Navigation – Plan du site
Dossier. Mouvements sociaux et espaces locaux

Le réinvestissement de l’espace local par les mouvements mexicains : refuge après les impasses politiques ou creuset d’une nouvelle culture politique ?

Geoffrey Pleyers
p. 39-55

Résumés

Au cours de la première décennie du xxie siècle, de nombreux mouvements sociaux mexicains ont focalisé leur action sur le niveau local. Cet article souligne deux facteurs qui ont favorisé cette évolution : les impasses politiques liées à la fermeture du système politique aux revendications de nombreux secteurs sociaux et le renforcement d’une culture qui conçoit le changement social à partir de l’échelle locale. La seconde partie de l’article souligne l’impact que peuvent avoir ces mouvements locaux sur l’amélioration de la qualité de vie de leurs membres et des habitants de ces communautés pour ensuite pointer certaines limites inhérentes à la culture politique dans laquelle s’inscrivent la plupart de ces mouvements.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

movimientos sociales, autonomía

Index géographique :

Mexique
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Décennie qui correspond au Mexique à l’arrivée à la présidence du Parti d’Action Nationale (PAN) ap (...)
  • 2 Cet article se base sur l’évolution récente des mouvements ruraux. Certaines dynamiques semblables (...)

1Au cours de la première décennie du xxie siècle1, de nombreux mouvements sociaux mexicains ont choisi de focaliser leur action sur le niveau local, aux dépens du niveau national qui fut au cœur de la culture politique dominante et des contestations sociales du Mexique du xxe siècle. Cette évolution se lit dans les trajectoires récentes de nombreux mouvements indigènes, mais aussi de mouvements ruraux et de certains acteurs urbains2. Cet article met en évidence deux facteurs qui ont favorisé ce regain d’intérêt pour l’espace local. Le premier relève de la structure d’opportunité politique et de la transformation de la culture politique de l’élite au pouvoir, devenue très peu sensible aux mobilisations sociales. Le second est lié à une transformation de la culture politique des acteurs sociaux contestataires. Un nombre croissant d’entre eux voient en effet dans l’espace local, les relations communautaires ou de voisinage et les actes quotidiens le creuset d’une transformation sociétale. Après avoir examiné ces deux facteurs, nous soulignerons, dans les deux dernières sections, l’importance que peuvent revêtir ces mouvements locaux mais aussi leurs limites. L’analyse se base à la fois sur des données recueillies dans le cadre d’une recherche menée entre 2002 et 2008 portant sur les acteurs sociaux face à la mondialisation au Mexique et sur l’examen de la littérature consacrée aux mouvements sociaux dans ce pays. Cette dernière dessine une série d’évolutions que nous avons voulu rapprocher.

Le réinvestissement des espaces locaux

2Qu’ils soient issus de secteurs ouvriers, paysans, indigènes, urbains [Ziccardi, 2007], ou de la classe moyenne des petits entrepreneurs [Grammont, 2001], les acteurs sociaux mexicains ont traditionnellement consacré une part importante de leur énergie à organiser des manifestations dans la capitale afin d’adresser leurs doléances au gouvernement. Un nombre croissant de ces mouvements qui organisaient il y a quelques années encore de nombreuses marches dans les rues de Mexico semblent pourtant désormais penser que le changement social et l’amélioration de la qualité de vie passent avant tout par un réinvestissement de l’espace local et, pour certains d’entre eux, par une autonomie locale.

3Depuis sa création en 1996, le Congrès National Indigène a considéré le droit à l’autonomie locale comme l’une de ses revendications fondamentales. Comme l’expliquaient des représentants du peuple Mixes (Oaxaca) : « Avec cette autonomie, nous demandons uniquement plus d’espaces de liberté pour pouvoir contrôler et gérer nos territoires, pour pouvoir organiser notre vie politique, économique, sociale et culturelle selon nos normes ainsi que pour pouvoir intervenir dans les décisions nationales qui nous affectent » [Servicios del Pueblo Mixe, 1996]. Cette revendication s’est affirmée avec plus de force au cours des dernières années. La déclaration de l’assemblée du CNI à Xayakalan (Michoacán) en août 2009 est particulièrement explicite à cet égard : « Nous devons renforcer les efforts d’autonomie et d’autodéfense des peuples et refuser tous les programmes gouvernementaux. (…) Notre autodéfense, c’est un bon gouvernement, nommé par nous-mêmes, reconnu et respecté dans l’exercice de notre droit à la libre détermination ». Début 2009, plusieurs communautés nahuas du Michoacán ont également déclaré leurs municipalités « autonomes ». Dans cet État victime d’une vague de violence liée au narcotrafic, elles ont notamment décidé de créer une police communautaire, comme celles qui existent depuis plus de deux décennies dans l’état voisin du Guerrero.

4L’évolution du zapatisme depuis 2001 apporte une illustration très médiatique de cette tendance. Entre 1995 et 2001, les zapatistes ont déployé de nombreux efforts pour se faire entendre par le gouvernement mexicain. Ils ont négocié les « Accords de San Andrés » (1995-1996) avec ses représentants, puis ont multiplié les mobilisations et les marches vers Mexico dans l’espoir de voir le gouvernement entériner ses engagements. La « Marche de la Couleur de la Terre » du printemps 2001 fut la plus importante et la plus médiatique, mais aussi la dernière de ces mobilisations qui en appelaient au gouvernement. Quelques semaines après avoir reçu une délégation zapatiste, le Congrès mexicain votait une réforme qui ne reconnaissait pas les communautés indigènes comme « sujets de droit » [Diaz Polanco et Sanchez, 2002]. Il s’agissait pourtant de l’une des revendications majeures des zapatistes qui avaient été acceptées par les représentants de l’État au cours des négociations de San Andrés. Suite à cette nouvelle déception, les zapatistes se sont murés dans un silence de plusieurs mois, avant d’annoncer qu’ils consacreraient désormais toute leur énergie à la consolidation de l’autonomie locale dont les communautés jouissaient de fait depuis le soulèvement de 1994 [Marcos, 2007 ; Ornelas, 2007]. Cette inflexion fut notamment mise en scène en août 2003 lors de la création des Caracoles, entités de coordination de plusieurs municipalités autonomes. Chacune possède son « Conseil de Bon Gouvernement » chargé de la coordination des municipalités, des relations avec l’extérieur et de la justice. En dehors du système des partis politiques et des institutions mexicaines, les municipalités autonomes s’organisent grâce à des « promoteurs » responsables de différents secteurs (éducation, justice, santé, agriculture, écologie…) et élus pour un mandat de trois ans non rémunéré et non renouvelable.

