Navigation – Plan du site
Lectures

Georges Couffignal, La Nouvelle Amérique latine : laboratoire politique de l’Occident

Olivier Dabène
p. 157-158
Référence(s) :
Georges Couffignal, La Nouvelle Amérique latine : laboratoire politique de l’Occident, Paris, Presses de Sciences-Po, 2013

Texte intégral

1La collection « Nouveaux débats » des Presses de Sciences-Po porte bien son nom. Georges Couffignal nous offre en effet dans son dernier ouvrage un stimulant condensé des débats qui agitent les latino-américanistes.

2Dans un style alerte, il mobilise de nombreuses sources et données pour présenter un état des lieux d’un continent qu’il fréquente assidûment. Le ton est résolument positif, l’accent étant placé sur les innovations, le dynamisme ou l’émergence. L’ouvrage est divisé en cinq chapitres, abordant respectivement les questions politique et constitutionnelle, les évolutions de l’action publique, le populisme et l’émergence du continent sur la scène internationale.

3Il fait une large place à la période actuelle marquée par un « virage à gauche » qui a suscité une abondante littérature. L’auteur jette un regard plutôt bienveillant sur ces expériences, considérant leur apport aux « progrès » du continent.

4Au-delà des cercles académiques, Georges Couffignal entend aussi s’adresser à un public plus large. En sous-titrant son ouvrage « laboratoire politique de l’Occident », il replace l’Amérique latine sur l’écran radar de tous ceux, décideurs, politiques, citoyens, qui cherchent dans ce monde des sources d’inspiration. Car l’Amérique latine est bien un laboratoire, où s’expérimentent depuis une quinzaine d’années des pratiques innovantes, orchestrées par des classes politiques renouvelées. Georges Couffignal analyse ces innovations, notamment dans le domaine politique et constitutionnel. Les pratiques participatives se sont multipliées, la transparence et la reddition de comptes ont progressé, les politiques sociales ont efficacement accompagné la croissance économique pour faire reculer la pauvreté dans des proportions jamais atteintes, les constitutions ont reconnu le multiculturalisme.

5Couffignal ne cède pas pour autant à un optimisme béat. L’Amérique latine peine à engager certaines réformes pourtant évoquées depuis des décennies. Par ailleurs, les dérives de sa démocratie, vers le populisme ou un présidentialisme exacerbé, sont toujours d’actualité.

6L’ouvrage de Georges Couffignal remplit parfaitement son objectif : il alimente les débats et suscite la réflexion. Parmi les nombreux thèmes qui font et continueront de faire l’objet de discussions, j’en pointerai deux.

7Le bilan social de la gauche au pouvoir en Amérique latine, en premier lieu, me semble devoir faire l’objet d’une approche davantage critique. Couffignal aurait gagné à se pencher sur les effets d’aubaine dont se sont saisis tous les gouvernements, de gauche comme de droite, pendant la période 2002-2008. L’Amérique latine a largement bénéficié d’une conjoncture économique très favorable pour financer des programmes redistributifs, à l’image de Bolsa Familia au Brésil. Avancer que ces programmes ont engendré une nouvelle classe moyenne porteuse de revendications me semble imprudent. Les millions de Latino-Américains sortis de la pauvreté se trouvent plutôt dans une situation de fragilité anxiogène. Comme l’avance Marcio Pochmann à propos du Brésil, il s’agit bien plutôt d’un nouveau prolétariat, avec des travailleurs qui disposent d’un contrat de travail et sortent de l’économie informelle, mais qui demeurent vulnérables [Pochmann, 2012].

8Le thème de l’insertion internationale de l’Amérique latine, en second lieu, est complexe. Les développements que Couffignal offre dans le dernier chapitre du livre me semblent trop centrés sur le Brésil de Lula. Si le charisme et la visibilité internationale de Lula ne font pas de doute, la nature de son leadership, tant en Amérique du Sud qu’au plan multilatéral, peut être aujourd’hui évaluée avec un certain recul. Lula a certes œuvré en faveur du régionalisme en Amérique latine, et s’est attaché à développer les solidarités Sud-Sud, mais il n’a pas su convaincre que le Brésil pouvait assumer des responsabilités sur la scène internationale en matière de paix, de sécurité ou de commerce. Le Brésil s’est abstenu au Conseil de sécurité de l’ONU lors du vote pour l’intervention en Libye, en 2011. Dilma Rousseff, quant à elle, fait preuve d’un désintérêt pour les affaires internationales, qui renvoie le Brésil à un profil bas. Le Brésil s’est encore abstenu lorsque l’Assemblée générale de l’ONU a voté, en 2014, une résolution critiquant le référendum en Crimée.

  • 1 «Mexico’s moment», The Economist, 21 novembre 2012.

9Hormis le Brésil qui ne parvient pas à s’affirmer, point de salut. Le « moment mexicain », célébré par The Economist en 20121, a pris fin avec le massacre de quarante-trois étudiants à Iguala. L’Amérique latine ne compte guère dans l’ordre mondial émergent.

10Bien d’autres sujets pourraient être évoqués, ce qui montre à quel point l’Amérique latine est un laboratoire qui se prête à de multiples interprétations.

Haut de page

Bibliographie

Pochmann Marcio, Nova classe média ? O trabalho na base da pirâmide social brasileira, São Paulo, Boitempo, 2012

Haut de page

Notes

1 «Mexico’s moment», The Economist, 21 novembre 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Dabène, « Georges Couffignal, La Nouvelle Amérique latine : laboratoire politique de l’Occident », Cahiers des Amériques latines, 79 | 2015, 157-158.

Référence électronique

Olivier Dabène, « Georges Couffignal, La Nouvelle Amérique latine : laboratoire politique de l’Occident », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 79 | 2015, mis en ligne le 25 février 2016, consulté le 24 août 2017. URL : http://cal.revues.org/3700

Haut de page

Auteur

Olivier Dabène

Professeur, Sciences-Po, Ceri-Opalc

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org