Navigation – Plan du site
Dossier

Le paradoxe de Lima : une réflexion sur les conséquences de la mobilité sociale des secteurs populaires

La paradoja de Lima : una reflexión sobre las consecuencias de la movilidad social en los sectores populares
The paradox of Lima : a look at the consequences of social mobility in popular sectors
Émilie Doré
p. 97-114

Résumés

Depuis une dizaine d’années, la conjoncture économique favorable du Pérou a commencé à bénéficier aux secteurs populaires urbains qui connaissent une mobilité sociale accrue. En s’appuyant sur deux études réalisées à Lima, l’une dans un quartier précaire, l’autre dans un quartier de classe moyenne émergente, Émilie Doré analyse l’évolution des processus de mise à distance de l’autre (en particulier la ségrégation spatiale et le racisme) : s’estompent-ils dans le nouveau contexte social et économique ? Cet article montre que les frontières sociales tendent à devenir plus fluides, mais que les divisions réelles ou symboliques renaissent pourtant à travers les stratégies individuelles des habitants qui cherchent à acquérir les attributs de la réussite sociale.

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 17/12/2014, accepté le 18/04/2015.

Texte intégral

Introduction

1Lima est, comme la majeure partie des métropoles latino-américaines, une ville marquée par de fortes inégalités sociales, où les immenses zones d’habitat précaire de la périphérie côtoient des quartiers résidentiels constitués de luxueuses villas et d’immenses jardins irrigués [Doré, Huamantinco et Sihuay Maravi, 2014]. Mais ces contrastes frappants ne doivent pas nous amener à développer une image figée de la ville, car elle vit aussi sous le signe de la mobilité sociale.

  • 1 Source : Banco Central de Reserva del Perú.
  • 2 Entre 2004 et 2007, le taux de pauvreté est passé de 48,6 à 39,3 % de la population totale du pays  (...)

2Le Pérou connaît, depuis la fin des années 1990, une conjoncture économique faste (5,5 % de taux de croissance du PIB en 20131) qui bénéficie avant tout aux milieux urbains et en tout premier lieu à Lima2. Alors que les indicateurs macro-économiques semblaient auparavant déconnectés de la réalité vécue par la population (parce que celle-ci restait en dehors des circuits économiques dynamiques), depuis 2004 la croissance a commencé à favoriser des secteurs demandeurs en main-d’œuvre peu qualifiée, tels ceux de la construction, du commerce ou de l’industrie manufacturière. La situation de l’emploi des catégories populaires des grandes villes s’est donc améliorée. Cette conjoncture appelle des questions autour des mutations sociologiques liées aux possibilités accrues de mobilité sociale.

3Les très fortes inégalités historiques ont forgé des préjugés profondément ancrés dans les représentations des différents groupes sociaux. Les processus matériels et immatériels de mise à distance de l’autre (ségrégation spatiale, racisme envers les migrants issus des provinces andines) qui ont marqué l’espace physique et social de la ville sont-ils en train d’évoluer, voire de s’estomper, à la faveur de la mobilité sociale intense que vivent les catégories populaires ?

4Pour répondre à cette question, nous verrons tout d’abord l’importance du désir d’ascension sociale, qui est au cœur de l’action des habitants des quartiers populaires, en nous basant sur une étude menée au sein d’un quartier populaire de l’est de Lima, Huaycán. Puis, nous préciserons notre propos en observant comment les préjugés racistes se développent, à l’intérieur même du quartier, à la faveur d’une certaine rhétorique du progrès présente dans le discours des habitants. Enfin, nous nous pencherons sur un autre cas pour compléter notre réflexion : nous verrons comment, dans un nouveau quartier résidentiel de classe moyenne, évoluent les modes de ségrégation spatiale et les représentations sociales de l’Autre.

5En observant deux espaces sociaux bien distincts, nous comprendrons donc comment s’incarne, au quotidien et à travers l’expérience des individus, le paradoxe de Lima : un univers urbain marqué par la mobilité, mais où renaissent sans cesse les divisions réelles ou symboliques entre les habitants.

L’espoir de mobilité sociale parmi les secteurs populaires : un moteur de l’action

  • 3 En 2004, l’anthropologue José Matos Mar estimait que la proportion d’habitants vivant dans des quar (...)
  • 4 Cf. article précédent de Diana Burgos-Vigna : « Action collective et citoyenneté : un regard sur le (...)

6Plus de la moitié de la population de Lima vit dans des quartiers qui sont nés de façon informelle3, par le biais d’occupations de terrains, où les habitants ont bâti eux-mêmes leur maison, souvent de bric et de broc, et ont dû lutter pour obtenir des infrastructures de base et, à plus long terme, une régularisation de leur situation. Ces quartiers, longtemps appelés barriadas4, ont accueilli les migrants venus massivement des Andes, à partir des années 1940, pour tenter leur chance dans la capitale.

7De 2004 à 2007, dans le cadre de notre thèse de doctorat, nous avons mené une recherche de terrain à Huaycán, un quartier d’habitat précaire de la périphérie est de Lima (district d’Ate) qui accueille aujourd’hui plus de 160 000 habitants. Notre enquête a porté sur les conduites de jeunes adultes (de 18 à 35 ans) et les représentations à l’œuvre dans leur vie quotidienne. Les observations de terrain et des entretiens semi-directifs ont permis de donner des informations sur leurs valeurs, sur leurs objectifs et stratégies, et sur les défis identitaires qu’ils traversent.

  • 5 Ce terme générique désigne souvent, au Pérou, les habitants des quartiers populaires. Nous l’emploi (...)
  • 6 C’est pourquoi les temps de la fondation d’un quartier populaire sont les plus propices à l’action (...)

8D’un point de vue urbanistique, Huaycán présente, selon les zones, toutes les étapes de consolidation d’un quartier précaire. Les premières familles se sont installées en 1984, dans des abris de fortune, sur un terrain plat et inoccupé, près d’une grande voie de circulation, la carretera central. Leur action n’était pas légale, mais largement tolérée, et même accompagnée par les autorités. Le parti Izquierda Unida, alors aux affaires à la mairie de Lima, qui rêvait de faire de Huaycán un quartier populaire autogéré, accorda en effet un soutien technique aux premières actions des pobladores5. Aujourd’hui les zones basses sont consolidées : l’avenue principale est asphaltée, bordée de commerces en tout genre, restaurants, magasins de vêtements, de meubles, de téléphonie… Les maisons ont souvent un étage ou deux, il n’y manque guère que les finitions. Aux efforts individuels apportés par chaque famille pour transformer sa hutte en maison de matériaux solides se sont ajoutés des efforts collectifs, car il a bien fallu se regrouper pour aplanir les terrains, tracer des routes, puis aller revendiquer un raccordement aux réseaux auprès des autorités municipales6 qui, dès la fin des années 1980, se sont montrées bien moins coopératives.

