Navigation – Plan du site
Lectures

Juan Carlos Garavaglia, Jacques Poloni-Simard et Gilles Rivière (dir.), Au miroir de l’anthropologie historique : mélanges offerts à Nathan Wachtel

Presses universitaires de Rennes, 2014
Pierre Ragon
p. 189-193
Référence(s) :
Juan Carlos Garavaglia, Jacques Poloni-Simard et Gilles Rivière (dir.), Au miroir de l’anthropologie historique : mélanges offerts à Nathan Wachtel, Presses universitaires de Rennes, 2014.

Texte intégral

  • 1 Cf. compte rendu de Danièle Dehouve plus haut.

1On les attendait depuis longtemps. Les Mélanges offerts à Nathan Wachtel, qui a mis fin à ses fonctions au Collège de France et à l’EHESS en 2005, sont enfin disponibles. L’épaisseur du volume et sa qualité expliquent en partie la longueur de l’attente, mais le résultat ne décevra pas les lecteurs. Dès les années 1960, en France, l’œuvre de Nathan Wachtel s’est trouvée au centre du débat andiniste. Le chercheur, directeur d’études à l’EHESS à partir de 1976, est aussitôt apparu comme le fondateur d’un domaine quasi inexploré et d’une approche originale qui le rattacha très tôt à une pratique de recherche née aux États-Unis quelques années auparavant et connue dans le champ réduit de ses adeptes sous le nom d’« ethno-histoire ». On a préféré ici rattacher cette entreprise au mouvement plus connu en France sous le nom d’« anthropologie historique ». Peu importe l’étiquette, la portée de l’œuvre de Nathan Wachtel tient à son originalité, à sa cohérence thématique et méthodologique, ainsi qu’au caractère souvent pionnier de ses propositions. Elle tient aussi – et ce volume en témoigne – au rayonnement personnel de l’auteur, qui lui permit de nouer des dialogues féconds avec les plus grandes figures de l’andinisme, et plus généralement de l’américanisme – où qu’elles se trouvassent –, de nourrir le débat existant au sein du milieu académique français, d’établir des ponts entre les disciplines et les aires d’étude, et enfin de former des élèves. On trouvera ici pas moins de trente-trois contributions réunies en quatre sections. Les contributeurs, historiens et anthropologues, sont français, britanniques, nord-américains, argentins, boliviens, péruviens, chiliens et polonais. On y retrouve quelques-unes des plus grandes signatures de l’américanisme, mais aussi celles de spécialistes des sciences sociales « à la française », y compris au-delà du champ d’études qui fut celui de Nathan Wachtel, preuve de sa capacité à ouvrir des voies nouvelles qui dépassent le seul apport américaniste. La première section, intitulée « En guise d’ouvertures », accueille une série de sept contributions, pour la plupart offertes par les anciens collègues de Nathan Wachtel – le plus souvent en poste à l’EHESS –, qui permettent de replacer sa formation intellectuelle dans son contexte historique. La seconde, « Mémoires andines et histoire américaine », regroupe quel­ques contributions difficilement classables méthodologiquement (Reiner Tom Zuidema, Jan Szemiński) et d’autres plus historiennes. Suit une troisième section, nourrie des contributions de différents anthropologues américanistes1, et une dernière centrée sur l’étude des « religions andines, du marranisme et du judaïsme », une ligne de recherche qui s’affirma comme des plus fécondes dans l’œuvre de Nathan Wachtel à partir de la fin des années 1980 et du début des années 1990.

2Cette organisation, un choix commode de classement, ne doit pas prêter à confusion : il ne s’agit pas ici de séparer ce que Nathan Wachtel a toujours voulu relier, l’anthropologie et l’histoire d’une part, les structures sociales et les cultures, notamment religieuses, d’autre part. En effet, la plupart des contributeurs se sont pliés aux exigences de l’exercice et ont dépassé les frontières de leur propre discipline. Beaucoup se sont également employés à rejoindre les préoccupations de Nathan Wachtel et ont pris le point de vue des vaincus et des oubliés de l’histoire : Noirs (Carmen Bernand, Bernard Vincent), Juifs (Jonathan Israel, Solange Alberro, Anita Waingort Novinsky, Lucette Valensi), voire créoles (Ana María Lorandi, Juan Carlos Garavaglia) et, bien sûr, Indiens pour la plupart des autres auteurs.

