Navigation – Plan du site
Lectures

Paula López Caballero, Les Indiens et la nation au Mexique. Une dimension historique de l’altérité

Paris, Karthala, Recherches Internationales, 2012.
Élisabeth Cunin
p. 187-191
Référence(s) :
Paula López Caballero, Les Indiens et la nation au Mexique. Une dimension historique de l’altérité, Paris, Karthala, Recherches Internationales, 2012.

Texte intégral

1L’ouvrage de Paula López Caballero revisite certains « grands classiques » de la recherche mexicaine et latino-américaine : métissage, autochtonie, catholicisme, conflit foncier, etc. Et, dans un champ pourtant déjà bien balisé, apporte des analyses novatrices, s’appuyant sur une méthodologie originale, au croisement de l’histoire et de l’anthropologie, de l’historicisation des autochtones et de l’ethnographie de l’État. « Cette analyse essaye […] de sortir de l’axe invention/ conservation pour, plutôt, saisir la variabilité historique quant à la manière de dire les origines et se demander sur quels arguments et rapports sociaux repose une “légitimité autochtone” à des moments historiques différents » [p. 39]. Loin d’un système binaire Espagnol/Indien, de rapports de domination à sens unique, de la « belle altérité » indienne, le Mexique appelle une réflexion sur les formes de construction mutuelle du majoritaire et du minoritaire, de la nation et de l’autochtonie, du « nous » et du « eux ». Cette apparente contradiction, par laquelle les populations indiennes sont à la fois la marge et l’origine, le différent et le même, constitue le fil directeur de l’enquête de Paula López Caballero. En ce sens, son ouvrage est une contribution centrale aux travaux sur la place de l’altérité dans la nation, sur les dynamiques simultanées d’expansion de l’État et de reconnaissance des populations autochtones, d’hégémonie et d’autonomie, d’inclusion et de différence.

2La recherche se situe dans le village de Milpa Alta, division politique et administrative du District Fédéral de Mexico. Milpa Alta n’a pas été choisi au hasard : il est une enclave rurale (champs, forêts) à la limite d’une des plus grandes zones urbanisée du monde ; il est aussi associé à une présence indienne forte, marquée par une longue histoire d’autonomie, le maintien de la langue nahuatl ou l’intérêt que lui portent anthropologues, linguistes et artistes. L’« ethnographie historique de l’État-nation contemporain » proposée par Paula López Caballero s’appuie alors sur deux hypothèse : « 1. ce n’est pas ‘l’autochtonie’ des personnes qui détermine les rapports sociaux, mais au contraire, les rapports sociaux qui déterminent [ce] qui est autochtone ; 2. l’autochtonie comme phénomène social est inséparable du phénomène étatique » (p. 10-11).

3La première partie de l’ouvrage constitue une déclinaison en trois chapitres de différents régimes d’altérité ou « pactes politiques » : dans le prolongement de la notion de « régime de vérité » de Foucault qui « se réfère aux discours que chaque société accueille et fait fonctionner comme “vrai”, on peut avancer que chaque État-Nation crée – et est ainsi créé par – des rhétoriques historicisantes qui finissent par rendre “vrai” le distinguo qui fonde un “nous” national et un “eux” marginal et différent » (p. 29). Le premier chapitre aborde le « pacte colonial », qui repose sur l’analyse de l’articulation entre « pueblo de Indios », unité politique et territoriale coloniale, et « altepetl », son équivalent préhispanique. Plus que de substitution ou d’hégémonie, une des thèses de Paula López Caballero dans cet ouvrage est de mettre en lumière les négociations, emprunts, mobilités entre sociétés indienne et espagnole. Deux objets d’étude appuient cette argumentation : les titres primordiaux, récits des origines combinant appropriation du catholicisme et consolidation d’une subjectivité autochtone ; le conflit foncier, qui conduit à une appropriation des outils juridiques coloniaux pour aménager ce même ordre colonial. Le deuxième pacte pourrait être qualifié de post-révolutionnaire ; il lie l’État issu de la révolution de 1910 et les communautés indiennes et porte principalement sur la question foncière, centrale au xxe siècle. Il s’agit alors de comprendre la nationalisation du territoire, dans le sens de l’intégration du territoire villageois au territoire national. Cette nationalisation s’appuie sur la réactivation des titres de propriété établis par l’administration espagnole au travers des « pueblos de Indios » : la mobilisation de la législation coloniale renforce, par là même, la légitimité autochtone. Ce « pacte post-révolutionnaire » passe aussi par une nationalisation de la population et l’invention d’un nouveau récit des origines, qui font l’objet du troisième chapitre. Ce récit tend à mettre en avant un passé précolonial et à « oublier » l’héritage colonial (pourtant mobilisé, au même moment, dans les stratégies foncières). C’est ainsi qu’émerge la référence à l’autochtonie qui autorise tout à la fois l’affirmation d’un récit nationaliste proprement mexicain et l’intégration des Indiens. Cet indigénisme mexicain, qui fait de l’Indien l’origine de la nation, combine formation de l’État post-révolutionnaire et héritage pré-colonial.

