Navigation – Plan du site
Lectures

Juan Carlos Garavaglia, Jacques Poloni-Simard et Gilles Rivière (dir.), Au miroir de l’anthropologie historique : mélanges offerts à Nathan Wachtel

Presses universitaires de Rennes, 2014
Danièle Dehouve
p. 184-188
Référence(s) :
Juan Carlos Garavaglia, Jacques Poloni-Simard et Gilles Rivière (dir.), Au miroir de l’anthropologie historique : mélanges offerts à Nathan Wachtel, Presses universitaires de Rennes, 2014.

Texte intégral

1« Nathan Wachtel, historien et anthropologue », c’est par ces mots que s’ouvre le volume hommage dédié à notre grand collègue américaniste par ses disciples et amis. Il est impossible de dissocier ces deux aspects de la personnalité de Nathan Wachtel, comme en font foi les 510 pages de textes réunis, portant successivement sur des questions de méthode historique, de mémoires andines et d’histoire du marranisme et du judaïsme. Dans ce riche ensemble, la troisième partie, spécialement dédiée à « l’anthropologie américaniste » (p. 267-397), me fournit l’occasion de montrer plus spécifiquement l’influence qu’a exercée Nathan Wachtel dans le milieu des anthropologues, au moyen d’une théorie originale et d’une méthodologie puissante, capables de combiner les notions de structure et d’identité mémorielle.

2Rappelons que la théorie wachtélienne se met en place dans le livre fondateur Le Retour des ancêtres, paru en 1990, en trois volets, dont le premier concerne la « structure » [Wachtel, 1990]. C’est l’époque où les spécialistes des Andes découvrent des systèmes de classification fondés sur une logique binaire qui « ordonne non seulement la société, mais encore l’espace, le temps, l’univers […]. Une série de couples d’opposition se déploie dans un réseau de relations où les ensembles et les sous-ensembles se définissent les uns par rapport aux autres, se répètent, s’emboîtent et se corrigent suivant des critères et des perspectives variables » [Wachtel, 1990, p. 71]. Le dualisme andin et ses jeux de miroirs – qui fournissent au volume le titre d’hommage – gagnent ainsi leurs lettres de noblesse sous la plume de Wachtel.

3Mais l’apport fondamental de notre collègue consiste à dépasser et prolonger cette approche structuraliste en introduisant l’histoire, deuxième volet de sa méthode. Afin de connecter la structure et la conjoncture, il se demande comment se perpétuent les logiques culturelles. À la place de la théorie un peu rapide du syncrétisme, Wachtel montre qu’une logique andine, en l’occurrence dualiste, s’applique à des composantes qui relèvent de différentes strates historiques [Wachtel, 1990, p. 72]. On peut remarquer que cette conception est assez proche de ce qu’Alfredo López Austin nommera, à propos de la Méso-Amérique, « le noyau dur », caractérisé, non par un mélange entre traits culturels, mais par l’apparition de nouvelles façons d’ordonner, en fonction de logiques internes, les différents éléments qui proviennent des situations historiques de contact et de colonisation [Alfredo López Austin, 2001, p. 47-65].

  • 1 Traduction de Danièle Dehouve (N.d.É).

4Cependant, Wachtel ne s’en tient pas là et complète son approche par un troisième volet qui concerne les identités de groupe ancrées dans l’histoire et dans la mémoire collective. Pour emprunter les termes de Frank Salomon : « Dans Le Retour des ancêtres, des structures culturelles de la tradition uru, retravaillées durant des siècles d’adversité, exercent une logique irrésistible sur leurs porteurs. […] Avoir une identité, c’est cultiver des symboles qui mettent en rapport la texture de la vie immédiate avec des scénarios hérités et des classifications1 » (p. 383). L’identité mémorielle est donc fondée sur des détails privés et des catégories générales, elle met en rapport les structures ou classifications symboliques et l’histoire vécue du groupe, lesquelles se combinent dans la vie quotidienne et personnelle de chacun des membres. Ainsi se précise une analyse à trois termes : structure, histoire et personne ou, dit autrement, symboles, mémoire et vies privées. Comme l’histoire des Indiens d’Amérique est celle des vaincus, leur mémoire collective est faite de la digestion collective de cette histoire de domination.

5Ces remarques débouchent sur une conséquence pratique. Il convient d’appréhender un groupe indien non par lui-même, mais au travers de sa relation avec les autres groupes : il faut expliquer le voisin par le voisin. Dans Le Retour des ancêtres, les voisins sont, bien sûr, les Aymaras et les Urus ou Chipayas, à la fois semblables et différents. Chez les uns comme chez les autres s’applique la même logique binaire : « Le cas chipaya ne représente qu’une variante parmi les combinaisons que permettent les jeux de miroirs de l’ordre dualiste » [Wachtel, 1990, p. 282]. Mais comment s’explique l’existence de cette variante ? Par l’histoire des relations entre ces deux groupes, qui peut être vue comme la création historique de l’altérité, du point de vue des Aymaras comme de celui des Chipayas.

