Navigation – Plan du site
Dossier. Mouvements sociaux et espaces locaux

La localisation des mouvements sociaux

Denis Merklen et Geoffrey Pleyers
p. 25-37

Texte intégral

1L’ère globale dans laquelle nous sommes désormais plongés est tout le contraire de la « fin des territoires » [Badie, 1995]. Les territoires sont au contraire devenus des enjeux d’appropriation économique autour de leurs ressources naturelles [Ceceña, 2000 ; Dumoulin, 2004] mais aussi le cadre de liens sociaux à partir desquels se déploient des résistances aux acteurs économiques transnationaux et, dans certains cas, des formes alternatives de citoyenneté et d’organisation politique [Merklen, 2009]. Ils portent ainsi une voix dans l’espace public et le font en s’appuyant sur cet ancrage local comme une ressource et le cadre de leur mobilisation mais aussi pour définir les enjeux de leur action. À travers l’Amérique latine comme dans d’autres parties du monde, de nombreux mouvements et acteurs locaux ont placé leurs espoirs dans la transformation du niveau local, y voyant un cadre approprié pour améliorer leurs conditions de vie et la qualité des relations sociales. Des mouvements sociaux se mobilisent pour défendre leur communauté, leur terre, leur environnement.

2Le « local » s’affirme donc comme une dimension fondamentale pour l’étude des mouvements sociaux aujourd’hui, tout particulièrement en Amérique latine. Pourtant, penser ce « local » comme une dimension centrale de nombreuses mobilisations demeure un défi. D’une part, parce que le local ne peut pas être renvoyé à une simple échelle territoriale qui s’opposerait au « national » ou au « global ». D’autre part, parce qu’il ne peut pas pour autant être découplé de sa dimension spatiale ni complètement séparé de sa signification première [comme a pu le faire l’anthropologue Arjun Appadurai, 2001]. La « localité » d’un mouvement ne peut être saisie qu’en tenant compte de la manière dont les acteurs ou les institutions le définissent (le sens de ce qu’est un gouvernement local, par exemple, dépend de la structure de l’État en question).

3Comment se définit l’espace des actions localisées ? Le « local » peut concerner un groupe plus ou moins grand et diversifié, il se déploie sur un territoire plus ou moins vaste selon les cas, et peut concerner une grande diversité de thèmes ou d’objets de mobilisation. Ce ne sont donc ni l’étendue du mouvement ni son contenu qui constituent les critères d’assertion du caractère local d’un mouvement. Chaque mouvement participe à la définition de sa localité par son inscription dans un dialogue et dans un jeu conflictuel par lequel il définit l’espace public dans lequel il s’inscrit, les autorités et les acteurs auxquels il fait appel et auxquels il s’oppose. La définition du périmètre local d’un mouvement dépend à la fois de sa territorialité et de l’espace public dans lequel il s’inscrit et auquel il fait appel, y compris lorsque cet espace public est restreint et se réfère notamment à un « nous », comme dans le cas des mouvements qui prennent appui sur l’idée qu’« il faut prendre en main son destin sans tout attendre et tout demander à l’État ».

  • 1 Not In My Backyard, «Pas dans mon jardin ».

4Partant des contributions à ce dossier et de nos propres recherches nous nous proposons ici d’analyser le regain d’intérêt pour le niveau local et à l’égard de certaines spécificités des mobilisations locales contemporaines à partir d’un double « mouvement » : des cadres structurants de l’État et du travail vers le territoire local et la vie quotidienne dans un premier temps, puis de cette « territorialisation » vers la projection dans un espace public qui peut se voir ainsi défini à différentes échelles. Cette analyse permettra de mettre en évidence la portée de certaines de ces mobilisations locales qui dépassent les intérêts locaux des mouvements « NIMBY »1 auxquels ils ont souvent été cantonnés. Elle montrera ainsi que les mouvements sociaux locaux se présentent sous un double registre. Ils semblent orientés vers l’obtention de bénéfices plus ou moins directs et, la plupart du temps, cherchent des ressources en s’adressant à une autorité gouvernementale ou à des ONG. Leur localité se présente ici comme un lien social territorialisé, comme une forme d’appartenance locale. La mobilisation peut ainsi être le résultat d’une inscription territoriale préexistante ou contribuer à la créer. Mais le mouvement social apparaît aussi comme un point de vue, comme une voix définie localement qui s’adresse à un espace public au sein duquel elle veut se faire entendre.

