Navigation – Plan du site
Lectures

Ignacio Walker, Democracy in Latin America: Between Hope and Despair

Renée Fregosi
p. 158-162
Référence(s) :
Ignacio Walker, Democracy in Latin America: Between Hope and Despair, Notre Dame, Indiana, University of Notre Dame Press, 2013

Texte intégral

1En revenant sur les principales théories politiques des années 1950 à nos jours, Ignacio Walker dessine sa conception de la démocratie et les ressorts (plutôt que les « causes ») de ses avènements, déstabilisations, chutes, retours et éléments de consolidation. Essentiellement consacré à la démocratie en Amérique latine, cet ouvrage a cependant une portée plus générale et constituera manifestement une référence utile en science politique. Car cette démocratie qu’il nous présente dans toute sa complexité et ses tensions, « entre espoir et désespérance », concerne l’ensemble du monde d’aujourd’hui et est écartelée entre son aspiration, largement partagée mais confuse, à un idéal absolu et la nécessité d’une gouvernabilité assise sur des institutions médiatrices, le respect du pluralisme et la construction de compromis.

2À la fois intellectuel et acteur politique (actuel président du Parti démocrate-chrétien chilien), Ignacio Walker revendique cette double identité, jadis commune au sein du personnel politique en France comme au Chili, mais souvent méprisée à présent que la politique est le plus souvent considérée comme une technique – affaire de spécialistes –, davantage que comme un engagement de vie articulant inextricablement les idées et les actes. Ce livre théorique de réflexion politique constitue alors également, en soi, une action politique : convaincre du bien-fondé de conceptions théoriques et entraîner l’adhésion à des convictions pour agir sur le monde et le changer.

3Le pivot de la démonstration consiste en l’articulation de trois grandes idées illustrées par des faits historiques. Tout d’abord, avec Geoffrey Brennan et Alan Hamlin [1999], Ignacio Walker estime que la réalité prouve que « la démocratie représentative est une forme supérieure de gouvernement comparée à la démocratie directe » (p. 222) et non le contraire, comme on le pense trop souvent. À partir de cette distinction, l’auteur souligne « le paradoxe de la région » Amérique latine (p. 1) : le renforcement, depuis les années 1990, de la pratique de l’élection libre (fondement de la démocratie minimale procédurale de Schumpeter [1942] et Dahl [1972]), associé à un haut degré d’ingouvernabilité, d’instabilité politique – avec des élus qui vont rarement au bout de leurs mandats. Ensuite, avec Political Order in Changing Societies de Samuel Huntington [2006], Ignacio Walker affirme que « la relation entre les niveaux de participation politique et d’institutionnalisation détermine l’existence de stabilité ou d’instabilité politique » (p. 75), même s’il n’en tire pas les mêmes conclusions pratiques autoritaires qu’Huntington tirera dans les années 1970 sur la demande sociale, dans Crisis of Democracy notamment. Enfin, avec Albert Hirschman [1987], Ignacio Walker considère que « les sciences sociales ont accordé une importance déterminante excessive aux variables économiques pour expliquer les phénomènes politiques » (p. 79). Aussi, avec Juan Linz [2000] et les transitologues, croit-il que les processus de chute de régimes démocratiques, comme ceux de transition à la démocratie (en Amérique latine en tout cas), « peuvent s’expliquer par des facteurs internes et politiques plutôt qu’extérieurs et économiques (ou structurels)  » (p. 81). C’est pourquoi, de même qu’« il n’existe pas de chemin irréversible vers la démocratie », « l’Amérique latine n’est pas condamnée à l’autoritarisme et au sous-développement » (p. 5).

