Navigation – Plan du site
Études

La filière brésilienne des pierres gemmes « de couleur »

Des origines à la nouvelle donne
Aurélien Reys
p. 161-178

Résumés

Au Brésil, et ce malgré leur relative dispersion à travers tout le pays, l’exploitation des gisements de pierres gemmes de couleur reste l’apanage de deux états : ceux du Minas Gerais et du Rio Grande do Sul. D’autres activités, telles que la taille des gemmes ou leur commerce, y ont même pris place en nombre et ont transformé ces deux espaces en véritables plateformes de l’industrie gemmifère nationale. Cette polarisation de la production n’est toutefois pas l’unique conséquence de facteurs de nature géographique ou économique. Ces activités ayant émergé et s’étant développées en des temps antérieurs, lorsque des environnements différents existaient, leur naissance et leur évolution sont aussi le reflet de contextes passés. Leur bonne appréhension doit donc en premier lieu être établie au prisme de la temporalité. En développement continu depuis le xixe siècle, l’industrie gemmifère brésilienne serait néanmoins en proie désormais à de profonds bouleversements.

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

gemstones, emerald, mining

Index géographique :

Brésil
Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 06/01/2014. Article accepté le 25/06/2014.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ce qui est initialement reconnu comme le « cycle de l’or » aurait permis le décollage de l'économie (...)
  • 2 Exactement 153 110 552 US$ en 2012 [UNComTrade, 2012].

1Longtemps, au Brésil, l’exploitation gemmifère s’est principalement résumée à une seule et unique ressource, le diamant. Mieux valorisé sur les marchés internationaux, ce dernier a de surcroît tenu un rôle particulièrement crucial dans le développement économique et l’intégration territoriale du pays sud-américain1 [Bennassar, Marin, 2000]. L’importance de ces évènements a parfois renforcé l’idée que la plus précieuse des pierres gemmes est et a toujours été une ressource capitale pour le Brésil. Elle n’a néanmoins plus qu’une influence marginale sur une économie gemmifère qui repose désormais essentiellement et depuis plusieurs décennies sur l’exploitation des autres pierres estimées pour leur préciosité : les pierres de couleur. Il s’en exporte pour plus de cent millions de dollars chaque année, soit des montants plus de vingt fois supérieurs à ceux du diamant2 et qui permettent au Brésil d’être considéré comme l’un des acteurs majeurs du commerce international des pierres gemmes colorées [Reys, 2012].

2Cependant, si de nombreux gisements gemmifères sont trouvés un peu partout dans le pays, tous ne font pas l’objet d’une exploitation. Les pierres de couleur exportées par le Brésil restent en premier lieu le résultat d’opérations minières et de négoce conduites pour l’essentiel au sein de deux États, le Minas Gerais et le Rio Grande do Sul [DNPM, 2013 ; MDIC, 2012]. Cette polarisation des activités n’est toutefois pas l’unique conséquence de facteurs de nature géographique ou économique. Certes, la présence de gisements importe, ne serait-ce qu’en rendant possible le développement d’activités d’excavation. De même, les questions d’accessibilité des lieux, de transferts d’informations et d’économies d’échelle tiennent des rôles prépondérants dans les mécanismes de concentration d’activités tels que le commerce ou la transformation. Ce ne sont néanmoins pas les seuls critères. Ces activités ayant émergé et s’étant développées en des temps antérieurs, lorsque des environnements différents existaient, leur naissance et leur évolution sont donc aussi le reflet de contextes passés. Leur bonne appréhension doit en premier lieu être établie au travers du prisme de la temporalité.

3L’objectif de cet article est d’offrir un panorama géo-historique de l’exploitation des pierres de couleur au Brésil à partir d’une revue bibliographique qui, faute de s’avérer suffisante, a été élargie aux productions documentaires émanant d’organisations locales publiques et privées. Elle a été complétée dans un second temps par d’autres informations obtenues par le biais d’entretiens menés, entre décembre 2011 et mars 2013 dans le nord-est du Minas Gerais, auprès d’acteurs productifs et d’institutions locales liés à l’exploitation des pierres gemmes colorées.

xviexviiie siècle : retour sur les prémices de l’aventure gemmifère brésilienne

  • 3 « Il peut être affirmé que la recherche d’émeraudes a été la première raison, ou du moins celle qui (...)
  • 4 Les mines colombiennes de Chivor et Muzo sont exploitées depuis le xvie siècle.

4L’histoire du Brésil, et d’autant plus celle de l’état du Minas Gerais, est étroitement liée à l’extraction minière et à la richesse de son sous-sol. Alors que jusqu’au xviiie siècle ces terres n’étaient ponctuellement parcourues que par des excursions exploratrices – les bandeirantes – dont la principale mission était officiellement la capture de populations indigènes, les découvertes « accidentelles » de gisements aurifères, puis diamantifères, vont déclencher l’une des plus importantes ruées migratoires qui s’avèrera décisive dans la construction du Brésil. Pourtant, si l’histoire a retenu que ce sont les exploitations du plus précieux des métaux et de la plus précieuse des pierres qui vont marquer les grands débuts de l’aventure minière dans ces contrées, « póde-se dizer que a pesquiza das esmeraldas foi a primeira que se fez, ou pelo menos a que primeiro incendeu o espirito dos colonos » [Rocha Pombo, 1919]3. D’importants sites venant d’être mis au jour au même moment de l’autre côté du continent4, les émeraudes sont alors particulièrement prisées et recherchées par les premiers aventuriers convaincus que des gisements similaires devaient bien se cacher quelque part dans les immenses étendues qui se présentaient à eux.

À la poursuite des émeraudes

5La première de ces expéditions est conduite par Francisco Bruza Espinosa et le jésuite Aspilcueta Navarro. Elle s’élance en 1554 depuis le sud de l’actuel état de Bahia, à seulement quelques dizaines de kilomètres de l’endroit où Pedro Álvares Cabral accosta pour la première fois un demi-siècle plus tôt. Ils utilisent une caravelle pour remonter le rio Mucuri et poursuivent ensuite leur périple par la terre jusqu’aux environs de la ville actuelle de Diamantina [Cornejo, Bartorelli, 2010, p. 447-448]. Aleixo Garcia et Martins Carvalho mènent à leur tour en 1567 une entrada – entrée dans les terres – dont on soupçonne un temps qu’elle aurait ramené quelques minerais précieux, probablement à tort, comme tous les autres voyages qui s’engagent alors dans les voies ouvertes par leurs prédécesseurs.

  • 5 L’ouvrage de Sindulfo Santiago est parsemé d'approximations. Tout d’abord, bien qu’il mentionne qu' (...)

