Navigation – Plan du site
Dossier. Mouvements sociaux et espaces locaux

Une action locale à portée transfrontalière. Le Colectivo Chilpancingo à Tijuana, Mexique

Luis López Aspeitia
p. 57-72

Résumés

L’objectif de cet article est d’analyser l’enjeu et la portée d’une action collective qui a eu lieu à Tijuana, ville frontalière entre le Mexique et les États-Unis. Cette mobilisation met en lumière la capacité d’action des populations pauvres face aux effets pervers de la globalisation ainsi que la place du local dans les mouvements qui portent leur action à une échelle transnationale. La manière dont ce groupe de femmes, ex-ouvrières des maquiladoras et activistes, parvient à imputer une responsabilité au gouvernement des États-Unis pour les agissements d’une entreprise privée représente une stratégie de publicisation novatrice. Elle consiste à construire un public à la fois local et transnational, en même temps qu’à produire un récit où des questions liées à l’environnement se mêlent aux problèmes d’intégration économique de l’Amérique du Nord et d’industrialisation de la frontière. Au cœur de ce mouvement se trouve ainsi la construction de la frontière comme territoire partagé, espace local traversé par deux nations dans lequel agissent forces et acteurs nationaux et globaux.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

frontera, acción colectiva, mujeres

Index géographique :

Mexique, Tijuana
Haut de page

Texte intégral

1C’est un dimanche ensoleillé, comme il est habituel à Tijuana en mai. Les résidents d’un quartier pauvre de la ville sont à la fête. Une grande fierté se lit sur leurs visages. Leur humble quartier, Ejido Chilpancingo, accueille les représentants des pouvoirs politiques du Mexique et des États-Unis pour la signature d’un accord que le maître de cérémonie n’hésite pas à qualifier « d’historique ». Pour la première fois dans l’histoire de l’ALENA, un gouvernement, en l’occurrence celui des États-Unis, se voit obligé de reconnaître sa responsabilité dans des actes perpétrés par une entreprise privée. Les autorités signent l’accord puis c’est au tour des représentants du quartier, Lourdes Lujan et Yesenia Palomares. Lors des discours, Lourdes réclame plus d’attention des gouvernements aux problèmes liés à la pollution des entreprises, car « Tijuana n’est la poubelle de personne ».

  • 1 « Maquilopolis, ville des usines ». Réalisé en 2005 par Vicky Funari et Sergio de la Torre, le docu (...)

2Cette scène fait partie du film « Maquilapolis »1, réalisé par une dizaine d’ouvrières et d’ex-ouvrières sous la direction de Vicky Funari, une vidéaste nord-américaine. Dans le film, les activistes racontent l’histoire du mouvement, leurs principales problématiques, notamment la fermeture du site de l’entreprise « Metales y Derivados », et le refus du propriétaire et de l’État mexicain d’entamer le nettoyage du terrain où des milliers de tonnes de déchets toxiques sont entreposés. Grâce aux actions d’un groupe de femmes au foyer en collaboration avec une ONG de San Diego, les gouvernements mexicain et états-unien ont été contraints de proposer une solution aux habitants du quartier.

  • 2 Les maquiladoras sont des usines filiales ou sous-traitantes des multinationales qui ont été déloca (...)

3Des exemples de pollution provoquée par les industries maquiladoras2, la frontière en connaît des dizaines. Des enfants nés avec des malformations dues à la pollution des entreprises proches de quartiers densément peuplés se comptent par milliers et les procès, quand il y en a, se soldent pour la plupart par l’acquittement des entreprises. Pourquoi dans le quartier Ejido Chilpancingo les autorités ont-elles reconnu leur responsabilité ? Quelles stratégies les habitants ont-ils suivies pour imposer le nettoyage du site pollué ?

4Je suis entré en contact avec Lourdes, Yesenia et les autres membres du Colectivo Chilpancingo, une association de résidents d’Ejido Chilpancingo, le quartier de Tijuana le plus affecté par la pollution des maquiladoras lorsque j’enquêtais sur les conditions de travail dans les usines d’assemblage. Leur histoire confirme les stéréotypes les plus répandus quant à la brutalité avec laquelle les entreprises d’assemblage bafouent les droits élémentaires non seulement des travailleurs, mais aussi des résidents des quartiers avoisinant les parcs industriels. Mais elle est aussi révélatrice des transformations de l’action collective face aux conséquences de ces façons de faire.

  • 3 Je reprends ici la notion de public et de publicisation développée par John Dewey [2003] pour qui l (...)

5Je voudrais, dans cet article, analyser la mise en place d’une action locale dont les destinataires se trouvent dans un contexte transfrontalier. Je me concentrerai sur les stratégies suivies par le mouvement afin de publiciser3 leur revendication auprès d’un public transnational, notamment à travers la création d’un discours qui présente la frontière Tijuana-San Diego comme un espace commun partagé entre deux pays. Je pointerai également les différences de ce type d’action collective, à la fois locale et transfrontalière, vis-à-vis des mouvements urbains classiques au Mexique. Enfin, je m’interrogerai sur le statut du local dans cette mobilisation, l’hypothèse étant que cette inscription territoriale du mouvement, loin d’être une forme de retrait communautaire, représente une porte d’entrée dans la globalisation.