  • 3 Voir Pleyers, 2007, p. 67-71. Deux autres rencontres de ce type ont été organisées en juillet et dé (...)

5Aux marches vers Mexico et aux grandes réunions avec la société civile nationale et internationale qui ont marqué le zapatisme entre 1995 et 2001 correspondent, dans cette nouvelle phase, les rencontres centrées sur les échanges d’expériences au cours desquels des délégués zapatistes, ceux d’autres peuples indigènes et des sympathisants mexicains et étrangers discutent des différents aspects de la construction de sociétés alternatives à l’échelle locale. En janvier 2007, une soixantaine de délégués zapatistes (dont une majorité de femmes) se sont ainsi succédé à la tribune de la « Première rencontre des peuples zapatistes avec les peuples du monde » pour témoigner des avancées et des défis de l’autonomie dans leur communauté locale3. L’autonomie des peuples indigènes et la construction d’alternatives locales furent également au cœur de la rencontre des peuples indigènes des Amériques convoquée par les zapatistes à Vicam en 2008, puis du « Festival de la Digna Rabia » tenu dans plusieurs villes du Mexique puis au Chiapas autour du Nouvel An 2009 et qui fut l’occasion, pour des activistes ruraux et urbains, d’échanger leurs expériences d’alternatives locales avec celles des peuples indigènes.

6De nombreux secteurs du vaste mouvement populaire contre le gouverneur de l’État d’Oaxaca ont également choisi de centrer leurs activités sur le développement d’alternatives locales, que ce soit dans les communautés indigènes ou dans des quartiers urbains [Bautista, 2008]. Ils y ont trouvé des espaces pour transformer leur vie à partir du développement d’autres pratiques quotidiennes et d’une gestion collective des affaires publiques. Dans les communautés rurales, ces mouvements se sont inscrits dans une tradition déjà longue dans cet État où la Constitution reconnaît l’autonomie des communautés indigènes et certains droits coutumiers [Esteva, 2007 ; Recondo, 2008].

7À travers le pays, de nombreux mouvements ruraux témoignent également de ce regain d’intérêt pour les espaces locaux. Les sociologues A. Bartra [2009, p. 155], tout comme H. de Grammont et H. Mackinlay [2006] insistent ainsi sur « les efforts de ces mouvements pour se libérer d’une soumission à l’État. Dans le cas des mouvements paysans et indigènes, ils ont successivement pris la forme de luttes pour l’indépendance politique, pour l’autogestion socio-économique et pour l’“autogouvernement” local et régional ». De nombreuses coopératives paysannes sont ainsi passées des mouvements de revendication corporatiste à des organisations centrées sur la fourniture de services aux membres, les « self-help » [H. Kriesi, 1996], développant par exemple des filières alternatives de distribution [Aranda, 2003 ; Baker, 2008]. Les revendications d’autonomie locale et la volonté de promouvoir un renforcement des communautés ont été relayées par un nombre croissant de mouvements ruraux. Des organisations de producteurs de café du Oaxaca considèrent par exemple comme l’un de leurs objectifs majeurs de « favoriser dans la vie communautaire des peuples indigènes la prise de décision en assemblées, les élections et la délégation de pouvoirs négociés et limités » [Aranda, 2003, p. 182].

8Lorsqu’ils se sont maintenus, le sens de la communauté et la solidarité locale ont parfois constitué la base de mobilisations contre des projets de modernisation perçus comme hostiles et menaçants. En 2002, à San Salvador Atenco (État de Mexico), c’est sur la base de liens communautaires que les habitants se sont rapidement organisés contre le projet de construction d’un nouvel aéroport national sur leurs terres. Dans les États de Michoacán, Guerrero, Oaxaca et Chiapas, les communautés indigènes ont ainsi mené de nombreuses campagnes contre des projets d’autoroutes, des plans de développement touristique ou le « Plan Puebla-Panama ».

9Si le milieu rural est plus favorable à l’organisation locale des communautés, des mouvements urbains promeuvent également le passage d’une manière passive d’habiter ces quartiers à une manière d’y « vivre activement », à partir de la « réactivation » des solidarités locales et des liens sociaux. Les femmes du mouvement de quartier de Tijuana qu’analyse L. Lopez dans ce numéro ont ainsi créé une sociabilité et une identité locale qui allaient transformer le lien entre les habitants et leur quartier. Dans des quartiers et ensembles urbains de Mexico, des participants du Movimiento Urbano Popular ou des groupes de quartiers développent des pratiques de gestion collective de certains espaces et organisent des groupes d’entraide et de sociabilité : « Beaucoup de groupes ont déjà montré qu’il y a une capacité d’autogestion de certaines parties de la ville. Nous voulons l’espace pour pouvoir l’appliquer. (…) L’antidote à l’individuation, c’est le processus d’organisation, l’apprentissage mutuel, les échanges autour d’expériences, de propositions et de succès obtenus » (table-ronde « Solidarités urbaines », Forum Social du Mexique, 2008). À travers le pays, on assiste par ailleurs à la multiplication des radios locales et communautaires qui entendent promouvoir la création d’un espace public et de solidarités locales [Juris, 2009].

Les impasses politiques

10Suivant des modalités différentes, ces mouvements semblent partager un regain d’intérêt pour le niveau local. Des facteurs de deux ordres ont favorisé cette évolution au cours des dernières années : l’absence de prise en compte des revendications par le gouvernement et, parallèlement, le redéploiement d’une culture politique qui conçoit le changement social à partir de l’échelle locale.

11Les mobilisations corporatives qui en appelaient à l’État modernisateur furent un élément intégrateur essentiel dans le système politique mexicain du xxe siècle. Mais le modèle de développement national est désormais basé sur les exportations, ce qui conduit le gouvernement à fonder sa légitimité sur le soutien d’une élite économique [Alba Vega, 2006] plutôt que sur l’appui de secteurs sociaux comme les paysans ou les petits entrepreneurs. Les gouvernants sont alors devenus moins réceptifs aux revendications de ces catégories sociales. Les stratégies qui consistent à se tourner vers l’État pour faire entendre leurs revendications sont dès lors souvent vouées à l’échec. Cette « fermeture » [Kitschelts, 1986] du système politique mexicain aux revendications sociales s’avère un élément fondamental pour leur évolution.