De l’espace national au territoire local

5Le regain d’intérêt pour l’échelle locale découle de déplacements multiples : de l’échelle nationale vers des actions plus ciblées, de l’univers du travail vers des thématiques ponctuelles et diversifiées, d’un répertoire d’action « classique » (grève, manifestation, vote) à un foisonnement de pratiques difficiles à classer dans les répertoires connus. Ce glissement a été interprété, dans un premier temps, comme un déplacement de la sphère du politique vers celle de la vie privée. L’importance de l’échelle locale comme dimension privilégiée de l’action s’est vue renforcée par l’éclatement des formes classiques de mobilisation et par le déclin relatif des deux principaux cadres structurants des mobilisations sociales depuis le xixe siècle : l’État, interlocuteur privilégié des mouvements et le « travail », autour duquel se sont organisés les systèmes de protection sociale, référent de la plupart des protestations [Wieviorka, 2009, chap. 3]. Ce schéma d’interprétation d’origine européenne s’appliquait également à l’Amérique latine, au-delà des difficultés qui résultent d’une translation moins immédiate et moins mécanique des « luttes » des mouvements sociaux en « droits » garantis par l’État car celui-ci n’y a jamais eu la force instituante de ses homologues du Vieux Continent.

6Jusqu’au début des années 1980, les théories de la modernisation s’accordaient pour placer les acteurs et institutions nationales au cœur des pratiques du développement. C’était à partir de l’État, et parfois contre la société, qu’étaient impulsées les forces économiques, politiques et idéologiques pour moderniser les pays et faire parvenir les « bénéfices de la modernité » jusqu’aux régions les plus reculées. Aujourd’hui acteurs, institutions et analystes plébiscitent au contraire l’action localisée, ancrée dans un territoire limité [Lefebvre, 2001].

7La tendance à la territorialisation des mobilisations sociales des classes populaires depuis les années 1980 résulte notamment de l’affaiblissement de la dimension « travail » dans la réorientation des politiques sociales et d’une restructuration des États qui, dans les années 1980-1990, a pris trois directions qui ont fortement influencé les mouvements sociaux. Dans un premier temps l’État s’est décentralisé afin d’être « au plus près des citoyens ». L’organisation politique et administrative de la plupart des pays latino-américains a été transformée par de profonds processus de décentralisation [LOCAL, 2005], notamment sous l’impulsion d’institutions internationales comme la Banque mondiale [1996-2000] ou le PNUD [2002]. Des économistes ont décrété que le niveau local-régional était le plus pertinent pour penser, analyser et stimuler la production de richesses [Holmes, 1999 ; Krugman 1991]. Des sociologues ont vu dans l’espace métropolitain pour les villes [Fontan, Hamel et al., 2006], au niveau « local régional » [Zermeño, 2005] en milieu rural ou semi urbain, le cadre privilégié du développement économique mais aussi celui de la gestion des problèmes sociaux et environnementaux et de l’amélioration de la qualité de vie des habitants.

8Dans un deuxième temps, les politiques sociales ont été réorientées afin de « mieux cibler » les bénéficiaires de l’action publique. Elles ont alors visé les classes populaires, en prenant en compte le territoire, et non plus uniquement le travail ou la famille. Cette évolution était concomitante à la mise en œuvre de politiques d’inspiration néolibérale qui conduisaient à une diminution du rôle des États et ont parfois mené à un arrêt brutal des politiques d’intégration et de promotion de l’État social au profit d’une réorientation des politiques sociales par le territoire [Merklen, 2003a].

9Enfin, l’État a cédé des domaines d’action qui lui étaient jusque-là réservés (certaines politiques sociales, le développement ou la protection de l’environnement) à des acteurs de la « société civile » (les ONG et les associations locales). Un nouveau système d’action est apparu. En lieu et place de l’État et des syndicats, l’espace social s’est vu animé par les interventions d’ONG et d’organismes internationaux [Pirotte, 2007 ; Kaldor, 2007]. Les habitants doivent alors se mobiliser dans des organisations locales afin de tenter de bénéficier des ressources liées aux projets d’ONG ou aux programmes de développement, contraints de sortir quotidiennement à la « chasse » aux ressources [Merklen, 2003b]. Ainsi restructuré, l’État a mis des quantités considérables de ressources à la portée des mobilisations locales, il a renforcé les interlocuteurs locaux et a modifié les systèmes politiques par l’introduction de nouveaux acteurs. Cette « localisation » des politiques publiques a contribué à promouvoir un mode de socialisation politique à partir du territoire. Alors que les institutions et les promesses de développement font défaut, le territoire local se présente comme un pôle de stabilisation pour les populations les plus démunies.

10Il convient donc de mettre en garde contre certaines idéalisations des espaces locaux censés mener au « réenchantement de l’action publique, confrontée au désenchantement des idéologies partisanes et de leurs prétentions transformatrices » [Dasage, Godard, 2005, p. 658]. Si elles peuvent conduire à certaines améliorations dans la vie quotidienne des habitants, les stratégies locales se révèlent limitées face au délitement des droits et d’une citoyenneté qui reste prioritairement liés aux États-nations. L’État continue à être l’instance privilégiée de l’inscription du social dans le droit et dans la durée [Castel, 1995]. Sans parvenir à s’articuler avec l’État et à s’instituer, les limites et les contradictions intrinsèques de toute action locale restent la plupart du temps dans l’impasse.