  • 7 La notion de débordement nous renvoie d’ailleurs à l’étude de José Matos Mar, qui en 1984, emploie (...)
  • 8 Jean-Claude Driant [1989] décrit deux phénomènes qui contribuent à l’extension toujours renouvelée (...)

9Le plan initial d’occupation de Huaycán a rapidement été débordé7. Dans les années 1990, de nouvelles familles, dont beaucoup fuyaient la violence politique dans les Andes, sont venues s’installer en nombre, dépassant les frontières initialement décidées, envahissant des espaces escarpés et (théoriquement) non constructibles dans les contreforts des Andes. Ces zones, dites « zones hautes », offrent encore une image de grand dénuement, car elles sont plus récentes et ont été créées sans soutien technique ni politique. Dans les zones hautes de Huaycán, les petites cabanes s’entassent à flanc de montagne, éloignées des services et des commodités de la vie urbaine8.

10L’expérience des habitants de Huaycán est marquée par la mobilité géographique et sociale. Beaucoup ne sont pas nés dans le quartier, mais y sont venus après avoir grandi en province ou bien dans d’autres quartiers populaires de Lima, au sein de familles de migrants.

11Par ailleurs, tous les habitants de Huaycán souhaitent une amélioration de leurs conditions matérielles d’existence (par exemple avoir un logement solide, une source de revenus stable) et espèrent aussi acquérir une meilleure position sociale. Ils comptent pour cela sur le travail et l’esprit d’entreprise.

  • 9 Un exemple : l’expression el rey de la papa, le roi de la pomme de terre, illustre la figure du mig (...)

12La croyance en la capacité d’ascension sociale par le travail est entretenue, dans les perceptions des acteurs, par l’existence de modèles de succès populaires. Souvent, ces modèles sont incarnés par des personnes réelles qui réalisent leurs espoirs de migrants et deviennent ainsi les témoins d’une possible réalisation de ces espoirs. Par leur seule existence et la propagation de leur histoire, ils cristallisent les aspirations des pobladores. D’abord, pour les migrants récents, les parents proches ou lointains installés en ville depuis plus longtemps font figure d’exemple, surtout s’ils ont déjà quelques biens et une activité économique régulière. La nouvelle de la réussite notable de certains peut aussi s’étendre rapidement au voisinage ; si elle a été obtenue par le travail, elle suscite approbation et émulation9. « Je connais un voisin, dit ainsi Jivari, une jeune interviewée, qui a travaillé dur depuis tout petit, il travaillait, il travaillait et il étudiait. Et maintenant il est… comment on dit ? Il gagne un bon salaire, il est comme chauffeur mais de ces camions très grands, des trailers, comme on dit. »

13La force de travail est l’un des leviers les plus importants que peuvent activer les plus démunis pour tenter de changer leur condition (d’autres leviers existent et le complètent, comme la mise en œuvre de la solidarité familiale). C’est pourquoi il est si important pour les habitants de Huaycán que leur travail leur appartienne. Les pobladores marquent ainsi une préférence pour le travail autogénéré et rêvent le plus souvent de monter leur propre entreprise.

  • 10 Pour les secteurs populaires, le travail salarié est rare et souvent précaire ; il ne garantit guèr (...)

14Cette préférence peut survenir à la suite de déceptions dans l’exercice ou dans la recherche d’un travail salarié10. Les jeunes interrogés montrent une réticence très marquée à accepter des conditions de travail dégradantes quand le patron, celui « pour qui » on travaille, leur est lointain et étranger, quand il n’est pas un membre de leur famille. Quand ils n’acceptent plus les conditions de travail, ils s’en vont, tout simplement. Il est rare qu’ils aient une attitude revendicative. En réalité, l’imaginaire des jeunes habitants autour du travail prend pour modèle le self-made man. Le résultat de leur travail doit passer par une chaîne courte et visible. Ils travaillent pour eux et ne comptent que sur eux, et ne s’identifient qu’à leur labeur propre ou à celui de leur famille. C’est ainsi que Roberto, un jeune homme de 19 ans qui a un travail d’ouvrier en centre-ville, affirme : « Mes espérances sont… avoir un commerce et ne pas avoir à travailler pour les autres… Je préférerais qu’on travaille pour moi ! Pas que moi je travaille pour eux. C’est ça mon idée ! » Il ajoute : « Je suis couturier. Je veux monter mon propre petit atelier. » Avoir son propre petit commerce est une attente très largement partagée à Huaycán, et beaucoup ont déjà pu se lancer dans sa réalisation, avec plus ou moins de bonheur. Comme dit Daverd (23 ans) : « Les gens ici se consacrent surtout au commerce, ils essaient tous de travailler là-dedans, acheter et vendre. »

15La plupart des petites entreprises informelles ne servent qu’à assurer la survie de la famille, sans prospérer. La concurrence est très rude, le marché émietté. Certaines entreprises, cependant, croissent lentement, se consolident [Soto, 1986 ; Grompone, 1999]. Être propriétaire de son outil de travail (de sa boutique, de sa voiture si on travaille dans le transport, par exemple) assure une certaine stabilité et représente une étape importante vers une meilleure situation. Posséder des murs pour y mettre un commerce dans une zone passante et commerciale : voilà la voie souvent citée comme celle de la réussite et de la sécurité.

16Il est habituel, pour les jeunes habitants de Huaycán, d’affirmer que tout le monde a des opportunités, qu’il suffit de savoir les saisir, ou encore que tout « dépend de soi-même » (l’expression est présente de façon récurrente dans les entretiens). Cette perception a ceci de positif qu’elle rend les pobladores acteurs de leur propre vie ; mais elle est partiellement en contradiction avec la réalité, car elle ignore le fait que les efforts des uns et des autres auront des résultats très disparates suivant les obstacles matériels rencontrés : celui qui a des parents déjà nés en ville sait bien comment s’y mouvoir, ou celui qui dispose d’un petit capital aura certainement plus de chances de voir son travail fructifier, qu’une personne plus défavorisée. En cas de contretemps dans le chemin vers « la réussite » (el éxito), un vif sentiment de culpabilité affleure chez les jeunes. C’est ainsi qu’Italo, un jeune homme sans travail, qui passe beaucoup de temps avec ses amis, à errer, à bavarder ou à faire des graffitis, affirme pendant l’entretien : « Ça me déçoit. Je ne suis pas sur la bonne pente. Il n’est pas arrivé grand-chose mais je ne veux pas… J’ai pas ce… comment dire ? Cette force de volonté comme on dit, pour travailler. »

  • 11 Il y a plusieurs raisons à l’échec de ce projet : le débordement, avec l’arrivée massive et imprévu (...)