  • 4 Ce fut notamment le cas de plusieurs marches du secteur paysan pour s’opposer au chapitre agricole (...)
  • 5 Par exemple pour l’arrivée de la marche zapatiste à Mexico en 2001, contre le « desafuero » (2004), (...)
  • 6 L’Accord de Libre-Échange Nord-Américain qui réunit le Mexique, les États-Unis et le Canada.

12Après sept décennies dominées par le Parti de la Révolution Institutionnalisée (PRI), l’accession du Parti d’Action Nationale (PAN) à la présidence de la république mexicaine en 2000 a soulevé de grands espoirs dans la société civile. Le bilan des mobilisations sociales qui ont marqué le pays dans la décennie qui a suivi est pourtant bien mince. Rares sont celles qui sont parvenues à infléchir les positions des décideurs politiques. Les mobilisations n’ont pourtant pas manqué au cours de cette période, rassemblant parfois des centaines de milliers4, voire plus d’un million5 de citoyens dans les rues de la capitale. L’opposition à la libéralisation du commerce des produits agricoles a uni un secteur paysan pourtant historiquement très divisé dans la coalition « El Campo no Aguanta Más » en 2003, puis pour la campagne « Sin maíz no hay país » en 2007 et 2008. Ces mobilisations n’ont cependant amené ni à l’ouverture de discussions sur le chapitre agricole de l’ALENA6, ni même à des mesures compensatoires structurelles [Bartra, 2009 ; Bizberg, 2007]. Lorsqu’un accord a été signé avec le gouvernement en 2003, les engagements n’ont pas été tenus, réduisant le vaste « accord national pour la campagne » à « quelques mesures d’assistanats, clientélistes et temporaires » [Mercado Mondragón, 2007, p. 291].

13Quant au mouvement populaire dans l’État d’Oaxaca, ni son ampleur ni sa détermination ne sont venues à bout d’un gouverneur autoritaire et répressif. Au contraire, des rapports de la commission internationale des droits humains [CCIODH, 2007 ; Roux, 2009] ont corroboré des exactions policières et des assassinats par des groupes paramilitaires au cours de la répression du mouvement à l’automne 2006 et certains leaders présumés ont été condamnés à plusieurs dizaines d’années de réclusion.

  • 7 Ce syndicat regroupe 80 % des employés de l’entreprise paraétatique qui fournit en électricité les (...)

14Les multiples rebondissements de la lutte du « syndicat mexicain des électriciens7 » (SME) contre les versions successives du plan de privatisation de ce secteur ont régulièrement mobilisé plus de 100 000 personnes. Le SME est souvent parvenu à allier une mobilisation corporative à des dimensions de lutte contre le néolibéralisme, à une défense active et créative des services publics, à une rhétorique de la souveraineté nationale et des prises de position en faveur de diverses luttes populaires. La mobilisation massive des travailleurs n’a cependant pas empêché le président F. Calderón de décréter la liquidation de la société para-étatique de distribution de l’électricité en octobre 2009.

  • 8 La première étant la négociation avec le gouvernement et la seconde l’appui à un candidat alternati (...)

15Face à cette situation, de nombreux citoyens, militants et intellectuels en sont venus à la conclusion « qu’il est inutile de négocier des questions de fond avec un gouvernement néolibéral », et que la seule manière de « changer les choses est de changer le gouvernement » [Bartra, 2004]. Ils ont alors orienté leur activisme vers la sphère politique, et en particulier vers un leader politique qui incarnait la défense d’un modèle national de « modernisation incluante » : Andrés Manuel Lopez Obrador. C’est ainsi, pour soutenir ce candidat de centre-gauche, qu’ont eu lieu les mobilisations les plus vastes de ces dernières décennies au Mexique, d’abord contre la tentative de l’écarter des élections (« el desafuero » en 2004) puis pour dénoncer le résultat des élections présidentielles de 2006. Depuis, cette voie du changement politique8 se trouve, elle aussi, dans une double impasse. L’importante mobilisation sociale n’est parvenue ni à placer son candidat à la présidence de la république, ni à rénover la culture politique de la gauche mexicaine, comme l’ont illustré les luttes fratricides au sein du PRD, les fraudes lors des élections internes de ce parti ou l’organisation très verticale de la « Convention Nationale Démocratique » menée par A. M. Lopez Obrador.

16Après tant de mobilisations soldées par des échecs politiques, beaucoup de Mexicains ont perdu l’espoir qu’une intervention des institutions et de l’État vienne améliorer leur sort et considèrent qu’il est devenu inutile d’adresser leurs revendications au gouvernement. L’investissement dans une dynamique locale leur offre une alternative et la possibilité de changer eux-mêmes les conditions de leur existence.

Une autre culture politique

  • 9 J. Goodwin et J. Jasper [2004, p. 17-23 et p. 28] ont notamment montré qu’il est essentiel d’intégr (...)

17La seule mutation de la structure d’opportunité politique ne suffit cependant pas à expliquer l’ampleur du phénomène9. Ces mouvements ont décidé de ne plus adresser leurs revendications à l’État parce que celui-ci ne les écoutait plus, mais aussi parce qu’ils pensent que « ce sont les gens qui font les changements et non les politiciens » (un jeune activiste, entretien, 2005). Le réinvestissement du niveau local est en effet hautement valorisé par une culture politique très présente au Mexique et qui ancre l’engagement dans des espaces et des territoires locaux.

18Si elle a été renforcée par l’échec des voies alternatives de changement politique et social, cette culture politique puise ses racines dans des expériences bien antérieures aux évolutions récentes du contexte politique, notamment dans certains modes d’organisation des communautés indigènes et dans une philosophie politique qui s’est considérablement développée au Mexique et à travers le monde depuis une quinzaine d’années [Pleyers, 2011, chap. 2-4]. Le territoire local y apparaît ainsi bien plus qu’un refuge face à un marché et à un État hostiles. C’est l’espace à partir duquel peuvent être déployées et mises en pratique d’autres manières d’organiser la vie locale qui permettent à la fois d’améliorer le quotidien et de se construire comme des acteurs et des citoyens dans le contexte politique national actuel. Cette culture politique s’organise autour de trois axes : le renforcement des liens sociaux, un espace local autonome et la réorganisation de la vie sociale et politique sur la base de valeurs alternatives.