4La deuxième partie actualise les réflexions ouvertes par la première partie dans un contexte contemporain de transformations économiques (extension d’un modèle néo-libéral, individualisation de l’accès à la terre) et politiques (émergence du multipartisme, mobilisations locales), marqué notamment par de fortes migrations (internes et internationales). Dans ce cadre de recomposition sociale, économique, politique, la frontière nous/eux se transforme et se déplace à nouveau autour de l’articulation entre originarios (originaires) et avecindados (voisins, nouveaux venus). Le chapitre 4 revient sur les dynamiques d’altérisation produites par les récits artistiques et scientifiques. L’anthropologie occupe en effet au Mexique une place tout à fait spécifique, intermédiaire entre savoir et politique ; ce statut a donné naissance à une forme de reconnaissance de l’altérité spécifiquement mexicaine (puis latino-américaine) : l’indigénisme comme politique de valorisation de l’Indien par sa disparition, le métissage comme idéologie du dépassement de la dualité Indien/ Espagnol. Paula López Caballero s’attarde en particulier sur la mise en place d’une institution comme l’INI, Instituto Nacional Indigenista, qui, en administrant la différence (langue, culture), produit la ressemblance (patrimoine national). Le chapitre 5 introduit la catégorie de originarios, qui permet de reposer dans le contexte contemporain la question du statut des populations indiennes. L’arrivée de migrants à Milpa Alta engendre une transformation des frontières de l’altérité, s’exprimant désormais en termes de confrontation entre les « natifs » et les « étrangers » et qui prend localement la forme d’une opposition entre originarios et avecindados. Il s’agit, pour les habitants du village, de se distinguer de nouveaux venus qui partagent leur quotidien et leur condition. La possession des ressources, notamment la terre, devient alors le seul critère de différenciation mobilisable, dans une logique de transmission héréditaire qui se confond à un lien du sang. Le village est le territoire des originarios et les quartiers périphériques et irréguliers, celui des avecindados. Le chapitre 6 montre comment cette catégorie d’originario est également mobilisée par les leaders politiques villageois. Suite aux transformations politiques (multipartisme, élections locales dans la ville de Mexico) apparaît en effet une rivalité entre les nouveaux maires élus et les autorités locales (coordinadores de enlace territorial), c’est-à-dire les représentants villageois élus par les habitants, qui se réclament de leur ancrage local et de leur tradition. Cette rivalité contribue à politiser et institutionnaliser la catégorie de pueblos originarios. Dans le même temps, les coordinadores de enlace territorial tirent profit de leur situation intermédiaire entre représentation de la communauté villageoise et intégration au personnel de l’administration locale, dans une négociation renouvelée entre autochtonie et hégémonie. Le chapitre 7 se place dans le cadre des politiques multiculturelles adoptées depuis les années 1980-1990 en Amérique latine. Le Mexique se définit désormais comme un État pluriculturel (modification de la constitution) alors que le mouvement zapatiste dénonce l’exclusion des populations indiennes. Le Mexique est alors confronté à un dilemme : le changement de paradigme, de la nation homogène à l’affirmation de la diversité, suppose une reconnaissance inédite de l’altérité (que l’on pourrait qualifier de « pacte multiculturel »). Or, l’autre est déjà au cœur de la nation. Dans l’invention d’un « vrai » autre ou d’un autre multiculturel, la tension Indien/métis se déplace au profit de la catégorie d’originario qui permet d’inscrire l’altérité dans le multiculturalisme. C’est ainsi que la mairie de Mexico s’est approprié les pueblos orginarios pour mettre en lumière ses propres autochtones. On retrouve ici les interactions entre État et populations indiennes qui jouent comme autant de forces de production et de légitimation mutuelles.

5En s’appuyant sur un abondant travail archivistique et ethnographique, l’ouvrage de Paula López Caballero montre comment l’institution de la norme passe par la reconnaissance de l’exception, comment les rapports de domination sont aussi des formes de négociations et d’emprunts réciproques, au niveau de la confrontation entre catholicisme espagnol et pratiques vernaculaires, de l’affirmation du métissage dans la reconnaissance de l’autochtonie, de la valorisation du multiculturalisme et de l’émergence des pueblos originarios. La conquête espagnole est ainsi présentée dans une logique plus consensuelle que ne l’affirment les approches post-coloniales contemporaines ; elle est faite d’échanges au moins autant que d’hégémonie, tout en étant source de destructions, mais aussi de recompositions sociales, de subjectivation et d’empowerment des populations indiennes. De même, le « tournant multiculturel » des années 1980-1990 est interprété dans le contexte national mexicain plus que comme l’expression d’un néo-libéralisme globalisé : alors que les politiques multiculturelles visent à introduire l’altérité dans la nation, elles doivent composer avec un récit national qui repose déjà sur une forme de reconnaissance et d’intégration de la différence, d’infusion de l’autre dans le « nous ». Finalement, en dénaturalisant le lien entre autochtonie et passé précolonial, Paula López Caballero s’inscrit également dans le courant des travaux contemporains qui s’intéressent, au Mexique, à d’autres expressions de l’altérité, qu’elles soient ethnico-raciales, nationales, culturelles, etc., mais en tout cas toujours historiques et contextuelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Cunin, « Paula López Caballero, Les Indiens et la nation au Mexique. Une dimension historique de l’altérité », Cahiers des Amériques latines, 77 | 2014, 187-191.

Référence électronique

Élisabeth Cunin, « Paula López Caballero, Les Indiens et la nation au Mexique. Une dimension historique de l’altérité », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 77 | 2014, mis en ligne le 20 octobre 2014, consulté le 28 août 2016. URL : http://cal.revues.org/3483

Haut de page

Auteur

Élisabeth Cunin

Institut de recherche pour le développement.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers des Amériques latines

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org