6Sindulfo Santiago note néanmoins que si dans un premier temps aucune découverte notoire n’est à relever, c’est aussi parce que les incursions s’approchaient dangereusement de la frontière paraphée par le traité de Tordesillas en 1494 entre les royaumes d’Espagne et du Portugal [Santiago, 1979, p. 19-20]. L’officialisation de ressources précieuses à l’ouest du méridien 46°38 aurait d’après lui certainement avivé une importante discorde entre les deux voisins européens, et il est donc évident qu’il était impossible, si découverte il y avait, qu’elle soit révélée. Cependant, il semblerait que la plupart des premières auxquelles l’auteur fait référence restaient en réalité encore très éloignées du méridien5. Il apparaît donc peu probable que les intentions de conquêtes de ces nouveaux espaces aient pu réellement être contrariées pour une telle raison, et encore moins qu’elles aient influé de manière conséquente sur les parcours des expéditions bandeirantes. Ainsi, tout semble indiquer que jusqu’en 1573, date qui marque la première incursion bandeirante alors accomplie par Sebastião Fernandes Tourinho, aucune pierre n’ait été encore décelée, ou du moins révélée. Elle pourrait alors avoir été la première couronnée de succès :

  • 6 « En l’an 1573, Sebastião Fernandes Tourinho, remontant par le Rio Doce, a eu l'intrépidité de se f (...)

« Correndo o anno de 1573, Sebastião Fernandes Tourinho, subindo pelo Rio Doce, teve a intrepidez de se embrenhar pelo sertão da provincia de Minas Gerais e, depois de descobrir jazidas de ouro et de esmeraldas, abrindo caminho por entre matas virgens, seguiu o curso de varios rios, e, descendo pelo Jequitinhonha, se foi á Bahia, a apresentar ao governador general do Brasil, Luiz de Brito e Almeida, as amostras dos preciosos descobrimentos que fizera, e, contentando-se com a gloria de se ter sahido bem daquelle empreza, deixou aberto aos demais o caminho para ultimal-a. » [Millict de Saint-Adolphe in Ferreira, 1885, p. 634]6.

7L’utilisation du conditionnel est de mise car des divergences existent sur la nature des pierres trouvées. Il est vrai que les béryls de couleur verte, mais dépourvus de chrome pourtant indispensable pour qu’ils puissent se parer d’une couleur émeraude et ainsi en prendre le nom, sont particulièrement courants dans la région et sont même encore parfois appelés ainsi par les locaux. Et c’est sûrement pour cette raison que Cristiane Castañeda, João Eduardo Adadd et Antonio Liccardo qui datent cette trouvaille en 1571 et la localisent quelque part entre les municipes actuels de Capelinha et de Tourmalina à proximité des berges du fleuve Itamarandiba, préfèrent parler de découverte de gisements de béryls plutôt que d’émeraudes [Castañeda, Adadd, Liccardo, 2001, p. 102]. L’explorateur français Auguste de Saint-Hilaire pousse la confusion plus loin en affirmant qu’il est très probable que les pierres qui avaient été rapportées et présentées par Sebastião Fernandes Tourinho comme des émeraudes et des saphirs, « n’étaient que cristaux colorés, des tourmalines ou des morceaux d’euclase » [Saint-Hilaire, 1833 b, p. 315-316]. Carlos Cornejo et Andrea Barorelli ne présentent pas non plus ces pierres comme des émeraudes, mais des béryls et des tourmalines de couleur verte [Cornejo, Bartorelli, 2010, p. 449], tout comme Keith Proctor [1984, p. 82].

  • 7 Il semblerait toutefois que Carlos Cornejo et Andrea Bartorelli auraient pu mal interpréter certain (...)

Émeraudes ou tourmalines vertes ?
Si la plupart s’accordent pour affirmer que les pierres trouvées par Sebastião Fernandes Tourinho étaient en réalité des tourmalines de couleur verte – une conclusion qui se pose aujourd’hui comme l’hypothèse la plus défendue –, cette supposition semble avoir pour principal fondement le fait qu’aucun gisement d’émeraudes n’ait jamais pu être localisé jusqu’à présent au nord du Rio Suaçuí‎. D’après Carlos Cornejo et Andrea Bartorelli, qui s’appuient sur les écrits de Gabriel Soares de Souza [1587, éd. 1851], c’est en effet à quelques lieues du fleuve et à une cinquantaine de lieues en amont de son point de confluence avec le Rio Doce où ce qui était alors considéré comme les premières émeraudes auraient été trouvées [Cornejo, Bartorelli, 2010, p. 449]. Un lieu qu’il est possible de localiser à une vingtaine ou une trentaine de kilomètres à l’est du principal bourg actuel du municipe de Santa Maria de Suaçuí‎. Cependant, comme le soulève avec énergie Sindulfo Santiago [1979, p. 21], il est en effet surprenant qu’un tel imbroglio fut possible tant il est difficile de confondre l’une et l’autre pierre pour quiconque est quelque peu habitué à manipuler, même assez rarement, des pierres gemmes. Mais surtout, parce qu’une mine d’émeraudes aurait bien été explorée illégalement dans les années 1980 et 1990 à l’endroit indiqué, selon Carlos Cornejo et Andrea Bartorelli7, par Gabriel Soares de Souza [enquête de terrain]. En effet, deux courtiers de Teófilo Otoni, anciens employés de mines dont l’un aurait travaillé un temps dans l’opération chargée d’exploiter le gisement en question, en confirment l’existence, également corroborée par le propriétaire du service d’alors, un entrepreneur résidant à Governador Valadares rencontré dans un second moment. Les opérations d’excavation auraient été menées conjointement avec un investisseur étasunien mais auraient dû être arrêtées quelques années plus tard car le filon arait été perdu, ou à cause du manque de capitaux pour financer la poursuite des opérations selon les personnes interrogées à Teófilo Otoni. Le site, dont les premières pierres extraites l’ont été à seulement quelques mètres de la surface, se localiserait dans le municipe d’Água Boa, au lieu-dit Sussuarana, à quelques encablures seulement de São José da Safira et à environ 5 kilomètres plus au nord de la célèbre mine de rubellite du Cruzeiro.