3La première section de ces hommages accueille plusieurs contributions centrées sur des réflexions épistémologiques ou historiographiques qui remettent très utilement en perspective l’œuvre scientifique de Nathan Wachtel. La toute première d’entre elles, que signe André Burguière en témoin attentif de la vie de l’EHESS, où il a côtoyé Nathan Wachtel durant de longues années, est particulièrement bienvenue. Il y décrit comment son collègue participa, au côté de Fernand Braudel mais souvent contre lui, à la formation d’une anthropologie historique qui n’était pas le premier souci du grand maître. C’est là un témoignage éclairant porté sur une évolution majeure des pratiques de l’histoire issue de l’école des Annales à partir des années 1970 et 1980. Curieusement – mais de manière fort opportune –, c’est peut-être l’avant-dernier texte du volume qui rejoint le mieux cette ouverture en mettant à nu un autre des ressorts de la pensée de Nathan Wachtel : sa grande sensibilité aux cultures historiques de l’exclusion. Jean-Frédéric Schaub, en cadet pourtant éloigné, évoque avec empathie et sensibilité ce qui peut être considéré comme les redéfinitions successives d’une douloureuse modernité occidentale, où se mêlent inextricablement l’ombre des dérives racistes et la lumière des droits de l’homme, de l’expérience vécue du xxe siècle aux lointains antécédents du xvie siècle, dont Nathan Wachtel préféra faire son objet d’étude. Le texte final de la première partie (de François Hartog) s’arrête aussi sur un nœud de la pensée et des travaux de Nathan Wachtel : l’étude des constructions mémorielles qui sont autant de points de passage obligés des analyses régressives que Nathan Wachtel affectionnait tant. Toutefois, il invite moins à une plongée dans l’œuvre de l’auteur qu’il ne la prend comme point de départ pour une réflexion plus générale, sur l’émergence et l’articulation du nouveau couple que forment mémoire et histoire en tant qu’objet d’étude, subitement, à partir des années 1980. Telle est aussi la démarche de Jacques Revel dans un texte intitulé « Comparer les religions au début du xviiie siècle ». Cette étude sur la naissance du relativisme au temps des Lumières est donnée comme un clin d’œil adressé à celui qui, inévitablement, fit de la comparaison des croyances et des rites un instrument heuristique de la recherche anthropologique et historienne. Les quatre dernières contributions de cet ensemble ont toutes été données par des collègues particulièrement proches de Nathan Wachtel, de par leur position institutionnelle, leur itinéraire ou leur proximité intellectuelle. Serge Gruzinski et Carmen Bernand saisissent l’opportunité de ces Mélanges pour rebondir sur leurs propres contributions antérieures, Quelle heure est-il là-bas ? pour le premier, Un Inca platonicien : Garcilaso de la Vega (1539-1616) pour la seconde. Serge Gruzinski ajoute à son essai antérieur une nouvelle réflexion sur un troisième penseur de l’universalité, Tommaso Campanella qui, depuis sa prison, s’efforça de penser la totalité du monde et l’étendue de l’histoire humaine à partir de l’universalité de la monarchie ibérique, sans pour autant se défaire d’une approche ancienne, la confrontation pluriséculaire de la chrétienté avec l’islam. Carmen Bernand, elle, préfère dresser face à son portrait de l’Inca platonicien la figure attachante d’Olaudah Equiano, cet esclave originaire du territoire de l’actuel Nigéria, ballotté sur les routes atlantiques de l’Empire britannique et finalement émancipé en Caroline du Sud. Il fut l’auteur de mémoires, mis au service de l’émancipation de ses semblables grâce à la maîtrise de la culture vétérotestamentaire de ses anciens maîtres.

4La deuxième partie, « Mémoires andines et histoire américaine », fait écho à l’un des aspects centraux de l’œuvre de Nathan Wachtel, son travail sur la mémoire. Compte tenu de la diversité des horizons dont sont issus les différents contributeurs et de la variété de leurs approches, il est plus difficile d’en rendre compte. « À tout seigneur, tout honneur », cette seconde section est ouverte par un texte de Reiner Tom Zuidema, dont l’influence sur la formation de Nathan Wachtel fut décisive, au côté naturellement de celle du regretté John V. Murra. Zuidema revient ici sur sa propre découverte de l’organisation politique du Cuzco et des ceques, dont l’étude orienta ensuite le développement des études andinistes pour des décennies. Il revient sur la préférence qu’il choisit d’accorder à l’œuvre de Polo de Ondegardo et reprend les arguments qui permettent de soutenir une lecture structuraliste (et non dynastique) des listes d’Incas que les sources nous ont transmises. Les contributions touchant à la question des catégories sociales dans les sociétés de l’Amérique du Sud forment le groupe numériquement le plus important de cet ensemble. Jan Szemiński revient sur la question des Urus, ô combien chère à Nathan Wachtel. En utilisant les seules sources vernaculaires, il les identifie comme les membres d’une catégorie sociojuridique rassemblés en marge de la société à côté des Incas, des nobles, des tributaires et des serviteurs. Carmen Salazar-Soler et Tamar Herzog, chacune à leur manière, reviennent sur la construction de la catégorie coloniale de l’Indien, tandis qu’Ana María Lorandi et Juan Carlos Garavaglia s’intéressent à celle des créoles. Une dernière préoccupation commune, concernant l’élaboration des textes – nos sources principales ! – et leur circulation dans la société coloniale, est illustrée par la contribution que Tom Cummins et Juan Ossio consacrent ensemble à l’entreprise du chroniqueur Martín de Murúa, tandis que José Luis Martínez donne une analyse de la circulation des « récits andins » durant la période de la domination espagnole.

