. Mitchell dans son ouvrage International Cultural Relations [1986] entre relations culturelles et diplomatie culturelle. Les relations culturelles sont, d’après l’auteur, plus larges, car elles sont « conduites à l’initiative d’institutions aussi bien publiques que privées » [Mitchell, 1986, p. 3] ; leur but n’est pas « la recherche d’un intérêt unilatéral », mais celle de la « compréhension et de la coopération entre différentes sociétés nationales dans une optique de profit mutuel » [Mitchell, 1986, p. 5]. La diplomatie culturelle, elle, a une « portée plus restreinte car elle est essentiellement l’affaire de gouvernements » [Mitchell, 1986, p. 3]. Elle présente deux niveaux d’action : celui qui a trait aux « accords, qu’ils soient bilatéraux ou multilatéraux, qui sont passés entre des gouvernements pour permettre, faciliter ou inciter des échanges culturels » [Mitchell, 1986, p. 3.], et celui, plus ténu, moins évident, qui a pour but d’« impressionner, de présenter une image favorable, de sorte que les opérations diplomatiques dans leur ensemble soient facilitées » [Mitchell, 1986, p. 5]. Diplomatie culturelle et relations culturelles internationales sont intrinsèquement liées, même s’il faut opérer une distinction entre les deux. Nous suivons en cela Edgard Telles Ribeiro quand il affirme que « les relations culturelles internationales ont pour objectif le développement, sur le temps long, d’une plus grande compréhension et approximation entre les peuples et les institutions dans une perspective de profit mutuel » et que « la diplomatie culturelle serait alors […] l’utilisation spécifique de ces relations culturelles pour la réalisation d’objectifs non seulement culturels mais aussi politiques, commerciaux ou économiques » [Telles Ribeiro, 1989, p. 23]. Il ajoute : « Bien que quasiment intangible au niveau des résultats immédiats, la diplomatie culturelle est toujours enracinée dans des considérations et des priorités assez concrètes » [Telles Ribeiro, 1989, p. 25]. Identifier ces « considérations » et « priorités », les acteurs et les outils mobilisés, cerner de quelle manière la diplomatie culturelle d’un pays peut s’appuyer sur les relations culturelles internationales [Dumont, 2009, 2012, 2013], qu’elles soient le fait d’initiatives privées ou d’organismes multilatéraux, tels sont les objectifs du chercheur qui se penche sur l’utilisation de la culture dans le cadre d’une politique extérieure.

11L’action menée dans le cadre d’une diplomatie culturelle vise en outre à agir sur les représentations des partenaires ciblés, afin de faciliter les liens – découverte, rapprochement, intensification – dans un sens favorable au pays émetteur. L’évolution des comportements à l’échelle internationale dépend donc aussi de facteurs non matériels, de représentations (de soi-même, de l’autre) qu’il s’agit de mettre en lumière. Le terme de « diplomatie culturelle » implique que l’État, et en particulier le ministère en charge de la politique étrangère, joue un rôle dans l’élaboration et la mise en œuvre d’outils destinés à promouvoir une certaine image du pays sur la scène internationale. Nous rejoignons Manuela Aguilar lorsqu’elle présente la diplomatie culturelle comme « la manière dont un gouvernement présente son pays au peuple d’un autre pays dans le but d’atteindre certains objectifs de politique extérieure » [Aguilar, 1996, p. 9]. Une telle définition relativement large laisse la place à différentes voies, à plusieurs configurations institutionnelles possibles. Ainsi que le souligne Jessica Gienow-Hecht :

« Ce qui rend la diplomatie culturelle difficile à définir c’est le fait que contrairement à d’autres domaines de la diplomatie, l’État ne peut pas faire grand-chose sans le soutien d’acteurs non-gouvernementaux, tels que les artistes, les curateurs, les professeurs, les conférenciers et les étudiants. À partir du moment où ces acteurs entrent en jeu, les lignes politiques, les désirs, les cibles et la définition même des intérêts de l’État sont brouillés et se multiplient » [Gienow-Hecht, 2010, p. 10].

12Ce brouillage des frontières se traduit notamment par l’emploi indifférencié des termes « diplomatie culturelle » et « soft power », cette dernière notion désignant la capacité d’attraction d’un pays en termes de valeurs et de culture [Nye, 2005]. L’attractivité permet aux États qui en bénéficient d’avoir une plus grande marge de manœuvre sur la scène internationale. La diplomatie culturelle constitue quant à elle tout à la fois un instrument et un type d’action pour créer et/ou entretenir cette attractivité.

  • 1 La public diplomacy désigne l’ensemble des dispositifs (culturels, scientifiques, éducatifs et de d (...)
  • 2 Pour une étude des origines et développements du terme et de la pratique de la diplomatie publique, (...)

13Il est aussi souvent question, lorsqu’est évoquée la dimension culturelle de la politique étrangère, de public diplomacy, souvent présentée, à tort – car beaucoup plus large dans ses objectifs et pratiques1 –, comme l’équivalent de la diplomatie culturelle2. Les articles de ce dossier limitent la compréhension de la politique culturelle aux seuls domaines de la diplomatie culturelle et du soft power.