L’histoire : Metales y Derivados

6Le quartier « Ejido Chilpancingo » fut créé en 1940 par des paysans migrants provenant des États du Sud-Est du Mexique qui occupèrent des terrains agricoles adjacents aux rivières « Alamar » et « Tijuana » (voir carte). Jusqu’aux années 1950, cette bourgade était relativement isolée du reste de Tijuana. Mais avec la croissance urbaine, l’enterrement de la rivière Tijuana, la construction de ponts reliant le quartier à la ville et l’installation des maquiladoras dans le parc industriel Otay, le quartier est devenu un lieu de passage obligé pour des milliers de travailleurs. Le quartier compte une population stable de dix mille personnes. Mais, à Tijuana, cela reste relatif. Selon Lourdes et Yesenia, les leaders du Colectivo Chilpancingo, à certaines périodes de l’année, il peut y avoir une population deux ou trois fois plus nombreuse. Bien que la propriété foncière soit régularisée et que des services d’électricité et d’assainissement arrivent à la majorité des maisons, les rues ne sont pas asphaltées et sont couvertes d’une sorte de sable poussiéreux qui provient des lits des rivières. Lorsque la pluie tombe, me dit Lourdes, de véritables rivières d’eau polluée, aux couleurs changeantes, envahissent les rues de Chilpancingo. « Ce n’est pas simplement le fait de la pluie, mais aussi le fait que les maquiladoras profitent de la pluie pour jeter leurs eaux usées. »

7Le conflit qui opposa les habitants de Chilpancingo aux autorités mexicaines et états-uniennes, débuta au milieu des années 1990, quand Metales y Derivados fut sanctionnée par les autorités mexicaines. Il s’agit d’une filiale de New Frontier, une entreprise nord‑américaine chargée du recyclage des résidus toxiques des moteurs automobiles, dont le siège est à San Diego, à moins d’une demi-heure du site de Tijuana. La révision du site réalisée par l’agence fédérale de l’environnement (la Profepa) concluait que l’entreprise respectait seulement deux des quatorze dispositions légales de sécurité et de protection de l’environnement. Mais à la veille de l’entrée en vigueur de l’ALENA, l’affaire fut étouffée. Ce n’est qu’en 1994, sous la pression des voisins de Chilpancingo, que l’entreprise fut finalement fermée. Pendant plus de 20 ans, l’entreprise avait recyclé et enterré des déchets hautement toxiques à moins d’un kilomètre d’une zone densément peuplée sans subir aucune sanction.

8Une fois l’entreprise fermée, ses propriétaires ont laissé derrière eux plus de vingt mille tonnes de matériaux hautement polluants, enterrés ou déposés à ciel ouvert, parmi lesquels de grandes quantités d’arsenic, d’antimoniaux, de plomb, de cadmium et de phosphore (SCCEAN plainte SEN-98-007). Les propriétaires de l’entreprise se sont réfugiés aux États-Unis pour échapper au mandat d’arrêt émis à leur encontre par le gouvernement mexicain. L’entreprise fermée et ses propriétaires en fuite, le gouvernement mexicain n’a pris possession du terrain qu’en 1996, soit deux ans après la fermeture du site. Cependant, et malgré les efforts des habitants du quartier, le gouvernement n’a pas procédé à une relocalisation de la terre polluée. Une étude menée par l’ONG Environmental Health Coalition (EHC), montre que la masse de terre polluée atteint 23 904 tonnes [EHC, 2004].

9En 1996, Lourdes et Yesenia furent contactées par EHC pour réaliser des enquêtes auprès des habitants du quartier afin de mieux connaître l’impact de la pollution. Pour Lourdes, ce fut le début d’un engagement qui aboutit à la formation du Colectivo Chilpancingo Pro Justicia Ambiental.

« Le travail avec l’EHC a commencé en 1996, lorsque j’ai commencé à collaborer avec eux pour faire connaître la problématique de Metales. J’ai commencé deux ans après la fermeture. Pourquoi ? Parce que… moi-même, je ne savais pas que cette usine existait. Je suis allée à la pharmacie et là-bas j’ai vu une annonce où l’on sollicitait des gens pour mener une enquête. J’y suis allée et ils m’ont donné une formation. Cela m’a intéressée surtout parce que j’étais consciente que c’était un risque surtout pour nos enfants. C’est comme ça que j’ai commencé. Et depuis je n’ai pas arrêté d’y participer.  » (Lourdes)

10À l’origine du Colectivo se trouve donc EHC, une ONG environnementaliste basée à San Diego qui dénonce la responsabilité des maquiladoras dans la pollution de la baie de San Diego. EHC est la première organisation pro-justice environnementale qui a accepté de travailler avec des communautés situées du côté mexicain de la frontière, notamment avec le Proyecto Pro Conservación del Cañon del Padre. Elle a été créée en 1980 par un groupe d’écologistes sandieguins. Diane Tarkvorian, l’une des fondatrices, signale que l’objectif de l’association était de faire valoir les droits des habitants à « … vivre, travailler et jouer dans un environnement propre et sain (…) de la région frontalière Tijuana-San Diego jusqu’à la baie de San Diego ».

11Le Colectivo est né d’une intervention étrangère dans le quartier, mais il a rapidement acquis une autonomie par rapport à l’ONG nord-américaine. Lourdes le voit comme un processus d’apprentissage. D’abord la prise de conscience des dangers qui menaçaient son quartier, ensuite l’apprentissage d’un langage scientifique qui permet d’acquérir des compétences et de comprendre les effets de la pollution sur la population. Plus tard, la maîtrise des techniques de mobilisation, du discours médiatique et de la négociation.

« Au début je ne comprenais rien. Je me demandais de quoi ils parlaient. Ils me parlaient d’arsenic, de cadmium et de je ne sais quels autres produits encore. Mais après, avec la formation, j’ai compris ce qu’était l’arsenic et tout ce dont il était composé. Au début, ça a été difficile à comprendre, mais maintenant, je me sens plus sûre de moi et je sais ce que je veux. Maintenant, c’est plus facile pour moi. » (Lourdes)

  • 4 L’anencéphalie est une grave malformation congénitale caractérisée par une formation incomplète du (...)