17La faiblesse du lien social et communautaire à Huaycán entretient l’idée que seul est possible le progrès individuel. Nous avons pu observer que seule la structure familiale constitue un soutien pérenne aux yeux des jeunes. Les structures communautaires du quartier leur sont très peu familières ; les rares habitants qui savent qu’il existe des dirigeants locaux (issus de ce qui reste de la communauté autogérée rêvée par Izquierda Unida11) ne leur font pas confiance et affirment que la corruption a gangrené l’organisation du quartier. Si celui-ci évolue, ce n’est donc, aujourd’hui, que grâce aux efforts individuels cumulés des habitants.

L’usage de catégories racialisées dans le processus de différenciation sociale

18Il existe dans le quartier même des divisions sociales, entre ceux qui ont commencé à « progresser » vers la réussite et les autres. Lors de notre travail de terrain, nous avons remarqué que les processus de différenciation entre individus se jouent à l’aune de la réussite matérielle. Par ailleurs, il existe un racisme latent, entre les habitants, qui se nourrit du besoin de se démarquer des autres, affaiblit à son tour le lien social, et aggrave les divisions.

19Pour les jeunes habitants de Huaycán, il est important de s’intégrer dans la grande ville, de se sentir partie prenante de la vie de la métropole : cela va de pair avec la mobilité sociale. Une personne d’origine provinciale peut, en opérant des changements dans sa façon de se présenter aux autres, revendiquer une insertion symbolique dans la capitale, mais, et c’est ici que prennent naissance les tensions, cela implique un camouflage des éléments andins de son identité.

  • 12 Une jeune habitante de zone basse affirme ainsi : « Il y a ceux qui sont nés à la sierra et ceux qu (...)

20Il arrive en effet souvent que les jeunes les plus familiers du monde urbain exercent une pression forte à l’encontre de ceux qui sont identifiés comme serranos (« montagnards », c’est-à-dire issus des Andes). Les migrants récents cumulent des facteurs de vulnérabilité sociale : ils sont bien souvent les plus pauvres et ceux qui ont un moindre niveau d’éducation. Un amalgame se tisse alors entre l’andinité et la pauvreté, voire la saleté12. Les serranos se trouvent en butte aux moqueries de ceux qui veulent laisser derrière eux un passé de misère et souhaitent s’intégrer à la grande ville. Si tous les habitants ont bien la même origine, un processus de différenciation sociale les divise rapidement, et ce processus comprend une dimension « raciale ».

  • 13 Depuis la transition démocratique, les régions profitent d’un mouvement historique de décentralisat (...)
  • 14 Alors même que nous soulignions la baisse du taux de pauvreté au Pérou, il faut noter que les zones (...)

21Ouvrons ici une parenthèse historique et contextuelle. Lima, située sur la côte, est jusqu’au début du xxe siècle une ville qui affiche un prestige social et où vit l’oligarchie ; c’est le point de départ des exportations, un « point de référence obligatoire dans une économie organisée autour de l’exploitation minière et, postérieurement, agricole » [Frisancho, 2004, p. 218]. Les territoires ruraux des Andes sont, au contraire, perçus comme le territoire des Indiens, serranos qui constituent un réservoir de main-d’œuvre pour les grandes exploitations agricoles et minières, ou qui s’organisent en communautés autonomes de paysans, autour d’un mode de vie andin ignoré et méprisé par les élites. Aujourd’hui, malgré les mutations sociales et politiques13, Lima continue de centraliser le pouvoir politique et économique. Les zones rurales andines (particulièrement au sud et au centre du pays) sont les plus touchées par la pauvreté14 ; leurs habitants souffrent d’une certaine forme de relégation, ou de désintérêt de la part des dirigeants nationaux.

22L’image d’un Indien nécessairement rural, pauvre, aux croyances archaïques, est d’abord née dans les représentations des élites de Lima et des milieux urbains métis. Au début du xxe siècle, le courant libéral, notamment incarné par Javier Prado [Cadena, 2004, p. 33] théorise le fait que si l’indianité est certainement porteuse de limitations graves, il est en revanche possible à chaque individu de « transcender sa race », de changer de race, grâce à l’éducation. Cet « espoir » est à la base des politiques de démocratisation de l’éducation qui ont permis à beaucoup d’individus de sortir de leur condition stigmatisée : le changement de statut social est allé de pair avec un passage de la condition de paysan à celle de citadin, de la condition d’Indien à celle de métis.

  • 15 Musique andine modernisée, souvent accompagnée de harpe électrique.

23À Huaycán nous avons observé que les manières d’être de chacun sont interprétées d’après une échelle de valeurs incluant des éléments culturels. Par exemple, une jeune femme portant une jupe longue et coiffée de nattes suscitera des regards moqueurs, venant surtout de celles qui portent un jean et un t-shirt coquet, ou une minijupe. La jupe longue et les nattes sont des éléments perçus comme andins, provinciaux. Les porter c’est ignorer la mode, paraître décalée. Juan (33 ans), un habitant du quartier, affirme au sujet des jeunes migrantes : « Les jeunes filles de là-bas arrivent avec leur pollera [jupe andine], ici elles commencent à porter le pantalon aux hanches, elles se font des ondulations de cheveux […]. Quand elles retournent là-bas, elles se nient elles-mêmes, elles nient comment elles étaient. » Les façons de parler, les accents, font également partie du faisceau de manières d’être qui placent l’individu dans une position soit avantageuse, soit désavantageuse. La connaissance de l’argot de Lima, la bonne maîtrise du castillan et un phrasé rapide donnent de l’assurance aux jeunes gens. Au contraire, un accent andin, des tournures quechua s’immisçant dans la syntaxe espagnole, un moindre vocabulaire deviennent des problèmes au moment d’affronter le monde urbain, de parler avec d’autres jeunes. De la même façon, les pratiques culinaires évoluent : les pommes de terre frites, comme celles vendues dans les fast-foods, seront préférées aux pommes de terre bouillies, cuisson serrana. Les goûts musicaux sont jugés de façon similaire : les jeunes se moquent des styles de musique andins. José (19 ans) dit par exemple : « La majorité des gens ici n’aime pas le huayno15. Ils préfèrent la disco, si toi tu écoutes ton huayno, les amis se moquent de toi. » Les jeunes qui sont en butte aux moqueries finissent souvent par comprendre qu’il n’y a aucune fatalité à ce que leurs voisins ou camarades d’école se moquent d’eux. Il suffit qu’ils apprennent à parler fort, avec l’accent de Lima, à s’habiller « à la mode », pour s’imposer.