14Jusqu’ici, l’Amérique latine et les Caraïbes apparaissaient dans la production scientifique davantage en tant qu’objets qu’en tant que sujets de politiques et d’actions culturelles destinées à l’extérieur, car ce sont plutôt les pays qui prétendent avoir une influence mondiale, comme les États-Unis ou la France, qui ont fait l’objet de recherches sur cette question. De fait, les travaux portant sur l’usage de la culture comme instrument diplomatique par les pays de la région sont encore rares, même si une véritable dynamique semble à l’œuvre depuis quelques années. La production bibliographique sur ce thème ne concerne guère que le Brésil [Leite Lessa, 2002 ; Suppo, 2002 ; Fléchet et Dumont, 2009] et le Mexique [Yankelevich, 1997 ; Pita González, 2014] – à quelques exceptions près (pour une comparaison, Argentine, Brésil et Chili, cf. [Dumont, 2013]) – et privilégie la période de l’entre-deux-guerres [Ortega Orozco, 2015 ; Bordat-Chauvin, 2014].

Les relations Sud-Sud : une décennie de recherche

  • 3 Des organisations internationales se penchent annuellement sur l’évolution de la coopération Sud-Su (...)

15Au cours de la dernière décennie, le dynamisme des politiques étrangères du monde en développement s’est accompagné d’un intérêt académique croissant à leur égard. Les analyses restent toutefois déséquilibrées, aussi bien en ce qui concerne les thématiques que les partenaires concernés par la relance Sud-Sud. Sans prétendre à l’exhaustivité, nous pouvons dégager certaines tendances. Les liens économiques, incluant commerce et investissement, ont fait l’objet de multiples rapports de la part d’organisations internationales, telles que la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (Cepal) [Rosales, Keiji et Mulder, 2015], la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement [Cnuced, 2006], la Banque interaméricaine de développement [Mesquita Moreira et Estevadeordal, 2015] ou encore la Banque mondiale [Torre (de la) et al., 2015]. Les institutions académiques latino-américaines et étrangères se sont aussi penchées sur la question [Najam et Thrasher, 2012 ; Oliveira, 2010 ; Dosch et Jacob, 2010]. La coopération pour le développement entre l’Amérique latine et les Caraïbes et les pays du Sud, plus connue sous le nom de coopération Sud-Sud, a également retenu l’attention de nombreux observateurs, à la fois institutionnels3 et universitaires [Ayllón, 2014 ; Ayala Martínez et Rivera de la Rosa, 2014 ; Sousa Kraychete et Milani, 2014 ; Rojas Aravena et Beirute Brealey, 2011]. Enfin, la participation au multilatéralisme de l’Amérique latine, en association avec d’autres partenaires du Sud, a fait l’objet de plusieurs travaux [Albaret, 2014 ; Amancio et Onuki, 2003 ; Narlikar, 2003].

16Concernant les acteurs, l’asymétrie prévaut, avec une prédominance des études sur le Brésil. L’explosion du champ des relations internationales dans ce pays au cours de la dernière décennie renforce le déséquilibre [Onuki, Mouron et Soldi Hardt, 2015 ; Herz, 2002]. Du côté des partenaires, les liens avec la Chine sont les plus étudiés, suivis par ceux établis avec l’Afrique prise dans son ensemble [Lechini, 2014 ; Milhorance de Castro, 2013 ; Forite, 2011]. L’importance culturelle et identitaire du continent africain ressort dans les articles de ce dossier ; les contributions d’Adriana Erthal Abdenur et de Nicolás Falomir Lockhart et Mamadou Lamine Sarr étudient de fait les enjeux externes et internes du rapprochement du Brésil et du Venezuela avec la région subsaharienne.

  • 4 L’Inter-American Dialogue, en association avec le groupe de recherche de Kevin P. Gallagher, propos (...)
  • 5 Cf. http://www.redalc-china.org/#
  • 6 Au moment de la rédaction de cette introduction, plusieurs travaux se trouvent de fait en cours de (...)
  • 7 Cf. http://english.hanban.org/node_10971.htm
  • 8 Brésil, 8 ; Mexique, 5 ; Pérou, 4 ; Colombie, 3 ; Argentine, 2 ; Chili, 2 ; Bolivie, 1 ; Costa Rica (...)
  • 9 Chili, 6 ; Brésil, 2 ; Colombie, 1 ; Équateur, 1.