6Ces idées de Wachtel, magistralement exposées dans Le Retour des ancêtres, ont été nourries de ses relations avec ses collègues et étudiants, dont l’expression dans le livre hommage montre à quel point il a marqué toute une génération d’anthropologues méso-américanistes. Les contributions prennent place dans deux ensembles.

7Le premier renvoie au triptyque wachtélien « structure/histoire/personnes » et à une méthodologie visant à expliquer le voisin par le voisin. C’est ainsi que Verónica Cereceda compare les textiles des Chipayas et des Aymaras (p. 295-316). Les premiers partagent avec les seconds les logiques dualistes andines, comme le prouvent la configuration de leur village, leur habitat et leur organisation sociale. Pourtant, alors que les tissus aymaras sont structurés par des oppositions dualistes et des jeux de miroirs, il n’en va pas de même des tissus chipayas qui sont dépourvus de centre et de moitiés, sans gauche ni droite ni symétrie. La comparaison fait apparaître des différences qu’il faut expliquer : celles-ci sont inséparables de la constitution de l’altérité qui s’est mise en place au cours de l’histoire puisque, d’après Cereceda, les Chipayas bâtissent leur identité en s’affirmant comme les descendants d’une humanité antérieure aux Aymaras, liée aux esprits des ancêtres ; d’où l’absence de structuration de leurs textiles. Gilles Rivière se penche pour sa part sur l’interprétation des rêves chez les Aymaras (p. 277-294). Il distingue deux façons d’interpréter les rêves – métaphorique et littérale –, en se situant au point de rencontre entre les systèmes symboliques porteurs de logiques culturelles et la vie personnelle. Et, comme prévu dans la théorie wachtélienne, les Chipayas font irruption au cœur des rêves de leurs voisins aymaras, où ils désignent les mallku – ancêtres ou divinités tutélaires. La contribution d’Anath Ariel de Vidas mérite une mention spéciale dans la mesure où elle applique l’analyse wachtélienne au Mexique, malgré la spécificité de la tradition anthropologique de ce dernier pays (p. 317-326). Expliquer le voisin par le voisin se réfère ici à deux groupes linguistiques, les Nahuas et les Teeneks, étudiés dans deux villages proches. La comparaison entre les pratiques rituelles de guérison des deux communautés fait apparaître que, par-delà les traits communs qui comprennent les offrandes ou dépôts rituels, les Teeneks fondent leurs cérémonies sur les rapports mythiques entretenus par les hommes avec des êtres telluriques primordiaux. Ceci les conduit à abandonner la nourriture aux entités qui ont ravi l’âme du malade ; tandis que les Nahuas partagent le repas avec les entités responsables des maladies. Enfin, expliquer le voisin par le voisin, mais à propos de voisins plus éloignés, tel est le propos de Philippe Descola qui envisage conjointement les civilisations andines et amazoniennes (p. 267-275). L’auteur rappelle qu’il fut un temps où les chercheurs insistaient sur la continuité culturelle entre les Indiens des cordillères et ceux des basses terres ; aujourd’hui, il serait plus adéquat d’insister sur leurs différences. C’est l’occasion pour Descola de présenter un nouvel état de sa réflexion sur les ontologies animistes et analogiques : des traits de l’organisation sociale auraient migré de proche en proche, expliquant l’air de famille existant, mais ce sont des structures ontologiques bien contrastées qui organisent les styles de vie et les philosophies de grands blocs de populations amérindiennes, au sein desquels se distinguent fortement les populations andines et amazoniennes.

8Le second ensemble de contributions s’organise autour des identités en mouvement, de leur permanence sur le long terme et du rapport étroit associant ces processus, les vies privées et la mémoire collective. L’apport de Tristan Platt (p. 327-345) se présente comme un écho au dernier chapitre du Retour des ancêtres, dans lequel Wachtel raconte son retour à Chipaya en 1982 : au cours des quatre années écoulées, des mouvements religieux pentecôtistes se sont implantés dans le village qui, du même coup, a abandonné la pratique de plusieurs cultes. Deux des principaux acteurs de cette histoire sont Santiago, premier catéchiste, pionnier des nouveaux mouvements religieux, et Vicente, sorcier et chef des derniers païens du village. Wachtel explique qu’au fil des destins transparaît la prégnance du champ socioculturel dans lequel évoluent les narrateurs et la subjectivité des protagonistes. Platt applique cette méthodologie à l’analyse d’un fait divers survenu en 1975 à Sucre, en Bolivie. Il montre comment le meurtre d’un chaman par un autre chaman – son rival en amour – s’explique en mettant en rapport structures symboliques et vie privée.