  • 16 Nico (17 ans), interrogé à Huaycán, affirme ainsi : « Ici, la majorité des gens vient de la sierra, (...)

24La mobilité sociale est souvent évoquée sous l’angle du blanchissement [Wade, 1997] ; c’est ainsi que Juan, cité plus haut, affirme : « S’ils veulent te voir blanc, ils te verront blanc. » Plus couramment, en devenant Liménien, on devient métis (mestizo) aux yeux des autres habitants. Soulignons que la couleur de la peau est un élément important de présentation de soi, d’autant plus stigmatisant que la peau est foncée. Mais c’est un élément négociable, qui peut être évalué différemment selon les interactions [Cunin, 2004]. On peut (presque) faire oublier que l’on est d’origine indienne si l’on acquiert des manières d’être associées à la vie citadine et occidentalisée16. Parallèlement, la persistance des préjugés a rendu improbable le fait que l’on conserve son identité d’Indien en avançant socialement, ou en devenant citadin.

25La volonté de se débarrasser d’un stigmate, et la tentation de cacher des éléments de son identité pour ce faire, est à l’origine d’un grand désarroi identitaire parmi les migrants, qui sont amenés à camoufler des pans de leur histoire, de leurs goûts, de leurs aspirations pour ne pas attirer les moqueries. Ce désarroi se traduit notamment par une difficulté à nouer des relations d’amitié durables et sincères, ou encore par l’ambivalence face à l’histoire familiale, évoquée le plus souvent à demi-mot. Par ailleurs, comme chacun peut voir s’atténuer les moqueries et discriminations à son encontre à mesure qu’il occupe une position sociale plus avantageuse et des manières d’être perçues comme modernes, la domination raciste n’est pas collectivement contestée ni dénoncée.

26À ce stade de la réflexion, nous observons donc que la mobilité sociale, théoriquement accessible à chacun, ne produit pas automatiquement une disparition des préjugés touchant certaines personnes, mais plutôt une mutation de ces préjugés : le racisme est un racisme voilé, culturalisant, mais puissant dans ses effets.

27Dans la dernière partie de cet article, nous verrons ce qui se passe à l’étape suivante de la mobilité sociale, quand les familles d’origine modeste sont parvenues à changer de position sociale et de quartier. Comment les classes moyennes émergentes tentent-elles de s’approprier leur nouveau statut ?

Les classes moyennes émergentes : l’impossible entre-soi

28Le district de La Molina, situé dans la périphérie est de Lima, accueille depuis les années 1960 des quartiers résidentiels très sécurisés, occupés par les catégories sociales supérieures. Mais depuis les années 1990, le district attire aussi les classes moyennes, et notamment celles dites émergentes, qui voient dans le fait d’aller y vivre une garantie de calme et de bonne réputation.

  • 17 Il s’agit d’une vaste recherche comparative menée par une équipe du laboratoire Prodig/IRD sur l’év (...)
  • 18 Une circonstance historique a contribué à l’arrivée d’une population aux revenus intermédiaires dan (...)

29En 2010 et 2011, dans le cadre du programme Perisud17, nous avons mené une enquête à Las Viñas, zone du district de La Molina. Ici, les habitants n’achètent leur maison, ou ne la font construire, que sur des lots déjà connectés aux réseaux urbains, déjà aménagés. Il ne s’agit pas d’un quartier précaire ni informel18.

  • 19 Pour l’Inei (Instituto Nacional de Estadísticas e Informática), les foyers des classes moyennes son (...)

30À Las Viñas, et surtout dans la zone la plus récemment urbanisée, on retrouve beaucoup de membres de la classe moyenne émergente. Pour les sociologues, Julio Gamero et Molvina Zevallos [2003], on peut distinguer, très schématiquement, deux types de classes moyennes : la première, dite traditionnelle, s’est développée avec l’industrialisation dans les années 1950 et 1960, et a été affectée par les programmes successifs d’ajustements structurels des années 1990. La seconde, dite émergente, issue de la migration interne, avec « un visage plus populaire et plus andin » [Gamero et Zevallos, 2003, p. 13], s’est forgée par le commerce et l’accès à l’éducation supérieure19.

31Lors de notre recherche, pour mieux appréhender les perceptions des acteurs sur leur quartier et leurs voisins, nous avons combiné des enquêtes auprès d’institutions qui ont une importance dans la vie de quartier (les établissements scolaires et les associations locales) avec une vingtaine d’entretiens longs, semi-directifs, effectués auprès des résidents de la zone, selon les méthodes de la sociologie compréhensive.

32Les personnes que nous avons interrogées ont d’abord exprimé leur satisfaction de vivre dans ce district : s’y installer semble avoir été pour elles une façon d’entériner leur changement de catégorie sociale. D’ailleurs, si elles louent les qualités de leur nouvel environnement, elles le font généralement par opposition avec leur ancien quartier : Giovanna (36 ans) est une jeune femme originaire de Junín (Andes centrales), qui vit depuis neuf ans dans un quartier de Las Viñas, mais a vécu auparavant à San Juan de Lurigancho, un district très populaire majoritairement constitué de quartiers d’habitat précaire. Après avoir monté une entreprise de commercialisation de systèmes informatiques avec son mari, Giovanna a pu avoir suffisamment d’argent pour s’installer à La Molina. Elle juge durement son ancien lieu de vie :

« À San Juan de Lurigancho, avec la promiscuité, les gens n’ont pas d’éducation, donc, justement, ce n’est pas que je les marginalise, mais ils sont tout le temps dans la grossièreté, les mauvais traitements. Nous, on veut pas cette image pour nos enfants, on veut qu’ils grandissent dans une ambiance saine, sans agressions, sans maltraitance, parce que, réellement, c’est une maltraitance quand tu vois dans la rue des gens boire et fumer […]. Ici, nous cherchions des familles avec des valeurs. »