12Le récit de Lourdes montre les difficultés de l’action collective dans des quartiers pauvres soumis aux effets destructeurs d’une industrialisation accélérée et au manque de planification urbaine. Depuis les années 1980, le quartier avait déjà présenté des cas d’anencéphalies4, dues aux quantités de plomb trop élevées dans le sang. Mais ni les autorités, ni les médias n’y avaient prêté attention. Les habitants eux-mêmes n’avaient pas connaissance des risques encourus du fait d’être situés près de l’usine polluante. Pour les militantes du Colectivo c’est d’abord un travail d’information à propos des risques pour les habitants du quartier qui a donné sens à l’action collective.

« Nous avons commencé à faire des réunions d’information tous les quinze jours, pour que les gens sachent où nous en étions. La plupart du temps, nous n’avancions pas et donc nous n’informions pas. Cela démoralisait notre communauté. Mais ces réunions ont été utiles pour nous rapprocher des voisins. À partir de ces réunions, la communauté elle-même a commencé à nous demander de nous occuper aussi d’autres choses, de nous occuper des ordures, des inondations, des rues… Nous avons donc commencé à faire aussi de la représentation du quartier auprès de la mairie. C’est comme ça que le Colectivo s’est formé en 2002. » (Yesenia)

  • 5 L’équivalent des associations de la loi 1905 en France.

13En 2002, le Colectivo s’est constitué en une association civile5 à l’initiative de cinq activistes qui, une fois les enquêtes terminées, se sont aperçus des dégâts causés par l’usine Metales et Derivados. Vint ensuite une série de mobilisations pour dénoncer l’impunité dont avait joui le responsable de l’entreprise et l’absence d’intervention des autorités. La cible principale de leurs protestations fut le gouvernement mexicain, notamment la Profepa, qui refusa de répondre à la demande d’assainissement du site. Leurs protestations ne se limitèrent cependant pas au côté mexicain. Parallèlement, le Colectivo et EHC poussèrent les associations civiles sandieguines à protester contre la passivité des autorités nord-américaines et contre le propriétaire de l’usine. Yesenia me commenta la double stratégie de protestation suivie par le Colectivo :

  • 6 Bien que les pèlerinages aient une connotation fondamentalement religieuse – même au Mexique – j’ut (...)

« Pour nous, c’était très clair. Nous protestions contre le propriétaire de l’usine à San Diego parce que nous savions où il habitait et nous voulions le discréditer. Mais aussi, nous protestions contre le gouvernement mexicain. Nous avons fait des marches, des pèlerinages6, des marathons de protestation. Nous avions deux adversaires : le gouvernement mexicain et le propriétaire de l’usine. »

14Pour les militants, le fait d’habiter à la frontière est à la fois l’origine de leurs maux et la ressource principale pour leur action. C’est l’origine de leurs problèmes car la frontière, particulièrement à Tijuana, subit les effets de l’introduction massive d’entreprises multinationales, phénomène initié dans les années 1960 mais qui s’est généralisé après la mise en place de l’ALENA [Lopez, 2007]. La frontière est aussi une « ressource » que les habitants peuvent mobiliser. Magdalena, une activiste d’EHC qui s’occupe de suivre l’affaire Metales et Derivados, explique ainsi la manière dont la frontière est construite à la fois comme un problème et comme une ressource.

« Tout ça, tout ce dont nous parlons existe parce que nous sommes à la frontière et parce que nous parlons d’une communauté transfrontalière. Nous sommes très liés des deux côtés. Nous travaillons ensemble. Dans nos mobilisations, tu verras toujours des gens des deux côtés essayant de trouver ensemble des solutions aux problèmes. Dans les dernières années, beaucoup d’industries se sont déplacées au centre du pays, mais leurs premiers tests ont été faits à Tijuana. »

15L’idée que la frontière est une région partagée entre deux nations, mais dans laquelle circulent des habitants qui se reconnaissent d’abord comme frontaliers, est constitutive de la formation de Tijuana comme une ville dépendante – économiquement et socialement – de sa voisine nord-américaine [Herzog, 2001, Odgers, 2001 ; Alegria, 1986 ; Vila, 2001, 2007]. Les habitants des deux côtés de la ligne frontalière, non seulement se reconnaissent en tant que résidents d’un espace caractérisé par l’intensité des échanges entre les deux populations, mais ils utilisent la frontière comme une ressource susceptible d’être mobilisée, que ce soit pour des activités quotidiennes ou pour des protestations collectives. Olga Odgers [2001] montre que cette représentation de la frontière est pour les habitants de Tijuana et de San Diego un espace de circulation et une forme d’identification territoriale marquée par les rapports entre les pays et par des forces qui circulent entre les deux nations.

« La ligne frontalière marque la vie des habitants de la région de telle sorte qu’elle devient un lien identitaire. Elle est à l’origine d’une identité frontalière, d’une culture du vis-à-vis. Autrement dit, le localisme de la frontière – parfois très développé – prend racine dans son transnationalisme. Les habitants frontaliers savent bien que leur espace de vie est différent du reste du territoire national. Ils savent que leur ville se caractérise par l’entrée et la sortie de personnes, marchandises et capitaux régulés par des accords multinationaux, ces échanges marquant la région d’un important transnationalisme  : telle est pour eux la particularité de leur quartier » [Odgers, 2001, p. 70].

16La construction du cas « Metales et Dérivados » comme cas « typique » de la situation de la frontière permet de justifier, aux yeux d’un public transfrontalier, l’intervention d’une ONG nord-américaine dans les affaires d’une petite localité comme Ejido Chilpancingo. En jouant sur la proximité territoriale et sur les effets néfastes de la pollution dans les communautés des deux côtés de la frontière, elle rend visibles les problèmes locaux qui, sans cela, seraient occultés par une propagande institutionnelle qui vante les bénéfices de l’industrie maquiladora.

  • 7 L’Environnemental Protection Agency est le bureau responsable de l’instrumentation de la politique (...)