11À la manière des « mouvements sociaux urbains » étudiés par Manuel Castells [1973], l’émergence de « nouveaux mouvements sociaux » (femmes, écologistes, mouvements de défense des droits de l’homme et mouvements régionaux) est venue mettre en cause le schéma classique des mobilisations sociales. La nouvelle grille d’analyse proposée par Alain Touraine [1980, 1982 et 1984] a engendré une importante vague de recherches en Amérique latine, dont témoigne le livre, désormais classique, coordonné par Élisabeth Jelin [1989] : « Los nuevos movimientos sociales ». José Nun [1989] est celui qui a probablement le mieux capté ce changement de rationalité politique dans la mobilisation sociale. Il décrit la fin d’une ère épique de la politique où, comme dans la tragédie grecque, les héros occupent le devant de la scène, reléguant la vie du peuple au deuxième plan. L’époque qui lui succède est celle d’une « rébellion du cœur » par laquelle les petits acteurs portent la vie quotidienne au premier plan. L’affaiblissement des mouvements ouvriers et la montée en puissance des nouveaux mouvements sociaux ont été interprétés comme une perte de centralité de la dimension « travail » dans les mobilisations au profit des enjeux nouveaux, plus diversifiés et accordant davantage de place à la vie privée, à la qualité de vie et aux questions locales. Une fois passé l’euphorie ou le pessimisme suscité par les théories de « la fin de la classe ouvrière », l’une des pistes pour décrire et analyser ce changement réside précisément dans le travail entrepris pour analyser l’ancrage territorial des nouvelles formes d’action.

12Si la « localisation » des mouvements résulte en partie de l’importance moindre désormais accordée par les nouveaux mouvements sociaux à l’État, au travail et à leur prédilection pour les enjeux de la vie quotidienne, les études de cas présentées dans ce dossier invitent également à nuancer cette perspective. Dans leurs efforts pour délimiter leur propre « localité », ces acteurs maintiennent généralement les États, les gouvernements et les institutions publiques parmi leurs interlocuteurs privilégiés.

13Les mobilisations articulées autour d’enjeux plus locaux reprennent également le thème du travail, sans pour autant s’inscrire dans un retour aux formes classiques des mouvements ouvriers. Ces mobilisations locales ne sont par exemple que très rarement conduites par des syndicats. Dans l’usine occupée « Bruckman » à Buenos Aires (voir l’article de Maxime Quijoux), une partie importante des travailleurs veillent ainsi à garder ses distances avec toute organisation politique ou syndicale. De tels mouvements visent moins à modifier la place du travail dans la société à travers des régulations ou des protections sociales qu’à maintenir l’activité économique, à s’opposer à une délocalisation qui entraînerait la perte d’emplois dans la région ou à gérer les conséquences de son installation (la pollution de l’air ou du sol, par exemple). Dans une démarche similaire, les ouvrières de Tijuana étudiées par Luis Lopez se sont mobilisées autour de la décontamination du site d’une usine mais elles soulignent qu’elles ne s’opposent pas aux maquilas en tant que telles, pourvoyeuses de nombreux emplois dans la région.

De la territorialisation à l’espace public

14La territorialisation des mobilisations caractéristiques des classes populaires depuis les années 1980 ne peut être comprise sans tenir compte de cette évolution de l’État ou de l’affaiblissement de la dimension « travail » dans la réorientation des politiques sociales. Il ne faut pas pour autant y voir uniquement une adaptation des mouvements sociaux à des changements extérieurs aux classes populaires. Partout sur le continent latino-américain, des citoyens et des mouvements indigènes placent leurs espoirs dans la transformation du niveau local afin d’améliorer la qualité de vie [Merklen, 2005 et 2009 ; Mestries, Pleyers, Zermeño, 2009]. À partir de la défense de leur lieu de vie, ils sont amenés à déployer de nouvelles formes de mobilisation et d’engagement social et politique. La « localisation » de l’action prend la forme d’une territorialisation car elle obéit à la délimitation d’une sociabilité ancrée sur une base territoriale. Celle-ci sert à la fois à articuler les demandes et à délimiter les bénéfices de l’action (de l’eau ou des transports « pour notre quartier »), à définir une identité (un « nous ») et à établir un lien avec l’espace politique. La territorialisation des mobilisations résulte ainsi également d’une revalorisation des liens de proximité au sein de celles-ci et, surtout, d’une revalorisation des possibilités que cette inscription sociale par le territoire offre à l’action collective [Merklen, 2009].