33Violeta (46 ans) affirme également que La Molina n’est pas un district « comme les autres », « tant mieux », ajoute-t-elle, « parce que mes enfants vivent ici dans une atmosphère plus tranquille, et pas dans une ambiance de gens soûls qui tombent par terre ». Le désir de se détacher d’une ancienne appartenance sociale stigmatisée et de faire partie d’une nouvelle catégorie sociale ne se traduit pas, à Las Viñas, par une méfiance envers les voisins. Au contraire, les habitants semblent à la recherche d’un sentiment d’appartenance. Ils sont heureux d’avoir accompli un rêve d’ascension sociale, de se trouver dans un lieu qui est censé les préserver d’une mauvaise réputation. Dans ce cadre, les manifestations de racisme sont beaucoup moins tangibles qu’à Huaycán, par exemple. Elles n’ont pas de sens. Les habitants n’éprouvent guère, initialement, le besoin de se distinguer les uns des autres, mais au contraire d’établir des règles communes de « respectabilité » pour entériner leur nouveau statut.

34Il existe un discours dominant, parmi les résidents, qui révèle l’amorce d’une construction identitaire liée au quartier. Ainsi, il est commun d’affirmer que l’on s’est installé à La Molina pour chercher la « tranquillité » : il y a beaucoup de petits parcs à Las Viñas, et une faible densité urbaine (bien que cela soit en train de changer, comme nous le verrons), ce qui est très apprécié. Toutefois la tranquillité n’est pas seulement liée à des éléments matériels, comme l’absence de bruit, mais aussi à un certain entourage social. Elizabeth (52 ans) affirme ainsi : « Ici je suis très contente ! Très contente de la tranquillité, la sécurité… Le milieu : les gens qui vivent ici sont des gens sains. » Elle a vécu auparavant à Santa Anita, un district populaire de Lima, mais a déménagé à la faveur de la réussite sociale de son mari, qui possède deux cabinets d’odontologie. Elle est originaire de province, d’une famille très humble avec sept enfants. Elle souligne l’importance du respect de l’autre dans les relations entre voisins : « Dans ma rue, on se connaît tous […]. On peut dire que tous les voisins sont bien… bien responsables, on s’évite des problèmes à chacun. »

35Les résidents se connaissent, s’apprécient, se reconnaissent plusieurs qualités en commun : le respect de l’autre, la capacité à mener une vie rangée, tournée vers le travail et la famille. Un consensus semble s’établir entre eux concernant leur conduite, et ils aiment également souligner leur homogénéité sociale : les résidents que nous avons rencontrés étaient pour la plupart de petits entrepreneurs indépendants du secteur des services (dans des domaines aussi variés que la santé, l’informatique, la petite distribution, etc.), même si certains étaient salariés. Ce qui les unit, selon Mónica, c’est d’être tous des « professionnels avant tout, des professionnels qui cherchent un meilleur endroit pour vivre ». Or, le terme « professionnels » (profesionales) possède, au Pérou, une connotation particulière : il ne désigne que ceux qui ont un emploi de bureau, par opposition à ceux qui ont un métier manuel, dont le statut social est considéré comme inférieur, et qui n’ont pas une « profession » mais simplement un emploi, un travail.

36Les résidents accordent une grande importance à ce que nous pourrions appeler des « normes de voisinage » plus ou moins tacites, qui permettent la consolidation du consensus social. Ils semblent convertis à un mode de vie qui les unifie, qu’ils ont recherché, qui les légitime aux yeux des voisins. Convertis, car venir vivre à La Molina implique de faire connaissance avec de nouvelles règles ; même si l’on souhaitait vivre dans un district calme et de standing, on peut être surpris : « Dans d’autres districts, c’est désordonné, tu peux ouvrir un commerce informel, note Giovanna, mais ici non, c’est plus formel, cela te conduit à travailler plus formellement, c’est plus exigeant, tu dois t’adapter. » Elizabeth raconte par exemple qu’un nouveau résident rompait régulièrement les règles du jeu commun, tacitement établies entre voisins, en organisant des fêtes bruyantes et tardives, de façon répétée. « Tout le monde fait des fêtes, signale Elizabeth, mais à une certaine heure, et à un volume modéré, car nous tentons de nous respecter les uns les autres. Dans son cas, le pire c’est que ses amis sortaient dehors pour crier des grossièretés… » Les voisins prennent alors l’initiative : « Nous avons nommé une commission des voisins les plus anciens et ils y ont été, ils ont parlé avec eux. » Elle affirme qu’aujourd’hui, « il fait ses fêtes plus tranquillement, il respecte le quartier maintenant ». Les résidents n’hésitent pas à appeler la police municipale quand il y a des troubles, mais ils s’organisent aussi pour assurer la tranquillité du quartier. Ils s’assurent que les rues et les parcs restent des lieux proprets, bien entretenus, sûrs et tranquilles, où peuvent circuler les enfants. Ils n’acceptent pas la consommation d’alcool ou l’organisation de fêtes sur la voie publique, conduites qu’ils jugent typiques des quartiers populaires.

37Il est important de remarquer que les normes de voisinage reposent sur un sentiment d’appartenance à sa rue, à son pâté de maisons, à une petite unité urbaine où tous se connaissent. Le parc, autour duquel sont construites les maisons, symbolise cette unité : tout le monde s’y croise, tout le monde se connaît, tout s’y déroule à la vue des habitants. Dans cet espace, on est entre soi. Il existe un sentiment d’appartenance collective et de confiance. Les processus de mise à distance sont, eux, tournés vers l’extérieur du quartier : l’autre est ailleurs, dans un espace urbain différent (alors qu’à Huaycán, le danger d’être assimilé à desserranos était omniprésent, le quartier en lui-même étant un quartier populaire de migrants ; la différenciation se jouait entre individus). Pour garantir la sérénité des petites unités urbaines, une solution s’est vite imposée aux habitants de Las Viñas : la pose de grilles fermant les voies d’accès.

38On observe un grand nombre de grilles barrant les rues et divisant la zone de Las Viñas en autant d’espaces résidentiels fermés [Plöger, 2006]. Ces installations font suite à l’initiative d’habitants qui se sont cotisés pour mettre en place un système de cloisonnement. Parfois, la municipalité entérine ces entraves à la circulation en les autorisant par décret ; le plus souvent, les autorités les tolèrent ou les ignorent. Les grilles sont normalement surveillées par un gardien (employé d’une société de surveillance privée) et s’ouvrent au passage de la voiture d’un résident.