17À propos du cas chinois en revanche, on ne peut que constater l’extrême concentration des études sur les liens économiques, tant de la part d’organisations internationales [Cepal, 2015 ; Estevadeordal, Mesquita Moreira et Kahn, 2014 ; Bittencourt, 2012 ; BID, 2010 ; Santiso, 2007], de think tanks4 [Arnson, Mohr et Roett, 2008 ; Dominguez, 2006], que d’universitaires d’horizons variés [Dussel Peters, 2013 ; Moneta et Cesarín, 2012 ; Gallagher et Porzecanski, 2010 ; Jenkins et Dussel Peters, 2009]. Les analyses plus générales sur les liens bilatéraux accordent également une place importante, parfois prépondérante, aux questions économiques [Martínez Cortés, 2013 ; Urcuyo, 2013 ; Brun et Louault, 2013 ; Oliveira, 2012 ; Lee et Hongying, 2011 ; Hearn et León-Manríquez, 2011 ; Fernández Jilberto et Higenboom, 2010 ; Ellis, 2009 ; Silva Ramos Becard, 2008 ; Brun, 2007]. Le réseau Amérique latine et Caraïbes sur la Chine (Red ALC-China), lancé en 2012 par l’Union des universités de l’Amérique latine et des Caraïbes (Udal) et le Centre d’études Chine-Mexique (Cechimex) de la faculté d’économie de l’université nationale autonome du Mexique (Unam), illustre le mieux cet engouement pour les rapports avec le géant asiatique. Le réseau fonctionne autour de quatre axes : économie, commerce et investissement ; relations politiques et internationales ; ressources naturelles et environnement ; histoire, culture et langue5. Il ressort de cet ensemble de travaux que la thématique culturelle est quasiment absente. Il semblerait qu’il s’agisse d’un nouveau domaine de l’analyse des relations entre l’Amérique et les Caraïbes et la Chine qui commence à peine à être exploré6. De surcroît, les travaux précurseurs se penchent davantage sur les activités culturelles lancées par le gouvernement chinois que sur les initiatives latino-américaines. La diplomatie culturelle chinoise est plurielle, incluant la promotion de l’éducation en Chine via des programmes de bourses, des activités culturelles, linguistiques, médiatiques et éducatives. Explicitement inspirée des expériences allemande, britannique, espagnole et française, l’expansion des centres culturels chinois s’inscrit dans une logique classique de soft power7. Les autorités chinoises misent sur la curiosité et le respect que suscite leur culture confucéenne ancestrale, dans le but de diversifier leur présence internationale, en particulier depuis la présidence de Hu Jintao (2005-2013) [Rodríguez A. et Leiva Van de Maele, 2013]. Concernant l’Amérique latine et les Caraïbes, il convient de rappeler que les premiers contacts avec la République populaire de Chine se sont établis dans le domaine culturel, à défaut de reconnaissance politique de la part d’une région prise dans les rouages de la guerre froide. Si l’accélération des liens interrégionaux est en large mesure liée aux secteurs commerciaux et financiers au tournant du siècle, force est de constater la diversification récente des initiatives. Le premier Institut Confucius est implanté au Mexique en 2006 et le canal de télévision CCTV en espagnol est lancé l’année suivante. Selon le site Internet officiel du Hanban (Chinese National Office for Teaching Chinese as a Foreign Language), en septembre 2015, le gouvernement chinois dispose de 31 Instituts Confucius dans 13 pays de la région8 et de 10 cours dans 4 pays9. En 2012, 1 700 cours de chinois ont été réalisés en Amérique latine et dans les Caraïbes, représentant un total de 25 000 étudiants [Wenjie, 2014, p. 51]. Pour ce qui est de la diplomatie culturelle, de nombreuses pistes de recherche restent donc à approfondir dans le sillage de la diversification des relations Sud-Sud.

Regards croisés sur les relations culturelles Sud-Sud

18L’objectif de ce dossier est donc à la fois d’offrir des pistes de recherche pour le temps présent et d’avancer des interprétations qui permettent d’analyser, depuis l’angle de la culture, les relations de la région avec les États du Sud ; ici l’Afrique, l’Asie et le Moyen-Orient. Ce faisant, nous espérons que ce dossier contribuera à encourager les chercheurs en relations internationales à accorder plus de place à la culture, pour penser leur(s) objet(s) de recherche à l’aune du concept toujours fécond de « forces profondes » développé par Pierre Renouvin [Renouvin, 1991].

19Les articles proposés apportent un éclairage croisé sur la manière dont les pays d’Amérique latine négocient leurs relations culturelles avec les pays du Sud. Les différentes études de cas concluent toutes que les pays latino-américains tendent à se rapprocher des autres régions du Sud. Et, dans ce scénario, la culture s’impose comme un vecteur fondamental de mise en relation. L’existence d’un discours sur un héritage et un destin communs, façonné par des intellectuels, des leaders communautaires et des artistes, sert bien souvent de levier au renforcement des relations interétatiques. La variété des acteurs, étatiques et non étatiques, est patente. La diversité de leurs fonctions est également soulignée. Agissant tout autant dans les sphères interne qu’externe, les liens culturels visent à renforcer la coopération interétatique et à revaloriser un héritage culturel national, objet d’attitudes ambivalentes, voire dévalorisantes. Les outils sont multiples, ce qui souligne les diverses configurations selon lesquelles diplomatie culturelle et soft power sont mis en œuvre dans l’objectif de créer et de renforcer des relations culturelles.