15Les mouvements que nous observons aujourd’hui semblent animés par des menaces à la qualité de vie, de l’environnement. Ainsi, la dénonciation d’une augmentation de l’insécurité dans une zone de la ville ou des violences policières dans certains quartiers, la fermeture d’une usine ou d’une exploitation pétrolière (comme certains groupes « piqueteros » lors de la crise argentine), la demande d’équipements et de services urbains par les habitants (crèches, écoles, transport, eau potable…), les révoltes contre les discriminations raciales ou le mépris des identités ethniques. Tous ces mouvements sont ancrés localement mais font en même temps appel à un espace public dans lequel ils dénoncent le non-respect de droits « universellement » reconnus. D’un côté, les habitants négocient au sein du système politique (avec les partis, les municipalités, les ONG ou les églises, selon les cas, parfois avec tout le monde en même temps) afin d’obtenir réponse à leurs demandes. D’autre part ils font appel à l’espace public local, national, transnational ou global en s’appuyant sur la presse et les médias.

16Telle que nous l’observons, l’action sociale locale contemporaine n’est donc pas fondée, comme jadis, sur une opposition espace public – espace communautaire [Leclerc-Olive, 2008]. L’action se construit à partir d’une appartenance revendiquée à un espace public. Ces acteurs n’agissent pas au nom d’une singularité locale revendiquée mais affirment au contraire l’appartenance de leur lieu de vie à l’espace public ; c’est à ce titre qu’ils demandent à être respectés. Les acteurs se mobilisent pour dire « nous aussi nous existons », « nous avons les mêmes droits que tout le monde et nous voulons qu’ils soient respectés ». C’est notamment le cas des mouvements de type « ethnique », comme celui des Mapuches au Chili qui revendique le droit à l’existence dans la démocratie et non pas à imposer une loi communautaire quelconque dans leurs territoires.

17La spécificité de chaque mouvement tient ainsi dans son inscription particulière dans un espace public et non dans un principe d’exclusion ou de séparation de celui-ci. La revendication d’une identité locale se fait alors aussi au nom de principes qui concernent l’ensemble des citoyens qui partagent cet espace local. C’est par exemple le cas du mouvement des habitants de Gualeguaychú, en Argentine, qui se sont mobilisés contre l’installation d’une usine de pâte à papier sur la rive gauche du fleuve Uruguay [Gautreau, Merlinski, 2009] ou de celui qui est présenté dans ce dossier par Luís López dans la ville de Tijuana, au Mexique. Leurs mobilisations visent à inscrire ces espaces locaux dans un espace commun. Pour certains, cette inscription passe par un conflit avec les autorités politiques, pour s’opposer notamment à certains programmes de développement (comme la construction d’un aéroport ou d’une autoroute sur les terres d’un village) ou pour défendre des formes spécifiques d’organisation locale. Pour d’autres, c’est à partir d’une articulation avec les autorités locales que la région, la ville ou le quartier peuvent devenir un lieu de reconstruction des relations sociales, économiques et politiques.

Des territoires locaux aux espaces publics nationaux et transnationaux

18Le niveau local ne peut et ne doit pas être considéré de manière isolée. L’ancrage local d’acteurs et de mobilisations n’est en rien incompatible ni avec le lien politique national ni avec une projection de la citoyenneté au-delà des frontières de l’État-nation. Une mobilisation locale n’a d’ailleurs pas nécessairement pour cible un adversaire local. Elle peut faire appel à des espaces publics divers et interpeller des autorités à différents niveaux. Des mobilisations locales se constituent ainsi souvent face à un acteur national, transfrontalier ou « global », voire difficile à classer dans ces échelles, comme c’est souvent le cas pour les entreprises. À quel niveau doit se situer la protestation contre l’installation d’une usine dans une zone ou pour l’amélioration des conditions de travail ? L’adversaire des mouvements locaux s’inscrit souvent dans des espaces sociaux, économiques et politiques complexes.

  • 2 . Gautreau et Merlinsky, 2009. Voir aussi le dossier publié sur le sujet par la revue plurilingue (...)

19Le cas des habitants de Gualeguaychú (Argentine) est particulièrement intéressant à cet égard2. Après avoir coupé le pont sur le fleuve Uruguay dans une action clairement localisée, ils se sont adressés à l’espace public national argentin pour dénoncer la menace sur leur environnement que constitue l’usine de papier installée sur la rive uruguayenne du fleuve, parce qu’ils considèrent que la solution à leur problème ne peut venir que d’une pression de leur gouvernement sur celui de l’Uruguay qui a autorisé l’installation de l’usine. En réponse à la mobilisation sociale de « l’assemblée de Gualeguaychú », le gouvernement argentin a porté plainte devant le Tribunal international de La Haye contre l’Uruguay pour résoudre ce conflit transfrontalier, portant ainsi le problème dans l’espace public international. Les habitants de la petite ville de Gualeguaychú se sont par ailleurs déplacés jusqu’à Buenos Aires pour manifester devant l’ambassade de Finlande, pays dans lequel est situé le siège de la maison mère de l’usine. Dans un cas de figure inverse, les habitantes de Tijuana ont mobilisé les médias états-uniens car elles considéraient que le gouvernement mexicain ne ferait rien pour arrêter la pollution du sol par le site d’une usine américaine désaffectée.