La découverte des mines de Sabará

8Les excursions se succèdent tout au long du xviiie siècle. Certaines reviennent même avec quelques pierres, présentées parfois comme des émeraudes de qualité inférieure, à l’image de celles rapportées par Marcos de Azevedo Coutinho en 1614 [Mauro, 1977, p. 151]. Mais ces expéditions empruntent alors des routes très proches les unes des autres. Elles partent habituellement du sud de Bahia ou du nord d’Espí‎rito Santo, et se dirigent vers les contrées septentrionales de l’actuel Minas Gerais. Or, l’objectif de telles expéditions est aussi l’exploration de ces larges horizons qui restent à conquérir. Les autorités de l’époque essaient rapidement de convaincre les résidents des terres du sud de se joindre au mouvement exploratoire, sans réel succès dans un premier temps puisqu’il faut attendre 1662 pour assister aux premières réelles excursions organisées depuis São Paulo. Celle d’Augusto Barbalho et de Fernão Dias Paes rapporte même quelques pierres et quelques grammes d’or [Millict de Saint-Adolphe in Ferreira, 1885, p. 634].

9Mandaté par le gouverneur du Brésil de l’époque, Affonso Furtado de Mendonça, Fernão Dias Paes entreprend un nouveau voyage. Il part avec ses hommes de São Paulo en 1674 pour un périple qui dure sept années et au cours duquel il localise la célèbre et tant recherchée montagne aux émeraudes, la Serra das Esmeraldas, d’où il rapporte un échantillon de 475 grammes [Millict de Saint-Adolphe in Ferreira, 1885, p. 634-635 ; Cornejo, Bartorelli, 2010, p. 451]. Fernão Dias Paes meurt toutefois d’une fièvre durant l’expédition et confie, avant de décéder, les pierres découvertes ainsi que la direction de la suite de l’expédition à son gendre, Manoel Borba Gato. Ce dernier, en conflit contre l’autorité royale suite à une rixe durant laquelle le superintendant des mines D. Rodrigo de Castello Branco perd la vie en 1682, est alors contraint de prendre la fuite avec ses alliés. Il se réfugie dans les environs du fleuve Rio Doce où il se cache pendant plusieurs années. Il n’obtient la rédemption du gouverneur de Rio de Janeiro, Arthur de Sa e Menezes, qu’en contrepartie de l’indication de la localisation des gisements d’or de Sabará qu’il avait découverts peu de temps auparavant [Millict de Saint-Adolphe in Ferreira, 1885, p. 635].

  • 8 « […] uma phase de tão importancia que póde ser considerada como decisiva para os destinos da vasta (...)
  • 9 « La poussée minière transforme profondément l’économie brésilienne. Elle lui donne un caractère co (...)
  • 10 Le premier diamant aurait été découvert par Francisco Machado da Sylva qui exploitait une petite mi (...)

10La localisation des mines de Sabará met alors un terme aux recherches d’émeraudes. Plusieurs autres gisements d’or sont découverts et suscitent une ruée migratoire d’une telle importance qu’elle jouera un rôle considéré comme décisif dans la trajectoire de la vaste formation politique qui se consolidera dans cette partie sud du continent américain8 [Rocha Pombo, 1919 ; Barbosa, 1979, p. 50-51]. L’économie brésilienne s’en trouve transformée9 [Mauro, 1977, p. 151] et les campements miniers originellement érigés donnent ensuite naissance à des hameaux – les arraiais – [Enders, 2008, p. 70] qui forment la première trame urbaine sur laquelle se consolide l’état du Minas Gerais. Ce dernier, à mi-chemin entre les deux principaux foyers de population qui avaient initialement pris forme le long des littoraux du nord-est et du sud-est, jouera par son évident lien géographique un rôle capital dans l’intégration territoriale de ces vastes contrées, d’autant que le cycle de l’or est dans un second temps prolongé par la découverte et l’exploitation de gisements diamantifères dans les environs de ce qui deviendra par la suite la ville de Diamantina10 [Mauro, 1977, p. 146 ; Barbosa, 1979 ; Barbosa, 1991, p. 160]. La « production est rapidement telle que la valeur du diamant baisse de 75 % sur le marché international » [Mauro, 1977, p. 145], le Brésil bénéficiant à ce moment-là d’un quasi-monopole, puisqu’alors seule l’Inde produisait de petites quantités de diamants [Brunet, 2003, p. 39-37, p. 347].

xixe – mi-xxe siècle : la genèse d’une filière gemmifère « de couleur » au Brésil

11Néanmoins, peu de mineurs profitent réellement directement des retombées économiques de l’extraction de ces minerais précieux. Leur manque d’organisation les conduit rapidement à faire face à de sévères famines [Barbosa, 1979, p. 52-53 ; Mauro, 1977, p. 151] et « beaucoup de gens ont très vite vu qu’ils pouvaient s’enrichir au moins autant en ravitaillant les mineurs qu’en cherchant eux-mêmes le métal précieux » [Mauro, 1977, p. 151]. Une économie du ravitaillement, souvent bien plus lucrative que les activités extractives, se met même en place, allant jusqu’à faire monter les prix des denrées et marchandises sur le marché de São Paulo [Mauro, 1977, p. 151]. L’aventure prend alors fin dans les dernières années du xviiie siècle, marquées par des heurts entretenus par le ralentissement des activités et l’impossibilité pour les mineurs de s’acquitter des taxes royales imposées, ces frondes constituant même l’amorce d’un mouvement indépendantiste national pour une souveraineté qui sera obtenue en 1822.

Le « cycle de l’or », quels héritages ?

  • 11 Ce serait par ailleurs à cette époque que le terme garimpeiro se serait formé par détournement du m (...)

12À cette date, à l’exception de gisements de topazes impériales découverts aux alentours d’Ouro Preto au milieu du xviiie siècle par de probables chercheurs d’or [Machado, 2003, p. 8], aucun autre site de pierres gemmes colorées n’a encore véritablement donné lieu à une exploitation à grande échelle. Les minerais aurifères et diamantifères, bien plus abondants et s’exportant à des prix bien plus élevés, ont en effet jusqu’au début du xixe siècle monopolisé l’essentiel des forces productives. Dès lors, si ces premières expériences minières auront néanmoins été à l’origine d’un mode d’organisation innovant [Saint-Hilaire, 1833 (a), p. 1-27] et d’un jargon spécifique11 qui ont définitivement marqué de leur empreinte une culture brésilienne de l’exploitation des minerais estimés pour leur préciosité, peu de liens peuvent être tissés entre les épopées de l’or et du diamant, et celles des pierres de couleur. En effet, non seulement les territoires concernés sont séparés par plusieurs dizaines voire centaines de kilomètres, mais aucune information ne semble indiquer qu’une quelconque exploitation n’est conduite dans ces lieux avant le milieu du xixe siècle. Un écart de temps de quelques dizaines d’années suffisant pour disjoindre les deux moments, bien qu’il ne soit évidemment pas exclu que quelques mineurs d’alors, notamment de Diamantina, aient prospecté un peu plus bas dans les vallées du Jequitinhonha ou en direction du fleuve Marambaia quelques gisements de pierres de couleur probablement déjà connus des populations locales.