20Folashadé Soulé-Kohndou examine les fonctions et usages de la diplomatie culturelle du Brésil au sein d’un des premiers clubs d’émergents : le forum Inde-Brésil-Afrique du Sud (IBAS). Prenant pour cadre d’analyse le groupe de travail sur la culture créé en 2007 pour renforcer les initiatives bilatérales préexistantes, l’auteure démontre que la diplomatie culturelle brésilienne n’est pas un instrument de domination culturelle. Elle vise davantage à réduire l’influence culturelle des pays du Nord, tout en servant des intérêts économiques, puisqu’elle permet d’augmenter l’attractivité touristique du Brésil auprès de ses partenaires sud-africains et indiens. À cette fin, elle mobilise des instruments traditionnels de coopération, tels les centres culturels ou encore les aides à la culture. Outre qu’il éclaire la manière dont un pays peut s’appuyer sur un organisme multilatéral pour faciliter la réalisation de ses objectifs diplomatiques et économiques, cet article offre un panorama des outils mobilisés dans le cadre de la diplomatie culturelle et permet d’appréhender la manière dont ils sont déclinés en fonction des destinataires. La focale de l’auteure sur le tourisme permet tout à la fois de saisir de manière très concrète les résultats des efforts déployés par le Brésil vis-à-vis de l’Afrique du Sud et de l’Inde et de s’interroger sur les succès et limites d’une telle action.

21La même interrogation parcourt l’article de Marta Tawil Kuri et María del Rocío Rodríguez Echeverría qui, dans une approche comparée, évaluent et mettent en perspective les diplomaties culturelles du Mexique et de la Turquie à destination de leurs régions respectives. Elles postulent que la diplomatie culturelle de ces deux pays est un instrument dont l’objectif est d’acquérir un statut de leader régional. En utilisant la méthode de Mill, qui isole les variables afin d’expliquer que des politiques similaires débouchent sur des résultats différents, elles examinent non seulement les processus de formulation, mais aussi les résultats en termes d’influence et de prestige de la diplomatie culturelle du Mexique et de la Turquie, à l’aune des objectifs affichés par leurs politiques étrangères. Les deux auteures nous offrent ainsi une perspective qui décentre le regard par une comparaison inédite et qui a le grand mérite de tenter d’évaluer les retombées de ce pari de la diplomatie culturelle, exercice délicat et difficile, tant il est malaisé de mesurer la portée de l’exercice du soft power.

22Les articles suivants viennent rappeler que tout usage de la culture dans les relations internationales tend à agir sur des systèmes de représentations, à construire un langage et un imaginaire communs dont Robert Frank rappelle les fonctions : « réduire et simplifier pour faciliter la communication » ; « forger des mythes pour construire des identités » ; « légitimer des causes et des actions » ; « exorciser des peurs et des fantasmes », mais aussi « les angoisses du futur » [Frank, 1994, p. 6-7].

23En adoptant une approche constructiviste, Juan José Vagni montre le rôle fondamental d’acteurs non étatiques dans le rapprochement politique et diplomatique entre l’Amérique du Sud et le monde arabe. Dans une dynamique qui relève de la triangulation (Amérique latine-Espagne-monde arabe) et sous l’impulsion d’intellectuels, de militants, de diplomates et de leaders communautaires, une conception du monde, mettant en exergue un héritage culturel et un destin partagés, s’est développée tout au long du xxe siècle. Elle constitue, selon l’auteur, le ferment des relations entre l’Amérique du Sud et le monde arabe et permet d’asseoir les bases d’une coopération interrégionale. L’auteur identifie d’abord les promoteurs et les processus d’élaboration de l’imaginaire collectif. Il examine ensuite les modalités selon lesquelles les acteurs des politiques étrangères des deux régions, aussi bien étatiques que non étatiques, mobilisent l’ensemble de représentations pour favoriser le rapprochement politique et diplomatique. Le cheminement analytique de Juan José Vagni invite à interroger la place et le rôle de certains pays du Nord – en l’occurrence l’Espagne – dans les relations Sud-Sud. Il s’agit également d’une contribution interrogeant le concept, désormais classique dans l’étude des relations culturelles internationales, de « forces profondes » développé par Pierre Renouvin [Renouvin, 1991]. De fait, il semble que les acteurs mentionnés par Juan José Vagni agissent tout autant, sinon plus, en fonction de la conception du monde qu’il analyse que de considérations que l’on qualifiera – peut-être trop facilement – de pragmatiques et objectives.

24Dans la même veine, Adriana Erthal Abdenur analyse la récupération d’un discours sur le patrimoine culturel commun du Brésil et de l’Afrique dans les pratiques de coopération technique entre le géant latino-américain et le Bénin. En choisissant une approche relationnelle, l’auteure défend l’hypothèse que, sous la présidence de Lula, les efforts gouvernementaux visant au renforcement des relations résultent d’initiatives antérieures impulsées par des acteurs non étatiques. Il s’agit en l’occurrence des institutions, artistes et intellectuels brésiliens qui avaient exploré les éléments africains de la culture et de l’identité nationales. À l’instar de Juan José Vagni, l’auteure met ainsi l’accent sur le rôle central d’acteurs non étatiques dans la préservation d’un patrimoine culturel commun et, par voie de conséquence, dans la pratique du soft power. En soulignant que, parallèlement aux initiatives de coopération technique, le président Lula s’efforce, à l’intérieur des frontières du Brésil, de contribuer à la revalorisation de l’héritage africain de la nation, elle met enfin en évidence les fonctions internes du soft power. C’est donc la problématique identitaire à l’œuvre dans la mise en place de toute politique culturelle à destination de l’extérieur qui est traitée dans l’article d’Adriana Erthal Abdenur, tout en illustrant la manière dont, dans le cadre des relations culturelles internationales, certains héritages sont (re)découverts et (re)valorisés.