Le renforcement des liens sociaux

19Dans cette culture politique, l’engagement se doit d’être ancré localement, même s’il peut avoir des enjeux globaux : « On ne peut pas changer le monde sans commencer par voir ce que l’on peut faire concrètement autour de nous, aider nos voisins, voir ce qui est en train de se passer dans notre quartier » (un étudiant d’un réseau de jeunes alter activistes de Mexico, 2005). L’amélioration des conditions de vie mais aussi le développement d’alternatives à la société dominante passent ainsi par le renforcement de liens sociaux ancrés dans la vie quotidienne.

20Contre la désaffiliation [Castel, 1995], les activistes (re-)créent des relations conviviales dans les quartiers et les communautés. Les plus militants voient dans la solidarité locale un élément central de l’opposition au « capitalisme qui soumet toutes nos relations à l’argent » (entretien avec J. Holloway, 2003). On retrouve ici une idée chère à l’intellectuelle militante mexicaine A.E. Ceceña [1997] : « Plus les réseaux capitalistes s’étendent, plus les individus sont isolés. En d’autres termes, pour contribuer aux avancées de la globalisation, il faut qu’ils se reconnaissent comme des objets atomisés, qu’ils se désubjectivisent ».

Espaces alternatifs et territoires autonomes

  • 10 Première rencontre des peuples zapatistes avec les peuples du monde, 2007.

21Face aux espaces envahis par des logiques marchandes et des projets de modernisation imposés, des communautés entendent « défendre » ou « se réapproprier des espaces ». Il s’agit, selon cette culture politique, de construire des lieux suffisamment distanciés de la société capitaliste pour permettre aux acteurs de vivre selon leurs propres principes : « L’autonomie, c’est que nous nous gouvernions à notre façon, comme peuple indigène. C’est que nous puissions décider comment nous voulons que travaillent nos autorités sans dépendre des politiques qui viennent du haut », pour reprendre les termes d’un militant zapatiste10.

22Le territoire est particulièrement important pour les peuples indigènes qui y retrouvent non seulement la terre ancestrale et le cadre de l’organisation communautaire, mais aussi le milieu dans lequel ils produisent leur alimentation et leurs plantes médicinales : « À partir de processus collectifs, nous pouvons construire des espaces dans lesquels non seulement nous pouvons survivre, mais dans lesquels les êtres humains peuvent développer leur créativité. Nous pouvons générer un espace où une autre manière de vivre est possible » (un jeune activiste du « Movimiento Urbano Popular », Forum Social du Mexique, 2008).

23Ces espaces « réappropriés » s’opposent à la fois à la domination d’une logique de marché qui cherche à accaparer les ressources naturelles [Dumoulin, 2003] ou l’espace local (par exemple pour la spéculation immobilière) et aux excès de pouvoir d’un État perçu comme extérieur à la société. J. Scott [1998] souligne l’hostilité structurelle des États au développement de ces espaces d’autonomie, que ce soit pour contrer une opposition ou pour imposer un état de droit. Il y voit une source majeure de la répression étatique dont sont souvent victimes ces espaces autonomes. Au Mexique, cette violence s’est notamment traduite par la répression de mouvements organisés autour de la défense de la terre. En 2002, les habitants du village d’Atenco étaient parvenus à s’opposer au projet de construction d’un aéroport sur leurs terres. En mai 2006, les forces de l’ordre sont violemment intervenues dans un marché aux fleurs de la localité. À la suite de cette intervention, plusieurs militants ont été condamnés en 2007 à des peines allant jusqu’à 45 années de prison. Au Chiapas, les incursions de groupes paramilitaires dans les territoires zapatistes sont plus nombreuses depuis 2006 [Capise, 2008]. La tension est encore montée d’un cran en 2009, à la suite de la libération de paramilitaires impliqués dans le massacre d’Acteal. Quant aux communautés nahuas du Michoacán qui avaient déclaré leur autonomie en août 2009, huit de leurs militants ont été assassinés avant la fin de cette année.

Espaces d’expérience

24Les groupes les plus militants, comme les zapatistes, certaines communautés du Oaxaca [Esteva, 2007] et quelques centres culturels urbains ajoutent une dimension expérimentale et performative [Pleyers, 2011, ch. 2] à ces espaces alternatifs : « Il s’agit de parvenir à construire l’antichambre d’un monde nouveau, un espace où, avec une égalité de droits et des obligations, les différentes forces politiques se “ disputent ” l’appui de la majorité de la société » [Marcos, cité par Ornelas, 2007]. Lorsque cette dimension performative est très présente, les militants des espaces autonomes cherchent à y établir des espaces « sans relations de domination » [Holloway, 2003], en dehors de l’idéologie marchande et dans lesquels la vie sociale, culturelle et politique s’organise autour de valeurs alternatives et de relations de solidarité fortes et horizontales. La participation directe de chacun dans les décisions et leur mise en œuvre sont par exemple privilégiées dans plusieurs de ces expériences, même s’il s’agit là d’un idéal qui n’est jamais pleinement transcrit dans la réalité. De fait ou sanctionnée par les lois, l’autonomie permet ainsi la construction d’espaces d’expérience dans lesquels les participants tentent de traduire dans la pratique les valeurs de participation, d’égalité et d’autogestion. Ce sont là des défis considérables, par exemple lorsqu’il s’agit de favoriser l’égalité des genres ou d’éviter de reproduire les relations verticales entre les « autorités » et la « base ». Pour tenter d’y répondre, les zapatistes ont notamment mis en place un système de rotation des charges. Les différentes tâches dans le domaine de la justice, de la santé ou de l’éducation sont ainsi assurées par des bénévoles choisis pour une durée de trois ans.

L’amélioration de la qualité de vie

25Certains activistes considèrent leurs mouvements locaux comme partie prenante d’une lutte globale contre le « néolibéralisme » ou le « capitalisme » face auxquels ils entendent construire un « autre monde » à partir de multiples alternatives locales. L’impact majeur (et souvent négligé) de ces mouvements pourrait cependant être d’une autre nature : l’amélioration de la qualité de vie des habitants de ces communautés ou des participants à ces groupes.