17Pour les habitants comme Lourdes et Yesenia, la manière la plus efficace de manifester leur mécontentement est de traverser la ligne frontalière afin de recevoir le soutien d’habitants de l’autre côté. Selon Yesenia, le problème est local puisqu’il affecte surtout leur quartier, mais il peut atteindre les populations des deux côtés de la frontière. « Nous avons le soutien des gens de San Diego. Nous faisons des rencontres aux États-Unis, nous manifestons face à la maison de Mr. Khan [le propriétaire de l’usine], et nous manifestons face à l’EPA7. Après, ils viennent ici et nous manifestons à la Profeco ou à la mairie. » Malgré les asymétries entre les deux pays, la frontière n’est donc pas un obstacle, mais une ressource.

De la protestation à la négociation

18Les relations entre groupes environnementalistes et habitants des quartiers mexicains sont généralement marquées par une méfiance mutuelle. Avant l’ALENA, les associations à Tijuana n’avaient guère développé d’alliances transfrontalières. Du côté mexicain, les organisations étaient constituées hiérarchiquement et composées par des militants de gauche alliés à des partis politiques (de gauche ou du PRI). Leurs pratiques de pression se réduisaient à l’occupation de terres et à la négociation avec les autorités locales. La grande majorité des organisations urbaines à Tijuana furent cooptées ou démantelées au début des années 1990 [Valenzuela, 1991]. Du côté nord-américain, les syndicats et autres associations civiles étaient réticents à collaborer ouvertement avec des organisations mexicaines perçues soit comme trop radicales, soit comme trop enclines à la corruption.

19Cependant l’entrée en vigueur de l’ALENA a changé les choses. Les associations américaines qui protestaient contre les effets du libre-échange ont commencé à développer des initiatives conjointes avec des organisations mexicaines. Ce fut notamment le cas de la Coalition Pro Justice dans les Maquiladoras (CJM), un réseau qui fédère des associations citoyennes, des syndicats, des organisations communautaires, des associations liées à l’Église et des mobilisations étudiantes au Mexique, aux États-Unis et au Canada. Utilisant les médias comme espace d’action et internet comme moyen de connexion, la CJM a développé un discours portant sur le renforcement des acteurs sociaux des trois pays signataires du traité à partir des stratégies transnationales de mobilisation. Les campagnes coordonnées contre les « usines à sueur » (« sweatshop ») dans les trois pays et les campagnes de dénonciation des injustices commises par les maquiladoras ont donné de la visibilité à la réalité vécue par les travailleurs.

  • 8 Frente Auténtico del Trabajo. Une coalition mexicaine de syndicats indépendants née en 1960 et qui (...)
  • 9 UE est l’abréviation d’United Electrical, Radio and Machine Workers of America, un syndicat indépen (...)

20Les expériences de collaboration entre des organisations de Tijuana et de San Diego se sont alors développées. Les alliances entre le syndicat FAT8 (Mexique) et l’UE9 (États-Unis), la protestation contre l’entrée en vigueur de l’ALENA par la Red Mexicana contra el Libre Comercio (RMALC), le CJM et d’autres associations montrent un intérêt croissant des organisations de la société civile pour un rapprochement de leurs positions. Magdalena Cerda (EHC) m’explique l’importance qu’elle accorde à l’impact de l’ALENA dans le diagnostic de la situation de la frontière.

« Le cas de Metales est un modèle des erreurs du libre-échange. Cette entreprise s’installe grâce au traité, à cause des traités internationaux que le Mexique a signés avec les États-Unis. Pour l’ALENA, on a changé beaucoup de lois mexicaines. La Constitution a changé. Il y a eu des changements au niveau fédéral et au niveau des lois locales ou municipales. Pour permettre aux entreprises de venir et d’investir selon la sécurité qu’elles exigeaient, ils ont profondément modifié les lois. Mais ils n’ont mis dans ces accords, dans ces lois, rien qui permette d’exiger des entreprises le respect des dispositions légales en matière de travail ou de protection de l’environnement. Parce que la loi ne peut pas se limiter à dire que tu as une responsabilité, elle doit aussi dire comment elle va faire pour appliquer cette responsabilité à celui qui viole la loi ou à celui qui commet un crime. Par exemple, aux États-Unis, pour que les entreprises puissent fonctionner, elles doivent payer des impôts environnementaux et cela crée un fonds qui couvre des dégâts ou, comme c’est le cas ici, qui permet de nettoyer des sites toxiques. Mais au Mexique, il n’y a rien de tout ça. Il y a un manque important dans la législation mexicaine. Durant 10 ans, non seulement on n’a pas corrigé cette erreur, mais il y a beaucoup plus de sites pollués similaires à celui de Metales dans tout le pays. »

21Le discours des activistes est plus élaboré que celui des militants de base. Pour Magdalena (EHC), la campagne pour le nettoyage du site Metales et Derivados était une campagne de lutte contre le libre-échange. Pour les militantes du Colectivo, l’objectif était plus limité, mais aussi plus clair : nettoyer le site de Metales, c’était envoyer un message fort à l’encontre des maquiladoras, sans pour autant mettre en cause leur existence, ni celle du libre-échange. Lourdes considère ainsi que la campagne de protestation n’a d’autre but que le nettoyage du site et si elle proteste contre les autorités, elle ne les voit pas comme des ennemis à combattre, mais comme des collaborateurs potentiels.

« Nous voulons le nettoyage du site et une prise de responsabilité de la part du gouvernement mexicain. Nous protestons contre l’EPA, mais nous cherchons une solution ensemble. Si, eux, veulent nous aider pour nous, c’est tant mieux. Nous voudrions qu’ils nous regardent comme une solution et non pas comme un problème. Nous pouvons être des alliés, mais nous exigeons qu’ils assument leur rôle. » (Lourdes)

  • 10 Les rencontres préalables à la signature de l’accord, ont abouti à la création de forums de discuss (...)