25Ce point figure également dans le texte de Nicolás Falomir Lockhart et Mamadou Lamine Sarr qui proposent une étude comparée des politiques africaines du Brésil de Lula et du Venezuela de Chávez. Ils avancent que la diplomatie culturelle s’envisage, dans les deux cas, comme un outil de soft power. En distinguant analyse conceptuelle, qui s’intéresse aux objectifs, et analyse structurelle, qui se penche sur les acteurs, y compris institutionnels, ils concluent que les diplomaties culturelles brésilienne et vénézuélienne constituent les piliers des politiques africaines de Caracas et de Brasilia. Au Venezuela, la diplomatie culturelle est mise en œuvre par le vice-ministère pour l’Afrique, tandis qu’au Brésil, c’est l’action conjointe du ministère de la Culture et du ministère des Relations extérieures qui structurent les échanges culturels. Si, en promouvant les principes de la révolution bolivarienne, le Venezuela fait de son action culturelle en Afrique un outil de contestation de l’ordre international, le Brésil s’appuie sur les liens historiques, raciaux et linguistiques avec le continent africain pour mettre en œuvre le rapprochement et consolider ses intérêts politiques et commerciaux. Les auteurs mettent enfin en évidence qu’en dépit d’objectifs extérieurs et de discours différents, l’action culturelle du Brésil et du Venezuela rejoint, dans les deux cas, des objectifs de politique interne. La revalorisation d’un héritage africain, qui constitue une composante à part entière des politiques africaines des deux pays sud-américains, s’inscrit en effet pleinement dans les débats autour des contours et des éléments constitutifs de leur identité nationale.

Haut de page

Bibliographie

Aguilar Manuela, Cultural Diplomacy and Foreign Policy: German-American Relations, 1955-1968, New York, Peter Lang, 1996.

Albaret Mélanie, Puissances moyennes dans le jeu international : le Brésil et le Mexique aux Nations unies, Paris, Presses de Sciences-Po, 2014.

Amancio Jorge et Onuki Janina, « Países intermediários e multilateralismo », in Gildo Marçal Brandão, Marcos Costa Lima et Rossana Rocha Reis (dir.), Regionalismos, democracia e desenvolvimento, São Paulo, Humanitas, 2007, p. 197-206.

Arnson Cynthia, Mohr Mark et Roett Riordan (dir.), Enter the Dragon? China’s Presence in Latin America, Washington DC, Woodrow Wilson International Center for Scholars, février 2008.

Arsovska Liljana (dir.), América Latina y el Caribe – China: historia, cultura y aprendizaje del chino, Mexico, Unión de Universidades de América Latina y el Caribe, 2013.

Ayala Martínez Citlali et Rivera de la Rosa Jesús (dir.), De la diversidad a la consonancia: la cooperación Sur-Sur latinoamericana, Mexico, Instituto Mora/Puebla, Benemérita Universidad Autónoma de Puebla, 2014.

Ayllón Bruno, « América Latina na cooperação internacional para o desenvolvimento », in André de Mello e Souza (dir.), Repensando a cooperação internacional para o desenvolvimento, Brasilia, Ipea, 2014, p. 175-202.

BID (Banque interaméricaine de développement), Ten Years after the Take-Off: Taking Stock of China-Latin America and the Caribbean Economic Relations, Washington DC, Département de l’intégration et du commerce, octobre 2010.

Bittencourt Gustavo (dir.), El impacto de China en América Latina: comercio e inversiones, Montevideo, Mercosur, 2012.

Bordat-Chauvin Élodie, Les Dynamiques de changement dans l’action publique : une analyse historique comparative des politiques culturelles mexicaine et argentine (1983-2009), thèse de doctorat en science politique, Sciences-Po Aix/université Aix-Marseille, 2014.

Brun Élodie, « Le changement international par les relations Sud-Sud : les liens du Brésil, du Chili et du Venezuela avec les pays en développement d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient », thèse de doctorat en science politique et relations internationales, Institut d’études politiques de Paris, 2012.

Brun Élodie, « Chili-Chine : une continuité diplomatique entre opportunisme et pragmatisme (1970-2007) », Problèmes d’Amérique latine, n° 74, 2007, p. 97-112.

Brun Élodie et Louault Frédéric, « Brésil-Chine : une relation qui s’enracine », in Georges Couffignal (dir.), Amérique latine : 2012, l’année charnière, Paris, La Documentation française, 2013, p. 63-76.