26Au Mexique, dans un contexte de fermeture du système politique, de crise économique, de forte précarité et de fragmentation sociale [Zermeño, 2005], le niveau local semble être le seul à pouvoir assurer sinon une vie meilleure [Zermeño, 2010], du moins la préservation d’un certain niveau de vie. Avec le déclin des institutions et des médiations, un système de sécurité sociale couvrant seulement une faible frange de la population et un avenir économique incertain, la communauté ou les solidarités locales apparaissent à bien des individus comme les seules protections accessibles face aux aléas de la vie.

27L’action de ces mouvements au niveau local favorise une intégration sociale mais aussi politique des membres de la communauté ou de l’espace alternatif urbain. Ces deux dimensions ont chacune un impact important sur la qualité de vie des participants. Les mouvements locaux créent en effet des espaces au sein desquels les individus peuvent intervenir et s’engager activement pour construire des alternatives pratiques face aux problèmes communs. Les habitants accèdent par là à une certaine forme de citoyenneté [Merklen, 2009] mais aussi à une opportunité de se construire soi-même et de s’affirmer dans la dignité en tant que sujets et acteurs de leur vie. Loin d’un communautarisme nostalgique, ces mouvements mettent en place les supports collectifs qui renforcent la « capacité à choisir sa propre vie », qu’Amartya Sen considère comme le principe central d’une société juste [Sen, 1999 ; De Munck et Zimmerman, 2008]. L’impact considérable de l’intégration sociale sur la qualité de vie a, quant à lui, été clairement mis en évidence par de nombreux auteurs, notamment à travers la création de liens sociaux et de relations de confiance [par ex. Putnam, 1995]. Ces mouvements créent un esprit collectif local dans lequel Alexis de Tocqueville voyait les racines de la démocratie. C’est également dans le renforcement du tissu social que Robert Putnam a trouvé les bases d’un développement économique [Putnam, 1993].

28L’expérience de plusieurs mouvements mexicains conduit à ajouter deux axes supplémentaires dont l’impact sur la qualité de vie des membres s’avère également important – et qui représentent dès lors deux défis majeurs pour ces espaces autonomes – : la reconstruction d’institutions et la viabilité économique. Dans un pays en proie à une grande instabilité et, dans de nombreuses régions, à une vague de violence et une généralisation de l’impunité, certains mouvements locaux viennent apporter une stabilité et une réappropriation d’institutions sociales qui étaient jusque-là perçues comme extérieures et hostiles. C’est particulièrement le cas des polices communautaires [Martínez Sifuentes, 2001], de l’organisation d’une démocratie locale, de la justice [Bárcenas, 2005] ou d’un enseignement qui intègre les langues indigènes et des « innovations éducatives culturellement pertinentes » [Gutiérrez Narváez, 2006]. Alors que certains de ces mouvements portent souvent des discours virulents de rejet des institutions, l’une des dimensions essentielles de leur action tient dans la reconstruction d’institutions à partir du niveau local. Ces institutions nouvelles se veulent plus adaptées aux besoins spécifiques des communautés, porteuses de valeurs alternatives et soumises aux décisions des assemblées de la population concernée.

  • 11 Asociación Nacional de Empresas Comercializadoras de Productos del Campo.
  • 12 Particulièrement dans un contexte qui voit l’aide internationale diminuer alors que les tensions av (...)
  • 13 L’évaluation est cependant difficile à ce niveau, notamment en raison de l’absence de données écono (...)

29Bien qu’elle soit peu documentée dans la littérature consacrée aux mouvements pour une autonomie locale, la dimension économique s’avère souvent décisive pour la viabilité et la pérennisation de ces espaces autonomes. Sans un certain niveau d’autosubsistance et/ou une génération de revenus, les bases durables d’une autonomie locale ne peuvent être assurées. Pour les communautés autonomes rurales, garantir des débouchés pour les productions agricoles représente un défi considérable dans les campagnes durement affectées par le changement de modèle économique et l’ouverture commerciale [Bartra, 2009]. Aussi de nombreuses organisations locales ont-elles développé des filières de distribution alternatives afin d’assurer des débouchés aux producteurs de leur communauté locale. C’est par exemple le cas de mouvements affiliés à l’ANEC11 [Acuña, 2003] mais aussi des communautés zapatistes et de leur filière de café « Mut Vitz ». Leurs circuits de distribution reposent sur des comités de solidarité zapatistes, essentiellement en Europe et en Amérique du Nord. Des débouchés sont ainsi assurés pour une partie de la production locale sans pour autant intégrer des « filières capitalistes », ce qui irait à l’encontre des valeurs du mouvement. Cependant, ces circuits de distribution militants demeurent d’une ampleur limitée et ne permettent pas de fournir des revenus suffisants pour assurer les bases économiques des communautés autonomes. Si la pauvreté a diminué dans les communautés zapatistes, l’amélioration des conditions matérielles après plus de quinze années de lutte n’est pas à la hauteur des espérances de tous les habitants12. Dans les territoires autonomes comme dans l’ensemble du Mexique, la migration vers les États-Unis est l’option choisie par de nombreux jeunes qui cherchent de meilleures conditions de vie [Aquino, 2010]. Dans d’autres cas, des groupes de réfugiés choisissent de quitter les zones zapatistes pour retourner dans leurs anciens villages afin d’accéder à davantage de terres [Mélenotte, 2009]. Si la dimension politique de l’autonomie représente un défi majeur qui a passionné chercheurs et militants, la viabilité économique des communautés autonomes constitue souvent leur talon d’Achille13. Rares sont les mouvements mexicains qui sont parvenus à ce niveau aux résultats du mouvement brésilien des travailleurs ruraux sans terre à propos duquel A. Wright et W. Wondford [2003, p. 264] notent : « Dans chacun des campements que nous avons visités, les gens jouissaient d’un niveau de confort, de sécurité, d’alimentation, d’éducation, de soins de santé et d’un sens de la participation communautaire sans commune mesure parmi les ruraux pauvres au Brésil ».

Les limites des mouvements locaux

  • 14 Les valeurs portées par les communautés locales ne sont pas forcément progressistes. Dans certaines (...)