Le rôle de l’immigration allemande

  • 12 Localisée à l'ouest de l'Allemagne, la petite ville demeure encore à présent un centre de négoce ge (...)

13Les premiers traits d’une exploitation quelque peu rationnelle et systématisée d’espaces gemmifères de type « pierres de couleur » à une échelle relativement large prennent d’abord racine dans l’extrême sud du pays, où d’immenses gisements d’améthystes et d’agates sont localisés aux alentours des années 1820 ou 1830. Leur importance est telle qu’elle trouve écho en Europe et occasionne l’arrivée massive d’immigrants allemands originaires d’Idar-Oberstein, un ancien centre d’exploitation d’agates alors sur le déclin12 [DNPM, 1998, p. 17]. En plus de l’apport d’équipements lapidaires et de savoir-faire [Cornejo, Bartorelli, 2010 ; Nadur, 2009, p. 33, p. 38-41], leurs origines facilitent la mise en place de relations commerciales privilégiées avec l’Allemagne [DNPM, 1998, p. 18], des échanges préférentiels qui perdurent encore aujourd’hui [UNComTrade, 2012].

  • 13 Nommé Teófilo Otoni, dont le municipe prendra le nom, et fondateur de la Companhia de Commercio e N (...)

14Néanmoins, si les premiers gisements de grande ampleur ont été exploités dans le sud du pays, c’est en revanche le nord-est du Minas Gerais et la ville de Teófilo Otoni, qui deviendra la plus grande de la région, qui jouent par la suite les premiers rôles dans le commerce et l’exploitation des gemmes. Le développement des affaires gemmifères a ici aussi vraisemblablement été initié par l’arrivée des migrants en provenance d’Idar-Oberstein [Proctor, 1984, p. 82-83 ; Castañeda, Adadd, Liccardo, 2001, p. 102]. D’autres sources semblent indiquer que le développement de ce type d’activités a aussi pu être favorisé dans le nord-est du Minas Gerais par le défrichement des forêts des alentours par les premiers colons arrivés sous l’impulsion d’un entrepreneur13 désireux de tirer profit de lieux qu’il jugeait stratégiques pour le développement du commerce. La présence de chrysobéryl dans les vallées des rivières Americana et Santana à l’est du municipe de Padre Paraíso semble en effet être connue depuis 1846 [Proctor, 1984] et le minéralogiste français Claude Henry Gorceix fait également état, dès le xixe siècle, de la présence de nombreux gisements entre les fleuves du Rio Doce et du Rio Jequitinhonha, notamment ceux de tourmalines de couleur verte, dont il note déjà qu’elles auraient pu être confondues par les premiers explorateurs avec des émeraudes. Il localise aussi près du bourg d’Araçuaí des dépôts de béryls, de grenats, d’améthystes et de nombreux autres quartz [Gorceix in Ferreira, 1885, p. 631-634]. Ainsi, dès la fin du xixe siècle, Teófilo Otoni, mais aussi Araçuaí, sont considérées comme les principaux centres de production de pierres fines du pays [Rocha Pombo, 1919].

La succession des découvertes

15L’extraction et l’industrie gemmifère brésilienne n’en sont alors toutefois qu’à leurs balbutiements. On dénote encore peu d’informations faisant état d’activités lapidaires à grande échelle en dehors d’une industrie de taille diamantaire relativement ténue se localisant dans l’état de Bahia et à Diamantina [Barbosa, 1991, p. 127]. Les activités gemmifères vont connaître une première période d’extension avec la multiplication des découvertes dispersées dans le pays. Parmi elles, et officiellement pour la première fois, apparaissent les émeraudes tant recherchées par les bandeirantes quelques siècles plus tôt. On les découvre dans l’état de Bahia tout d’abord, où des occurrences d’émeraude de qualité gemmes sont vérifiées en 1912 à 16 km à l’ouest de la ville de Bom Jesus das Meiras – désormais appelée Brumado – [Delaney, 1996, p. 26], puis à Anagé en 1939 [Delaney, 1996, p. 28]. On en trouve aussi dans le Minas Gerais, à Sant’Ana dos Ferros – désormais Ferros, depuis son émancipation du municipe d’Itabira – en 1919 [Delaney, 1996, p. 28-29] et ensuite dans l’état de Goiás, à Itaberaí en 1920 [Delaney, 1996, p. 29].

  • 14 Une production cartographique d’Affonso Ribeiro datant de 1929 présentant les gisements minéraux du (...)

16Mais le développement de l’industrie gemmifère brésilienne ne repose pas uniquement sur l’exploitation des émeraudes et d’autres gemmes trouvent un écho d’une importance similaire. Comme en 1910, lorsqu’une exceptionnelle aigue-marine de 110,5 kg dénommée Papamel est trouvée dans la vallée du fleuve Marambaia [Castañeda, Adadd, Liccardo, 2001, p. 102]. Dès 1929, des gisements font l’objet d’une exploitation un peu partout dans le nord-est du Minas Gerais14. Des dépôts d’opales sont également localisés à la fin des années 1930 ou au début des années 1940 dans l’état du Piauí dans le Nord du pays à proximité de la ville de Dom Pedro II [Milanez, Puppim, 2009, p. 542]. Mais la configuration actuelle de la filière découle avant tout des évènements qui suivront, à commencer par une structuration autour des nouveaux gisements généralement découverts à proximité des filons déjà exploités. Le nord du Minas Gerais est déjà en bonne place des espaces sur lesquels reposent ces embryons de filières gemmifères.

17

Carte n° 1. Les principaux gisements gemmifères découverts depuis le xviiie siècle

Carte n° 1. Les principaux gisements gemmifères découverts depuis le xviiie siècle

Sources. Se référer à la bibliographie en fin d’article.