22Cette attitude pragmatique est ce qui a permis au Colectivo d’avoir un certain succès dans les médias nord-américains, notamment ceux de San Diego. Leur discours pointant les effets pervers de l’ALENA, bien que critique, ne remet pas en question l’existence des maquiladoras, mais cherche à responsabiliser les différents acteurs face aux méfaits de la globalisation. C’est pour cette raison que leur principale action, en plus des manifestations, fut le dépôt d’une plainte contre les gouvernements du Mexique et des États-Unis auprès des autorités désignées par l’ALENA pour faire face aux effets indésirables du libre-échange10. Ces mécanismes de dépôt de plaintes sont prévus par les pays signataires pour traiter les cas où la responsabilité des pouvoirs publics est engagée. La proposition fut élaborée par EHC, puis validée par les habitants de Chilpancingo et enfin présentée aux autorités par un ensemble d’associations de la société civile des deux côtés de la frontière.

  • 11 Dans les seuls journaux américains, de 1998 à 2002, plus d’une vingtaine d’articles et de reportage (...)

23Dans le cas de Metales et Derivados, une équipe canadienne d’experts en droit et écologie se chargea du dossier. Elle mena trois réunions publiques, entre 1998 et 2004 en présence d’experts, d’activistes et d’habitants. Cela donna aux habitants de Chilpancingo une visibilité que ni les manifestations ni les réseaux d’activistes n’avaient obtenue11.

24La commission chargée de ce cas donna raison aux plaignants et accusa le gouvernement du Mexique d’inaction. Elle proposa l’élaboration d’un plan de récupération des matériaux dangereux qui fut soumis aux différentes parties pour approbation. Pour leur part, le Colectivo et EHC élaborèrent conjointement un plan de déplacement des résidus polluants et d’aménagement du site. En 2002, suite au débat suscité dans les médias frontaliers – notamment à San Diego – et à la couverture de journaux renommés comme The Wall Street Journal (cinq reportages en deux ans), Los Angeles Times (six reportages) et The Washington Post (trois reportages), l’EPA sollicita un crédit afin d’initier les travaux de nettoyage du site.

25Une fois la nécessité d’une intervention publique sur le site de Metales reconnue par les autorités mexicaines et américaines, le débat se porta sur le plan à suivre. Dans un cas comme celui de Metales, les règlements des accords parallèles prévoient que les déchets toxiques doivent être rapatriés dans le pays dont l’entreprise polluante est originaire. Le plan préparé par le gouvernement mexicain ne prévoyait, de son côté, que de recouvrir le site par une couverture en plastique pour empêcher les résidus de s’envoler. Le plan développé par les habitants et EHC proposait plutôt le déplacement des matériaux polluants et leur rapatriement vers les États-Unis. Après de multiples protestations auprès des États-Unis, le Colectivo fut invité à faire partie du Comité d’Assainissement du site de Metales y Derivados et, après deux années de négociations, l’essentiel du plan proposé par le Colectivo fut approuvé.

  • 12 L’Accord de coopération environnementale de l’Amérique du Nord.
  • 13 Commission de Coopération Environnementale.

26Le cas de Metales y Derivados est un exemple des possibilités offertes par l’ACEAN12 pour affronter la négligence des autorités, la corruption des fonctionnaires mexicains et l’irresponsabilité des maquiladoras. Certes, le modèle de pétitions publiques limite les possibilités d’action des organisations sociales. Mais il offre en même temps à ces organisations un forum où dénoncer les effets du libre-échange. Du point de vue des membres du Colectivo Chilpancingo, l’ACEAN et la CCE13 ne sont pas vus comme une solution aux problèmes environnementaux de la frontière. Ils sont perçus comme des fenêtres pour rencontrer des publics, tels que les lecteurs des journaux ou les spécialistes environnementaux ainsi à leur portée. C’est une opportunité pour alerter un nouveau public et apparaître aux yeux de la presse nord-américaine comme un groupe « responsable » et non radical. Ce souci de l’image du groupe sera essentiel dans sa présentation auprès du public nord-américain.

Une action locale à portée transfrontalière

27Je suis arrivée la première fois au Colectivo une année après la signature de l’accord pour le nettoyage et l’aménagement du site de Metales. Yesenia me raconte son histoire avec beaucoup de fierté et termine en disant « Qui aurait cru que de simples femmes au foyer soient capables de faire peur aux politiciens et aux bureaucrates ? Mais nous l’avons fait ! ». Le sens de l’action de Colectivo s’exprime bien dans cette phrase : la lutte du faible face au puissant, des pauvres face aux riches, de la communauté face aux multinationales.

28À la différence d’autres organisations urbaines de Tijuana, les membres du Colectivo ne se définissaient pas en termes politiques. Leur but n’était pas de mener une lutte partisane, mais de faire face à une émergence sanitaire. Pour cette raison, leur discours se centre sur la dimension transfrontalière du phénomène, sur la définition de leur lutte comme une question de justice environnementale et sur l’importance du local. Ces trois aspects constituent le cadre symbolique autour duquel se structure leur action collective. Ils orientent l’action et constituent le récit de présentation face aux différents publics mobilisés.

29« Dans le cas de Metales, m’explique Magdalena Cerda, les produits chimiques traversent la frontière pour être recyclés. Une fois jetés à la rivière, ils ne restent pas à Tijuana, ils retournent par la rivière vers la baie de San Diego. C’est comme ça que se ferme le cycle de la frontière ». La stratégie suivie par les membres du Colectivo auprès des médias nord-américains fut de présenter leur expérience comme un exemple des abus des maquiladoras à Tijuana. Échappant à la justice mexicaine, les propriétaires de l’usine utilisent la frontière comme un bouclier. Les membres du Colectivo pointèrent l’attention des publics sur cet usage de la frontière : elle est poreuse pour les produits dangereux, elle est bloquée pour la justice. En même temps, pointant le fait que les déchets retournent de toute manière de l’autre côté de la frontière par les rivières, les membres du Colectivo Chilpancingo cherchaient à engager leur public transfrontalier non seulement comme spectateur mais aussi comme interlocuteur potentiellement affecté.