30Les mouvements qui se sont focalisés sur le niveau local et la culture politique dont il a été question dans ce texte possèdent leurs parts d’illusions et leurs limites. Il convient notamment d’éviter toute idéalisation du niveau local et des acteurs locaux. Le fait que les enjeux soient moins considérables qu’au niveau étatique ou national n’assure en rien le désintéressement des acteurs politiques et des leaders sociaux [Olivier de Sardan, 1995]. Si certains mouvements tentent de développer des relations politiques et sociales moins hiérarchiques, le niveau local ne peut être confondu avec l’absence de pouvoir. Conscients de ces risques, certains mouvements centrés sur l’autonomie locale ont développé des règles strictes pour contrer ces phénomènes, par exemple par un contrôle étroit des mandats par des assemblées, l’absence de rémunération des élus ou la rotation des tâches communautaires [Bárcenas, 2005]. Cependant, même dans le cas des communautés zapatistes qui ont développé un ensemble important de règles et de pratiques à cet égard, il semble inéluctable que des « déséquilibres de pouvoir » se manifestent parfois avec force [Mélenotte, 2009]14.

31Un second ensemble de limites tient au fait que, si l’organisation locale peut considérablement améliorer la qualité de vie des habitants concernés, la portée des actions entreprises à ce niveau ne peut contrer le délitement des droits sociaux et d’une citoyenneté qui restent liés aux États-nations [Davis, 2006, chap. 3]. Les institutions étatiques conservent ainsi un rôle majeur pour inscrire les acquis sociaux dans le droit et dépasser les limites des espaces locaux. Une collaboration avec des institutions étatiques apparaît dès lors importante. Dans le contexte mexicain, elle est cependant peu probable en raison, d’une part, de la fermeture du système politique aux revendications sociales et, d’autre part, du rejet des acteurs politiques et institutionnels par de nombreux mouvements locaux qui, déçus par les impasses et ce qu’ils perçoivent comme des « trahisons politiques », considèrent que le changement social ne peut venir que « d’en bas ». La question reste cependant entière : dans quelle mesure peuvent-ils se passer de relais institutionnels pour parvenir à des transformations sociales d’une certaine ampleur et à l’amélioration des conditions de vie des habitants des communautés ?

32Enfin, contrairement aux espoirs de ces mouvements et de certains de leurs analystes [Holloway, 2003], la multiplication d’espaces restreints dans lesquels sont développées des pratiques alternatives d’intégration politique et sociale ne mène pas forcément à un changement global de la société. En l’occurrence, elle coexiste au Mexique avec un renforcement des politiques néolibérales et sécuritaires, avec l’accroissement du poids des pouvoirs économiques et avec une détérioration de la qualité de vie des Mexicains [Zermeño, 2010]. En déplaçant la lutte de la sphère politique vers celle de l’espace local de la vie quotidienne, ces mouvements ne laissent-ils pas le champ libre à leurs adversaires en ce qui concerne l’influence qu’ils exercent sur les instances de pouvoir et le recours aux institutions ? Pour ces mouvements locaux comme pour nombre de théoriciens liés à ce courant, le chemin qui mène de ces espaces locaux à des transformations à une échelle plus vaste reste extrêmement flou [Pleyers, 2009].

Conclusion

33Au cours des dernières années, de nombreux mouvements sociaux mexicains ont concentré leurs activités sur un réinvestissement de l’espace local. Celui-ci constitue à la fois un refuge dans un contexte très peu favorable aux mouvements sociaux et le creuset de nouvelles formes d’engagement qui cherchent à réinventer la démocratie et la citoyenneté. La survie durable de tels espaces demande cependant un engagement permanent. Aux défis de l’intégration sociale et politique, s’ajoutent en effet une dimension institutionnelle et la nécessité d’assurer une viabilité économique.

34Cette perspective nous conduit à reconsidérer la place accordée aux mouvements locaux dans la sociologie des mouvements sociaux. Premièrement, les mouvements dont il a été question dans cet article montrent que cette (ré-) émergence de l’espace local comme échelle privilégiée de l’action et de la transformation sociale n’est nullement liée à une opposition à la mondialisation. Elle résulte plutôt d’une réaction face aux évolutions récentes du système politique national et d’une culture politique alternative qui privilégie le changement social à partir du niveau local. Comme le soulignait déjà M. Castells [1999], les échelles locale et globale ne sont pas opposées. La mondialisation donne au contraire davantage de poids aux espaces locaux, notamment parce qu’elle permet aux acteurs locaux de se connecter au niveau international ou d’inscrire leurs luttes dans un mouvement global sans pour autant avoir à désinvestir le niveau local.

35Par ailleurs, les mouvements locaux ont été longtemps considérés comme d’une importance secondaire dans la littérature consacrée aux mouvements sociaux, leur focalisation sur le niveau local résultant soit d’une limitation des enjeux de ces groupes à la défense égoïste d’intérêts locaux et particuliers, soit de leur incapacité à porter avec succès leurs revendications au niveau national [McAdam, Tarrow, Tilly, 2001]. Au Mexique comme dans bien d’autres pays, les mouvements centrés sur la construction d’une autonomie locale sont aussi porteurs de réinventions de la citoyenneté et promeuvent un changement social profond. Il apparaît dès lors essentiel d’éviter toute confusion entre l’échelle territoriale dans laquelle s’inscrit un mouvement et le « niveau de généralité » de ses revendications [pour reprendre les termes utilisés par L. Boltanski et L. Thévenot, 1991] ou le niveau des enjeux qu’ils soulèvent [pour emprunter ceux d’Alain Touraine, 1978]. En centrant leurs activités sur le niveau local, certains mouvements cherchent à améliorer les conditions de vie de leurs membres mais aussi, pour beaucoup d’entre eux, à poser les bases d’une transformation sociétale.

Haut de page

Bibliographie

Acuña Olivia, “Por la construcción de un mercado agrícola incluyente, equitativo y sustentable, La experiencia de la ANEC”, in Carlsen Laura, Wise Tim, Salazar Hilda (coord.), Enfrentando la globalización, México, Miguel Ángel Porrúa, 2003, p. 147-171.

Alba Vega Carlos, “Los empresarios y la democracia en México”, Foro Internacional, XLVI/1, 2006, p. 122-149.

Aquino Alejandra, Entre le mouvement social et l’expérience migratoire : Les enfants des luttes indiennes s’en vont au Nord, Paris, EHESS, Thèse de doctorat, 2010.