Le virage de la Seconde Guerre mondiale

18Si des gisements sont déjà exploités depuis plusieurs dizaines d’années, notamment dans les alentours de Teófilo Otoni, tout porte à croire qu’ils étaient en revanche quasiment inexistants à l’orée de la Seconde Guerre mondiale dans les environs de Governador Valadares. La ville n’existe encore que sous la forme d’un village et elle ne s’émancipe de son municipe d’attache, Peçanha, qu’en 1938 [IBGE]. Elle compte à cette époque tout au plus quelques milliers d’habitants contre plusieurs dizaines de milliers déjà pour Teófilo Otoni [source : IBGE]. Mais la forte croissance de la demande mondiale en béryls industriels – employés pour des alliages de matériaux utilisés par l’industrie aéronautique, notamment militaire – offre ensuite un environnement propice au développement de l’extraction minière. C’est alors que les opérations d’extraction s’intensifient dans la région, menant le nord du Minas Gerais à alimenter jusqu’à 75 % des besoins des pays alliés [Castañeda, Adadd, Liccardo, 2001, p. 102]. Les besoins en mica – exploité pour ses qualités isolantes – soutiennent aussi par la suite les activités minières locales pour la satisfaction des besoins industriels.

  • 15 Selon Weber Soares, seules les activités en lien avec l'industrie et le commerce des gemmes ont con (...)

19À partir des années 1950, l’apparition de nouvelles matières synthétiques moins coûteuses change progressivement la donne locale. De nombreuses exploitations minières sont abandonnées et plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de personnes, perdent leur emploi. Les difficultés économiques poussent alors nombre de locaux à se laisser tenter par l’aventure gemmifère15 [Soares, 2002 ; source : enquêtes de terrain]. Les tourmalines, aigues-marines et quartz étant trouvés en nombre dans les mêmes filons que les premiers minerais exploités, certaines mines sont alors converties en sites d’extraction de pierres gemmes [Proctor, 1984, p. 83 ; Delaney, 1996, p. 72 ; Castañeda, Adadd, Liccardo, 2001, p. 102 ; enquêtes de terrain]. De nombreuses pierres d’une beauté exceptionnelle sont ainsi successivement mises au jour et participent à édifier un peu plus la renommée internationale des contrées septentrionales du Minas Gerais dans le paysage gemmifère mondial. L’une des plus célèbres, une aigue-marine de 34 kg présentant 60 % de clarté et baptisée Martha Rocha en référence aux yeux bleu clair de la miss Brésil de l’époque, est extraite en 1955 au nord de Teófilo Otoni [Castañeda, Adadd, Liccardo, 2001, p. 102].

Mi-xxe – début xxie siècle : de l’apogée au déclin ?

20Cette extension de l’exploitation minière offre un environnement favorable au développement d’autres activités liées à la mise en valeur de ressources gemmifères, comme la taille et le commerce. Leur essor est aussi le résultat indirect de la mise en place progressive d’une industrie bijoutière nationale dont les deux fleurons, H. Stern et Amsterdam Sauer, jouissent désormais d’une renommée qui s’étend bien au-delà des frontières brésiliennes [Nadur, 2009, p. 41-46]. Fondées au sortir de la Seconde Guerre mondiale par l’Allemand Hans Stern et l’Alsacien Jules Roger Sauer, tous deux de confession juive et qui ont fui l’Europe à l’orée du conflit, les deux sociétés joaillières ne seraient assurément pas devenues ce qu’elles sont aujourd’hui sans les abondantes ressources gemmifères dont bénéficie le pays [enquête de terrain]. Il demeure néanmoins que c’est en premier lieu sur l’extraction de gemmes que repose alors le développement de l’industrie gemmifère du Brésil qui s’impose, en cette seconde partie de xxe siècle, comme l’un des principaux fournisseurs de pierres gemmes dans le monde [Reys, 2012].

Une filière au sommet

21De nombreux nouveaux sites sont alors localisés puis mis en production. Parmi eux, des gisements d’émeraudes, pierres toujours particulièrement appréciées sur les marchés internationaux. Ces découvertes prennent place dans un premier temps dans l’état de Bahia et, plus précisément, dans la région de la Serra de Carnaíba : à Carnaíba de Baixo, en 1963, un hameau qui passe de 200 habitants à 15 000 âmes en une seule année [Delaney, 1996, p. 29], puis à Socotó, en 1983 [Delaney, 1996, p. 33]. Des sites d’extraction de premier ordre sont également localisés dans les états de Goiás – à Porangatu, Pirenópolis et Santa Terezina de Goiás, en 1969, 1977 et 1981 [Delaney, 1996, p. 37-40] – et du Minas Gerais – à Itabira en 1977 [Delaney, 1996, p. 35] et à Nova Era en 1988 [Epstein, 1989, p. 151 ; Delaney, 1996, p. 37]. Dans les années 1980, d’autres gisements acquerront également une renommée mondiale, comme ceux d’améthystes dans l’état du Pará, d’alexandrites dans le Minas Gerais, ou encore d’une tourmaline colorée d’un bleu électrique jusqu’alors inconnue et qui prendra le nom de son état d’origine, la tourmaline de Paraíba [Cornejo, Bartorelli, 2010].

22Toutes ces découvertes sont invariablement à l’origine, si ce n’est de ruées, au moins de nouvelles vocations, qui par la suite ouvrent de nouveaux fronts. Les personnes ayant connu un relatif succès au cours d’une première expérience continuent souvent dans le négoce, parfois dans d’autres lieux [enquête de terrain]. C’est ainsi qu’à la fin des années 1980, l’industrie gemmifère brésilienne atteint l’apogée de son activité [enquête de terrain]. Les extractions sont réalisées avec intensité et les visiteurs étrangers sont nombreux à se rendre dans les principaux centres de négoce du pays pour y faire affaire. Une ville comme Teófilo Otoni compte, à ce moment-là, plus de deux mille centres de taille [source : enquête de terrain – associations locales] et la principale place de la ville est quotidiennement fréquentée par plusieurs centaines de vendeurs et acheteurs de pierres gemmes. Néanmoins, si les entreprises formelles existent, c’est surtout l’informel qui prédomine dans le négoce. Et le retour de la démocratie réellement noué à la fin des années 1980 est aussi l’occasion de restructurer certaines règles. Des coopératives et des associations représentatives de corps de métiers sont créées et des projets menés afin de réorganiser de façon plus concertée la production locale [enquête de terrain].

Le déclin ou la métamorphose ?

  • 16 Avec des exportations dorénavant dominées par la Chine [Reys, 2012].