39Or, ce modèle de quartier fermé, qui tente de reproduire le dispositif des quartiers très sécurisés de la classe aisée, se caractérise surtout, dans les espaces de classes moyennes, par son dysfonctionnement. Beaucoup de résidents sont en effet réticents à payer la cotisation mensuelle qui permet de rémunérer le gardien. Dans le meilleur des cas, les grilles sont effectivement surveillées le jour, et simplement fermées la nuit – il faut que chaque résident descende de sa voiture et les ouvre avec une clé, ou bien il faut renoncer à les fermer. Souvent, elles ne sont même pas surveillées pendant la journée. Les piétons entrent librement, de jour comme de nuit.

  • 20 La zone étudiée est proche de deux quartiers populaires, Viña Alta et la coopérative de logement Lo (...)

40Les grilles devraient théoriquement empêcher le passage des habitants des quartiers populaires, mais n’y parviennent pas vraiment20. Nous avons observé que les habitants du quartier populaire voisin Los Constructores fréquentent effectivement un parc du quartier résidentiel, et son petit terrain de foot ; les résidents de classe moyenne ont voulu fermer le parc avec une grille car ils affirment que ces voisins indésirables boivent, fument et créent de l’insécurité. Les habitants de Los Constructores se sont plaints de cette restriction à leur liberté de mouvement. Les parties ont eu recours à l’arbitrage de la municipalité, qui a ordonné l’ouverture de la grille de jour comme de nuit.

41Les classes moyennes ne disposent donc pas des moyens financiers ni des soutiens politiques nécessaires pour créer des enclaves urbaines et s’isoler ; qui plus est, tous les habitants ne contribuent pas au système de « sécurité » qui doit garantir la tranquillité du quartier. Certains ne se sentent pas concernés, voire refusent de payer les cotisations. Leur identification au groupe de voisins est souvent faible, ils préfèrent mettre en avant leur liberté de circulation. Ces résidents qui ne s’identifient pas exactement aux normes de voisinage sont d’ailleurs de plus en plus nombreux. Pourquoi ?

42Les familles des classes moyennes sont confrontées à une contradiction : elles aspirent à une vie calme dans une zone peu dense où tout le monde se connaît et respecte les normes de voisinage ; mais parallèlement elles ont besoin d’augmenter leurs revenus, et la stratégie la plus répandue pour cela est de construire un étage à sa maison et de le louer. Violeta l’explique ainsi :

« Il y a beaucoup de voisins, au moment où leurs enfants entrent à l’université, qui doivent aménager leur maison pour faire des appartements et pouvoir les louer et avoir de meilleurs revenus […]. Les locataires changent constamment et des fois, des gens viennent qui ne sont pas pareils que les propriétaires, on le voit bien, des gens jeunes […] qui sont plus agités. »

43Depuis leur apparition il y a une vingtaine d’années, les quartiers résidentiels de Las Viñas ont bien changé, les maisons se sont dotées d’un ou deux étages, parfois trois. Même si les propriétaires choisissent avec soin leurs locataires, même si les loyers sont relativement élevés par rapport à ceux pratiqués dans les quartiers populaires, la population devient plus nombreuse, et les normes de voisinage ne sont pas aussi bien respectées qu’avant. Des phénomènes que les résidents croyaient propres aux quartiers populaires resurgissent dans leur rue : jeunes résidents qui forment des bandes, taguent les murs, dégradent les jardins… Les jeunes ménages de locataires récemment arrivés (qui connaissent eux aussi un processus de mobilité sociale) ont parfois du mal à joindre les deux bouts, ils travaillent beaucoup, ne peuvent pas embaucher de personnel de garde, et peinent à être attentifs aux fréquentations de leurs enfants.

44Le modèle du regroupement de maisons individuelles autour d’un petit parc bien gardé devient peu à peu obsolète. La circulation s’intensifie. Les lignes de transport collectif menant aux quartiers résidentiels sont saturées aux heures de pointe. De petits commerces s’implantent pour satisfaire la demande croissante de services de proximité. La population est plus hétérogène. Honorio, un habitant âgé de 43 ans, affirme :

« Le quartier a changé, quand je suis arrivé on ne voyait pas ça, et ça commence à avoir mauvais aspect, mauvaise réputation. Les bandes de jeunes, la drogue, les tags… Ils taguent les poubelles, une personne avec un certain niveau ne ferait pas ça […]. Mais maintenant c’est partout pareil, on ne peut pas y échapper. »

45Lui-même a connu une évolution dans sa façon d’habiter le quartier. Il vivait dans une maison individuelle appartenant à sa mère, quelques mois avant l’entretien. Mais, par volonté d’acquérir une certaine indépendance, il est parti avec sa femme et ses deux enfants louer un appartement dans un petit immeuble où le propriétaire vit au rez-de-chaussée, dans une rue où prédomine ce type d’habitat. Il ne connaît plus ses voisins, comme lui récemment arrivés.

46La constitution d’identités qui s’appuient sur l’espace résidentiel est donc fragilisée. À mesure que renaît l’anonymat dans ces espaces qui se densifient, la méfiance croît de nouveau entre voisins. Des modes de différentiation plus fragmentés se mettent en place : pour savoir qui côtoyer sans compromettre sa situation ou celle de ses enfants, les résidents ont différentes stratégies : le choix d’écoles privées plus chères, la fréquentation de groupes évangéliques à la morale stricte, etc. On observe, là encore, que les identités collectives ne sont pas figées et qu’il n’existe guère d’opposition frontale entre des groupes sociaux qui seraient imperméables et bien délimités, spatialement ou socialement. À Lima, les identités collectives sont souvent remises en question, tant le paysage social est mouvant, et les frontières poreuses. Les modes de différenciation se recomposent donc de façon variée et fluide.

Conclusion

47La mobilité sociale s’incarne dans la possibilité qu’ont les individus d’atteindre, par leurs efforts, de meilleures conditions de vie. Dans une société « mobile », il n’y a plus de caste. Pourtant, il peut encore y avoir des phénomènes d’assignation identitaire et de mise à distance de l’autre. Nous avons ainsi décrit une forme de racisme qui laisse la possibilité à chacun de parvenir à un meilleur statut, mais en sacrifiant quelques éléments de son identité culturelle pour faire oublier sa couleur de peau. La solidarité entre personnes d’une même origine paraît ainsi compromise.