30Les membres du Colectivo réussirent à combiner une protestation très suivie dans les médias locaux et nationaux aux États-Unis et une négociation avec les autorités fédérales du Mexique. Plus leur cas était suivi aux États-Unis, plus la pression était forte sur le gouvernement mexicain. La publication dans le Washington Post du 16 février 2003 d’un reportage où l’auteur faisait état des graves anomalies de l’entreprise et des graves conséquences sur la santé des habitants de Chilpancingo (notamment des cas d’anencéphalies, des niveaux trop élevés de plomb dans le sang, des inégalités environnementales) finit par faire pression sur les autorités mexicaines qui étaient pointées du doigt comme responsables dans les conclusions présentées par les experts de l’ACEAN. En réponse, le gouvernement mexicain décida de proposer un programme de nettoyage du site.

31La constitution d’un public transfrontalier fut possible parce que le Colectivo fut en mesure de créer un récit engageant les deux côtés de la frontière dans un destin et un espace communs. Les médias américains, où fut principalement réalisée la campagne menée par le Colectivo et EHC, furent plus sensibles à la problématique du quartier Chilpancingo. Il est évident que la majorité des spectateurs des journaux télévisés, des émissions de radio et les lecteurs des journaux ne savaient pas où se trouvait Chilpancingo à Tijuana, mais la perspective d’une pollution de la baie de San Diego mobilisa l’intérêt et l’attention sur ces cinq petites femmes au foyer et leurs voisins.

32Les risques de pollution des deux côtés de la frontière ne suffisaient pas à eux seuls à mobiliser des opinions favorables à la cause du Colectivo. Un autre élément joua en leur faveur : la présentation publique du « cas » de Metales comme exemple d’injustice environnementale. Autrement dit, en présentant leur cas comme un exemple flagrant d’injustice, leur récit rejoignit les discours utilisés par les mouvements urbains américains et le langage utilisé par les médias. Tandis qu’au Mexique, la notion d’injustice environnementale n’a guère d’écho, aux États-Unis, elle est centrale pour définir l’agenda des mouvements locaux.

33La notion de justice environnementale fut développée durant les années 1980 par des mouvements de minorités urbaines pour protester contre les inégalités sociales et raciales qui se traduisaient par une exposition inégale aux dangers de la pollution et à l’accès inégal à l’information concernant les risques environnementaux [Capek, 1999 ; Schlosber, 2003]. Aux États-Unis, le mouvement fut porté par les organisations noires qui dénonçaient le caractère raciste des politiques de la ville qui exposaient les communautés noires à plus de risques que les autres. Le discours autour des injustices environnementales fut vite repris par d’autres associations qui se battaient contre les effets négatifs du libre-échange. Aujourd’hui, le réseau le plus important – le Centre pour la Santé, l’environnement et la justice (CHEJ en anglais) – fédère plus de 800 organisations qui vont des groupes contre l’installation de dépôts de déchets toxiques aux groupes contre les industries polluantes, en passant par les antinucléaires, anti-pesticides et anti-OGM.

34EHC fait partie de ces réseaux. Elle est née en tant qu’organisation qui lutte contre les injustices environnementales à la frontière Tijuana-San Diego, mais elle milite aussi contre le traité de libre-échange. Le cas de Metales a été à la base d’une bataille contre les maquiladoras et plus tard, contre le libre-échange. Ce discours commence à avoir un écho dans les mouvements environnementalistes mexicains jusqu’alors réticents à l’intervention d’agents étrangers. La notion de justice environnementale prend place peu à peu dans l’action collective mexicaine principalement dans la zone frontalière [Alfie, 1998 ; Verduzco, 2001]. Dans le cas du Colectivo le fait de se présenter comme des victimes d’une injustice environnementale a permis aux médias nord-américains et aux réseaux d’activistes de les percevoir en des termes qui leur étaient familiers.

35La dimension du local se trouve au centre de l’action du Colectivo. Elle apparaît non seulement comme le théâtre de leur action, mais aussi comme l’une de ses principales ressources. L’appartenance au quartier légitime l’action des militantes qui se revendiquent comme « natives ». Mais c’est aussi leur expérience en tant qu’ouvrières et en tant que femmes au foyer qui donne une autre légitimité à leurs demandes. Pour les membres du Colectivo, le local n’est pas une barrière derrière laquelle elles se barricadent pour lutter contre la globalisation et le libre-échange. Au contraire, ceux-ci n’apparaissent pas comme une menace mais comme une opportunité pour l’action. L’expérience du Colectivo montre que la montée de la globalisation ne signifie pas nécessairement l’écrasement de la capacité des acteurs à agir dans leurs sphères.

36Le cas du Colectivo reflète plus largement une mutation dans le comportement des mouvements urbains au Mexique. Traditionnellement, ceux-ci émergeaient comme une réponse sociale à des problématiques locales mais leur succès les faisait rapidement entrer dans l’arène politique afin de faire monter leurs revendications jusqu’au système politique. Dans la plupart des cas, leurs dirigeants rejoignaient les bureaux des partis politiques. Les militantes de Chipancingo n’ont jamais envisagé de s’engager dans les partis politiques. Au lieu d’investir la scène politique, elles cherchent à se maintenir au niveau de leur quartier. Quand j’ai demandé à Lourdes Lujan quelle était la prochaine étape de leur lutte, une fois obtenue la réparation des dégâts de Metales, elle m’a répondu : « Nous ne voulons pas de la politique. Nous restons dans le quartier. Il nous reste beaucoup à faire ici ».