23La filière va alors initier un processus de transformation qui sera vécu par beaucoup d’acteurs du négoce comme un réel déclin. Un taux de 80 % de réduction des activités minières et de commerce est d’ailleurs régulièrement évoqué par l’ensemble des acteurs interrogés. De même, on ne compterait désormais plus que 360 lapidaires à présent à Teófilo Otoni contre près de dix fois plus deux décades plus tôt [GEA/IEL, 2005 ; et associations locales], et les inscriptions auprès des différentes associations sont effectivement de cinq à dix fois moindres qu’il y a une vingtaine d’années [enquête de terrain]. Si les chiffres officiels ne laissent pourtant aucunement transparaître de telles évolutions [UNComTrade 2012 ; MDIC, 2012], c’est principalement pour deux raisons. La première est que les exportations de quartz – exploités de façon plus industrielle et plus avare en main-d’œuvre – ont compensé la diminution des exportations des autres pierres fines16 [enquête de terrain]. La seconde cause est que cette dépréciation semble avoir surtout impacté des activités informelles prédominantes, si ce n’est en termes de production, au moins en nombre d’emplois [enquête de terrain]. Alors que le rôle des institutions publiques de protection de l’environnement est souvent mis en cause pour expliquer le phénomène, et s’il est vrai que leur lutte contre les mines illégales ait pu s’accroître au cours de la décennie, plusieurs autres raisons doivent être prises en compte pour mieux comprendre la présente situation.

24Il est tout d’abord important d’évoquer les changements qui affectent, à partir des années 1990, l’organisation des chaînes de production à l’échelle mondiale, ne serait-ce qu’à commencer par l’émergence de nombreux fronts producteurs en Afrique de l’est et où les pierres extraites sont souvent cédées à des prix moins élevés [Reys, 2012]. Parallèlement, l’émergence d’une industrie lapidaire chinoise de premier ordre a profondément bouleversé les précédents équilibres et s’est imposée, dans le même temps, comme un nouveau rival de taille pour une industrie brésilienne où prédominent encore des pratiques relevant plus de l’artisanat que de la modernité. De plus, le large usage de nouvelles technologies comme Internet ou les appareils photos numériques ont également modifié en profondeur un commerce qui se passe de plus en plus des intermédiaires locaux. Mais ces bouleversements sont, également et surtout, imputables à des facteurs internes. L’intensité des activités extractives gemmifères connaît une corrélation inversée avec le dynamisme économique des territoires. Les progrès du Brésil dans ce domaine au cours de ces dix dernières années se traduisent non seulement par une réduction du nombre de candidats à ce type d’activités particulièrement dangereuses et physiquement usantes, mais offre de plus de nouvelles opportunités d’investissement jugées moins aléatoires que celle de l’exploitation gemmifère [enquête de terrain ; Canavésio, 2011].

De nouvelles problématiques

25Doit-on y voir le préambule de l’effondrement de l’extraction et du négoce gemmifère au Brésil ? Une telle interrogation doit évidemment être mesurée. Certes, le ralentissement des activités est réel, notamment dans le nord-est du Minas Gerais où le grand nombre des acteurs ayant quitté le négoce au cours de ces dernières années est souligné par tous. Néanmoins, le Brésil demeure l’un des espaces les plus riches en ressources gemmifères et, de plus, la demande mondiale est en pleine croissance. D’ailleurs les chiffres officiels laissent transparaître que les affaires gemmifères brésiliennes ne se sont jamais aussi bien portées. Mais ces bonnes performances sont aussi le reflet de la régulation rampante des activités minières, un processus de légalisation souvent accusé par les acteurs locaux d’être à l’origine du déclin de la filière nationale. De tels résultats masquent de surcroît de très grandes disparités entre les différents types de pierres gemmes. La croissance des exportations est surtout le résultat d’une hausse significative des extractions de quartz, soutenue par l’envolée de la demande chinoise et dont les processus d’excavation principalement réalisés sous une forme industrielle ne profitent pas ou peu aux acteurs isolés et informels. Enfin, si la majorité des acteurs, en particulier les moins puissants, prétendent souffrir de ces évolutions et que nombre d’entre eux se sont retirés définitivement des affaires gemmifères, les plus grands entrepreneurs ne semblent à l’inverse pas être affectés par cette métamorphose du négoce. Certains affirment même en tirer parti.

  • 17 Au 1er février 2013, parmi les 2 294 occurrences de gemmes colorées qui étaient consignées dans les (...)
  • 18 54,6 % des exportations brésiliennes pour le Minas Gerais, et 38,9 % pour le Rio Grande do Sul [MDI (...)
  • 19 Qui comptent respectivement 250 000, 120 000 et 50 000 habitants [IBGE, 2012].
  • 20 Principalement béryls (émeraudes, aigues-marines, morganites), tourmalines, topazes et chrysobéryls (...)

26Dès lors, et malgré ces bouleversements, le Brésil doit continuer à être considéré comme l’un des acteurs majeurs du commerce international. Il y joue toujours en premier lieu le rôle d’un espace extracteur, et ce au même titre que les principaux autres territoires producteurs de pierres gemmes, comme le Myanmar, la Colombie, le Sri Lanka ou Madagascar. Au total, ce sont plus de 150 millions de dollars US de pierres de couleurs extraites de son territoire qui sont exportées chaque année à destination de l’hémisphère nord : l’Europe de l’ouest et les États-Unis, mais aussi et de plus en plus l’Asie et la Chine [UNComTrade, 2012 ; Reys, 2012]. Des pierres ont toujours pour principale origine, et ce depuis près d’un siècle et demi, les états du Minas Gerais et du Rio Grande do Sul. Premiers espaces à avoir tiré profit des innombrables ressources gemmifères dont est pourvu le Brésil, les deux états concentreraient aujourd’hui les deux-tiers des exploitations extractives gemmifères17 et seraient à l’origine de quatre-vingt-dix pour cent des exportations du pays18 [DNPM, 2013 ; MDIC, 2012]. Les modestes villes de Teófilo Otoni et Governador Valadares – Minas Gerais – et de Soledade19 – Rio Grande do Sul – joueraient même des rôles d’importance similaire, voire supérieure, aux trois principales agglomérations du pays que sont São Paulo, Rio de Janeiro et Belo Horizonte, également engagées dans le négoce des gemmes [PORMIN, 2008 ; MDIC, 2012]. Une position qui est évidemment d’abord la conséquence des très nombreux gisements qui y sont exploités à proximité20, mais pas uniquement. Ce ne sont en effet pas les seules contrées à bénéficier de telles ressources au Brésil, et leur rang est aussi et surtout le reflet de leur engagement précoce dans les affaires gemmifères.

27

Carte n° 2. La filière « pierres de couleur » au Brésil au début du xxie siècle

Carte n° 2. La filière « pierres de couleur » au Brésil au début du xxie siècle

Sources. DNPM [2013] et MDIC [2012].