Cepal (Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes), « Latin America and the Caribbean and China : towards a New Era in Economic Cooperation », LC/L.4010, mai 2015.

Cnuced (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement), World Investment Report. FDI from Developing and Transition Economies: Implications for Development, 2006.

Coombs Philip H., The Fourth Dimension of Foreign Policy (Educational and Cultural Affairs), published for the Council on Foreign Relations, New York, Harper and Row, 1964.

Costa Leite Iara et al., « Brazil’s Engagement in International Development Cooperation: the State of the Debate », Institute of Development Studies, rapport no 59, 2014.

Doka Carl, Les Relations culturelles sur le plan international, Neufchâtel, La Baconnière, 1959.

Domínguez Jorge, « China’s Relations With Latin America: Shared Gains, Asymmetric Hopes », Inter-American Dialogue, juin 2006.

Dosch Jöb et Jacob Olaf (dir.), Asia and Latin America: Political, Economic and Multilateral Relations, New York, Routledge, 2010.

Dulphy Anna, Frank Robert, Matard-Bonucci Marie-Anne et Ory Pascal (dir.), Les Relations culturelles internationales au xxe siècle : de la diplomatie culturelle à l’acculturation, Bruxelles, P.I.E.-Peter Lang, 2010.

Dumont Juliette, « De la coopération intellectuelle à la diplomatie culturelle : les voies/x de l’Argentine, du Brésil et du Chili (1919-1946) », thèse de doctorat en histoire, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, 2013.

Dumont Juliette, « De la coopération intellectuelle à la diplomatie culturelle : le parcours du Brésil dans l’entre-deux-guerres », Caravelle, n° 99, décembre 2012, p. 217-238.

Dumont Juliette, Le Brésil et l’Institut international de coopération intellectuelle (1924-1946) : le pari de la diplomatie culturelle, Paris, Éd. de l’IHEAL, 2009.

Dussel Peters Enrique (dir.), América Latina y el Caribe – China: economía, comercio e inversiones, Mexico, Unión de Universidades de América Latina y el Caribe, 2013.

Ellis Evan R., China in Latin America: the Whats & Wherefores, Londres, Lynne Rienner, 2009.

Estevadeordal Antoni, Mesquita Moreira Mauricio et Kahn Theodore, « Inversiones de ALC en China: un capítulo nuevo de las relaciones entre América Latina y el Caribe y China », Monograph 138, Banque interaméricaine de développement, septembre 2014.

Fernández Jilberto Alex E. et Higenboom Barbara (dir.), Latin America Facing China: South-South Relations Beyond the Washington Consensus, Oxford, Berghahn Books, 2010.

Fléchet Anaïs, « Histoire culturelle et histoire des relations internationales », in Christian Delporte, Jean-Yves Mollier, Jean-François Sirinelli et Claire Blandin (dir.), Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, Paris, Presses universitaires de France, 2010, p. 391-394.

Fléchet Anaïs et Dumont Juliette, « Pelo que é nosso ! Naissance et développements de la diplomatie culturelle brésilienne au xxe siècle », Relations internationales, n° 137, janvier 2009, p. 61-75.

Forite Camille, Chávez et l’Afrique : dix ans de politique extérieure vénézuelienne, Paris, Éd. de l’IHEAL, 2011.

Frank Robert, « Diplomaties et transferts culturels au xxe siècle », Relations internationales, n° 115, 2003, p. 319-323.

Frank Robert, « Images et imaginaires dans les relations internationales depuis 1938 », in Robert Frank (dir.), Cahiers de l’IHTP, n° 28, juin 1994, p. 5-11.

Gallagher Kevin P. et Porzecanski Roberto, The Dragon in the Room: China and the Future of Latin American Industrialization, Standford, Standford University Press, 2010.

Gienow-Hecht Jessica C. E., « What are We Searching for? Culture, Diplomacy, Agents and the State », in Jessica Gienow-Hecht et Mark Donfried (dir.), Searching for a Cultural Diplomacy, New York, Berghahn Books, 2010, p. 3-12.

Hearn Adrian H. et León-Manríquez José Luis (dir.), China Engages Latin America: Tracing the Trajectory, Londres, Lynne Rienner, 2011.

Herz Mônica, « O crescimento da àrea de relações internacionais no Brasil », Contexto internacional, vol. 24, n° 1, 2002, p. 7-40.

Holsti Ole, « The Belief System and National Images: a Case Study », The Journal of Conflict Resolution, vol. 6, n° 3, septembre 1962, p. 244-252.

Jenkins Rhys et Dussel Peters Enrique (dir.), China and Latin America: Economic Relations in the Twenty-First Century, Bonn/Mexico, DIE, 2009.

Lechini Gladys, « América Latina y África: entre la solidaridad Sur-Sur y los propios intereses », Estudios internacionales, n° 179, 2014, p. 61-87.

Lee Yun Tso et Hongying Wu (dir.), Chile y China, cuarenta años de política exterior, una trayectoria de continuidad y perseverancia, Santiago du Chili, RiL Ed., 2011.