48Dans les deux cas étudiés, nous observons que les identités collectives fondées sur un même lieu de résidence, ou bien une même provenance sociale ou géographique, ne sont pas très pérennes : les mutations urbaines, les changements sociaux rapides les balaient. Les modes de différenciation, mais aussi les modes d’identification, se recomposent donc de façon plus individualisée et les frontières sociales sont changeantes, fluides.

49En complétant notre approche de la mobilité des classes populaires par l’évocation de la vie dans un quartier de classe moyenne, nous avons voulu montrer à quel point il est difficile dans la société liménienne d’aujourd’hui de créer un espace collectif ouvert, où la présence de l’autre est acceptée. L’idée même de lieu public pose problème : il n’y a, à Las Viñas, que des lieux semi-privés, ni tout à fait ouverts ni tout à fait fermés, ce qui semble une métaphore de la société liménienne. Dans les deux quartiers évoqués, nous observons une difficulté à considérer l’autre, c’est-à-dire l’inconnu qu’on croise dans la rue, qu’on côtoie au magasin, dans le bus, comme un égal, ou plutôt comme un semblable. L’idée qu’il pourrait être porteur de manières d’être radicalement indésirables, stigmatisées, freine en effet toute identification. Dans un contexte de mobilité sociale, le danger est grand d’être pris pour un individu de faible statut social, d’être confondu avec lui, surtout si l’on est soi-même issu d’une famille humble. Cette préoccupation, observable au niveau individuel, fait écho à la difficulté d’allier mobilité économique et recul de la fragmentation sociale, difficulté que l’on peut observer à l’échelle nationale.

Haut de page

Bibliographie

(Banco Mundial, Una mirada a la evolución reciente de la pobreza en el Perú, avances y desafíos, Washington, 2008.

Burgos-Vigna Diana, Action collective et participation politique dans une barriada de Lima : Villa El Salvador, thèse de doctorat, université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, 2003.

Cadena Marisol de la, Indígenas mestizos : raza y cultura en el Cusco, Lima, IEP, 2004.

Chaléard Jean-Louis (dir.), Métropoles aux Suds : le défi des périphéries ?, Paris, Karthala, 2014.

Cunin Élisabeth, Métissage et multiculturalisme en Colombie (Carthagène), le « noir » entre apparences et appartenances, Paris, L’Harmattan, 2004.

Doré Émilie, Huamantinco Alicia et Sihuay Maravi Domingo Tito, « Divisions sociales dans la périphérie de Lima : entre ségrégation et partage des espaces », in Jean-Louis Chaléard (dir.), Métropoles aux Suds : le défi des périphéries ?, Paris, Karthala, 2014, p. 101-114.

Doré Émilie, « Les classes moyennes vues à travers leur lieu de résidence : le cas de La Molina, dans la périphérie de Lima », in Paul Cary (dir.), Ségrégation et fragmentation dans les métropoles : perspectives internationales, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2013, p. 137-153.

Doré Émilie, Lima, labyrinthe urbain : quête de modernité et désarroi identitaire dans un quartier populaire, Paris, L’Harmattan, 2012.

Driant Jean-Claude, Consolidation et reproduction des quartiers populaires : le cas des barriadas de Lima (Pérou), thèse de doctorat, université Paris 12/ Institut d’urbanisme de Paris, 1989.

Frisancho Jorge, « Notas sobre la histeria de Lima », in Patricio Navia et Marc Zimmerman (dir.), Las ciudades latinoamericanas en el nuevo [des]orden mundial, Mexico, Siglo xxi, 2004.

Gamero Julio et Zeballos Molvina (dir.), Perú hoy ¿La clase media existe ?, Lima, Desco, 2003.

Grompone Romeo, De marginales a informales, Lima, Centro de Estudios y Promoción del Desarrollo, 1990.

Matos Mar José, Desborde popular y crisis del Estado, 20 años después, Lima, Fondo Editorial del Congreso, 2004.

Plöger Jörg, « La formación de enclaves residenciales en Lima en el contexto de la inseguridad », Revista Ur[b]es, vol. 3, 2006, p. 135-164.

Soto Hernando de, El otro sendero : la revolución informal, Lima, El Barranco, 1986.

Tanaka Martín, La participación social y política de los pobladores populares urbanos : ¿del movimientismo a una política de ciudadanos ? El caso de El Agustino, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 1999, p. 103-153.

Wade Peter, Gente negra, nación mestiza : dinámicas de las identidades raciales en Colombia, Bogotá, Uniandes, 1997.

Haut de page

Notes

1 Source : Banco Central de Reserva del Perú.

2 Entre 2004 et 2007, le taux de pauvreté est passé de 48,6 à 39,3 % de la population totale du pays ; à Lima, il est passé de 31 % à 18 % [BM, 2008].

3 En 2004, l’anthropologue José Matos Mar estimait que la proportion d’habitants vivant dans des quartiers populaires issus d’invasions de terrains atteignait 59 % de la population de Lima [Matos Mar, 2004, p. 153].

4 Cf. article précédent de Diana Burgos-Vigna : « Action collective et citoyenneté : un regard sur les quartiers populaires de Lima depuis les années 1970 ».

5 Ce terme générique désigne souvent, au Pérou, les habitants des quartiers populaires. Nous l’emploierons ici pour parler des habitants de Huaycán.

6 C’est pourquoi les temps de la fondation d’un quartier populaire sont les plus propices à l’action collective : celle-ci y est indispensable. Passé l’épisode de l’invasion, qui requiert des activités et une organisation extraordinaires, une certaine routine reprend le dessus : à ce moment, soit l’association qui regroupe les habitants a acquis une certaine solidité et bénéficie de soutiens politiques extérieurs, et dans ce cas elle pourra perdurer un temps encore (cf. le cas de Villa El Salvador, décrit par Diana Burgos-Vigna [2003]) ; soit elle est fragile et elle se délitera très rapidement, minée par les conflits ou simplement par l’indifférence des habitants [Tanaka, 1999].

7 La notion de débordement nous renvoie d’ailleurs à l’étude de José Matos Mar, qui en 1984, emploie le terme desborde pour qualifier le fait que Lima ne pouvait plus absorber l’afflux de migrants et les intégrer à son fonctionnement habituel, d’un point de vue urbanistique ou même culturel. L’arrivée des migrants a repoussé les limites de la ville, par la constitution de bidonvilles en périphérie, mais a aussi rendu visible une partie de la population que les élites de Lima n’étaient guère habituées à prendre en compte : les Indiens ou métis, originaires des départements andins, qui ont changé le visage de la capitale [Matos Mar, 2004].