Conclusion et perspectives

28Fort de ses richesses et d’une demande en constante croissance [UNComTrade, 2012], il est possible que le Brésil continue de jouer, pour un certain temps, un rôle important dans l’approvisionnement du commerce international en pierres gemmes. Les ressources sont abondantes et nombre des investissements entrepris ont été réalisés dans l’objectif d’une production estimée durer au moins plusieurs années ou décennies. Cependant, il est aussi fort probable que l’« âge d’or » de la filière, une époque où tout paraissait possible, soit d’ores et déjà terminé. En effet, l’organisation des affaires minières et celle de négoce tendent de plus en plus vers la rationalité et, parallèlement, de moins en moins d’acteurs sont désormais impliqués dans des activités que les jeunes générations délaissent au profit d’emplois moins éreintants ou soumis de façon moins vive aux lois du marché que ceux du secteur gemmifère. Un des principaux reflets de ce mouvement est probablement le très faible pourcentage d’acteurs du secteur âgés de moins de quarante ans, notamment ceux engagés dans le secteur informel, alors que quasiment tous pourtant sont entrés dans le négoce avant leur majorité [enquête de terrain]. Une telle tendance n’est toutefois pas irréversible et les éléments pouvant remettre en cause de tels présages sont forcément nombreux, ne serait-ce qu’à commencer par d’extraordinaires découvertes qui peuvent à tout moment remettre en cause une situation donnée. Au Brésil, ces nouveaux fronts d’exploitation pourraient prendre place dans les larges espaces du nord mais aussi et surtout dans l’ouest du pays, encore recouverts par la vaste forêt amazonienne. Mais le contexte sectoriel et l’environnement socio-économique auront certainement continué d’évoluer d’ici là.

Haut de page

Bibliographie

Barbosa Octávio, Diamante no Brasil, Brasília, CPRM, 1991, 136 p.

Barbosa Waldemar, História de Minas, Belo Horizonte, Editora Comunicação, 1979, 252 p.

Bennassar Bartolomé, Marin Richard, Histoire du Brésil 1500-2000, Paris, Fayard, 2000, 629 p.

Bento Bruno, As matrizes e a fundação: a Companhia de Commercio e Navegação do Mucury e a Estrada de Ferro Bahia e Minas. Um breve estudo da formação do Vale do Mucuri, Mémoire de Bacharel – Universidade Federal de Minas Gerais, 2006, 139 p

Brunet Roger, Le diamant : un monde en révolution, Paris, Belin, 2003, 416 p.

Canavésio Rémy, « Croissance économique des pays émergents et géographie mondiale des pierres précieuses », ÉchoGéo [En ligne], n° 17, URL : http://echogeo.revues.org/12523, 2011.

Castañeda Cristiane, Addad João Eduardo, Liccardo Antonio, Gemas de Minas Gerais, Belo Horizonte, Sociedade Brasileira de Geologia – Núcleo Minas Gerais, 2001, 286 p.

Cornejo Carlos, Bartorelli Andrea, Minerais e pedras preciosas do Brasil, São Paulo, Solaris Edições Culturais, 2010, 704 p.

Delaney Patrick, Gemstones of Brazil.Geology and Occurences, Ouro Preto, REM, 1996, 125 p.

DNPM – Departamento Nacional de Produção Mineral, Ametista do Alto Uruguai : aproveitamento e perspectivas de desenvolvimento, Brasília, Série Difusão Tecnológica, n° 6, 1998, 260 p.

Enders Armelle, Nouvelle histoire du Brésil, Paris, Chandeigne, 2008, 286 p.

Epstein David, « The Capoeirana emerald deposit near Nova Era », Minas Gerais, Brazil, Gems & Gemology, vol. 25, n° 3, 1989, p. 150-158.

Ferreira, Francisco Ignacio, Diccionario geographico das minas do Brazil, Rio de Janeiro, Imprensa Nacional, 1885, 755 p.

GEA – Gem Export Association / IEL – Instituto Euvaldo Lodi, Diagnóstico setorial de lapidações, Teófilo Otoni, 2005, 66 p.

Machado Gilberto, Topázio Imperial de Região de Ouro Preto (MG) e seu Tratamento pela Técnica de Impregnação, mémoire de master en géologie, Universidade Federal de Ouro Preto, 2003, 97 p.

Mauro Frédéric, Le Brésil du XVe à la fin du XVIIIe siècle, Paris, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1977, 253 p.

Milanez Bruno, Puppim José Antonio, « Ambiente, pessoas e labor : APLs além do desenvolvimento econômico na mineração de opalas em Pedro II, no Piauí », Cadernos EBAPE.BR, vol. 7, n° 4, 2009, p. 528-546

Nadur Angela, A lapidação de gemas no Panorama brasileiro, mémoire de master, Instituto de Geociências, Universidade de São Paulo, 2009, 159 p.

Pimenta Reinaldo, A casa da mãe Joana: curiosidades nas origens das palavras, frases e marcas, Rio de Janeiro, Editora Campus, 2002, 262 p.

Rocha Pombo José Francisco da, História do Brasil, vol. VI, São Paulo, Weiszflog Irmãos, 1919, 752 p.

PORMIN / Ministério de Minas e Energia, Lapidação de gemas e diamantes, Brasilia, 2008, 77 p.

Proctor Keith, « Gems pegmatites of Minas Gerais, Brazil: exploration, occurrence and aquamarine deposits », Gems & Gemology, 1984, p. 78-100.

Reys Aurélien « Les difficultés de la filière brésilienne face à la nouvelle organisation mondiale du négoce des pierres de couleur », Confins [en ligne] n° 16, URL : http://confins.revues.org/7892, 2012.

Saint-Hilaire Auguste de, Voyage dans le district des diamants et sur le littoral du Brésil. Tome Premier, Paris, Librairie – Gide, 1833 a, 406 p.

Saint-Hilaire Auguste de, Voyage dans le district des diamants et sur le littoral du Brésil. Tome Second, Paris, Librairie – Gide, 1833 b, 459 p.

Santiago Sindulfo, Esmeraldas e diamantes: historias romanticas, epicas e fantasticas, Rio de Janeiro, Livraria Editora Cátedra, 1979, 100 p.

Soares Weber, Da metáfora à substância: redes sociais, redes migratórias e migração nacional e internacional em Valadares e Ipatinga, thèse de doctorat, UFMG/Cedeplar, Belo Horizonte, 2002, 360 p.

Soares de Sousa Gabriel, Tratado Descritivo do Brasil em 1587, publication de l’œuvre originale avec la collaboration de Francisco Adolpho de Varnhagem, Companhia Editora Nacional, 1938 (3e éd.) 494 p.

Données utilisées

DNPM – Departamento Nacional de Produção Mineral, Cadastro Mineiro consulté le 1er février 2013.