20La plupart des mouvements locaux dont traite ce dossier se sont ainsi caractérisés dans certaines étapes de leur histoire, par une grande capacité à articuler différentes échelles d’action et en particulier à projeter leurs mobilisations locales dans un espace public et médiatique international. C’est à cette capacité qu’a parfois tenu la survie même de ces mouvements, comme ce fut le cas des zapatistes au Mexique (évoqués dans l’article de Geoffrey Pleyers). Le succès du mouvement des habitantes de Tijuana doit aussi beaucoup à leur capacité à créer des liens avec des ONG états-uniennes tout en conservant un solide ancrage local. C’est également la combinaison de mobilisations des habitants du quartier et de soutiens internationaux qui a permis de ré-ouvrir l’usine Bruckman qui fut temporairement fermée par les forces de l’ordre en 2003. En revanche, les mouvements chiliens évoqués par Emanuelle Barozet apparaissent comme focalisés sur le cadre national et les relations à l’État-nation.

21La présence du global dans des territoires locaux a également conduit à des innovations importantes dans les répertoires d’action des mouvements. Lorsqu’une épreuve de force s’installe, les acteurs mobilisés agissent dans leur espace local pour bloquer des dynamiques qui transcendent ce territoire : ils coupent des routes ou des ponts, bloquent l’accès à une usine ou à un dépôt, s’installent dans le siège d’une usine ou d’une institution, font appel à la télévision étrangère pour dénoncer face à « l’opinion publique internationale » les excès ou l’inaction des États.

22Le local ne s’adresse pas nécessairement à une opinion publique locale de même qu’il n’a pas nécessairement cessé de faire appel au vieil espace public national. Les droits auxquels ils en appellent (au logement, à l’environnement, aux droits de l’homme, au travail, à une vie digne, etc.) s’inscrivent généralement dans des espaces publics nationaux, mais il arrive qu’ils interpellent un espace public transnational. Ce que les mouvements sociaux semblent nous dire c’est que les principes de la citoyenneté qu’ils évoquent pour défendre leurs droits ne sont pas exclusifs d’un État-nation, la citoyenneté politique est devenue un dénominateur commun de tous les peuples et de tous les individus [Beck, 1999 ; Held, 2010]. Elle inclut le droit à la mobilisation et à la contestation comme l’un de ces principes de légitimation ou comme l’une des dimensions fondamentales de la citoyenneté [Murard, Tassin, 2006]. Elle peut donc être interpellée face à des autorités nationales et, en même temps, devant des concitoyens ou des organisations qui se situent au-delà des frontières.

Les mouvements locaux au-delà du NIMBY

23Les mouvements locaux sont souvent considérés comme des mobilisations de défense des intérêts de quelques-uns (NIMBY) ou, dans le meilleur des cas, comme des mouvements trop restreints ou trop faibles pour atteindre le niveau national ou international grâce auquel ils pourraient avoir une influence sur les décisions politiques [Tarrow, 2005]. Une observation plus attentive, dont témoignent les différentes études de cas présentées dans ce dossier, montre au contraire que les mouvements locaux ne sont pas toujours limités à l’expression d’un égoïsme d’entre-soi et qu’ils peuvent porter des enjeux sociaux dans l’espace public national.

24Dans un contexte marqué par une « localisation » des politiques publiques, le sens des actions menées par ces mouvements et ces groupes locaux de citoyens peut mêler trois niveaux de signification, selon une catégorisation heuristique qui n’a rien de hiérarchique. Un premier tient dans la défense de ses intérêts et de la préservation de son environnement immédiat. Il s’agit de protéger leur milieu et leur mode de vie de la destruction en défendant le territoire ou l’espace dans lequel se construit leur quotidien et leur culture. Les luttes contre les expropriations de terre et contre les projets de modernisation portant atteinte à l’environnement contiennent clairement ce niveau de revendication. C’est aussi le cas des luttes pour la préservation de ressources locales ou contre des sources de pollution. La portée de ces luttes ne peut être sous-estimée puisqu’elles ont un impact considérable sur la qualité de vie des habitants. Dans leur étude des asentamentos (communautés établies sur des terres occupées) du mouvement brésilien des travailleurs sans-terre (MST), A. Wright et W. Wolford [2003, p. 264] soulignent ainsi une « amélioration du niveau de confort, de sécurité, d’alimentation, d’éducation, des soins de santé » qui a peu d’équivalent parmi les pauvres ruraux de ce pays.