5La dernière section rassemble huit contributions qui tournent autour des thèmes que Nathan Wachtel privilégia au cours des dernières années de sa carrière : les « religions andines, le marranisme et le judaïsme », équitablement réparties entre question indienne et question juive (quatre textes dans les deux cas). Thérèse Bouysse-Cassagne livre ici une analyse ciselée de la mise en place de la mission jésuite de Juli, expérience pionnière dans l’entreprise jésuite d’évangélisation des Andes, dont elle esquisse le bilan, fort médiocre en l’occurrence. On en trouvera les raisons dans son texte. Bernard Lavallé se place à l’autre extrémité de l’arc chronologique de l’ère coloniale en étudiant les effets de l’évolution du recrutement du clergé rural au cours du xviiie siècle, lorsque se développe le recrutement a titulo de lengua (« au titre de la maîtrise de la langue [des Indiens] »). Alors le fossé culturel existant entre le prêtre et les fidèles tend à se réduire : le prêtre est culturellement plus proche des fidèles et les comprend mieux, pour le meilleur et pour le pire. Teresa Gisbert et Chantal Caillavet offrent dans un élégant diptyque deux figures opposées de la résilience et de la rupture. Les avatars du culte d’Illapa, et la manière dont il innerva celui de Santiago au temps de la domination coloniale, sont abordés par l’historienne de l’art Teresa Gisbert. Chantal Caillavet, à l’inverse, s’efforce de rendre compte des raisons multiples qui ont abouti à la disparition de la consommation de feuilles de coca dans les Andes du nord, alors que cet usage perdurait, voire se généralisait plus au sud. En définitive, ces quatre textes balayent une vaste gamme de questions touchant aux dynamiques religieuses, de l’évangélisation des Indes à l’époque espagnole.

6Le volume se ferme sur quatre contributions consacrées aux cultures juive et marrane. Par leurs approches, leurs ambitions et les perspectives qu’elles ouvrent, elles dessinent des destins dispersés, comme le fut celui de ces groupes. Lucette Valensi et Solange Alberro donnent deux exemples de vie fort dissemblables, celui d’un Tunisien juif, pater familias polygame du milieu du xxe siècle, que Lucette Valensi appréhende à travers son testament, et celui d’une malheureuse victime des bûchers de l’Inquisition dans le Mexique du xviie siècle (Solange Alberro) : permanence d’une culture jusque-là insensible aux mouvements de l’histoire dans un cas, impossible survie dans l’autre. Les deux autres textes délaissent au contraire l’expérience individuelle pour s’attacher à la pertinence des modèles qu’ils examinent : ceux des identités marranes, à travers le cas des marranes brésiliens, de la part d’Anita Waingort Novinsky qui, pour l’analyse, mobilise les modèles du paria, tel qu’il fut défini par Max Weber, et de la fluctuatio animi que lui préfère Miguel Abensour. Jean-Frédéric Schaub s’attache quant à lui à replacer l’antisémitisme parmi les multiples discours de l’exclusion produits par les sociétés occidentales et à relier son histoire à celle de la progressive affirmation du racisme au cours du xviiie siècle.

7L’ensemble, on le voit, est d’une très grande richesse et de fort bonne tenue, même si – c’est la contrainte de l’exercice –, toutes les contributions ne sont pas à mettre sur le même plan. L’unité de l’ensemble, qui renvoie à celle de l’œuvre personnelle de Nathan Wachtel, n’empêchera pas des chercheurs venus d’horizons fort variés de faire leur miel de ces lectures.

Haut de page

Notes

1 Cf. compte rendu de Danièle Dehouve plus haut.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Ragon, « Juan Carlos Garavaglia, Jacques Poloni-Simard et Gilles Rivière (dir.), Au miroir de l’anthropologie historique : mélanges offerts à Nathan Wachtel », Cahiers des Amériques latines, 78 | 2015, 189-193.

Référence électronique

Pierre Ragon, « Juan Carlos Garavaglia, Jacques Poloni-Simard et Gilles Rivière (dir.), Au miroir de l’anthropologie historique : mélanges offerts à Nathan Wachtel », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 78 | 2015, mis en ligne le 13 janvier 2016, consulté le 28 juin 2016. URL : http://cal.revues.org/3602

Haut de page

Auteur

Pierre Ragon

Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense, UMR 8168 « Mondes américains ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers des Amériques latines

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org