9Les trois dernières contributions parlent des nouvelles identités amérindiennes. Elles prennent appui sur les enseignements de Wachtel concernant la permanence des groupes ethniques dans la durée. Cela explique qu’Antoinette Molinié et Guillaume Boccara proposent deux contributions intitulées « Le retour des vaincus », qui portent sur des expressions différentes des nouvelles formes d’identité. Antoinette Molinié désigne sous ces termes le renouveau néo-inca dans la région du Cuzco (p. 347-364). Une histoire spécifique qui remonte à l’époque coloniale explique l’émergence de plusieurs rituels, tels ceux que célèbre le recteur de l’université du Cuzco – un néo-culte solaire et les cérémonies New Age au Machu Picchu – ; autant de célébrations qui manifestent le retour mondialisé de l’Inca. Guillaume Boccara, quant à lui, offre une réflexion sur les rapports entre l’identité, la mémoire et la politique chez les Indiens mapuches du Chili (p. 365-382). Il analyse un texte rédigé en 2006 par quatre chercheurs d’origine mapuche comme l’expression d’une nouvelle façon d’écrire l’histoire du Chili, en sachant que celle-ci résulte de la rencontre entre les non-Mapuches, ou criollos, et les Mapuches. Cette partie se clôt sur la contribution de Frank Salomon qui fournit une sorte de conclusion aux nouvelles expressions identitaires (p. 383-397). Elle s’appuie, en effet, sur l’innovation constituée par les textes produits sur Internet par les migrants andins, à l’exemple des Huarochiranos de Lima ou du New Jersey. Pour mieux les analyser, Frank Salomon compare les populations andines de cholos et les populations juives marranes. Dans les deux cas, ces groupes ont fait le choix de manifester, au nom de leur héritage, des différences visibles par rapport aux autres groupes. Celles-ci résultent de dynamiques de recomposition autour de certains symboles, mais ces derniers sont appauvris, aboutissant à ce qu’on a nommé le « marranisme light », ce qui conduit Salomon à parler ici de la « reconstruction light de la culture andine ». Dans les deux cas, andin et marrane, les symboles hérités sont chargés d’émotion et de fidélité, marqués par la mémoire des persécutions et des extirpations d’idolâtries. Là se trouve la clé pour comprendre pourquoi les marranes et les cholos ont refaçonné leurs héritages respectifs selon des modalités qui comportent des traits communs. Cette dernière contribution vient à point nommé pour rappeler les aspects les plus originaux des idées de Wachtel : les structures symboliques de l’identité ne sont pas immortelles et se renouvellent dans la mesure où elles intègrent une part d’émotion partagée (p. 397).

10On le voit, ce livre hommage est à la hauteur de la recherche et de l’enseignement conduits par Wachtel. D’une présentation impeccable, dans un ordre savamment organisé, les contributions, prises tant individuellement que dans leur ensemble, constituent désormais une référence incontournable pour la recherche en anthropologie américaniste.

Haut de page

Bibliographie

López Austin Alfredo, « El núcleo duro, la cosmovisión y la tradición mesoamericana », in Félix Báez-Jorge et Johanna Broda, Cosmovisión, ritual e identidad de los pueblos indígenas de México, Mexico, Consejo Nacional para la Cultura y las Artes, Fondo de Cultura Económica, 2001, p. 47-65.

Wachtel Nathan, Le Retour des ancêtres : les Indiens urus de Bolivie, xxe-xxie siècle, essai d’histoire régressive, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines », 1990.

Haut de page

Notes

1 Traduction de Danièle Dehouve (N.d.É).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Dehouve, « Juan Carlos Garavaglia, Jacques Poloni-Simard et Gilles Rivière (dir.), Au miroir de l’anthropologie historique : mélanges offerts à Nathan Wachtel », Cahiers des Amériques latines, 78 | 2015, 184-188.

Référence électronique

Danièle Dehouve, « Juan Carlos Garavaglia, Jacques Poloni-Simard et Gilles Rivière (dir.), Au miroir de l’anthropologie historique : mélanges offerts à Nathan Wachtel », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 78 | 2015, mis en ligne le 13 janvier 2016, consulté le 26 septembre 2016. URL : http://cal.revues.org/3600

Haut de page

Auteur

Danièle Dehouve

Directrice de recherche émérite au CNRS.

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers des Amériques latines

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org