25De nombreux mouvements locaux soulèvent un second ensemble d’enjeux lorsqu’ils refusent que les projets censés développer leur région soient décidés sans eux et exigent que les populations affectées soient inclues dans le cercle de décision. Ils veulent être entendus par les institutions et les autorités politiques et cherchent ainsi à établir un autre type de relation entre l’État et les communautés, les mouvements locaux ou les habitants, qui peut passer par différents mécanismes de participation ou l’établissement de relations durables avec les autorités politiques. Il s’agit là d’un enjeu essentiel pour la démocratie et les institutions dont l’avenir se joue notamment dans la capacité à nouer des liens avec les couches populaires qui s’organisent localement [Merklen, 2009 ; Zermeño, 2005]. La plupart du temps, les mouvements locaux agissent contre les effets de diverses formes d’exclusion et réclament la prise en compte de leur point de vue dans l’espace public national ou même international lorsqu’ils considèrent que les dynamiques qui affectent leur vie dépassent les frontières nationales. Ce sont également des dynamiques du type « luttes pour la reconnaissance » telles qu’elles ont été théorisées par Axel Honneth [2000].

26Enfin, certains acteurs ajoutent à ces deux dimensions une portée de transformation sociétale. À partir de l’organisation d’espaces locaux autonomes [Pleyers, 2010, chap. 2-4], il s’agit pour eux de développer un projet de société différent, dans lequel les acteurs locaux et leur organisation locale trouvent toute leur place. Leur action est ancrée localement, mais sa portée est sociétale en ce qu’ils s’adressent à un espace public qui dépasse ce niveau local et proposent une organisation différente de la société. Certains acteurs inscrivent la construction d’une organisation locale participative et démocratique dans une lutte contre le néolibéralisme, la domination de multinationales ou de logiques de modernisation perçues comme hostiles. Cette volonté de transformation sociale est observable dans l’action des mouvements sur eux-mêmes, notamment marquée par le souci de mettre en pratique des idéaux d’égalité, de participation active et de démocratie dans l’organisation du mouvement ou de la communauté. Plusieurs mouvements indigènes latino-américains, dont les zapatistes, ont fortement incarné cette tendance. C’est également le cas de certains « assentamentos » du mouvement des paysans sans terre au Brésil. De même, lors des occupations illégales de terrains pour le logement que nous avons observées dans la banlieue de Buenos Aires dans les années 1980, les valeurs de démocratie étaient fortement revendiquées à l’intérieur de chaque quartier et projetées comme une exigence vers l’espace politique national bien au-delà de leur intérêt matériel immédiat [Merklen, 1991].

Présentation du dossier

27Le local apparaît comme une clé importante dans l’analyse des mouvements sociaux contemporains. La localisation permet d’observer l’action (de « faire du terrain »), de la situer, de définir son périmètre et par conséquent de mieux la comprendre. Les articles rassemblés dans ce dossier s’attachent à saisir l’importance et les usages spécifiques de ce niveau local dans des mobilisations sociales, que ce soit pour améliorer les conditions de vie ou pour contribuer à des changements sociaux au-delà de cette échelle, pour développer des structures locales de solidarité, négocier avec des interlocuteurs institutionnels ou se faire entendre dans des espaces publics.

28Sur la base d’une analyse de l’évolution récente de plusieurs mouvements au Mexique, Geoffrey Pleyers souligne deux ressorts de ce réinvestissement du niveau local : l’absence de résultats obtenus au niveau national et une culture politique qui privilégie le changement à partir d’une échelle locale. L’article met l’accent sur la portée de ces mouvements locaux mais aussi sur leurs limites et les principaux défis auxquels ils doivent faire face. À partir d’un mouvement d’habitantes et d’ex-ouvrières des usines d’assemblage à Tijuana, Luís López montre l’émergence de nouvelles formes de lutte « situées/localisées ». Il tente notamment de décrire de nouveaux répertoires d’action « translocaux » mobilisés par des populations marginalisées : politique d’information, expertise, media, usage du droit, volonté de distance par rapport à la politique partisane. La frontière nationale apparaît alors à la fois comme une limite et comme une ressource. Emmanuelle Barozet considère la désaffection pour la politique formelle et la perte de crédit des institutions démocratiques comme l’une des causes fondamentales du regain d’intérêt des mouvements locaux et l’importance de tenir compte de leur ancrage local dans l’analyse des mobilisations sociales dans le Chili contemporain. À la question de l’efficacité de l’action s’ajoute celle d’un changement dans les représentations du politique. Enfin, Maxime Quijoux analyse la relation entre un mode de gestion paternaliste et la formation d’une identité et d’une culture ouvrière autochtone et spécifique. Il montre ce qui se produit quand le contrat moral est trahi dans le cadre d’une conjoncture de crise et de gestion néolibérale exacerbée en Argentine. Après l’occupation et la réouverture de l’usine par ses ouvriers, l’article interroge la portée d’un projet autogestionnaire local qui tend à reproduire des relations fortement influencées par l’expérience vécue par ce monde ouvrier. L’action localisée apparaît ici éloignée, à la fois, du grand modèle de mobilisation corporatiste argentin et des idéologies des grands projets autogestionnaires.