4Ignacio Walker situe sa réflexion sur la démocratie d’aujourd’hui dans une perspective historique longue exposée dans les deux premiers chapitres qui traitent de la contradiction interne du système oligarchique, intrinsèquement excluant, mais également travaillé par des forces libérales et par la recherche d’alternatives à ce type de système foncièrement instable. Le libéralisme, tant politique qu’économique, comme le socialisme, n’ont jamais constitué des courants de pensée ni d’organisations politiques puissantes en Amérique latine. En revanche, le corporatisme, le clientélisme, le patrimonialisme et le populisme sont des composantes très présentes, sous des formes variées, de la vie politique de la région. Cela est notamment dû au fait que les tentatives d’industrialisation, tant oligarchiques que populistes, ont eu finalement pour effets « l’extension de la pauvreté et de l’inégalité » et la frustration « des immenses attentes de la majorité de la population » (p. 62).

5Ignacio Walker avance donc que, tandis que le recours à l’autoritarisme par l’oligarchie jusqu’au début du xxe siècle relève du refus de celle-ci d’une intégration réformiste des classes populaires tant à la vie politique qu’au progrès social, la chute des démocraties après la Seconde Guerre mondiale trouve son origine dans la menace révolutionnaire. « Le Chili devint [dans les années 1960 et au début des années 1970] un cas d’école de l’affrontement entre les défenseurs de la réforme (représentés par la “révolution dans la liberté” du Président Eduardo Frei Montalva) et les défenseurs de la révolution (“la voie chilienne au socialisme” ouverte par Salvador Allende)  » (p. 83). Ce qui expliquerait alors, selon Ignacio Walker, que « l’étonnante ampleur et profondeur de la troisième vague de démocratisation » (p. 85) à la fin des années 1980 et au début des années 1990, corresponde à la construction, inédite dans la région, d’un large consensus autour d’une conception libérale, graduelle et progressive de la démocratie.

6Ici, Ignacio Walker fait manifestement preuve d’une attitude partisane. Certes, son hypothèse de l’affrontement de deux conceptions de la démocratie, posé par l’activisme communiste (à partir de la révolution bolchevique en Europe principalement, puis réactivé par la révolution cubaine à partir de 1959), est solide ; mais on pourrait tout autant l’illustrer plus généralement par l’opposition entre un communisme ou un « révolutionnarisme », pour qui la démocratie est toujours à venir et jamais concrétisée dans le réel politique du présent (voire l’inverse), et un socialisme démocratique, réformiste soucieux des institutions et considérant que la démocratie se construit au jour le jour, pacifiquement, par l’inclusion progressive du plus grand nombre. Alors l’opposition entre Frei Montalva et Allende devient celle de deux options réformistes plus ou moins audacieuses, plus ou moins radicales. Le coup d’État de septembre 1973 – comme les autres dans la région – ne serait qu’un nouvel avatar du recours des puissants à l’autoritarisme politique et à la répression pour stopper, voire faire reculer, l’intégration des couches populaires et la mobilité sociale. Toutefois, l’ambiguïté de l’Unité populaire, et surtout de la mobilisation qu’elle a déclenchée, confinant souvent, il est vrai, à une voie davantage révolutionnaire que réformiste, permet ce type d’interprétation équivoque, avancée ici par Ignacio Walker.

7Au demeurant, à part cette incursion dans le domaine strictement partisan, l’ensemble de l’ouvrage donne des arguments de poids pour fonder une conception libérale et progressiste de la démocratie. Après avoir passé en revue, dans le chapitre 2, les différents modèles de développement latinoaméricains des xixe et xxe siècles et leurs échecs relatifs, Ignacio Walker revient dans les chapitres 4 et 7 sur les questions économiques et sociales actuelles, en vue d’une « nouvelle stratégie de développement » (p. 107). Il développe une critique vigoureuse des politiques ultralibérales des Chicago Boys au Chili et considère que, si le consensus de Washington des années 1990 a contribué à la nécessaire transition de modèle économique, les changements sociaux en profondeur qu’a occasionnés « la séquence des crises économiques des années 70, 80 et 90 » appellent aujourd’hui l’avènement « d’un nouvel État-providence (ou société), qui ne protège pas seulement les inclus du système (travailleurs syndiqués par exemple) mais également ceux qui sont exclus du système (en particulier les jeunes chômeurs et les femmes)  » (p. 125).