Conclusion

37Le géographe David Harvey [2004] a récemment utilisé la notion de « particularisme militant » pour désigner l’émergence d’un nouveau type de mouvement urbain qui se caractérise par la délimitation spatiale de leur conflit tout en affichant une volonté de participer à la politique de la ville. Le particularisme militant se constitue comme une forme d’action ancrée dans l’espace. Cette spatialisation de l’action a comme conséquence le renforcement des identités et des rationalités locales par rapport à des problématiques définies de plus en plus en termes globaux. À la vieille devise « penser globalement, agir localement », ils opposent au contraire l’impératif de « penser localement et agir globalement ». Le Colectivo Chilpancingo semble appartenir à ce nouveau type d’acteur qui privilégie la négociation sur la confrontation, l’information sur l’idéologisation, l’action locale sur la politique partisane. Certes, la portée de leur engagement semble par moments plus symbolique que concrète, mais cette dimension symbolique est assumée. Les femmes du Colectivo revendiquent leur enracinement local comme une manière de contribuer à la production de la ville, à la justice et à la transformation des communautés. Et elles le font à partir de leur condition de femmes et d’ex-ouvrières.

38L’enseignement que l’on peut tirer de l’expérience de tels mouvements urbains est que, s’ils ne sont pas suffisants pour faire face aux conséquences négatives de la globalisation, les espaces institutionnels offerts par l’intégration économique peuvent néanmoins servir de tremplin pour mener des campagnes de pression susceptibles d’avoir des résultats positifs dans des communautés locales.

39Cela signifie-t-il qu’il y a un renouvellement de l’action collective à la frontière ? Je pense que l’exemple du Colectivo Chilpancingo, malgré toutes ses limites, montre une voie de recomposition des actions collectives. L’aptitude des organisations des deux côtés de la frontière à mener une lutte coordonnée peut servir d’exemple à d’autres acteurs collectifs. En même temps, je ne peux que souligner les énormes défis auxquels sont confrontées ces actions locales. En premier lieu le caractère limité de leur action car c’est souvent le quartier qui est l’objet de l’intervention au détriment d’un projet global de la ville. Il y a aussi une grande précarité dans l’organisation et une dépendance à l’égard du partenaire américain pour les ressources et les initiatives. Le Colectivo Chilpancingo n’aurait pas pu se développer ni avoir accès aux médias et aux autorités des États-Unis (comme l’EPA) sans le soutien de l’EHC qui a fourni les moyens financiers nécessaires à la mise en place des programmes de détection du plomb.

40Les expériences des habitants de Chilpancingo montrent néanmoins la gestation de nouvelles formes d’action collective qui se centrent sur la création d’alliances transfrontalières. Ces dernières reflètent le changement des représentations sociales sur la frontière. Celle-ci n’apparaît plus comme une forme de séparation entre les deux pays et entre les deux populations mais comme un espace commun, confronté aux mêmes défis et aux mêmes dynamiques. Cela ne signifie pas que les habitants de la frontière ne sont pas conscients des énormes différences entre les deux pays. Cependant, dans ces rapports s’ouvrent des pistes nouvelles pour des actions susceptibles de relier des communautés à des processus globaux qu’elles ne peuvent contrôler mais qui les affectent profondément.

Haut de page

Bibliographie

Alegría Tito, Desarrollo urbano en la frontera México Estados Unidos : una interpretación y algunos resultados, México, Consejo Nacional para la Cultura y las Artes, 1992.

Alfie Miriam, Y el desierto se volvió verde. Movimientos ambientalistas binacionales, México, Uam-A, UIA et Eón Editores, 1998.

Alfie Miriam, Examen de un riesgo compartido : maquila y movimientos ambientalistas, México, Uam-A, Conacyt et Eón editores, 2000.

Brecher Jeremy, Costello Tim (éd.), Building bridges : the emerging grassroots coalition of labor and community, New York, Monthly Review Press, 1990.

Capek Stella, "Environmental justice, regulation, and the local community", International Journal of Health Services, 22 (4), 1992, p. 729-746.

Capek Stella, "The 'environmental justice' frame : a conceptual discussion and an application", Social Problems, 40, 1993, p. 5-24.

Dewey John, Le public et ses problèmes, Pau, Éditions Farrago/Université de Pau, 2003.

Guarnizo Luis Eduardo, Smith Michael P. (éd.), Transnationalism from below, New Brunswick, London, Transaction Publishers, 1999.

Harvey David, The condition of postmodernity, An enquiry into the origins of cultural change, Cambridge, Mass, Blackwell, 1990.

Hertel Shareen, “Una contienda acotada : la defensa transnacional de los derechos laborales de las mujeres en las maquiladoras de México”, Región y Sociedad, XV (26), 2003, p. 150-191.

Herzog Lawrence A., From Aztec to high tech. Architecture and landscape across the Mexico-United States border, Baltimore and Londres, The John Hopkins University Press, 1999.

Kearney Michael, "The local and the global : the anthropology of globalization and transnationalism", Annual Review of Anthropology, 24 (1), 1995, p. 547-65.

Kennedy Paul, Roudometof Victor (éd.), Communities across borders. New immigrants and transnational cultures, New York London, Routledge, 2002.

Odgers Olga, Identités frontalières, Immigrés mexicains aux États-Unis, Paris, L’Harmattan, 2001.

Schlosberg David, "The justice of environmental justice : reconciling equity, recognition, and participation in a political movement", in Light Andrew, de Shalit Avner, Moral and political in environmental practice, Cambridge-London, The MIT Press, 2003, p. 85-106.

Schurtman Monica, “"Los Ljonkeados" and the NAALC : the autotrim/custimtrim case and the implications for submissions under the NAFTA labor side agreement”, Arizona Journal of International and Comparative Law, 22 (2), 2005, p. 296-388.

Staudt Kathlee, Coronado Irasema, Fronteras no más : toward social justice at the US-Mexico border, New York, Palgrave Macmillan, 2002.

Valenzuela José Manuel, Empapados de sereno. El movimiento urbano popular en Baja California (1928-1988), Tijuana BC, El Colegio de la Frontera Norte, 1991.