29Ce dossier est issu des travaux du réseau thématique 21 « Mouvements sociaux » de l’Association Française de Sociologie. Les textes furent d’abord présentés lors du troisième congrès de l’AFS en avril 2009, puis rediscutés lors de la journée d’étude du 20 novembre 2009 que ce même RT21 a organisée à la Maison des Sciences de l’Homme, à Paris, et enfin retravaillés pour ce dossier. Nous tenons à remercier Ilán Bizberg (Colegio de México) et David Dumoulin (IHEAL) qui ont accepté de commenter les différents articles lors de la journée d’étude. Merci également aux auteurs qui se sont prêtés à ce questionnement riche et intéressant sur la localité des mouvements sociaux en Amérique latine.

Haut de page

Bibliographie

Appadurai Arjun, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la mondialisation, Paris, Payot, 2001.

Badie Bertrand, La fin des territoires, Paris, Fayard, 1995.

Beck Ulrich, What is globalization ?, Cambridge, Polity Press, 1999.

Castel Robert, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

Castells Manuel, Luttes urbaines et pouvoir politique, Paris, Maspero, 1973.

Ceceña Ana Esther, “Revuelta y territorialidad”, Actuel Marx Argentina, n° 3, 2000, p. 111-120.

Dassage Fabien, Godard Jérôme, « Désenchantement idéologique et réenchantement mythique des politiques locales », Revue Française de Sciences Politiques, 2005, p. 633-661.

Dumoulin David, "Local knowledge in the hands of transnational NGO networks : a Mexican viewpoint", International Social Science Journal, 178, 2003, p. 593-606.

Fontan Jean-Marc, Hamel Pierre, Morin Richard, Shragge Eric, « Le développement local dans un contexte métropolitainé », Politique et sociétés, vol. 25(1), 2006, p. 99-127.

Garavaglia Juan Carlos, Merklen Denis, « Le conflit des usines à papier entre l’Uruguay et l’Argentine », dossier de six articles, Nouveau Monde – Mondes Nouveaux, Paris, EHESS, 2008.

Gautreau Pierre, Merlinski Gabriela, « Mouvements locaux, État et modèles de développement dans le conflit des usines de pâte à papier du fleuve Uruguay », Problèmes d’Amérique latine, n° 70, Paris, Éd. Choiseul, 2008, p. 61-80.

Holmes Thomas, "Scale of Local Production and City Size", The American Economic Review, vol. 89 (2), 1999, p. 317-320

Honneth Axel, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Cerf, 2000, Kampf um Anerkennung, Frankfurt, 1992.

Jelin Elizabeth, Los nuevos movimientos sociales, Buenos Aires, Centro Editor de América Latina, 1989.

Kaldor M., « L‘idée de société civile globale », Recherches sociologiques et anthropologiques, vol. 37(1), 2007, p. 89-108.

Krugman Paul, "Increasing Returns and Economic Geography", Journal of Political Economy, 99(3), 1991, p. 483-499.

Leclerc-Olive Michèle, « Un pouvoir local peut-il être public ? » in Michèle Leclerc-Olive, Affaires locales. De l’espace social communautaire à l’espace public politique, Paris, Karthala-Gemdev, 2006, p. 213-241.

Lefebvre Rémi, « Rhétorique de la proximité et crise de la représentation », Cahiers lillois d’économie et de sociologie, 2001, p. 111-132.

Local (L’observatoire des changements en Amérique latine), Bilan des politiques de décentralisation en Amérique latine, Paris, Institut des Hautes Études de l’Amérique latine et Ministère des Affaires Étrangères, 2005.

Merklen Denis, Asentamientos en La Matanza. La terquedad de lo nuestro, Buenos Aires, Catálogos, 1991.

Merklen Denis, « Inscription territoriale et action collective. Les occupations illégales de terres urbaines en Argentine depuis les années 1980 », thèse de doctorat, Paris, EHESS, 2001.

Merklen Denis, « Du travailleur au pauvre. La question sociale en Amérique latine », Études rurales, n° 165-166, 2003, p. 171-196.

Merklen Denis, “Vivir en los márgenes : la lógica del cazador » in M. Svampa, Desde Abajo. La transformación de las identidades sociales, Buenos Aires, Biblos, 2003, p. 81-119 (1 ª edición 2000).

Merklen Denis, Pobres ciudadanos. Las clases populares en la era democrática (Argentina, 1983-2003), Buenos Aires, Gorla, 2005 (2a edición 2010).

Merklen Denis, Quartiers populaires, quartiers politiques, Paris, La Dispute, 2009.

Mestries Francis, Pleyers Geoffrey, Zermeño Sergio, Movimientos sociales. De lo local a lo global, Barcelone et Mexico, Anthropos et UAM, 2009.

Murard Numa, Tassin Étienne, « La citoyenneté entre les frontières », L’Homme et la Société, n° 160-161, Paris, 2006, p. 17-35.