Leite Lessa Mônica, « A política cultural brasileira e a Sociedade das Nações », Sociedade Brasileira de Pesquisa Histórica, Anais da XXII Reunião, Rio de Janeiro, 2002, p. 89-97.

Malone Gifford D., Political Advocacy and Cultural Diplomacy: Organizing the Nation’s Public Diplomacy, Lanham, MD, University Press of America, 1988, p. 28-48.

Martínez Cortés José Ignacio (dir.), América Latina y el Caribe – China: relaciones políticas e internacionales, Mexico, Unión de Universidades de América Latina y el Caribe, 2013.

Mesquita Moreira Mauricio et Estevadeordal Antoni, « Corea y América Latina y el Caribe: hacia una relación diversa y dinámica », Banque interaméricaine de développement, mars 2015.

Milhorance de Castro Carolina, « La politique extérieure Sud-Sud du Brésil de l’après-Lula : quelle place pour l’Afrique ? », Afrique contemporaine, n° 248, 2013/4, p. 45-59.

Milza Pierre, « Cultures et relations internationales », Relations internationales, n° 24, Paris, 1980, p. 361-379.

Mitchell J. M., International Cultural Relations, Londres, Allen & Unwin/British Council, 1986.

Moneta Carlos et Cesarín Sergio (dir.), Tejiendo redes: estrategias de las empresas transnacionales asiáticas en América Latina, Buenos Aires, Ed. de la Universidad Tres de Febrero, 2012.

Najam Adil et Thrasher Rachel (dir.), The Future of South-South Economic Relations, Londres, Zed Books, 2012.

Narlikar Amrita, International Trade and Developing Countries: Bargaining Coalitions in the GATT and WTO, Londres, Routledge, 2003.

Nye Joseph, Soft Power: the Means to Success in World Politics, New York, PublicAffairs, 2005.

Oliveira Henrique Altemani, Brasil e China: cooperação Sul-Sul e parceria estratégica, Belo Horizonte, Fino Traço Ed., 2012.

Oliveira Henrique Altemani (dir.), China e Índia na América Latina: oportunidades e desafios, Curitiba, Juruá, 2010.

Onuki Janina, Mouron Fernando et Soldi Hardt Matheus, « Crescendo, mas em qual sentido? », présentation lors de la 5e rencontre nationale de l’Association brésilienne de relations internationales (ABRI), Belo Horizonte, 29-31 juillet 2015.

Ortega Orozco Adriana, Les Expositions d’art mexicain dans l’espace transnational : circulations, médiations et réceptions (1938-1952-2000), thèse de doctorat en histoire, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, 2016.

Pita González Alexandra, Educar para la paz: México y la cooperación intelectual internacional (1922-1948), Mexico, Secretaría de Relaciones Exteriores/Dirección General del Acervo Histórico Diplomático, 2014.

Renouvin Pierre, « Les forces profondes », in Pierre Renouvin et Jean-Baptiste Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris, Armand Colin, 1991, p. 5-282.

Rodríguez A. Isabel et Leiva Van de Maele Diego, « El soft power en la política exterior de China: consecuencias para América Latina », Polis, n° 35, 2013.

Rodríguez A. Isabel et Shouguo Yang (dir.), La diplomacia pública de China en América Latina: lecciones para Chile, Santiago du Chili, RiL Ed., 2013.

Rojas Aravena Francisco et Beirute Brealey Tatiana (dir.), América Latina y el Caribe: nuevas formas de cooperación. Las dimensiones Sur-Sur, Buenos Aires, Teseo/Flacso/Fundación Carolina, 2011.

Rosales V. Osvaldo, Keiji Inoue et Mulder Nanno, « Rising Concentration in Asia-Latin America Value Chains: Can Small Firms Turn the Tide? », LC/G.2642-P, Cepal, juin 2015.

Santiso Javier (dir.), The Visible Hand of China in Latin America, Paris, Centre de développement de l’OCDE, 2007.

Scoones Ian, Cabral Lídia et Tugendhat Henry, « China and Brazil in African Agriculture », IDS Bulletin, vol. 44, n° 4, 2013.

Silva Ramos Becard Danielly, O Brasil e a República Popular da China: política externa comparada e relações bilaterais (1974-2004), Brasilia, Funag, 2008.

Sousa Kraychete Elsa et Milani Carlos R. S. (dir.), Desenvolvimento e cooperação internacional: relação de poder e política dos Estados, Salvador, Edufba, 2014.

Suppo Hugo R., « A dimensão cultural da política externa brasileira nos anos trinta », Sociedade Brasileira de Pesquisa Histórica, Anais da XXII Reunião, Rio de Janeiro, 2002, p. 335-343.

Telles Ribeiro Edgard, Diplomacia cultural: seu papel na política exterior brasileira, Brasília, Fundação Alexandre Gusmão, IPRI, 1989.

Torre Augusto de la, Didier Tatiana, Ize Alain, Lederman Daniel et Schmukler Sergio L., « América Latina y el ascenso del Sur: nuevas prioridades en un mundo cambiante », Banque mondiale, 2015.