Verduzco Basilio, “Contribuciones del ambientalismo a la movilización de la sociedad civil : un modelo interpretativo de la experiencia en la frontera México-Estados Unidos”, Región y Sociedad, XII (22), El Colegio de Sonora, 2001.

Vila Pablo, Crossing Borders, Reinforcing Borders. Social Categories, Metaphors and Narrative Identities on The US-Mexico Frontier, Austin, University of Texas Press, 2001.

Vila Pablo, Ethnography at the border, Minneapolis-London, University of Minnesota Press, 2004.

Haut de page

Notes

1 « Maquilopolis, ville des usines ». Réalisé en 2005 par Vicky Funari et Sergio de la Torre, le documentaire est tiré des enregistrements réalisés pas les ouvrières elles-mêmes.

2 Les maquiladoras sont des usines filiales ou sous-traitantes des multinationales qui ont été délocalisées à la frontière Mexique-États-Unis depuis les années 1960. Elles sont appelées « maquilas » en raison de leur statut d’entreprises d’assemblage qui jouissent d’un régime douanier spécial leur permettant d’introduire des composants et d’exporter des produits manufacturés sans avoir à payer de taxes.

3 Je reprends ici la notion de public et de publicisation développée par John Dewey [2003] pour qui le public n’est réductible ni à une institution (l’opinion publique) ni à un ensemble de valeurs. Le public est avant tout porté par l’action et par les conséquences de l’action. Il est produit par la quête de visibilité d’une problématique, par le besoin de légitimer des causes, par la recherche de solutions à une demande quelconque. En tant que tel, le public impose aux acteurs des règles d’interlocution et de présentation, mais il leur permet de redéfinir leurs stratégies d’action, ainsi que leurs objectifs. Il impose des contraintes mais offre des ressources.

4 L’anencéphalie est une grave malformation congénitale caractérisée par une formation incomplète du « tube neural », et donc un cerveau partiellement constitué. Les enfants meurent quelque temps après la naissance.

5 L’équivalent des associations de la loi 1905 en France.

6 Bien que les pèlerinages aient une connotation fondamentalement religieuse – même au Mexique – j’utilise cette expression pour traduire « peregrinaciones » car c’est bien le sens que les membres du Colectivo donnaient à leurs manifestations. Il s’agissait de marches avec des icônes religieuses (notamment la Vierge de Guadeloupe) afin de produire un impact sur les médias locaux de San Diego.

7 L’Environnemental Protection Agency est le bureau responsable de l’instrumentation de la politique environnementale du gouvernement des États-Unis.

8 Frente Auténtico del Trabajo. Une coalition mexicaine de syndicats indépendants née en 1960 et qui s’est opposée à la signature de l’ALENA. Elle fut l’une des premières formations syndicales à promouvoir la création d’Alliances avec des syndicats des États-Unis.

9 UE est l’abréviation d’United Electrical, Radio and Machine Workers of America, un syndicat indépendant non affilié au puissant AFL-CIO qui compte 35 000 membres.

10 Les rencontres préalables à la signature de l’accord, ont abouti à la création de forums de discussion publique où les activistes ont pu manifester leur opposition au traité. L’Accord de coopération environnementale de l’Amérique du Nord (Acean) est le fruit de ces pressions et fut créé à l’initiative des gouvernements des États-Unis et du Canada. L’ACEAN prévoyait la création de deux instances pour le renforcement de la protection de l’environnement : la Banque pour le Développement de l’Amérique du Nord (Bdan) et la Commission de Coopération Écologique (Cce) [Alfie, 1998].

Le Cce est composé de trois instances : un Conseil des Ministres constitué des ministres de l’environnement des trois pays ; un Secrétariat composé d’un directeur exécutif et d’un groupe de spécialistes des trois pays, chargé d’élaborer les programmes de travail, les reports sur l’état de l’environnement et d’analyser les pétitions citoyennes. Enfin, un troisième échelon est constitué d’un Comité consultatif formé de citoyens (15) des trois pays.

Les chapitres 14 et 15 de l’Acean permettent aux citoyens de porter plainte quant à la responsabilité des gouvernements par action ou par omission, en accord avec les termes établis par l’Acean. Une fois la plainte déposée auprès du Secrétariat, celui-ci délibère si elle est conforme aux critères qu’établissait l’Acean. Comme dans le cas des accords parallèles sur le travail, lorsqu’une pétition citoyenne est présentée contre un gouvernement, le Secrétariat instruit une équipe de travail composée d’experts des deux autres pays. Entre 1995 et 2004, 44 pétitions citoyennes ont été présentées. La moitié d’entre elles furent présentées contre le gouvernement mexicain : 14 furent présentées contre le gouvernement canadien et huit contre celui des États-Unis.

11 Dans les seuls journaux américains, de 1998 à 2002, plus d’une vingtaine d’articles et de reportages furent publiés.

12 L’Accord de coopération environnementale de l’Amérique du Nord.

13 Commission de Coopération Environnementale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luis López Aspeitia, « Une action locale à portée transfrontalière. Le Colectivo Chilpancingo à Tijuana, Mexique », Cahiers des Amériques latines, 66 | 2011, 57-72.

Référence électronique

Luis López Aspeitia, « Une action locale à portée transfrontalière. Le Colectivo Chilpancingo à Tijuana, Mexique », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 66 | 2011, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/402 ; DOI : 10.4000/cal.402

Haut de page

Auteur

Luis López Aspeitia

Luís López Aspeitia est sociologue. Chercheur au Centre d'analyse et d'interventions sociologiques (CADIS-EHESS) et membre du RT21 « Mouvements sociaux » de l'Association française de sociologie, il enseigne à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-La Villette. Il a récemment publié « Identidades en la línea. Maquiladoras y figuras de la feminidad en la frontera norte de México », (Revista Mexicana de Sociología, vol.  72, n° 4, oct.-déc. 2010).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org