IBGE – Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística, Archives.

MDIC – Ministério do Desenvolvimento, Indústria e Comércio exterior, Bases de données AliceWeb au 31 décembre 2012.

UN Com Trade, 2012 – Nations unies international Trade Statistics Database au 31 décembre 2012.

Haut de page

Notes

1 Ce qui est initialement reconnu comme le « cycle de l’or » aurait permis le décollage de l'économie brésilienne [Benassar & Marin, 2000].

2 Exactement 153 110 552 US$ en 2012 [UNComTrade, 2012].

3 « Il peut être affirmé que la recherche d’émeraudes a été la première raison, ou du moins celle qui a agité l’esprit des colons avant tout » [Rocha Pombo, 1919]. [NDLR. Toutes les traductions présentes en note sont de l’auteur.]

4 Les mines colombiennes de Chivor et Muzo sont exploitées depuis le xvie siècle.

5 L’ouvrage de Sindulfo Santiago est parsemé d'approximations. Tout d’abord, bien qu’il mentionne qu'il a procédé à de nombreuses recherches, il n’en précise jamais les sources [p. 21]. Il tire également de nombreuses conclusions qui s’avèrent en réalité erronées : il place par exemple le méridien de Tordesillas au « 25° », [p. 19] avance que les émeraudes sont des corindons [p. 21], et localise les célèbres mines indiennes de Golconda en Afrique [p. 22]. Le livre a pourtant été consulté à la bibliothèque de géographie de l’UFRJ.

6 « En l’an 1573, Sebastião Fernandes Tourinho, remontant par le Rio Doce, a eu l'intrépidité de se faufiler à travers le sertão de la province du Minas Gerais et, après avoir découvert des dépôts d’or et d’émeraudes, ouvrant un chemin au milieu des forêts vierges, il suivit le cours de plusieurs fleuves, descendant par le Jequitinhonha jusqu’à Bahia pour présenter au gouverneur du Brésil, Luiz de Brito e Almeida, les échantillons de ses précieuses découvertes, se contentant de la gloire de s’être bien sorti de cette entreprise, il laissa la voie ouverte à d’autres. » [Millict de Saint-Adolphe in Ferreira, 1885, p. 634].

7 Il semblerait toutefois que Carlos Cornejo et Andrea Bartorelli auraient pu mal interpréter certains passages du texte de Gabriel Soares de Sousa. Ils se réfèrent notamment au Rio Suaçuí [Cornejo, Bartorelli, 2010, p. 449] alors qu’il est en réalité question du Rio Aceci [Soares de Sousa, 1587, éd. 1851, p. 69-71].

8 « […] uma phase de tão importancia que póde ser considerada como decisiva para os destinos da vasta formação politica que deste lado da Atlantico se ia fazendo » [Pombo, 1919].

9 « La poussée minière transforme profondément l’économie brésilienne. Elle lui donne un caractère continental. Le ravitaillement de la population minière fait naître un nouveau système de production et de circulation. L’ancien élevage, les anciennes productions commerciales en sont transformés. »

10 Le premier diamant aurait été découvert par Francisco Machado da Sylva qui exploitait une petite mine d'or dans les environs de la ville actuelle de Diamantina, alors un hameau qui portait le nom de Tijuco. Cette découverte aurait été réalisée en 1714 [Mauro, 1977, p. 141].

11 Ce serait par ailleurs à cette époque que le terme garimpeiro se serait formé par détournement du mot grimpeiro, du verbe grimpar provenant du français « grimper » [Pimenta, 2002, p. 103]. Il était utilisé alors pour définir ceux qui pourraient être assimilés à des contrebandiers de diamants et qui se réfugiaient dans les hauteurs de montagnes escarpées lorsque ceux placés en sentinelles les avertissaient de l'approche de soldats [Saint-Hilaire, 1833 a, p. 21].

12 Localisée à l'ouest de l'Allemagne, la petite ville demeure encore à présent un centre de négoce gemmifère important eu Europe.

13 Nommé Teófilo Otoni, dont le municipe prendra le nom, et fondateur de la Companhia de Commercio e Navegação do Mucury [Bento, 2006].

14 Une production cartographique d’Affonso Ribeiro datant de 1929 présentant les gisements minéraux du Brésil fait état de gisements de pierres de couleur autour de la ville d’Araçuaí ainsi qu'à proximité des villes de Teófilo Otoni, d’Ouro Preto et de Sant’Antonio dos ferros [Ribeiro, 1929].

15 Selon Weber Soares, seules les activités en lien avec l'industrie et le commerce des gemmes ont connu à ce moment-là une dynamique positive.

16 Avec des exportations dorénavant dominées par la Chine [Reys, 2012].

17 Au 1er février 2013, parmi les 2 294 occurrences de gemmes colorées qui étaient consignées dans les registres du cadastro mineiro du Departamento National de Produção Mineral, 49 % étaient décomptées dans le Minas Gerais et, 19 % dans le Rio Grande do Sul [DNPM, 2013]

18 54,6 % des exportations brésiliennes pour le Minas Gerais, et 38,9 % pour le Rio Grande do Sul [MDIC, 2012].

19 Qui comptent respectivement 250 000, 120 000 et 50 000 habitants [IBGE, 2012].

20 Principalement béryls (émeraudes, aigues-marines, morganites), tourmalines, topazes et chrysobéryls dans le Minas Gerais, et quartz (améthystes et agates) dans le Rio Grande do Sul.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte n° 2. La filière « pierres de couleur » au Brésil au début du xxie siècle
Crédits Sources. DNPM [2013] et MDIC [2012].
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/3459/img-1.png
Fichier image/png, 412k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélien Reys, « La filière brésilienne des pierres gemmes « de couleur » », Cahiers des Amériques latines, 77 | 2014, 161-178.

Référence électronique

Aurélien Reys, « La filière brésilienne des pierres gemmes « de couleur » », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 77 | 2014, mis en ligne le 20 octobre 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cal.revues.org/3459 ; DOI : 10.4000/cal.3459

Haut de page

Auteur

Aurélien Reys

Université Paris-Diderot, Sorbonne Paris-Cité, Laboratoire Cessma.

aurelienreys@gmail.com

Aurélien Reys réalise actuellement une thèse de géographie économique dont l’objectif majeur porte sur les difficultés récurrentes rencontrées par les pays en développement pour tirer au mieux à leur profit les ressources naturelles exploitées au sein de leur territoire. Aurélien s’intéresse plus particulièrement à une région du nord de l’état brésilien du Minas Gerais et aux ressources gemmifères qu’elle possède.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org