Urcuyo Constantino, « La présence chinoise en Amérique latine », Les Études du CERI, n° 198-199, Latin American Political Outlook, 2013, p. 8-11.

Vizentini Paulo Fagundes, Relações internacionais do Brasil : de Vargas a Lula, São Paulo, Ed. Fundação Perseu Abramo, 2003.

Wenjie Zhu, « El proyecto Instituto Confucio en América Latina: un caso de diplomacia cultural », mémoire de magister en études internationales, Santiago, Instituto de Estudios Internacionales, Universidad de Chile, 2014.

Yankelevich Pablo, Miradas australes: propaganda, cabildeo y proyección de la Revolución Mexicana en el Río de la Plata (1910-1930), Mexico, INEHRM-SER, 1997.

Haut de page

Notes

1 La public diplomacy désigne l’ensemble des dispositifs (culturels, scientifiques, éducatifs et de développement) mis en œuvre pour séduire les publics étrangers. La diplomatie culturelle est en somme une dimension de la diplomatie publique. De plus, dans la diplomatie publique, il n’est pas question de relations horizontales entre gouvernements, mais bien de création de liens asymétriques entre un gouvernement et un public étranger.

2 Pour une étude des origines et développements du terme et de la pratique de la diplomatie publique, cf. [Malone, 1998].

3 Des organisations internationales se penchent annuellement sur l’évolution de la coopération Sud-Sud, tels le Segib (Secrétariat général ibéro-américain) avec son Informe de la cooperación Sur-Sur en Iberoamérica ou le Secrétariat général de l’ONU avec L’État de la coopération Sud-Sud. Quant aux travaux institutionnels, nous pouvons citer les analyses, notamment dans le domaine agricole, de l’Institute of Development Studies, mais aussi des initiatives locales comme Articulação Sul, une organisation civile brésilienne. Cf. Costa Leite et al. [2014] ; Scoones, Cabral et Tugendhat [2013].

4 L’Inter-American Dialogue, en association avec le groupe de recherche de Kevin P. Gallagher, propose une base de données interactive sur les accords financiers signés entre la Chine et les pays latino-américains : http://www.thedialogue.org/map_list/

5 Cf. http://www.redalc-china.org/#

6 Au moment de la rédaction de cette introduction, plusieurs travaux se trouvent de fait en cours de préparation. Parmi les principales publications d’ores et déjà disponibles, nous pouvons mentionner : Zhu Wenjie [2014] ; Isabel Rodríguez A. et Yang Shouguo [2013] ; Isabel Rodríguez A. et Diego Leiva Van de Maele [2013] ; Liljana Arsovska [2013].

7 Cf. http://english.hanban.org/node_10971.htm

8 Brésil, 8 ; Mexique, 5 ; Pérou, 4 ; Colombie, 3 ; Argentine, 2 ; Chili, 2 ; Bolivie, 1 ; Costa Rica, 1 ; Cuba, 1 ; Équateur, 1 ; Guyana, 1 ; Jamaïque, 1 ; Trinidad et Tobago, 1.

9 Chili, 6 ; Brésil, 2 ; Colombie, 1 ; Équateur, 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élodie Brun, Juliette Dumont et Camille Forite, « Introduction », Cahiers des Amériques latines, 80 | 2015, 15-29.

Référence électronique

Élodie Brun, Juliette Dumont et Camille Forite, « Introduction », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 80 | 2015, mis en ligne le 21 juillet 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://cal.revues.org/4132

Haut de page

Auteurs

Élodie Brun

Élodie Brun est enseignante-chercheuse au Centre d’études internationales du Colegio de México. Titulaire d’un doctorat en science politique, spécialisation relations internationales (Sciences-Po Paris), ses recherches portent sur les relations Sud-Sud, les politiques étrangères de l’Amérique latine et les réformes du système international. Elle a notamment publié Les Relations entre l’Amérique du Sud et le Moyen-Orient (L’Harmattan, 2008) et coordonné un numéro de la revue Foro internacional sur les pays du Sud dans les enceintes multilatérales (El Colegio de México, n° 223, 2016).

Articles du même auteur

Juliette Dumont

Juliette Dumont est docteure en histoire (université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) et maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’IHEAL-Creda. Elle travaille sur l’Amérique latine dans les relations culturelles internationales au xxe siècle, et notamment sur les diplomaties culturelles de l’Argentine, du Brésil et du Chili. Ses recherches actuelles portent sur le panaméricanisme dans ses dimensions culturelle et éducative. Elle a publié une dizaine d’articles et un ouvrage (L’Institut international de coopération intellectuelle et le Brésil (1924-1946) : le pari de la diplomatie culturelle, Éd. de l’IHEAL, 2009).

Camille Forite

Camille Forite est docteure en science politique de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ses recherches portent sur la politique étrangère du Venezuela de Hugo Chávez en Afrique, à propos de laquelle elle a notamment publié l’ouvrage Chávez et l’Afrique : dix ans de politique extérieure vénézuélienne (Éd. de l’IHEAL, 2011).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org