8Par-delà le débat « présidentialisme ou parlementarisme » (p. 190) qu’il s’agit de dépasser (comme l’expose le chapitre 6), les chapitres 5 et 8 dessinent la forme politique que devrait prendre ce nouvel État-providence, en quelque sorte aux antipodes de la fausse solution néopopuliste qui s’est répandue, depuis les années 2000, en réaction au coût social des politiques drastiques des années 1990. Pour Ignacio Walker, le néopopulisme correspond grosso modo à ce que Guillermo O’Donnell appelle « la démocratie délégative » [1992 ; 2010] : les néopopulistes, de droite (dans un premier temps) comme de gauche (par la suite), « ont imposé une manière de connexion directe avec le peuple, soutenus par une forte légitimité électorale mais avec une faible institutionnalisation du pouvoir liée à des pratiques clientélistes, patrimonialistes et corrompues, provenant de grandes difficultés à distinguer les sphères privée et publique – distinction essentielle pour un concept républicain de démocratie » (p. 133).

9Ainsi trois gauches existent aujourd’hui en Amérique latine, très différentes en termes de démocratie : « une gauche marxiste, une gauche populiste et une gauche socialdémocrate » (p. 155). Certes, les nouveaux leaders populistes soutenus en général par la gauche marxiste et Cuba, notamment Hugo Chávez, font beaucoup de bruit, mais Ignacio Walker note qu’ils sont finalement peu nombreux (Bolivie, Équateur, Venezuela) et estime qu’« il est important de mettre l’accent sur la réalité et les possibilités du réformisme démocratique en tant que réponse non populiste aux réformes néo-libérales des années 90 » (p. 159), en commençant bien sûr par le Chili de la Concertación, et en y ajoutant le Brésil, l’Uruguay, le Panama, le Costa Rica, la République dominicaine et même le Guatemala d’Álvaro Colom. Ces pays, chacun à leur façon, sont sur la voie d’une nouvelle stratégie gagnante. Pour ce faire, « la gouvernance démocratique nécessite un système politique qui jouisse à la fois de légitimité et d’efficacité pratique de sorte à rendre possible la cohésion sociale. […] Les mécanismes de participation et les formes d’empowerment citoyen doivent être articulés – et non pas proposés de façon alternative – avec les institutions démocratiques représentatives » (p. 221).

Haut de page

Bibliographie

Brennan Geoffrey et Hamlin Alan, Democratic Devices and Desires, Cambridge University Press, 1999.

Dahl Robert, Polyarchy: Participation and Opposition, New Haven & London, Yale University Press, 1972.

Hirschman Albert, « The Political Economy of Latin American Development: Seven Exercises in Retrospection», Latin American Research Review, vol. 22, 1987/3, p. 7-36.

Huntington Samuel, Political Order in Changing Societies, New Haven & London, Yale University Press, 2006 [1re éd. 1968].

Linz Juan J., Totalitarian and Authoritarian Regimes, Boulder, Rienner, 2000.

O’Donnell Guillermo, Democracy, Agency and the State: Theory with Comparative Intent, Oxford University Press, 2010.

O’Donnell Guillermo, « ¿Democracia delegativa?», Cuadernos del Claeh, n° 61, 1992.

Schumpeter Joseph, Capitalism, Socialism and Democracy, London, Routledge, 2003 [1re éd. 1942]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renée Fregosi, « Ignacio Walker, Democracy in Latin America: Between Hope and Despair », Cahiers des Amériques latines, 79 | 2015, 158-162.

Référence électronique

Renée Fregosi, « Ignacio Walker, Democracy in Latin America: Between Hope and Despair », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 79 | 2015, mis en ligne le 25 février 2016, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://cal.revues.org/3703

Haut de page

Auteur

Renée Fregosi

Maîtresse de conférences et directrice de recherche en science politique, IHEAL-Creda

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org