Aranda Josefina, “Para poder vivir : la experiencia de la CEPCO”, in Carlsen Laura, Wise Tim, Salazar Hilda (coord.), Enfrentando la globalización, México, Miguel Ángel Porrúa, 2003, p. 173-197.

Baker Lauren E., "Local Food Networks and Maize Agrodiversity Conservation : two Case studies from Mexico", Local Environment, 2008, p. 235-251.

Barber Benjamin R., Démocratie forte, Paris, Desclée de Brouwer, 1997 [1984].

Bárcenas Francisco, Autonomía y derechos indígenas en México, 2da edición, México DF, CEIICH/UNAM, 2005.

Bartra Armando, “El gobierno no cumple el Acuerdo Nacional para el Campo”, La Jornada - Masiosare, 338, 13/06/2004.

Bartra Armando, “Los campesinos contra el ogro omiso. Meandros del movimiento rural en el último cuarto de siglo”, in Mestries Francis, Pleyers Geoffrey, Zermeño Sergio (coord.), Los movimientos sociales : de lo local a lo global, Barcelona, Anthropos, 2009, p. 154-163.

Bizberg Ilán, “La sociedad civil en el nuevo régimen político”, Foro internacional, n° 190, 2007, p. 785-816.

Boltanski Luc, Thevenot Laurent, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 2007 [1991].

Capise, Viento de guerra, San Cristóbal de las Casas, Centro de Análisis Político e Investigaciones Sociales y Económicas A.C, 2008. http://www.capise.org.mx/files/Vientos%20de%20Guerra.doc

Castells Manuel, Le pouvoir de l’identité, L’ère de l’information, tome 2, Paris, Fayard, 1999.

Castel Robert, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995.

Ceceña Ana Esther, “Neoliberalismo e insubordinación”, Revista Chiapas, n° 4, 1997, p. 33-42.

cciodh (Comisión Civil Internacional De Observación Por Los Derechos Humanos), Quinta visita, Oaxaca, 2007. http://cciodh.pangea.org/?q=es/taxonomy_menu/3/30

Davis Mike, Planet of Slum, London, Verso, 2006.

De Grammont Hubert C., El Barzón : clase media, ciudadanía y democracia, México, Plaza y Valdés, 2001.

De Grammont Hubert C., Mackinlay Horacio, “Las organizaciones sociales campesinas e indígenas frente a los partidos políticos y al Estado, México 1938-2006”, Revista Mexicana de Sociología, vol. 68/4, 2006, p. 693-729.

De Munck Jean, Zimmerman Bénédicte, La liberté au prisme des capacités, Raisons Pratiques, Paris, Éditions de l’EHESS, 2008.

Díaz Polanco Héctor, Sánchez Consuelo, México diverso, México : Siglo XXI, 2002.

Dumoulin David, "Local Knowledge in the Hands of Transnational NGO Networks : a Mexican Viewpoint", International Social Science Journal, 178, 2003, p. 593-606.

Esteva Gustavo, "Oaxaca : The Paths of Radical Democracy", Socialism and Democracy, vol. 21/2, 2007, p. 74-96.

Goodwin Jeff, Jasper James, "Caught in a Winding, Snarfling Vine : The structural bias of political process theory", in Goodwin Jeff, Jasper James (eds.), Rethinking social movements, Lahnam, Rowman et Littlefield, 2004.

Gutiérrez Narváez Raúl, Impactos del Zapatismo en la Escuela, Liminar. Estudios Sociales y Humanísticos, vol. IV/1, 2006.

Holloway John, Cambiar el mundo sin tomar el poder, Buenos Aires, Herramienta, 2003.

Juris Jeffrey, Taking the Airwaves : Illegality and Autonomy among Free Radios in Mexico, Paper Presented at the Annual Meetings of the American Anthropological Association, Philadelphia, PA, 2-6 December 2009.

Kitschelt Herbert, "Political Opportunity Structure and Political Protest", British Journal of Political Science, 1986, p. 57-85.

Kriesi Hanspeter, "The Organizational Structure of New Social Movements in a Political Context", in McAdam Doug, McCarthy John D., Zald Mayer N. (éd.), Comparative Perspectives on Social Movements, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 152-184.

Laville Jean-Louis, Politique de l’association, Paris, Seuil, 2010.

Le Bot Yvon, La grande révolte indienne, Paris, R. Laffont, 2009.

Marcos sous-commandant, Calendrier de la résistance zapatiste, Paris, Rue des Cascades, 2007 [2003].

Martínez Sifuentes Esteban, La policía comunitaria. Un sistema de seguridad pública comunitaria indígena en el Estado de Guerrero, Derecho indígena, 2001.

Mcadam Doug, Tarrow Sidney, Tilly Charles, Contentious politics, New York, Cambridge University Press, 2001.

Mélenotte Sabrina, “Una experiencia zapatista : San Pedro Polhó, doce años después”, in Mestries Francis, Pleyers Geoffrey, Zermeño Sergio (coord.), Los movimientos sociales : de lo local a lo global, Barcelona, Anthropos, 2009, p. 225-242.

Mercado Mondragón Jorge, “Política y desarrollo social en el sector agropecuario en el marco del Acuerdo Nacional para el Campo”, in Sánchez Albarrán Armando (coord.), El campo no aguanta más, México, Porrúa, 2007, p. 271-294.

Merklen Denis, Quartiers populaires, quartiers politiques, Paris, La Dispute, 2009.

Mestries Francis, Pleyers Geoffrey, Zermeño Sergio (coord.), Los movimientos sociales : de lo local a lo global, Barcelona, Anthropos, 2009.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, Anthropologie et développement, Paris, Karthala, 1995.

Olvera Alberto J., Sociedad civil, esfera pública y democratización en América Latina : México, México, Fondo de Cultura Económica, 2003.

Ornelas Raul, L’autonomie, axe de la résistance zapatiste, Paris, Rue des Cascades, 2007.

Pleyers Geoffrey, Forums Sociaux Mondiaux et défis de l’altermondialisme, Louvain-la-Neuve, Academia, 2007.

Pleyers Geoffrey, “Autonomías locales y subjetividades en contra del neoliberalismo : hacía un nuevo paradigma para entender los movimientos sociales”, in Mestries Francis, Pleyers Geoffrey, Zermeño Sergio (coord.), Los movimientos sociales : de lo local a lo global, Barcelona, Anthropos, 2009, p. 129-153.