Nun José, “La rebelión del coro”, in La Rebelión del coro. Estudios sobre la racionalidad política y el sentido común, Buenos Aires, Nueva Visión, 1989, p. 11-24.

Pirotte Gautier, La notion de société civile, Paris, La Découverte, 2007.

Pleyers Geoffrey, “A quince años del levantamiento zapatista : alcances y retos de un movimiento local en la edad global », Revista de Ciencias Sociales, n° 125, 2009, p. 11-22.

Pleyers Geoffrey, “Autonomías locales y subjetividades en contra del neoliberalismo : hacía un nuevo paradigma para entender los movimientos sociales”, in Mestries Francis, Pleyers Geoffrey, Zermeño Sergio (coord.), Los movimientos sociales : de lo local a lo global, Barcelona, Anthropos, 2009, p. 129-153.

Pleyers Geoffrey, Alter-globalization, Cambridge, Polity Press, 2010.

Pnud, A global analysis of UNDP support to decentralization and local governance, New York, UNDP, 2002.

Tarrow Sidney, The new transnational activism, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

Touraine Alain, L’après socialisme, Paris, Grasset, 1980.

Touraine Alain, Le retour de l’acteur, Paris, Fayard, 1984.

Touraine Alain (dir.), Mouvements sociaux d’aujourd’hui. Acteurs et analystes, Paris, Éd. Ouvrières, 1982.

Wieviorka Michel, Neuf leçons de sociologie, Paris, Laffont, 2009.

World Bank, Working papers of the social capital initiative, Washington, World Bank, 1996-2000.

Wright A., Wolford W., To inherit the earth. The landless movement and the struggle for a new Brazil, Oakland, Food First, 2003.

Zermeño Sergio, La desmodernidad méxicana y las alternativas a la violencia y a la exclusión en nuestros días, Mexico, Océano, 2005.

Zermeño Sergio, Reconstruir a México en el Siglo XXI, México, Océano, 2010.

Haut de page

Notes

1 Not In My Backyard, «Pas dans mon jardin ».

2 . Gautreau et Merlinsky, 2009. Voir aussi le dossier publié sur le sujet par la revue plurilingue Nouveau Monde – Mondes Nouveaux, 2008, « Le conflit des usines à papier entre l’Uruguay et l’Argentine  », Paris, EHESS, 2008, six articles, dossier coordonné par J.-C. Garavaglia et D. Merklen. http://nuevomundo.revues.org.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Merklen et Geoffrey Pleyers, « La localisation des mouvements sociaux », Cahiers des Amériques latines, 66 | 2011, 25-37.

Référence électronique

Denis Merklen et Geoffrey Pleyers, « La localisation des mouvements sociaux », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 66 | 2011, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/385 ; DOI : 10.4000/cal.385

Haut de page

Auteurs

Denis Merklen

Maître de conférences à l’Université Paris Diderot – Paris 7 et chercheur à l’Institut de recherches interdisciplinaires sur les enjeux sociaux (IRIS, École des Hautes Études en Sciences Sociales). Professeur invité dans plusieurs universités d’Amérique latine, il enseigne à l’EHESS, à Sciences Po Paris et à l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine. Il fait partie des comités de rédaction des revues Problèmes d’Amérique latine (Éditions Choizeul), Tumultes (Éditions Krimée, Université Paris Diderot) et Apuntes de investigación (Buenos Aires, Fundación del Sur). Il est l’un des coordinateurs du Réseau thématique « Mouvements sociaux de l’Association française de sociologie » (RT21). Derniers ouvrages parus : Pobres ciudadanos. Las clases populares en la era democrática (Buenos Aires, Gorla, 2010), Quartiers populaires, quartiers politiques (Paris, La Dispute, 2009), L’expérience des situations limites (Paris, Karthala, 2009, avec G. Bataillon).

Articles du même auteur

Geoffrey Pleyers

Chercheur qualifié du FNRS à l’université Catholique de Louvain (UCL), chercheur au Centre d’Analyse et d’Intervention Sociologiques (CADIS-EHESS) et visiting fellow au centre "Global Governance", London School of Economics). Il enseigne la sociologie de la mondialisation et des mouvements sociaux à l’UCL et à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et est l’un des coordinateurs du Réseau thématique Mouvements sociaux de l’Association Française de Sociologie. Ses recherches portent sur le mouvement altermondialiste, l’engagement des jeunes et la consommation alternative. Il est l’auteur de plusieurs articles consacrés aux mouvements sociaux au Mexique et le co-éditeur (avec S. Zermeño et F. Mestries) de Movimientos sociales. De lo local a lo global (Barcelone, Anthropos, 2009). Après Forum Sociaux Mondiaux et Défis de l’Altermondialisme (Louvain-la-Neuve, Academia, 2007), son dernier ouvrage propose une analyse sociologique du mouvement altermondialiste (Alter-Globalization. Becoming Actors in the Global Age, Cambridge, Polity Press, 2010).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org