8 Jean-Claude Driant [1989] décrit deux phénomènes qui contribuent à l’extension toujours renouvelée des quartiers précaires : l’arrivée de nouveaux migrants en provenance des Andes ou, plus rarement, des départements amazoniens, mais aussi l’installation des enfants des premiers habitants, une fois devenus adultes, dans de nouvelles maisons précaires, aux limites du quartier. Ce dernier phénomène arrive quand la maison familiale est trop petite et encore trop peu consolidée pour accueillir les enfants qui se mettent en ménage et qui n’ont pas les moyens de trouver un autre logement.

9 Un exemple : l’expression el rey de la papa, le roi de la pomme de terre, illustre la figure du migrant entrepreneur qui a connu la réussite grâce au travail. Ce terme est né dans les classes moyennes urbaines pour désigner les nouveaux riches, et vient du fait que certains grossistes de légumes ont connu le succès et se sont enrichis en peu d’années. La position d’intermédiaire commercial peut être une voie rapide pour atteindre le succès financier quand on est issu d’un milieu modeste. De tels cas alimentent la légende du possible succès.

10 Pour les secteurs populaires, le travail salarié est rare et souvent précaire ; il ne garantit guère de stabilité. Les usines proches de Huaycán embauchent de la main-d’œuvre peu qualifiée sous un régime de droit social leur permettant de licencier très facilement et ne garantissant aucun accès à l’assurance maladie (ce sont les contrats pour services). Les habitants interrogés indiquent fréquemment s’être sentis exploités lors d’une expérience de travail salarié.

11 Il y a plusieurs raisons à l’échec de ce projet : le débordement, avec l’arrivée massive et imprévue de nouveaux habitants ; l’action néfaste du Sentier lumineux dans les années 1990, qui a éliminé les dirigeants les plus dynamiques (en les assassinant ou en provoquant leur fuite) ; mais aussi la disparition de Izquierda Unida et l’absence de soutien aux dirigeants locaux de la part de l’Apra (Alliance populaire révolutionnaire américaine), qui accède au pouvoir un an après la fondation de Huaycán.

12 Une jeune habitante de zone basse affirme ainsi : « Il y a ceux qui sont nés à la sierra et ceux qui sont nés à Lima et… il y en a qui voudront pas aller avec un serranito, parce qu’il y en a qui viennent de la sierra et ils se lavent pas. Et ça, ça fait que les autres ils l’acceptent pas. »

13 Depuis la transition démocratique, les régions profitent d’un mouvement historique de décentralisation et d’un certain accroissement de leur budget. Mais cette politique, plutôt positive, exige un solide accompagnement, qui fait défaut : encore faut-il que les dirigeants des régions aient les capacités et les moyens humains de faire des projets leur permettant de dépenser judicieusement l’argent [Doré, 2012, p. 179-185].

14 Alors même que nous soulignions la baisse du taux de pauvreté au Pérou, il faut noter que les zones rurales andines n’ont guère bénéficié de cette évolution : le taux de pauvreté y est encore de 73 %. Les disparités interrégionales persistent et alimentent le résultat médiocre du pays quand on mesure les inégalités au niveau national selon le coefficient de Gini (0,41).

15 Musique andine modernisée, souvent accompagnée de harpe électrique.

16 Nico (17 ans), interrogé à Huaycán, affirme ainsi : « Ici, la majorité des gens vient de la sierra, leurs parents sont nés là-bas, et eux sont nés ici, ou bien on les a amenés ici très petits, alors pour eux… c’est important d’être Liméniens […]. Ils essaient de faire croire aux gens qu’ils sont d’ici ; les gens d’ici voient qu’être Liménien c’est un peu mieux qu’être d’une autre région du Pérou […], à cause de la langue, de la couleur, de la stature, des traits… »

17 Il s’agit d’une vaste recherche comparative menée par une équipe du laboratoire Prodig/IRD sur l’évolution des périphéries dans les métropoles du Sud [Chaléard, 2014].

18 Une circonstance historique a contribué à l’arrivée d’une population aux revenus intermédiaires dans cette zone : les terrains agricoles qui constituaient auparavant la zone sont devenus propriété de l’État après la réforme agraire, puis ont été cédés aux associations de fonctionnaires des ministères de la Défense et de l’Intérieur dès la fin des années 1970, dans le but d’y loger des employés. Mais on n’y trouve alors aucun aménagement urbain ni eau potable. De nombreux lots sont revendus par les propriétaires, en toute légalité, à des prix très modérés. L’arrivée d’un réseau d’eau potable au milieu des années 1990 signe le début de l’explosion démographique de cette zone [Doré, 2013].

19 Pour l’Inei (Instituto Nacional de Estadísticas e Informática), les foyers des classes moyennes sont ceux dont les revenus mensuels sont compris entre 426 et 1 224 dollars, une fourchette ample qui laisse place à une grande diversité de situations.

20 La zone étudiée est proche de deux quartiers populaires, Viña Alta et la coopérative de logement Los Constructores. Viña Alta est un quartier autoconstruit, qui compte aujourd’hui 5 000 habitants et est issu d’une invasion de terrain datant de 1967 ; Los Constructores est un petit ensemble de maisons autoconstruites constitué dans les années 1990 par une centaine de familles d’employés domestiques et de jardiniers de la zone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Doré, « Le paradoxe de Lima : une réflexion sur les conséquences de la mobilité sociale des secteurs populaires », Cahiers des Amériques latines, 78 | 2015, 97-114.

Référence électronique

Émilie Doré, « Le paradoxe de Lima : une réflexion sur les conséquences de la mobilité sociale des secteurs populaires », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 78 | 2015, mis en ligne le 13 janvier 2016, consulté le 31 mai 2016. URL : http://cal.revues.org/3540 ; DOI : 10.4000/cal.3540

Haut de page

Auteur

Émilie Doré

Cadis (UMR 8039, CNRS-EHESS).

Émilie Doré est docteure en sociologie de l’École des hautes études en sciences sociales et chercheuse associée au Cadis. Elle a séjourné trois ans à Lima dans le cadre de ses recherches qui portent sur les évolutions sociales des périphéries urbaines. Elle s’intéresse aux populations défavorisées, mais aussi aux classes moyennes qui émergent dans la métropole de Lima.

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers des Amériques latines

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org