Pleyers Geoffrey, “A quince años del levantamiento zapatista : alcances y retos de un movimiento local en la edad global”, Revista de Ciencias Sociales, n° 125, 2009, p. 11-22.

Pleyers Geoffrey, Alter-globalization. Becoming Actor in the Global Age, Cambridge, Polity Press, 2011.

Putnam Robert, Making Democracy Work. Civic Traditions in Modern Italy, Princeton, Princeton University Press, 1993.

Putnam Robert, "Bowling Alone. America ‘s Declining Social capital", The Journal of Democracy, vol. 6/1, 1995, p. 65-78.

Recondo David, La Política del Gatopardo: multiculturalismo y democracia en Oaxaca, Mexico DF, CIESAS, 2008.

Roux Hélène, Rôle de l’observation internationale dans le conflit social à Oaxaca (Mexique) en 2006-2007, RT 21 « Mouvements sociaux », IIIe Congrès de l’Association Française de Sociologie, Paris, 2009.

Scott James C., Seeing like a state, Yale, Yale University Press, 1998.

Sen Amartya, Development as Freedom, Oxford, Oxford University Press, 1999.

Servicios Del Pueblo Mixe, A. C., “La autonomía: una forma concreta de ejercicio del derecho a la libre determinación y sus alcances”, Chiapas 2, ERA-Instituto de Investigaciones, 1996.

Touraine Alain, La voix et le regard, Paris, Seuil, 1978.

Wright Angus, Wolford Wendy, To Inherit the Earth: Landless Movement and the Struggle for a New Brazil, Oakland, Food first, 2003.

Zermeño Sergio, La desmodernidad méxicana y las alternativas a la violencia y a la exclusión en nuestros días, Mexico, Oceano, 2005.

Zermeño Sergio, Reconstruir a México en el Siglo XXI, Mexico, Oceano, 2010.

Ziccardi Alicia, Pauvreté urbaine et politiques sociales en Amérique latine, Alternatives Sud vol. 14(2), 2007.

Haut de page

Notes

1 Décennie qui correspond au Mexique à l’arrivée à la présidence du Parti d’Action Nationale (PAN) après sept décennies de gouvernement du Parti de la Révolution Institutionnalisée (PRI).

2 Cet article se base sur l’évolution récente des mouvements ruraux. Certaines dynamiques semblables sont cependant également à l’œuvre dans certains mouvements urbains [voir par exemple Ziccardi, 2007].

3 Voir Pleyers, 2007, p. 67-71. Deux autres rencontres de ce type ont été organisées en juillet et décembre 2007.

4 Ce fut notamment le cas de plusieurs marches du secteur paysan pour s’opposer au chapitre agricole de l’ALENA en 2003 et en 2008, de nombreuses manifestations contre la privatisation du secteur de l’électricité (dont celle du 15 octobre 2009) ou de l’industrie pétrolière.

5 Par exemple pour l’arrivée de la marche zapatiste à Mexico en 2001, contre le « desafuero » (2004), puis pour dénoncer une fraude électorale (2006) à l’encontre d’A.M. Lopez Obrador,

6 L’Accord de Libre-Échange Nord-Américain qui réunit le Mexique, les États-Unis et le Canada.

7 Ce syndicat regroupe 80 % des employés de l’entreprise paraétatique qui fournit en électricité les foyers de la capitale et une partie du centre du pays.

8 La première étant la négociation avec le gouvernement et la seconde l’appui à un candidat alternatif.

9 J. Goodwin et J. Jasper [2004, p. 17-23 et p. 28] ont notamment montré qu’il est essentiel d’intégrer l’interprétation des acteurs pour comprendre le lien entre opportunités et action.

10 Première rencontre des peuples zapatistes avec les peuples du monde, 2007.

11 Asociación Nacional de Empresas Comercializadoras de Productos del Campo.

12 Particulièrement dans un contexte qui voit l’aide internationale diminuer alors que les tensions avec les paramilitaires se multiplient. Les paysans zapatistes subissent par ailleurs la crise générale du monde agricole mexicain [Bartra, 2009].

13 L’évaluation est cependant difficile à ce niveau, notamment en raison de l’absence de données économiques fiables dans ce domaine.

14 Les valeurs portées par les communautés locales ne sont pas forcément progressistes. Dans certaines communautés de l’Oaxaca, l’autonomie et l’application du droit coutumier a par exemple conduit à retirer le droit de vote aux femmes. En ville, l’émergence de communautés de voisinage face à un environnement jugé hostile est plus souvent le fait de « gated communities » que de mouvements des quartiers populaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geoffrey Pleyers, « Le réinvestissement de l’espace local par les mouvements mexicains : refuge après les impasses politiques ou creuset d’une nouvelle culture politique ? », Cahiers des Amériques latines, 66 | 2011, 39-55.

Référence électronique

Geoffrey Pleyers, « Le réinvestissement de l’espace local par les mouvements mexicains : refuge après les impasses politiques ou creuset d’une nouvelle culture politique ? », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 66 | 2011, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/388 ; DOI : 10.4000/cal.388

Haut de page

Auteur

Geoffrey Pleyers

Chercheur qualifié du FNRS à l’Université Catholique de Louvain (UCL), chercheur au Centre d’Analyse et d’Intervention Sociologiques (CADIS-EHESS) et visiting fellow au centre « Global Governance », London School of Economics). Il enseigne la sociologie de la mondialisation et des mouvements sociaux à l’UCL et à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et est l’un des coordinateurs du Réseau thématique Mouvements sociaux de l’Association Française de Sociologie. Ses recherches portent sur le mouvement altermondialiste, l’engagement des jeunes et la consommation alternative. Il est l’auteur de plusieurs articles consacrés aux mouvements sociaux au Mexique et le co-éditeur (avec S. Zermeño et F. Mestries) de Movimientos sociales. De lo local a lo global (Barcelone, Anthropos, 2009). Après Forum Sociaux Mondiaux et Défis de l’Altermondialisme (Louvain-la-Neuve, Academia, 2007), son dernier ouvrage propose une analyse sociologique du mouvement altermondialiste (Alter-Globalization. Becoming Actors in the Global Age, Cambridge, Polity Press, 2010).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org